Skip to main content

Full text of "An analytical French reader. With English exercises for translation and oral exercises for practice in speaking. Questions on grammar, with references to the author's several grammars. Paradigms of verbs, regular and irregular"

See other formats


^i 


Vfimtfsmi^i!^^smmiii''^^'mspss<' 


,OI 


1» 


SSS$SiSSSSSSSSi«iSSS^^ 


I  I  n  r>  A  rt-y 

UKl    JF 

CAliFORNU 


^ucASiOJi  UMm 


H 


m 


BKi 


SAMPLE    COPY. 


A 


F 


R 


NALYTICAL  T  RENCH'I\EADER. 


PRICE. 

For  I  ntrodu<'tion,  _______         ,>)  I  .Ou 

Allowance  for  old  book  in  use  of  sin:^ilap   grade,    when 


given  in  exchange, 


25 


Books  ordered  for  introduction  loill  he  delivered  at  above  named  prices 
in  any  part  of  the  United  States.  Sample  copies  for  examination,  with  a 
view  to  introduction,  will  be  ^ent  by  mail  to  teacliers  or  school  officers  on 
receipt  of  the  introduction  price.        Address, 

Clark  &  Maynard, 

5  Barclay  St.,  New  York. 

(P.  O.  Box  1019.) 


*>  ^'^-l^^^: 


Digitized  by  the  Internet  Archive 

in  2008  with  funding  from 

IVIicrosoft  Corporation 


http://www.archive.org/details/analyticalfrenchOOkeetrich 


u 


J^     '  ^ 


AJS! 


ANALYTICAL 

French  Keader. 

^Vitll  English  Ei'ercisex  for  Translation  and  Oral 
Exercises  for  Practice  in  Sj^eakiyig. 


Questions  on  Grammar,  with  References  to  the  Author's  Several 

Grammars. 


Paradigms  of  Verbs,  Regular  and  Irregular, 
NOTES    AND    VOCABULARY. 


IN"    TTVO    P^^RTS. 


Part  First— Fables,  Anecdotes,  and  Short  Stokies. 
Part  Second— Selections  from  the  Best  Modern  Writers 


BY 

JEAN  GlISTAYE  KEETELS, 

AtUhor  of  "A  Collegiate  French  Course"  '■'An  Annlyticdl  and  Prnctical  French 

Grammar  "  "An  Elementary  French  Grammar,"'  "'A  Child's 

First  Book,  in  French"  etc.,  etc. 

JOHM  S.  PRELL 

Civil  &  Mechanical  Engineer. 

Clark  &  Maynard,  Publishers, 

No.  5  Barclay  Street. 

1879. 


Prof.  Keetels'  French  Series. 


1.  A  Child's   Illustrated    First    Book    in    Frencli. 

144  pages,  12mo,  handsomely  bound  in  cloth. 

The  aim  of  this  book  is  to  make  the  Study  of  the  French  language  attractive 
and  interesting  to  children,  who  have  no  knowledge  of  the  English  grammar. 
The  object-lesson  plan  has  been  adopted.  For  this  purpose,  the  volume  is  hand- 
somely illustrated  by  engravings  especially  prepared  for  the  book. 

2.  An  Elementary  Frencli  Grammar.    264  pages,  i2mo. 

This  work  is  designed  for  students  of  the  grammar  department.  Its  purpose  is 
to  train  them  in  the  principles  of  French  grammar,  and  to  accustom  them  by  oral 
instruction  to  the  use  of  the  French  language. 

3.  An  Analytical  and  Practical  French  Grammar. 

524  pages,  r2mo. 

This  book,  containing  the  advantage  of  the  oral  and  the  analytical  method  of 
instruction,  comprises  all  that  is  necessary  to  teach  the  French  language  succes- 
fully.  both  theoretically  and  practically.  It  is  a  complete  grammar,  in  which  the 
principles  of  the  language  are  developed  in  a  logical  and  efficient  manner. 

4.  A  Key  to  the  Fn$;lisli  Fxercises  in  the  Analytical 
and  Practical  French  Grammar.    i2mo.   cioth.   75  cents, 

5.  A  Collegiate  Course  in  the  French  Language, 

comprising  a  complete  Grammar,  in  two  parts.  Arranged  and  prepared  for  the 
Study  of  French  in  Colleges  and  Collegiate  Institutions.  Part  P'irst  :  A  Treatise 
on  French  Pronunciation:  Rules  oa  Gender ;  Etymology;  Exercises  for  Transla- 
tion ;  the  Latin  Elements  common  to  both  the  French  and  the  English.  Part 
Second  :  Syntax ;  a  Collection  of  Idioms ;  Exercises  for  Translation,  and  Voca- 
bulary. 

O.   A    Key   to  the   English   Exercises,  in  Part  Second  of 

A  Collegiate  Coukse  ik  tue  Fuench  Language.     (For  Teachers  only.) 

T.  An  Analytical  French  Reader;  with  English  Exmists 

lOr  Translation  and  Oral  Exercises  for  Practice  in  Speaking-;  Questions  on  Gram- 
mar, with  References  to  the  Author's  several  Grammars.  Notes  and  Vocabulary. 
In  Two  Parts.  Pakt  First  :  Selections  of  Fables,  Anecdotes,  and  Short  Stories. 
Part  Second  :  Selcciions  from  the  best  Modern  Writers.  SCO  pages,  12mo.  For 
introduction,  $1. 

CoPYRiGUT,  1870,  BY  Clark  &  Maynari>. 


Add  to  Lib* 


PEEFAOE. 


This  volume  is  more  than  its  title  implies.  It  is  de- 
signed to  be  a  companion  and  guide  to  the  student  of 
French,  to  help  him  in  his  efforts  to  acquire  the  language, 
so  as  to  read,  write  and  speak  it.  The  means  necessary  to 
accomplish  these  ends  are  all  called  in  to  aid  ;  the  methods 
pursued,  though  not  new  in  practice,  are  presented  in  a 
new  form,  and  developed  into  a  system. 

In  Part  First,  each  page  contains  a  complete  lesson  : 
1.  Reading  ;  2.  Analysis  with  study  of  notes  on  grammar ; 
3.  Exercise  for  Translation ;  4.  Oral  Exercise  for  practice 
in  speaking. 

The  Reading  Exercises — fables,  anecdotes  and  short  stories 
— are  taken  from  various  sources.  Most  of  the  pieces  have 
been  chauged  to  adapt  them  to  the  purposes  of  this  work ; 
and,  although  old  acquaintances,  their  reappearance  in  a 
new  dress  will,  it  is  believed,  awaken  new  interest.  The 
lessons  have  been  arranged  in  progressive  order,  so  that 
the  student's  task,  short  and  easy  in  the  beginning,  increases 
in  length  and  difficulty  as  the  course  advances. 

The  grammatical  analysis  of  each  piece  is  given,  as  far 
as  is  deemed  judicious,  in  the  answers  to  the  questions 
which  follow  the  reading-lesson. 

The  English  Exercises  for  translation  are  framed  in  imi- 
tation of  the  French  text,  which  furnishes  to  some  extent 
the  materials  of  which  the  sentences  are  composed.  The 
difficulties    of    construction    which     may   embarrass    the 


4:  PREFACE. 

student  are  ex^Dlained  in  the  Notes,  to  which  attention  is 
directed  by  the  asterisks. 

The  Oral  Exercises  for  practice  in  speaking  consist  of  a 
series  of  questions  in  French.  They  are  intended  to  be 
the  basis  for  French  conversation  between  the  teacher  and 
scholar. 

To  learn  to  read  and  understand  a  j)iece  in  a  foreign 
tongue,  such  as  French,  is  not  a  very  difficult  task,  and 
will  make  but  a  transient  impression  on  the  mind,  if 
nothing  further  is  attemj^ted ;  for  the  benefit  we  derive 
from  our  exertions  is  generally  in  proportion  to  the  diffi- 
culties which  we  overcome.  To  obtain  lasting  results, 
the  student  should  commit  the  French  exercises  in  Part 
First  to  memory,  or  at  least  learn  them  so  as  to  be  able 
to  translate  the  English  version  of  any  exercise  into  the 
original  French. 

Part  Second  opens  with  selections  from  some  of  the 
classic  writers  of  the  eighteeuth  century  ;  their  style,  pure 
and  elegant,  is  comparatively  easy  to  foreign  students. 
The  course  gradually  approaches  the  modern  school  of 
literature,  and  furnishes  models  of  almost  every  kind  of 
prose  composition.  Many  of  the  best  writers  of  the  present 
time  are  represented,  to  the  extent  that  the  scope  of  the 
work  would  permit. 

The  author  has  availed  himself  of  all  the  information 
which  he  could  derive  from  other  works.  He  acknow- 
ledges with  gratitude  the  aid  which  he  has  received  from 
Professor  Hippolyte  Dalmon,  of  the  United  States  Naval 
Academy  of  Annapolis,  to  whom  he  is  indebted  for  many 
suggestions  which  have  enhanced  the  value  of  the  work. 

New  York,  April  15,  1879. 


CONTEITTS. 


PAGE 

Title  Page 1 

Preface 3 

Contents 5 

Index  to  Part  First 6 

Index  to  Part  Second   8 

Explanation  of  Signs  and  Abbreviations 10 

Part  First 11 

Part  Second   101 

Notes  on  Part  First 201 

Notes  on  Part  Second 231 

The  Verb — Modes  and  Tenses 244 

Conjugation  of  Avoir 245 

£tre 247 

CouPER 249 

Orthographic  Irregularities  in  the  First  Conjugation.  2ol 

Conjugation  of  Finir 252 

Recevoir  254 

"                   Vendre 25G 

"                   Etre  Aime 258 

"                   Arriver 260 

Se  Couper    2G2 

Tonner 264 

Y  Avoir 264 

Falloir 264 

Pleuvoir 264 

Remarks  on  the  Different  Tenses  of  Verbs 265 

List  of  Irregular  Model  Verbs 266-277 

Defective  Verbs 278 

Complete  List  of  All  Irregular  Verbs 280 

Vocabulary 283 


INDEX  TO  PART  FIRST. 


No.  PAGE 

1.  L'Aigle  et  ses  Aiglons 11 

2.  Le  Renard  et  les  Raisins 12 

3.  L'Eveque  et  TEnfant 12 

4.  Le  Cliien  et  son  Ombre 13 

5.  L'Ecrevisse  et  sa  Fille 14 

6.  Les  Deux  Pots 15 

7.  Les  Deux  Grenouilles 16 

8.  L'Homme  et  la  Vipere 17 

9.  La  Grenouille  Envieuse  et  le  Boeuf 18 

10.  Frederic  II  et  le  Page  Indiscret 19 

11.  La  Montre  du  Grenadier  Prussieu 20 

12.  Puissance  de  la  Concorde 21 

13.  Le  Moineau  et  ses  Petits 22 

14.  Le  Roi  Philippe  et  la  Pauvre  Suppliante 23 

15.  Empire  sur  Soi-mOme 24 

16.  Le  Renard  et  le  Corbeau 25 

17.  L' Avare  et  la  Pie 26 

18.  Une  Pauvre  Satisfaction 27 

19.  Leonidas  aux  Termopyles 28 

20.  Laconisme  de  Henri  IV 29 

21.  Une  Le^on  de  Bienfaisance 30 

22.  La  Cigale  et  les  Fourmis    31 

23.  L'Ane  vStu  de  la  Peau  du  Lion 32 

24.  Le  Cerf  pres  de  la  Fontaine 33 

25.  Les  Deux  Mulcts 34 

26.  Frederic  II  et  le  Comte  de  Scliwerin 35 

27.  La  Loi  du  Talion 36 

28.  Ce  que  les  Femmes  ont  de  plus  Precieux 37 

29.  Sage  Conseil  de  Cineas 38 

30.  Arlequin  au  Souper  du  Roi 39 

31.  L'Arret  du  Cadi 40 

32.  Stratageme  de  La  Fontaine 41 

33.  La  Mort  et  le  Bucheron 42 

34.  Les  Deux  Anes 43 


INDEX    TO    PART    FIEST.  7 

No.  FAOB 

35.  Le  Point  d'luterrogation 44 

36.  Le  Duel  Equitable 45 

37.  L'Epee  de  Bois 46 

38.  Le  Predicateur  et  le  Maquignon 47 

39.  Louis  XI  et  1' Astrologue 48 

40.  Le  Sansouuet 49 

41.  Le  Glaud  et  la  Citrouille 50 

43.  Le  Renard  et  la  Cigogne 51 

43.  Le  Renard  et  la  Cigogne.   {Suite.) 52 

44.  Le  Charpentier  et  le  Singe 53 

45.  Le  Charpentier  et  le  Singe.   (Suite.) 54 

46.  Le  Loup  et  le  Chien 55 

47.  Le  Loup  et  le  Cliien.   (Suite.) 56 

48.  L'Ours  et  les  Deux  Compagnons 57 

49.  L'Ours  et  les  Deux  Compagnons.    (Suite.) 58 

50.  Sagesse  du  Mandarin  Yemt-.se 59 

51.  Les  Deux  Sachems 60 

52.  Une  Le^on  de  Savoir-Vivre 61 

53.  Economie  et  Liberalite 62 

54.  Le  Rat  de  Ville  et  le  Rat  des  Champs 63 

55.  L'Huitre  et  les  Plaideurs 64 

56.  La  Laitiere  et  le  Pot  au  Lait Go 

57.  Le  Lievre  et  les  Grenouilles 6 J 

58.  Napoleon  et  le  Maire  de  Lu^on 67 

59.  Le  Roi  de  Rome  et  le  Petitionnaire C8 

60.  Louis  XII,  le  Bon  Roi 69 

61.  La  Probite  pour  Gage 70 

62.  Damon  et  Pythias 71 

63.  Saint  Vincent  de  Paul 72 

64.  Les  Commissions  non  Remplies 73 

65.  Un  Tour  d'Esope 74 

66.  Le  Singe  et  le  Chat 75 

67.  Le  Chene  et  le  Roseau 76 

68.  Le  Renard  et  le  Bouc 77 

69.  Election  d'un  Roi  des  Animaux 78 

70.  Election  d'un  Roi  des  Animaux.     (Suite.) 79 

71.  Election  d'un  Roi  des  Animaux.     (Suite.) 80 

72.  Les  Crimes  Punis  I'un  par  I'autre 81 

73.  L'Aveugle  et  son  Tresor 82 

74.  L'Indien  et  son  Chevai 83 

75.  La  Dette  de  I'Humanite 84 

76.  Frederic  II  et  le  Kouveau  Garde 85 

77.  Frederic  II  et  le  Paoe  Endormi 86 


8  lifDEX    TO    PART   SECOND. 

No.  PAGfi 

78.  Le  Satirique  Recompense 87 

79.  Arnold  de  Winkelried 88 

80.  Courage  et  Bieufaisauce  d'uu  Paysan 89 

81.  Piete  Filialc 90 

82.  Le  Legislateur  de  Lacedemone 91 

83.  Beaux  Jours  d'Atlienes 93 

84.  Beaux  Jours  de  Thebes 93 

85.  Le  Fondateur  de  Rome 94 

86.  Combat  entre  les  Horaces  et  les  Curiaces 95 

87.  Devouement  a  la  Patrie 96 

88.  Femmes  Romaines  a  I'Epoque  do  I'Expulsion  des  Rois...  97 

89.  Apologue  d' Agrippa 98 

90.  Generosite  de  Scipion  I'Africain ,  , ,  99 

91.  Mort  de  Cesar 100 


INDEX  TO  PART  SECOND. 


Ko. 


PAGE 


1.  Reflexion  sur  I'Harmonie,  etc. . . .  Fenelon, 101 

2.  La  Verdure Duguet 102 

3.  Le  Globe  que  nous  Habitons. . . .  Buffoii 102 

4.  La  Nature  Sauvage " 103 

5.  La  Nature  Cultivee "        104 

6.  L'Homme "        105 

7.  Le  Cheval "        106 

8.  Le  Chien "        107 

9.  Le  Chat "        108 

10.  Le  Boeuf "        108 

11.  L'Ane "        109 

12.  Le  Chamcau "        110 

13.  L'Elephaut " Ill 

14.  L'Oiseau-Mouchc "        113 

15.  Le  Nid  de  Mesange Madame  de  Tracy 114 

16.  La  Rose  et  le  Papillon Bernardin  de  St.  Pierre.  115 

17.  Le  Lezard  Gris Lacepede 110 

18.  Le  Serpent Chateaubriand ., .  117 

19.  Les  Oiseaux  et  les  Poissons Curier 118 

20.  La  Machine  a  A' apeur "      119 

21.  Le  Genie  de  I'llomme  ....    Fayet 120 


i:n^dex  to  part  second.  9 

No.  PAGE 

23.  Le  Present  et  I'Avenir Fenelon 121 

23.  Rapidite  de  la  Vie Bossutt 122 

24.  L'Oubli  et  1' Abandon  des  Pauvres.  Bourdaloue 123 

25.  L'Eternite Bridaiiie 124 

26.  La  Priere Lamennais 124 

27.  De  rUtilite  de  I'Histoire Rollin 125 

28.  La  Gaule  et  les  Gaulois Marchangy 126 

29.  Les  Francs Augustm  Thierry    ....  127 

30.  Conversion  de  Clevis  (496) Le  Comte  de  Peyronnet.  128 

31.  Regne  de  Charlemagne  (768-814). .   Montesquieu 130 

32.  Bataille  de  Hastings  (1066) Augustin  Thierry 131 

33.  Couronnement  de  Guillaume,  etc.                  "               134 

34.  Depart  des  Croises  (1096) Michaud 137 

35.  Jacques  Molay  (1314) Mezerai 139 

36.  Jeanne  d'Arc  conduit  Charles,  etc.  Michelet 140 

37.  Execution  de  Charles  ler  (1649). .   Gmzot 142 

38.  Portrait  de  Cromwell Hugo 146 

39.  Portrait  de  Richelieu  (1583-1642). .  De  Vigny 147 

40.  Mazarin  (1602-1661) Mignet 149 

41.  Regne  de  Louis  XIV  (1643-1715). .   Villemain 150 

42.  Prise  de  la  Bastille  (1789) Thiern 151 

43.  Passage  des  Alpes  (1800) Salmndy 154 

44.  Napoleon  et  Lucien Bumas 156 

45.  Le  Salon  de  Madame  Recamier. .   Sainte-Beuve  . . , 101 

46.  Les  Forets  du  Nouveau-Monde. .  De  Tocquedlle 163 

47.  Les  Premieres  Lectures George  Sand 164 

48.  L'Usurier De  Balzac 166 

49.  Resignation De  Lamartine 168 

50.  Le  Cabinet  de  Travail,  etc Emile  Souvestre 169 

51.  La  Regeneration  Humaine "               170 

52.  Les  Salles  d'Asile Janin 171 

53.  Paris Feuillct 173 

54.  Paris  en  x\merique — Znmlio Lahoulaye 174 

55.  Les  Marchands  de  Nouveautes  . .  Frederic  Soulie 178 

56.  La  Maison  Delille "            179 

57.  Le  Magasin  de  Madame  Gagelin.                "            181 

58.  Le  Chien  Trouve Eugene  Sue 183 

59.  Bataille  de  Dames Scribe  et  Legouve 187 

60.  Nos  Bons  Villagcois Sardou 195 

61.  L'Ancien  Regime — Preface Taine 198 


EXPLANATION  OF  SIGNS. 


The  asterisks  In  the  exorcises  refer  to  the  Notes.    (See  Contents,  page  5.) 
The  references  to  the  author's  several  grammars  are  to  be  interpreted  as  follows: 
X.  with  a  figure  indicates  the  number  of  the  lesson  in  the  Elementary  Grammar  ; 
A.  stands  for  Analytical  and    Practical    Grammar;    C.   for  Collegiate  Course; 
C.  I*.  II,  for  Collegiate  Course,  Part  Second.   The  fignres  indicate  :  first,  the  sec- 
tions ;  and  next,  the  subdivisions  of  sections  ;  2>.  stands  for  page. 


ABBREVIATIONS. 

a active Fr. 

adj adjective 

adv adverb 

art article 

conj conjunction 

dem demonstrative 

dir.  obj direct  object 

/.  or  fe7n feminine 

irnp ...  impersonal 

indef indefinite 

ind.  obj indirect  object 

inf infinitive    

iiderj interjection 

in.  or  masc masculine 

n noun 

n neuter 

mini numeral 

0.  s one's  self  . .   

jjers personal 

pi.  or  2)l'ur plural 

poss possessive 

p.  J) past  participle 

pr.  p present  participle 

prep preposition 

pron pronoun 

iS.  or  aim] singular 

s.  f " 

s.  m 

t.  a 

X).  n 

^'i? 

V.  imp 


actif. 

adjectif. 

adverbe. 

article. 

conjonction. 

demonstratif. 

complement  direct. 

feminin. 

impersonuel. 

indefini. 

complement  indirect. 

infinitif. 

interjection. 

masculin. 

nom. 

neutre. 

numeral. 

personnel, 
pluriel. 
possess!  f. 
participe  passe, 
participe  present, 
preposition, 
pronom. 
eingulier. 

substantif  feminin. 
substantif  masculin. 
verbe  actif. 
verbe  neutre. 
verbe  pronominal, 
verbe  impersonnel. 


lu  the  Vocabulary,  th^  dt?finitions  of  the  parts  of  speech  ^fe  VSX  FrcnQll, 


Amlytigal  French  PiEader. 


Part    First. 


i»     L'A^igle   et   ses  Aiglons. 

Un  aigle  s'elevait*  avec  ses  aiglons  jusqu'aux*  nues, 
**Comme*  voiis  regardez*  fixement  le  soleil  !"  dirent*  les 
petits  ;  "  il  ne  vous  eblonit  pas."  "  Mes  lils,"  repliqua  le 
roi  des  oiseaux,  "  mon  pere  Fa  regarde  de  meme.  Suivez* 
son  exemple  et  le  mien,  ot  vous  niaintiendrez*  la  dignite 
de  notre  race."' 

Les^ livecGptes  ct  le  hon  exemph'  aclieveut*  ce  que  la  nature 
a  crmimence. 

(a.)     Questions  on  Gratmnm'. 


1.  Parse  Z *ai(/?e ;  les  petits.     (L.  1- 


A.  2,  11.     C.  9,  21.) 


le  roi  des  oiseaux  ;  aaxi  niies.     (L.  2,  3.     A.  12.  4S,  57.     C.  11,  23.) 

tnes  fils  ;  ses  niylotis.     (L.  2,  7.     A.  12,  IG.     C.  11,  51.) 

s'Hevait.     (L.  25,  32.     A.  32.  186.     C.  172,  226.) 

refffivflez.    (L.  24.     A.  24,  46  and  Rem.     C.  168  ;  P.  II.  199.) 

ehlotilt.     (L.  26.    A.  76.    C.  176.) 

son  exemple  et  le  mien.     (L.  7,  15.     A.  16,  214.     C.  61,  96.) 

achhvcnt.    (L.  25.    A.  32.    C.  172.) 


(p.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  king  of  birds*  rose  to  the  sky.*  2.  He  looked  fixedly  at 
the  sun.  3.  The  sun  did  not  da/zle  him.  4.  His  little  one.s*  follow 
his  example.  5.  You  follow  mine ;  you  do  not  follow  his.  0.  Finish 
what  you  have  begun. 


(e.)    Oral  Exercise^ 

1.  Qui  s'elevait  jusqu'aux  nues  ?  3.  Comment  I'aifi^le  resrarde-t-il* 
le  soleil  ?  3.  Que  dirent  les  aiulons  a  Tailzie  ?  4.  Que  dit  le  roi  des 
oiseaux  ^  ses  petits  ?    5,  (^,ue  font  les  preceptes  et  le  bon  exemple  ^ 


12  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

3.     Le   Henard  et  les  Ha/islins. 

Un  renard,  qui  mourait*  j)resque  de  faim,  vit*  de  beaux 
raisins  qui  pendaiout  au  liaut  d'uue  treille  :  des  raisins  murs, 
c'esfc  quelque  chose  pour  un  renard  qui  a  faim.*  II  les  re- 
garda  avec  envie  ;  il  en  eut*  volontiers  fait  un  repas,  mais 
comme  il  n'j  pouvait*  atteindre,*  il  s'eloigna  en  disant  : 
''  Us  sont  trop  verts  ;  je  n'en  veux  pas." 

071^  rahaisse  souvent  ce  qiCon  ne  jpeuf^  atteindre.'^ 

3.     I^'Eveciue   et   l'E:nfant. 

Un  eveque  fit*  cette  question  a  un  jeune  enfant :  "  Mon 
petit  ami,  dites-moi  ou  est  Dieu,  et  je  vous  donnerai  une 
orange."  '^Monseigneur,"  rejoondit  Tenfant,  ^Mites-moi 
ou  il  n'est  pas,  et  je  vous  en  donnerai  deux." 

(«.)     Questions  oti  Gratntnar. 

1.  Parse  mourait,  and  give  the  future  tense.     (L.  36.    A.  p.  510.    C.  p.  188.) 

2.  "  vit.     (L.  eo.     A.  p.  .512.     C.  p.  190.) 

3.  '*  DE  beaux  I'aisius;  des  raisins  mitrs.     (L.  4.     A.  69,  71.    0.27.) 

4.  "  qui  a  faim.     (L.  18,  47.     A.  99,  228.     C.  116  ;  P.  II,  12—2.) 

5.  "  il  EN  eat  fait.     (L.  12.     A.  70.     C.  81  ;  P.  II,  115.) 

6.  "  il  ii'Y  pouvait  atfeiudre.     (L.  12.     A.  66.     C.  82  ;  P.  II,  115.)        [342.) 

7.  "  qn'on-sv^pfut  fttf'i^iff^'*'-    (L.37,47— 8.    A.  157;  p.  511.    C.p.  190;P.  II, 

8.  "  reiiondit;  dites;  fit.  (L.  28, 40, 41.  A.  pp.  503, 512,  514.  C.  184;  pp.  190, 192.) 


(5)    Exercise  for   Translation, 

1.  I  sec  ripe  grapes  hanging  at  the  top  of  the  grape-arbor. 
2.  They*  are  fine  grapes.  3.  I  cannot  get  at  them,  but  I  am  not 
hnngr)^  4.  Those  grapes  are  not  good.  5.  I  do  not  want  any,  said 
the  fox,  going  away.  6.  The  bishop  could  not  answer*  the  child's 
question.* 

{c)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  vit  de  beaux  raisins  nu  haul  d'une  treille?  2.  Que  vit 
le  renard  qui  avail  faim  ?  ?>.  Ou  vit-il  de  beaux  i-aisius  ?  4.  Com- 
ment les  rogarda-t  il  ?  5.  Qu'en  eut-il  fait  volontiers  ?  6.  N'y  pou- 
vant  atteindre,  que  fit-il  ?  7.  Que  dit-il  en  s'eloignant  ?  8.  Quo 
fait-on  souvent  quand  on  ne  pent  atteindre  une  chose  ?  9.  Quelle 
question  I'evequc!  lit-il  a  renfant  ?     10,  Que  lui  rq)t)ndit  I'f^nfnnt  ':* 


PART   FIRST.  13 

4=.     Le   Clxien  et  son  Oml^re.* 

Tin  chien  avait  emporte  un  morceau  de  viande  qii'il  te- 
nait  dans  sa  gueule.*  II  se  sauvait  et  arriva  sur  le  bord 
d'une  riviere.  II  vit  son  image  dans  I'eaii  et  crut*que 
c'etait  un  autre  chien  qui  tenait  un  autre  morceau  de  viande. 
Ce  morceau  lui  parut  plus  beau  que  le  sien  ;  il  voulut  s'en 
saisir,  sauta  dans  I'eau  et  laclia  sa  proie  pour  I'omljre.* 

Les  ai^'parences  sont  trom'peuses  ;'^  Men  foiu^  qii^i  s^y  fie. 


Frequentez  les  gens  de  bien  et  vous  le  deviendrez.* 
On  ne  doit*  pas  juger  du  merite  d'un  homme  par  ses 
grandes  qualites,  mais  par  I'usage  qu'il  en  fait. 


(a.)     Questions  on  Grantniar. 

1.  Parse  son  ombre;  son  image.    (L.  7.    A.  16  and  Rem.  2.    C.  51.) 

2.  "  tenait ;  tenant.     (L.  36.     A.  p.  510— 11.     C.  p.  188— 11.) 

3.  "  se  sauvait.     (L.  32.     A.  240.     C.  P.  11,  209.) 

4.  "  vit,  voulut,  crut.     (L.  38,  40.     A.  pp.  .510,  512.     C.  pp.  188,  190.) 

5.  **  lui  itat'ut,  model  connaitre.     (L.  39.     A.  p.  512.     C.  p.  190.) 

6.  "  ce,  in  c'etait;  and  ce,  in  ce  morceau.    (L.  8, 16.    A.  178,  221.   C.  55, 112.) 

7.  "  sauta;  laeha.     (L.  24.     A.  p.  498.     C.  168.) 

8.  "  doit.     (L.  27  and  Voc.    A.  82,  84.    C.  180  ;  P.  II,  325.) 


{b)    Exercise  for  Translation, 

1.  He  has  carried  off  my  meat.  2.  He  is  running  away.*  3.  His 
piece  of  meat  appears  to  me  more  beautiful  than  mine.  4.  Another's 
sliare*  is  always*  more  beautiful  than  our  own.*  5.  He  saw  a  dog 
ill  the  water  ;  it  was  his  own  image.  6.  He*  is  very  foolish,  who 
trusts  to  appearances.  7.  Let  us  judge*  of  his  merit  by  the  use  he 
makes  of  his  great  qualities. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  avait  emporte  un  morceau  de  viande  ?  2.  Pourquoi  cou- 
rait-il  ?  3.  Oil  vint-il  ?  4.  Que  vit-il  dans  Teaii  ?  5.  Qu'est-ce*  qu'il 
ci'ut  que  c'etait  ?  6.  Pourciuoi  voulut-il  se  saisir  du  morceau  qu'il 
voyait  dans  I'eau  ?  7.  Que  tit-il  ?  8.  Qu'arriva-t-il  ?*  9.  Que  dit-on 
do  celui  qui  se  fie  aux  apparences  ?  10.  Que  faut-il*  faire  pour 
devenir  homme  de  bien  ?  11.  Doit-on  juger  du  merite  d'u.u  homme 
p;ir  ses  grandes  qualites  ? 


14  a:n^alytical  feench  reader. 

5.     ILi'IEoreA^isse   et   sa   Fllle. 

"  Comme*  tu*  marclies,  ma  fille,  ton  jours  en  arriere  ! 
Ne  saiirais*-tu  aller  en  avant  ?  "  disait  un  jour  une  ecrevisse 
a  sa  fillef  "Mais,  ma  mere,"  repondit  celle-ci,  "  je  marche 
comme  vous  marchez  vous-meme  ;  c'est  cliose  toute*  natu- 
relle.  Puis-je  marcher  autrement  que  vous  ne*  faites  ?  Je 
vous  vois  toujours  aller  a  reculons,  vous,  mon  pere,  mes 
freres,  mes  soeurs  et  toute  la  famille." 

Les  legons  no  corrigent  ^as  les  defauts  naturels. 


Prenez  soin  de  corriger  chez*  vous  ce  que  vous  n'aimez 
p^s  cliez  les  autres. 

II  faut  de  plus  grandes  vertus  pour  soutenir  la  bonne  for- 
tune que  la  mauvaise. 

{a.)     Questions  on  Gramtnar. 

1.  Parse  tu  marches.    (L.  24.    A.  p.  498.     C.  168.) 

2.  "  ne  saurais-tu.     (L.  38.    A.  271—7.    C.  P.  II,  276.) 

3.  "  disait.     (L.  40.     A.  p.  512.     C.  p.  190.) 

4.  "  eelle-el.     (L.  17—5.     A.  223—4.     C.  107.) 

5.  "  puis-Je  inare/ter.     (L.  20-2;  37.     A.  31;  p.  512.    C.  p.  190  ;  P.  II,  317.) 

6.  "  Je  vous  vois  alter.     (L.  20—2;  87.    A.  31  ;  p.  512.     C.  p.  190;  P.  II,  317 

7.  '•  faites.     (L.  41.    A.  p.  514.     C.  p.  192.)  [and  Rem.) 

8.  "  toute  la  famille.     (L.  10.     A.  122.     C.  66.) 

9.  "  naturels.    (L.5bis.    A.  129— 5.     C.  32,  Exc.  4.) 


(b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  You  always*  walk  backwards.  2.  Why*  do  you  not  walk  for- 
wards ?  3.  I  cannot  walk  otherwise.  4.  I  walk  as  I  see  all  my 
family  walk.*  5.  That  is  quite*  natural.  C.  We  cannot*  correct 
natural  defects.*  7.  One  should*  take  care  to  correct  in  himself* 
what  he*  does  not  like  in  others. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  disait  recrevisse  a  sa  fille  ?  3.  Comment  voulait-elle  que 
sa  fille  marchat  ?*  8.  Que  hii  repondit  celle-ci  ?  4.  Qui  vo}ait-elle 
toujours  marcher  a  recnlons  ?  5.  Qu'est-ce  que  les  le9ons  ne  cor- 
rigent pas  ?  6.  Que  faut-il  prendre  soin  de  covfiger  chez;  soi  ? 
7.  Que  faiit-il  pour  soutenir  la  bonne  fortune  ? 


PART    FIRST.  15 

6.     Les   3Z>eixx:   i*ot». 

TJn  pot  de  terre*  et  un  pot  de  fer,  enleves*  par  une 
grando  inondation,  se  trouvaient*  I'lin  a  cote  de  I'autre 
dans  le  courant  de  I'eau.  '^Frere,'^  dit  le  pot  de  fer, 
"n'ayez  pas  peur*  de  moi ;  jo  iie  vous  ferai  anciin  mal." 
*'Eloignez*-voiis  de  moi,  je  vous  en*  prie,"  repliqua  le  pot 
de  terre.  "Si  le  courant  vous  jetait  contre  moi,  ou  moi 
contre  vous,  nos  constitutions  sont  si  diiferentes  que  vous 
me  briseriez  en  mille  morceaux.* 

La  vraie  amitie  ne  saurait  subsister  qiCentre  egaux.* 


Un  ami  sincere  et  vertueux  est  un  grand  tresor  que  les 
biens  de  ce  monde  ne  sauraient  procurer. 

Une  conscience  pure  est  un  doux*  oreiller  sur  lequel 
riiomme  de  bien  seul  pent  se  reposer. 


{a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  un  pot  de  terre  ;  un  liot  de  fer.     (L.  47 — 3.     A.  151.     C.  P.  11,  8 — 2.) 

2.  "  enleves.     (L.  21.     A.  136—2.     C.  153.) 

3.  "  se  trouvaient.    (L.  32—2.     A.  249—5.     C.  226  ;  P.  II,  211.) 

4.  "  n'aijez  2>fts  jjeur.     (L.  22- 2,  47— 2.     A.  99.     C.  160  ;  P.  II,  11.) 

5.  "  ne  faire  aucun  mal.     (L.  10,  47.     A.  120,  199—5.     C.  65  ;  P.  II,  11.) 

6.  "  eloignez-vous  de  moi.     (L.  14,  32.     A.  62,  249.     C.  91,  226  ;  P.  II,  209.) 

7.  "  Jetait  /  briseriez.    (L.  24,  25,  51—3.   A.  32,  267, 268.   C.  168, 172;  P.  II,  268.) 

8.  "  egaux.    (L.  2,  5—4.    A.  130—3.    C.  37,  Exc.  3.) 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  "We  were  side  by  side  in  the  current.  2.  Go  away  from  nie, 
pray,*  said  he  to  me.  3.  I  am  afraid  of  you.  4.  You  will  hurt  me. 
5.  You  will  break  me  to  pieces,  if  the  current  throws*  you  ai^ainst 
me.  6.  True  friendship  cannot  exist  between  us.  7.  Without 
honesty*  and  virtue,  the  goods  of  this  world  cannot  procure  us  the 
blessings*  of  true  friendship,  8.  A  clear  conscience  is  a  great 
treasure,  more  precious*  than  gold.* 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  Ou  se  trouvaient  le  pot  de  terre  et  le  pot  de  fer  ?  2.  Que  dit 
le  pot  de  fer  au  pot  de  terre  ?  3.  Que  lui  dit  le  pot  de  terre  ? 
4.  Qu'arriverait-il*  si  le  courant  jetait  le  pot  de  fer  contre  le  pot  de 
terre  ?  5.  Qu'est-ce  qui  ne  peut  subsistei  qu'entre  egaux  ?  6.  Qu'est- 
ce  que  c'est*  qu'un  ami  sincere  et  vertueux  ?  7.  Qu'est-ce  que  c'est 
qu'une  conscience  pure  ? 


16  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

T*     Les   I>exix:    Grenouilles. 

Deux  grenouilles  ne  pouvaient  plus*  rester  dans  leur 
marais,  parce  que  la  chaleur  de  I'ete  I'avait  desseclie.  Elles 
convinrent*  done  d'aller  ensemble  chercher  de  I'eau 
ailleurs.  Apres  avoir  beaucoup  voyage,  elles  arriverent 
aupres  d'un  puits.  "  Venez,*  commere/'  dit  Tune  a  I'autre, 
"descendons,*  sans  chercher*  plus  loin."*  "Vous  parlez 
bien*  a  votre  aise/'  repondit  sa  compagne  ;  **mais  si  I'eau 
venait*  a  nous  manquer*  dans  ce  puits,  comment  en 
sortirions-nous  ?  " 

II  ne  faut  jamais  rie7i*  e7itre2Jre?idre  d^imijortant,  sans 
671  Hen  considm^er  les  suites.^ 


La  sottise  et  la  vanite  sont  deux  soeurs  qui  se  quittent 
rarement.  

(o.)     Qitestions  on  Grammar, 

1.  Parse  ne  pouvaient  plus  rester.   (L.  37,44—8.     A.  45;  p.  512.    C.  312;  p.  190.) 

2.  "  convinrent  (de).   (L.  20—3,  36.    A.  255;  p.  510  [re/nr].    C.  p.  188;  P.  II, 

3.  "  d' alter  chercher.    (L.  34,  Voc.     A.  31,  253.    C.  P.  II,  321,  326.)  [321.) 

4.  "  apres  avoir  voyage.    (L.  20  and  Rem.    A.  125, 182.   C.  P.  II,  307,  308.) 

5.  "  descendons.     (L.  28,  51-4.     A.  263—4.     C.  184  ;  P.  II,  278.) 

6.  "  sans  chercher  2iltts  loin.     (L.  44— 2.     A.  146.     C.  309,  310  ;  P.  II,  307.) 

7.  "  venait  a  manquer.     (L.  51  ;  p.  234.     A.  257.     C.  P.  II,  321  ;  p.  141.) 

8.  "  en  sortirions-}ious.     (L.  36  yenfi)^].     A.  p.  510—10.     C.  p.  188—10.) 

9.  "  rien  d'important.     (L.  14  ;  p.  67,  /.  n.    A.  216.    C.  P.  II,  380—2.) 


{!).)    Eocercise  for  Translation. 

1.  We  cannot  remain  any  longer  in  this  house.*  2.  We  are  not  at 
our  ease  here.  3.  We  have  agreed*  to  go  elsewhere.  4.  Let  us  go 
farther,  5.  After  having  said  this,*  they  went  out,*  without  paying,* 
and  without  saying  any  thing.  G.  If  the  water  should  give  out  here, 
what  Avould  you  do  ?*  ?.  Do  not  undertake  any  thing  important, 
without  considering  well  the  consequences  of  it.  8.  We  seldom 
separate. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Pourquoi  les  deux  grenouilles  ne  pouvaient-elles  plus  rester 
dans  leur  marais  ?  2.  De  quoi*  convmrent-elles  ensemble  ?  3.  OCl 
arriverent-elles  apres  avoir  beaucoup  voyage  ?  4.  Que  dit  Tune 
d'elles  a  I'autre  ?  5.  Et  sa  conq)agne,  que  lui  repoudit-elle  V  6,  Que 
oe  faut-il  jamais  faire  ?    7.  Que  dit-on  de  la  sottise  et  de  Ig,  vanitO  ? 


PART   FIBST.  17 

S»     I^'Homme   et   la  Vipere. 

Les  mediants  payent*  d'ingTatitiide  ceux  qui  leiir  font* 
du  bien  ;  on  n'en  a  que*  trop*  d'exemples.     En  voici  nn  :* 

Un  yillageois  allait*  an  bois  ;  c'etait*  en  liiver.  II  trouva, 
couchee*  sur  la  neige,  nne  vipere  toute*  transie*  de  froid. 
L'imprndent  la  ramassa  ;  et,  touclie  de  compassion,  il  la 
recliauffa  de*  son  haleine.  Des  que  la  mechante  fnt 
ranimee,*  elle  mordit  son  bienfaiteur,  et  lui  donna  la  mort. 

II  est  bon*  cVetre  cliaritahle,  mats  il  faut*  savoii^  envers^ 
qui.  

La  faiblesse  n'est  pas  le  A'ice,  mais  elle  y  conduit ;  I'liomme 
mechant  fait  le  mal,  I'homme  faible  le  laisse  faire. 

L'homme  imprudent  agit  d'apres  I'inspiration  du  mo- 
ment, sans  bien  considerer  les  suites  de  ses  actions. 


(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  les  tnechants  ;  la  mecJiante.     (L.  49—2.    A.  137—2.    C.  P.  II,  55.) 

2.  "  2)ayent  ceux  qni.     (L.  16,  18.     A.  85,  234.     C.  106,  116  ;  P.  II,  152,  243.) 

3.  "  leur  font  du  bien.     (L.  11,  41.     A.  50  ;  p.  514.     C.  71  ;  p.  192.) 

4.  "  allait,  and  give  the  future  tense.     (L.  34 — 2.    A.  p.  .510.    C.  p.  188.) 

5.  "  eouehee;  transie.     (L.  21— 3.     A.  136-2.     C.  P.  II,  51— 2.) 

6.  "  mordit.     (L.  28.     A.  28T,  290.     C.  184  ;  P.  II,  256.) 

7.  "  lui  donna  la  mort.     (L.  11,  24.     A.  50.  287,  290.     C.  71,  168  ;  P.  II,  256.) 

8.  "  il  est  bon  d'etre.     (L.  33— 2.    A.  140  and  Ke3i.    C.  P.  II,  182.) 


(5.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  -wicked  do  harm*  to  those  who  do  them  good.  2.  There 
are*  too  many  vipers  in*  the  world.  3.  The  viper  was  lying*  on  the 
snow.  4.  The  man  who  picked  it  up  was  imprudent.  5.  He  paid 
with  his  life*  for  his  imprudence.*  6.  It  is  not  good  to  pick  up  a 
viper.  7.  It*  bites  those  who  do  it*  good,  and  kills  them.  8.  It  is 
imprudent  to  be  charitable  towards  every  body.* 

(c.)    Oral  Exercise. 

1.  Qui  trouva  une  vipere,  couchee  sur  la  neige  ?  2.  Oii  trouva-t-il 
la  vipere  ?  3.  En  quel  etat*  etait  la  vipere  quand  riiomme  la  ra- 
massa ?  4.  Que  fit-il  ?  5.  Et  la  vipere,  que  tit-elle  des  qu'elle  fut 
ranimee  ?  6.  Comment  le  mechant  paye-t-il  celui  qui  lui  fait  du 
bien  ?  7.  Est-il  prudent  d'etre  charitable  envers  tout  le  monde  ?* 
8.  A  quoi  nous  conduit  la  faiblesse  ?    9.  Que  fait  l'homme  imprudent? 


18  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

O.    XiO,   Grrenouille  EJn^^ieixse   et  le  Bceuf. 

Une  grenouille  assise*  avec  ses  compagnes  sur  le  bord 
d'lm  lac,  vit  approcher*  im  boeuf  qui  venait  se  desalterer. 
Elle  admira  sa  belle  taille,  et  en  fut  envieuse.  "  Taclions* 
de  I'egaler/'  se  dit-elle ;  et  aussitot  elle  commence*  a 
s'enfler  ;  elle  s'etend,*  elle  se  travaille  ;*  puis  elle  demande* 
a  ses  compagnes:  ''Eh  bien  !  qu'en  pensez*-yous  ?  Suis- 
je  aussi  grosse  que  lui  ?"  "Point  du  tout/""  lui  repond-on, 
tu  n'en  approches*  pas."  Elle  redoubla  ses  efforts,  et 
s'enfla  si  bien  qu'elle  creva. 

Mesure  tes  efforts  sur  tes  forces,  ou  tu  te  perdras. 


Les  enyieux  mourront,  mais  non  jamais  Tenvie. — Moliere. 
L'envie  est  une  fureur  qui  ne  pent  souffrir  le  bien  des 
antres. — La  Rochefoucauld. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  assise.     (L.  37.    A.  142.     C.  P.  II,  212.) 

2.  "  vit  approcher.     (L.  20—2.    A.  31.    C.  P.  II,  317.) 

3.  "  en  fut  envieuse.     (L.  2-4,  12—2.     A.  66,  129—4.     C.  32—3,  81.) 

4.  "  tachons.     (A.  263—4.     C.  P.  II,  279.) 

5.  "  (le  I'egaler;  a  s'enfler.     (A.  256^     C.  P.  11,  322.) 

6.  "  eonnitenee ;  s'etend;  se  travaUle.     (C.  P.  II,  209.) 

7.  To  what  period  of  time  do  these  verbs  refer  ?    (C.  P.  II,  261—4.) 

8.  What  is  the  diilerence  between  j^enset^  de  and  pe««er  d?    (A.  p.  261,/.  n. 

9.  Parse  aussi  grosse  que  lui.     (L.  6,  14.    A.  146.    C.  41.)        [C.  P.  II,  249—4.) 


(b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  A  goat,*  lying*  on  the  bank  of  a  river,  saw  two  horses*  coming. 
2.  They  came  to  quench  their  thirst.*  3.  The  goat  admired  their 
beauty.*  4.  I  am  not  envious  of  it,  said  she.  5.  Tliey  run*  fast  ;* 
let  me  try  to  run  as  fast  as  they.*  6.  What  do  they  think  of  it  ? 
7.  Do  they  say  that  I  come  near  it  ?    8.  They  do  not  think  of  it  at  all. 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  Ou  la  grenouille  etait-elle  assise  quand  elle  vit  approcher  \fn 
bauf  ?  2.  Et  le  banif,  que  venait-il  faire  au  lac  ?  3.  Qu'est-ce  que  la 
grenouille  admira  dans  le  boeuf  ?  4.  Que  dit-elle  ?  5.  Et  que  fit-elle 
aussitot  ?  6.  Que  demanda-t-elle  ensuite  a  ses  compagnes  ?  7.  Que 
lui  repondit-on  ?  8.  Puis,  qu'arriva-t-il  ?  9.  Que  dit-on  des  envieux  ? 
10.  Qu'est-ce  que  c'est  que  l'envie  ? 


PART   FIRST.  19 

lO.     Frederic  II  et  le  I*age  Incliscret. 

Frederic  II,*  dit  le  Grand,  prenait  beaucoup  de  tabac. 
Pour*  s'eviter  la  peine  de*  fonillei*  dans  sa  poche,  il  avait 
fait*  placer  sur  chaque  cheminee  de  son  appartement  une 
tabatiere,  oii  il  puisait*  au  besoin.*  Un  jour  il  voit 
de  son  cabinet  un  de  ses  pages  qui  mettait*  sans  faQon  les 
doigts  dans  la  boite  ouverte  de  la  piece  voisine.  Au  bout 
de  quelque  temps,  le  roi  appelle*  le  page  etsefait  apporter* 
la  tabatiere  ;  puis  il  invite  le  jeune  bomme  a  y  prendre* 
une  prise.  ''  Comment  trouves-tu  le  tabac  ?''  lui  dit  le  roi. 
"Excellent,  sire."  "Et  cette  tabatiere?"  "Superbe, 
sire."  "Eb  bien  !  garde-la.  Je  la  crois*  trop  petite  pour 
nous  deux." 

Frederic  II  naquit*  en  1712  ;  il  monta  sur  le  trone  a  I'age 
de  vingt-huit  ans,  et  mourut*  en  1786.  II  regna*  done  pen- 
dant quarante-six  ans. 

{a.)     Questions  on  Gratnniar. 

1.  Parse  Frederic  II.    (A.  114  and  Rem.    C.  P.  II,  100—2.) 

2.  "  j^rennit.     (L.  42.     A.  p.  514.     C.  p.  192.) 

3.  "  liour  s'eviter.     (L.  20— 4.     A.  126.     C.  P.  II.  307,  391.) 

4.  "  la  i)eine  de  fouiller.     (L.  20—3.     A.  100.     C.  P.  II,  .30:).) 

5.  "  il  fivnit  fait  pincer;  il  sc  fait  apporter.   (L.  41.   A.  92.   C.  P.  11,324.) 

6.  "  il  I'invite  a  y  prendre.     (L.  20—2—2.     A.  254.     C.  P.  II,  320.) 

7.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense  and  refer  to  past  time. 

8.  Why  are  ^Jj'cjtatf,  puisait  and  wteffait  in  the  imperfect  tense.    {See  Xotes.) 


{h)    Exercise  for  Translation, 

1.  I  have  no*  snuffbox  ;  I  do  not*  take  smiff.  2.  To  save  himself 
the  trouble  of  going  out,  he  had  the  box  brought  to  him.  3.  He 
put  his  fingers,  without  any  ceremony,  into  my  box,  which  stood* 
open  on  the  mantel-piece.  4.  In  case  of  need,  yon  may*  take  my 
horse.  5.  To  save  you  the  trouble  of  going  for*  him,  I  shall  send* 
him  to  you.* 

(c.)    Oral  Exercise. 

1.  Pourquoi  Frederic  avait-il  fait  placer  une  tabatiere  sur  chaque 
cheminee  ?  2.  Que  vit-il  un  jour  de  son  cabinet  ?  3.  Que  fit-il  au 
bout  de  quelque  temps.  4.  A  quoi  invita-t-il  le  jeune  homme  ? 
5.  Quelles  questions  lui  't-il?  6.  Que  lui  dit-il  ensuite  ?  7.  Quand 
Frederic  II  naquit-il  ?  8.  A  quel  agd  monta-t-il  sur  le  trone  ? 
9.  Quand  mourut-il  ? 


20  ANALYTICAL   FEEN^CH   KEADER. 


11.     I^a  IVTontre  du  Gri*eiia/clier  I*i'xissieru 

Un  grenadier  du  roi  de  Priisse  portait,  faute  de  montre, 
line  assez  grosse  balle  attachee  a  un  cordon  qui  pendait 
de  sa  Teste,  en  guise  de  chaine  de  montre.*  Le  roi  qui  en 
fut  averti  voulut*  s'amuser  aux  depens*  de  la  vanite  du 
militaire.  A  la  parade  passant  devant  les  rangs,  il  s'arreta 
au  porteur  de  la  montre  fictive  et  lui  dit :  "^Mon  brave, 
tirez  votre  montre  et  dites-moi  quelle  heure  il  est."  Le 
soldat  confondu  rougit,  mais  il  obeit.  En  tirant  la  balle 
de  sa  poche,  il  dit :  ^^  Sire,  ma  montre  n'indique  pas 
riieure  du  jour,  mais  elle  me  dit  qu'a  toute  heure*  je  dois* 
etre  pret*  a  mourir  pour  Votre  Majeste."  Frederic, 
charme  de  cette  reponse,  tira  sa  montre  et  la  donna  au 
grenadier. 

Le  devouement  et  la  generosite  se  touc]ie7it  de  pres.'^ 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  du  roi  (Je  Prusse.     (L.  4—2—3  ;  48—2.    A.  332—2.     C.  P.  II,  35—2.) 

2.  "  faute  de  montre.     (L.  4—2—3.     A.  71—3.     C.  P.  II,  28.  Exc.  3.) 

3.  "  en  guise  de  chaine  de  montre.    (L.  4 — 2 — 3.  A.  71 — 3.   C.  P.  II,  Exc.  3.) 

4.  "  il  s'arreta.     (L.  32.     A.  249— 3.     C.  P.  II,  209.) 

5.  "  dites-moi.    (L.  40.    A.  262  ;  p.  512.     C.  p.  190  ;  P.  II.  278.) 

6.  "  passant;  en  tirant.     (L.  21.     A,  309.     C.  P.  II,  328.) 

7.  '•  d  toute  heure.     (L.  10.    A.  122  and  Rem.     C.  P.  II.  102.) 

8.  "  je  dois  etre.     (L.  27.    A.  84—2.     C.  P.  II,  325.) 

9.  "  pret  a  mourir.     (L.  49—4.    A.  313—17.     C.  P.  II,  83.) 


(b.)    Exercise  for   Translation, 

1.  What  time  is  it  by*  your  watch  ?  2.  He  has  no  watch.  3.  He 
carries  a  ball,  by  way  of  a  watch.  4.  He  has  attached  a  string  to  it. 
5.  His  watch  tells  him  that  he  is  one  of  the  king  of  Prussia's  soldiers,* 
and  that  he  must  be  ready  to  die  at  any  hour.  6.  The  soldier's 
answer*  pleased*  the  king,  who  gave  him  his  own*  watch. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1,   Qu'est-ce    que*    le    grenadier    portait,     faute    de    montre  ? 

2.  Qu'est-ce  qui*  pendait  de  sa  veste,  en  guise  de  chaine  de  montre  ? 

3.  Que  tit  le  roi  a  la  parade,  passant  devant  les  rangs  ?  4.  Que  dit-il 
au  porteur  de  la  montre  fictive  ?  5.  Que  fit  le  soldat  ?  G.  Que  dit-il, 
en  tirant  la  balle  de  sa  poche  ?  7.  Comment  Frederic  regut-il  la 
reponse  du  soldat  ?    8.  Que  fit-il  ? 


PART   FIRST.  21 

13.     Pixlssanoe  cle  la  Concorde. 

Un  homme  qui  avait  clouze  fils,  les  fit*  rassembler  aiitour 
de  son  lit  de  mort ;  et,  comme  ils  attendaient  sa  derniere 
benediction,  il  leur  montra  un  faisceau  de  fleches  et  leur 
ordonna,*  a  chacun  d'eux  separement,  de*  les  rompre, 
ainsi  liees,  toutes  a  la  fois.  Aucun  d'eux  ne  put*  y  par- 
venir.  II  leur  dit*  ensuite  de*  les  separer  et  de*  les 
rompre,  Tune  apres  Tautre.  Ils  les  rompirent  de  cette  ma- 
niere  avec  facilite.  '^  Eh  bien,  mes  enfants,"  dit  alors  le 
pere,  "conservez  cet  embleme  du  pouvoir  de  la  Concorde,  et 
rappelez-vous  qu'aussi  longtemps  que  vous  resterez  unis 
personne  ne  pourra  vous  vaincre."' 

Des  la  mort  du  vielliard,  la  famille  prit  pour  devise  : 

V  union  fait-^  la  force. 

(a.)     Questions  on  Gratntnar, 

1.  Varse  les  fit  rassembler.     (L.  41 ;  p.  186,/.  ».    A.  93— 3.    C.  P.  II,  324.) 

2.  "  leur  ordonna ;  a  chacun  d'eux.    (L.  11,  14,  19.   A.  50,62,2:38.   C.  71, 

3.  '  de  les  rompre.     (L.  20-2—3.     A.  255.     C.  P.  H,  321.)  [91,  127.) 

4.  "  ainsi  llees.     (L.  21-3,  4.     A.  136— 2.     C.  P.  II,  51— 2.) 

5.  "  aucun  d'eux.     (L.  19.     A.  62,  238.     C.  P.  II,  135.)  [342.) 

6.  "  ne  2uit  y  parvenir.     (L.  12,  37.  44—8.    A.  66,  157  ;  p.  512.    C.  82";  P.  11, 

7.  "  il  leur  dit  de  les  separer.     (L.  20—2,  3.     A.  255.     C.  P.  II,  321.) 

8.  "  rapiM'lez-vous.     (L.  51—4.     A.  262.     C.  P.  II.  131.) 

9.  "  personne  ne  jiourra  vous  vaincre.     (L.  19-     A.  238.     C.  131. j 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1,  He  called  us  together*  around  ]iis  table,*  and  showed  us  a  heavy 
box,*  which  contained*  l)ooks.  2.  He  told  us,  to  each  of  us  sepa- 
rately, to  put*  the  box  on  the  table.     3.  No  one  of  us  could  do*  it. 

4.  Then  he  told  us  to  do*  it  all  together.  5.  Each  of  us  four*  took* 
a  corner*  of  the  box,  and  we  thus*  raised*  it  with  ease.  6.  What* 
one  man  alone*  cannot  do,  the  united  force  of  four  men  accom- 
plishes* with  facility  ?*  7.  It  is  therefore*  true  that  in  union  there 
is  strength. 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  Combien  I'homme  avait-il  de  tils  ?  2.  Ou  les  fit-il  rassembler  ? 
3.   Que    leur    montra-t-il  ?     4.    Que    leur    ordonna-t-il    de    faire  ? 

5.  Purent-ils  rompre  les  fleches,  liees  ensemble  ?  6.  Que  leur  dit-il 
ensuite  de  faire  ?  7.  Parvinrent-ils  a  les  rompre  de  cette  maniere  ? 
8.   Que  dit  le  pSre  ensuite  a  ses  enfants  V 


22  ANALYTICAL   FREIS'CH    READER. 


13.     I^e  IMoineau.  et  ses  I*etits. 

Un  moineau  avait  fait  son  iiid  dans  le  troii  d'uii  mur. 
II  elevait  tranquillement  sa  famille,  et  il  aurait  ete  heu- 
reux  si  ses  petits  eussent*  youlu  reconter,*  mais  a  chaque 
instant  ils  venaient  sur  le  bord  du  nid.  Le  panvre  oiseau 
tremblait  dans  la  crainte  de*  les  voir  tomber.  II  leur 
disait  tons  les  Jours  de*  rester  dans  le  fond  du  nid,  mais  ils 
ne  lui  obeissaient*  pas.  Un  jour*  qu'il  etait  sorti,*  ils 
s'exciterent  a  la  desobeissance  et  ils  en  furent  punis.  Ils 
s'avancerent  tant  qu'ils  tomberent  a  terre.  lis  n'avaient 
pas  encore  de  plumes  aux  ailes  ;  ainsi  ils  ne  purent  se 
sauver.  lis  devinrent*  la  proie  d'un  gros  cliat  du  voisinage  : 
il  les  vit,  les  saisit  et  les  mangea  sur-le-cliamp. 

.  La  desobeissance  sera  imnie,  tot  ou  tard. 

(a.)     Questions  ou  Gramtuar. 

1.  Parse  il  aurait  ete.     (L.  23.    A.  268.     C.  P.  II,  268.) 

2.  "  s'ils  eussent  voaln.     (A.  307-3.     C.  P.  II,  294.) 

3.  "  Vecouter.     (L.  29,  Voc.    A.  46  and  Re 3i.    C.  P.  II,  199.) 

4.  "  a  chaque  instant ;  tons  les  jours.     (L.  10.     A.  122.     C.  GO— 3.) 

5.  "  la  crainte  de  les  voir  tomber.     (L.  20—3.     A.  100.    C.  P.  II.  309.) 

6.  "  lui  obeissaient.     (L.  11,  26.     A.  50,  75,  242.     C.  70  ;  P.  II,  205.) 

7.  "  etait  sorti.     (L.  31-2.    A.  179.     C.  219  ;  P.  II,  205.) 

8.  "  ils  en  furent  j>unis.     (L.  30.     A.  241.     C.  218.) 

9.  "  ils  s'exciterent;  s'avancerent.     (L.  51.     A.  287,  290.     C.  P.  II,  265.- 
10.  "  _2>a«  rfe  i>i«tme«.    Why  not  <?es  j>?MmP6' ?    (L.  4— 2.    A.  71.     C.  27— 2.) 


(b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  Listen  to  the  voice*  of  reason  ;*  it  tells*  you  to  obey*  your 
parents.  2.  If  you  do  not  obey  them,  you  will  be  punished,  sooner 
or  later.  3.  They  were*  punished  by*  their  teacher*  for*  their 
disobedience.  4.  They  would*  not  listen  to  him.  5.  They  would 
not  have  been*  punished,  if*  they  had  obeyed  him. 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  Oil  le  moineau  avait-il  fait  sou  nid  ?  2.  Etait-il  heureux 
d'elever  sa  famille  tranquillement  ?  3  Que  faisaient  ses  petits  ? 
4.  Qu'est-ce  qui  faisait  trembler  le  pauvre  moineau  ?  5.  Que  disait-il 
tons  les  jours  a  ses  petits  ?  G.  Que  firent  les  petits  un  jour  que  le 
moineau  etait  sorti  ?  7.  Comment  furent-ils  punis  de  leur  deso- 
beissance ?  8.  Pourquoi  ne  purent-ils  se  sauver  ?  9.  Qui  les  vit  ? 
10.  Que  tit  le  chat  ? 


PART  FIRST.  23 

14r.     Le*  Roi  I*liilipi>e  et  la  I»au>^re 
Su-ppliante. 

Une  pauvre  fomnie*  avait  souvent,  mais  en  vain,  de- 
mande  audience  a  Philippe,  roi  de  Macedoine,  pour  cer- 
tains torts  dont  elle  se  plaignait.*  Le  roi,  dans  un  mo- 
ment d'impatience,  lui  dit  qu'il  n'avait  pas  le  temps  do* 
I'ecouter.  "N^on!"  s'ecria  cette  femnie,*  "  vous  n'avez 
done  pas  le  temps  d'etre  roi  ! "  Philippe,  qui  ne  s'atten- 
dait  pas  a  cette  apostrophe,  fift  confondu,  et,  ayant  pese 
ces  paroles  en  silence,  il  permit*  a  la  femme  de*  s'expli- 
quer.  11  se  fit*  ensuite  une  loi  d'*ecouter  attentivement 
tous  ceux  qui  s'adresseraient  a  lui,*et  cette  loi  il  Fobserva* 
pendant  tout  le  reste  de  sa  vie. 

0)1 7V est  jamais  au-dessus  des  devoirs  de  VhumaniU. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 
1.  Parse  avait  demande  nudience  d  Philippe.  (L.  47.  A.  336.  C.  P.  11, 11,  243.) 


DONT  elle  se  plalgnnit.     (L.  18,  34.     A.  231,  249.    C.  121  ;  P.  II,  211.) 

le  temps  de  I'econter.    (L.  20— 3.     A.  100.     C.  P.  II.  309.) 

Hon!  s'ecria  cette  femme.     (A.  326—4.     C.  P.  II,  238.) 

qui  ne  s'attendait  pas  a.     (L.  32—2.    A.  249—5.     C.  P.  U,  211.) 

il  permit,  model  mettre.     (L.  41.    A.  p.  514.    C.  p.  192.) 

a  la  femmede  s'expliquer.    (L.  20— 3.    A.  255,  327.    C.  P.  II,  321,  323.) 

j7  se  fit  une  loi.     (C.  P.  II,  198.) 

d'ecouter  tous  ceux.    (L.  20-3.    A.  100.    C.  P.  11,  309.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Of  what  do  3^011  complain  ;  have  you  too  much  to  do  ?* 
2.  No,  sir  ;  it  is  his  conduct  I  complain  of.*  3.  I  have  no  time  to 
listen  to  yon,  said  he  to  me.  4.  I  did  not  expect  that  answer  ;  and, 
having  looked  at  him  in  silence,  I  said  to  him:  "Permit  me  to 
explain  myself."  o.  I  shall  henceforth*  listen  to  all  who  address* 
me.  6.  I  have  made  it*  a  law  to  myself,  and  that  law  I  shall  observe 
as  long  as*  I  live. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  avait  souvent  demande  audience  {\  Philippe,  roi  de  Mace- 
doine ?  2.  De  qiioi  se  plaignait  la  femme  ?  3.  Que  lui  dit  le  roi 
dans  un  moment  d'impatience  ?  4.  Quelle  apostrophe  la  femme  lui 
adressa-t-elle  ?  5.  Que  fit  le  roi  apres  avoir  pese  les  paroles  de  la 
femme  ?  C.  Quelle  loi  se  fit-il  ensuite  ?  7.  Et  cette  loi,  ra-t-il* 
observe©  ? 


24  AIs^ALYTICAL   PKENCH    KEADER. 


15.     Eini>ire   sur   Soi-raeme.* 

Alexandre,  le  Grand,  marcbant  a  la  conquete  de  I'uni- 
vers,  traversait  en  Asie  un  grand  desert  de  sable.  L'eau 
vint  a  manquer  :*  il  n'en  restait*  qu'une  joetite  quantite, 
qu'un  soldat  prit*  dans  son  casque  et  offrit*  an  roi.  Mais 
Alexandre,  voyant  ses  soldats  alteres  anssi  bien  que  lui, 
s'ecria  :  ^^Moi,  je  boirais*  seul !"  et  il  repandit  l'eau  sur  la 
terre.  Rem23lis*  d'adniiration  pour  un  roi  capable  d'un 
tel*  acte  d'abnegation,  ses  soldats  s'ecrierent  tons  d  la  fois  : 
"  Marchons  !  nous  ne  sommes  pas  fatigues  ;  nous  n'ayons 
pas  soif  ;  nous  nous  croyons  plus  que  des  mortels,  sous  la 
conduite  d'un  si*  grand  roi."  L'entliousiasme  s'empara  de 
tons  les  coeurs  ;  I'armee  se  croyait  dorenavant  invincible. 

Le  vrai  conquerant  se  commande  a  soi-mmne. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  l'eau  vint  d  manquer.     (L.  51  ;  p.  234.     A.  257.     C.  P.  IT,  p.  141.) 

2.  "  il  n'en  restait  que.     (L.  12,  33,  44—8.     A.  66,  156—2.     C.  81,  312  ;  P.  II, 

3.  "  irrlt;  offrit.     (L.  36,  42.     A.  pp.  510,  514.     C.  p.  192.)  [224.) 

4.  "  voyant  ses  soldats  alteres.     (L.  38.     A.  p.  512.     C.  p.  190.) 

5.  "  aussl  bien  que  lui.     (L.  6,  14.     A.  146.     C.  41,  91.) 

6.  "  moi,Jehoirais  seul!  {l^.\4—'i,m.    A.  62— 2— 2;  p.  512.    C.  91— 2;  p.  190.) 

7.  "  remjilis  d'admiration.    (L.  21— 4.    A.  136,  313— 7.    C.  P.  II,  51,  380— 9.) 

8.  "  tin  TEL  acte;  nn  si  grand  roi.     (L.  10—8.    A.  238—11,  320—8.    C.  66—9  ; 

9.  "  se  co)nmande  a  soi-menie.    (L.  14 — 4.    A.  248.    C.  92.)        [P.  II,  350.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  We  were  traversing  a  sandy  desert  in  Africa.*  2.  I  had 
never  seen  such  a  desert.  3.  Such  a  great  scarcity*  of  water  !  you 
can  have*  no  idea*  of  it.  4.  There  was  but  a  small  quantit}^  of  it 
left,*  which  was  in  an  earthen  pot.  5.  The  pot  was  broken*  by 
accident,*  and  the  water  was  spilled  on  the  ground.  6.  We  were 
all  very  thirsty,*  but  we  did  not  complain.  7.  We  M^ere  very  tired, 
but  we  travelled  all  day,*  without  eating  or  drinking.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qu'arriva-t-il  quand  Alexandre  traversait  un  desert  de  sable  en 
Asie  ?  2.  Coml)ien  restait-il  encore  d  cau  ?  8.  Que  fit  un  soldat  avec 
la  petite  quantite  qu'il  en  restait  ?  4.  Que  fit  Alexandre  quand  le 
soldat  lui  offrit  l'eau  ?  5.  Que  dirent  ses  soldats,  en  voyant  cela  ? 
0.  Que  fait  Ic  vrai  conquerant  ? 


PART  FIRST.  25 

16.     Le  Renard.  et  le  Corl>ea\i. 

Tin  corbeau,  perclie  snr  im  arbre,  tenait  en  son  bee  un 
morceau  de  fromage,  qivil  avait  vole.  Un  renard,  qui 
passait  par  la,  raper9nt,  et  liii  adressa  ces  paroles : 
"  Bonjonr,  maitre  corbeau.  Que  a'ous  me  semblez  beau  !* 
J'admire  la  couleur  de  votre  plumage  et  les  graces  de  votre 
personne.  Vous  avez  sans  doute  une  belle  voix.  Si  vous 
cbantiez  pour*  m'obliger,  vous  seriez  bien  aimable."  Cette 
flatterie  eut  son  effet :  le  corbeau  youlut  faire  entendre*  sa 
voix,  il  ouvrit  son  bee,  et  laissa  tomber  le  fromage.  Le 
renard  mit  la  patte  dessus,  et  regardant  le  corbeau  lui  dit : 
'^  Ami  corbeau,  je  vais  manger  le  fromage,  et  toi,*  tu  vas 
digerer  le  compliment." 

Le  flatten}'  se  moque"^  de  celui  qui  Vecoute,  et  en  fait  sa 
dupe.* 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  en  son  bee.     (L.  52  ;  p.  237.    A.  109.    C.  309 ;  P.  U,  382.) 

Qu'ti  avait  vole.    (L.  18—3,  21-4—3.    A.  166,  230.    C.  liS  ;  P.  II,  329—3.) 

I'ajiergut.     (L.  27.    A.  p.  501.     C.  186.) 

QUE  VOUS  me  semblez  beau!    (A.  300—7.     C.  P.  11,420—2.)         [307.) 

si  vous  eJiantiez  pour  m'obliger.    (L.  20 — 4,22,24.   A.  126.   C.  P.  II, 

vous  seriez  bien  aimable.     (L.  51— 3.     A.  268.     C.  P.  II,  268.) 

voulut,  and  give  the  future  tense.     (L.  38.    A.  p.  512.    C.  p.  190.) 

faire  entendre.     (L.  41  ;  p.  186,/.  n.     A.  92—3.     C.  P.  II,  324.) 

ouvrit;  mit.     (L.  36,  41.     A.  pp.  510,  514.     C.  pp.  188,  192.) 

Je  vais;  toi,  tu  vas.    (L.  14,  .34.    A.  62—2  ;  p.  510.     C.  91—2 ;  p.  188.) 


(b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  How  kind*  you  are  !  2.  You  seem  to  me  as  amiable  as  you 
are*  beautiful.  3.  Such,  a  fine  bird  must*  have  a  fine  voice. 
4.  As  are  the  feathers,  so  is  the  warbling,*  they  say.*  5.  Do  not 
listen  to  the  flatterer  ;  he  is  deriding  you.  6.  The  raven  thought 
otherwise  ;*  he  opened  his  beak  to  oblige  the  fox.  7.  It*  cost  him 
his  piece  of  cheese.  8.  There  are  many  who  let  fall  their  cheese  in 
opening  their  mouths.* 

(c.)    Oral  Exercise. 

1.  Oil  etait  le  corbeau  qui  tenait  im  morceau  de  fromage  en  son 
bee  ?  2.  Qui  I'aper^ut  en  passant  ?  3.  Quelles  paroles  le  renard 
lui  adressa-t-il  ?  4.  Que  dit-il  du  plumage  et  de  la  personne  du 
corbeau?  5.  Et  de  sa  voix  ?  6.  Si  le  corbeau  chantait,  que  serait-il  ? 
7.  Quel  effet  eut  cette  flatterie  ?  8.  Quand  le  corbeau  laissa  tom.ber 
le  fromage,  que  fit  le  renard  ?  9.  Que  dit-il  au  corbeau  quand  il 
avait  la  patte  sur  le  fromage  ? 


26  ANALYTICAL   FREi^^CH   EEADEB. 

17.     L'-A^A^are   et  la  I*ie. 

Un  avare  comptait  son  argent  tons  les  jours.  Le  compter 
et  le  cacher,  voila*  tout  I'usage  qu'un  avare  fait  de  son 
argent,  et  c'est*  pour  lui  une  donee  occupation.  Une  pie, 
locataire  dn  meme  aj^^Dartement,  voyait  le  vieillard  cliaque 
fois  a  son  ouvrage.  S'etant  un  jour  echapj^ee  de  sa  cage, 
pendant  qne  le  proprietaire  etait  dans  la  piece  voisine,  elle 
vint  subtilement  enlever  nn  louis  qu'elle  caclia  dans  nne 
crevasse  du  planclier.  L'avare  avait  aper9u  Faction  de  la 
pie  et  s'ecria  :  "  Ah  !  ah  !  c'est  done  toi  qui  me  derobes 
mon  tresor  !  tu  ne  saurais  le  nier.  Je  te  prends  sur  le  fait,* 
coquine ;  tu  mourras."  "Doucement,"  repondit  la  pie, 
"doucement,  mon  cher  maitre  ;  n'allez  pas  si  vite  !*  Je 
me  sers*  de  votre  argent  comme  vous  vous  en  servez  vous- 
meme.  S'il  faut  que  je  perde*  la  vie  pour  avoir  cache  nn 
,seul  louis,  qne  meritez-vous,  dites-moi,  vous  qui  en  cachez 
tant  de  mille."* 

(a.)     Questions  07i  Grammar. 

1.  Parse  c'est  une  douce  occupation.    (L.  5  bis.    A.  129,  221.    C.  32,  Exc.  7,  104.) 

2.  "  locataire  du  metne  appartetnent .    (L.  48;  p.  217.   A.  137.   C.  P.  II,  45.) 

3.  "  s'etant  ecliappee.     (L.  32.     A.  185.     C.  225.) 

4.  "  vint  enlever.     (See  No.  2,  Quest.  2  ;  and  No.  4,  Quest.  4.) 

5.  "  tu  ne  saurais.     (See  No.  5,  Quest.  2.) 

6.  "  tu  mourras.     (L.  36.    A.  p.  510.    C.  p.  188.)  [247.) 

7.  "  Je  tne  sers  de;  vous  vous  en  servez.    (L.  36.    A.  249 — 5.    C.P.  II,  211, 

8.  "  s'il  faut  que  Je  iterde  la  vie.    (L.  33,  48.    A.  199, 295.    C.  P.  II,  30, 282.) 

9.  "  qui  en  cachez  tant  de  mille.   (L.  18, 44.  A.  103,  233.    C.  315  ;  P.  II,  233.) 


{b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  Dame*  magpie  escaped  from  her  cage  and  took  away  a  gold- 
piece.*  2.  She  ran  and*  hid  it  in  a  crevice  of  the  floor.  3.  The 
old  man  saw,  from  an  adjoining  room,  that  liis  tenant  stole  his 
money.  4.  He  threatened*  to  kill  lier.  5.  Shall  I  have*  to  lose 
my  life  for  so  little  ?*  said  she.  6.  Then*  you  deserve  death*  a 
thousand  times.*  7.  The  miser  hides  his  money  and  does  not  use 
it.     8.  If  you  have  money,  try*  to  make  good  use  of  it.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  comptait  son  argent  tons  les  jours  ?  2.  Quel  usage  en 
fait-il  ?  3.  Qu'est-ce  que  c'est  pour  lui  le  compter  et  le  cacher  ? 
4.  Qui  voyait  le  vieillard  a  son  ouvrage  chaque  fois  ?  5.  Que  fit  la 
pie  im  jour  ?  G.  Ou  cacha-t-elle  le  louis  qu'elle  avait  enleve  ?  7.  Que 
lui  dit  l'avare  V     8.  Que  lui  repoudit-elle  ? 


PART   FIRST.  2? 


18.     TJne  I»a/Ti^vre   Satisftxction. 

Henri  VIII,*  roi  (rAnglcterre,  etant  en  querelle  avec 
Frangois  P^,*  roi  de  France,  resolnt*  de  Ini  envoyer 
un  ambassadenr  avec  un  message  con9n  en  termes  liau- 
taius  et  mena9ants.  II  fit  clioix  pour  cette  mission  du 
chancelier  Sir  Thomas  More.  Le  chancelier  ayant  fait 
ol)server*  a  Henri  que  son  ambassade  ponrrait*  bien  lui 
couter  la  tete,*  le  roi  lui  dit  :  "l>^e  craignez  rien,  mon 
cher  ;  si  Francois  yous  otait  la  vie,  je  ferais  couper  la  tote  a 
tons  les  Fran^ais  qui  se  trouvent  dans  mes  domaines." 
"  Ce  serait  une  bien  pauvre  satisfaction  pour  moi,  sire,"  re- 
pliqua  le  facetieux  chancelier  ;  "  car  je  doute  fort  que,* 
parmi  toutes  ces  tetes,  il  s'en  trouvat*  une  qui  allat*  sur 
mes  epaules  aussi  bien  que  la  mienne." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  Henri  VIII;  Frnnr.ols  I"-.    (A.  114  and  Rem.    C.  P.  n,  100—2.) 

•2.  •'  vesolut  de  lui  envoijer.     (L.  20,  42.     A.  255.     C.  p.  192  ;  P.  II,  321.) 

3.  "  nyant  fait  observer  d.     (L.  41  ;  p.  186./.  n.  A.  92—3.    C.  P.  II,  324.) 

4.  "  2»'>"rrait.     (L.  .37.     A.  271.     C.  P.  II,  271.) 

5.  "  lui  couter  la  tete;  vous  otait  la  vie.  (L.  48;  p.  217.  A.  199.  C.  P.  IT,  .30.) 

6.  "  Je  ferais  couper  la  tete.     (L.  48:  p.  217.    A.  199— 2.     C.  P.  II,  31.) 

7.  "  je  doute  fort  que.     (L.  51—5.     A.  295.     C.  P.  II.  421.) 

8.  "  il  s'en  trouvat  une.     (L.  51  ;  p.  232.     A.  306—4.     C.  P.  II,  300.) 

9.  "  <iui  allat.     (L.  51  ;  p.  2.32.    A.  298—2.    C.  P.  II,  287—2.) 


(5.)    Exercise  for  Translation, 

1.   King    Henry  VIII.    had    a    quarrel    with    king    Francis   I.* 

2.  Henry    wanted*    to    send    an    insulting;*    message    to    Francis. 

3.  Cliancellor  More,  being  chosen  for  the  mission,  ob.served*  to  the 
king  that  it*  might  cost  him  his  Kfe.  4.  Tlie  king  rephed  to  him 
tliat,  if  lie  did  not  like*  the  mission,  he  would  make  choice  of  some 
one  else*  who  was  not  afraid*  to  deliver*  his  messa2:e. 


{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Avec  qui  le  roi  Henri  VIII  etait-il  en  querelle  ?  2.  Que  re- 
solut-il  de  faire  ?  3.  De  qui  fit-il  clioix  pour  cette  mission  ? 
4.  Qu'est-cc  que  le  chancelier  fit  observer  au  roi  ?  5.  Que  lui  re- 
pondit  le  roi  ?  6.  Que  voulait-il  faire  si  Francois  otait  la  vie  au 
chancelier  ?  7.  Que  dit  le  chancelier  la-dessus  ?  8.  De  quoi  dou- 
tait-il  ? 


28  ANALYTICAL   FREN'CH    READER. 

19.     I^oonid-as  axix:  Termoi>yles. 

Le  roi  Xerxes  s'approcliait  des  Termopyles,  a  la  tete 
d'nne  armee  de  pins  de*  trois  cent*  mille  hommes.  II 
trouva  ce  defile  garde  par  trois*  cents  Spartiates  sous 
Leonidas.  Xerxes  fut  etonne  de  la  tranquillite  qui 
regnait  dans  le  camp  des  Lacedemoniens.  II  attribua  ce 
calme  plutot  a  1  indecision  de  ses  adversaires,  qu'a  leur  re- 
solution de  s'opposer*  a  son  passage.  II  attendit  done  trois 
jours  pour  leur  laisser  le  temps  de  la  reflexion.  An  bout 
de  ce  temps  il  ecrivit  a  Leonidas  :  ^'Si  tu  te  soumets,  je 
te  donnerai  I'empire  de  la  Grece."*  Leonidas  lui  re- 
pondit :  "J'aime  mieux  mourir*  pour  ma  patrie  que  de 
I'asservir."*  Le  roi  lui  envoya  une  seconde  lettre,  qui  ne 
contenait  que  ces  mots :  ''  Rends-moi*  tes  amies.  " 
Leonidas  ecrivit  au-dessous  :  ^^  Viens  les  prendre." 

{a.)     Questions  on  Graniniar. 

1.  Parse  s'approcliait  des  T.     (L.  38—2.     A.  249.     C.  P.  IT,  209,  247.) 

2.  "  PLUS  DE  trois  cent  tnille.     (A.  155—4.     C.  P.  II,  3()0.) 

3.  "  ti'o is  CET^T  mille  ;  trois  cEtJTS.    (L.9bzs;-p.50,f.n.    A.  104.    C.  Gl— 3.) 

4.  "  de  s'opposer  a.     (L.  20—3.     A.  249.     C.  P.  II,  209.) 

5.  "  il  ecrivit.     (L.  41.     A.  p.  512.     C.  p.  192.)  [269.) 

6.  "  sirute  sotnnets,jete  donnerai.    (L.41{mettre:].   A.  268— 2.    C.  P.  II, 

7.  "  j'aime  mien.r,  mourir.     (L.  .51  ;  p.  2.33.     A.  2.53— 2  [«].    C.  P.  II,  319.) 

8.  "  que  de  I'asservir.     (A.  272.     C.  P.  II,  303,  Rem.  2.) 

9.  "  qtii  ne  contenait  que.     (L.  36  [fefd)^].  44—8.     A.  1.56—2.     C.  312.) 
10.  "  rends-moi  tes  amies.     (L.  50.    A.  262.     C.  P.  II,  131.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1,  We  were  approaching  the  city.  2.  It  was  guarded  l)y  two 
hundred  aud  fifty  soldiers.  3.  We  were  more  than  eight  liundred. 
4.  They  opposed  our  passage.  5.  ^Ye  were  astonished  at  their  con- 
duct.* 6.  Our  general  Avrote  to  the  commander  :*  "  Let  iis  pass,  or 
we  shall  reduce*  your  town  to  ashes."*  7.  lie  answered:  "We 
would  rather  die  than  to  let  you  pass."  8.  After  a  siege*  of  three 
days,  they  surrendered.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Comhien  de  Spartiates  gardaient  le  defile  des  Termopyles  quand 
Xerxes  s'cn  approchait  a  la  tete  de  son  armee  ?  2.  De  quoi  le  roi 
fut-il  etonne  ?  ?>.  A  quoi  attribua-t-il  le  calme  qui  regnait  dans  le 
camp  des  Lacedemoniens  ?  4.  Qu'ecrivit-il  a  Leonidas  ?  5.  Que 
lui  repondit  Leonidas  ?  G.  Que  contenait  la  seconde  lettre  de 
Xerxes  ?    7.  Qu'est-ce  que  Leonidas  ecrivit  au-dessous  ? 


PAET  riEST.  29 

30.     I^aconisme   d.e   Henri  I"V. 

Un  jour  Henri  IV  rencontra  un  ecclesiastiqne  a  qui 
il  fit  les  questions*  suivantes  :  "D'ou  venez-vous  ?  Oii 
allez-YOUs  ?  Que  demandez-vous  ?"  L'ecclesiastique  re- 
pondit  sur-le-champ  :  ''De  Bourges  ;  a  Paris;  un  bene- 
fice."    ^' Vous  I'aurez,"  dit  le  roi,  et  suivit  son  chemin. 

Avant*  la  bataille  d'lvry,  il  dit  a  ses  troupes  :  ^^  Je  suis 
votre  roi  ;  vous  etes  Fran9ais ;  voila  I'ennemi ;  suiA^ez- 
moi." 

Au  fort  de  Taction,  voyant  son  avant-garde  plier,  il  dit 
aux  fuyards  :  "  Tournez  la  tete*  de  mon  cote  ;  si  yous  ne 
voulez  pas  combattre,  du  moins  voyez-moi  mourir. 

On  rapporte  volontiers*  de  lui  les  paroles*  suivantes  : 
Enfants,  si  vous  perdez  vos  enseignes,  suivez  mon  panache 
blanc ;  vous  le  trouverez  ton  jours  sur  le  chemin  de 
rhonneur, 

(a.)     Questions  on  Gramtnar. 
1.  Parse  a,  qui  il  fit.     (L.  18—4,  41.    A.  231  ;  p.  514.     C.  119  ;  p.  192.) 


2. 
3. 

4. 
5. 
6. 
7. 
8. 
9. 
10. 


faire  di-.s  questions.     (L.  41,  Yoc.     A.  235.     C.  P.  II,  p.  200.) 
avant,  (lei'ant.   State  the  difference.   (L.  45.    A.  148,/.  ?i.   C.  P.  IT,  377.) 
avant,  uffnit  de.        "  '"      (L.32,/.  ?(.   A.  125  and  Rem.   C.P.  II, 

suivit  son  cJionin.     (L.  43.     A.  p.  514.     C.  p.  192.)  [377.) 

Je  suis  votre  roi;  Je  suis  mon  chemin. 
tournez  la  tete.     (L.  4S  ;  p.  217.     A.  199.     C.  P.  II,  31.) 
de  mon  cote.     (A.  313—4.     C.  P.  II,  380.) 

on  rapporte  voloutiers.     (L.  19—5.     A.  238—5.     C.  130.)  [Exc.  6.) 

blanc.    What  is  its  feminine  form  ?    (L.  5  Us,  Exc.  G.    A.  129—7.    C.  32, 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  I  met  him  on  the  road,  not  long  ago.*  2.  I  took  his  hand,*  and 
asked  him  where  he  was  going.  8.  I  then*  asked  of  him  the  follow- 
ing questions,  to  which*  he  replied  immediately.  4.  I  come  from 
home  ;*  I  am  going  to  New  York,  and  seek*  a  situation.*  5.  I  said 
to  him  :  "You  shall  have  one  in  my  office."*  6.  He  turned  his 
head  toward  me,  and  said:  "Go  on,*  I  follow  you;  I  am  your 
friend. " 

{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Quelles  questions  Henri  IV  fit-il  a  recclesiastique  qu'il  ren- 
contra ?  2.  Que  lui  repondit  I'ecclesiastique  ?  3.  Que  dit  le  roi  ? 
4.  Que  dit-il  a  ses  troupes  avant  la  bataille  d'lvry  ?  5.  Quand  il  vit 
son  avant-garde  plier,  au  fort  de  Taction,  que  dit-il  aux  fuyards  ? 
6.   Quelles  sent  les  paroles  de  Henri  IV  qu'on  rapporte  volontiers  ? 


30  AI^ALYTICAL   FRENCH    READER. 

31.     XJne  Leooii  de  IJienfalsance, 

L^n  officier,  liomme  cle  morite,  se  prusenta  un  jour  devant 
rempereur  Joseph  II,  et  sollicita  da  secours  pour  sa 
famille  qui  etait  dans  le  besoin,  "  Je  n'ai  que  vingt-quatre 
souverains  sur  moi/'*  lui  dit  I'empereur,  '*  les  voici." 
"C'esttrop,"  murmura  indiscretement  uu  courtisan,  qui 
etait  present,  ''vingt-quatre  ducats  eussent  suffi."*  L'em- 
pereur,  qui  Tavait  entendu,  lui  dit:  ''Les  avez-yous  sur 
vous  ?"  Le  courtisan  s'empressa  de  les  tirer  de  sa  bourse, 
et  de  les  presenter  a  Joseph,  qui  les  prit  ;  il  les  joignit  aux 
vingt-quatre  souverains  et  dit  :  ''  Eemerciez  monsieur,  qui 
desire  partager  avec  moi  le  plaisir  de  vous  venir  en  aide." 

II  vaut  mieux  donner  trop  que  Pro})  peu.^ 

(a.)     Questions  on  Gffnninar. 

1.  Parse  honime  de  nier'ite.     (L.  47—3.     A.  137.     C.  P.  II,  45.) 

2.  ''  sur  moi.     (L.  14.     A.  62.     C.  P.  II,  396.) 

3.  "  les  void.     (L.  16,  Voc.    A.  224.     C.  P.  II,  309.) 

4.  "  c'est  trop.     (L.  IG— 2.     A.  221— 3.     C.  104.) 

5.  "  eussent  suffi,  {svffire,  irr.)    (See  Notes  on  No.  2.) 

6.  "  s'e}}ipressa  de  les  tirer  et  de  les  presenter.    (A.  255.    C.  P.  IT,  321.) 

7.  "  joiffnit,VL\o(\ii\  eraindre,  ov  plaindre.    (L.  42.    A.  p.  514.    C.  p.  192.) 

8.  "  de  vous  venir  en  aide.     (L.  20—3.     A.  100.     C.  P.  II,  309.) 

9.  "  U  vaut  mieux.     (L.  38.     A.  1.53  ;  pp.  179,  512.     C.  p.  190  ;   P.  II,  224.) 
10.  "  trop ;  trop  i}eti.     (L.  44— 2.     A.  39.     C.  315.) 


{b)    Exercise  for  Translation, 

1.  Joseph  was  an  emperor*  and  the  officer  was  a  man*  of  merit. 

2.  Joseph  gave  the  officer  all  the  money  that  he  had  about*  him. 

3.  Pie  hastened  to  join  to  it  the  twenty-four  ducats  of  the  courtier. 

4.  Twenty-four  ducats  would  have  been  sufficient,  if  Joseph  had 
been  a  courtier.  5.  As  an  emperor,*  Joseph  thought  that  it  was 
better*  to  give  the  twenty- four  sovereigns  and  the  twenty-four 
ducats  too. 

{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  se  presenta  un  jour  devant  I'empereur  Joseph  II  ? 
2.  Que  lui  demanda.  I'officier  ?  3.  Que  lui  dit  Tempereur  ?  4.  Que 
murmura  un  courtisan  ?  5.  Que  lui  demanda  Tempereur  ?  G.  Et 
le  courtisan,  que  s'empressa-t-il  de  faire  ?  7.  Que  dit  Joseph  a 
I'officier,  en  joignant  les  vingt-quatre  ducats  aux  vingt-quatre  sou- 
verains ? 


PART   FIRST.  31 


33.     La  Cigale  et  les  Foiirmis. 

Les  fourmis  sont  industrieiises,  on  le  salt  ;*  mais  elles  ne 
sont  pas  charitables,  comme  pent  Tattester  leur  voisine,*  la 
cigale.*  Oelle-ci,  mourant  de  faim  an  cceur  de  riiiver, 
alia  trouver*  ces  soenrs  prevoyantes  occupees  a  eventer  leur 
provision  de  ble.  Elle  leur  demanda  de  lui  preter  quelque 
grain*  2:)our  subsister  jusqu'a  la  saison  nouyelle,  disant 
qu'elle  se  trouvait  tout  a  fait*  depourvue.  ^'  Mais  pourquoi 
n'as-tu  pas  amasse  dans  la  belle  saison  ?"  lui  dirent  les 
fourmis.*  "  Je  n'en  avais  pas  le  temps,"  repliqua-t-elle  ; 
'^je  cliantais  jour  et  nuit."  "Ah!  tu  chantais!"  re- 
partirent  les  soeurs,*  d'un  air  moqueur,*  "Eh  bien  !  danse 
maintenant." 

Apprenez  de  tonne  lienre^  a  vous  suffire^  a  vous-7neme. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  on  le  salt;  cotnme  pent  I'attester.    (L.  12 — 5.    A. 64 — 4.    C.  83.) 

2.  "  celle-ci.     (L.  16—5.     A.  223—4.     C.  P.  II,  155.)  [C.  P.  II,  328.) 

3.  "  mourant   de  faun;    ces   soenrs  i^^^f^otjantes.     (L.  21 — 2.     A.  309, 

4.  "  alia  trouver.     (L.  37,  Voc.     A.  2^35.     C.  P.*  II,  327.) 

5.  "  occupees  a  eventer.     (L.  20—2,  21—3.     A.  136,  2.56.     C.  P.  II,  51—2.  322. 

6.  "  elleleur<lenian(la(lelul2yreter.    (L.  20— 2.    A.  256.    C.P.  II,  322.) 

7.  "  elle  se  trouvait.     (A.  235.     C.  P.  II,  211.) 

8.  "  je  u'e^  avais  2>«s  le  temps.     (L.  20—3.     A.  100.     C.  P.  II,  309.) 

9.  "  comme  peut   I'attester  leur  voisine ;   lui  dirent  les  fourmis. 


(b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  My  neighbor  is  an  industrious  man.  2.  The  ant  is  provident 
and  the  grasshopper  is  not.*  3.  The  ant  is  not  charitable,  so*  the 
grasshopper  says.  4.  The  hitter  sings  while*  the  former  provides* 
for  the  winter.  5.  The  grasshopper  has  no  time  to  gather  in  the 
fine  season.  6.  I  sing  day  and  night,  she  said  to  the  ants.  7.  The 
ants  derided*  her,  and  said  to  her:  "Dance  now."  8.  They 
dismissed*  her  with  these  derisive*  words. 

{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  sait-on  de  la  fourmi  ?  2.  Est-elle  charitable  ?•  3.  Qui  peut 
attester  qu'elle  ne  Test  pas  ?  4.  En  quelle  condition  se  trouvait  la 
cigale  au  cceur  de  I'hiver  ?  5.  Qu'alla-t-elle  demander  a  ses  voi- 
sines  ?  6.  •  Que  lui  dirent  les  fourmis?  7.  Que  ivpliqua  la  cigale  ? 
8.  Et  les  fourmis,  que  lui  dirent-elles  d'un  air  moqueur  ? 


32  AN'ALYTICAL   FREJfCH    READER. 


33.     L'Aiie  vetu  de  la  I*ea,xi  €Lvl  I^ion.* 

Un  ane  trouva  par  hasard  line  peau  de  lion.*  L'idee 
lui  vint  de  s'en  revetir  et  de  se  divertir  aiix  depens  des 
autres  animaux.  Ainsi  deguise,  il  marchait*  dans  les 
forets,  jetant  Tepouvante  partout  a  la  rondo.*  C'etait  bien 
amusant  pour  lui,  meprise*  de  tout  le  monde,  de  se  Yoir 
ainsi  craint  par  ceux  qui  valaient  mieux*  que  lui.  Un 
renard,  rodant  dans  le  voisinage,  I'avait  entendu  braire  ;  il 
cria  de  toutes  ses  forces  :*  '^  Voyez  cet  ane  qui  est  revetu 
d'une  peau  de  lion."*  Tons  les  animaux  se  mirent*  a  huer 
le  baudet  et  a  courir  apres  lui.  II  eut  bien*  de  la  peine  a 
se  sauver  avec  sa  peau,  laissant  la  peau  de  lion*  en  arricre. 

L'wipostuj'e  se  cUvoile  toiijours. 

(a.)     Questions  on  Granimar. 

1.  Parse  vetti  de.     (L.  38.    A.  136,  169.    C.  188 ;  P.  II,  51-2.) 

2.  "  la  peau  du  lion;  la  peau  de  lion.     ( See  Xotes.) 

3.  "  l'idee  lui  vint  de  s'en  revetir.    (L.  20—3.    A.  100.     C.  P.  II,  309.) 

4.  •'  c'etait  bien  amusant.     (L.  16—2.     A.  221.     C.  P.  II,  144.) 

5.  "  de  se  voir  craint  2>ar  ceux.    (L.  20—3. 30—2.    A.  242—2.  C.  P.  II,  201.) 

6.  "  qui  valaient  niieux  que  lui.  (L.38,Voc.  A.  153;  p.  512.  C.  275;  p.  190.) 

7.  "  se  mirent  a.     (L.  41.     A.  p.  514.     C.  p.  192.) 

8.  "  Men  de  la  peine.     (L.  48—3  and  Rem.    A.  286—3.     C.  P.  II,  29.) 

9.  "  ct  se  sauver.    (L.  20,  32.    A.  254.     C.  P.  II,  320.) 
10.  "  se  devoile.    (L.  32.    A.  250.    C.  P.  II,  210.) 


{h)    Exercise  for  Translation. 

1.  She  was  clad  in  black*  and  wore*  a  vail*  which  covered*  her 
from*  head  to  foot.  2.  So  disguised,  she  walked*  into  the  hall*  and 
began  to  sing.  3.  It  was  very  amusing  to  hear  her  sing.  4.  It  is 
better  to  be  feared  than*  to  be  despised.  5.  The  idea  occurred  to  me 
to  clothe  myself  in  a  soldier's  coat.  *  6.  All  the  people*  ran  after 
me.  7.  I  had  some  difficulty  in  saving  myself,  leaving  the  others 
behind. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  trouva  par  hasard  la  peau  d'un  lion  ?  2.  Qu'en  fit-il  ? 
3.  Pourquoi  s'en  revetit-il  ?  4.  Que  faisait-il  ainsi  deguise  ? 
5.  Qu'est-ce  qui  etait  amusant  pour  lui  ?  6.  Comment  ce  deguise- 
ment  fut-il  decouvert  ?  7.  Qu'arriva-t-il  alors  ?  8.  Que  laissa-t-il  en 
arricre,  en  se  sauvant  ? 


PAET   FIRST.  33 


34r.     Le  Cerf*  i>i'es  <ie  la  Fontaine. 

Un  cerf  apres  avoir  bu*  a  une  fontaine  se  mirait  dans 
I'eau  claire.  II  regardait  avec  admiration  sa  haute  ramure, 
mais  il  se  chagrinait  a  la  vue  de  ses  jambes,  longues  et 
minces  comme  des  fuseaux.  "Helas  !"  se  dit-il,  "  tandis 
que  mon  front  commande  le  respect^  mes  pieds  ne  me  font 
point  honneur."  En  ce  moment  le  son  du  cor  annonce* 
Fapproche  des  chasseurs.  Le  cerf  s'emporte  dans  la  foret, 
oil  les  branches  I'arretent  dans  sa  course  ;  son  bois  s'y  em- 
barrasse,  et  pendant  qu'il  clierclie  a  se  degager  les  chiens 
accourent,  I'atteignent  et  I'abattent.  Avant  de  mourir*  il 
s'ecria  :  '^Que  j'etais  sot*  d'etre  tier  de  mes  cornes,  qui 
causent  ma  ruine  ;  et  de  mepriser  mes  jambes,  qui  m'au- 
raient  sauve,  sans  cet  ornement  inutile  ! " 

TJ utile  vaut  mieux  que  le  leau. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  apr^s  avoir  bu.    (L.  20-2.    A.  182.    C.  P.  II,  308.) 

2.  "  avant  de  mourir.     (L.  32,  Voc.    A.  125  and  Rem.     C.  P.  II,  377.) 

3.  *'  que  j'etais  sot!     (A.  300— 7.     C.  P.  II,  420— 2.) 

4.  "  d'etre  fier.     .     .  et  de  mepriser.     (L.  49—4.    A.  316.     C.  P.  II,  83.) 

5.  "  qui  m'auraient  sauve.     (L.  51 — 3.     A.  208.     C.  P.  II,  268.) 

6.  "  I'utile  vaut  mieux  que  le  heau.    (L.  49— 2.    A.  137— 2.    C.P.  11,  55.) 

7.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  After  drinking  at  the  fountain,  the  nymph*  looked*  in  it,  and 
admired  her  beautiful  hair.*  2.  She  looked  at  her  arms,*  long  and 
thin,  like  spindles,  and  said:  "Those  arms  do  me  no  honor." 
3.  At  the  sight  of  the  satyrs,*  she  took*  to  the  forest.  4.  Her  hair* 
caught  in*  the  branches.  5.  She  would  have  been  lost,*  if  it  had 
not  been  for  her  arms,  which  freed*  her.  C.  "  How  foolish  I  was," 
said  she,  "  to  despise  those  arms." 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  fit  le  cerf  apres  avoir  bu  a  la  fontaine  ?  2.  Que  pensait-il 
de  sa  haute  ramure  ?  3.  Que  dit-il  de  ses  pieds  ?  4.  Que  fit  le  cerf 
a  I'approche  des  chasseurs  ?  5.  Que  lui  arriva-t-il  dans  la  foret  ? 
6.  Que  dit-il  avant  de  mourir  ?  7.  Qu'est-ce  qui  aurait  pu  le  sauver, 
si  ses  cornes  ne  I'avaient  embarrasse  ? 


34  ANALYTICAL   FRE^^CH   KEADEE. 


35.     Les  I>evix:  nMiilets. 

Deux  mulets  faisaient  cliemin  ensemble  :  I'uii  ^tait 
charge  d'avoine,  Fautre  portait  I'argeiit  de  la  gabelle.  * 
Celui-ci^  fier  de  sa  charge,  ii'eut  voulii*  pour  bjpiucoup  en 
etre  soulage.  ^il  marchait  d'un  pas  releve  et  "faisait  en- 
tendre sa  sonnette,  en  hochant  la  tete.  II  signifiait  par  la 
son  mepris  pour  son  humble  compagnon  de  voyage.  On 
entrait  dans  un  defile  ;  a  peine  s'y  fut-on  engage*  qu'une 
trouj^e  armee  qui  les  attendait  se  presenta.  C'etaient 
des  voleurs*  qui  en  voulaient*  a  I'argent.  lis  se  jettent  sur 
le  mulct  du  fisc,  le  saisissent  au  frein  et  I'arretent.  11  veut 
se  defendre,  et  se  sent  percer  de  coups  ;  il  gemit,  s'abat*  et 
expire.     L'autre  mulct  suit  son  chemin  sans  accident. 

II 71^ est  pas  toiojours  lion^  cVavoii'  un  liaut  emploi. 

{a.}     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  n'eut  voulu  pour  heancoujy.     (See  No.  24,  Quest.  6.) 

2.  "  en  etre  soulage.     (L.  30.     A.  242.     C.  P.  II,  213.) 

3.  "  a  ijeine  s'y  fut-on  engaye.    (L.  32.    A.  249,  326— 5.    C.  P.  II,  209,  240.) 

4.  "  c'etaient  des  voleurs.     (L.  16— 2.     A.  325— 11.     C.  P.  II,  234.) 

5.  "  qui  en  voulaient  a  I'argent.     (L.  38.     A.  366.     C.  P.  II,  222.) 

6.  "  Us  se  jettent.     (L.  25.     A.  32.     C.  172—5.) 

7.  Account  for  the  use  of  the  different  tenses,  the  imperfect,  the  past  definite,  and 

the  present,  used  for  the  past  definite.     (See  Notes. J 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Two  travellers*  were  on  the  road  together,  the  one  was  clad  in 
silk,*  the  other  in  rags,*  2.  The  latter  carried  a  bundle,*  the  former 
was  free*  and  walked  with  a  lofty  step.  3.  They  came  to  a  forest. 
4.  Scarcely  had  they  entered*  it  when*  an  armed  band  stopped 
them.  5.  The  one  who*  carried  the  bundle  threw  it  away*  and 
fled.*  6.  The  thieves  seized  the  one  who  was  dressed  in  silk  and 
stripped*  him. 

(c.)    Oral  Edcercise, 

1.  Que  portait  I'un  des  deux  mulets  qui  faisaient  chemin  en- 
semble ?  2.  De  quoi  Tautre  etait-il  charge  ?  8.  Comment  marchait 
celui  qui  portait  I'argent  et  que  faisait-il,  en  marchaut  ?  4.  Que 
signifiait-il  par  la  ?  5.  Qui  les  attendait  a  I'entree  d'un  defile  ? 
6.  Qu'est-ce  que  c'etait  que  cette  troupe  ?  7.  A  quoi  en  voulaient- 
jls  ?    8.  Que  firent-ils  ?    9.  Qu'arriva-t-il  au  pauvre  mulet  du  tisc  J_ 


PART   FIRST.  35 


36,     Frederic  II  et  le  Comte  cle  Scli^verlri. 

Frederic  II  s'amusait  volontiers*  aiix  depens  de  ses  amis. 
II  presenta  au  comte  de  Schwerin  une  fort  belle  tabatiere, 
dans  le  couvercle  de  laquelle  il  avait  fait  peindre  la  tete 
d'un  aiie.  Le  lendemain  le  comte  mit  la  tabatiere  sur  la 
table,  en  presence  de  plnsieiirs  personnes  de  la  cour.  La 
grande  duchesse  de  Brunswick,  soeur  du  roi,  demanda  a  la 
voir.  EUe  la  tronva  fort  belle,  Tonvrit  et  s'ecria : 
'^  Quelle  ressemblance  !*  Voila,  mon  frere,  le  meilleur  j^or- 
trait  que  j'aie*  Yii  de  vous."  Le  roi  trouva  la  plaisanterie 
un  pen  forte.  La  boite  passa  de  main  en  main  et  cliacun 
se  recria  sur*  la  ressemblance.  Le  roi  ne  savait  qu'en 
penser.*  Enfin  la  boite  lui  parvint*  et  alors  ilreconnut,* 
a  sa  grande  surprise,  son  propre  portrait,  que  le  comte 
avait  fait  substituer  a  la  tete  d'ane.  Frederic  ne  put 
s'empeclier*  de  rire*  de  ce  bon  tour. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  dans  le  couvercle  de  laquelle.     (L.  18.    A.  231— 5  [b].    C.  P.  H,  169.) 

2.  "  il  avait  fait  peindre.     (L.  41,Voc.    A.  92-  3.    C.  P.  II,  324.) 

3.  "  qtiej*aie  vu.     (L.  51 ;  p.  233.    A.  298.    C.  P.  II,  287.) 

4.  "  lie  savait  qu'en  2>enser.     (L.  44— 8.    A.  157  and  Rem.    C.  312.) 

5.  "  lui  parvint,  model  venir  or  tenir.     (L.  36.     A.  p.  510.     C.  p.  188.) 

6.  "  ne  put  s'empecher  de  rire  de.     (L.  20—2—3.    A.  255.     C.  P.  II,  321.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  count  had  a  snuffbox^  in  the  lid  of  which  he  had  had  the 
king's  portrait  painted.  2.  He  showed  it  to  several  persons  of  the 
court.  3.  They  all  exclaimed  :  "  What  a  fine  portrait  !  It  is  the 
best  v/hicli  we  have  ever*  seen."  4.  I  cannot  help  laughing*  at  it. 
5.  Do  you  amuse  yourself  at  the  expense  of  your  friends  ?  6.  I  do 
not  know  what  to  think  of  it.  7.  The}^  passed  the  box  from  hand 
to  hand.  8.  When  it  came  to  me,  I  saw,  to  my  surprise,  why  they 
had  been  laughing.  * 

{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  s'amusait  volontiers  aux  depens  de  ses  amis  ?  2.  Que  pre- 
senta-t-il  un  jour  au  comte  de  Schwerin  ?  3.  Qu'avait-il  fait  peindre 
dans  le  couvercle  de  la  tabatiere  ?  4.  Que  fit  le  comte  le  lendemain 
en  presence  de  plusieurs  personnes  de  la  cour  ?  5.  Qui  demanda  a 
voir  la  boite?  6.  Que  dit-elle  apres  I'avoir  ouverte  ?  7.  Et  le  roi, 
que  pensa-t-il  ?  8.  Quand  enfin  la  boite  lui  parvint,  que  trouva-t-il  ? 
9.  Comment  Frederic  trouva-t-il  ce  tour  ? 


36  ANALYTICAL   FEENCH    READER. 


37.     La  Loi  dLu  Talion. 

Un  etranger  ayant  vendu  a  une  imperatrice  romaine  de 
fausses  pierreries,  celle-ci  en  demanda  a  son  epoux  une 
justice  eclatantef  L'empereur,  plein  de  clemence  et  de 
bonte,  chercha  en  vain  a  la  calmer*  II  fut  oblige,  pour  la 
satisfaire,  de  condamner  le  joaillier  a  etre  expose  dans 
Tarene.  L'imperatrice  s'y  rendit  avec  toute  sa  cour  pour 
jouir  de  sa  vengeance.*  Quelle  fut  sa  surprise  de  voir 
paraitre,  au  lieu  d'une  bete  feroce  prete  a  bondir  sur  le 
malheureux,  un  doux  agneau  qui  vint  le  caresser.  Ou- 
tree*  de  se  voir  jouee,  l'imperatrice  s'en  plaignit*  amere- 
ment  a  l'empereur.  "Madame,"  repondit-il,  ''j'ai  puni 
le  criminel  suivant  la  loi  du  talion  ;  il  vous  a  trompee, 
et  il  a  ete  trompe  a  son  tour." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  en  demanda  d  son  extonx  line  justice  eclatante.  [320,  321.) 

A  la  calmer ;  de  condamner  ;  a  etre  expose.  (A.  254,  255.  C.  P.  II, 
pour  la  .satisfaire ;  pour  jouir.  (L.20-4.  A.  126.  C.  P.  11, 319  and 
jouir  de  sa  vengeance.     (A.  243.    C.  P.  II,  205.)  [Rem.) 

s'en  plaignit  a.     (A.  249—5.     C.  P.  II,  247.) 

outree  de  .se  voir  Jouee.     (L.  21—4.    A.  136,  140.    C.  P.  11,  51,  80.) 
il  vous  a  trompee;  il  a  ete  trompe.    (L. 21 — 4.    A.  166.    C.  P.  II,  329.) 

8.  Give  the  forms  for  both  genders  of  eti'anger,  empereur,  epoux,  faux, 
criminel.    (L.  5,  5  bis.    A.  129.    C.  32.) 


{h.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  jeweller,  having  deceived  the  empress,  was  condemned  to 
be  thrown  to  the  wild  beasts.  2.  The  court  went  to  the  arena  to 
enjoy  the  sight.*  3.  Instead  of  seeing  wild  beasts,  they*  saw 
nothing  but  a  lamb.  4.  The  empress  complained  bitterly  to  see 
herself  thus  duped.  5.  But  the  emperor  laughed  at  it,*  and  said  to 
her  :  ' '  The  wretch*  has  been  punished  according  to  the  law  of 
retaliation  ;  he  expected  to  see  wild  beasts,  and  he  sees  nothing  but 
a  lamb." 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Comment  un  joaillier  avait-il  un  jour  trompe  une  imperatrice 
romaine  ?  2.  Que  demanda  celle-ci  a  son  epoux  ?  3.  Qui  se  rendit 
k  I'arene  pour  jouir  du  spectacle  ?  4.  Qu'y  vit-on  au  lieu  d'une  bSte 
feroce  ?  5.  A  quoi  le  joaillier  s'etait-il  attendu  ?  6.  Que  fit 
Vag:neau  ?    7.  Que  tit  l'imperatrice  ?    8.  Que  lui  dit  l'empereur  ? 


PAET  FIRST.  37 

3S.     Ce  que  les   Femmes  out  de  plixs 
I?x*eciexix:.* 

Conrad  III,  empereur  d'Allemagne,  assiegea  Weinsberg, 
petite  ville  de  I'Etat  du  due  de  AVittenberg.  Ce  due  avait 
ete  ail  nombre  des  opposants*  a  relection  de  Conrad,  et  il 
se  troiivait  maintenant,  avec  son  ej^oiise,  renferme  dans 
cette  ville.  II  en  soiitint*  le  siege  avec  iine  bravoiire 
heroiqiie,*  et  ne  ceda  qu'a  la  force.  L'emperenr,  irrite, 
voiilait  mettre  tout  a  feu  et  a  sang.*  » Cependant  lors- 
qii'il  eut  pris  la  place,  il  permit  aux  femmes  d'en  sortir  et 
d'emporter  ce  qu'elles  avaient  de  plus  precieux.  L'epouse 
du  due  prit  son  mari  sur  ses  epaules,  et  toiites  les  femmes 
de  la  ville  en  firent  aiitant.  *  L'empereur  les  voyant  sortir, 
ainsi  chargees,  la  duchesse  a  leiir  tete,  ne  put  tenir  contre* 
un  spectacle  si  interessant ;  il  ceda  a  I'admiration  qu'il 
lui  causait,  et  fit  grace  aux  liommes  en  faveiir  des  femmes. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  ce  que  les  femmes  ont  de  j^tus  precieux.     (See  Notes.) 

2.  "  il  en  soutint  le  siege.     (L.  36.    A.  209,  323.    C.  p.  188—11  ;  P.  II,  89.) 

3.  "  il  permit  aux  femmes  (Ven  sortir.     (L.  41.     A.  255.     C.  P.  II,  32^3.) 

4.  "  en  firent  autant.     (L.  41.    A.  1.55  ;  p.  514.     C.  p.  190  ;  P.  II,  352.) 

5.  "  les    voynnt  sortiv,  ainsi  chargees.    (L.  21 — 4.    A.  136.     C.  P.  II,  51.) 

6.  •'  fit  grace  aux  Jiommcs.     (L.  4T— 1.     A.  336.     C.  P.  II,  11.) 

7.  What  is  peculiar  in  the  orthography  of  rt«««ef7ea?(^l*^i^i;ie^.  (L.  25.  A.  32.   C.  172.) 


(5.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Weinsberg,  a  little  town  of  Germany,  was  besieged  by  the 
emperor  Conrad  III.  2.  The  duke  and  his  wife  were  shut  up 
in  the  town.  3.  Having  taken  the  place,  the  emperor  wanted  to  put 
every  thing  to  fire  and  sword.  4.  However,  he  granted  to  the 
women  permission*  to  go  out  of  it.  5.  "  Take  with  you*  what  you 
have  most  precious,"  said  he  to  them.  6.  They  carried  off  their 
husbands  on  their  shoulders.  7.  Thus  loaded,  they  walked  out  of 
town,  the  duchess  leading  the  way.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Quelle  ville  l'empereur  Conrad  assiegea-t-il  ?  2.  Qui  se 
trouvait  dans  la  place  assiegee  ?  3.  Que  voulait  faire  l'empereur 
quand  il  eut  pris  la  place  ?  4.  Que  permit-il  aux  femmes  de  faire  ? 
5.  Que  fit  l'epouse  du  due  ?  6.  Que  firent  les  autres  fepimes  1 
7r  Et  l'empereur,  les  voyant  sortir  ainsi  chargees,  que  fit-il  ? 


38  ANALYTICAL   FREKCH    READER. 


39.     Sage   Conseil  d.e   Cineas. 

Pyrrhns,  roi  crEj^ire,  avait  coutnme*  de  dire  qu'il  avait 
pris  plus  de  villes  par  I'eloquence  de  Cineas  que  par  la 
force  des  amies.  Cependant  ce  sage  ministre  ne  flattait 
jDoint  I'ambition  de  son  maitre.  Un  jour  Pyrrlius  lui 
ayant  decouvert*  ses  pro  jets  dans  un  entretien,  et  lui 
ayant  dit  qu'il  youlait  soumottre  I'ltalie  a  sa  domination, 
Cineas  lui  dit:*  "Eli  bien  !  seigneur,  quand  vous  aurez 
vaincu*  les  Romains,  que  vous  proposez-vous*  de  f aire  ? " 
"La  Sicile  touclie  a  I'ltalie  ;  il  ne  sera  pas  difficile  de  s'en 
emparer."*  "Quand  vous  serez  maitre  de  la  Sicile,  que 
ferez-vous  ensuite  ?"  "  Mon  intention  est  de  passer  en 
Afrique."  "Apres  cela,  que  pretendez-vous  faire  ?"  "Alors, 
nion  clier  Cineas,"  reprit  Pyrrlius,  "nous  nous  livrerons  au 
repos  et  nous  jouirons  d'un  doux  loisir."  "  Eli ! "  repliqua 
Cineas,  "  que*  n'en  jouissez-vous  des  a  present." 

(a.)     Questions  on  Grannnar. 

1.  Parse  avait  coutunie  de  dire.     (L.  47 — 2.    A.  336.    C.  P.  II,  11.) 

2.  "  lui  ayaitt  decouvert.    (L.  36  \puvrir].    A.  p.  510.     C.  p.  188.) 

3.  "  quand  vous  aurez  vaincu.    (L.  43.    A.  205  ;  p.  514.    C.  192  ;  P.  II,  267.) 

4.  "  que  vous  ±)roposez-voiis  de  faire?  (L.  20 — 2—3.   A.  255.    C.  P.  II,  323.) 

5.  "  il  ne  sera  pas  difficile  T>^  s'en  emparer.    (L.  49 — 1.   A.  140  and  Rem. 

6.  '•  nous  jouirons  d' un  doux  loisir.    (No.  27,  Quest.  5.)       [C.  P.  II,  82.) 

7.  "  que  n'eti  jouissez-vous.     (A.  300— 6.     C.  P.  II,  420— 6.) 


{b.)    Exercise  for  Translation* 

1.  Cineas  was  not  accustomed  to  flatter  the  ambition  of  iiis 
master,  2.  Pyrrhus  disclosed  toliim  liis  projects  in  a  conversation. 
3.  He  wanted  to  conquer  tlie  Romans.  4  Tlien  lie  intended  to 
seize  upon  Sicily.  5.  Afterwards  he  proposed  to  cross  over  into 
Africa.  6.  After  all  these  exploits,*  he  wished  to  give  himself  up  to 
repose.*  7.  Cineas  gave  him  wise  counsel,*  but  Pyrrhus  did  not 
follow  it.* 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  Qu'est-ce  que  Pyrrhus,  roi  d'Epire,  avait  coutume  de  dire  ? 
2.  Que  decouvrit-il  un  jour  a  son  ministre,  Cineas  ?  3.  Que  lui  dit 
Cineas  ?  4.  Que  lui  repondit  le  roi  ?  5.  Et  que  voulait  faire 
Pyrrhus  apres  s'etre  empare  de  la  Sicile  ?  6.  Et  apres  toutes  ces 
conqugtes,  quel  etait  son  dernier  desir  ?  7.  Que  lui  conseilla  Cineas 
de  faire  ? 


PART  FIRST.  39 


30.   A-rleqixln  a-ix  Soixper  d.xi  Hoi. 

Dominique'  qui  remplissait  a  la  comcdie  italieniie  les 
roles  d'arlequin,  plaisait*  beaucoup  a  Louis  XIV  qu'il 
avait  souvent  fait  rire  par  ses  spirituelles  bouffoiineries. 
Un  soir  qu'il  se  trouvait  parmi  les  spectateurs  qui  assis- 
taient*  au  souper  du  roi,  le  prince  s'aper^ut  que  I'acteur 
etait  entierement  absorbe  dans  la  contemplation  d'un  i^lat 
de  perdrix  qu'on  allait  desservir.*  Voulant  le  faire  parler, 
il  dit :  "  Donnez  ce  plat  a  Dominique."  Celui-ci  demanda 
tout  de  suite  :  ^^Et  les  perdrix  aussi,  sire?"  Louis  XI Y 
sourit  et,  entrant  dans  I'idee  de  Dominique,  rcpondit  : 
*^  Et  les  |)erdrix  aussi."  Le  plat  etait  en  or*  et  valait  bien* 
deux  cents  pistoles. 

(a.)     Questions  oti  Grainniar. 

1.  Parse  qtiHl  remplissait.     (L.  26.    A.  p.  500.     C.  176.) 

2.  "  2)ifii^sait  bi'aucotn>  a  L.  XIV.  ULA2.   A.  39— 2,  243;  p.  514.    C.p.  192; 

3.  "  qu'il  avait  souvent  fait  rire.  i      P.  II,  205,  332.) 

4.  "  tin  soir  qu'il.     (C.  P.  II,  420  ;  see  also  Azotes.) 

5.  "  qu'on  allait  desservir.     (A.  37,/.  n.    C.  P.  II,  306,  319,  aud  Notes.) 

6.  "  sourit.     (L.  43.     A.  p.  514.     C.  p.  192.) 

7.  "  etait  en  or.     (A.  151—2.     C.  P.  II,  8—3.) 

8.  "  valait  bien.     (L.  38.    A.  p.  512.    C.  p.  190.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  best  way*  of  pleasing  your  friends,  is*  to  fulfil  your 
duties  well.*  2.  Whenever*  he  was  present  at  our  meetings,*  he 
always  made  us  laugh  by  his  witty  jokes.  3.  One  day  when  I  was 
at  his  house,*  he  was  so  absorbed  in  the  contemplation  of  a  painting, 
that  he  scarcel}^*  listened  to  me  ;  he  was  actually*  abrupt.*  4.  I 
was  astonished  at  his  behavior.*  5.  He  became  aware*  of  it,  and 
said  to  me  :  "That  painting  is  worth  two  hundred  aud  fifty  dollars  ; 
is  it  not  ?  "*  6.  I  observed*  to  him  that  it  had  some  defects,*  which 
he  did  not  seem*  to  have  noticed.* 


(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  faisait  Dominique  a  la  comedie  itaiienne  ?  2.  A  qui 
plaisait-il  beaucoup  ?  3.  Ou  se  trouvait-il  un  soir  ?  4.  Qu'est-ce 
que  le  roi  apergut  '?  5.  Que  dit-il  pour  le  faire  parler  ?  6.  Que 
demanda  Dominique  au  roi  ?  7.  Et  le  roi,  que  repondit-i]  ? 
8.  Combien  valait  ce  plat  ? 


40  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

31.     L»A.i'ret  a\x  Cadi. 

Un  couvreur  turc  tomba  d'uii  toit  dans  la  rue  sur  un 
riclie  yieillard,  et  le  tua  sans  se  faire*  grand  mal  a  lui- 
meme.*  Le  fils  du  defunt  le  fit  arreter  et  I'accusa  devant 
le  cadi  d'ayoir  tue  son  pere.  II  employa  tout  son  credit 
pour  faire  condanmer  a  mort  le  pauvre  couvreur,  qui  etait 
clairement  innocent  de  tout*  crime.  Mais  rien  ne  pouvait 
satisfaire  le  jeune  liomme  :  il  voulait  ceil  pour  oeil,*  dent 
pour  dent.*  Alors  le  cadi  condamna  le  couvreur  a  se 
mettre  a  la  meme  place  oii  se  trouvait*  le  vieillard  au 
moment  de  I'accident  ;  '^etyous,"  dit-il  au  fils,  ^'montez 
sur  le  toit  de  la  maison,  tombez  sur  le  couvreur  et  tuez-le 
si  vous  pouvez."  Get  arret  etait  suivant  la  loi  du  talion. 
II  est  inutile  de  dire  qu'il  ne  f  ut  point  execute. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  et   le  tua  sans  se  faire.     (L.  20—2  and  Rem.    A.  125.     C.  P.  II,  307.) 

2.  "  sans  se  faire  mal  a  lui-nieme.   (L.  14—4, 47.   A.  200,  248.    C.  P.  11,198.) 

3.  "  le  fit  arreter.     (L.  41,Voc.    A.  92-2.     C.  P.  II,  324.) 

4.  "  Vaccnsatl'avoirtne  son2)ere.    (L.  20— 2— 3,  24.    A.  182.    C.  P.  II,  30.5.) 

5.  "  il  etnj^lof/a;  pour  faire  eondarnner.    (L.  20—4.    A.  126.    C.  P.  II,  319 

6.  "  condamna  a,  se  mettre.   (L.  20— 2— 2.   A.  254.   C.P.  II,  321.)    [and  Rem.) 

7.  "  tuez-le  si  vous  pouvez.     (L.  51—4.     A.  261.  262.   C.  P.  II,  131,  278.) 

8.  What  is  the  feminine  form  of  tare  ?    (L.  2  bis,  Exc.  7.    A.  129—8.    C.  32—7.) 


{b)    Exercise  for  Translation, 

1.  If  you  climb  on  the  roof,  you  may  fall.*  2.  If  you  fall,  you 
will  hurt  yourself.  3.  In  falling  from  the  roof,  you  may  be  killed.  * 
4.  He  fell  from  the  roof,  without  being  killed,  even*  without  hurting 
himself  very  much.*  5.  I  accuse  him  of  having  employed  all  his 
influence  to  hurt*  me.  6.  I  was  not  guilty*  of  the  crime  of  which 
he  accused  me.  7.  He  did  not  allow*  me  to  explain  myself  ;  I  was 
condemned  to  silence.* 

(c.)    Oral  Exercise. 

1.  Qui  tomba  du  toit  ?  2.  Oil  tomba-t-il  ?  3.  Sur  qui  tomba-t-il, 
et  qu'arriva-t-il  ?  4.  Que  fit  le  fils  du  defunt  ?  5.  A  quelle  fin 
employa-t-il  tout  son  credit  ?  6.  Le  couvreur  etait-il  coupable  du 
crime  dont  le  jeune  homme  I'accusa  ?  7.  A  quoi  le  cadi  con- 
damna-t-il  le  couvreur  ?    8.  Et  c^ue  dit41  au  fils  ? 


PART  FIKST.  41 

33.     Stratageme  de  I^a  Fontaine. 

La  Fontaine  avait  riiabitnde  de  manger  tons  les  soirs  une 
pomme  cuite.*  Un  soir  qu'il  allait  manger*  sapomme^on 
rappellc  ;  il  met  la  pomme  sur  la  cheminee  et  sort.  Pen- 
dant son  absence  nn  de  ses  amis  entre  dans  la  cliambre, 
voit  la  pomme  et  la  mange.  Pen  apres  La  Fontaine  rentra, 
et,  voyant  que  la  pomme  n'y  etait  plus,  devina  ce  qui 
s'etait  passe.*  II  s'ecria  en  affectant  une  grande  alarme  : 
"  Qn'est  devenue*  la  pomme  que  j'ai  laissee*  sur  la  che- 
minee ?"  ^^  Je  n'en  sais  rien/'  dit  I'autre.  "  Tant  mieux," 
dit  La  Fontaine  d'un  ton  rassure,  ^'  car  j'y  ai  mis  de 
I'arsenic  pour  tuer  les  rats."  ''Grand  Dieul*  je  suis 
empoisonne,"  dit  le  yisiteur  dans  la  ])\i\^  grande  consterna- 
tion. ^'Yitej  envoyez  cliercher  un  docteur."  "Mon  clier," 
rej^rit  La  Fontaine,  '^  calmez  yous  ;  je  me  rappelle  a  present 
que  j'ai  oublie  d'en  mettre." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  de  manger  une  pomme  cuite.    (L.  20,  21 — 1.   A.  100,  136.   C.P.  II,  51, 

2.  "  uii  soir  qu'il  allait  manr/er.     (See  Xo.  30,  Quest.  4.)  [30').) 

3.  "  ce  qui  s'etait  itasse.    (L.  16— 2,  32.   A.  234— 2,  249— 5.   C.  104;  P.  II.  211.) 

4.  "  qu'est  devenue  la  j^omme.     (L.  31.    A.  177,  179.     C.  P.  II,  218,  219.) 

5.  "  que  J'ai  laissee.     (L.  21— 4.     A.  166.     C.  P.  II,  329— 3.) 

6.  "  cHvoijez  chercher.     (L.  34,  Voc.     A.  31.     C.  P.  II,  326.) 

7.  "  J'ai  oublie  d'en  mettre.     (L.  20— 2— 3.     A.  255.     C.  P.  II,  321.) 

8.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 

9.  Point  out  the  past  participles  which  come  under  the  rules  of  agreement. (.S'ee  Notes.) 


(b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  I  am  in  the  habit  of  eating  a  roasted  apple  in  the  evening. 
2.  My  daugliter  carries  it  up  to*  my  room,  and  puts  it  on  the  mantel- 
piece. 8.  I  find  it  there  when  I  come  in.*  4.  One  evening  as*  I 
was  going  to  take  my  apple,  it  was  not  in  the  place  where  I  looked  for 
it.  5.  I  called*  my  daughter  up  and  asked  her  what*  had  become 
of  my  apple.  6,  "Why,"*  said  she,  "I  forgot  to  bring  it  up  ;  I  left 
it  in  the  oven."* 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  Que  savez-vous  des  habitudes  de  La  Fontaine  ?  2.  Qu'est-ce 
cj^ui  arriva  un  jour  qu'il  allait  manger  sa  pomme  ?  3.  Qui  entra 
dans  sa  chambre  pendant  son  absence  ?  4.  Quand  La  Fontaine 
rentra,  qu'est-ce  qu'il  ne  voyait  plus  ?  5.  Que  s'ecria-t-il  ?  6.  Quand 
le  visiteur  dit  qu'il  n'en  savait  rien,  qu'aflfccta  La  Fontaine,  et  que 
dit-il  ?     7.  Et  le  visiteur  ?    8.   Que  lui  repliqua  La  Fontaine  ? 


42  AN^ALYTICAL   FRENCH    READER. 

33.     TLiSt  IMLox^t  et  le  liticlieroii. 

Un  yieiix  biiclieron  s'aclieminait*  a  pas  lent*  vers  sa 
chaumiere,  portant  siir  son  dos  un  fagot  qn'il  avait  ra- 
masse  dans  le  bois.  Courbe*  sous  le  faix  et  epuise*  de 
fatigue,  il  deposa  son  fardeau  a  terre,  et  s'assit  an  pied 
d'un  arbre.  II  passa  en  revue  les  annees*  de  misere  qu'il 
avait  vecu,*  les  soufErances  qu'il  avait  eprouvees,*  et  le  j^eu 
de  bonlieur  dont  il  avait  joui.*  Le  desespoir  s'empara  de 
lui,  et  laissanfc  aller  sa  tete  sur  sa  poitrine,  il  en  vint  a 
appeler  la  mort.  La  liideuse  camarde*  se  presenta,  faux 
en  main,*  et  lui  dit :  "Que  veux-tu  de  moi  ?  toi  qui 
m'appelles. "  A  ces  paroles  le  vieillard  se  redresse  ;  la 
j)resence  de  la  mort  le  rappelle  a  la  vie.  II  veut  revoir 
son  foyer,  sa  femme  et  ses  enfants,  enfin  tout  ce  qui  lui 
est  clier  au  monde.  "Aide-moi,"  dit-il,  "a  remettre  ce 
fagot  sur  mon  dos." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  the  past  participles.    State,  in  each  case,  the  rule  of  agreement. 

2.  "  il  vint  (l  (njpeler;  il  vient  axu^eler ;  il  rient  d'ap2>eler.    (L.  51; 

3.  "  faux  en  main.     (See  Notes.)  [p.  234.   A.  27.5.   C.  P.  II,  p.  141.) 

4.  "  tout  ce  qui  lui  est  cher.     (L.  19—13.     A.  234—2.     C.  P.  II,  14.5.) 

5.  "  aide-inoi  d  reniettre.     (L.  51—4,  7.     A.  258,  262.     C.  P.  II,  278,  320.) 

6.  What  is  peculiar  in  the  orthography  of  «jJ2>e??e*,  ra_pi>e?ie  i^  (L.25.  A.  32.  C.  172.) 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  years  I  have  lived  in  America,  are  the  happiest*  of 
my  life.  2.  I  have  learned  many  things  during*  the  five*  years 
that  I  spent*  abroad.*  3.  The  dithculties*  which  we  have  over- 
come,* are  forgotten.*  4.  The  advantages*  which  we  have  en- 
joyed, have  led*  us  to  success.*  5.  Death  came*  to  take*  from  him* 
all  that  was  dear  to  him.  6.  If  death  should  come  to  take  from  him 
that  only*  son,  he  would  die.  7.  Fortune*  has  just  taken  from  him 
all  he  had. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  portait  le  vieux  bucheron  sur  son  dos  ?  2.  Ou  allait-il  ? 
3.  Ou  avait-il  ramasse  son  fagot  ?  4.  Pourquoi  le  deposa-t-il  a 
terre  ?  5.  0\\  s'assit-il  ?  6.  Que  passa-t-il  en  revue  ?  7.  Qu'est-ce 
qui  s'empara  de  lui  ?  8.  Qui  vint-il  a  appeler  ?  9.  Qu'avait 
la  hideuse  camarde  a  la  main  ?  10.  Que  dit-elle  au  vieillard  ? 
11.   Que  lui  dit  le  vieillard  ? 


PART   FIllST.  43 

34..     I^es   I>eTxxL   A.nes. 

Deux  anes  clieminaient  de  compagnie*  sous  la  conduite 
dii  maitrc  ;  I'nn  charge  d'epongcs  portaifc  la  tete  liaute  ; 
I'autre  charge  de  sel  marchait  la  tete  peudante,*  les  yeux 
fixes  a  terre.  On  amva  sur  le  bord  d'nne  riviere  qu'ii 
fallait  traverser  a  gue.*  L'anier  sauta  sur  le  dos  du 
porteur  d'eponges,  chassant  devant  lui  le  porteur  de  sel. 
Celui-ci  en  fit  a  sa  tete*  et  se  precipita  dans  un  trou.  Ses 
efforts  Ten  retirerent,  le  voila  a  flot  ;*  il  se  mit  a  nager  ;* 
I'eau  fondit  le  sel  et  bientot  le  baudet,  sentant  ses  epaules 
soulagees,  avan9ait  gaiement.  Le  porteur  d'eponges, 
voyant  son  camarade  si  fort  a  I'aise,*  prit  exemple  sur  lui,* 
et  se  plongea  dans  I'onde  jusqu'au  cou.  L'eponge*  s'em- 
plit  d'eau  et  devint  si  pesante  que  I'ane,  succombant  sous 
la  charge,  ne  put  gagner  le  bord.*  Lui  et  l'anier,  qui  le 
tenait  au  cou,  allaient  disparaitre  sous  I'eau,  quand  quel- 
qu'un  vint  les  en  tirer. 

(«.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  les  yeux  fixes  a  terre.     (L.  48 ;  p.  217.    A.  199.     C.  P.  IT,  32.) 

2.  "  celui-ci  en  fit  a  sa  tete.     (L.  16,  41.     A.  22;3— 4  ;  p.  514.     C.  P.  II,  1.55.) 

3.  "  se  tnit  d  narfer.     (See  No.  23,  Quest.  7.) 

4.  "  se}itant  ses  epaules  soulagees.    (L.  21 — 1.    A.  136— 2.    C.  P.  II,  51— 2.) 

5.  "  s'emjilit  d'eau.     (L.  26.     A.  249— 4.     C.  P.  II,  210.) 


(6.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Two  workmen*  travelled  in  company  ;  the  taller  carried  on  liis 
shoulder  a  bundle*  of  tools  ;*  the  other  held*  in  his  hand  a  basket* 
containing  provisions.*  2.  The  latter  was  cheerful,*  and  sang  ;* 
the  former  was  thoughful,*  and  walked  with  his  eyes  cast  down.* 

3,  "You   do   not  think   of*  to-morrow,*  John,"*   said   the   taller. 

4.  "And  why  should  I,*  Henry  ?  "*  said  the  little  fellow  ;*  "I  carry 
our  dinner  for  to-day  ;*  and  as  for  to-morrow,*  listen  to  the  singing* 
of  the  birds  ;  they  rely  on*  the  kindness*  of  God. " 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  De  quoi  les  deux  anes  etaient-ils  charges  ?  2.  Comment  se 
comportait  celui  qui  etait  charge  d'eponges  ?  3.  Et  rautre,  charge 
de  sel,  comment  marchait-il  ?  4.  Que  fallait-il  faire  quand  on  arriva 
sur  le  bord  d'une  riviere  ?  5.  Que  fit  le  baudet  qui  portait  le  sel  ? 
6.  Et  le  porteur  d'eponges,  que  fit-il  ?  7.  Qu'arriva-t-il  quand 
I'eponge  se  fut  emplie  d'eau  ? 


4:4  Ai^ALYTICAL   FRENCH   READER. 


35.     ILiG  I*oint   d.'Interrogatioii. 

Le  jooete  Pope,  cjiii  etait  petit  et  tellement  contrefait 
qu'il  etait  crochu,  se  trouvait  uii  soir  avec  quelques  amis 
au  cafe  de  Burton.  lis  2:)arcouraient  iin  mannscrit  grec 
d'Aristoijliane,  dans  lequel  ils  trouverent  une  phrase  qu'ils 
ne  purent  comprendre.  TJn  jeune  officier  qui  se  tenait* 
pres  du  feu,  entendit  la  conversation  et  demanda  la  per- 
mission de  voir  le  j^assage.  ''  Oh  !"  dit  Pope,  d'un  air 
de  sarcasme,  ''tres-volontiers.  Laissez  regarder  ce  jeune 
homme."  L'officier  prit  le  livre,  reflechit  un  instant  et 
dit  qu'il  ne  manquait*  qu'un  point  d'interrogation  pour 
rendre  le  sens  intelligible.  Pope,  pique  d'etre  pris  en 
defaut*  par  un  militaire,  se  tourna  vers  lui,  disant  :  '^  Eh  ! 
monsieur,  qu'est-ce  qu'un  point  d'interrogation?"  ''~Un 
point  d'interrogation,"  repliqua  le  jeune  homme,  d'un  air 
de  mepris,  '^'c'est  une  petite  chose  crochue  qui  fait  des 
questions." 

(a.)     Questions  oit  Grammar, 

1.  Parse  ils  liarcouraient ,  model  courir.     (L.  35.    A.  p.  510.     C.  p.  188.) 

2.  "  qu'ils  ne  xiurent  comprendre.     (L.  44—8.     A.  157.     C.  P.  II,  342.) 

3.  "  qui  se  tenait  irres  du  feu.     (L.  45.     A.  313—16.     C.  P.  II,  392.) 

4.  "  la  permission  de  voir.     (L.  20—3.     A.  100.     C.  P.  II,  309.) 

5.  "  pique  d'etre  pris  en  defaut.   (L.  .30,  49— 4.   A.  140,241.   C. P.  II,  80,  200.) 

6.  "  qu'est-ce  qu'uujioint  d'lnterrof/ation?  (L. 29.  A.  233.  C.P.II,159.) 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  I  was  one  evening  with  some  friends  at  the  house  of*  a  neigh- 
bor. 2.  We  went  over*  a  collection*  of  French  poems,*  in  which 
we  found  several  passages  that  we  could  not  understand.  3.  A 
young  lady,  the  daughter  of  our  neighbor,  who  was  standing  near 
the  mantel-piece,  asked  permission  to  look  at  the  passages.  4.  She 
took  the  book,  read  the  lines*  which  we  showed  her,  and  then*  ex- 
plained* them  to  our  entire*  satisfaction. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  On  se  trouvait  un  soir  le  poete  Pope,  et  qui  y  etait  avec  lui  ? 
3.  Que  faisaient-ils  ?  3.  Qu'est-ce  qu'ils  trouverent  dans  le  manus- 
crii  ?  4.  Qui  entendit  la  conversation  ?  5.  Oil  etait  l'officier  ? 
6.  Que  demanda-t-il?  7.  Que  dit  Pope?  8.  Et  l'officier,  que  fit-il, 
et  que  dit-il  ?  9.  Quelle  question  Pope  lui  adressa-t-il  ?  10.  Et 
quelle  reponse  fit  le  jeune  officier  ? 


PART   FIRST.  45 

36.     Hie  I>xiel   :]^qiiital>le. 

Un  apotliicciire  qui  ii'ayait  jiimais  tire*  un  coup  de  j)is- 
tolet,  ni  clegaine  une  epec,  fut  appele*  en  duel  par  un 
oificier.  II  se  rendit  au  lieu  designe  pour  la  rencontre  et 
fit  observer  a  son  adversaire,  avec  beaucoup  de  sang-froid, 
qu'il  ne  savait  pas  se  battre,*  mais  qu'il  avait  un  autre 
moyen  d'arranger  I'alfaire  d'une  maniere  equitable. 
L'officier  voulut  savoir  ce  que  c'etait.  Alors  Tapothicaire 
tira  de  sa  poclie  une  boite  ({ui  contenait  deux  pilules,  et  dit 
a  l'officier  :  ''  Comme  yous  etes  homme  d'honneur,  je  sais 
que  vous  ne  desirez  pas  j^rofiter*  de  yos  avantages  sur  moi. 
Voici  deux  pilules ;  I'une  est  composee  d'un  poison  mortel, 
I'autre  est  inoffensiYC.  Si  chacun  de  nous  en  avale  une,  le 
combat  sera  egal.  Yeuillez*  clioisir."  II  est  inutile 
d'ajouter  que  I'affaire  se  termina  par  des  eclats  de  rire. 

(a.)     Questions  on  Grammar.     . 

1.  Parse  ni  der/aine  unr  epee.     (L.  52  ;  p.  239.     A.  321—9.     C.  P.  II,  407.) 

2.  "  fut  apppje  en  duel.     (L.  30.     A.  242.     C.  P.  II,  200.) 

3.  "  fit  o'tsevver.     (L.  41.     A.  264-4.     C.  P.  II,  3:24.) 

4.  "  se  jrtftre.     (L.  29,  Voc.     A.  249— 5.     C.  P.  II,  211.) 

5.  "  vous  etes  homme  d'houneur.     (L.  47 — 3.     A.  137.     C.  P.  II,  45.) 

6.  "  veuillez  cholsir.     (See  Xotes.) 

7.  "  il  est  inutile  d'ajouter.     (L.  49— 4.     A.  140  and  Rem.     C.  P.  II,  82.) 

8.  "  se  termina  par.     (L.  32—2.     A.  249.     C.  P.  II,  210.) 


{!))    Exercise  for  Translatioti. 

1.  He  who*  never  fired  off  a  pistol  or  unslieathed  a  sword  would 
stand*  no  cliance,  if  he  foug'lit  a  duel  with  an  experienced*  duellist ; 
so  thought  the  apothecary,  and  he  was  right.*  2.  He  therefore  * 
proposed  to  settle*  the  affair  by  means  of  pills,  which  he  had  com- 
posed himself.  3.  The  idea  was  an  original  one,*  and  worthy*  of 
an  apothecary.  4.  But  if  the  officer  had  chosen  the  harmless  pill, 
would  the  apothecary  have  swallowed  the  other  ? 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  Qui  fuf  appele  en  duel  par  un  officier  ?  2.  Que  n'avait-il 
jamais  fait  ?  8.  OCi  se  rendit-il  ?  4.  Que  fit-il  observer  a  son  adver- 
saire ?  5.  Comment  voulut-il  arranger  Taffaire  ?  6.  Que  tira-t-il  de 
sa  poche  ?  7.  Que  dit-il  a  I'olffcier  ?  8.  Que  lui  offrit-il  ?  9.  Com- 
ment I'affaire  f ut-elle  terminee  ? 


46  •  AN"ALYTICAL   FEEKCH    READER. 

Un  Yantard  qui  an  fond  etait  poltron,  comme  le  sont 
tons  les  vantards,  prenait  plaisir  a  effrayer  les  jennes  gens, 
en  les  provoqnant  a  se  battre.  II  savait  bien  que  pas  un  ne 
voudrait  se  battre  avec  lui.  Un  jour  il  offensa  inopinement 
un  liomme  d'une  autre  trempe  ;*  celui-ci  le  defia  an 
combat."^  Oblige*  d'avoir  une  rencontre,  il  se  trouva  dans 
une  grande  anxiete,  et  reflechit  a  tons  les  plans  possibles 
pour  eviter  le  duel.  Enfin,  il  se  decida  pour  le  moyen  sui- 
vant :  il  mit  une  lame  de  bois  dans  le  fourreau  de  son  ejoee. 
Arrive*  au  lieu  designe,  en  presence  de  son  adversaire,  il 
s'ecria,  les  yeux  leves  au  ciel :  ''  Grand  Dieu,  faites  que  la 
lame  de  mon  epee  se  change*  en  bois,  pour  que  je  ne  sois* 
pas  oblige  de  tuer  cet  liomme  !"  Alors  tirant  son  epee,  il 
dit  a  son  adversaire  :  ^''Eendez  grace  au  Ciel,  monsieur,  de 
ce  que*  ma  priere  a  ete  exaucee,  car  autrement  vous  auriez 
soupe  ce  soir  avec  Pluton." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  prenait  j)laisir  a  effrayev,     (L.  47.    A.  366.     C.  P.  II,  11.) 

2.  "  en  les  j^rovoqunnt  d  se  battre.     (L.  20— 2— 2.     A.  254.     C.  P.  11,  320.) 

3.  "  oblige  (etant)  (V avoir.     (L.  20—2—3,  30.     A.  242,  256.     C.  P.  II,  322.) 

4.  "  arrive  (etant).     (L.  31.     A.  176.     C.  P.  II,  256.) 

5.  "  ^)0*/>' f^?fe  jV?  «e  .soi*  ^>fT.s  ofo?;f7e  <Jf  f<«ei'.    (L.  52.   A.  299.   C.  P.  II,  288.) 

6.  "  se  change.     (L.  32.     A.  249—4.     C.  P.  II,  210.) 

7.  "  rendez  grace  aa  Ciel,  de  ce  que.     (L.  47.    A.  336.    C.  P.  II,  11.) 

8.  "  ina  j)riere  est  exaucee.     (L.  30.    A.  176.     C.  218.) 


(5.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Boasters  take  pleasure  in  provoking  young  people  who  do  not 
wish  to  fight.  2.  AVlien  they  light*  unawares  upon  a  man  of  a  dif- 
ferent stamp,  they  become  frightened*  and  seek*  to  avoid  the  en- 
counter. 3.  Our  friend,  being  obliged  to  fight,  came  and  asked*  me 
to  be  his  second.*  4.  Being  on  the  ground*  before  the  hour,*  we 
were  obliged  to  wait  for  the  arrival*  of  our  adversaries. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  sont  tons  les  vantards  ?  2.  A  quoi  un  vantard  prenait-il 
plaisir?  C.  Qu'est-cequ'il  savait  bien  ?  4.  Que  fit-il  un  jonr  inopi- 
nement ?  5.  Que  fit  cet  liomme  ?  G.  Oblige  de  se  battre,  que  fit  le 
vantard  ?  7.  Qu'est-ce  qu'il  mit  dans  le  fourreau  de  son  epee  '? 
8.  Arrive  en  presence  de  son  adversaire,  que  fit-il  ?  9.  Que  dit-il, 
en  tirant  son  epee  de  bois  ? 


PAET   FIKST.  *        -47 

38.     Hire  Predicatenr  et  le  lyTaquigriOTi. 

Un  predicateur  se  trouvait  nn  jour  dans  nne  auberge,  oii 
il  observa  un  maquignoii  qui  s'eft'or(;ait  de  mettre  dedans* 
un  monsieur.  II  lui  montrait  un  clieval  poussif  qu'il 
voulait  faire  passer  pour  une  bete  en  bon  etat.  Le  ministre^ 
qui  connaissait  la  mauA'aise  reputation  du  maquignon, 
prit  I'etranger  a  part,  et  lui  dit  de  se  metier  de  la  personne 
avec  qui  il  traitait.  Le  monsieur  finit  par*  refuser  rachat,* 
et  le  maquignon,  pique  au  vif*  d'avoir  manque  son  affaire, 
s'en  prit*  a  Tecclesiastique,  a  qui  il  dit  :  ^^  J'aimerais 
beaucoup  mieux*  yous  entendre  preclier  que  de  yous  Yoir 
interYenir  ainsi,  en  particulier,  dans  un  marche  d'liomme 
ahomme."  ^'^Eli  bien  !"'  repliqua  le  ministre,  ^*si  yous 
aYiez  ete,  dimanche  dernier,  oii  yous  doYiez  etre,*  yous 
auriez  pu  m'entendre  precher."  "  Oii  etait-ce?"  de- 
manda  le  maquignon.  ^^Dans  la  prison  d'Etat,"  repliqua 
le  ministre. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  qtii  s'effoi'^ait  de  mettre  dedans  un.    (L.  20.    A.  256.    C.  P.  II,  322.) 

2.  "  qu'il  voulait  faire  ^>as«e*'  pour,     (L.  41.     A.  92 — 2.     C.  P.  II,  324.) 

3.  "  2irit  a  part.     (L.  42.     A.  p.  514.     C.  p.  192.) 

4.  "  7ui  dit  de  se  mefier  de.     (A.  249—2.     C.  P.  II.  247.) 

5.  "  finit  par  refuser.    (A.  308—6.      C.  P.  II,  322  ;  p.  142,  Rem.) 

6.  "  s'en  2rrit  a.    (A.  p.  478.    C.  P.  II,  p.  221.) 

7.  "  j'aimerais  mieux  .     .     .  que  de.     (A.  275 — 5.    C.  P.  II,  380 — i.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Be  on  your  guard  against*  that  horse-dealer,  he  will  cheat  5'ou, 
if  he  can.  2.  He  will  try  to  make  you  take  a  broken-winded  beast 
for  a  well-conditioned  animal.  3.  The  horse  which  he  is  showing 
you,  is  not  worth  one-half*  of  what*  he  asks  you  for  it.*  4.  If  you 
trust*  to  him,  be  sure  of  it  that  he  will  in  the  end*  impose*  upon 
you.  5.  You  ought  to  have  seen  the  ferocious  looks*  which  the 
horse-dealer  gave*  the  preacher. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  se  trouvait  im  jour  dans  une  auberge  ?  2.  Qu'est-ce  qu'il 
observa  dans  cette  auberge  ?  3.  Qu'est-ce  que  le  maquignon  voulait 
faire  ?  4.  Que  fit  le  ministre  ?  5.  Que  dit  le  maquignon  a  I'eccle- 
siastique  ?     6.  Qu'est-ce  que  le  ministre  repliqua  ?     7.  OCi  etait  ga  ? 


48  ANALYTICAL   FEEKCH   KEADEK. 


39.     Lonis   XI    et   1'A.strologrie. 

Louis  XI  en  voiilait*  a  un  astrologue  qui  lui  avait 
fait  quelques  predictions  desagreables.  II  resolut  done 
de  s'en  defaire*  sans  ceremonie.  II  le  tit  venir  au  chateau^ 
et  ordonna  a  ses  serviteurs  de  le  jeter  par*  la  fenetre  a  un 
signal  donne.  Des  que  I'astrologue  entra  le  roi  se  tourna 
vers  lui  et  lui  dit  :  "  Vous  qui  pretendez  connaitre  la  des- 
tinee  des  autres,  pouvez-vous  me  dire  quelle  sera  la  votre  ?" 
L'astrologue  comprit  tout  de  suite  que  ces  paroles  etaient 
de  sinistre  augure  pour  lui.  II  reflecliit  un  instant,  puis  il 
repondit  avec  une  grande  presence  d'esprit  :  "  Je  connais 
ma  destinee,  sire,  ie  mourrai  trois  jours  avant  Yotre 
Majeste."  Le  roi  fut  confondu  par  une  reponse  si  inat- 
tendue,  et  loin  de  le  faire  jeter  par  la  fenetre,  il  dit  a  ses 
gens  d'avoir  le  plus  grand  soin*  de  I'astrologue,  et  fit, 
dans  la  suite,  tout  ce  qui  etait  en  son  pouvoir  pour  retar- 
der  la  mort  d'un  homme  qu'il  devait  suivre  de  si  pres* 
au  tombeau. 

(a.)     Questions  on  Grfunntar. 

1.  Parse  en  vonlait  a.     (A.  367.    C.  P.  11,  p.  223.) 

2.  "  resolut  de  s'eti  defaire.     (L.  20,  42.     A.  2.55.     C.  P.  II,  117,  321.) 

3.  "  le  fit  venir.     (L.  41.    A.  92—2.     C.  P.  II,  324.) 

4.  "  dele  jeter.     (L.  20— 2— 3.     A.  255.     C.  P.  II,  321.) 

5.  "  quelle  sera  la  votre.     (L.  10—6.     A.  19.     C.  P.  H,  160.) 

6.  "  avec  une  grande  j^^'^sence  d'esprit.     (C.  P.  II,  94.) 

7.  "  tout  ce  qui  etait.     (L.  16—2.    A.  238—12.    C.  138.) 

8.  "  qu'il  devait  suivre.     (L.  27,Voc.    A.  84— 2.    C.  P.  II,  325.) 


{!))    Exercise  for  Translation, 

1.  He  bears  you  ill-will  ;  be  on  your  guard*  against  him.  2.  He 
will  do  all*  in  his  power  to  ruin*  you.  3.  He  is  a  dangerous*  man, 
who  will  resort*  to  any  means*  to  get  rid  of  an  adversary.  4.  The 
king  would  have  had  the  astrologer  thrown  out  of  the  window,  if 
the  latter  had  not  made  a  prediction  so  alarming*  for  his  majesty. 
5.  Far  from  having  him  put  to  death,*  he  took  the  greatest  care  of 
the  impostor's*  life. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Pourquoi  Louis  XI  en  voulait-il  a  I'astrologue  ?  2.  Quelle  resolu- 
tion prit-il  a  Tegard  de  I'astrologue  ?  'S.  Ou  le  fit-il  venir,  et  que 
dit-il  a  ses  serviteurs  de  faire  ?  4.  Quand  I'astrologue  entra,  que  lui 
dit  le  roi  ?  5.  Que  lui  repondit  I'astrologue  ?  6.  Et  le  roi,  le  fit-il 
jeter  par  la  fenetre  ?    7.  Que  fit  le  roi  dans  la  suite  ? 


PAKT   FIRST.  49 


4,0.     I^e    Sansonnet. 


Unsansonnet  quiavait  bien  soif,*  trouva  dans  un  champ 
line  bouteille  a  moitic  remplie  d'ean,*  que  des  laboureurs  y 
avaient  laissee.  II  mit  son  bee  dans  le  goulot  de  la  bou- 
teille, mais  I'eau  n'etait  pas  assez  haute  pour  qu'il*  y  put 
atteindre.*  II  essaya  de  faire  avec  son  bee  un  trou  dans 
le  cote  de  la  bouteille,  mais  le  verre  etait  trop  dur.  Alors 
il  fit  de  grands  efforts  pour  renverser  la  bouteille,  mais, 
helas  !  il  n'y  put  parvenir  ;  elle  etait  trop  pesante.  Enfin,  il 
s'avisa  d'un  moyen  qui  lui  reussit  ;  il  y  jeta  de  petits 
cailloux,*  et  il  eut  la  satisfaction  de  voir  I'eau  nionter.  II 
continua  cette  operation  jusqu'a  ce  que*  Teau  eut  atteint* 
le  goulot  de  la  bouteille.  Alors  il  f  ut  recompense  de  son 
esprit  d'invention  :  il  se  desaltera. 

Quand  le  hesoin  presse  et  que  nos  forces  manquent,  V esprit 
souvent  y  suppUe. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  il  avait  bien  soif.    (L.  47.    A.  99,  101.    C.  P.  II,  11,  373.) 

2.  "  a  nioitie  remplie  d'eau.     (L.  21 — 4.     A.  136 — 2.     C.  P.  II,  51—2.) 

3.  "  i^our  qu'il  y  2>tft  afteindre.     (L.  52  ;  p.  238.      A.  299.      C.  P.  II,  288.) 

4.  "  il  n'y  put  parvenir.     (L.  36.    A.  243.     C.  P.  II,  205.) 

5.  "  qui  lui  reussit.     (L.  26.     A.  167,/.  n.    C.  P.  II,  320.) 

6.  "  jusqu'a  ce  que  I'eau  eat  atteint  le  goulot.     (L.  52;  p.  238.     A.  299. 

7.  "  I'esprit  y  supjilee.     (A.  243.     C.  P.  n,  205.)  [C.  P.  II,  288.) 


(b.)    Exei'cise  for  Translation. 

1.  If  you  were  thirsty,  you  would  drink  the  water  which  is  in 
that  bottle,  though*  it  1)e  not  iced.*  2.  You  are  not  discreet 
enough*  for*  ine  to  tell  you  what  I  have  heard.*  3.  Though* 
you  make  great  efforts,  you  will  not  succeed,*  if  you  do  not  per- 
severe* in  them.  4.  You  should*  continue  your  efforts  until  you 
succeed.  5.  Do  like  the  starling  ;  reflect*  on  all  possible  means 
which  may*  lead*  to  success. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  trouva  le  sansonnet  qui  avait  bien  soif  ?  2.  Que  fit-il 
d'abord  ?  3.  Ensuite  qu'essaya-t-il  de  faire  ?  4.  Et  quand  cela  ne 
reussit  pas,  que  fit-il  alors  ?  5.  De  quel  moyen  s'avisa-t-il  enfin  ? 
G.  Quel  en  fut  le  resultat  ?  7.  Que  fit-il  quand  I'eau  eut  atteint  le 
goulot  de  la  bouteille  ?  8.  Qu'est-ce  que  I'esprit  fait  souvent,  quand 
le  besoin  presse  et  que  uos  forces  manquent  ? 


50  ANALYTICAL  FREI^CH   READER. 

4.1.     I^e   Grland.   et  la  Citronille. 

Un  philosoplie  de  village  se  promenant  dans  un  bois, 
critiquait  I'oeuvre  de  Dieu.  II  voyait  la  citrouille  grosse 
comme*  la  tete  d'un  boeuf,  couchee  sur  la  terre,  attachee  a 
une  tige  menue,  et  le  gland  qui  n'est  pas  pins  gros  que* 
I'oeil  de  I'animal,  an  haut  du  chene.  Moi,  j'aurais  pendu 
la  citrouille  au  chene,  tel  fruit  tel  arbre  ;*  et  le  gland  aurait 
bien  fait  de  s'attaclier  a  cette  tige  rampante.  Tout  en  eut 
ete  mieux.*  Notre  philosoplie,  absorbe  dans  sa  medita- 
tion, s'arreta  sous  I'arbre  ;  il  s'y  concha  pour  se  livrer  plus 
a  son  aise  a  la  sage  reflexion  qu'il  venait*  de  faire.  Un 
gland  tombe  du  haut  de  I'arbre  sur  le  nez  du  reveur.  II 
porte  la  main  a  son  visage,  se  frotte  le  nez,  et  deniche  de 
sa  barbe  le  gland  qui  s'y  etait  refugie.  Oh  !  oh  !  dit-il, 
si  c'eut*  ete  la  citrouille,  j'aurais  eu  le  nez*  ecrase.  Je 
vois  bien  que  j'ai  eu  tort*  de  critiquer  la  sagesse  du  Orea- 
teur. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  la  citrouille,  grosse  comme  la  tete.    (L.  15.   A.  129, 153.   C.  P.  11,  355.) 

2.  "  le  gland  i>as  plus  gros  que  I'oeil.     (L.  6.     A.  146.     C.  41.) 

3.  "  aurait  bien  fait  de  s'attacher.   (L.  51— 3.    A.  268.    C.  P.  II,  268,321.) 

4.  "  tout  en  eut  ete;  si  c'eut  ete.     (A.  307—3.     C.  P.  II,  295.) 

5.  "  quHl  venait  de  faire.    (L.  51  ;  p.  234.    A.  2.57.     C.  P.  11,  322;  p.  141.) 

6.  "  j'aurais  eu  le  nes  ecrase.     (L.  48  ;  p.  217.     A.  199.     C.  P.  II,  30.) 

7.  "  J'ai  eu  tort  de  critiquer.     (L.  47.    A.  99,  100.     C.  P.  II,  12.) 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Pumpkins*  are  as  large  as  the  head  of  an  ox.  2.  Acorns  are 
small,  as  the  eye  of  the  animal.  3.  If  the  pumpkins  were  attached 
to  trees,  as  tall  as  the  oak,  and  the  acorns  to  slender,  creeping  stems, 
all  would  have  been  the  better  for  it  ;  so*  thought  the  philosopher, 
4.  If  it  had  been  as  he  wished,*  his  nose  would  have  been  crushed 
by  the  weight*  of  a  pumpkin.  5.  When  experience*  had  made 
him  wiser,  he  confessed*  that  he  had  been  wrong,  in  criticising  the 
works*  of  the  Creator. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  faisait  le  philosophe,  se  promenant  dans  le  bois  ?  2.  Qu'est- 
ce  qu'il  voyait  couche  sur  la  terre?  3.  Que  voyait-il  au  haut  du 
chene  ?  4.  Qu'aurait-il  fait  s'il  eu  avait  eu  le  pouvoir  ?  5.  Oii  se 
coucha-t-il  pour  se  livrer  a  sou  aise  a  cette  sage  reflexion  ?  0.  Qu'ar 
riva-t-il  ?     7.   Que  lui  serait-il  arrive,  si  c'eut  ete  la  citrouille  ? 


PAET  PIRST.  51 


4=3.     ILiG  Renarcl  et  la  Cigogne. 

Compere*  le  renarcl  invita  nn  jour  sa  voisine,  la  cigogne, 
a  diner.  A  I'heure  conveniie  celle-ci  se  presenta  au  rendez- 
vous.* Notre  galant  re^ut  sa  conviee  avec  Fair  d'un 
homme  du  monde,  et,  I'ayant  complimentee  sur  sa  bonne 
mine,  il  lui  fit  signe*  de  commencer  le  repas,  disant : 
''L'honneur  aux  dames.''*  H  n'y  avait*  pour  tout  mets 
qu'un  brouet  clair  servi  sur  une  assiette.  La  cigogne  s'en 
approcha,  mit  son  bee  dedans,  et  essaya  d'attraper  quelques 
miettes  qui  flottaient  dans  le  liquide.  Toute  deconcertee,* 
la  dame  a  long  bee  leva  la  tete,  et  regarda  I'liote.  Le  drole, 
sans  dire  mot,  se  mit  a  laper  le  contenu  de  I'assiette  qui 
fut  bientot  nette.  La  cigogne  retourna  cliez  elle*  I'estomac 
vide. 

{a.)     Questions  oti  Grammar. 

1.  Parse  I'ayant  com])limentee.    (L.  21 — 4.    A.  166.     C.  P.  II,  329.) 

2.  "  il  lui  fit  sif/ne  <lr  commencer.     (L.  47.     A.  336.     C.  P.  II,  11.) 

3.  "  iln'y  avait  pour  tout  mets  que.   (L.  33— 3.  A.  112,156— 2.   C.  242, 312.) 

4.  "  s'en  approcha.     (L.  32—2.    A.  249.     C.  P.  II,  51—2,  370.) 

5.  "  la  dame  d  lona  bee.     (L.  48  ;  p.  217.     A.  283.     C.  P.  II,  8.) 

6.  "  Jera  la  tete.     (L.  48  ;  p.  217.     A.  199.     C.  P.  II,  30.) 

7.  "  retourna  cites  elle.     (L.  14—3.     A.  63.     C.  108,/.  7i.;  P.  II,  o79.) 

8.  "  I'estomac  vide.     (L.  48  ;  p.  217.    A.  199.    C.  P.  11,  30.) 


{b.)     Exercise  for  Translation, 

1.  One  day  he  invited  all  hi.s  friends  to  dinner.  2.  At  the  ap- 
pointed hour,  they  made  their  appearance  at  the  place  of  meeting. 
3.  He  received  his  guests*  with  great  courtes}^*  and  complimented 
every  one  on  his  good  looks.  4.  When  all  the  guests*  had  arrived, 
he  ordered*  the  door  of  the  dining-room*  to  be  opened,  and,  with- 
out saying  a  word,  he  motioned  them  to  enter.*  5.  The  hall*  was 
elegantly*  decorated  ;*  the  feast*  w^as  all  that  one  could  desire. 


{c.)     Oral  Exercise, 

1.  Qui  le  renard  invita-t-il  un  jour  a  diner  ?  2.  OCi  la  cigogne  vint- 
elle  a  I'heure  convcnue  ?  3.  Comment  le  renard  regut-il  sa  conviee  ? 
4.  Sur  quoi  la  complimenta-t-il  ?  5.  Que  lui  dit-il,  en  lui  fai.sant 
signe  de  commencer  le  repas  ?  G.  Qu'est-ce  qu'il  y  avait  pour 
diner  ?  7.  En  quoi  le  brouet  fut-il  servi  ?  8.  Que  fit  la  cigogne  ? 
9.  Et  le  renard,  que  fit-il  ? 


62  ANALYTICAL   FKEN'CH   EEADER. 

4:3.     Le  Henard.  et  la  Cigogne.    (Smte.) 

A  qiielque  temj)s  de  la,  la  cigogne  a  son  tour  invita  le 
renard.  ''  Je  ne  manquerai  pas,"  dit-il,  "  de  faire  homieur 
a  Yotre  invitation."  II  se  trouva  a  I'lieure  au  logis  de  la 
cigogne,  lona  fort  I'aimable  liotesse,  et,  le  nez  en  Fair,  se 
mit  a  flairer  la  bonne  odeur  des  mets.  (Le  renard  est  un 
faqnin  mal  eleve,  qni  n'a  2^as  de  savoir-vivre.)*  Onne  tarda 
pas  a  servir  le  diner  :  c'etait  de  la  viande  coupee  en  menns 
morceanx,  et  niise  en  nn  vase  a  long  gonlot.*  Le  bee  de 
la  cigogne  y  entrait  facilement,  mais  le  mnseau  du  renard 
n'y  pouvait  penetrer.  La  cigogne  fit  nn  excellent  repas  ; 
qnant  a  maitre  renard,  il  s'en  retourna  cliez  lui  a  jeun. 

De  la  mesure  dont  nous  mesurons  les  autres,  nous  serous 
7nesures. 

(a.)     Questions  on  Gratntnar. 

1.  Farse  niatzqiier  lie  faire  honiieiir  (i.    (L.20,  47.   A.  256,  336.   C.  P.  II,  11, 322.) 

2.  "       le  nez  en  Vaif.     (L.  48;  p.  217.     A.  199.     C.  P.  11,  8.) 

3.  "      se  mit  (i  fiairer.     (L.  20— 2— 2.     A.  254.     C.  P.  II,  320.) 

4.  "      on  ne  tarda  pas  a.     (L.  51  ;  p.  234.     A.  256.     C.  P.  II,  322.) 

.5.  "  de  la  i^itinde  coapee;  niise.     (L.  21— 4.     A.  136.     C.  P.  II,  329.) 

6.  "  y  entrait ;  n'l/  pourait  jtenetrer.    (L.31.    A.  243.   C.  P.  II,  205,  263.) 

7.  "  s'en  retourna  ehez  lai.     (See  No.  42,  Quest.  7.) 

8.  "  nous  serons  niesures  de  la  mesure  dont  nous,  etc. 


(b.)     Exercise  for  Translation, 

1.  All  tlie  stories  speak  ill*  of  the  poor  fox.  2.  They  call  him  a 
thief,  a  liar*,  a  flatterer,  a  troublesome*  puppy,  an  ill-bred  rustic,* 
a  sly  dog,*  and  I  don't  know  what  else.*  3.  His  status  in  society* 
is  not  of  an  elevated  character.*  4.  If  his  conduct  is  not  what  it 
ought*  to  be,  it*  may,  however,*  be  said  with  justice,  that  it  is  not 
below*  his  reputation.  5.  Surely,*  there  is  nothing  saintly*  about 
the  rascal  ;*  if  he  ever  comes  near*  the  church,*  it  is*  to  rob*  the 
parson's  hen-liouse.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  fit  la  cigogne  a  son  tour  ?  2.  Que  repondit  le  renard  ? 
3.  Que  fit-il  en  arrivant  au  logis  de  la  cigogne  ?  4.  Qu'est-ce  que 
c'est  que  le  renard  ?  5.  Que  ne  tarda-t-on  i)as  ji  faire  ?  0.  Qu'est-ce 
qu'on  servit,  et  coinincnl  le  servit-on  ?  7.  Comment  les  convives 
s'y  prirenl-ils  pour  arriver  au  mets  ?  8.  Conunent  maitre  renard 
s'en  retourna-t-il  chez  lui  ? 


PART   FIEST.  53 

4=4..     Le  Charpexitier  et  le  Singe. 

Un  cliarpentier  fendait  des  pieces  de  bois  de  charpente* 
dans  la  cour  de  sa  demeure,  II  se  servait  de  deux  coins, 
qu'il  mettait  dans  la  fente,  I'un  apres  I'autre,  y  laissant 
toujours  Tun  des  deux,  pour  tenir  la  fente  ouverte,  quand 
il  en  retirait  I'autre.  Un  singe  accroupi  sur  un  mur  a  une 
petite  distance  de  la,  Tobservait  et  eprouvait  un  grand 
desir  de  faire  la  chose  lui-meme  ;  car  les  singes  ont  cela  de 
commun  avec  certaines  gens,*  qu'ils  s'imniiscent*  volon- 
tiers  dans  les  affaires  d'autrui.  A  midi  le  cliarpentier 
quitta  son  ouvrage  et  s'en  alia  diner.  Notre  farceur  de 
singe*  trouva  I'occasion  belle*  pour  faire  son  apprentis- 
sage  ;  c'etait  pour  lui  Theure  du  berger.* 

(a.)     Questions  oil  Grammar. 

l.Varse  il  se  servait  de  deux  coins.    (L.37.    A.  249— 5,  361.    C.  P.  n,  211, 247.) 

2.  "  y  laissant  I'un  des  deux.     (L.  12 — 4.     A.  55.     C.  F.  II,  ^TSfer.) 

3.  "  i>o j«r  tenir  In  fente  ouverte.  (L.  20—4.   A.  126.   C.  P.  II,  319,  Rem.. .391.) 

4.  "  quand  il  en  retirait  Vautre.     (L.  12— 4.     A.  79.     C.  P.  II,  3T3  ier..) 

5.  "  de  faire  la  cJiose  lui-nieme.     (L.  20— 3.     A.  100.     C.  P.  II,  309.) 

6.  "  certaines  (/ens.     (L.  47— 6.     A.  2"5l  and  Rem.     C.  P.  U,  15 — 9.) 

7.  "  les  affaires  d'autrui.     (L.  19.    A.  238.    C.  126.) 


\h.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Wood  is  split*  b\^  mean.S"  of  wedges.  2.  To  split  a  piece  of 
wood  of  some  length*  they  use  two  wedges,  which  are  put*  in  the 
split,  the  one  after  the  other.  3.  One  is  alwaj^s  left*  in  the  split 
to  keep  it  open,  when  the  other  is  taken  out  of  it.  4.  A  little 
boy,  crouched  on  the  trunk*  of  a  tree,  watched*  a  carpenter  who  was 
splitting  wood.  5.  When  the  carpenter  left  his  work,  the  little 
fellow  wanted  to  try  his  hand  at  it.*  6.  Little  boys,  like  monkeys, 
are  fond  of  meddling*  with  things  which  they  do  not  understand. 

(c.)     Oral  Exercise. 

1.  Que  faisait  le  cliarpentier  dans  la  cour  de  sa  demeure  ?  2.  De 
quoi  se  servait-il  pour  fendre  son  bois  ?  3.  Que  faisait-il  des  deux 
coins  ?  4.  Pourquoi  laissait-il  I'un  des  deux  dans  la  fente  quand  il 
en  retirait  I'autre  ?  5.  Qui  le  regardait  faire  a  une  petite  distance  de 
la  ?  6.  Quel  desir  le  singe  eproiivait-il  ?  7.  Quand  le  charpentier 
quitta-t-il  son  ouvrage,  et  pourquoi  faire  ? 


54  ANALYTICAL   rREN"CH    READER. 

4=5.    Le  Cha/rpentier  et  le  Singe.    fSuite.J 

II  descendit  done  du  mur  et  s'approelia  de  la  pieee  de 
bois,  dont  la  fente  etait  teniie  onverte  par  I'lm  des  coins.* 
II  s'assit  a  clieval*  «ur  le  bois,  sa  qneue  pendant  dans  la 
fente.  Alors^,  se  penchant  en  avant,*  il  saisit  le  coin  des 
dents*  et  des  pieds*  de  devant,  et,  se  redressant  avec  force, 
fit  sauter  le  coin  en  Fair.*  Le  monvement  le  ren versa  snr 
son  dos  ;  mallieureusement,  sa  quene  se  tronvait  prise* 
dans  la  fente  qui,  n'etant  plus  tenue  ouverte  par  le  coin, 
s'etait  refermee.*  Voila  notre  apprenti  prisonnier,  couche 
snr  son  dos,  incapable  de  se  degager,  et  sa  queue  ^^enible- 
ment  serree  dans  la  fente  du  bois.  Quand  le  cliarpentier 
revint   le  pauvre  singe  passa  un  mauvais  quart  d'heure.* 

Ami,  qui  que  tii  sois,  je  te  conseille  de  ne  pas*  te  meter 
des  affaires  d^iutrui. 

(a.)     Questions  on,  Grammar. 

1.  Parse  the  past  participles  and  state,  in  each  case,  the  rule  of  agreement. 

2.  '•  il  fit  sauter  le  coin  en  I'air.     (L.  41.     A.  92—2.     C.  P.  II,  324.) 

3.  "  sa  queue  se  tronvait  irrise.   (L.21— 4.  A.  136— 2,  249— 5.   C.  P.II,  51— 2, 

4.  "  qui  s'etait  refermee.     (L.  32-2.     A.  249— 4.     C.  P.  II,  210.)  [211.) 

5.  "  ami,  qui  que  tu  sois.     (L.  51— 5.     A.  301— 6.     C.  P.  II,  288.) 

6.  "  je  te  conseille  de.     (L.  20—2—3.     A.  255.     C.  P.  II,  321.)  [C.  206.) 
1.  "  ne  2>(i'S  te  tneler  des  affaires  d'autrui.    (L.  29 — 3.   A.  126  and  Rem. 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  When  the  carpenter  returned  to  his  work,  behold  there  was* 
the  boy  a  prisoner.  2.  The  tail*  of  his  coat  was  caught*  in  the  split 
of  the  wood.     3.  In  drawing*  the  wedge  out,  the  split  had  closed. 

4.  The  little  fellow*  had  not  been  able*  to  extricate*  himself  ;  there 
he  lay*  on  the  wood,  crying.*  5.  "What  have  you*  been  doing, 
mischievous  urchin  ?"*  said  the  carpenter  to  him.  6.  The  poor 
fellow*  had  nothing  to  say  for  himself.*  7.  The  carpenter  set 
him  at  liberty,*  and  said  to  him  :  "In  the  future,*  you  had  better 
not  meddle  w^ith  other  people's  business. " 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  fit  le  singe  quand  le  cliarpentier  fut  parti  ?  2.  Comment 
s'assit-il  surlemorceau  de  bois  ?   8.  Ou  etait  .sa  queue  ?  4.  Que  fit-il  ? 

5.  Le  coin  partant,  qu'arriva-t-il  ?  6.  Quelle  etait  alors  la  situation 
de  notre  apprenti  ?  7.  Que  conseillez-vous  ^  vos  amis  de  ne  pas 
faire  ? 


PAET  FIKST.  55 

4.6.     HdG  I^oui>  et  le  Oliien. 

Un  loup  affame  qui  n'avait  que  les  os  et  la  peau,  ren- 
contra  par  liasard  un  dogue,  gros  et  gras.  Celui-ci  faisait 
bonne  cliere*  dans  la  cuisine  de  son  maitre.  L'autre  ne 
mangeait  que  d'aventure,*  quand  la  negligence  du  gardien 
et  des  cliiens  lui  laissait  attraper  quelque  pauvre  mouton. 
Sire  loup  regardait  le  matin  d'un  oeil  envieux  ;  il  I'eut* 
volontiers  mis  en  quartiers,  mais  il  fallait  livrer  bataille,* 
et  c'etait  chose*  dont  Tissue  paraissait  douteuse.  Par  pru- 
dence il  eut  recours  a  la  diplomatic.  ^'  Ami/'  lui  dit-il, 
"  vous  avez  bonne  mine,*  signe  qu'on  vit*  bien  au  logis  oii 
vous  etes  traite.*  Je  yous  felicitedevotre  bonne  fortune." 
^^11  ne  tiendra  qu'a  vous/'  dit  l'autre,  ^'de  trouver 
pareille,*  et  d'etre  traite  aussi  bien  que  moi.  Je  vous 
crois  bon  enfant,*  mais  vous  avez  I'air  malingre  ;*  il  faut 
changer  de  vie,*  croyez-m'en."* 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  il  I'eut  volontiers  mis  en  quartiers.   (L.  41.   A.  307 — 3.   C.  P.  II,  295.) 

2.  "  il  fallait  livrer  bataille.     (L.  33,  47.     A.  143,  336.     C.  243  ;  P.  II,  11.) 

3.  "  c'etait  chose  dont  I'issue  i)araissalt  douteuse.     (See  Notes.) 

4.  "  il  ne  tiendra  quUi  vous.     (L.  33.     A.  269— 4.     C.  P.  II,  224.) 

5.  "  de  trouver  pareille  (fortune).     {L.  5  bis.    A.  129— 5.     C.  32,  Exc.  4.) 

6.  "  il  faut  changer  de  vie.     (A.  344.     C.  P.  II,  205.) 

7.  "  croyez-m'en.     (L.  50.    A.  262.    C.  P.  H,  131.) 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1,  A  hungry  fox,  having  nothing  but  his*  bones  and  his*  skin, 
looked  into  the  yard  of  a  large  farm-house,*  through  a  crack  in 
the  fence,*    2.  He  saw*  chickens,  plump  and  fat,  running  about. 

3.  He  had  a  great  desire*  to  get  at*  them.  4.  He  would  gladly  have 
scaled  the  enclosure,*  but  he  heard  the  barking*  of  a  large  dog, 
that  he  did  not  wish*  to  meet.  5.  He  watched*  for  some  time  for 
an  opportunity,*  but  finally  went  away,  saying  :  "  If  that  mastiff* 
were  not  there,  I  should  stand*  a  chance  of  getting*  a  good  meal. " 

{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qu'est-ce  qu'un  loup  affame  rencontra  un  jour  par  hasard  ? 
2.  Ou  le  dogue  faisait-il  bonne  chere  ?    3.  Quand  le  loup  mangeait-il? 

4.  Comment  le  loup  regardait-il  le  matin  ?  5.  Qu'eut-il  fait  volon- 
tiers ?  6.  Qu'est-ce  qui  I'en  emp^cha  ?  7.  Que  fit-il  par  prudence  ? 
8.  Que  dit-il  au  chiea  ?    9.  Et  le  chien,  que  lui  repondit-il  ? 


56  AITALYTICAL   FRENCH   READER. 

4=7.     HuG  Loup   et  le  diien.    f Suite. J 

"  Quittez  lesbois,  ou  vousmenez  iine  existence  miserable  ; 
vous  y  mourrez  de  faim.  Suivez-moi ;  je  veux  vous  in- 
troduire  chez  nous  et  vous  presenter  au  maitre  de  la 
maison.  V'ous  y  partagerez  mon  destin.  bon  gite  et  ventre 
plein,*  I'hiver  comme  I'ete."  "Fort  bien  ;  mais  que  me 
faudra-t-il  faire  ?"  "Presque  rien  ;  garder  la  porte  et 
defendre  la  maison  contre  les  voleurs."  lis  s'acheminaient 
ensemble^,  comme  deux  bons  amis.  Oliemin  faisant,  le 
loup  Yoit  que  le  cou  du  cliien  etait  pele.  "Ami,"  dit-il, 
"d'ou  vient  cela  ?"  "Oe  n'est  rien."  "Mais  encore?" 
"  C'est  le  collier  qui  I'a  fait."  "  Vous  portez  un  collier  ?" 
"  Oui,  quelquefois  on  m'attaclie."  "On  vous  attache  ! 
Vous  ne  courez  done  pas  on  vous  voulez  ?"  "  Pas  toujours  ; 
mais  qu'importe  !"*  "  ^ficoute,*  ami,"  dit  le  loup,  "  jouis  de 
ton  bien-etre,  comme  tu  voudras.*  Je  n'en  veux  pas  au 
prix  de  la  liberte." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  vons  y  mourrez  (7e  falm.     (L.  12— 4, 36,  Voc.   A.  G6,  208.    C.  82,  Rem.; 

2.  "  vous  y  partagerez  mon  destin.   (L.12— 4.   A.  66.   C.  82,  Rem.)  [p.  188.) 

3.  "  Vhiver  comme  I'ete.     (L.  48—2.     A.  27—3.     C.  P.  II,  2.) 

4.  "  jouis  de  ton  hien-etre.     (A.  243.     C.  P.  II,  205.) 

5.  "  comme  tu  voudras.     (L.  51  ;  p.  230.     A.  205.     C.  P.  II,  267.) 

6.  "  au  prix  de  la  liberte.     (L.  48—2.    A.  27—3.    C.  P.  II,  2.) 


{b.)    Eocercise  for  Translation, 

1.  It  is  true*  that  I  am  leading  a  wretched  life.  2.  When  I  am* 
old,  I  shall  not  be  able  to  procure*  food,*  and  I  shall  die  of  hunger. 
3.  It  only  depends*  on  you*  to  find  a  better  destiny.*  4.  Go  among* 
men,  render  yourself  useful  and  they  will  treat  you  well.  5.  Yes, 
but  it  will  be  necessary  to  renounce*  liberty.  6.  I  would  rather  die 
of  want*  than  live  a  slave*  to  the  will  of  another.  7.  Nothing  can 
compensate*  us  for  the  loss*  of  liberty. 

{c)    Oral  Exercise, 

1.  Oii  le  loup  mene-t-il  une  existence  miserable  ?  2.  Que^  lui 
arrivera-t-il  dans  les  bois  ?  3.  Et  le  chien,  que  lui  dit-il  ?  4.  Ou 
avait-il  I'intention  de  I'introduire  ?  5.  X  qui  voulait-il  le  presenter  ? 
6.  Qu'est-ce  que  le  loup  aurait  a  faire  ?  7.  Que  vit  le  loup,  chemin 
faisant  ?  8.  Qu'e.st-ce  qui  avait  cause  cela  ?  9.  Pourquoi  le  loup 
refusa-t-il  d'aller  avec  le  chieu  ?    10.  Que  lui  dit-il  en  partaut  ? 


PART   FIRST.  57 

4=S.     L'Ours  et  les  I>eiix:  Compagnons. 

Deux  fins  matois,  sentant  raignillon*  de  la  faim  et 
n'ayant  pas  cle  quoi*  se  procurer  le  necessaire,  s'aviserent* 
de  vendre  la  peau  d'uri  ours  qui  rodait  encore  dans  le  voi- 
sinage.  C'etait,  au  dire  de  ceux  qui  I'avaient  vu,  le  roi  des 
ours.  lis  allerent  done  trouver  leur  yoisin,  le  fourreur, 
qui,  apres  bien  des  pour^oarlers,  aclieta  la  peau  de  Tanimal 
encore  vivant,  et  leur  fit  une  avance.  (II  faut  convenir* 
que  c'etait  une  speculation  hasardeuse. )  Les  deux  compa- 
gnons,  pleins  d'ardeur  et  stirs  de  leur  fait,  sortirent  et 
se  dirigerent  vers  le  repaire  de  leur  victime  en  perspective.* 
L'ours,  qui  ne  se  doutait*  pas  de  I'attentat  qu'on  meditait 
centre  sa  peau,  faisait  en  ce  moment  sa  tournee  habituelle. 
Nos  gens  raper9urent  qui  venait  au  trot  de  leur  cote. 
Les  voila  frappes*  d'epouvante, 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  n'ayant  pas  de  quoi.   (L.  36,  53.   A.  232,  309.    C.  P.  II,  163,  Rem.  4.) 

2.  "  s'avis^rent  de  vendre.     (L.  20-2— 3,32.   A.  249,  255.   C.  P.  II,  209,  321.) 

3.  *'  au  dire  de  ceux  qui.     (L.  16,  18.     A.  234,  303.     C.  P.  II,  152,  302.) 

4.  "  il  faut  convenir  que  c'etait.     (L.  33 — 4.     A.  143.     C.  242.) 

5.  "  qui  ne  se  doutait  pas  de.     (L.  32.     A.  249 — 5.     C.  P.  II,  211.) 

6.  "  les  voilcb  frappes  d'epouvante.    (L.  16,  Voc.    A.  224.    C.  P.  II,  399.) 


{h.)    Exercise  for   Translation, 

1.  He  who  feels  the  sting  of  hunger,  and  has  not  wherewith  to 
satisfy*  it,  will  be  glad*  to  sell  the  skin  of  the  bear  still  alive,  if  he 
finds  any  one*  silly  enough*  to  buy  it.  2.  Our  two  companions 
found  their  man,  and  after  having  made*  the  bargain,  went  in  search* 
of  the  animal.  3.  The  bear  saw  them  coming,  and,  not  suspecting 
their  hostile  intention,  came  to  meet*  them.  4.  Our  good  people,* 
according  to  the  statement*  of  e^x^-witnesses,*  were  struck  with 
fright.     5.  No  wonder,*  who  would  not*  be  ? 

(r.)     Oral  Exercise, 

1.  Qui  est-ce  qui  sentait  I'aiguillon  de  la  faim  ?  2.  Qu'est-ce 
qu'ils  ne  pouvaient  pas  se  procurer  ?  3.  Que  s'aviserent-ils  de  faire  ? 
4.  Quelle  espece  d'ammal  etait  cet  ours  dont  ils  voulaient  vendre  la 
peau  ?  5.  Qui  allerent-ils  trouver  ?  6.  Est-ce  que  le  fourreur 
acheta  la  peau  de  Tanimal  ?  7.  Alors,  les  deux  compagnons,  que 
firent-ils  ?  8.  Que  faisait  Tours  en  ce  moment  ?  9.  Ou  etait  I'ours 
quand  nos  gens  I'aperQurent  ?   10.  Que  sentirent-ils,  en  Vapercevant  ? 


58  AN'ALYTICAL   FREI^CH   KEADER. 

4rO.    L'Oixrs  et  les  I>etix  Oompagnons.    (Suite.) 

lis  ne  s'etaient  pas  attendus*  a  voir  un  gaillard  aussi 
eveille.*  L'un  des  deux  compagnons  grimpe  sur  un  arbre 
(mauvais  refuge  contre  les  griffes  de  messire  ours);  I'autre, 
de  peur,  ne  sait  que  faire.*  II  se  couclie  par  terre,  ferme 
les  yeux^  retient  son  lialeine,  et  se  croit  deja  mort.  L'ours 
s'approche,  flaire  an  nez  notre  individu,  le  tourne  et  le  re- 
tourne,  et  le  croyant  sans  vie,  se  dit :  *^Ma  foi,  un  ca- 
davre  I  9a  ne  fait  pas  mon  affaire."*  Les  ours,  comme  les 
chats,  tournent  le  dos  a  un  ennemi  mort.  II  s'en  va  done 
dans  la  foret  voisine.  Le  brave  qui  etait  sur  I'arbre,  en 
descend  et  dit  a  son  camarade,  qui  a  ouvert  les  yeux  et  qui 
commence  a  comprendre  que  le  danger  est  passe:  ^'Eh 
bien  !  il  t'a  parle  ;  je  I'ai  vu.  Qu'a-t-il  dit  ?  Est-il  pret 
a  nous  ceder  sa  peau  ?"  "  Du  tout  ;"*  repond  I'autre,  "il 
m'a  dit  qu'il  ne  faut  jamais  vendre  la  peau  de  Fours  qu'on 
n'ait*  tue  I'animal.'" 

{a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  Us  ne  s'attendaient  pas  cbvoir.   (L.  20—2—2.   A.  249.   C.  P.  II,  211.) 

2.  "  ne  salt  que  faire.     (L.  44—8.    A.  157,  Rem.  2.     C.  P.  II,  342.) 

3.  "  les  oars  tournent  le  dos.    (L.  48;  p.  216.   A.  27— 3, 199.    C.  P.  II,  26, 30.) 

4.  "  du  tout.     (L.  44—8.    A.  156—3.     C.  P.  II,  370.) 

5.  "  qu'on  n'ait  tue  I'animal.     (C.  P.  II,  292.) 

6.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 


{b.)    Exercise  for  Tranfilation. 

1.  Bears  are  ugly  marauders,*  who  have  their  own  way*  of  doing 
business,  and  take  no  account*  of  the  law  of  nations.*  2.  One  of 
our  two  companions  climbed*  up  into  a  tree,  not  suspecting*  the 
bear's  ability*  to  follow  him  there.  3.  The  other  let  himself  fall*  on 
the  ground,  shut  his  eyes,  retained  his  breath,  and  feigned*  death 
almost  to  perfection.*  4.  The  bear  came  up.*  sniffed  at  him,  turned 
him  over  and  over.  5.  Then*  looking  all  around,*  with  disgust  in 
his  countenance,*  he  said  :  "A  corpse  !  that  won't  suit*  me." 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  X  quoi  nos  gens  ne  s'etaient-ils  pas  attendus  ?  2.  Que  fit  l'un 
des  deux  compagnons  ?  3.  Que  fit  I'autre  ?  4.  L'ours,  s'approchant. 
que  fit-il  ?  5.  Et  croyant  I'homme  mort,  que  dit-il  ?  6.  En  quoi  les 
ours  sont-ils  comme  les  chats  ?  7.  Oil  s'en  alla-t-il  ?  8.  Que  fit 
celui  qui  etait  sur  I'arbre  quand  l'ours  fut  parti  ?  9.  Que  dit-il  ^  «on. 
camarade  ?    10.  Que  repondit  le  ci:vmarade  ? 


PART   FIRST.  59 

50.     Sagesse  <i\i  Mlandarin  Yemt-se. 

Le  cheval  favori  cle  I'empereur  Tsi  etant  mort  'pav  la  ne- 
gligence de  I'eciijer,  Tempereur  entra  dans  une  si  grande 
colere  qu'il  yoiilut  percer  de  son  epee  I'officier  coupable. 
Le  mandarin  Yemt-se  qui  etait  present,  para  le  coup,  en 
disant :  ^SSeigneur,  cet  homme  ne  connait  pas  tout  le  crime 
pour  lequel  il  va  subir  la  mort."  "Eli  bien  !  fais-le-lui 
connaitre,"  dit  le  prince.  Alors  Yemt-se,  se  tournant  vers 
I'ecuyer,  lui  dit:  "Voici,  malheureux,  les  crimes  que  tu 
as  commis  :  D'abord  tu  as  laisse  mourir  un  cheval  que  ton 
maitre  avait  confie  a  tes  soins  ;  ensuite,  tu  es  cause  que 
notre  prince  a  voulu  te  tuer  de  sa  main ;  enfin,  enfant  de 
mallieur,  c'est  toi  qui  es*  cause  que  notre  auguste  sou- 
verain  a  ete  sur  le  point  de  se  deslionorer  aux  yeux  de  tout 
le  monde,  en  tuant  un  liomme  pour  un  cheval.  C'est  la  ton 
plus  grand  crime,  scelerat."  "  Qu'on  le  laisse  aller,"*  dit 
I'empereur,  "  je  lui  pardonne  son  crime." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  le  cheval  favori  .     .     .  etant  mort.     (L.  5  bis,  31—2.     A.  129 — 8,  179. 

2.  "  fais-le-lui  connaitre.     (L.  50.     A.  262.     C.  P.  II,  131.)         [C.  32,  219.) 

3.  "  que  tu  as  commis.     (L.  41.     A.  152.     C.  192  ;  P.  II,  329.) 

4.  "  c'est  toi  qui  es  cause.    (L.  48,  51 ;  p.  229.   A.  137,  325—10.    C.  P.  II,  7,  233.) 

5.  "  qu'on  le  laisse  alter.     (L.  51  ;  p.  231.     A.  303.     C.  P.  II,  280.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Her  little  birds  having  died  through  the  carelessness  of  a  maid- 
servant,* she  flew*  into  a  great  passion  and  sent  for*  the  guilty 
one.*  2.  "You*  have  grieved*  me  very  much,"  said  she  to  her, 
"by  the  faults*  you  have  committed."  3.  You  let  my  little  birds 
die,*  which  I  had  intrusted  to  your  care.  •!.  You  are  the  cause*  of 
my  not  having*  closed  my  eyes  all  night*  5.  I  do  not  know  wdiat 
to  do  with*  you  ;  I  shall  have*  to  send  you  away.*  6.  "Oh  no, 
mamma,"*  said  little  Mary,*  "send  her  to  bed,*  without  her  supper.  "* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Le  cheval  favori  de  I'empereur  Tsi  etant  mort,  que  fit  ce  prince  ? 
2.  Que  lui  dit  le  mandarin  qui  etait  present  ?  3.  Que  repondit  le 
prince  ?  4.  Que  dit  alors  Yemt-se  a  I'ecuyer  ?  5.  Quel  etait  son 
plus  grand  crime  ?  6.  Que  dit  Tempereur,  quand  il  eut  enteudu  ce 
discours  ? 


60  Ai;[ALYTICAL   FEEKCH    READER. 


51.     Les  I>eiix:  Saclieiixs. 

Plusieurs  cliefs  indiens  dinerent  uii  jour  a  Philadelphie 
avec  le  gouvernenr  et"  d'autres  f onctionnaires.  Pendant  le 
repas  I'attention  d'un  jeune  sachem  fnt  captivee  par  un 
moil  tardier  de  belle  forme  et  d'une  couleur  brillante,  dans 
lequel  il  y  avait  une  cuillere.  Croyant  qu'il  devait  contenir 
quelque  mets  friand,  il  eut  la  curiosite  d'en  vouloir  gouter. 
Ayant  attire  le  pot  vers  lui,  il  porta  nne  cuilleree  de 
moutarde  a  sa  bouche,  et  decouvrit  anssitot  sa  meprise  ; 
mais  il  eut  le  courage  d'avaler  la  moutarde,  bien  qu'elle  lui 
fit*  venir  les  larmes  aux  yeux.  Un  vieux  sachem,  assis  en 
face  de  lui,  vit  les  larmes  sur  les  joues  du  jeune  horn  me,  et, 
n'en  sachant*  pas  la  cause,  il  lui  demanda  ]oourquoi  il 
pleurait.  Le  jeune  homme  repondit  qu'il  pensait  a  son 
pere,  qui  fut  tue  dans  un  combat.  Bientot  apres,  le  vieux 
sachem,  pousse  de  meme  par  la  curiosite,*  fit  la  meme 
experience  avec  le  meme  resultat.  Le  jeune  sachem  lui 
demanda  a  son  tour  pourquoi  il  pleurait.  L'autre  repon- 
dit tout  de  suite  :  "  Parce  que  tu  n'as  pas  ete  tue  avec 
ton  pere." 

{a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  de  belle  forme  et  d'une  couleur  brillante.     (C.  P.  II,  94,  and  Notes.) 

2.  "      dans  leqtiel  il  y  avait  une  cviiAJEKS..  {\jA^,^~'i.   A.  112, 231.   0.129, 

3.  "      une  CUILLEREE  de  moutarde.     (A.  280—3.     C.  p.  246.)  [242.) 

4.  "      hien  qu'elle  lui  fit  venir.     (L.  52  ;  p.  238.    A.  299.    C.  P.  II,  288.) 


b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  One  day  as*  we  were  dining  with  the  governor,  I  swallowed  a 
spoonful  of  hot  broth  which  brought  tears  into  my  eyes.  2.  Though 
he  had  swallowed  a  spoonful  of  mustard,  the  young  sachem  was  not 
willing  to  confess*  that  that*  was  the  cause  of  the  tears  which  ran* 
down  his  cheeks.  3  My  attention  was  attracted  by  the  conversa- 
tion* of  the  two  chiefs.  4.  I  could  not  help  laughing*  at  the  pungent* 
reply*  of  the  old  sachem. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Avec  qui  les  deux  sachems  dinerent-ils  un  jour  ?  2.  Qu'est-ce 
qui  captiva  I'attention  du  jeune  sachem  ?  3.  Que  fit-il  ?  4.  Que  lui 
arriva-t-il  ensuite  ?  5.  Que  dit-il  au  vieux  sachem  qui  lui  demanda 
pourquoi  il  pleurait  ?  6.  Et  le  vieux  sachem,  que  fit-il  bientot  apres  ? 
7,  InteiTOgc  a  son  tour  par  le  jeune  sachem,  que  lui  repondit-il  ? 


PART   FIRST.  61 

53.     XJne  IL.eeon  de  Savoir-Vlvre. 

Un  ami  du  doyen  Swift  lui  eiivoya  iiii  jour  iin  turbot 
par  un  domestique  qui  avait  souvent  fait  des  commissions 
semblables,  sans  jamais*  recevoir  du  doyen  la  moindre* 
marque  de  generosite.  Ayant  ouvert  la  porte  du  cabinet 
ou  travaillait  le  doyen,  le  porteur  du  turbot  posa  le  poisson 
a  terre  et  dit  d'un  ton  bourru  :  ^'Yoici  un  turbot  que 
mon  maitre  yous  envoie."*  "  Jeune  liomme/'  dit  le  doyen, 
en  se  levant,  '^  ce  n'est  pas  de  cette  fagon^-la  qu'il  faut 
YOUS  acquitter  d'un  message.  Laissez-moi  yous  enseigner 
de  meilleures  manieres.  Asseyez-Yous  ;  nous  cliangerons* 
de  roles,  et  je  yous  montrerai  a  yous  conduire  a  Tavenir." 
Le  gargon  s'assit,  et  le  doyen  s'aYangant  jusqu'a  la  table, 
fit  un  profond  salut  et  dit  :  '^'^  Monsieur,  mon  maitre  yous 
presente  ses  compliments  et  yous  prie  d'accepter  un  petit 
present."  ''  Vraiment,"  dit  le  gar9on,  ^^presentez-lui  mes 
sinceres  remerciments,  et  Yoici  une  demi*-couronne  pour 
YOUS."  Le  doyen,  pousse  ainsi  a  un  acte  de  generosite,  rit 
de  bon  coeur,*  et  donna  une  couronne  au  gar^on. 

{a.)     Questions  on  Granmiar. 

1.  Fa.ise  sans  Jamais  r'ecevoh'.   (L.  20;  p.  86  and  Rem.  A.  185,/.  «.    C.  P.II,339.) 

2.  "  la  rnoindve  marque.     (L.  6 — 3.     A.  147.     C.  43.) 

3.  •'  ce  n'est  pas  de  cette  fa^on-ld.     (L.  16—2.    A.  221.     C.  102.) 

4.  "  qu'U  faut  vous  acquitter  de.     (L.  33—4.     A.  143.     C.  243.) 

5.  •'  asseijez-vous.     (L.  37.     A.  262.     C.  P.  II,  131.) 

6.  "  nous  chanfferons  de  roles.     (A.  243.     C.  P.  II,  205.) 

7.  "  void  une  demi-couronne.    (L.  49 — 1.    A.  139— 4.    C.  P.  II,  63.) 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  He  never  can  say  any  thing,  without  laughinq;.     2.  You  have 
often  sent  him  on   errands,*  without   eYer  giving  him  any  tiling. 

3.  If  you  acquit  yourself  well  of  this  message,  1  will  give  you  half 
a  guinea.*  4.  That  is  not  the  way  you  should*  behave.*  5.  Show 
him  how*  to  do  it.     6.  This  is*  the  way  to  set  about  it.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qu'est-ce  qu'un  ami  envoya  un  jour  au  doyen  Swift  ?    2.  Qui 
lui  apporta  le  turbot  ?    3.  Comment  s'acquitta-t-il  de  sa  commission  ? 

4.  Que  dit  le  doyen  au  domestique  ?  5.  Que  lui  dit-il  de  faire  ? 
6.  Quand  le  gargon  se  fut  assis,  que  fit  le  doyen  ?  7.  Puis  que  dit-il 
au  gar9on  ?    8.  Et  le  garpon,  que  lui  repondit-il  ? 


G2  AKALYTICAL   FEEl^^CH   EEADER. 

53.     iEconomie  et  I^it>era.llte. 

On  6tait  en  train*  de  faire  une  collecte*  pour  construire 
un  hopital  pour  les  pauvres.  Ceux  qui  s'etaient  charges* 
d'obtenir  des  souscriptions  allaient  frapper  a  la  porte 
entr'ouverte*  d'un  comptoir,  quand  ils  entendirent  la  voix 
du  chef  de  la  maison  qui  grondait  un  jeuue  commis,  parce 
qu'il  avait  ecrit  un  re9u  sur  une  feuille  entiere  de  papier, 
tandis  qu'une  demi-feuille  aurait  suffi.  Etant  entres,  les 
queteurs  expliquerent  au  vieux  negociant  I'objet  de  leur 
visite.  ^^  Asseyez-Yous/'  leur  dit-il  ;  et  il  se  mit  tout  de 
suite  a  ecrire  un  bon  pour  cinq  cents  dollars,  qu'il  leur 
remit,  en  aide  de  la  bonne  oeuvre.  Etonnes  de  cette 
liberalite  dans  un  homme  qui  venait  de  faire  preuve*  d'une 
economic  si  minutieuse,  ils  se  regarderent  et  ne  purent 
s'empecher  de  temoigner  leur  surprise  par  leurs  regards. 
Le  vieux  negociant  comprit  qu'ils  avaient  entendu  ce  qui 
s'etait  passe  entre  lui  et  son  commis,  et  il  leur  dit : 
^^  Messieurs,  je  tiens*  a  I'economie  en  tout  ce  qui  concerne 
les  affaires  de  la  maison  ;  c'est  par  elle  que  je  suis  parvenu 
a  la  fortune,  qui  me  permet  aujourd'hui  d'etre  liberal 
quand  il  s'agit  de  faire  une  bonne  action." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  ceux  qui  s'etaient  char (jes  de.   (L.32— 1.   A.  185 — 2.   C.  P.  II,  329— 3.) 

2.  "      ce  qui  s'etait  passe.     (A.  249.     C.  P.  II,  211.) 

3.  "      je  tiens  a  I'economie.     (C.  P.  II,  121.) 

4.  "      il  s'agit  de  faire.     (A.  362.     C.  P.  II,  222.) 


(5.)    Exercise  for  Translation, 

1.  We  were  going  to  knock  at  the  door  of  his  office,  which  stood 
half'^  open,  when  we  heard  the  voice  of  the  head  of  the  house,  saying  : 

2.  "You  might  have  written*  this  receipt  on  lialf  a  sheet  of  paper." 

3.  When  half  a  sheet  is  sufficient,  I  never  take  a  whole  sheet.  4.  We 
like*  economy.  5.  Economy  leads*  to  fortune,  and  fortune  enables* 
us  to  be  charitable  towards  the  poor. 

(c.)     Oral  Exercise. 

1.  OCl  allaient  frapper  ceux  qui  s'etaient  charges  d'obtenir  des  sous- 
criptions ?    2.  Qu'entendirent-ils  ?    3.  Qu'avait  fait  le  jeune  commis  ? 

4.  Srant  entres,  que  firent  les  queteurs  ?  5.  Que  leur  dit  le  nego- 
ciant. et  que  fit-il  tout  de  suite  ?  6.  De  quoi  les  queteurs  etaient-ils 
etonnes  ?    7.  Que  leur  dit  le  vieux  negociant  ? 


PART   FIRST.  63 


54r.    Le  Hat  d.e  "Ville  et  le  Rat  <les  Champs. 

Uii  rat  de  ville  invita  un  jour  un  rat  des  champs  a  diner. 
Le  repas  fut  servi  sur  un  tapis  de  Turquie  ;  c'etait  un 
regal  magnifique ;  rien  n'y  manquait.  *  L'ampliitryon 
s'etait  mis  en  frais*  pour  montrer  a  son  convie  de  combien 
la  ville  I'emporte,*  pour  les  bons  morceaux,  sur  la  cam- 
pagne.  On  etait  joliment  en  train  ;*  on  s'en  donnait*  a 
coeur  joie,  lorsque  an  beau  milieu*  du  festin  la  joie  fut 
interrompue  ;  on  entend  du  bruit  a  la  porte  de  la  salle. 
Le  rat  de  ville  dresse  ses  oreilles,  decampe  et  disparait  dans 
son  trou  ;  le  rat  des  champs  I'y  suit.  Le  bruit  cesse  ;  le 
rat  de  ville  sort  sa  tete  du  trou  et,  ne  voyant  personne, 
appelle  son  camarade  et  lui  dit  :  ^*^  Le  danger  est  passe. 
Yiens,  achevons  notre  repas."  ^^C'est  assez/'  dit  celui  des 
champs  ;  "  je  n'ai  plus  faim.  Demain  tu  viendras  diner 
chez  moi.  Tu  n'y  trouveras  pas  des  morceaux*  friands, 
mais  nous  mangerons  en  paix  ;  rien  ne  viendra  nous  in- 
terrompre. " 

L'epee  de  DarnocUs  tiie  la  joie  aio  2^lus  heau  festin.* 

{a.)     Questions  on  Grammar, 

1.  Parse  fut  servi;  fut  interrotnpue.     (L.  30.    A.  241.     C.  213.) 

2.  "  c'etait  un  regal ;  c'est  assez.     (L.  16.     A.  221.     C.  P.  11,  143.) 

3.  "  de  combien  Vemporte.     (A.  320—11.    C.  P.  II,  380—7.) 

4.  "  je  n'ai  plus  faim.     (L.  44—8,  47-2.    A.  45,  99.    C.  312  ;  P.  H,  12.) 

5.  "  pas  DES  morceaux  friands.     (L.  48 — 1,Rem.    A.  71 — l,f.n.    C.  P.  II, 

[28,  Rem.  1.) 

(b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  We  had  incurred  some  expense  to  show  our  friends  how  much 
rural  pleasures*  surpass  city  pleasures.*  2.  We  were  in  the  midst* 
of  our  feast,*  when  an  accident  happened,*  which  interrupted  our 
joy.  3.  It  was  a  trivial*  accident,  but  it  was  enougli*  to  put  an  end 
to  our  boisterous  mirth.*  4.  It  happens  rarely*  that  one*  indulges 
to  one's  heart's  content,  without  suffering*  for  it  afterwards.* 

(c.)    Oral  Exercise. 

1.  Qui  fut  invite  a  diner  par  le  rat  de  ville  ?  2.  Et  le  repas,  oH 
fut-il  servi  et  quel  etait-il  ?  3.  Qui  s'etait  mis  en  frais,  et  pourquoi  ? 
4.  Et  les  deux  amis,  s'amusaient-ils  ?  5.  Qu'arriva-t-il  au  milieu  du 
festin  ?  6.  Que  fit  le  rat  de  ville  ?  7.  Et  quand  le  bruit  cessa,  que 
dit-il  ^  son  camarade  ?    8.  Et  celui  des  champs,  que  lui  rcpondit-il  ? 


64  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 


55.     Xu'I£viitre  et  les  Pla^icleiirs. 

Deux  pelerins  marcliant  snr  la  plage,  virent  surle  sable, 
a  quelques  pas  devaiit  eux,  line  liuitre  que  le  flot  y  venait 
d'apporter.  La  trouvaille*  etait  mince,  mais  ils  n'avaient 
mange  dej^uis*  la  veille,  et  quand  on  est  a  jeun  une  huitre 
est  quelque  chose.  Ils  se  la  montrent  du  doigt  avec  avidite, 
et  deja  ils  I'avalent  des  yeux.  L'un  se  baissait  pour  la 
ramasser  ;  I'autrele  pousse  et  dit  :  ^^  Un  instant,  camarade, 
reste  a  savoir*  a  qui  en  est  le  droit.''*  On  contestait,  on 
disputait  :  cliacun  voulait*  Tavoir  vue  le  premier.  L'uh 
disait  :  "  Je  I'ai  vue  avant  vous,  parole  d'honneur."  "Ma 
foi,"  dit  I'autre,  '' je  Tai  sentie  a  cinquante  pas  d'ici."* 
An  fort  de  la  dis2)ute  arrive  bien  a  propos  Pierre  Dandin, 
le  president  de  la  cour.  On  le  prend  pour  juge.  II 
s'avance  entre  les  deux  pretendants,  en  tend  les  plaidoyers, 
prend  Thuitre,  I'ouvre  et  la  gobe.  Apres  quoi  il  dit,  d'un 
ton  mao-istral  :  "  Tenez  *  la  cour  vous  donne  a  chacun 
une  ecaille,  sans  frais." 

II  vaut  mieux  imrtager  le  gateau  que  de  le  porter  au 
palais  de  justice. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  que  le  flot  y  venait  d'apporter. 

2.  "      reste  a,  savoir  a  qui  en  est  le  droit. 

3.  "      chaeun  voulait  I'acoir  rue. 

4.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  While  walking*  on  the  beach,  we  saw  an  oyster  a  few  steps 
ahead  of  us.  2.  The  waves  had  just  deposited*  it  on  the  sand.  3.  I 
pointed  it  out  to  my  companion  with  my  finger.*  4.  He  had  seen  it 
too,  and  stooped  to  pick  it  up.  5.  "One  moment,"  said  I  to  him  ; 
"the  right  to  it  belongs*  to  him  who  first  saw  it."  6.  While*  we 
were  disputing,  the  waves  which  had  brought  it,  came  and  carried* 
it  back  to  the  sea. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  trouverent  deux  pelerins  sur  le  sable  ?  2.  Ou  etaient  les 
pelerins  qui  trouverent  I'luiitre  ?  3.  Que  fit  l'un  des  pelerins  quand 
I'autre  se  baissait  pour  ramasser  I'huitre  ?  4.  L'affaire  fut-elle  dcci- 
dee  a  I'amiable  ?*  5.  Qui  arriva  k  propos  au  fort  de  la  dispute  ? 
6.  Comment  Pierre  Dandin  termina-t-il  I'aflfaire  ?  7.  Que  dit-il  aux 
plaideurs  apres  avoir  avale  rhuitre  ? 


PART    FIRST.  65 


56.     I^a  I^aitlere  et  le  IPot  au.  ll^ait. 

Une  laitiere  allait  an  marclie,  portanfc  sur  sa  tete  un  pot 
an  lait.  Clicmiii  faisaiit,  elle  comptait  dans  sa  pensee 
I'argent  que  son  lait  devait  liii  rapporter.  Voici  son  calcul  : 
Hiiit  pintes  a  trois  sons  la  pinte,  font  vingt-quatre  sous  ; 
"le  compte  est  juste,"  se  dit-elle.  '^^Yingt-quatre  sous,  c'est 
plus  qu'il  ne  faut  pour  aclieter  une  poule.  La  poule  fera 
des  oeufs  ;  ces  oeuf s  deviendront  poulets  ;  et  il  me  sera 
facile  de  les  elever  dans  la  petite  cour  de  notre  maison. 
En  yendant  mes  poulets  j'aurai  de  quoi  acheter  uue  robe 
neuve  —  rouge  Oh,  oui !  rouge  !  le  rouge*  me  sied  le 
mieux.*  Je  ne  manquerai  pas  d'amauts  avec  9a;  mais  je 
les  refuserai  peut-etre  tons,  meme  avec  dedain."  La-des- 
sus,  la  laitiere  fit  de  la  tete  un  mouvement  qui  indiquait 
ce  qui  se  passait  dans  son  imagination,  et  A'oilii  le  pot  au  lait 
a  terre.  Adieu  poule,  oeufs,  poulets,  robe  et  galants.  Le 
chateau  en  Espagne  s'ecroula  en  un  instant,  et  la  pauvre 
fille  retourna  chez  elle  les  larmes  aux  yeux. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  portant  un  j'Of  au  lait.    (L.  48  ;  p.  217.    A.  283—4.    C.  P.  II,  8,  Rem.) 

2.  "      que  son  lait  (leva it  lui  rapporter.     (L.  2T,Voc.     A.  84.    C.  P.  II,  325.) 

3.  "      c'est  jylus  qu'il  ue  faut  pour.     (A.  321— 6.     C.  P.  11,  346.) 

4.  "      ce  qui  se  passait.     (L.  51  ;  p.  22!).     A.  198.     C.  P.  II,  263.) 

(&.)    E.Kercise  for  Translation, 

1.  Two  milkmaids  went  to  market,  each  carrying  a  pot  of  milk 
on  her  head.  2.  On  the  w^ay,  they  counted  in  their  minds  the 
money  whicli  the  milk  w^as  to  bring  them.  3.  "  We  shall  buy  ribbons* 
for  our  bonnets,"*  they  said.  4.  The  one  v/anted  a  blue*  ribbon  ; 
the  other,  a  red  one.*  5.  "You  don't  know*  what  is  pretty,"* 
said  the  latter.  6.  "You  have  no  taste,"*  said  the  former.*  7.  This* 
led  to  a  dispute  ;  the  taller,  with  her  elbow*  pushed  the  other,  who 
dropped*  her  pot  of  milk.  8.  She,  furious,*  rushed  upon*  her  com- 
panion,* and  made  her*  do  so  also.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  portait  la  laitiere  sur  sa  tete,  en  allant  au  marche  ?  2.  Que 
faisait-elle,  chemin  faisant  ?  3.  Combien  le  lait  devait-il  rapporter  ? 
4.  Que  voulait-elle  faire  de  ses  vini2:t-quatre  sous  ?  5.  Que  fera  la 
poule  ?  6.  Que  deviendront  les  oeufs  ?  7.  Et  en  vendant  les  pou^ 
lets,  qu'achetera-t-elle  ?    8.  Qu'arriva-t-il  a  la  fin  ? 


66  ANALYTICAL    FRE]!^'CH    READER. 

57.     Le  Lie^T-re  et  les  Grrenoixilles. 

Un  lievre,  triste  et  timid e,  comme  ils  le  sont  tons,  faisait 
mille  reflexions  sur  les  malheurs  de  sa  condition.  "  La 
moindre  chose  m'efCraye,"  dit-il ;  ''une  ombre  suffit  pour 
me  mettre  en  fuite.  Je  ne  saurais  manger  le  moindre  mor- 
ceau  sans  crainte^,  et  cette  maudite  crainte  m'empeche 
souvent  de  dormir."  Malgre  ces  reflexions,  il  s'endormit 
dans  son  gite,  sous  un  arbre.  Mais  il  fut  bientot  reveille 
par  un  petit  bruit,  occasion e  par  Fagitation  des  feuilles. 
'*  Malheur  a  moi  !"  s'ecria-t-il  en  sursaut,*  ^^je  suis  perdu. 
Voici  une  meute  de  chiens  a  mes  trousses."*  II  se  trom- 
pait;  ce  n'etait  que  le  vent.  II  court  a  travers  les  champs  et 
arrive  auj^res  d'un  fosse.  A  son  approche,  des  grenouilles, 
assises  sur  le  bord,  se  jeterent  avec  precipitation  dans  I'eau. 
"  Oh  !  oh  !"  dit-il  alors,  ^' je  ne  suis  pas  le  seul  animal  qui 
soit  craintif  ;  ma  presence  repand  I'alarme  dans  le  marais. 
Mille  grenouilles  s'enfuient  de  peur  a  i'approche  d'un  seul 
lievre  !" 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  conime  ils  le  sont  tons.     (L.  12—5.    A.  322—4.      C.  P.  II,  105—2.) 

2.  "  Je  ne  saurais  manger.     (A.  271—7.     C.  P.  11,  276.) 

3.  "  ce  n'etait  que    le    vent.     (L.  16—2.     A.  221.     C.  P.  II,  144.)         [51—2.) 

4.  "  des  grenouilles,  assises  sur  le  hord.    (L.21 — 2 — 2.  A.136 — 2.  C.  P.  II, 

5.  "  le  seul  animal  qui  soit  craintif.    (L.  51;  p.  232.  A.  298.   C.  P.  II,  287.) 


(6.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  frogs  were  timid,  as*  all  frogs  are.  2.  Frogs  are  not  the 
only  creatures*  that  are  afraid.*  3.  Fear  prevented  them  from 
sleeping.  4.  Notwithstanding  that,*  they  fell  asleep.  5.  They  were 
soon  awakened  by  a  noise*  that  came  from  the  brushwood.*  6.  They 
thought  that  it  was  a  pack  of  hounds*  in  pursuit*  of  them.  7.  They 
were  mistaken  ;  it  was  nothing  but  a  hare.  8.  There  are  many  who 
flee  at  the  approach  of  a  hare. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  faisait  un  lievre,  triste  et  timide  ?  2.  Que  se  dit-il  a  lui- 
meme  ?  3.  Que  ne  saurait-il  faire  sans  crainte  ?  4.  Que  fit-il  dans 
son  gite,  malgre  cela  ?  5.  Qu'est-ce  qui  le  reveilla  bientot  ? 
6.  Qu'est-ce  qu'il  croyait  que  c'etait  ?  7.  Ou  arriva-t-il  en  courant 
d  travers  les  champs  ?  8.  Quels  animaux  etaient  assis  sur  le  bord 
du  fosse  ?    9.  Que  firent  les  grenouilles  t  rapproche  du  lievre  ? 


PART   FIRST.  67 

58.     IVapoleon  et  le  JMa-ire  de  ILiixcon. 

L'empereur  Napoleon  I"  devait  passer  par  LuQon*  pour 
se  rendre  a  Niort.  A  I'entree  de  I'endroit  il  fut  surpris  de 
voir  les  preparatifs  qu'on  avait  faits  pour  le  recevoir  : 
c'etaient  des  arcs  de  triomphe,  eriges  a  grands  frais.  II 
temoigna*  au  maire,  qui  vint  a  sa  rencontre  a  la  tete  d'une 
de23utation,  non-seulement  sa  surprise,  mais  plus  encore  le 
l^laisir  qu'il  eprouvait  d"une  telle  reception.  Assure  de  la 
bienveillance  de  rem^^ereur,  rofficier  munici^Dal  prononga 
sa  harangue  avec  confiance  ;  et,  a  la  suite  de  son  discours, 
recommanda  a  la  generosite  inepuisahle  de  Sa  Majeste  les 
habitants  de  la  commune,  ajoutant  qu'ils  n'etaient  pas 
riches.  '^^  Mais  alors,  monsieur  le  maire,"  dit  l'empereur, 
d'un  air  plus  qu'etonne,  "'jDourquoi  ces  apprets,  ces 
depenses  inutiles  ?  Je  me  serais  bien  passe  de  tout  cela,* 
je  vous  assure."  '^Ah!  sire,"  re^^liqua  le  maire,  *^'nous 
avons  fait  tout  ce  que  nous  devious;*  mais  j'avouerai  a  Votre 
Majeste,  que  nous  devons*  tout  ce  que  nous  avons  fait." 
A  cette  spirituelle  naivete,  l'empereur  ne  put  s'empecher  de 
rire,  et  fit  remettre  a  I'officier  municipal  un  rouleau  de  cent 
napoleons,* 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  qn'on  avait  faits.     (L.21— 4— 3.     A.  166.     C.  P.  II,  329—3.) 

2.  "      je  me  serais  bien  passe  de  tout  cela.     (A.  361.     C.  P.  II,  211.) 

3.  "      tout  ce  que  nous  devious.      ?  (L.  27  ;  p.  118.     A.  84,  234 — 2.     C.  P.  II, 

4.  "      nous  devons  tout  ce  que,  etc.  )       145,  325.) 


(6.)    Exercise  for  Translation, 

1.  They*  had  made  great  preparations  in  a  small  place  to  receive 
the  President,  who  was  to  pass  there.  2.  He  expressed  to  the  mayor, 
at  whose  house  he  stopped,*  his  surprise  at  such  a  reception,  and 
the  pleasure  he  felt*  on  account  of  it.*  3.  He  would  gladly  have 
done  without  this  useless*  show*  and  expensef  if  he  had  known  that 
the  inhabitants*  had  lately*  suffered*  great  losses*  by  a  disastrous* 
inundation. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Par  quel  endroit  l'empereur  devait-il  passer  pour  se  rendre  a 
Niort  ?  2.  Que  vit-il  a  I'enlree  de  cet  endroit  ?  3.  Qu'est-ce  qu'il 
en  temoigna  au  maire  ?  4.  Que  fit  I'oflScier  municipal  a  la  suite  de 
sa  harangue  ?  5.  De  quoi  Sa  Majeste  se  serai t-elle  bien  passee  ? 
6.  Que  repliqua  le  maire  ?    7.  Que  fit  l'empereur  ? 


68  ANALYTICAL   FREJs^CH    READER. 

59.     lue  Roi  cle  Rome  et  le  I*ctitionnaire. 

Un  liomme  d'esprit  se  trouvait  dans  une  grande  detresse. 
II  fallait  trouver  les  moyeiis  de  vivre,  ou  moiirir  de  misere. 
Une  place  etait  vacante  qui  valait  dix  mille  francs  par  an. 
II  en  avait  grande  en  vie,  mais  comment  Tobtenir?*  C'etait 
sous  Fempire ;  le  roi  de  Rome  etait  enfant*  an  berceau. 
Notre  aspirant  s'avisa  d'un  mo^/en  ingenieux  pour  y  parvenir. 
II  fit  une  petition  aa  jeune  roi,  et  gagna  les  bonnes  graces 
d'un  officier  general,  attache  au  service  de  I'empereur,  qui 
se  chargea  de  le  presenter  a  Sa  Majeste.  Napoleon  prit  le 
placet,  et,  voyant  la  suscription,  se  mit  a  sourire.  *'  Eh 
bien  I"  dit-il,  "  qu'on  porte*  la  petition  a  son  adresse." 
Quatre  chambellans  conduisent  notre  honime  en  ceremonie 
aupres  du  berceau  de  Tenfant-roi.  Apres  les  saints  les  plus 
profonds,  il  commence  a  haute  voix  la  lecture  de  son  placet, 
s'inclinant  de  temps  en  temps  devant  le  berceau ;  I'enfant 
balbutia  quelques  sons  inintelligibles.  Apres  avoir  pris 
respectueusement  conge,  le  petitionnaire  fut  reconduit 
devant  Napoleon,  qui  dit :  "Eh  bien!  quelle  re2:)onse  ?" 
"Sire,  Sa  Majeste  n'a  rien  repondu."  "Qui  ne  dit  mot 
consent,"  dit  Fempereur  ;  "  la  place  est  accordee." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  il  en  avait  grande  envie.     (L.  47.    A.  100—2.    C.  P.  11,  11.) 

2.  "      comment  Vohfenir.     (A.  242— 5.     C.  P.  II,  316.) 

3.  "      etait  enfant  a  a  berceau.     (L.  48  ;  p.  217.     A.  137.     C.  P.  II,  45.) 

4.  "      qu'on  imrte  la  petition.     (L.  51  ;  p.  231—4.     A.  303.     C.  P.  II,  280.) 


{h)    .Exercise  for  Translation. 

1.  Many*  men   of  intellect  seek   in   vain    the   means  of  living. 

2.  When  a  place  is  vacant,  which  is  worth  two  thousand  dollars  a 
year,  there  are  always  many*  who  seek*  it.  8.  He  who  is  the  most 
worthy*  of  it,  is  seldom  the  one  who  obtains  it.  4.  If  you  have  a 
great  desire  for  that  place,  try*  to  find  some*  way  to  get*  it. 

{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qui  etait  dans  une  grande  detresse  ?     2.   Que  fallait-il  trouver  ? 

3.  Combien  valait  la  place  qui  etait  vacante  ?  4.  Quand  etait  cela  ? 
5.  De  quoi  I'aspirant  s'avisa-t-il  ?  6.  Que  ht-il  ?  7.  Qne  dit  I'empe- 
reur  quand  k'  placet  lui  fut  presente  ?  8.  Oil  notre  liomme  fut-il 
conduit  ?  9.  Comment  s'y  comporta-t-il  ?  10.  Quel  resultat  eut  sa 
demarche  ? 


PART   FIRST.  69 

60.     JLiouis  XIT,  le  Bon  Koi. 

Louis  XII,  roi  de  France,  parvenu*  au  trone  par  le 
cbemin  de  I'lidversite,  y  fit  regner  avec  lui  les  vertus  d'un 
bon  roi.  C'etait*  un  prince  d'un  acces  facile,  ami*  de  la 
justice,  plein  de  tendresse  pour  son  peuple  qu'il  chercliait 
a  rendre  heureux.  Aussi  jamais  roi  ne  fut  plus  tendrement 
aime.  Ses  voyages  etaient  des  triomphes:  on  s'cmpressait 
de  se  trouver  sur  son  passage  ;  les  chemins  etaient  jonclies 
de  fleurs  ;  Fair  retentissait  de  cris  d'allegresse  et  de  voeux 
que  I'on*  faisait  pour  la  conservation  de  ses  jours.  Les 
gens  de  la  campagne  se  pressaient  autour  de  lui ;  ils  I'appe- 
laient  "le  pere  du  peuple,"  titre  preferable  a  tons  ceux 
qu'on  donne  a  I'lieroisme. 

Voici  un  trait  de  sa  justice  et  de  ses  sentiments  paternels  : 
Un  gentilbomme  de  la  cour  demandait  a  Louis  la  confisca- 
tion des  biens  d'un  riclie  bourgeois  d'Orleans,  qui  s'etait 
declai-e  ouvertement  contre  ce  prince  iivant  son  ayenem.ent 
au  trone.  "Je  n'ctais  pas  son  roi,"  repondit-il,  "  lors- 
qu'il  m'a  offense.  En  le  devenant,  je  suis  devenu  son  pere  ; 
je  dois  lui  pardonner  et  le  defendre." 

(a.)     (Jurstions  on  Grainmar. 

1.  Parse  c'etait  iiti  j)riuee  d'un  acees  facile,  ami  de  la  justice.    (Notes.) 

2.  "      aussi  Jamais  vol  ne  fut  aime.     (A.  :W() — 5.     C.  P.  11,  46 — 4.) 

3.  "      en  le  devenant,  je  suis  devenu.     (A.  17').     C.  219.) 

4.  "     Je  dois  lui  pat'donnev  et  le  defendre.     (A.  243.    C.  P.  II,  243.) 


{h.)    Exercise  for  Translation, 

1.  When  Louis  XII.  had  become  king,  he  showed  himself  worthy 
of  the  throne.  2.  His  greatest  desire  was  to  make*liis  people  happy. 
3.  He  accordingly*  was  tenderly  loved  h\  them  ;-  never  a  king  was 
more  so.  4.  When  he  travelled,  the  country  people  hastened*  to 
show  him  their  affection.  5.  They  covered*  the  road  which  he  was 
to  travel*  with  flowers,  and  made  the  air  resound  with  cries  of  joy 
and  vows  for  his  welfare.* 

(c.)    Oral  Exercise. 

1.  Quel  etait  le  caractere  de  Louis  XII  ?  2.  Quels  etaient  ses  sen- 
timents a  regard  de  son  peuple  ?  3.  Que  faisait-on  quand  il  voya- 
geait  ?  4.  De  quoi  I'air  retentissait-il  ?  5.  Que  faisaient  les  gens  de 
la  campagne  ?  6.  Comment  I'appelaient-ils  ?  7.  Que  lui  demandait 
un  gentilhomme  de  la  cour  ?    8.  Que  lui  repondit  le  roi  ? 


70  AKALYTICAL    FREN'CH    READER. 

(>1.     JLiO/  I*i'ol>ittS  j>oni'  Oage. 

Apres  nn  incendie  affreux  qui  devasta  nne  des  villes  du 
Mogol,  un  negociaut  de  cette  ville  infortiinee,  ayant  perdu 
toutes  ses  marchandises  et  tons  ses  papiers,  sollicita*  ses 
parents  et  ses  amis  de  I'aider  a  relever  son  commerce.  Tons 
liii  montrerent  une  sterile  sensibilite.  Eeduit  a  I'impossi- 
bilite  de  recommencer  son  negoce,  il  se  determina  a  se 
retirer  aupres  de  son  correspondant  d'Agra,  dans  le  dessein 
de  lui  demander  de  I'emploi  dans  ses  manufactures.  Mais 
a  peine*  est-il  sorti*  de  la  ville,  dont  les  tristes  debris 
fumaient  encore,  qu'il*  le  rencontre  sur  le  chemin.  Celui- 
ci  lui  tend  les  bras,  I'accueille,  I'embrasse,  les  larmes  aux 
yeux,  et  lui  dit  avec  ce  ton  qui  peint*  si  bien  la  douleur  : 
^^  Mon  pauvre  et  cher  ami,  j'ai  appris  ton  infortune,  et  je 
me  suis  hate  de  t'apporter  la  quittance  de  ce  que  tu  me 
dois.  Voila,  en  outre,  six  cents  florins  que  je  te  remets ; 
prends-les,  et  dis]30se  de  mon  magasin.  Tu  avals  de  la  pro- 
bite,  le  feu  n'a  point  brule  cet  effet-la  ;  c'est  mon  gage,  je 
ne  t'en  demande  point  d'autre." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  ii  jieine  est-il  sorti  .     .     .  qu'il.    (L.  31.    A.  326—5.    C.  P.  11, 129—3.) 

2.  "      je  nie  sills  hate  de  t'apporter.    (L.  32.    A.  249.     C.  P.  II,  209,  247.) 

3.  "       la  qaittance  de  ce  que  tu  me  dois.      (L.  16.     A.  221.     C.  P.  II,  145.) 

4.  Point  out  the  verbs  which  are  in  tlie  present  tense,  and  refer  to  past  time. 

5.  Find  the  ten  irr.  verbs  contained  in  the  above  piece,  and  give  their  principal  parts. 


{h.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  merchant  had  lost  by  fire*  all  his  goods.  2.  He  found 
himself  reduced  to  poverty.*  3.  "  I  shall  solicit  my  friends,"  said 
he,  "to  help  me,  in  building  up  my  business."  4.  One  of  liis 
friends  brought  him  the  receipt  of  all  he  owed  him.  5.  He  handed 
to  him,  besides,  six  hundred  dollars,  to  begin  again  his  business. 
C.  He  also  offered*  to  place  his  warehouse  at  his  friend's  disposal. 
7.  The  merchant  had  one  thing*  left,*  which  the  fire  could  not  burn. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  fit  le  negociant  apres  avoir  perdu  toutes  ses  marchandises 
et  tons  ses  papiers  ?  2.  Que  lui  montrerent-ils  ?  3.  A  quoi  se 
determina-t-il  ?  4.  A  peine  sorti  de  la  ville,  qui  rencontra-t-il  ? 
5.  Que  fit  sou  ami  ?  6.  Que  lui  dit-il  ?  7.  Que  lui  remit-il  en 
outre  ?     8.  Qu'est-cc  que  le  feu  u'avait  point  bride  ? 


PART   FIRST.  71 

63.     I>ain.on   et   I*ytliias. 

Damon  et  Pythias  etaient  unis  par  les  liens  de  la  plus 
etroite  et  de  la  plus  constante  amitie.  Pythias-  ayant  ete 
condamne  a  mort  par  Denys,  tyran  de  Syracuse,  demanda 
la  faveur  d'aller  dans  son  pays  pour  y  regier  ses  affaires, 
promettant  d'etre  de  retour  huit  jours  apres.  Denys  lui 
accorda  sa  demande  a  la  condition  qu'il  laisserait  quelqu'un 
a  sa  place.  Damon  s'offrit  a  cet  effet.  Tout  le  monde  at- 
tendait*  avec  impatience  Tissue  d'un  evenement  aussi  ex- 
traordinaire. Le  jour  fixe  approchait,*  et  Pythias  ne 
paraissant  pas  chacun  blamait*  Timprudente  amitie  de 
Damon,  qui,  loin  de  temoigner  la  moindre  inquietude, 
disait,  avec  la  plus  grande  tranquillite,  qu'il  etait  certain 
que  son  ami  reviendrait.  En  effet,  il  arriva  le  jour 
marque.  Son  arrivee  excita  Tenthousiasme  de  tout  le 
monde  ;  et  Denys  meme,  touche  d'une  si  rare  fidelite,  ac- 
corda la  vie  a  Pythias,  et  demanda  aux  deux  amis  la  faveur 
d'etre  admis  en  tiers  dans  leur  amitie. 

{a.)     Questions  on  Granitnar. 

1.  Point  out  the  adjectives  which  are  in  the  superlative  degree. 

2.  '•  "      present  and  past  participles. 

.3.       "  "      verbs  that  are  in  the  imperfect,  the  past  definite  and  the  future  tense. 

4.  Account  for  the  use  of  the  imperf .  tenses  :  aftendait,  approcJiait,  blamait. 


{b.)     Ejcercise  for  Translation, 

1.  Pythias,  being  condemned  to  death,  asked  of  Dionysius  per- 
mission to  visit  his  country,  to  settle  his  private  affairs.  2.  Diony- 
sius said  to  him  :  "I  grant  you  your  request  on  condition  that  you 
leave  me  some  one  in  your  place."  3.  Damon  pledged*  himself  to 
undergo*  the  punishment*  to  which  Pythias  was  condemned,  in 
case*  the  latter*  should  fail*  to  return  in*  eight  days.  4.  Pythias 
returned  on  the  eighth*  day.  5.  Dionysius,  moved  by  such  a 
fidelity,*  pardoned*  Pythias,  and  was  admitted,  at  his  own  request,* 
into  the  bonds  of  their  friendship. 

(«?.)     Oral  Exercise, 

1.  Par  quels  liens  Damon  et  Pythias  etaient-ils  unis  ?  2.  Que  tit 
Denys,  tyran  de  Syracuse  ?  3.  Quelle  faveur  lui  demanda  Pythias  ? 
4.  A  quelle  condition  Denj's  lui  accorda-t-il  sa  demande  ?  5.  Damon 
s'etant  offert  a  cet  effet,  qu'attendait-on  avec  impatience  ?  6.  Quel 
fut  I'effet  du  retour  de  Pythias  au  jour  marque  ? 


72  ANALYTICAL   FEEis^CH    KEADER. 

63.     Saint  Vincent  cle  I*anl. 

Les  annales  du  monde  comptent  2:)eu  de  bienfiiiteurs  de 
I'hnmaiiite  comme  St.  Vincent  de  Paul.  II  etait  tils  d'un 
ouvrier  de  la  Gascogne.  A  I'age  de  trente  ans  il  fut  fait 
prisonnier  et  conduit  a  Tunis,  oil  il  resta  pendant  deux 
annees  comme  esclave.  Ayant  etc  affranclii  par  son 
maitre,  il  retourna  en  France  et  entra  dans  les  ordres, 
pour  se  devouer  an  service  des  malhenreux  condamnes  aux 
galeres.  II  allegea  leurs  soufTrances  par  ses  soins  chari- 
tables,  et  parvint  a  faire  observer*  a  ces  hommes  degrades 
une  conduite  decento  et  resignee  ;  la  reforme  qu'il  effectua 
etait  reellement  surprenante.  Un  jeune  liomme  pauvre, 
ayant  ete  condamne  pour  un  seul  acte  de  contrebande  a 
trois  ans  de  galeres,  deplorait,  d'une  maniere  si  touchante, 
ses  malheurs,  et  la  misere  a  laquelle  sa  femme  et  ses 
enfants  etaient  reduits,  que  St.  Vincent  se  mit  a  sa  place, 
et  travailla  dans  les  galeres  j^endant  liuit  mois,  encliaine 
par  la  jambe.  Le  fait  ayant  ete  decouvert,  il  fut  libere  ; 
mais  il  ressentit  toujours  a  la  jambe  une  douleur  causee 
par  la  cliaine  qu'il  avait  portee. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Point  out  the  past  participles,  and  state,  in  each  case,  the  rule  of  agreement. 

2.  Point  out  the  verbs  that  are  in  the  past  definite  tense,  and  give  their  principal  parts. 


(b.)     Exercise  for  Translation, 

1.  St.  Vincent  de  Paul  presents*  to  us  tlie  most  beautiful  model  of 
Christian*  virtues.  2.  He  not  only*  practised*  them  all  with  admir- 
able fervor*  and  heroic*  devotion,*  but  he  caused*  them  to  beloved* 
and  practised*  by  all  who  came  in  contact*  with  him.  3.  When 
taken*  by  the  pirates*  and  sold  as  a  slave,  he  touched*  the  heart  of 
his  master,  who,  being  converted*  by  the  piety  of  his  slave,  freed* 
him  and  then  sent*  him  back  to  France. 

((?.)     Oral  Exercise, 

1.  De  qui  St.  Vincent  de  Paul  etait-il  tils  ?  2.  A  quel  age  f  ut-il  fait 
prisonnier,  etque  devint-il  ?  3.  Ou  alla-t-il  apres  avoir  ete  affranclii  ? 
4.  Etant  retourne  en  France,  que  iit-il  ?  5.  Avec  quel  resultat  se 
devoua-t-il  au  service  des  malheureux,  condamnes  aux  galeres  ? 
6.  Que  fit-il  pour  un  jeune  homme  pauvre  qui  avait  ete  condamne  a 
trois  ans  de  galeres  ?  7.  Comment  f  ut-il  libere  ?  8.  Qu'est-ce  qu'il 
en  ressentit  toujours  apres  ? 


PART  FIRST.  73 

CJ4..     Les  Ooxmnissions  non  Hemplies. 

Un  monsieur  partant  pour  I'Europe,  etait  assiege  de 
tous  cotes  de  prieres  d'acheter  quantite  d'articles  qu'on  ne 
trouve  nulle  part  aussi  bons  qu'a  Paris.  "  Faites  une 
petite  note  de  ce  que  vous  voulez/'  disait-il,  ^^et  je  serai 
heureux  de  m'en  occui^er."  Cliacun  fit  sa  liste  ;  un  seul  y 
joignit  I'argent  necessaire  pour  payer*  les  objets  demandes.* 
Le  voyageur  Tem^^loya  suivant  les  instructions  qu'il  avait 
re9ues  ;  il  n'acheta  rien  pour  les  autres.  A  son  retour 
tous  vinrent  a  lui  pour  recevoir  leurs  objets,  mais  ils 
furent  desappointes  en  apprenant  qu'un  accident  Favait 
prive  du  j^laisir  de  remplir  leurs  commissions.  "  ^tant 
sur  le  pont  du  navire/'  leur  dit-il,  ^*^par  une  belle  matinee, 
je  tirai  mon  portefeuille  pour  jeter  un  coup  d'oeil  sur  vos 
notes,  et  pour  les  mettre  en  ordre,  quand  soudain  un  coup 
de  vent  les  prit  et  les  emporta  a  la  mer."  L'un  d'eux 
reprit :  "  Je  croyais  pourtant  que  vous  aviez  apporte,  pour 
M.  un  tel,  tout  ce  qu'il  vous  avait  demande."  "  Cela  est 
vrai,"  repondit-il,  "mais  9'a  ete  par  pure  chance,  et  grace 
a  ce*  qu'il  avait  mis  dans  sa  note  un  pen  d'argent  dont  le 
poids  I'empecha  d'etre  emportee  par-dessusbord." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  d'acheter  quantite  d'articles.     (L.  20—3.     A.  100.     C.  P.  II,  46—3.) 

2.  "      pour  2i»!/<'r  les  objets  demandes.    (L.  19,  25.    A.  28, 85.   C.  P.  II,  243.) 

3.  "      qu'il  avait  revues.     (L.  20— 2— 3.     A.  166.     C.  P.  H,  329.) 

4.  "      d'etre  emportee.     (L.  30.    A.  241.    C.  P.  II,  329.) 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Why  did  he  not  fill^  the  commissions  which  were  given*  him  ? 
2.  It  was*  becau.se  he  had  not  the  money  to  pay  for  the  objects  which 
were  asked  for.*  3.  You  were*  paid,  but  I  have  not  received  any 
thing.  4.  I  bought*  several  things  for  him,*  which  he  never  paid* 
me  for.  5.  I  was  not  paid  for*  my  trouble.  6.  I  was  paid  with* 
ingratitude. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  De  quoi  un  monsieur,  partant  pour  I'Europe,  etait-il  assiege  de 
tous  cotes  ?  2.  Que  dit-il  a  ceux  qui  hii  tirent  ces  prieres  ?  3.  Lui 
donna-t-on  de  I'argent  pour  payer  les  objets  demandes  ?  4.  Que  fit  le 
voyageur  ?  5.  Que  dit-il  a  son  retour  a  ceux  qui  vinrent  a  lui  pour 
recevoir  leurs  affaires  ?   6.  Que  dit  Tun  d'eux?   7.  Que  lui  repondit-il? 


74  AITALYTICAL   FREI5"CH   READER. 

65.     XJn  Tour  d'l^sope. 

Xantns,  le  maitre  d'Esope,  voulant  regal  er  quelques-uns 
de  ses  amis,  commanda  a  ^sope  d'acheter  ce  qu'il  y  aurait 
de  meilleur  au  marchef  II  n'acheta  que  des  langues  qu'il 
fit  accommoder  a  toutes  les  sauces.  Les  convives  louerent 
d'abord  le  clioix  de  ce  mets,  mais  voyant  qu'on  ne  servait 
pas  autre  chose,  ils  s'en  degouterent.*  "Ne  t'ai-je  pas 
commande,"  dit  Xantus,  "d'acheter  ce  qu'il  y  aurait  de 
meilleur?"  "Eh  bien !  qu'y  a-t-il  de  meilleur  que  la 
langue  ?"  reprit  Jisope.  "  O'est  le  lien  de  la  vie  civile,  I'or- 
gane  de  la  verite  et  de  la  raison  ;  par  elle  on  instruit,  on 
persuade,  et  ce  qui  plus  est,  on  s'acquitte  du  premier  de 
tons  les  devoirs,  celui  de  louer  les  dieux."  Xantus  n'eut 
rien  a  dire,  mais  il  pensa  au  moyen  d'attraj^er  ]^sope. 
"Achete*-moi  domain,"  dit-il,  "ce  qu'il  y  aura  de  pire ; 
les  memes  personnes  viendront  diner  avec  moi."  Esope 
fit  encore  servir  des  langues,  disant  que  la  langue  est  la  pire 
chose  qui  soit  au  monde  :  la  mere  de  tons  les  debats,  la 
source  des  divisions  et  des  guerres.  Si  elle  est  I'organe  de 
la  verite,  elle  est  aussi  celui  de  I'erreur,  et  qui  pis  est,  de 
la  calomnie.  Si,  d'un  cote,  elle  lone  les  dieux,  de  I'autre, 
elle  profere  des  blaspliemes  contre  leur  puissance. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  cc  qu'il  y  aurait  de  meilleur  ;  ce  qu' il  y  aura  de  pire.  fSeeNotes.J 

2.  "      la  jiire  chose  qui  soit  au  monde.    (L.  51— 5— 4.    A.  298.    C.  P.  II,  287.) 

3.  "      ce  qui  2>lus  est ;  qui  pis  est.     (C.  P.  II,  176.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  ./Esop,  having  procured*  his  hberty  by  the  sallies*  of  his  wit, 
travelled*  over  a  great  part  of  Greece*  and  Egypt.*  2.  He  stayed* 
at  the  court*  of  Croesus,  who  sent  him  to  consult  the  oracle*  of 
Delphi.*  3.  The  Delphians,*  whom  he  had  offended,  accused  him 
of  robbing*  the  temple  of  Apollo*  and  threw*  him  down  from  a 
rock.  * 

(c.)    Oral  Exercise* 

1 .  Qu'est-ce  Xantus  dit  a  Esope  d'acheter  ?  2.  Qu'acheta-t-il  ? 
3.  Que  firent  les  convies  d'abord  ?  4.  Que  repondit  Esope  a  Xantus 
quand  celui-ci  le  questionna  ?  5.  Que  voulut  Xantus  qu'J^sopj 
achetat  le  lendemain  ?  G.  Que  tit-il  servir  ce  jour-1^  ?  7.  En  quoi 
la  langue  est-elle  la  pire  cliose  qui  soit  au  monde  ? 


PART   FIRST.  75 

66.     Le  Singe  et  le  Cliat. 

Un  singe  et  un  cliat,  commensaux*  d'un  logis.  etaient 
comperes  et  compagnons.*  lis  passaient  lenrs  soirees* 
dans  la  cuisine  assis  ensemble  an  coin  du  feu.  Un  soir*  la 
servante  mit  des  marrons  sous  les  cendres  pour  les  faire 
rotir,*  puis  elle  sortit.  Quand  les  marrons  furent  a  pen 
pres  cuits  le  singe  dit  au  chat :  ^^Tu  as  du  talent,  toi ;  tes 
pattes  sont  armees  de  griffes  qui  te  mettent  en  etat  de  faire 
des  tours  dont  Je  ne  suis  pas  capable,  II  faut  que  tu  me 
rendes  un  petit  service."  "J'aime  a  obliger  mes  amis," 
dit  I'autre  ;  ^^que  faut-il  faire  ?"*  "  Simplement  tirer  les 
marrons  du  feu,  voila  tout."  Le  chat  se  met  a  la  besogne, 
ecarte  les  cendres  avec  la  patte,  puis  tire  un  marron  du 
feu,  puis  un  autre,  et  ainsi  de  suite.*  Le  singe  le  guette, 
saisit  les  marrons  et  les  croque.  Sur  ces  entrefaites  arrive 
la  servante  ;  elle  prend  le  chat  sur  le  fait.  "Ahlvilaine 
bete!"  dit-elle.  ^^C'est  toi  qui  voles  mes  marrons!  Je 
t'en  donnerai."*  En  meme  temps,  le  manche  du  balai 
tombe  sur  le  dos  du  pauvre  chat.  Le  singe  s'etait  retire  a 
I'ecart,  et  d'un  air  de  sainte-nitouche*  regardait  en  silence. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  pour  les  faire  rotlr.     (A.  2G4— 3.    C.  P.  II,  3S4.)  [380—9.) 

2.  "      sont  armees  de  gi'iffes.      (L.  21—4.     A.  13G— 2,  313—9.     C.  P.  II,  329, 

3.  "      il  faut  que  tu  me  rendes ;  que  faut-il  faire?    (L.  33 — 4.   A.  143.   C. 

4.  "       le  manche;  la  manche.     (A.  329.     C.  P.  II,  16.)  [243.) 


(b.)    Exercise  for   Translation, 

1.  There  are  many*  who  make  use*  of  the  cat's  paw  to  draw  the 
chestnuts  from  the  fire  for  their  own  benetit.*  2.  He*  is  very  foolish, 
who  uses^"  liis  ability*  for*  the  benefit  of  another.  3.  But,  he*  who 
takes  advantage*  of  another's  credulity,*  or  turns*  a  friend's  talents* 
to  his  own  benefit,*  deserves  to  be  called  a  sharper.* 

(c.)    Oral  E.rercise, 

1.  Ou  le  singe  et  le  chat  passaient-ils  Icurs  soirees  ?  2.  Que  fit  la 
servante  un  soir  ?  3.  Que  dit  le  singe  au  chat  quand  les  marrons 
feirent  a  peu  pres  cuits  ?  4.  Que  lui  repondit  le  chat  ?  5.  Que  vou- 
lait  le  singe  ?  6.  Comment  le  chat  le  fit-il  ?  7.  Et  le  singe,  que  fit-il  ? 
8.  Qui  arriva  sur  ces  entrefaites  ?  9.  Que  dit  la  servante  au  chat  ? 
10.  Qu'arriva-t-il  au  chat?    11.  Et  le  singe,  ou  etait-il.^^ 


76  AN'ALYTICAL    FRENCH    READER. 

G7.     Le  diene  et  le  Hoseau. 

Un  cliene  magnifique  dominait  la  plaine^  sa  tete  superbe 
toucliait  aux  iiues.  Non  loin  de  la  croissait,*  sur  le  bord 
d'un  lac,  an  clietif  rosean*  qne  le  pins  leger  zephyr  faisait 
plier.  "  Tn  as  bien  snjet  d'accnser  la  natnre/' Ini  dit  nn 
jonr  le  cliene;  ^^le  moindre  vent  te  fait  baisser  la  tete. 
Le  sort  anrait  dn*  te  mettre  a  Tabri  de  mon  fenillage.  Je 
t'aurais  protege  contre  I'ardenr  dn  soleil  et  centre  la 
violence  de  la  tempete."  ^^Votre  compassion,  sire,  part* 
d'nn  bon  natnrel,"  dit  lb  rosean,  ^^mais,  je  vons  en  prie, 
ne  vons  inqnietez  pas  de  moi.  Je  n'aimerais  gnere  le 
voisinage  d'un  si  grand  seigneur.  Quand  an  vent,  il  me 
fait  plier,  c'est  vrai ;  mais  je  ne  romps  pas."  Deja  en 
ce  moment  accourt,*  du  bout  de  I'horizon,  le  vent*  le 
'jjIus  terrible.  Le  cbene  le  defie  ;  I'arbuste  plie  jusqu'a 
terre,*  et  voit  sa  majeste  froncer  le  sourcil.  Le  vent 
furieux  redouble  ses  efforts,  et  fait  si  bien  qu'il  deracine 
le  monarque  et  le  couclie  par  terre.*  Le  rosean  se  redresse, 
bien  content  de  n'avoir  pas  ete  ecrase  'pav  la  chute  du 
superbe. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  non  loin  de  la  croissait  tin  cJietif  rosean.    (A.  320 — 5.    C.  P.  II,  239.) 

2.  "       anrait  tin  te  mettre.     (A.  271—3.     C.  P.  II,  272.) 

3.  "      <1eja  eii.  ee  moment  accourt  le  vent.     (A.  326 — 5.     C.  P.  II,  239.) 

4.  "      a  terre;  par  terre.   What  is  the  difference  ?    (C.  P.  II,  390  ;  also  Notes.) 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Reeds  grow  on  the  borders  of  lakes  and  in  swamps.  2.  The 
least  wind  makes  them  lower  their  heads*  to  the  ground.  3.  Fate* 
should  have  put  them  where  they  would  have  been  protected  against 
the  violence  of  the  storms.  4.  Thus*  thought  the  oak.  5.  Oaks 
carry  their  proud  heads  up  to  the  clouds.  6.  The  storm  uprooted 
the  oak,  and  laid  it  on  the  ground.  7.  If  the  reed  had  been  iu  its 
neighborhood,  the  oak  would  have  crushed  it  by  its  fall.* 

{c)    Oral  Exercise, 

1.  Que  dit  le  chcne  un  jour  au  roseau  ?  2.  Qu'est-ce  qui  faisait 
baisser  la  teteau  roseau  ?  3.  Oil  le  sort  aurait-il  du  mettre  le  roseau? 
4.  Contre  quoi  le  chene  aurait-il  prote2:e  le  roseau  V  5.  Que  dit  le 
roseau  au  chene  ?  6.  Que  fit  I'arbuste  a  Tapprochc  dc  la  tempete  ? 
7.  Et  le  vent,  en  redoublant  ses  efforts,  que  fit-il  V 


PART   FIRST.  77 

6S.     Le  Renard.  et  le  Hone. 

Un  renard  i^onrsuivcint  une  poule  saiita  par  malhenr  dans 
iin  piiits;  il  faisait  de  vaiiis  efforts  pour  en  sortir.  Un  bouc 
attire*  par  le  bruit  vint  regarder  ])ar  dessus  la  margelle,  et 
aper^ut  le  pendard  au  fond.  '"Que  fais-tu  done  la-bas  ?" 
lui  dit-il.  "'' Je  prends  un  bain,"  repondit  le  ruse  compere. 
^^L'eau  est-elle  bonne  a  boire  ?''  dit  Tautrc.  ^'Excellente, 
delicieuse.  Descends;  tu  en  gouteras."  Le  bouc  qui  avait 
bien  soif  se  rend  a  Finyitation,  descend  dans  le  puits,  et  se 
desaltere.  '•  Maintenant,"  dit-il,  "il  faudra  sortir  d'ici." 
."Oui,  c'est  la  notre  affaire,"  reprit  le  renard  ;  '^sois  tran- 
quille.  .  .  Dresse-toi  sur  tes  pieds  de  derriere  et  appuie 
les  pieds  de  devant  contre  le  mur.  Je  vais  te  sauter  sur 
le  dos;  je  grimperai  le  long  de  ton  echine  jusque  sur  ta 
tete  ;  jouis  m'elevant  sur  tes  comes,  d'un  bond  je  serai 
dehors.  Ensuite,  je  t'en  tirerai."  Le  bouc  regarda  le 
renard  avec  admiration.  II  n'aurait  jamais  pense  a  joareil 
expedient.  II  se  prete  done  volontiers  au  plan  du  malin 
qui  sort  ainsi  de  sa  prison  ;  alors  se  tournant  vers  le  bouc, 
il  lui  dit  :  '^^Adieu,  sire  bouc,  puisse  le  ciel  te  venir  en  aide, 
car  je  n'ai  pas  le  temps  de  m'occuper  de  toi  I" 

(a.)     Questions  on  Granininr. 

1.  Parse  il  fnisait  de  I'dins  efforts  pour  en  sortir.  (L.48.  A.  71.  C.  P.  IT,  2.*^.) 

2.  ''      dresse-toi  su}-  tes  j^ieds  tie  derriere.  (L.  51 — 4.  A.  262.   C.  P.  II,  278.) 

3.  "      puisse  le  ciel  te  venir  en  aide.     (L.  51 — 5.     A.  307.     C.  P.  II,  296.) 


(6.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  fox  had  jumped  into  a  well  while  pursuing*  a  hen.  2.  He 
made  all  possible  efforts  to  get  out  of  it,  but  in  vain.  3.  The  noise 
which  he  made*  attracted  a  thirsty  buck.  4.  Enticed*  by  the  fox, 
the  buck  went  down  into  the  well  and  quenched  his  thirst.  5.  The 
question*  now  was  how  to  get  out.*  6.  The  fox  climbed  on  the 
buck's  head,  leaped*  out*  of  the  well,  and  left  the  buck  in  it.* 

(c.)     Oral  Exercise. 

1.  Que  fit  le  renard  en  poursuivant  une  poule  ?  2.  Que  fit  un 
bouc,  attire  par  le  bruit  ?  3.  Que  dit-il  au  renard  quand  il  I'aper^-ut 
au  fond  du  puits  ?  4.  Que  lui  repondit  le  renard  ?  5.  Que  fit  le 
bouc  ensuite  ?  6.  S'etant  desaltere,  que  dit-il  ?  7.  Racontez  com- 
ment le  renard  sortit  du  puits.     8.  Que  dit-il  au  bouc  en  s'en  allant  ? 


78  ANALYTICAL   FREN^CH    READER. 

60.     Election  <i»iin  Hoi  cles  A-xiimaxix:. 

Le  lion  otant  mort,  les  animaux  accoururent  dans  son 
antre,  pour  payer  un  dernier  tribut  de  respect  a  la  memoire 
de  sa  majeste  decedee.  La  lionne  re9nt  I'hommage  dii  a  la 
veuve  du  defunt,  et  elle  fit  retentir  de  ses  cris  les  mon- 
tagnes  et  les  forets.*  Les  cendres  du  monarque  etant 
deposees  dans  le  mausolee  de  ses  ancetres,  on  proceda  a 
I'election  d'un  souverain.  La  couronne,  symbole  de  la 
royaute,  fut  placee  sur  le  trone  vacant  au  milieu  de  I'as- 
semblee,  et  au-dessus  on  lisait  ces  mots  : 

Celui  d'enire  vous  qui  en  est  le  jylus  digne  la  iiortera. 

Le  lionceau,  heritier  du  defunt,  occupait  une  des  pre- 
mieres places,  et  reclamait  la  succession  de  son  pere.  Etant 
en  bas  age,  il  fut  declare  trop  jeune  et  trop  faible  pour 
etre  mis  a  la  tete  d'un  Etat  si  turbulent  et  si*  belliqueux. 
II  eut  beau*  invoquer  le  Ciel  en  faveur  de  son  droit ;  on 
declara  a  I'unanimite  que  le  droit  divin  des  rois  n'etait 
pas  admissible  dans  un  ]^tat  aussi  democratique.  Le 
merite  seul  devait  decider  de  la  question. 

(a.)     Questions  on  Grainmar. 

1.  Parse  celui  d'entre  vous  qui  en  est  le  xjIus  dl(jne. 

2.  "      H  eut  beau  invoquer.     (A.  p.  478.     C.  P.  II,  p.  206  and  Notes.) 

3.  "      the  past  participle:-,  and  state,  in  each  case,  the  rule  of  agreement. 


{h)    Ejcereise  for  Translation, 

1.  When  kings  go  down  to  the  grave,  their  majesty  vanishes.* 
2.  Beyond  tlie  limits*  of  this  life,  the  king  and  the  beggar*  appear,* 
without  distinction,  before  the  throne  of  God  ;  the  one  to  give  an 
account*  of  tlie  affairs  of  a  kingdom  ;  the  other,  of  the  changes*  of 
a  rambling*  life.  3.  He  who  wielded*  a  sceptre,  and  he  who  car- 
ried a  waflet,*  are  brothers  in  the  presence  of  the  Eternal.  4.  Woe* 
to  the  king  who  forgets  that  the  beggar  is  his  brother  ! 

{c)    Oral  Exercise, 

1.  Le  lion  etant  mort,  que  firent  les  animaux  ?  2.  Ou  les  cendres  du 
monarque  furent-elles  deposees  ?  3.  Que  tit-on  apres  V  4.  Ou  la 
couronne,  symbole  de  la  royaute,  fut-elle  placee  ?  5.  Qu'est-ce  qui 
se  trouvait  au-dessus  ?  G.  0\\  etait  le  lionceau,  et  que  reclamait-il  ? 
7.  Pourquoi  ne  fut-il  pas  declare  roi  ?  8.  Que  pensa-t-on  du  droit 
divin  des  rois  ? 


PART   FIRST.  79 

yO.     il^lection  d'un  H-oi  des  AnimaTUx:.    (Suite.) 

Alors  le  leopard  se  leva,  et,  ayaiit  obtenu  I'attention  de 
Tassemblee,  il  dit  :  "  Je  pretends*  a  la  couronne  parce  que 
je  ressemble*  au  lion  plus  qu'aucun  autre  pretendant." 
On  se  moqua  de  lui.  L'ours,  d'une  voix  de  stentor,*  fit 
retentir  dans  I'assemblee  les  paroles*  les  plus  vaillantes. 
^^ Je  suis  fort,"  dit-il,  "courageux,  carnassier,  tout  autant 
qu'un  lion  ;  et  j'ai  un  avantage  singulier,  je  puis  grimper 
sur  les  arbres  et  haranguer  mes  sujets  d'une  position 
elevee."  "Tais-toi,  lourdaud,"  lui  cria-t-on  de  tons  cotes., 
Le  cheval  se  leva  et  dit  :  '^  Je  suis  le  plus  noble  et  le  plus 
beau."  Le  renard  avan9a  la  tete  et  cria  :  '^  La  beaute  n'y 
fait*  rien.  Moi,  je  me  pique  d'etre  le  plus  fin."  '^  Fort 
bien,"  dit  le  cerf,  ^'je  suis  le  plus  leger  a  la  course." 
"  Oui,"  lui  cria-t-on,  ''pour  te  sauver  au  moindre  danger." 
Alors  le  singe  prit  la  parole.  ''  Oii  trouverez-vous,"  dit-il, 
"  un  roi  plus  agreable  et  plus  ingenieux  que  moi  ?  Je 
divertirai  chaque  jour  mes  sujets  par  des  tours  d'adresse* 
et  par  les  traits*  de  mon  esprit.  Je  ressemble  meme  a 
I'homme,  qui  est  le  veritable  roi  de  toute  la  nature." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  je  pretends  a  la  couronne  ;  je  ressemble  au  lion.   (A.  S43.   C.  P.  II, 

2.  "      tout  autant  qu'un  lion.     (L.  44—5,  7.     A.  149.     C.  P.  11,  370.)      [^05.) 

3.  "      la  beaute  ii'y  fait  rien.     {C.  P.  11,  214,  and  y^otes.) 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  ridiculous*  pretensions*  of  the  leopard  justly*  exposed* 
him  to  the  derision*  of  the  assembly.  2.  The  valiant  words  of  the 
bear  produced  no  effect*  on  the  audience  ;  his  uncouth*  figure  has* 
nothing  royal  in  it.*  3.  The  horse,  an  agreeable  courtier,  is  too 
yielding*  to  wear  a  crown.*  4.  The  fox  would  be  a  good  diplo- 
matist,* to*  reside  at  the  court  of  St.  James.  5.  The  stag  ought*  to 
be  appointed*  a  court-messenger.*  6.  And  our  friend  the  monkey 
has  for*  a  long  time  been  received*  at  court,  but  with  a  fool's  cap*  on. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  dit  le  leopard  ?  2.  Et  I'ours,  qu'eut-il  a  dire  ?  3.  Que  lui 
cria-t-on  de  tous  cotes  ?  4.  Que  dit  le  cheval  ?  o.  Que  lui  cria  le 
renard  ?  6.  Et  le  cerf,  que  dit-il  ?  7.  Enfin,  le  singe,  que  dit-il  a 
I'assemblee  ?    8.  Comment  voulait-il  divertir  ses  sujets  ? 


80  AN"ALYTICAL   FRENCH    READER. 

T'l.     Election  d'nn  Roi  des  Animauxi.    (Suite.) 

Le  peiToquet  la-dessus  eut  son  mot  a  dire.  ^'Tiens,* 
puisque  tu  te  vantes  de  ressembler  a  I'liomme,  je  puis  m'en 
vanter  aussi.  Tu  ne  lui  ressembles  que  par  ton  laid  visage 
et  par  quelques  grimaces  ridicules.  Moi,  je  lui  ressemble 
par  la  voix,  qui  est  la  marque  de  la  raison  et  le  plus  bel 
ornement  de  I'homme."  "  Tais-toi,  maudit  causeur,"  cria 
le  singe.  ^"^Tu  ne  fais  que  repeter  la  meme  chose,  sans 
comprendre  ce  que  tu  dis."  L'assemblee  se  moqua  de  ces 
deux  mauvais  copistes  de  I'homme.  Alors  I'elephant 
s'avan9a  jusqu'au  milieu  de  l'assemblee,  et  faisant  sa  reve- 
rence, parla  ainsi  :  ^' Je  n'eleverais  point  ma  voix  dans 
cette  auguste  assemblee  pour  mettre  en  avant*  mes 
droits,  si  tant  d'autres  n'eussent  fait  valoir*  les  leurs. 
Je  suis  le  plus  grand,  le  plus  fort  et  le  plus  grave  des  ani- 
maux.  J'ai  du  reste  la  reputation  d'etre  prudent ;  et  les 
hommes  me  croient  vaillant  parce  qu'ils  me  mettent  en 
avant  sur  les  champs  de  bataille."  L'assemblee  applaudit, 
et  donna  la  couronne  a  I'elephant,  parce  qu'il  a  la  force  et 
la  sagesse,  sans  avoir  ni*  la  cruaute  des  betes  feroces,  ni  la 
sotte  vanite  de  tant  de  pretendants  qui  veulent  j^araitre  ce 
qu'ils  ne  sont  pas. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  si  tant  d'autres  n'eussent  fait  valoir  les  leurs.     (See  Notes. J 

2.  "      sans  avoir  ni  la  cruaute  .  .  .  ni  la  sotte  vanite.     ('''') 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  It  was  hardly  fair*  for  the  parrot,  that  feathery  biped,*  to  raise* 
his  voice  in  an  assembly  of  quadrupeds.*  2.  He  should  have*  con- 
fined* himself  to  his  legitimate  business,*  having  been  appointed*  a 
reporter  for  the  court-journal.*  3.  The  elephant  showed  himself 
superior*  to  all  the  otlier  claimants  ;  his  good  breeding*  and  the 
modesty  of  his  speech  made  a  favorable  impression  upon  the  au- 
dience. 4.  The  result  proves*  that  the  choice  of  great  assemblies, 
moved*  by  public  interest,*  centres*  on  merit. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  dit  le  perroquet  ?  3.  En  quoi  ressemble-t-il  h  I'homme  ? 
3.  Que  lui  cria  le  singe  ?  4.  Que  fit  alors  I'elephant  ?  5.  Quel  dis- 
cours  adressa-t-il  a  l'assemblee  ?  6.  Et  l'assemblee,  que  fit-elle  ? 
7.  Pour  quelles  raisons  lui  douna-t-elle  la  couronne  ? 


PAKT   FIRST.  8i 


•73.    Les  Crimes  Pixnis  I'lin  pax^  1'au.tre. 

Trois  liommes  voyageant*  ensemble,  trouverent  un  tresor 
qu'ils  partagerent.  lis  continuerent  leur  route,  s'entre- 
tenant*  de  I'usage  qu'ils  feraient  de  leurs  ricliesses.  Les 
vivres  qu'ils  avaient  pris  avec  eiix  etant  consommes,  ils 
convinrent  que  I'un  d'eux  irait  en  acheter  a  la  ville ;  le 
plus  jeune  fut  charge  de  cette  commission.  Celui-ci,  che- 
min  faisant,  se  disait  :  "  Me  voila  riche ;  mais  je  le  serais 
bien  davantage*  si  j'avais  ete  seul  a  trouver  le  tresor  ! 
Ces  deux  liommes  m'en  ont  enleve  les  deux  tiers  ;  il  serait 
assez  facile  de  les  reprendre  ;  je  n'ai  qu'a  empoisonner  les 
vivres  que  je  vais  acheter.  A  mon  retour,  je  dirai  que  j'ai 
dine  a  la  ville  ;  mes  compagnons  mangeront  sans  defiance, 
et  ils  mourront.  Moi,  j'aurai  le  tout."  Mais  les  deux 
autres  voyageurs  avaient  une  pensee  pareille  ;  ils  se 
disaient  :  ^^Kous  avions  bien  affaire*  de  ce  jeune  homme, 
qui  est  venu  s'associer  a  nous  I  Nous  avons  ete  obliges  de 
partager  le  tresor  avec  lui ;  sa  part  aurait  augmente  les 
notres.     Quand  il  revieudra,  tuons-le." 

Le  jeune  homme  revint  avec  les  vivres  empoisonnes. 
Les  deux  camarades  I'assassinerent.  lis  mangerent  et  ils 
moururent.     Le  tresor  etait  encore  une  fois  sans  maitre. 

{a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Point  out  the  past  participles,  and  state,  ia  each  case,  the  rule  of  agreement. 

2.  "  "       verbs  which  are  in  the  past  def.  tense,  and  give  their  princ.  parts. 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Ill-gotten*  wealth  works*  out  the  ruin  of  those  who  possess  it. 

2.  The  curse,*  which  it  carries*  with  it,  descends*  from  father  to 
son.*  3.  Money  whicli  we*  obtain  unjustlv,*  either*  becomes*  fatal 
in  our  hands,*  or  is  spent*  foolishly.*  4.  Such*  are  the  ways*  of 
Providence  ;*  a  crime  is  punished  by  a  crime,  and  the  sins  of  the 
father  are  visited  upon  the  offspring  even  to  the  third  generation.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  trouverent  les  voyageurs  ?    2.  De  quoi  s'entretenaient-ils  ? 

3.  Que  tirent-ils  apres  avoir  consomme  leurs  vivres  ?  4.  Qui  fut 
charge  de  la  commission  d'en  acheter  ?  5.  Que  disait  celui-ci,  en 
chemin  ?  6.  Comment  etait-il  facile  de  reprendre  les  deux  tiers  du 
tresor  ?  7.  Que  tirent  les  autres  voyageurs  quand  le  jeune  homme 
revint  avec  les  vivres  empoisonnes  ? 


83  ANALYTICAL   FKE:N"CH   READER. 

T3.     1^'A.^veugle  et  son  Ti»esor. 

Un  aveugle,  ayaut  economise  une  somme  considerable 
d'argent,  I'enten-a  dans  son  jardin.  II  visitait  son  tresor 
de  temjis  en  temps  pour  y  aj outer  ses  petites  epargnes. 
Un  voisin  decouvrit  le  depot  et  se  I'appropria.  L'aveugle, 
s'etant  ajjer^u*  du  vol  et  sonpQonnant  son  voisin  d'etre  le 
voleur,  voiilut  s'en  assurer,  et  rattraper  son  argent  si  c'etait 
possible.  II  alia  done  trouver  le  voisin  suspect,  et  lui  dit 
qu'il  venait  lui  demander  son  avis  sur  un  sujet  impor- 
tant. ^^J'ai  un  pen  d'argent,"  dit-il,  '^que  j'ai  caclie  en 
lieu  sur,  mais  il  ne  me  rapporte  rien.  Je  viens  de  recevoir 
un  legs,  et  je  ne  sais  s'il  vaut  mieux  I'enterrer  avec  le  reste, 
ou  mettre  le  tout  dans  les  fonds  publics."  ^^Mon  ami," 
dit  le  voisin,  ^^je  vous  conseille  de  ne  pas*  risquer  votre 
argent  dans  les  fonds,  qui  sont  sujets  a  des  fluctuations. 
A  votre  place,  je  le  deposerais  en  lieu  sur,  comme  vous  avez 
fait  pour  le  reste."  Quand  Taveugle  I'eut  quitte,  le  voleur 
repla9a  I'argent  a  Tendroit  oii  il  I'avait  pris,  esperant  par 
ce  moyen  attraper  les  deux  sommes.  L'autre,  qui  s'atten- 
dait*  a  cela,  reprit  son  argent.  II  alia  ensuite  voir  son 
voisin  et  le  remercia  du  conseil  qu'il  lui  avait  donn6,  ajou- 
tant  :  '"Mon  argent  est  en  lieu  sur  maintenant,  je  crois." 

(a.)     Qiicstioits  on  Grammar. 

1.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  past  def.  tense,  and  give  their  princ.  parts. 

2.  Parse  the  pronominal  verbs,  and  explain  their  different  complements. 


{b.)    Ex^ercise  for  Translation. 

1.  One  cannot  fail  to  make  the  reflection,*  that  the  bhnd  man  was 
also*  mentally*  blind,  to  go  and  bury*  his  money  in  his  garden, 
where  his  actions  were  exposed  to  the  sight*  of  persons*  whom  he 
could  not  see.  2.  It  was  not  astonishing*  that  his  hoard*  was  dis- 
covered* and  stolen.  3.  The  device*  by  which  he  recovered*  it 
redeems*  his  character*  from  the  charge*  of  mental  blindness.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  fit  I'aveuglc  qui  avait  economise  une  somme  d'argent  ? 
2.  Que  fit  son  voisin  ?  3.  Quand  I'aveugle  se  fut  aperr;u  du  vol,  quel 
etait  son  desir  ?  4.  Que  dit-il  a  son  voisin  ?  5.  Que  lui  conseilla 
celui-ci  ?    6.  Que  tit  le  voisin  ensuite  ?    7.  Et  I'aveugle,  que  fit-il  ? 


PART    FIRST.  83 

74=,     L'lnclierL  et  son  Clieval. 

Un  Espagnol,  traA^ersiint  une  partie  deserte  du  Mexique* 
sur  un  clieval  maigre  et  epuise  de  fatigue,  rencontra  un 
Indien,  extremement  bien  monte,  sur  un  jeune  et  vigou- 
reux  coursier.  L'Espagnol  demanda  a  I'lndien  de  changer* 
de  clieval ;  celui-ci  refusa.  Alors  I'Espagnol  eut  recours  a 
la  violence,  et  s'empara  de  I'animal  par  force.  L'Indien,  qui 
etait  agile  a  la  course,*  suivit  I'Espagnol  jusqu'au  prochain 
village,  ou  il  se  plaignit  a  I'alcade  de  I'injustice  qu'on  lui 
avait  faite.  L'Espagnol  eut  I'impudence  de  dire  que  le 
clieval  lui  appartenait.  *  La  parole  de  I'lndien  etait  de  pen 
de  valeur  contre  I'assertion  d'un  Espagnol.  Le  magistrat 
etait  sur  le  point  de  renvoyer  le  pauvre  Indien,  lorsque 
celui-ci  s'avisa  d'un  moyen  ingenieux  pour  jirouver  sa  pro- 
priete.  II  ota  son  manteau  de  dessus  ses  epaules,  et  en 
enveloppa  la  tete  du  clieval  ;  puis,  se  tournant  vers 
TEspagnol,  il  lui  dit  :  ^'^Puisque  vous  soutenez  que  le 
clieval  est  a  vous,*  dites  an  magistrat  s'il  est  borgnc  de  I'oeil 
droit  ou  de  I'oeil  gauclie."  "  Du  droit,"  dit  rEsj)agiiol. 
"Ell  bien  !"  dit  I'lndien,  '^il  n'est  borgiie  ni  do  Tun  ni  de 
I'autre  ;"  et,  enlevant  son  manteau,  il  convainquit  le  magis- 
trat qu'il  etait  le  veritable  proprietaire  du  clieval. 

(a.)     Questions  on  Graniniar. 

1.  Parse  the  pronominal  verbs. 

2.  Point  out  tlie  irregular  verbs,  and  give  their  principal  parts. 

3.  Give  thefl.rst  pers.  sing,  of  the  future  tense  and  of  the  present  of  the  subjunctive. 


(5.)    Exercise  for  Translation. 

1.  Evil-doers,*  in  seeking  to  overreach*  the  innocent,  often  fall 
into  the  trap*  they  set*  to  ensnare*  their  victim.*  2.  Justice  seldom 
fails*  to  strike*  the  criminal*  dowai  in  his  course.  8.  Tlie  impudent 
Spaniard  found  himself  baffled*  and  outwitted*  by  the  Indian's  stra- 
tagem,* and  was  compelled*  to  travel  on  foot,*  his  own  broken- 
down*  animal  having  staid*  behind. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  En  quel  etat  etait  lecheval  de  I'Espagnol  ?  2.  En  quel  etat  etait 
celui  de  I'lndien  ?  3.  Que  fit  I'Espagnol  quand  I'lndien  refusa  de 
changer  de  cheval  ?  4.  Et  I'lndien,  que  fit-il  ?  5.  Que  dit  I'Espagnol 
devant  I'alcade  ?  6.  Que  fit  i'lpdien  ?  "T.  Et  I'Espagnol,  que  repou^ 
dit-il  ?    8.  Et  en  suite  ?  "  . 


84  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

75.    JLiSi  I>ette  de  I'livimanit^. 

Un  jeune  peintre  arrive  a  Modene  et  manqiiant  de  tout, 
pria  un  gagne-petit*  de  lui  trouver  un  gite  a  pen  de  frais, 
ou  pour  I'amour  de  Dieu.*  L' artisan,  qui  etait  gar9on,* 
lui  ofCrit  la  moitie  du  sien.  On  cherche  en  vain  de  I'ou- 
vrage  pour  cet  etranger  ;  son  liote  ne  se  decourage  point ; 
il  le  defraye,  il  le  console.  Le  peintre  tombe  malade  ; 
I'autre  se  leve  plus  matin*  et  se  couche  plus  tard  pour 
gagner  davantage,*  afin  de  pourvoir*  aux  besoins  du 
malade,  qui  avait  ecrit  a  sa  famille.  L'artisan  le  veilla 
pendant  tout  le  temps  de  sa  maladie  qui  fut  assez  longue, 
et  fournit*  a  toutes  les  depenses  necessaires.  Quelques  jours 
apres  sa  guerison,  I'etranger  re9ut  de  ses  j^arents  une  somme 
d'argent  assez  considerable  ;  il  voulut  alors  rembourser 
toutes  les  depenses  de  I'artisan.  *^Non,  monsieur,"  lui 
repondit  son  genereux  bienfaiteur ;  '^c'est  une  dette  que 
vous  avez  contractee  envers  le  premier  honnete  homme  que 
vous  trouverez  dans  I'infortune.  Je  devais  ce  bienfait  a  un 
autre ;  je  viens  de  m'acquitter.  N'oubliez  pas  d'en  faire 
autant  des  que  Toccasion  s'en  presentera." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Give  the  plural  form  of  gagne-petlt ;  the  difference  between  vers  et  envera, 

2.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 

3.  "  *'       irregular  verbs,  and  give  their  principal  parts. 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  The  knife-grinder  shared*  his  lodging  and  table  with  the 
painter.*  2.  The  painter  being  taken*  sick,  his  host  worked  harder 
to  earn  wherewith  to  provide  for  the  wants  of  the  sick  man.  3.  The 
stranger  had  written  to  his  parents  who  sent  him  some  money. 

4.  He  wanted  to  reimburse  his  benefactor,  but  the  latter  would  not 
receive  any  thing  from  him.  5.  "  Do  the  same,"*  said  he,  "to  the 
first  honest  man,  whom  you  may  find*  in  distress."* 

(c.)    Oral  Exercise* 

1.  Qui  le  peintre  pria-t-il  de  lui  trouver  un  glte  ?  2.  Que  lui 
offrit  le  gagne-petit?  3.  Que  fit  son  bote  pendant  que  I'etranger 
etait  sans  ouvrage  ?    4.  Que  fit-il  quand  le  peintre  fut  tombe  malade? 

5.  Quand  celui-ci  re9ut  de  I'argent  de  ses  parents,  que  voulut-il  faire? 

6.  Que  lui  repondit  son  genereux  bienfaiteur  ? 


PART  FIRST.  85 

76.     Frederic  II  et  le  ilN'ou.^veaii  Grarde. 

Frederic  avait  coutume,*  toutes  les  fois  qu'iiii  nouveau 
soldat  23araissait  dans  sa  garde,  de  liii  faire  ces  trois  qnes- 
tions  :  "  Quel  age  avez-vous  ?*  Dej)uis  combien  de  temps* 
etes-vous  a  mon  service  ?  Kecevez-vous  exactement  votre 
habillement  et  votre  paye  ?" 

Un  jeune  Fran9ais,  qui  ne  savait  pas  I'allemand,  entra  au 
service  du  roi ;  etant  de  bonne  taille,  il  fut  admis  dans  le 
corps  des  gardes.  On  lui  fit  apprendre  par  coeur*  les 
reponses  aux  trois  questions  qu'on  pensait  bien  que  le  roi  lui 
adresserait  un  de  ces  jours.  Au  bout  d'un  an,  il  y  eut  une 
revue  generale.  Le  roi  passant  devant  les  rangs,  remarqua 
I'etranger  et  s'approcha  de  lui  pour  I'interroger.  Le  liasard 
voulut*  qu'il  commen9at*  cette  fois  par  la  seconde  ques- 
tion :  "  Combien  de  temps  y  a-t-il  que  vous  etes*  a  mon 
service  ?"  ^' Vingt  ans,  sire."  "  Comment  vingt  ans  !  Quel 
age  avez-vous  done  ?"  "Un  an,  sire."  '^Vous  ou  moi 
avons*  perdu  I'esprit."  "  L'un  et  I'autre,  sire,  exactement." 
Le  roi  le  regarde  d'un  oeil  surpris.  Le  pauvre  jeune  liomme 
voit  bien  qu'il  y  a  un  malentendu,  et  dit  en  balbutiant : 
'^Sire,  je  ne  comprends  jias  I'allemand."  Frederic  comprit 
alors  la  cause  de  ses  reponses  baroques,  et  en  rit  de  bon  coeur. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  depuis  combien  de  temps  etes-vons,  combien  de  tetnjjs  if  a-t-il 
que  vous  etes  d  mon  service?    (L.  51—2.    A.  113—2.    C.  P.  II,  261—3.) 


(b.)    Exercise  for  Trafislation. 

1.  Mr,  Louis  was  an  eccentric  fellow,*  who  was  wont  to  ask  im- 
pertinent* questions  of  persons  whom  lie  had  never  seen  beforef 
2.  Being  introduced*  to  my  aunt,  he  asked  lier  how  okl  she  was  ; 
whether  she  liad  been  long  in  Paris,  and  how  long  she  had  studied 
French.  5.  3Iy  aunt,  surprised,*  answered  politely*  that  she  had 
forgotten  her  age. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  faisait  Frederic  chaque  fois  qu'un  nouveau  soldat  paraissait 
dans  sa  garde  ?  2.  Quel  etranger  entra  au  service  du  roi  ?  3.  Que 
lui  fit-on  apprendre  par  coeur  ?  4.  Par  quelle  question  le  roi  cora- 
men^a-t-il  ?  5.  Que  repondit  le  garde  a  la  question  :  Combien  de 
temps  y  a-t-il  que  vous  etes  a  mon  service  ?  6.  Et  d  CQlle-ci  :  Quel 
a^e  avez-vous  ?    7,  Que  dit  le  roi  ?    8.  Et  ensuite  ? 


86  Ai^ALYTICAL   FREI^CH    READER. 

77*.     Frederic  II  et  le  I*age  iEndormi. 

Un  jour  Frederic  sonna  et  jDei'sonne  ne  vint.  II  ouvrit 
la  porte  de  ranticliambre  et  trouva  son  page  endormi*  dans 
un  fauteuil.  II  allait  le  reveiller,  lorsqu'il  aper9ut  un  bout 
de  billet  qui  sortait  de  sa  poclie.  II  fut  curieux  de  savoir 
ce  que  c'etait,  le  prit  et  le  lut.*  C'etait  une  lettre  de  la 
mere  du  jeune  homme,  qui  le  remerciait  de  lui  avoir 
envoye  une  partie  de  ses  gages  pour  la  soulager  dans  sa 
misere.  Elle  finissait*  en  lui  disant  que  Dieu  le  benirait  a 
cause  de  I'amour  filial  qu'il  avait  pour  elle.  Le  roi  prit 
une  bourse  de  ducats,  la  glissa  avec  la  lettre  dans  la  poche 
du  page,  et  rentra  doucement  dans  sa  chambre.  Un  pen 
apres  il  sonna  si  fort  que  le  page  se  reveilla  et  se  presenta 
devant  le  roi.  "  Tu  as  bien  dormi/"*  lui  dit  Frederic. 
Le  page  cherche  a  s'excuser.  Dans  son  embarras,  il  met  la 
main  dans  sa  poche,  sent  la  bourse  et  la  sort.  II  palit  et 
regarde  le  roi,  en  yersant  un  torrent  de  larmes,  sans  pouvoir 
articuler  un  seul  mot.  '^'Qu'as-tu  done  ?"*  lui  dit  le  roi. 
^^Sire,"  dit  le  jeune  homme,  ^^on  veut  me  perdre.  Je  ne 
sais  ce  que  c'est  que*  cet  argent  que  je  trouve  dans  ma 
poche."  ^^Mon  ami,"  dit  Frederic,  ''Dieu  nous  envoie 
quelquefois  le  bien  en  dormant.  Envoie  cela  a  ta  mere,  ct 
assure-la  que  j'aurai  soin  d'elle  et  de  toi." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 
\.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  He  was  sound*  asleep  ;  he  had  fallen*  asleep  in  his  chair, 
2.  He  sleeps*  in  the  room  next*  to  mine.  3.  He  said  something  in 
his  sleep.*  4.  It  was  concerning*  his  mother,  whom  he  wished  to 
relieve*  in  her  distress.*  5.  I  slipped  a  five-dollar  bill  into  his 
pocket,  with  a  piece  of  paper  on  which  I  had  written  :  God  blesses* 
good  children  who  think  of  their  mother  in  their  sleep. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qu'est-ce  que  le  roi  aper^ut  dans  la  poche  du  page  ?  3.  Que 
fit-il  ?  3.  Que  disait  la  mere  dans  sa  lettre  ?  4.  Comment  la  finis- 
sait-elle  ?  5.  Que  fit  le  roi  ?  6.  Ensuite,  qu'arriva-t-il  ?  7.  Que  dit 
le  roi  au  page  ?  8.  Et  le  page,  que  fit-il  ?  9,  Pourquoi  versait-il 
des  larmes  ?    10.  Que  lui  dit  le  roi  ? 


PART  FIRST.  87 

Un  lieutenant-colonel,  reforme  a  la  paix  de  1763,  ayant 
sollicite  vainement  de  rentrer  au  service,  se  vengea  du  ref us 
par  une  satire  piquante  contre  Frederic.  Ce  prince  promit 
cinquante  louis  a  celui  qui  lui  en  nommerait*  I'auteur.  Le 
lieutenant-colonel  se  presenta  lui-meme.  ''  Punissez  le 
coupable,"  dit-il  au  roi,  "  rnais  tenez  votre  parole^  en  en- 
voyant  les  cinquantes  louis  a  ma  femnie  et  a  mes  enfants, 
qui  sont  malheureux."  Le  roi,  frappe  de  ce  discours,  ne 
sentit  plus  que  le  regret  d'avoir  reduit  un  militaire  a  ce 
j)arti  desespere.  Deguisant  sa  sensibilite,  il  ecrivit  une  lettre 
qu'il  remit  a  I'officier,  avec  ordre  d'aller  la  porter  au  gou- 
verneur  de  Spandau.  Le  coupable  prit  tranquillement  le 
chemin*  de  la  forteresse,  pensant  bien  qu'il  allait  y  demeurer 
prisonnieri  II  se  j)resenta  au  commandant,  et  lui  remit 
son  epee  avec  la  lettre  du  roi.  Mais  quelle  fut  sa  surprise 
quand  il  entendit  lire  :  '^  Je  donne  le  commandement  de 
la  forteresse  de  Spandau  au  lieutenant-colonel  N.  .  .,  por- 
teur  de  cette  lettre,  et  a  I'ancien  commandant,  le  gouverne- 
ment  de  B.  .  .,  pour  recompense  de  ses  bons  services." 

Les  cinquante  louis  seront  remis  a  la  femme  de  N.  .  . 

(a.)     Questions  on  Grammar, 

1.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  past  definite  tense,  and  give  their  principal 
parts,  the  first  person  singular  of  the  future  and  of  the  subjunctive  present. 


(b.)     Exercise  fot'  Translation, 

1.  Family  ties*  are  the  most  sacred*  of  all.  2.  A  faithful*  hus- 
band, a  loving  father  denies*  himself  every  thing  for  the  benefit* 
of  his  family.  3.  He  will  even*  renounce  liberty,  if  their*  happiness 
is  at  stake.*  4.  Colonel  N.  .  .  had  to  do  with  a  just  and  generous 
kingf  5.  Frederick,  by  his  magnanimous*  conduct,  regained*  a  ser- 
vant,* and  restored*  to  an  anxious*  family  their*  protector,*  and  that 
tranquillity*  which  is  necessary  to  happiness. 

(c.)     Oral  Exercise, 

1.  Qu'avait  fait  le  lieutenant-colonel  vainement  ?  2.  Que  fit-il  pour 
se  venger  ?  3.  Que  promit  Frederic  a  celui  qui  lui  en  nommerait 
Tauteur  ?  4.  Que  fit  le  coupable  ?  5.  Et  le  roi,  que  fit-il  ?  6.  Quel 
etait  le  contenu  de  la,  lettre  ?  7..  Qu'est-ce  qui  etait  ecrit  au  bas  de 
la  lettre  ? 


88  AN"ALYTICAL    FRENCH    READER. 

7'9.     Arnold  de  TVinkeli^led. 

T7alitiquite  n'offre  pas  de  plus  bel  exemple  de  devoiie- 
ment  patriotique  que  celiii  d'Arnold  de  Winkelried,  du 
canton  d'Unterwald.  A  la  bataille  de  Sempach  (1386), 
qui  decida  du  sort  de  la  Suisse,  les  phalanges  ennemies  ne 
pouvaient  etre  entamees  ;  elles  opposaient  a  I'impetuosite 
des  Suisses  une  resistance  opiniatre,  qui  rendait  tons  leurs 
efforts  inutiles.  Winkelried  entendit  dans  son  coeur  le  cri 
de  la  patrie.  '^  Camarades,"  dit-il,  "^  je  vais  vous  faire  un 
cliemin  ;  cliers  compatriotes,  souvenez-vous  de  mon  nom,  et 
ajez  soin  de  ma  famille." 

Sur  de  trouver  la  mort,  il  se  precipite  an  milieu  d'une 
foret  de  lances  ;  il  en  embrasse  le  plus  qu'il  pent,  et  tombe  a 
I'instant,  perce  de  coups.  Mais  il  avait  fait  une  trouee 
dans  les  bataillons.  ennemis.  .Les  Suisses,  enflammes  par 
I'exemple  de  ce  heros,.s'y  jettent  avec  fureur.  La  mort 
vole  devant  eux  ;  partout  ils  portent  le  desordre  et  la 
confusion  ;  la  deroute  des  ennemis  devient  generale. 

Winkelried  sauva  sa  patrie  par  le  sacrifice  de  sa  vie  ; 
aussi  son  nom  est-il  prononce  en  Suisse,  encore  aujourd'liui, 
avec  respect  et  reconnaissance. 

{a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Point  out  the  past  participles,  and  state,  in  each  case,  the  rule  of  agreement. 

2.  "  "       verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 


{h.)     Exercise  for  Translation, 

1,  It  may*  justly  be  said  that  Arnold  de  Winkelried,  by  the  sacri- 
fice of  his  life,  decided*  the  fate  of  Switzerland.  2.  When  he  saw 
that  the  efforts  of  his  countrymen  were  unavailing*  against  the  hos- 
tile* battalions,  he  rushed*  upon  them,  seized*  as  many  spears  as  he 
could*  hold  in  his  arms,  and  fell.  3.  He  had  made  a  hole  in  their 
ranks  ;  the  Swiss  entered  the  gap,*  set*  furiously*  upon  the  Aus- 
trians,*  and  carried  everywhere  disorder,*  confusion  and  death.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qu'est-ce  que  les  phalanges  ennemies,  k  la  bataille  de  Sempach, 
opposaient  a  I'impetuosite  des  Suisses  ?  2.  Que  dit  Winkelried  a  ses 
camarades  ?  3.  De  quoi  etait-il  sur,  en  se  precipitant  au  milieu  d'une 
forCt  de  lances  ?  4.  Qu'avait-il  fait  par  sa  mort  dans  les  bataillons 
ennemis  ?  5.  Que  firentles  Suisses  alors  ?  6.  Que  porterent-ils  par- 
tout  ?    7.  Quel  fut  le  resuUat  ? 


PART   FIRST.  89 

SO.    Ooixrage  et  Bienfalsance  d'un  I*aysa,n. 

La  grandeur  d'ame  ne  suppose  pas  necessairenieiit  une 
liaute  naissance.  Les  sentiments  genereux  se  trouvent'^  dans 
toutes  les  classes,  parmi  le  pcuple  comme  parmi  les  grands. 

Un  paysan  de  la  Fionic*  en  a  fourni  un  exemple  qui 
merite  d'etre  connu.  Le  feu  avait  pris  au  village  qu'il 
habitait.  II  courut  aussitot  porter  des  secours  ou  ils  etaient 
necessaires.  On  vint  I'avertir  que  I'incendie  avait  gagno 
sa  maison,  que  celle  de  son  voisin  brulait  aussi  bien  que  la 
sienne,  et  qu'il  n'avait  pas  un  moment  a  perdre  s'il  voulait 
conserver  ses  meubles.  ^^  J'ai  quelque  cliose*  de  plus  j^re- 
cieux  a  sauver/'  repliqua-t-il.  ^' Mon  voisin  est  malade, 
et  hors  d'etat*  de  s'aider  lui-meme  ;  sa  perte  est  inevitable, 
a  moins  qu'il  ne  soit*  secouru  sur-le-cliamp,  et  je  suis  sur 
qu'il  compte  sur  moi."  Aussitot  il  vole  a  la  maison  de  cet 
infortune,  et,  sans  songer  a  la  sienne,  qui  faisait*  toute  sa 
fortune,  il  se  precipite  a  travers  les  flammes  qui  gagnent 
deja  la  cliambre  du  malade.  II  voit  une  poutre  embrasee, 
prete  a  s'ecrouler  sur  lui.  II  espere  que  sa  promptitude  lui 
fera  eviter  ce  danger,  il  le  brave  ;  il  s'elance  aupres  de  son 
voisin,  le  charge  sur  ses  epaules,  et  le  porte  heureusement 
en  lieu  de  surete. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  the  past  participles. 

2.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  There  are  circumstances  in  which*  man  displays,*  all  of  a  sud- 
den,* a  power*  of  will,*  and  a  resolution  which  borders*  on  heroism.* 
2.  It  is  noteworthy*  that  examples  of  devotion*  and  self-sacrifice* 
are  common  among  the  people.  3.  In  moments  of  danger,*  we* 
often  see  step  forward  from  the  crowd*  some  obscure  individual,* 
who  is  ready  to  risk*  his  life  to  save  his  fellow-beings,*  and  who 
shows  a  courage  worthy  to  be  related  in  history.* 

(c.)     Oral  Exercise. 

1.  Ou  trouve-t-on  les  sentiments  genereux  ?  2.  Qui  en  fournit 
un  exemple  digne  d'etre  connu  ?  3.  Que  fit-il  quand  le  feu  eut 
pris  au  village  qu'il  habitait  ?  4.  De  quoi  vint-on  I'avertir  ?  5.  Que 
repliqua-t-il  ?  6.  En  quelle  condition  se  trouvait  son  voisin  ?  7.  Que 
fit  le  genereux  paysan  ? 


90  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

81.     Piet^  Filiale. 

Dans  reruption  du  Vesuve  de  Tan  79,  Pline  le  jeune  etait 
a  Misene  avec  sa  famille.  Tous  les  habitants  cherchaient 
leur  salut  dans  la  fuite,  mais  Pline,  redoutant  pen  pour  lui- 
meme  le  danger  qui  I'environne,  est  pret  a  tout*  entre- 
prendre  pour  sauver  sa  mere.  Elle  le  conjure  de  fuir  ;  elle 
lui  represente  que  son  grand  age  et  ses  infirmites  ne  lui  per- 
mettent  pas  de  le  suivre.  Ses  prieres  sont  inutiles.  Pline 
aime  mieux  mourir  avec  sa  mere  que*  de  I'abandonner  dans 
nn  peril  aussi  pressant ;  il  I'entraine  malgre  elle.  Elle 
cede  a  la  tendresse  de  son  fils,  en  se  reprocliant  de  retarder 
sa  fuite.  Deja  la  cendre  tombe  sur  eux  ;  les  vapeurs  et 
la  fumee  dont  l^air  est  obscurci,  font  du  jour  la  nuit  la  plus 
sombre.  Ensevelis  dans  les  tenebres,  ils  n'ont  pour  guider 
leurs  pas  tremblants  que  la  lueur  des  flammes.  On  n'entend 
que  des  gemissements  et  des  cris,  que  I'obscurite  rend  en- 
core plus  eifrayants.  Mais  cet  horrible  spectacle  ne  sanrait 
ebranler  la  Constance  de  Pline ;  il  ne  pense  qu'a  la  surete  de 
sa  mere.  II  la  console,  il  la  soutient,  il  la  porte  dans  ses 
bras.  Sa  tendresse  le  rend  capable  des  plus  grands  efforts. 
Le  Ciel  recompensa  nne  conduite  si  louable  :  il  conserva 
a  Pline  nne  mere  qui  lui  etait  plus  precieuse  que  la  vie, 
et  a  sa  mere,  un  fils  si  digne  d'etre  aime. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  the  past  participles. 

2.  Point  out  the  verbs  which  are  in  the  present  tense,  and  refer  to  past  time. 


{h)    Exercise  for  Translation, 

1.  Pliny  was  ready  to  brave*  any*  dancer,  in  order  to  save  his 
mother,  who  was  unable*  to  save  herself.  2.  They  were  exposed  to 
the  most  imminent  peril,  but  the  son's  tenderness  rendered  him  ca- 
pable of  any  effort.  8.  Heaven  smiles*  upon  generous  hearts  :  it 
saved  so  ^ood  a  mother,  in  order  to  reward*  so  noble*  a  son. 

{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Ou  etait  Pline  dans  I'ernption  du  Vesuve*  de  I'an  79  ?  2.  A  quoi 
etait-il  prOt  ?  3.  Que  lui  dit  sa  mere  ?  4.  Et  Pline,  que  fit-il  ?  5.  Et 
que  fit  sa  mere  ?  6.  Quel  etait  I'etat  de  I'atmosphere  qui  les  environ- 
nait  ?  7.  Qu'est-ce  qui  eclairait  leurs  pas  tremblants  ?  8.  Qu'en- 
tendaient-ils  dans  I'obscurite  ? 


PABT  ^lilST.  91 

Lycurgue  voulaiit  reformer  lo  gouvernement  do  Lucede- 
mone,  congut  le  liardi  dessein  do  bannir  lo  luxe  et  la 
mollesse  de  la  ville.  II  fit  done  des  lois  austeres  mais 
sages,  qui  devaient  rendre  les  Lacedemoniens  vertueux, 
sobres,  robustes  et  actifs,  et,  par  consequent,  braves,  inde- 
pendants  et  heureux.  Cello  qui  roglait  les  rej^as  et  ordon- 
nait  a  tons  les  citoyens  de  manger  ensemble,  de^^lut  fort 
aux  riches,  et  lui  suscita  beaucoup  d'ennemis,  qui  so 
plaignirent  hautement  de  la  severite  du  legislateur,  Ce- 
pendant,  celui-ci  n'etait  pas  moins  dur  pour  lui-meme  que 
pour  les  autres ;  car  il  rosolut  de  mourir  volontairement 
afin  d'obliger  ses  concitojens  a  garder  ses  ordonnances. 

Cot  homme,  si  severe  lorsqu'il  s'agissait  du  bien  de  I'Etat, 
montrait  dans  sa  vie  privee  un  esprit  doux  et  conciliant, 
comme  le  prouve  le  trait  suivant.  Dans  une  emeute  popu- 
laire  un  jeune  homme  d'un  caractere  violent  et  emporte, 
nomme  Alcandre,  lui  creva  un  ceil,  d'un  coup  de  baton. 
Le  peuple,  indigno  d'un  tel  outrage,  remit  le  coupable  entre 
ses  mains.  Voici  comment  Lycurgue  s'en  vengea.  II  le 
traita  avec  taut  de  bonte  et  de  douceur  qu'il  le  rendit  en 
pen  de  temps  tres-modere  et  tres-sage. 

(a.)    Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  the  verbs  which  are  in  the  past  definite  tense,  and  give  their  priuc.  parts. 

2.  Point  out  the  verbs  which  have  an  infinitive  for  their  complement. 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Lycurgus  having  conceived  the  design  of  reforming  society, 
banished  luxury  and  voluptuousness  from  the  city,  2.  The  hiws 
whicli  he  made  for  that  purpose,*  could  not  fail  to  render  the  Lace- 
demonians brave,  independent  and  happy.  3.  His  fellow-citizens 
bound*  themselves  by  an  oath  to  observe  his  laws  during  his  absence. 
4.  He  then  went*  into  exile  and  died*  voluntarily  to  compel  them  to 
keep  his  laws  forever* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Que  voulait  faire  Lycurgue  ?  2.  Quel  dessein  concut-il  ? 
3.  Que  peut-on  dire  des  lois  qu'il  fit  ?  4.  Quelle  loi  deplut  fort  aux 
riches  ?  5.  Que  firent-ils  ?  6.  Qu'est-ce  qui  prouve  qu'il  etait  aussi 
dur  pour  lui-meme  que  pour  les  autres?  7.  Que  fit  un  jeune 
homme   ?    8.  C'onmient  Lycurgue  s'en  vengea-t-il  ? 


92  Ai^ALYTICAL   FKEKCH    READER. 

Themistocle  eut  rambition  de  youloir  rendre  sa  patrie 
snperieure  a  Laccdemone  ;  il  fonda  une  nouvelle  puissance, 
en  creant  des  forces  navales.  Cimon  les  mit  en  usage  par  ses 
expeditions  maritimes  contre  les  Perses.  Aristide  fournit 
aux  depenses  de  la  guerre  par  la  sage  economic  avec  laquelle 
il  administra  les  deniers  publics.  Pericles  maintint  et 
augmenta  par  sa  prudence  ce  que  les  autres  avaient  acquis. 
Ainsi,  la  politique  de  Themistocle,  Tactivite  de  Cimon,  le 
desinteressement  d' Aristide,  et  la  sagesse  de  Pericles  con- 
coururent  a  I'elevation  et  a  la  grandeur  d'Athenes. 

A  cette  epoque,  I'emulation  parmi  les  beaux  esprits, 
excitee  par  des  recompenses  et  des  distinctions,  porta  les 
arts  et  les  sciences  a  une  perfection  jusqu'alors   inconnue. 

Deux  peintres  celebres,  Parrhasius  et  Xeuxis,  entrerent 
en  lice*  pour  se  disputer  la  palme.*  Celui-ci  avait  repre- 
sente  dans  un  tableau  des  raisins  qui  paraissaient  si  naturels 
que  les  oiseaux  vinrent  les  becqueter  ;  I'autre,  dans  le  sien, 
avait  peint  un  rideau.  Xeuxis,  tier  du  suffrage*  des 
oiseaux,  dit  a  Parrhasius:  "Tirez  le  rideau,  afin  qu'on 
voie  votre  ouvrage."  Ayant  reconnu  son  erreur,  il  avoua 
ingenument  qu'il  etait  vaincu,  disant  :  ^^J'ai  trompe  des 
oiseaux,  mais  vous  m'avez  trompe  moi-meme." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  the  past  participles.     (L.  20—3.    A.  339.     C.  P.  11,  329.) 

2.  Point  out  the  verbs  tliat  are  in  the  past  def.  tense,  and  give  their  principal  parts. 


{h.)    Exercise  for  Translation,  » 

1.  Themistocles  wishing  to  render  his  country  superior  to  Lace- 
dtemonia,  estaWished  naval  forces.*  2.  Cimon  made  use  of  them 
against  the  Persians.  3.  Aristides,  by  a  wise  administration  of  the 
public  money,  supplied  the  means  of  carrying  on  the  war.  4.  Peri- 
cles, by  his  wisdom,  added  to  the  elevation  and  grandeur  of  Athens. 

(c.)    Oral  Eacercise. 

1.  Que  fit  Themistocle  ?  2.  Comment  Cimon  utilisa-t-il  la  marine  ? 
3.  Qui  foumit  aux  depenses  de  la  guerre  ?  4.  Que  fit  Pericles  par 
sa  sagesse  ?  5.  Quelle  influence  cette  epoque  eut-elle  sur  les  arts  et 
les  sciences  ?     6.  Que  fircut  les  deux  peintres,  Parrhasius  et  Xeuxis  ? 


PART  FIRST.  93 

84L.     Ueaus:  Joixrs  de  TlieTt>es. 

Sparte  dominait  sur  ia  Grece,  et  Thebes  etait  faible  et 
au  jjouvoir  d'Archias,*  qui  etait  dans  Tinteret  de  Lacede- 
moiie,  lorsque  deux  Thebains  reussirent^  par  leur  courage 
et  par  leur  prudeuce,  a  delivrer  la  ville  du  joug  des  tyrans. 
lis  abattirent  ensuite  le  pouvoir  formidable  de  Sparte,  et 
porterent  leur  patrie  au  plus  haut  poiut  de  gloire.  Ces 
deux  Thebains  furent  Pelopidas  et  Epaminondas.  Tant 
qu'ils  vecureut  Thebes  brilla  au  premier  rang  parmi  les 
villes  de  la  Grece.  Son  pouvoir  et  sa  sagesse  lui  valurent* 
de  la  part  des  Etats  voisins  riiommage  et  le  respect  que  le 
faible  rend  au  fort,  et  que  nul  ne  j^eut  refuser  au  succes 
eclatant,  a  la  vraie  gloire.  A  la  mort  de  ces  deux  grands 
hommes,  la  gloire  de  Tliebes  s'eteignit. 

lis  moururent  tons  les  deux  "tn  combattant  pour  la 
patrie.  Pelopidas  j)iiysL  de  sa  vie  la  temerite  avec  laquelle 
il  poursuivit  le  tyran  de  Pheres,*  qui  fuyait  devant  Ini. 
Epaminondas  tomba  a  la  bataille  de  Mantinee,*  perce  d'un 
javelot  dont  le  ferlui  resta  dans  la  poitrine.  Lesmedecins 
declarerent  qu'il  expirerait  des  qu'on  oterait  le  fer  de  la 
plaie,  mais  le  heros  de  Leuctres*  ne  fut  inquiet  que  sur  le 
sort  de  la  bataille.  On  vint  lui  dire  que  les  Thebains 
I'avaient  gaguee.  ^'Alors/'  repondit-il,  "  j'ai  assez  vecu, 
arrachez  le  fer." 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Point  out  the  irregular  verbs,  give  their  principal  parts,  and  the  first  person 
singular  of  the  derived  tenses  which  are  irregular. 


{h.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Pelopidas,  of  a  noble  and  rich  family,  bestowed*  his  wealth* 
freely*  on  the  poor.  2.  He  was  a  friend  to*  Epaminondas,  whose 
virtue  and  wisdom  were*  all  his  lustre.*  3.  When  the  latter  refused 
to  be  enriched,  Pelopidas  disregarded*  wealth,*  and  preferred*  the 
enjoyment*  of  his  poor  friend's  company  to  all  his  possessions. 

{c.)    Oral  Exercise, 

1.  Quelle  etait  la  condition  de  Thebes  sous  Archias  ?  2.  Qui  deli- 
vra  la  ville  du  joug  des  tyrans  ?  3.  Quelle  etait  la  condition  de 
Thebes  tant  que  ces  deux  grands  hommes  vecurent  ?  4.  Qu'arriva-t-il 
a  leur  mort  ?  5.  Comment  Pelopidas  tcrmina-t-il  sa  vie  ?  6.  Qu'ar- 
riva-t-il a  Epaminondas  a  la  bataille  de  Mautinee  ? 


94  AITALYTICAL   FREKCH   READER. 

85.     I^e  Foiidatexir  de  Home. 

Rome  etant  fondee,  il  s'eleva*  une  dispute  entre  Romulus 
et  Remus;  et  Romulus,  daus  iiii  moment  de  colere,  tua  son 
frere.  II  fit  ensuite  la  guerre  avec  succes  ;  il  agrandit  et 
fortifia  la  ville  de  Rome,  par  la  sage  politique  d'j  incorporer 
les  nations  qu'il  vainquit.  Dans  le  long  cours  de  son  regne, 
qui  dura  trente-sept  ans,  Romulus,  par  ses  exploits  person- 
nels et  par  ses  frequentes  victoires,  inspira*  a  ses  sujets 
Tesprit  belliqueux  et  conquerant  dont  il  etait  lui-meme 
anime.  Get  esprit  se  conserva  dans  le  jjeuple  romain,  et  le 
mena  plus  tard  a  la  conquete  du  monde. 

Un  jour  pendant  que  Romailus  passait  son  armee  en 
•revue  pres  du  marais  de  Capra,  il  s'eleva*  nne  tempete, 
accompagnee  de  grands  coujds  de  tonnerre,  et  Romulus 
disparut  aux  yeux  de*  ses  soldats,  qui  furent  frappes 
d'etonnement.  Le  peuple  crut  qu'il  etait  monte  au  ciel. 
Proculus,  d'une  famille  noble,  accredita  ce  bruit.  Une 
sedition  s'etant  elevee,*Proculus  s'avan9a  dans  I'assemblee 
du  peuple,  et  affirma  que  Romulus  lui  etait  apparu,  et  que 
ce  prince  recommandait  aux  Remains  d'eviter  les  seditions 
et  de  pratiquer  la  vertu.  Ainsi,  Romulus  re9ut  les  lion- 
neurs  divins  sous  le  nom  de  Quirinus. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Point  out  the  irr. verbs,  give  their  princ.  parts,  and  the  1st  p.  sing,  of  the  irr.  tenses. 

2.  Parse  il  s'eleva  une  dispute ;  u)te  se(litio)i  s'etatit  elevee.     (See  Notes.) 

3.  "      il  inspira  a  ses  sujets  I' esprit.     (See  Notes. J 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Romulus  and  Remus  were  the  grand-children*  of  Numitor,  king- 
of  Alba.  2.  Being  thrown*  into  the  Tiber  by  order  of  Amulius,  a 
brother  of  Numitor,  who  had  usurped*  the  throne,  they  were  saved* 
and  brought*  up  by  one  of  the  king's  shepherds.*  3.  They  after- 
wards* killed  Amulius,  and  restored*  the  crown  to  Numitor. 

(c.)    Oral  Exercise. 

1.  Par  qui  Rome  fut-elle  fondee  ?  2.  Que  fit  Romulus  dans  un 
moment  de  colere  ?  3.  Quelle  fortune  avait-il  a  la  guerre  ?  4.  Par 
quelle  politique  agrandit-il  et  fortifia-t-il  la  ville  de  Rome  ?  5.  Quelle 
fut  la  duree  de  son  regne  ?  G.  Que  fit-il  par  ses  exploits  et  par  ses 
frequentes  victoires  ?     7.  Qu'ari-iva-t-il  daus  le  marais  de  Capra  ? 


PART   FIRST.  95 

86.    Combat  entire  les  Horaces*  et  les  <Jixriaces.* 

Sous  le  regne  de  Tnlliiis  Hostilius,  la  guerre  eclata  entre 
les  Romains  et  les  Albains.  II  y  avait  dans  Farmee  des 
Romains  trois  freres  nomnies  Horace,  et  dans  I'armee  des 
Albains  trois  freres  a23peles  Curiace.  II  fut  decide  que  les 
destinees  des  deux  peuples  seraient  confiees  a  ces  deux 
partis.  Le  traite  portait  qu'Hs  combattraient  cliacun  pour 
sa  patrie,  et  que  Fempire  appartiendrait  a  la  nation  dont 
les  champions  remporteraient  la  victoire.  Les  Horaces  et 
les  Curiaces  s'avancerent  entre  les  deux  armees.  On  donna 
le  signal  et  le  combat  commen9a.  Aussitot  deux  Romains 
tomberent,  expirant  Fun  sur  Fautre  ;  mais  les  trois  Albains 
etaient  blesses.  lis  entourereiit  le  seul  Horace  qui  etait 
sans  blessure.  Le  Remain  feignit  de  fuir*  2:)our  les  atta- 
quer  separement.  Deja  il  etait  loin  de  Fendroit  ou  le  com- 
bat s'etait  livre,  lorsqu'il  vit  un  des  Curiaces  pres  de  lui  ; 
il  revint  sur  celui-ci  et  le  tua  ;  il  courut  au  second  et  le  tua 
de  meme.  II  ne  restait  plus  de  cliaque  cote  qu'un  combat- 
tant,  mais  leurs  forces  n'etaient  point  egales.  L'un,  tier 
d'une  double  victoire,  n'avait  pas  ete  atteint*  par  le  fer. 
L'autre,  affaibli  par  le  sang  qu'il  avait  perdu,  pouvait  a 
peine  soutenir  le  poids  de  ses  armes;  aussi  ce  ne  fut  pas  un 
combat.  Le  Remain  acheva  FAlbain,  et  ensuite  le  depouilla. 
L'armee  romaine  regut  Horace  avec  entliousiasme  et  le 
reconduisit  cliez  lui  en  triomphe. 

(a.)     Questions  on  Graniinar. 

1.  Point  out  the  irregular  verbs,  and  give  their  irregular  parts. 


(&.)    Exercise  for   Translation, 

1.  Horatius,  on  returning  home,  was  received  by  his  sister  with 
less  favor*  than  he  expected.  2.  She  had  been  promised  in  marriage 
to  one  of  the  Cnriatii,  and  reproached*  her  brother  witli  the  murder* 
of  her  lover.  *    3.  The  rebuke*  so  incensed*  him  that  he  liilled  her. 

(c.)    Oral  Exercise. 

1.  A  qui  contia-t-on  les  destinees  des  deux  peuples  ?  2.  Que  por- 
tait le  traiie?  3.  Le  signal  etant  donne,  quel  resultat  suivit  le  com- 
mencement du  combat  ?  4.  Que  tit  le  dernier  Horace,  entoure  par 
les  trois  Curiaces?    5.  Comment  parvint-il  Ti  tuer  deux  des  Curiaces? 


96  ANALYTICAL   FKEKCH   EEADEE. 

87.     I>e^voTieiiieiit  a  la  I*atrie. 

L'expiilsion  des  rois  et  retablissement  de  la  liberte  a 
Kome  est  un  evenement  a  jamais  memorable.  Les  causes  qui 
I'amenereiit,  inspirerent*  aux  Romains  une  haine  irrecou- 
ciliable  contre  la  royaute  et  un  ardent  amour  de  la  liberte. 
Le  devouement  a  la  patrie  ne  connaissait  plus  de  bornes. 

Porsena  marchait  sur  Rom«  pour  retablir  les  Tarquins  ;* 
un  pont  de  bois  allait  lui  ouvrir  un  passage.  Horatius 
Codes  se  pla9a  a  la  tete  du  pont,  et  soutint  seul  le  choc  des 
ennemis,  jusqu'a  ce  qu'on  eut*  coupe  le  pont  derriere  lui ; 
alors,  s'elan9ant  dans  le  Tibre,  il  se  sauva  a  la  nage. 

Pendant  que  Porsena  tenait  Rome  assiegee,  Mucins 
Scevola  demanda  an  Senat  la  i^ermission  de  passer  cliez 
I'ennemi.  II  entra  dans  le  camp  de  Porsena  ;  on  etait  oc- 
cupe  a  donner  la  paye  aux  soldats,  le  secretaire  du  roi  etait 
assis  pres  de  lui.  Mucins  se  trompa  et  tua  le  secretaire  au 
lieu  du  roi.  II  fut  arrete  et  conduit  devant  Porsena. 
Mucins  alors  mit  sa  main  droite  sur  un  brasier  allume, 
pour  punir  cette  main,  disait-il,  qui  s'etait  trompee  dans 
le  clioix  de  la  victim e.  II  declara  au  roi  que  trois  cents 
jeunes  gens  comme  lui  avaient  jure  sa  mort.  Porsena, 
effraye,  accorda  la  paix  aux  Romains. 

(«.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Point  out  the  irregular  verbs,  and  give  their  irregular  parts. 


{b.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Porsena,  having  defeated*  the  Romans,  would  have  entered* 
the  city,  if  Codes  had  not  placed  himself  at  the  head  of  the  bridge, 
and  sustained*  the  attack  of  the  enem}^  until  the  bridge  was  cut 
behind  him.  2.  The  king  was  astonished*  at  this  act  of  braveiy, 
but  he  was  still  more*  so,  when  Scsevola  entered  his  camp,  and, 
after*  killing  the  secretary,  put  his  hand  on  a  blazing  brasier,  declar- 
ing that  there  were  in  Rome*  three  hundred  young  men  like  him, 
who  had  sworn*  to  kill  Porsena,  if  he  persisted  in  his  attempt.* 

(c)    Oral  Exercise. 

1.  Que  fit  Codes  lorsque  Porsena  arriva  au  pont  qui  allait  lui 
ouvrir  un  passage  dans  la  ville  ?  2.  Et  quand  Porsena  tenait  Rome 
assiegee,  que  fit  Scevola  ?  3.  Etant  arrete  et  conduit  devant  le  roi, 
que  fit-il  ? 


PART  FIRST.  97 

88.     Femmes   Homaines   a  I'Epoq^ue   d.e 
I'JExipTalslorL  des  Hois. 

A  Rome,  la  vertu  n'etait  j^oint  un  vain  nom,  une  ombre 
sans  realite  ;  c'etait  quelque  chose  qn'oii  estimait  au-dessus 
de  la  vie,  et  qui  portait  les  vieillards,  les  femmes  meme*  a 
sacrifier  leurs  jours  a  I'lionneur  et  a  la  patrie. 

Lucrece  s'etait  donne*  la  mort,  la  preferant  a  une  vie 
fletrie.  Son  exemple  avait  montre,  et  le  danger  auquel  la 
vertu  pent  quelquefois  etre  exposee,  et  le  remede  qui  reste 
a  une  ame  noble  contre  la  disgrace  et  la  fietrissure. 

Clelie,  jeune  fille  d'une  famille  noble,  se  trouvait  parmi 
les  otages  que  Porsena  emmenait,  apres  avoir  fait  la  paix 
avec  Rome.  Le  camp  du  roi  etait  pres  des  bords  du  Tibre. 
Clelie  ayant  trompe  ses  gardes  sortit  pendant  la  nuit,  prit 
un  cheval  que  le  liasard  lui  oft'rit,  et  traversa  le  fleuve. 
Porsena  informe  de  cette  evasion  envoya  des  ambassadeurs 
a  Rome  pour  la  reclamer.  Les  Romains  la  lui  rendirent, 
selon  les  conditions  du  traite.  Le  roi  alors  admirant  le 
courage  de  la  jeune  fille,  la  combla  d'eloges,  et  lui  dit  de 
choisir  un  certain  nombre  d'otages  qu'il  lui  permit  de 
ramener  a  Rome.  Elle  clioisit  les  jeunes  gar9ons  et  les 
jeunes  filles,  qu'elle  savait  etre  le  plus  en  danger  a  cause 
de  leur  age,  et  retourna  avec  eux  dans  sa  patrie. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  les  vieillards ;  les  femmes  meme. 

2.  "      the  past  participles. 

3.  State  the  meaning  of  jiorter  and  mener,  and  give  their  derivatives. 


(&.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Great  crimes,  by  stirring*  up  great  passions,  are  often  the  cause 
of  great  achievements.*  2.  The  crime  of  Sextius  caused*  the  death 
of  Lucretia,  and  brought*  about  the  liberty  of  Rome.  3.  The 
courage  and  wisdom  of  Cloelia  were  much  admired  by  the  Romans. 
4.  They  erected*  an  equestrian*  statue*  in  her  honor  in  the  via  sacra.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qu'est-ce  que  c'etait  que  la  vertu  a  Rome  ?  2.  Que  fit  Lucrece  ? 
3.  Que  fit  Clelie,  etant  prisonniere  au  camp  de  Porsena  ?  4.  Informe 
de  cette  evasion,  que  fit  Porsena  ?  5.  Et  quand  les  Romains  lui 
rendirent  Clelie,  que  fit  le  roi  ?  G.  Quels  otages  Clelie  choisit-elle 
pour  les  ramener  a  Rome  ? 


98  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

89.     A^pologue  <i»A.g:rippa. 

Le  peuple  romaiii,  mecontent  du  Senat,  s'etait  retire  de 
Eome,  disant  qu'il  ne  pouvait*  seul  supporter  et  les  impots 
et  le  service  militaire.  Menenius  Agrippa,  homme  elo- 
quent, fut  choisi  pour  retablir  riiarmonie.  Ayant  ete  in- 
troduit  dans  le  camp,  il  adressa  au  peuple  I'apologue  sui- 
vant :  "Un  jour  les  membres  du  corps  liumain,  yoyant  que 
I'estomac  restait  oisif,  se  separcrent  de  lui,  et  convinrent 
entre  eux  que  les  mains  ne  porteraient  plus  les  aliments  a 
la  bouclie,  que  la  bouclie  ne  les  recevrait  plus,  et  que  les 
dents  ne  les  broieraient  plus.  Mais  en  voulant  assujettir 
I'estomac,  ils  deperirent  eux-memes,  et  le  corps  entier 
tomba  dans  une  langueur  extreme.  Par  la  on  vit  claire- 
ment  que  les  fonctions  de  I'estomac  etaient  bien  reelles,  et 
que  c'etait  lui  qui,  apres  avoir  regu  la  nourriture,  la  distri- 
buait  a  tons  les  membres.  En  consequence  on  rentra  en 
grace  avec  lui.  C'est  ainsi  que  le  peuple  et  le  Senat,  qui 
ne  forment  qu'un  meme  corps,  perissent  par  la  desunion, 
et  se  fortifient  par  la  bonne  intelligence." 

Agrippa,  par  cet  apologue,  apaisa  les  esprits  irrites,  et  le 
peuple  rentra  dans  la  ville. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Point  out  the  verbs  that  are  in  the  imperf .  t.,  and  account  for  the  use  of  the  tense. 

2.  "         "  "  "  pastdef.t., 


(5.)    Exercise  for  Translation, 

1.  Agrippa,  in  bringing  the  people  back  to  the  city,  rendered  good 
service*  to  the  republic.  2.  He  was  their  friend,  and  created  in 
their  behalf*  the  office  of  Tribunes.*  3.  The  Tribunes  were  to  look* 
after  the  people's  interests,  and  to  defend*  them  in  case  of  need.* 
4.  Agrippa  was  much  respected  for*  his  virtue  and  honesty.*  5.  He 
died  poor  and  was  buried*  at  the  expense  of  the  State. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1,  Que  fit  le  peuple  romain,  etant  mecontent  du  Senat  ?  2.  Qui 
fut  choisi  pour  retablir  Tharmonic  ?  3.  Etant  introduit  dans  le 
camp,  que  dit-il  au  peuple  ?  4.  Que  firent  les  membres  du  corps, 
voyant  que  I'estomac  restait  oisif  ?  5.  De  quoi  convinrent-ils  d, 
regard  des  mains  ?  6.  Et  ti  I'egard  de  la  bouche  ?  7.  A  I'egard  des 
dents  ?    8.  Quel  en  etait  I'effet  V     9.  Que  vit-on  par-la  ? 


PART  FIRST.  99 

90.     Gr^n^rosit^  de  Scipion  1'A.fricain. 

Peu  d'hommes  ont  legue  a  I'histoire*  nne  si  belle  reputa- 
tion de  purete  et  de  grandeur  que  Scipion  I'Africain.  Son 
desinteressement  et  sa  magnanimite  lui  ont  valu  I'admi ra- 
tion de  tous  les  siecles.  Etant  parti  pour  I'Espagne,  il  prit 
d'assaut  Carthagene  le  jour  meme  de  son  arrivee.  On  lui 
amena  parmi  les  prisonniers  une  jeune  fille  d'une  rare 
beaute.  Ayant  apprisqu'elle  etait  d'une  famille  distinguee 
parmi  les  Celtiberiens,  et  qu'elle  etait  promise  en  mariage 
a  un  jeune  prince  de  ce  pays,  Scipion  fit  venir  ses  parents 
et  le  pretendu,  et  la  leur  rendit.  Les  parents  de  la  jeune 
fille  qui  avaient  apporte  pour  la  racheter  une  somme  d'or 
assez  considerable,  prierent  Scipion  de  vouloir  bien  recevoir 
cet  or  de  leurs  mains.  Scipion  le  fit  deposer  a  ses  pieds, 
et  ayant  fait  appeler  le  futur  epoux,  il  lui  dit :  ^^  J'ajoute 
ce  jiresent  de  noces  a  la  dot  que  vous  devez  recevoir  de 
votre  beau-pere."  En  meme  temps,  il  exigea  que  le  prince 
prit*  I'or  et  qu'il  le  gardat.  De  retour  dans  son  pays,  ce 
prince,  pour  temoigner  sa  reconnaissance  a  Scipion,  fit 
entrer  les  Celtiberiens  dans  le  2'>arti  des  Remains. 

(a.)     Questions  on  Grammar. 

1.  Parse  il  exigea  que  le  2>rince  jf^'it  Vor  et  qu'il  le  gardat. 

2.  Point  out  the  irregular  verbs,  aud  give  their  irregular  parts. 


(b.)    Exercise  for  Translation, 

1,  Scipio  was  empowered*  to  carry  the  war  to  the  coast*  of  Africa. 
2.  Carthage  became  alarmed*  b}'  his  successes,  and  Hanuibal,  who 
was  victorious  at  the  gates*  of  Rome,  was  recalled  to  defend  the 
walls*  of  his  country.  3.  The  two  greatest  generals  of  the  age  met* 
face  to  face  near  Zama.  4.  Both*  armies  displayed*  great  valor* 
and  intrepidity,*  but  the  Romans  came  off*  victorious.  5.  The 
grandeur  and  power  of  Carthage  were  annihilated.*  6.  Rome  was 
henceforth*  mistress*  of  the  Mediterranean. 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  Qu'est-ce  que  Scipion  I'Africain  a  legue  a  I'histoire  ?  2.  Qu'ad- 
mire-t-on  en  lui  ?  8.  Que  fit-il  le  jour  meme  qu'il  arriva  en 
Espagne  ?  4.  Qui  lui  amena-t-on  parmi  les  prisonniers  ?  5.  Quelle 
etait  cette  jeune  fille  ?  6.  Qui  Scipion  fit-il  venir.  et  que  leur 
rendit-il  ?  7.  Qu'avaient  apporte  les  parents  de  la  jeune  fille  ? 
8.  Que  firent-ils  de  cet  or  ?    9.  Comment  Scipion  en  disposa-t-il  ? 


100  ANALYTICAL  FKENCH   READER. 

91.     DMort  de  C6sar.  * 

Les  guerres  civiles  etant  terminees,  Cesar,  nomme  dicta- 
teur  a  vie,  commen9a  a  se  concluire  avec  hauteur.  Le 
Senat  etant  venu  le  trouver,  il  le  re9ut  assis,  et  jeta  un 
COU23  d'oeil  d'indignation  sur  quelqu'un  qui  I'avertissait  de 
se  lever.  Antoine  lui  ayant  mis  sur  la  tete  un  diademe, 
dans  un  moment  ou  il  etait  assis  devant  la  tribune  aux 
harangues,*  Cesar  ne  parut  point  desaj^prouver  cette  action. 
Des  ce  jour  plus  de  soixante  citoyens,  ayant  a  leur  tete 
Cassius  et  Brutus,  conspirerent  contre  lui.  Cesar  etant 
venu  jDrendre  ];)lace  au  Senat  le  jour  des  ides  de  mars,  les 
conjures  I'entourerent,  comme  pour  lui  faire  la  cour.* 
Tout-a-couj)  I'un  d'eux  s'approcha  de  lui,  sous  pretexte  de 
lui  demander  une  grace,  et  sur  son  refus  lui  tira  la  robe 
de  dessus  les  epaules.  Cesar  s'ecria  :  '^  On  me  fait  violence." 
Au  meme  instant  Cassius  lui  j^orta  un  coup  de  poignard 
au-dessous  de  la  gorge.  Cesar  saisit  le  bras  de  Cassius  et 
le  per^a  de  son  stylet ;  il  voulut  s'enfuir,  et  re9ut  une 
seconde  blessure.  Brutus,  qu'il  regardait  comme  son  fils, 
s'etant  jete  sur  lui,  il  lui  dit  :  "Et  toi  aussi,  mon  fils!" 
Enfin,  apercevant  de  tons  cotes  les  poignards  diriges 
contre  lui,  il  s'enveloppa  la  tete  dans  sa  robe,  et  tomba, 
perce  de  vingt-trois  coups. 

(a.)     Questions  on  Grammar, 

1.  Parse  the  past  participles. 

2.  Point  out  the  irregular  verbs,  and  give  their  irregular  parts. 


{b.)    Exercise  for  Translation. 

1.  Csesar  was  fifty-six  years  old  when  lie  was  assassinated.* 
2.  He  was  a  great  man  in  every  respect  :*  as  a  general,*  as  a  writer, 
as  an  orator,  and  as  a  politician.  8.  His  death  did  not  restore  liberty 
to  Rome.  4.  On  the  contrary,  Rome  sank*  into  abject  servitude,* 
from  which  it  never  recovered.* 

(c.)    Oral  Exercise, 

1.  A  quelle  dignite  Cesar  fut-il  nomme  apres  les  guerres  civiles  ? 
2,  Quand  le  Senat  vint  le  trouver,  comment  le  reyut-il  ?  3.  Quelle 
fut  la  conduite  de  Cesar  quand  Antoine  lui  nilt  un  diademe  sur  la 
tete  ?  4.  Que  firent  ensuite  plus  de  soixante  citoyens,  ayant  Cassius 
et  Brutus  a  leur  tete  ?  5.  Racontez  ce  qui  eut  lieu  au  Senat  aux 
ides  de  mars. 


Analytical  French  Reader. 


Fart  Second. 


1.    n^flexiioxi  svii'  I'HarirLonie  de  I'XJni^^ers. 

Je  ne  puis  ouvrir  les  yeux  sans  admirer  Fart  qui  eclate 
dans  toute  la  nature  :  le  moindre  coup  d'oeil  suffit  pour 
apercevoir  la  main  qui  fait  tout.  .  .  Qu'est-ce  qui  a  donne  a 
toute  la  nature  des  lois  tout  ensemble  si  constantes  et  si 
salutaires  ;  des  lois  si  simples,  qu'on  est  tente  de  croire 
qu'elles  s'etablissent  d'elles-memes,  et  si  fecondes  en  eifets 
utiles,  qu'on  ne  pent  s'empeclier  d'y  reconnaitre  un  etre 
merveilleux  ?  D'ou  nous  yient*  la  conduite  de  cette  ma- 
chine universelle  qui  travaille  sans  cesse  pour  nous,  sans 
que  nous  y  pensions  ?*  A  qui  attribuerons-nous  I'assem- 
blage  de  tant  de  ressorts  si  profonds  et  si  bien  concertos,  et 
de  tant  de  corps,  grands  et  2)etits,  visibles  et  invisibles,  qui 
conspirent  egalement  j)our  nous  servir  ?  Le  moindre 
atome  de  cette  machine  qui  viendrait*  a  se  deranger,  de- 
monterait  toute  la  nature.  Les  ressorts  d'une  montre  ne 
sont  point  lies  avec  tant  d'industrie  et  de  justesse.  Quel 
est  done  ce  dessein  si  etendu,  si  suivi,  si  beau,  si  bien- 
faisant  ?  La  necessite  de  ces  lois,  loin  de  m'empecher 
d'en  chercher  I'auteur,  ne  fait  qu'augmenter  ma  curiosite 
et  mon  admiration.  II  fallait  qu'une  main  egalement  in- 
dustrieuse  et  puissante  mit*  dans  son  ouvrage  un  ordre 
egalement  simple  et  fecond,  constant  et  utile.  .  .  Plus* 
on  contemple  sans  prevention  toute  la  nature,  plus  on  y 
trouve  partout  un  fonds  inepuisable  de  sagesse  qui  est 
comma  Tame  de  Tunivers. — Fmelon. 


102  Aiq^ALYTICAL   FREN^CH    READER. 

3.     JLiSi  Verdixx^e. 

La  premiere  chose  qui  me  frapj^e,  est  le  choix  que  Die  a 
a  fait  de  la  couleiir  generale  qui  embellit  toutes  les  plantes  ; 
le  vert  naissant  dont  il  les  a  revetues,  a  uiie  telle  propor- 
tion ayec  les  yeux,  qu'on  voit  bien  que  c'est  la  meme  main 
qui  a  colore  la  nature,  et  qui  a  forme  I'homme  pour  en 
etre  spectateur.  S'il  eut*  teint  en  blanc  ou  en  rouge  toutes 
les  campagnes,  qui  aurait  j)u  en  soutenii-  I'eclat  ou  la 
durete  ?  S'il  les  eut*  obscurcies  par  des  couleurs  plus 
sombreSj  qui  aurait  pu  faire*  ses  delices  d'une  vue  si  triste 
et  si  lugubre  ? 

Une  agreable  verdure  tient  le  milieu  entre  ces  deux  ex- 
tremites  ;  et  elle  a  un  tel  rapport  avec  la  structure  de  I'ceil, 
qu'elle  le  delasse,  au  lieu  de  le  tendre,  et  qu'elle  le  soutient 
et  le  nourrit,  au  lieu  de  I'epuiser. 

Mais  ce  que  je  croyais  d'abord  n'etre  qu'une  couleur,  est 
une  diversite  de  teintures  qui  m'etonne.  C'est  du  vert 
partout,  mais  ce  n'est  nulle  part  le  meme.  Aucune  plante 
n'est  coloree  comme  une  autre.  Jo  les  compare,  et  je  trouve, 
en  les  comparant,  que  la  difference  est  sensible.  Cette 
surprenante  variete,  qu'aucun  art  ne  pent  imiter,  se 
diversifie  encore  dans  chaque  plante,  qui,  dans  son  origine, 
dans  son  progres,  dans  sa  maturite,  est  d'une  espece  de 
vert  different.  Et  je  suis  moins  surpris,  apres  cette  obser- 
vation, qui  augmente  mon  admiration,  que  les  nuances  in- 
nombrables  d'une  meme  couleur  m'attirent  toujours,  et  ne 
me  rassasient  jamais. — Dug  net,  ^''L'  Ouvrage  des  Six  Jours.^' 


3.     I^e  GrloTje  qixe  noiis  Hal3itoiis. 

Le  globe  immense  de  la  terre,  nous  offre  a  la  surface, 
des  hauteurs,  des  profondeurs,  des  plaines,  des  mers,  des 
marais,  des  fleuves,  des  cavernes,  des  gouft'res,  des  volcans ; 
et,  a  la  premiere  inspection,  nous  ne  decouvrons  en  tout 
cela  aucune  regularite,  aucun  ordre.  Si  nous  penetrons 
dans  son  interieur,  nous  y  trouvons  des  metaux,  des  mine- 
raux,  des  pierreries,  des  bitumes,  des  sables,  des  terres,  des 
eaux,  et  des  matieres  de  toute  espece,  placees*  comme  au 


PART   SECOND.  103 

hasard  et  sans  aucune  regie  a^oparente.  En  examinant 
avec  plus  d'attention,  nous  voyons  des  montagnes  affaissees, 
des  rociiers  fendus  et  brises,  des  contrees  englouties,  des 
lies  nouvelles,  des  terrains  submerges,  des  cavernes  com- 
blees  ;  nous  trouvons  des  matieres  pesantes  souvent  posees 
sur  des  matieres  legeres,  des  cor2:>s  durs  environnes  de 
substances  molles,  des  clioses  seclies,  humides,  cliaudes, 
froides,  tiedes,  friables,  toutes  melees,  et  dans  une  espece 
de  confusion  qui  ne  nous  presente  d'autre  image  que  celle 
d'un  amas  de  debris  et  d'un  monde  en  mine. 

Cependant  nous  habitons  ces  mines  avec  une  entiere 
temerite  ;  les  generations  d'liommes,  d'animaux,  de  plantes, 
se  succedent  sans  interruption  ;  la  terre  fournit  abondam- 
ment  a  leur  subsistance ;  la  mer  a  des  limites  et  des  lois, 
ses  mouvements  y  sont  assujettis  ;  Fair  a  ses  courants  regies, 
les  saisons  out  leurs  retours  periodiques  et  certains,  la  ver- 
dure n'a  jamais  manque  de  succeder  aux  frimas.  Tout 
nous  parait  etre  dans  I'ordre  :  la  terre,  qui  tout  a  I'heure 
n'etait  qu'un  chaos,  est  un  sejour  delicieux  oii  regnent* 
le  calme  et  I'harmonie,  oil  tout  est  anime  et  conduit  avec 
une  puissance  et  une  intelligence  qui  nous  remplissent 
d'admiration  et  nous  elevent  jusqu'au  Createur. — Buffon. 


4r.    X^a/  IVatixre  San^v^age. 

La  nature  est  le  trone  exterieur  de  la  magnificence 
divine.  L'homme  qui  la  contemple,  qui  Fetudie,  s'eleve 
par  degres  au  trone  interieur  de  la  toute-puissance.  Fait 
pour  adorer  le  Createur,  il  commande  a  toutes  les  creatures; 
vassal  du  ciel,  roi  de  la  terre,  il  I'ennoblit,  la  peuple  et 
Fenrichit ;  il  etablit  entre*  les  etres  vivants  Fordre,  la 
subordination,  I'harmonie ;  il  embellit  la  nature  meme  ; 
11  la  cultive,  Fetend  et  la  polit,  en  elague  le  chardon  et  la 
ronce,  y  multiplie  le  raisin  et  la  rose.  Yoyez  ces  plages 
desertes,  ces  tristes  contrees  on  Fhomme  n'a  jamais  reside, 
couvertes  on  plutot  herissees  de  bois  epais  et  noirs,  dans 
toutes  les  parties  elevees  ;  des  arbres  sans  ecorce  et  sans 
cime,  courbes,  >-ompus,  tombent  de  vetuste  ;  d'autres,  en 


104  ANALYTICAL   FRENCH    READER, 

plus  grand  nombre,  gisant  aux  pieds  des  premiers,  pour 
pourrir  sur  des  monceaux  deja  pourris,  etoulfent,  enseve- 
lissent  les  germes  j^rets  a  s'eclore.  La  nature,  qui  partout 
ailleurs  brille  par  sa  jeunesse,  parait  ici  dans  la  decrepi- 
tude ;  la  terre,  surchargee  par  le  poids,  surmontee  par  les 
debris  de  ses  productions,  n'otire,  au  lieu  d'une  verdure 
florissante,  qu'un  espace  encombre,  traverse  de  vieux  arbres 
charges  de  plantes  parasites,  fruits  impurs  de  la  corruption. 
Dans  toutes  les  parties  basses,  des  eaux  mortes,  croupis- 
santes,  faute  d'etre  conduites  et  dirigees ;  des  terrains 
fangeux  qui,  n'etant  ni  solides  ni  liquides,  sont  inabor- 
dables,  et  demeurent  egalement  inutiles  aux  liabitants  de  la 
terre  et  des  eaux ;  des  marecages  qui,  converts  de  plantes 
aquatiques  et  fetides,  ne  nourrissent  que  des  insectes  veni- 
meux,  et  servent  de  repaire  aux  animaux  immondes. — 
Buffon, 


5.     La  INatixre  Culti^^ce. 

Qu'elle  est  belle  cette  nature  cultivee  !*  Que,  par  les  soins 
de  Fhomme,  elle  est  brillante  et  pompeusement  paree  !*  II 
en  fait  lui-meme  le  principal  ornement ;  il  en  est  la  produc- 
tion la  plus  noble  ;  en  se  multipliant,  il  en  multiplie  le 
germe  le  plus  precieux  ;  elle-meme  aussi  semble  se  multi- 
plier avec  lui  ;  il  met  au  jour  par  son  art  tout  ce  qu'elle 
recelait  dans  son  sein.  Que  de  tresors  ignores  !*  Que  de 
richesses  nouvelles  !  Les  fleurs,  les  fruits,  les  grains  per- 
fectionnes,  multiplies  a  I'infini  ;  les  especes  utiles  d'ani- 
maux  transportees,*  propagees,  augmentees  sans  nombre  ; 
les  especes  nuisibles  reduites,  confinees,  releguees  ;  Tor,  et 
le  fer  plus  necessaire  que  Tor,  tires  des  entrailles  de  la 
terre  ;  les  torrents  contenus,  les  fleuves  diriges,  resserres ; 
la  mer  soumise,  reconnue,  traversee  d'un  hemisphere  a 
I'autre  ;  la  terre  accessible  partout,  partout  rendue  aussi 
vivante  que  fecoude,  dans  les  vallees  de  riantes  prairies ; 
dans  les  plaines  de  riches  paturages,  on  des  moissons 
encore  plus  riches  ;  les  collines  chargees  de  vignes  et  de 
fruits,  leurs  sommets  couronnes  d'arbres  utiles  et  de  jeunes 
forets  ;  les  deserts  devenus  des  cites,  habites  par  un  peuple 


PART   SECOND.  105 

immense,  qui,  circulant  sans  cesse,  so  repand  de  ces  centres 
jusqu'aiix  extremites ;  des  routes  ouvertes  et  frequentees, 
des  communications  etablies  partout,  comme  autant  de 
temoins  de  la  force  et  de  Funion  de  la  societe  :  mille  autres 
mouvements  de  puissance  et  de  gioire  demontrent  assez  que 
Fliomme,  maitre  du  domaine  de  la  terre,  en  a  change, 
renouvele  la  surface  entiere,  et  que  de  tout  temps  11  en 
partage  I'empire  avec  la  nature. — Buff  on. 


6.     I^'Horaine. 

Tout  marque  dans  rhomme,  meme  I'exterieur,  sa  supe- 
riorite  sur  tons  les  etres  vivants  ;  il  se  soutient  droit  et 
eleve  ;  son  attitude  est  celle  du  commandement ;  sa  tete 
regarde  le  ciel,  et  presente  une  face  auguste,  sur  laquelle 
est  imprime  le  caractere  de  sa  dignite  ;  I'image  de  Fame  y 
est  peinte  par  la  physionomie ;  Fexcellence  de  sa  nature 
perce  a  travers  les  organes  materiels,  et  anime  d'un  feu 
divin  les  traits  de  son  visage  ;  son  port  majestueux,  sa 
demarche  ferme  et  hardie,  annoncent  sa  noblesse  et  son 
rang ;  il  ne  touche  a  la  terre  que  par  ses  extremites  les 
plus  eloignees  ;  il  ne  la  voit  que  de  loin,  et  semble  la 
dedaigner.  Les  bras  ne  lui  sont  pas  donnes  pour  servir  de 
pilliers  d'appui  a  la  masse  de  son  corps  ;  sa  main  ne  doit 
pas  fouler  la  terre,  et  perdre  par  des  frottements  reiteres 
la  finesse  du  toucher  dont  elle  est  le  principal  organe  :  le 
bras  et  la  main  sont  faits  pour  servir  a  des  usages  plus 
nobles,  pour  executer  les  ordres  de  la  volonte,  j)our  saisir 
les  choses  eloignees,  pour  ecarter  les  obstacles,  pour  pre- 
venir  les  rencontres  et  le  choc  de  ce  qui  pourrait  nuire. 

Lorsque  Fame  est  tranquille,  toutes  les  parties'  du  visage 
sont  dans  un  etat  de  repos ;  leur  proportion,  letir  union, 
leur  ensemble,  marquent  encore  assez  la  douce  harmonic 
des  pensees,  et  re]3ondent  au  calme  de  Finterieur ;  mais 
lorsque  Fame  est  agitee,  la  face  humaine  devient  un 
tableau  vivant,  oii  les  passions  sont  rendues  avec  autant  de 
delicatesse  que  d'energie,  oii  chaque  mouvement  de  Fame 
est  exprime  par  un  trait,  chaque  action  par  uu  caractere, 


106  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

dont  rimi:>ression  vive  et  prompte  devance  la  volonte,  nous 
decele,  et  rend  an  dehors,  par  des  signes  pathetiques,  les 
images  de  nos  secretes  agitations. 

C'est  surtout  dans  les  yeux  qu'elles  se  peignent  et  qu'on 
pent  les  reconnaitre  ;  I'oeil  appartient  a  Fame  plus  qu'au- 
cun  autre  organe  ;  il  semble  y  toucher  et  participer  a  tons 
ces  mouvements  ;  il  en  exprime  les  passions  les  plus  vives 
et  les  emotions  les  plus  tumultueuses,  comme  les  mouve- 
ments les  plus  doux  et  les  sentiments  les  plus  delicats  ;  il 
les  rend  dans  toute  leur  force,  dans  toute  leur  purete,  tels 
qu'ils  viennent  de  naitre;*il  les  transmet  par  des  traits 
rapides  qui  portent  dans  une  autre  ame  le  feu,  Taction, 
I'image  de  celle  dont  ils  partent.  L'oeil  rcQoit  et  rcflechit 
en  meme  temps  la  lumiere  de  la  pensee  et  la  chaleur  du 
sentiment  :  c'est  le  sens  de  I'esprit  et  la  langue  de  Fin- 
telligence.  — Buff  on. 


La  plus  noble  conquete  que  Fhomme  ait*  jamais  faite, 
est  celle  de  ce  fier  et  fougueux  animal,  qui  partage  avec  lui 
les  fatigues  de  la  guerre  et  la  gloire  des  combats  :  aussi  in- 
trepide  que  son  maitre,  le  cheval  voit  le  peril  et  Faffronte ; 
il  se  fait*  au  bruit  des  amies,  il  Faime,  il  le  cherche,  et 
s'anime  de  la  meme  ardeur.  II  partage  aussi  ses  plaisirs  :  a 
la  chasse,  aux  tournois,  a  la  course,  il  brille,  il  etincelle. 
Mais,  docile  autant  que  courageux,  il  ne  se  laisse  point  empor- 
ter  a  son  feu,  il  sait  reprimer  ses  mouvements  :  non-seule- 
ment  il  flechit  sous  la  main  de  celui  qui  le  guide,  mais  il 
semble  consulter  ses  desirs  ;  et,  obeissant  toujours  aux  im- 
pressions qu'il  en  regoit,  il  se  precipite,  se  modere  on  s'arrete, 
et  n'agit  que  pour  y  satisfaire.  C'est  une  creature  qui  re- 
nonce  a  son  etre  pour  n'exister  que  par  la  volonte  d'un  autre, 
qui  salt  meme  la  prevenir ;  qui,  par  la  promptitude  et  la 
precision  de  ses  mouvements,  Fexjirime  et  Fexecute  ;  qui 
sent  autant  qu'on  le  desire,  et  ne  rend  qu'autant  qu'on 
veut ;  qui,  se  livrant  sans  reserve,  ne  se  refuse  a  rien,  sert 
de  toutes  ses  forces,  s'excede,  et  meme  meurt  pour  mieu^ 
obeir. — Buff 071. 


PAET   SECOii^D.  107 


8.     Le  Olxieii. 

Le  chien,  fidele  a  riiomme,  conservera  toujours  une  por- 
tion de  I'empire,  nil  degre  de  superiorite  siir  les  autres 
animaux  ;  il  leur  commande,  il  regno  lui-meme  a  la  tete 
d'un  troupeau  ;  il  s'y  fait  mieux  entendre  que  la  voix  du 
berger  ;  la  surete,  I'ordre  et  la  discipline  sont  le  fruit  de  sa 
vigilance  et  de  son  activite  ;  c'est  un  2:>euple  qui  lui  est 
soumisf  qu'il  conduit,  qu'il  protege,  et  centre  lequel  il 
n'emploie  jamais  la  force  que  pour  y  maintenir  la  Y)aix. 
Mais  c'est  surtout  a  la  guerre,  c'est  contre  les  animaux 
ennemis  ou  independants  qu'eclate  son  courage,  et  que  son 
intelligence  se  dcqiloie  tout  entiere.  Les  talents  naturels 
se  reunissent  ici  aux  qualites  acquises.  Des  que  le  bruit 
des  armes  se  fait  entendre,  des  que  le  son  du  cor  ou  la  voix 
du  cliasseur  a  donne  le  signal  d'une  guerre  lorochaine, 
brulant  d'une  ardeur  nouvelle,  le  cliien  marque  sa  joie  par 
les  plus  vifs  transports  ;  il  annonce  par  ses  mouvements  et 
par  ses  cris,  I'impatience  de  combattre  et  le  desir  de  vaincre  ; 
marchant  en  suite  en  silence,  il  cherche  a  reconnaitre  le 
irdys,  a  decouvrir,  a  surprendre  I'ennemi  dans  son  fort ;  il 
recherche  ses  traces,  il  les  suit  pas  a  pas,  et,  par  des 
accents  diffcrents,  indique  le  tem2:)s,  la  distance,  I'espece 
et  meme  I'age  de  celui  qu'il  poursuit. 

Le  chien,  independamment  de  la  beaute  de  sa  forme,  de 
la  vivacite,  de  la  force,  de  la  legerete,  a  par  excellence 
toutes  les  qualites  interieures  qui  peuvent  lui  attirer  les 
regards  de  Thomme.  Un  naturel  ardent,  colere,  meme 
feroce  et  sanguinaire,  rend  le  chien  sauvage  redoutable  a 
tons  les  animaux,  et  cede,  dans  le  chien  domestique,  aux 
sentiments  les  plus  doux,  au  plaisir  de  s'attacher  et  au 
desir  de  plaire  ;  il  vient  en  rampant  mettre  aux  pieds  de 
son  maitre  son  courage,  sa  force,  ses  talents  ;  il  attend  ses 
ordres  pour  en  faire  usage  ;  il  le  consulte,  il  I'interroge,  il 
le  supplie  :  un  coup  d'oeil  suffit,  il  entend  les  signes  de  sa 
volonte.  Sans  avoir,  comme  I'homme,  la  lumiere  de  la 
pensee,  il  a  toute  la  chaleur  du  sentiment ;  il  a  de  jilus  que 
lui,  la  fidelite,  la  Constance  dans  ses  affections  ;  nulle 
ambition,  nul  iuteret,  nul  desir  de  vengeance^  nulle  crainte 


X08  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

que  celle  de  deplaire  ;  il  est  tout  zele,  tout  ardeur  et  tout 
obeissauce ;  plus  sensible  au  souvenir  des  bienfaits  qu'a 
celui  des  outrages,  il  ne  se  rebute  pas  par  les  mauvais 
traitements  ;  il  les  subit,  les  oublie,  ou  ne  s'en  souvient 
que  pour  s'attacher  davantage  ;  loin  de  s'irriter  ou  de  fuir, 
il  s'expose  de  lui-meme  a  de  nouvelles  epreuves ;  il  leche 
cette  main,  instrument  de  douleur  qui  vient  de  le  frapper  ; 
il  ne  lui  opj^ose  que  la  plainte,  et  la  desarme  enfin  par  la 
patience  et  la  soumission. — Buff  on. 


9.     Le  Chat. 

Le  chat  est  un  domestique  infidele  qu'on  ne  garde  que 
par  necessite,  pour  I'opjioser  a  un  autre  ennemi  domestique 
encore  plus  incommode,  et  qu'on  ne  pent  chasser.  Ces 
animaux  ont  une  malice  innee,  un  caractere  faux,  un 
naturel  pervers,  que  I'age  augmente  encore,  et  que  I'educa- 
tion  ne  fait  que  masquer.  De  voleurs  determines,  ils 
deviennent  seulement,  lorsqu'ils  sont  bien  eleves,  souples 
et  flatteurs  comme  les  fripons  ;  ils  ont  la  meme  adresse,  la 
meme  subtilite,  le  meme  gout  pour  faire  le  mal,  le  meme 
penchant  a  la  petite  rapine  ;  comme  eux,  ils  savent  couvrir 
leur  marche,  dissimuler  leur  dessein,  epier  les  occasions, 
attendre,  choisir,  saisir  I'instant  de  faire  leur  coup,  se 
derober  ensuite  au  chatiment,  fuir  et  demeurer  eloignes 
jusqu'a  ce  qu'on  les  rappellef  Ils  prennent  aisement  des 
habitudes  de  societe,  mais  jamais  de  moeurs.  lis  n'ont 
que  I'apparence  de  I'attachement ;  on  le  voit  a  leurs  mou- 
vements  obliques,  a  leurs  yeux  equivoques  ;  ils  ne  regardent 
jamais  en  face  la  personne  aimee  ;  soit  defiance  oufaussete, 
ils  prennent  des  detours  pour  en  approcher,  pour  chercher 
des  caresses  auxquelles  ils  ne  sont  sensibles  qu'a  cause  du 
plaisir  qu'elles  leur  font. — Biff  on. 


lO.     Le  Boeuf. 


Sans  le  boeuf,  la  terre  demeurerait  en  grande  partie  in- 
culte  ;  car  c'est  sur  lui  que  roulent  tons  les  travaux  de  la 
campagne.    II  est  le  domestique  le  plus  utile  de  U  ferme, 


PART   SECON'D.  109 

et  le  soutien  dii  menage  champetre  ;  il  fait*  la  force  prin- 
cipale  de  I'agriculture.  Autrefois,  il  faisait  toute  la  ri- 
chesse  des  hommes.* 

Le  boeuf  ne  convient  pas  autant  que  le  cheval,  I'ane  ou 
le  cliameau,  pour  porter  des  fardeaux  ;  la  forme  de  son  dos 
et  de  ses  reins  le  demontre  ;  mais  la  grosseur  de  son  cou  et 
la  largeur  de  ses  epaules  indiquent  assez  qu'il  est  propre  a 
tirer  et  a  porter  le  joug.  II  semble  avoir  ete  fait  expres 
pour  la  cbarrue  ;  la  masse  de  son  corps,  la  lenteur  de  ses 
mouvements,  le  peu  de  hauteur  de  ses  jambes,  tout, 
jusqu'a  sa  tranquillite  et  a  sa  patience  dans  le  travail, 
semblent  concourir  a  le  rendre  propre  a  la  culture  des 
champs,  et  plus  cajDable  qu'aucun  autre  a  vaincre  la  resis- 
tance constante  et  toujours  nouvelle  que  la  terre  oppose  a 
ses  efforts. 

Le  produit  de  la  vache  est  un  bien  qui  croit  et  se  renou- 
velle  a  chaque  instant.  La  chair  du  veau  est  une  nourri- 
ture  aussi  abondante  que  saine  et  delicate ;  le  lait  est 
I'aliment  des  enfants  ;  le  beurre,  I'assaisonnement  de  la 
plupart  de  nos  mets  ;  le  fromage,  la  nourriture  la  plus  or- 
dinaire des  habitants  de  la  campagne. — Buffo7i. 


11.    ILi'ArLe. 

L'ane  est  de  son  naturel  aussi  humble,  aussi  patient, 
aussi  tranquille,  que  le  cheval  est  fier,  ardent,  impetueux  : 
il  souffre  avec  Constance,  et  peut-etre  avec  courage,  les 
chatiments  et  les  coups.  II  est  sobre,  et*  sur  la  quantite  et 
sur  la  qualite  de  la  nourriture  ;  il  se  contente  des  herbes 
les  plus  dures  et  les  plus  desagreables.  II  est  fort  delicat 
sur  I'eau  ;  il  ne  veut  boire  que  de  la  plus  claire,  et  aux 
ruisseaux  qui  lui  sont  connus.  II  boit  aussi  sobrement 
qu'il  mange,  et  n'enfonce  point  du  tout  son  nez  dans  I'eau, 
par  la  peur  que  lui  fait,*  dit-on,  Tombre  de  ses  oreilles. 
Comme  on  ne  prend  pas  la  peine  de  I'etriller,  il  se  roule 
souvent  sur  le  gazon,  sur  les  chardons,  sur  la  fougere  ; 
mais  il  ne  se  vautre  pas,  comme  le  cheval,  dans  la  fange  et 
dans  I'eau.     II  craint  memo  de  se  mouiller  les  pieds,  et  se 


110  AITALYTICAL   FREI^CH   READER. 

detourne  pour  eviter  la  boue ;  aussi  a-t-il  la  jambe  plus 
seche  et  plus  nette  que  le  cheval.  II  est  susce2)tible  d'edu- 
cation,  et  Ton  en  a  yu  d'assez  bien  dresses  pour  faire  cu- 
riosite  de  spectacle. 

Dans  la  premiere  jeunesse,  il  est  gai,  et  meme  assez  joli : 
il  a  de  la  legerete  et  de  la  gentillesse  ;  mais  .il  la  perd  bien- 
tot,  soit*  par  I'age,  soit  par  les  mauvais  traitements.  et  il 
devient  lent,  indocile  et  tetu.  II  a  pour  sa  progeniture  le 
plus  fort  attacliement.  II  s'attache  aussi  a  son  maitre, 
quoiqu'il  en  soit  ordinairement  maltraite.  II  le  sent  de 
loin,  et  le  distingue  de  tons  les  autres  liommes.  II  re- 
connait  aussi  les  lieux  et  les  chemins  qu'il  a  coutume  de 
frequenter.  II  a  les  yeux  bons,  I'odorat  admirable,  I'oreille 
excellente.  — Buff  on. 


±2m     I^e  Clianiea/Ti. 

Les  Arabes  regardent  le  chameau  comme  un  present  du 
ciel,  un  animal  sacre,  sans  le  secours  duquel  ils  ne  pour- 
raient  ni  subsister,  ni  commercer,  ni  voyager.  Le  lait 
des  cbameaux  fait*  leur  nourriture  ordinaire ;  ils  en 
mangent  aussi  la  cliair,  surtout  celle  des  jeunes,  qui  est 
tres-bonne  a  leur  gout.  Le  poil  de  ces  animaux,  qui  est 
fin  et  moelleux,  et  qui  se  renouvelle  tons  les  ans  par  une 
mue  complete,  leur  sert*  a  faire  les  etoffes  dont  ils 
s'habillent  et  se  meublent.  Avec  leurs  cbameaux,  non- 
seulement  ils  ne  manquent  de  rien,  mais  meme  ils  ne 
craignent  rien  ;  ils  pen  vent  mettre  en  un  seul  jour  cin- 
quante  lieues  de  desert  entre  eux  et  leurs  ennemis  :  toutes 
les  armees  du  monde  periraient  a  la  suite*  d'une  troupe 
d' Arabes. 

Tant  que  les  cbameaux  trouvent  des  plantes  a  brouter, 
ils  se  passent*  tres-aisement  de  boire.  Au  reste,  cette  faci- 
lite  qu'ils  out  de  s'abstenir  longtemps  de  boire  n'est  pas  de 
pure  habitude.  II  y  a  dans  le  chameau,  independamment 
des  quatre  estomacs  qui  se  trouvent  d'ordinaire  dans  les 
animaux  ruminants,  une  cinquieme  poche  qui  lui  sert*  de 
reservoir  pour  conserver  de  I'eau.  Ce  cinquieme  estomac 
n'appartient  qu'au  chameau ;   il  est  d'uiie  capacite  assez 


PART   SECOITD.  Ill 

vaste  pour  contenir  une  grande  quantite  de  liqueur.  Elle 
y  sejourne  sans  se  corrompre,  et  sans  que  les  autres  ali- 
ments puissent*  s'y  meler ;  et  lorsque  Tanimal  est  presse 
par  la  soif,  et  qu'il  a  besoin  de  delayer  les  nourritures 
seches  et  de  les  macerer  par  la  rumination,  il  fait  remonter 
jusqu'a  I'oesopliage  une  partie  de  cette  eau  par  une  simple 
contraction  des  muscles.  C'est  done  en  vertu  de  cette  con- 
formation tres-singuliere  que  le  chameau  prend  en  une 
seule  fois  une  prodigieuse  quantite  d'eau,  qui  demeure 
saine  et  limpide  dans  ce  reservoir,  parce  que  ni  les 
liqueurs  du  corps,  ni  les  sues  de  la  digestion  ne  peuvent 
s'y  meler. 

Ces  pauvres  animaux  doivent  souffrir  beaucoup,  car  ils 
jettent  des  cris  lamentables,  surtout  lorsqu'on  les  surcharge. 
Cependant,  quoique  continuellement  excedes,*  ils  ont  au- 
tant  de  coeur  que  de  docilite.  Au  premier  signe,  ils  plient 
les  genoux  et  s'accroupissent  jusqu'a  terre  pour  se  laisser 
cliarger  dans  cette  situation  ;  ce*  qui  evite  a  I'liomme  la 
peine  d'elever  les  fardeaux  a  une  grande  hauteur ;  des 
qu'ils  sont  charges,  ils  se  relevent  d'eux-memes. 

En  general,  plus  les  chameaux  sont  gras,  i:)lus*  ils  sont 
capables  de  resistor  a  de  longues  fatigues.  Leurs  bosses  ne 
paraissent  etre  formees  que  de  la  surabondance  de  la  nour- 
riture  ;  car  dans  de  grands  voyages,  oii  Ton  est  oblige  de 
I'epargner,*  et  ou  ils  souffrent  sou  vent  de  la  faim  et  de  la 
soif,  ces  bosses  diminuent  peu  a  pen,  et  se  reduisent  au 
point  que  la  place  et  I'eminence  n'en  sont  plus  marquees 
que  par  la  hauteur  du  poil. 

Le  chameau  vit  ordinairement  quarante  ou  cinquante 
ans. — Buff 071. 


13.     IL«»:^l6pliant. 

L'elephant  est,  apres  I'homme,  I'etre  le  plus  considerable 
de  ce  monde  ;  il  surpasse  tons  les  animaux  terrestres  en 
grandeur,  et  il  approche  de  I'homme  par  I'intelligence, 
autant  au  moins  que  la  matiere  pent  approcher  de  I'esprit. 

Dans  I'etat  sauvage,  l'elephant  n'est  ni  sanguinaire  ni 
feroce  :  il  est  d'un  nature!  doux,  et  jamais  il  ne  fait*  abus 


112  AlS^ALYTICAL   FEEKCH    READER. 

de  ses  armes  on  de  sa  force  ;  il  ne  les  emploie  que  pour  se 
defendre  lui-meme.  II  a  les  moeurs  sociales  ;  on  le  voit 
rarement  errant  en  solitaire.  II  marclie  ordinairement  de 
compagnie  :  le  plus  age  conduit  la  trou2)e  ;  le  second  d'age 
la  fait  aller  en  marchant  le  dernier  ;  les  jeunes  et  les  faibles 
sont  au  milieu  des  autres  ;  les  meres  portent  leurs  petits  et 
les  tiennent  embrasses  de  leur  trompe.*  lis  ne  gardent 
cet  ordre  que  dans  les  marches  j^erilleuses,  lorsqu'ils  vont 
paitre  sur  des  terres  cultivees.  lis  se  promenent  ou 
voyagent  avec  moins  de  precautions  dans  les  forets  et  dans 
les  solitudes.  II  serait  dangereux  de  leur  faire  la  moindre 
injure ;  ils  vont  droit  a  I'offenseur,  et,  quoique  la  masse  de 
leur  corps  soit*  tres-pesante,  leur  pas  est  si  grand,  qu'ils 
atteignent  aisement  I'liomme  le  plus  leger  a  la  course ;  ils 
le  percent  de  leurs  defenses  ou  le  saisissent  avec  la  trompe, 
le  lancent  comme  une  pierre,  et  achevent  de  le  tuer  en  le 
foulant  aux  pieds.  Mais  ce  n'est  que  lorsqu'ils  sont  provo- 
ques  qu'ils  font*  ainsi  main  basse  sur  les  liommes  :  ils  ne 
font  aucun  mal  a  ceux  qui  ne  les  cherchent  pas.  On  pre- 
tend que,  lorsqu'ils  out  une  fois  ete  attaques  par  les 
liommes,  ou  qu'ils  sont  tombes  dans  quelque  embuche,  ils 
ne  I'oublient  jamais,  et  qu'ils  cherchent  a  se  venger  en 
toute  occasion.  Ces  animaux  aiment  le  bord  des  fleuves, 
les  profondes  vallees,  les  lieux  ombrages  et  les  terrains 
humides ;  ils  ne  peuvent  se  passer  d'eau  et  la  troublent 
avant*  que  de  la  boire ;  ils  en  remplissent  souvent  leur 
trompe,  soit  pour  la  porter  a  la  bouclie,  ou*  seulement  pour 
se  rafraichir  le  nez  et  s'amuser  en  la  repandant  a  flots  ou 
en  I'aspergeant  a  la  ronde.  Ils  ne  peuvent  supporter  le 
froid,  et  souffrent  aussi  de  I'exces  de  la  chaleur ;  car,  pour 
eviter  la  trop  grande  ardeur  du  soleil,  ils  s'enfoncent  autant 
qu'ils  peuvent  dans  la  profondeur  des  forets  les  plus 
sombres  ;  ils  se  mettent  aussi  assez  souvent  dans  I'eau  ;  le 
volume  enorme  de  leur  corjDS  leur  nuit  moins  qu'il  ne  leur 
aide  a  nager. 

L'elephant  une  fois  dompte  devient  le  plus  doux,  le  plus 
obeissant  de  tons  les  animaux ;  il  s'attache  a  celui  qui  le 
soigne  ;  il  le  caresse,  le  previent,  et  semble  deviner  tout  ce 
qui  peut  lui  plaire.     En  peu  de  temps  il  vient  a  comprendre 


PART   SECOi^'D.  113 

les  signes  et  meme  a  entendre  I'expression  des  sons ;  il 
distingue  le  ton  imperatif,  celui  de  la  colere  on  de  la  satis- 
faction, et  il  agit  en  consequence.  II  ne  se  trompe  point  a 
la  parole  de  son  maitre  ;  il  re9oit  ses  ordres  avec  attention, 
les  execute  avec  prudence,  avec  empressement,  sans  preci- 
pitation. On  lui  apprend*  aisement  a  flechir  les  genoux 
pour  donner  plus  de  facilite  a  ceux  qui  veulent  le  monter  ; 
il  caresse  ses  amis  avec  sa  trompe,  et  salue  les  gens  qu'on 
lui  fait  remarquer  ;  il  s'en  sert*  pour  enlever  des  fardeaux 
et  aide  lui-meme  a  se  charger.  II  se  laisse  vetir,  et  semble 
prendre  plaisir  a  se  voir  convert  de  harnais  dores  et  de 
housses  brillantes.  On  I'attelle,  on  Tattache  par  des  traits 
a  des  chariots,  des  charrues,  des  navires,  des  cabestans.  II 
tire  egalenient,  continiiment,  et  sans  se  rebuter,  pourvu 
qu'on  ne  Tin  suite  pas  par  des  coups  donnes  mal-a-propos. 
Son  attachement  pour  son  conducteur  devient  quelquefois 
si  fort,  si  durable,  et  son  affection  si  profonde,  qu'il  refuse 
ordinairement  de  servir  sous  tout  autre,  et  qu'on  I'a  vu 
quelquefois  mourir  de  regret  d'avoir,  dans  un  acces  de 
colere,  tue  son  gouverneur. 

On  pretend  qu'il  vit  deux  siecles.  L'espece  se  soutient, 
et  se  trouve  generalement  repandue  dans  tons  les  pays  me- 
ridionaux  de  I'Afrique  et  de  I'Asie.  lis  sont  fideles  a  leur 
patrie  et  constants  pour  leur  cliniat. — Buffon. 


14.     I^'Oiseaii-lMoiiclie. 

De  tons  les  etres  animes,  voici  le  plus  elegant  pour  la 
forme  et  le  plus  brillant  pour  les  couleurs.  La  nature  I'a 
comble  de  tons  ses  dons  :  legerete,  rapidite,  prestesse, 
grace  et  riche  parure,  tout  appartient  a  ce  petit  favori. 
L'emeraude,  le  rubis,  la  topaze  brillent  sur  ses  habits  ;  il 
ne  les  souille  jamais  de  la  poussiere  de  la  terre,  et,  dans  sa 
vie  tout  aerienne,  on  le  voit  a  peine  toucher  le  gazon  par 
instants  :  il  est  toujours  en  I'air,  volant  de  fleurs  en  fleurs  ; 
il  a  leur  fraicheur  comme  il  a  leur  eclat ;  il  vit  de  leur 
nectar,  et  n'habite  que  les  climats  oii  sans  cesse  elles  se  re- 
nouvellent. 


114  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

C'est  dans  les  contrees  les  plus  chaudes  du  NouTcau- 
Monde  que  se  trouvent  toutes  les  especes*  d'oiseaux- 
mouches.  Elles  sont  assez  nombreuses  et  paraissent  con- 
finees  entre  les  deux  tropiques. 

Les  Indiens,  frappes  de  Teclat  du  feu  que  rendent  les 
couleurs  de  ces  brillants  oiseaux,  leur  avaient  donne  le 
nom  de  ravons,  ou  clieveux  du  soleil.  Les  petites  especes 
de  ces  oiseaux  sont  au-dessous  du  taon  pour  la  grandeur,  et 
du  bourdon  jiour  la  grosseur.  Le  bee  est  une  aiguille  fine, 
et  leur  langue  un  fil  delie  ;  leurs  petits  yeux  noirs  ne  pa- 
raissent que  deux  i)oints  brillants  ;  les  plumes  de  leurs  ailes 
sont  si  delicates,  qu'elles  en  paraissent  transparentes.  A 
peine  apergoit-on  leurs  pieds,  tant  ils  sont  courts  et  menus  ; 
ils  en  font  pen  d'usage  ;  ils  ne  se  posent  que  pour  passer  la 
nuit,  et  se  laissent,  pendant  le  jour,  emporter  dans  les  airs  ; 
leur  vol  est  continu,  bourdonnant  et  raj)ide. 

Eien  n'egale  la  vivacite  de  ces  petits  oiseaux,  si  ce  n'est 
leur  courage,  ou  plutot  leur  audace  :  on  les  voit  jjoursuivre 
avec  furie  des  oiseaux  vingt  fois  plus  gros  qu'eux.  L'im- 
patience  parait  etre  leur  ame  :  s'ils  s'approclient  d'une 
fleur  et  qu'ils  la  trouvent  fanee,  ils  lui  arrachent  les  petales 
avec  une  precipitation  qui  marque  leur  dei:)it.  Ils  n'ont 
point  d'autre  voix  qu'un  petit  cri,  screp,  screp,  frequent  et 
r  epet  e.  — Buff  on. 


15.     I^e  !N"ld  de  jytesange. 

Ce  matin,  en  faisant  une  promenade  sur  les  bords  de 
I'etang,  j'ai  joui  d'un  spectacle  qui  m'a  confondue*  d'admi- 
ration,  et  que  je  vais  tacher  de  raconter :  Je  m'etais 
appuyee*  centre  un  saule  pour  me  reposer  un  instant,  lors- 
que  tout  a  coup  un  charmant  petit  oiseau  sembla  jaillir  de 
I'ecorce  meme  de  I'arbre  ;  je  voulus  me  rendre  compte  de 
ce  plienomene,  et  voici  ce  que  je  vis  en  y  regardant  de  tres- 
pres.*  A  environ  quatre  pieds  de  terre,  j'aperQus  colle* 
centre  le  tronc  du  saule  une  sorte  de  gros  cocon  a  base 
elargie,  et  affectant  la  forme  d'une  petite  bouteille  ou  plu- 
tot d'une  pomme  de  pin.  Les  parois  exterieures  de  ce 
cocon  etaient  entierement  garnies  d'un  lichen  argente  et 


PAKT   SECOlfD.  11§ 

moussu,  recueilli  snr  I'arbre  meme  et  ajuste  avec  un  art  si 
merveilleux,  qn'on  aurait  pn  passer  vingt  fois  devant 
I'arbre  sans  croire  a  autre  chose  qu'a  une  rugosite  de 
I'ecorce.  Je  m'approchai  avec  precaution,  et  par  une  petite 
ouverture  menagee  dans  I'edifice,  a  environ  un  pouce  du 
sommet,  j'aper^us  vingt  petites  tetes  et  vingt  petits  corps 
ranges  avec  la  plus  parfaite  symetrie  dans  ce  petit  reduit 
qui  n'etait  guere  plus  grand  que  le  creux  de  ma  main. 
C'etait  un  nid  de  mesange  que  j'avais  sous  les  yeux,  un 
nid  de  cette  mesange  si  jolie,  si  gracieuse,  qui  est,  je  crois, 
la  plus  petite  de  son  espece,  et  qui  certainement  n'est  pas 
plus  grosse  qu'un  roitelet.  .  .  Je  m'empressai  de  m'e- 
loigner,  et,  m'arretant  a  quelque  distance,  j'eus  I'indicible 
bonheur  de  voir  la  mere  regagner  courageusement  son  nid 
et  distribuer  a  sa  jeune  famille  deux  belles  chenilles  vertes. 
— Madame  de  Tracy. 


16.     I^a  Hose  et  le  JPapiHon. 

La  puissance  animale  est  d'un  ordrc  bien  superieur  d  la 
vegetale.  Le  papillon  est  plus  beau  et  mieux  organise  que 
la  rose.  Voyez  la  reine  des  fleurs,  formee  de  ^wrtions 
spheriques,  teinte*  de  la  plus  riche  des  couleurs,  contrastee* 
par  un  feuillagc  du  j^lus  beau  vert,  et  balancee  par  le 
zephyr  ;  le  papillon  la  sur2:)asse  en  harmonic  de  couleurs, 
de  formes  et  de  mouvements  :  considerez  avec  quel  art  sont 
composees*  les  quatre  ailes  dont  il  vole,  la  regularite  des 
ecailles  qui  les  recouvrent  comme  des  plumes,  la  variete  de 
leurs  teintes  brillantes,  les  six  pattes  armees  de  griffes  avec 
lesquelles  il  resiste  aux  vents  dans  son  repos,  la  trompe 
roulee  dont*  il  pompe  sa  nourriture  au  sein  des  fleurs,  les 
antennes,  organes  exquis  du  toucher,  qui  couronnent  sa 
tete,  et  le  reseau  admirable  d'yeux  dont  elle  est  entouree 
au  nombre  de  plus*  de  douze  mille.  Mais  ce  qui  le  rend 
bien  superieur  a  la  rose,  c'est  qu'il  a,  outre  la  beaute  des 
formes,  les  facultes  de  voir,  d'ouir,  d'odorer,  de  savourer, 
de  sentir,  de  se  mouvoir,  de  vouloir,  enfin  une  c4me  douee 
de  passions  et  d'intelligence.  C'est  pour  le  nourrir  que  la 
rose   entr'ouvre  les  glandes   nectarees  de  son  sein ;   c'est 


116  AKALYTICAL   FREN^CH   READER. 

pour  en  proteger  les  oeufs,  colles  comme  un  bracelet  autour 
de  ses  branches,  qu'elle  est  entouree  d'epines.  La  rose  ne 
voit  ni  n'entend  I'enfant  qui  accourt  pour  la  cueillir  ;  mais 
le  papillon,  pose  sur  elle,  echappe  a  la  main  prete  a  le 
saisir,  s'eleve  dans  les  airs,  s'abaisse,  s'eloigne,  se  rap- 
proclie,  et,  apres  s'etre  joue  du  chasseur,  il  prend  sa  volee, 
et  va  chercher  sur  d'autres  fleurs  une  retraite  plus  tran- 
quille. — Bernardm  de  Saint-Pierre. 


XT'.     IL<e  I^^zard.  Oris. 

Le  lezard  gris  parait  etre  le  plus  doux,  le  plus  innocent, 
et  I'un  des  plus  utiles  des  lezards.  Ce  joli  petit  animal 
n'a  pas  re9u  de  la  nature  un  vetement  aussi  eclatant  que 
plusieurs  autres  quadrupedes  ovipares  ;  mais  elle  lui  a 
donne  une  parure  elegante  ;  sa  petite  taille  est  svelte,  son 
mouvement  agile,  sa  course  si  prompte,  qu'il  echappe  a 
I'oeil  aussi  raj)idement  que  I'oiseau  qui  vole.  II  aime  a  re- 
cevoir  la  chaleur  du  soleil  :  ayant  besoin  d'une  temperature 
douce,  il  cherche  les  abris  ;  et,  lorsque,  dans  un  beau  jour 
de  printemps,  une  lumiere  pure  eclaire  vivement  un  gazon 
en  pente,  ou  une  muraille  qui  augmente  la  chaleur  en  la 
reflechissant,  on  le  voit  s'etendre  sur  ce  mur,  ou  sur 
I'herbe  nouvelle,  avec  une  espece  de  volupte.  II  se  penetre 
avec  delices  de  cette  chaleur  bienfaisante  ;  il  marque  son 
jDlaisir  par  de  molles  ondulations  de  sa  queue  deliee  ;  il 
fait  briller  ses  yeux  vifs  et  animes  ;  il  se  jDrecijoite  comme 
un  trait  pour  saisir  une  petite  proie,  ou  pour  trouver  un 
abri  plus  commode.  Bien  loin  de  s'enfoiiir  a  I'approche 
de  I'homme,  il  parait  le  regarder  avec  complaisance  ;  mais 
au  moindre  bruit  qui  Teffraye,  a  la  chute  seule*  d'une 
feuille,  il  se  roule,  tombe,  et  demeure  pendant  quelques 
instants  comme  etourdi  par  sa  chute  ;  ou  bien  il  s'elance, 
disparait,  se  trouble,  revient,  se  cache  de  nouvean,  reparait 
encore,  et  decrit  en  un  instant  plusieurs  circuits  tortueux 
que  I'ceil  a  de  la  peine  a  suivre,  se  replie  plusieurs  fois  sur 
lui-meme,  et  se  retire  enfin  dans  quelque  asile,  jusqu'a  ce 
que  sa  crainte  soit*  dissipee.— Xace/jetZe. 


PART  SECOKD.  117 


18.     I^e  Serpent. 

Tout  est  mysterieux,  cache,  etonnant  dans  cet  incom- 
prehensible reptile.  Ses  mouvements  different  de  ceux  de 
tons  les  autres  animanx  ;  on  ne  saurait  dire  ou  git*  le 
principe  de  son  deplacement ;  car  il  n'a  ni  nageoires,  ni 
pieds,  ni  ailes,  et  cependant  il  fuit  comme  une  ombre,  il 
s'evanouit  magiquement,  il  reparait  et  disparait  encore, 
semblable  a  une  petite  fumee  d'azur,  et  aux  eclairs  d'un 
glaive  dans  les  tenebres.  Tantot  il  se  forme  en  cercle,  et 
darde  nne  langue  de  feu  ;  tantot,  debout  sur  I'extremite  de 
sa  queue,  il  marche  dans  une  attitude  per23endiculaire, 
comme  par  enchantement.  II  se  jette  en  orbe,  monte  et 
s'abaisse  en  spirale,  roule  ses  anneaux  comme  une  onde, 
circule  sur  les  branches  des  arbres,  glisse  sous  I'herbe  des 
prairies,  ou  sur  la  surface  des  eaux.  Ses  couleurs  sont  aussi 
pen  determinees  que  sa  marche  ;  elles  changent  aux  divers 
aspects  de  la  lumiere,  et,  comme  ses  mouvements,  elles  ont 
le  faux  brillant  et  les  varietes  trompeuses  de  la  seduction. 

Plus  etonnant  encore  dans  le  reste  de  ses  moeurs,  il  sait, 
ainsi  qu'un  homme  souille  de  meurtre,  jeter  a  I'ecart  sa 
robe  tacliee  de  sang,*  dans  la  crainte  d'etre  reconnu.  .  .  II 
sommeille  des  mois  entiers,  frequente  des  tombeaux,  habite 
des  lieux  inconnus,  compose  des  poisons  qui  glacent,  brulent, 
ou  tachent  le  corps  de  sa  victime  des  couleurs  dont  il  est 
lui-meme  marque.  La,  il  leve  deux  tctes  menagantes  ;  ici, 
il  fait  entendre  une  sonnette  ;  il  siffle  comme  un  aigle  de 
montagne  ;  il  mugit  comme  un  taureau.  II  s'associe  natu- 
rellement  aux  idees  morales  ou  religieuses,  comme  par  une 
suite*  de  I'influence  qu'il  eut  sur  nos  destinees  :  objet 
d'horreur  ou  d'adoration,  les  hommes  ont  pour  lui  une 
haine  implacable,  ou  tombent  devant  son  genie  ;  le  men- 
songe  Tappelle,  la  prudence  le  reclame,  I'envie  le  porte 
dans  son  ca3ur,  et  I'eloquence  a  son  caducee.  Aux  enfers, 
il  arme  le  fouet  des  furies  ;  an  ciel,  I'eternite  en  fait  son 
symbole.  II  possede  encore  I'art  de  seduire  I'innocence  ; 
ses  regards  enchantent  les  oiseaux  dans  les  airs  ;  et  sous  la 
fougere  de  la  creche,  la  brebis  lui  abandonne  son  lait. — 
Cliateaubriand. 


118  ANALYTICAL   FREN'CH    READEB. 


1.9.     XiCs  Oiseaux  et  les  I*oissoiis. 

Jusque  dans  les  derniers  details.  I'economie  tout  entiere 
des  poissons  contraste  avec  celle  des  oiseaux.  L'etre  aerien 
decouvre  nettement  un  horizon  immense  ;  son  ouie  sub- 
tile apprecie  tous  les  sons,  toutes  les  intonations  ;  sa  voix 
les  reproduit :  si  son  bee  est  dur,  si  son  corps  a  dii  etre 
enveloppe  d'un  duvet  qui  le  preservat*  du  froid  des  hautes 
regions  qu'il  visite,  il  retrouve  dans  ses  pattes  toute  la  per- 
fection du  toucher  le  plus  dehcat.  II  jouit  de  toutes  les 
douceurs  de  I'amour  conjugal  et  paternel ;  il  en  remplit  les 
devoirs  avec  courage  :  les  epoux  se  defendent  et  defendent 
leur  progeniture.  .  .  Dans  I'esclavage  meme,  I'oiseau  s'at- 
tache  a  son  maitre  ;  il  se  soumet  a  lui  et  execute  sous  ses 
ordres  les  actes  les  plus  adroits,  les  plus  delicats  :  il  chasse 
pour  lui  comme  lo  chien  ;  il  revient  a  sa  voix  du  plus  haut 
des  airs  ;  il  imite  jusqu'a  son  langage. 

L'habitant  des  eaux,  au  contraire,  ne  s'attache  point ;  il 
n'a  point  de  langage,  point  d'aflection  ;  il  ne  sait  ce  que 
c'est  que  d'etre  epoux  et  pere,  ni  que  de  se  preparer  un 
abri  :  dans  le  danger,  il  se  cache  sous  les  rochers  de  la  mer, 
ou  se  precipite  dans  la  profondeur  des  eaux ;  sa  vie  est 
silencieuse  ou  monotone  ;  sa  voracite  seule  I'occupe.  .  .  Et 
cependant  ces  etres  a  qui  il  a  ete  menage*  si  pen  de  jouis- 
sances,  ont  ete  ornes  par  la  nature  de  tous  les  genres  de 
beaute  :  variete  dans  les  formes,  elegance  dans  les  propor- 
tions, diversite  et  vivacite  de  couleurs,  rien  ne  leur  manque 
pour  attirer  I'attention  de  I'homme,  et  il  semble  que  ce 
soit*  cette  attention  qu'en  effet  la  nature  ait*  eu  le  dessein 
d'exciter  :  I'eclat  de  tous  les  metaux,  de  toutes  les  pierres 
precieuses  dont  ils  resplendissent,  les  couleurs  de  I'iris  qui 
se  brisent,  se  refletent  en  bandes,  en  taches,  en  lignes  on- 
duleuses,  anguleuses,  et  toujours  regulieres,  toujours  syme- 
triques,  de  nuances  admirablement  assorties  ou  contrastees  ; 
pour  qui  auraient-ils  re9u  tous  ces  dons,  eux  qui  ne  peuvent 
au  plus  que  s'entrevoir  dans  ces  profondeurs  ou  la  lumiero 
a  peine  a  penetrer  ;  et,  quand  ils  se  verraient,  quel  genre 
de  plaisir  pourraient  reveiller  en  eux  do  pareils  rai^ports. 
— Cinner. 


PART   SECOITD.  119 


30.     ILtSt  IVTacliine  h  "Vapeur. 

Eien  n'egale  les  merveilles  de  la  machine  a  vapeur.  De- 
puis  que  la  tlieorie  approfondie  et  mathematique  de  Faction 
de  la  chaleur  en  a  fait,  dans  les  mains  de  M.  Watt,  le 
moteur  a  la  fois  le^^lus  puissant  et  le  plus  mesure,  il  n^est 
rien  dont  elle  ne  soit*  capable  ;  on  dirait  de  la  geometric 
et  de  la  mecanique  vivifiees.  Elle  file,  elle  tisse,  et  plus 
egalement  qu'aucun  ouvrier,  car  elle  n'a  ni  distraction  ni 
fatigue.  En  trois  coups  elle  fait  des  souliers  ;  un  premier 
cylindre,  garni  d'un  emporte-piece  decoupe  la  semelle  et 
I'empeigne  ;  un  second  y  fait  les  troiis  dans  lesquels  un 
troisieme  enfonce  les  petits  clous  prepares  qu'il  rive  aussi- 
tot,  et  le  Soulier  est  fait.  Elle  tire  de  la  cuve  des  feuilles 
de  papier  que  Ton  prolongerait  de  j^lusieurs  lieues  s'il  etait 
necessaire.  Elle  imprime.  Quelle  admiration  n'eprouve- 
rait  pas  Guttemberg,  cet  heureux  inventeur  des  caracteres 
mobiles,  s'il  Yoyait  sortir  par  milliers,  dans  une  nuit, 
d'entre  deux  cylindres,  sans  interruption,  presque  sans  in- 
terventicm  de  la  main,  ces  longues  pages  de  journaux  qui 
courent  ensuite  j usque  dans  le  centre  des  forets  de  I'Ame- 
rique,  porter  les  le9ons  de  I'expt^ence  morale  et  la  lumiere 
des  arts  !  Une  machine  a  vapeur  sur  une  voiture*  dont  les 
roues  s'engrenent  dans  un  chemin  prepare,  traine  une  file 
d'autres  voitures  :  on  les  charge  ;  on  allume,*  et  elles  vont 
seules  et  en  toute  hate  se  faire  decharger  a  I'autre  bout  de 
la  route.  Le  voyageur  qui  les  voit  ainsi  de  loin  traverser 
la  campagne,  en  croit  a  peine  ses  yeux.  Mais  qu'y  a-t-il  de 
plus  surprenant  que  ce  dont  nous  venous  tons  d'etre  te- 
moins  ?  Un  vaisseau  a  franchi  la  mer  sans  voile,  sans 
rames,  sans  matelots.  Un  homme  pour  entretenir  le  foyer, 
un  autre  pour  dirigerle  gouvernail,  c'est  tout  son  equipage. 
II  est  pousse  par  une  force '  interieure,  comme  un  etre 
anime,  comme  un  oiseau  de  mer  voguant  sur  les  flots  : 
c'est  I'expression  du  capitaine.  Chacun  voit  combien  cette 
invention  simplifiera  la  navigation  de  nos  fleuves,  et  tout 
ce  que  I'agriculture  gagnera  d'hommes*  et  de  chevaux,  qui 
reflueront  vers  les  champs  ;  mais  ce  qu'il  est  permis  aussi 
d'apercevoir  dans  I'eloignement,  et  qui  sera  peut-etre  en- 


120  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

core  plus  important,  c'est  le  changement  qui  en  resultera 
dans  la  guerre  maritime  et  dans  le  pouvoir  des  nations.  II 
est  extremement  probable  que  nous  aurons  encore  la  une 
de  ces  experiences  que  Ton  pent  placer  dans  la  liste  de 
celles  qui  ont  change  la  face  du  monde. — Cuvier. 


31.     Ij©  Oenie  <ie  I'Hoinnae. 

Que  I'homme  est  grand  !*  et  que  I'auteur  de  son  etre  Fa 
eleve  par  son  intelligence  au-dessus  de  tons  les  ouvrages 
sortis  de  ses  mains  !  II  dompte  toutes  les  puissances  de  la 
nature,  il  les  maitrise,  il  les  reunit  ou  les  separe  selon  ses 
besoins  et  quelquefois  selon  ses  caprices. 

Eoi  de  la  terre,  il  la  couvre  a  son  gre  de  villes,  de 
villages,  de  monuments,  d'arbres  et  de  moissons  ;  il  force 
tons  les  animaux  de  la  cultiver  pour  lui,  de  reconnaitre 
son  em2:)ire,  de  le  servir,  de  I'amuser  ou  de  disparaitre. 

Roi  de  la  mer,  il  se  balance  en  riant  sur  ses  abimes  ;  il 
pose  des  digues  a  sa  furie  ;  il  pille  ses  tresors  et  il  com- 
mande  a  ses  vagues  ecumantes  de  transporter  au  loin  les 
produits  de  son  Industrie,  ou  de  servir  de  route  a  ses  decou- 
vertes. 

Roi  des  elements,  le  feu,  I'air,  la  lumiere,  I'eau,  esclaves 
dociles  de  sa  volonte  souveraine,  se  laissent  emprisonner 
dans  ses  ateliers  et  ses  manufactures,  et  meme  atteler  il  ses 
cluirs  qu'ils  entrainent,  coursiers  invisibles,  aussi  vite  que 
la  pensee. 

Que  de  grandeur  et  de  puissance  dans  un  etre  fragile  qui 
ne  vit  qu'un  jour,  et  qui  ne  semble  qu'un  atome  imper- 
ceptible au  milieu  de  cet  univers  qu'il  gouverne  avec  tant 
d'empire  ! 

Mais  cette  creature  si  petite  et  si  faible  a  re9u  une  ame 
intelligente  et  raisonnable  ;  elle  est  animee  dim  souffle 
divin,  et  seule,  entre  toutes  les  autres,  elle  jouit  de  I'eton- 
nant  avantage  de  puiser  la  lumiere  au  foyer  de  la  lumiere, 
et  de  briller  de  I'eclat  de  I'esprit  au  milieu  des  mondes  qui 
ne  brillent  que  des  pales  reflets  de  la  matiere. 

L'empire  du  monde  lui  a  ete  domie,  parce  que  son  ame, 
plus  grande  que  le  monde,  le  mesure,  I'admire,  I'explique 


PART   SECOND.  121 

et  le  comprend.  La  nature  lui  a  ete  soumise  parce  qu'il 
salt  penetrer  le  merveilleux  mecanisme  de  ses  lois,  decou- 
vrir  ses  plus  impenetrables  secrets,  et  lui  arracher  tous  les 
tresors  qu'elle  renferme  dans  son  sein. 

Place  a  cette  hauteur,  Thomme  devait  y  rencontrer  une 
tentation  perilleuse  ;  la  tete  pouvait  lui  tourner*  dans 
I'eblouissement  de  sa  gloire  ;  il  pouvait  oublier  le  bienfai- 
teur  adorable  qui  I'avait  fait  si  grand,  et  s'admirer,  s'adorer 
lui-nieme  comme  le  principe  et  la  source  premiere  de  sa 
toute-puissance.  Mais  la  bonte  divine  s'est  hatee  de  le  se- 
courir  dans  ce  danger,  en  gravant  dans  son  ame  une  loi  de 
dependance  et  d'inflrmite  originelle*  dont  il  est  impossible 
a  I'orgueil  lui-meme  d'effacer  jamais  la  celeste  empreinte. 

Ainsi,  la  nature  a  re9u  I'ordre  de  ne  lui  livrer  ses  secrets 
et  ses  tresors  que  d'une  main  avare,  Fun  apres  I'autre,  a  la 
suite  de  penibles  travaux  et  de  profondes  meditations,  pour 
lui  faire  sentir  a  cliaque  instant  que,  si  elle  etait  obligee  de 
se  preter  a  ses  desirs,  elle  cedait  moins  a  sa  volonte  qu'a 
ses  fatigues,  signe  certain  de  sa  dependance. 

Ainsi,  point  de  progres,  point  de  conquetes  de  I'homme 
qui  ne  soient*  en  meme  temps  une  preuve  sensible  de  sa 
puissance  et  de  sa  faiblesse,  et  qui  ne  portent  le  cachet  in- 
delebile  de  sa  force  et  de  son  infirmite. — Fayet. 


33.     Le  I*x'^sent:  et  I'A-venir. 

Les  hommes  passent  comme  les  fleurs  qui  s'epanouissent 
le  matin,  et  qui  le  soir  sont  fletries  et  foulees  aux  pieds. 
Les  generations  des  hommes  s'ecoulent  comme  les  ondes 
d'un  fleuve  rapide ;  rien  ne  pent  arreter  le  temps  qui 
entraine  apres  lui  tout  ce  qui  parait  le  plus  immobile*  Toi- 
meme,  6  mon  fils,  mon  cher  fils,  toi-meme  qui  jouis  main- 
tenant  d'une  jeunesse  si  vive  et  si  feconde  en  plaisir,  sou- 
viens-toi  que  ce  bel  age  n'est  qu'une  fleur  qui  sera  presque 
aussitot  sechee  qu'eclose  :  tu  te  verras  changer  insensible- 
ment  ;  les  graces  riantes,  les  doux  plaisirs  qui  t'accom- 
pagnent,  la  force,  la  sante,  la  joie  s'evanouiront  comme  un 
beau  songe  ;  il  ne  t'en  restera  qu'un  triste  souvenir  ;  la 


122  AN"ALTT1CAL   FRE:N'CH    READER. 

vieillesse  languissante  et  ennemie  des  plaisirs  viendra  rider 
ton  visage,  courber  ton  corps,  affaiblir  tes  membres,  faire 
tarir  dans  ton  coeur  la  source  de  la  joie,  te  degonter  du 
present,  te  faire  craindre  Tavenir,  te  rendre  insensible  a 
tout,  excepte  a  la  douleur.  Ce  temps  te  parait  eloigne. 
Helas  !  tu  te  trompes,  mon  Ills  ;  il  se  hate,  le  voila  qui 
arrive  :  ce  qui  vient  avec  tant  de  rapidite  n'est  pas  loin  de 
toi  ;  et  le  present  qui  s'enfuit  est  deja  bien  loin,  puisqu'il 
s'aneantit  dans  le  moment  que  nous  parlous,  et  ne  pent 
plus  se  rapproclier.  Ne  compte  done  jamais,  mon  fils, 
sur  le  present ;  mais  soutiens-toi  dans  le  sentier  rude  et 
apre  de  la  vertu,  par  la  vue  de  I'avenir.  Prepare-toi,  par 
des  moeurs  pures  et  par  I'amour  de  la  justice,  une  place 
dans  I'heureux  sejour  de  la  paix. — Fmelon. 


33.     Rapidity  <ie  la  Vie. 

La  vie  humaine  est  semblable  a  un  chemin,  dont  Tissue  est 
un  precipice  affreux  :  on  nous  en  avertit  des  les  premiers  pas, 
mais  la  loi  est  prononcee,  il  faut  avancer  toujours.  Je  vou- 
drais  retourner  sur  mes  pas :  mar  die  I  mar  die!  Un  poids  in- 
vincible, une  force  invincible  nous  entraine;  il  faut  sans  cesse 
avancer  vers  le  precipice.  Mille  traverses,  mille  peines  nous 
fatiguent  et  nous  inquietent  dans  la  route;  encore  si  je  pou- 
vais  eviter  ce  precipice  afL'reux.  Non,  non,  il  faut  marcher, 
il  faut  courir,  telle  est  la  rapidite  des  annees.  On  se  console 
pourtant,  parce  que  de  temps  en  temps  on  rencontre  des 
objets  qui  nous  divertissent  :  des  eaux  courantes.  des  fleurs 
qui  passent.  On  voudrait  arreter  :  mardiel  mardiel  Et 
cependant  on  voit  tomber  derriere  soi  tout  ce  qu'on  avait 
passe  ;  fracas  effroyable,  inevitable  mine  !  On  se  console 
parce  qu'on  emporte  quelques  fleurs  cueillies  en  jiassant, 
qu'on  voit  se  faner  entre  ses  mains  du  matin  au  soir,  quel- 
ques fruits  qu'on  perd  en  les  goutant.  Enchantement  ! 
toujours  entraine,  tu  approches  du  gouffre.  Deja  tout 
commence  a  s'effacer  :  les  jardins  moins  fleuris,*  les  fleurs 
moins  brillantes,  leurs  couleurs  moins  vives,  les  prairies 
moins  riantes,  les  eaux  moins  claires ;  tout  se  ternit,  tout 


PART   SECOIn'D.  123 

s'eHcice  :  Tombre  de  la  mort  se  presente  ;  on  commence  a 
sentir  rapj)roche  du  gouffre  fatal.  Mais  il  faut  aller  sur 
le  bord,  encore  un  pas.  Deja  I'horreur  trouble  les  sens,  la 
tete  tourne,  les  yeux  s'egarent ;  il  faut  marcher.  On  vou- 
drait  retourner  en  arriere,  plus  de  moyen  !  tout  est  tombe  ! 
tout  est  evanoui !  tout  est  echappe  ! — Bossuet. 


34r.    L'Oxi'bli  et  l»Al>ancloii  des  I*aiivres. 

Combien  de  pauvres  sont  oublies  !  Combien  demeurent 
sans  secours  et  sans  assistance  !  Oubli  d'autant  plus  de- 
plorable, que,  de  la  part  des  riches,  il  est  volontaire,  et  par 
consequent  criminel.  Je  m'explique  :  combien  de  mal- 
heureux  reduits  aux  dernieres  rigueurs  de  la  jiauvrete  et 
que  Ton  ne  soulage  pas,  joarce  qu'on  ne  les  connait  pas, 
et  qu'on  ne  veut  pas  les  connaitre  !  Si  Ton  savait  I'extre- 
mite  de  leurs  besoins,  on  aurait  joour  eux,  malgresoi,  sinon 
de  la  charite,  au  moins  de  Thumanite.  A  la  vue  de  leur 
misere,  on  rougirait  de  ses  exces,  on  aurait  honte  de  ses 
delicatesses,  on  se  reprocherait  ses  folles  dej)enses,  et  Ton 
s'en  ferait*  avec  raison  des  crimes.  Mais  parce  qu'on 
ignore  ce  qu'ils  souffrent,  parce  qu'on  ne  veut  pas  s'en  ins- 
truire,  parce  qu'on  craint  d'en  entendre  parler,  parce 
qu'on  les  eloigne  de  sa  presence,  on  croit  en  etre  quitte  en 
les  oubliant ;  et,  qiielque  extremes  que  soient*  leurs  maux, 
on  y  devient  insensible. 

Combien  de  yeritables  pauvres,  que  Ton  rebute  comme 
s'ils  ne  I'etaient  pas,  sans  qu'on  se  donne*  et  qu'on  veuille* 
se  donner  la  peine  de  discerner  s'ils  le  sont  en  effet ! 
Combien  de  pauvres  dont  les  gemissements  sont  trop  faibles 
pour  venir  jusqu'a  nous,  et  dont  on  ne  veut  pas  s'approcher 
pour  se  mettre  en  devoir  de  les  ecouter  !  Combien  de  pau- 
vres* abandonnes  !  Combien  de  desoles  dans  les  prisons  ! 
Combien  de  languissants  dans  les  hopitaux  !  Combien  de 
honteux  dans  les  families  particulieres  !  Parmi  ceux  qu'on 
connait  pour  pauvres,  et  dont  on  ne  pent  ni  ignorer  ni 
meme  oublier  le  douleureux  etat,  combien  sont  negliges  ! 
Combien  sont  durement  traites,  combien  manquent  de  tout, 


124  ANALYTICAL   FREITCH   READER. 

pendant  que  le  riche  est  dans  I'abondance,  dans  le  luxe, 
dans  les  delices  !  S'il  n'y  avait  point  de  jugement  dernier, 
voila  ce  que  Ton  jiourrait  aj^peler  le  scandale  de  la  Provi- 
dence, la  patience  des  pauvres  outrages  par  la  durete  et  par 
I'insensibilite  des  riches. — Boiirdaloue. 


35.     ]L.»Eteriiite. 

Eh  !  sur  quoi  yous  fondez-vous  done,  mes  freres,  pour 
croire  votre  dernier  jour  si  eloigne  ?  Est-ce  sur  votre  jeu- 
nesse  ?  Oui,  repondrez-A^ous  ;  je  n'ai  encore  que  vingt  ans, 
que  trente  ans.  Ah  !  a'ous  yous  trompez  du  tout  au  tout.* 
Non,  ce  n'est  pas  yous  qui  avez  Yingt  ou  trente  ans,  c'est 
la  mort  qui  a  deja  Yiugt  ou  trente  ans  d'avance  sur  yous  ;* 
trente  ans  de  grace  que  Dieu  a  youIu  yous  accorder  en  yous 
laissant  Yivre,  que  yous  lui  dcYcz,  et  qui  yous  out  rappro- 
ches*  d'autant  du  terme  oil  la  mort  doit  yous  achcYer. 
Prenez-y  garde,*  reternite  marque  deja  sur  Yotre  front 
I'instant  fatal  ou  elle  Ya  commencer  pour  yous.  Eh  ! 
saYCz-YOUs  ce  que  c'est  que  I'eternite  ?  C'est  une  pendule 
dont  le  balancier  dit  et  redit  sans  cesse  ces  deux  mots 
seulement,  dans  le  silence  des  tombeaux  :  Toujoiirs! 
jamais!  Jamais!  toiijours!  Et  pendant  ces  effroyables 
reYolutions,  un  rejirouYe  s'ecrie  :  '"'  Quelle  heure  est-il  ?" 
et  la  Yoix  d'un  autre  miserable  lui  rLq)ond  :  ^'UEternite  !^'' 
— Bridaine. 


36.     Ltt  Pi'iei'e. 

Quand  yous  avez  prie,  ne  sentez-Yous  pas  Yotre  cauir 
plus  leger,  et  Yotre  ame  plus  contente  ? 

La  priere  rend  Taffliction  moins  douloureuse,  et  la  joie 
plus  pure  ;  elle  mele  a  I'une  je  ne  sais  quoi*  de  fortifiant  et 
de  doux,  et  a  Taiitre  un  parfum  celeste. 

Que  faites-YOUs  sur  la  terre,  et  n'aYCz-YOUs  rien  a  de- 
mander  a  celui  qui  yous  y  a  mis  ?  Vous  etcs  un  Yoyageur 
qui  cherche  la  patrie.  Ne  marchez  point  la  tete  baissee  : 
il  faut  lever  les  yeux  pour  reconnaitre  sa  route.  Votre 
patrie,  c'est  le  ciel ;  et  quaud  vous  regardez  le  ciel,  est-ce 


PAKT   SECOND.  125 

qu'en  vous  il  ne  se  remne  rien  ?  Est-ce  que  nul  desir  ne 
vous  joresse  ?  on  ce  desir  est-il  muet  ? 

II  en  est  qni  disent  :  A  qnoi  bon  prier  ?*  Dien  est  trop 
an-dessns  de  nons  ponr  econter  de  si  chetives  creatures. 
Et  qui  done  a  fait  ces  creatures  chetives  ;  qui  leur  a  donne 
le  sentiment,  et  la  pensee,  et  la  parole,  si  ce  n'est  Dieu  ? 
Et  s'il  a  ete  si  bon  envers  elles,  etait-ce  pour  les  delaisser 
ensuite  et  les  repousser  loin  de  lui  ?  En  verite,  je  vous  le 
dis,  quiconque  dit  dans  son  coeur  que  Dieu  meprise  ses 
ceuvres,  blaspheme  Dieu. 

II  en  est  d'autres  qui  disent  :  A  quoi  bon  prier  ?  Dieu 
ne  sait-il  pas  mieux  que  nous  ce  dont  nous  avons  besoin  ? 
Dieu  sait  mieux  que  vous  ce  dont  vous  avez  besoin,  et  c'est 
pour  cela  qu'il  veut  que  yous  le  lui  demandiez  ;*  car  Dieu 
est  lui-meme  votre  ]Dremier  besoin,  et  prier  Dieu,  c'est* 
commencer  a  posseder  Dieu. 

Le  pere  connait  les  besoins  de  son  Ills ;  faut-il  a  cause  de 
cela  que  le  fils  n'ait  jamais  une  parole  de  demande  et 
d'actions  de  graces  pour  son  pere  ? 

Quand  les  animaux  souffrent,  quand  ils  craignent,  on 
quand  ils  ont  faim,  ils  poussent  des  cris  plaintifs.  Ces 
oris  sont  la  priere  qu'ils  adressent  a  Dieu,  et  Dieu  I'ecoute. 
L'homme  serait-il  done  dans  la  creation  le  seul  etre  dont  la 
voix  ne  dut*  jamais  monter  a  I'oreille  du  Createur  ! 

II  passe  quelquefois  sur  les  campagnes  un  vent  qui 
desseche  les  plantes,  et  alors  on  voit  leurs  tiges  fletries  pen- 
cher  vers  la  terre  ;  mais,  humectees  par  la  rosee,  elles  re- 
prennent  leur  fraiclieur,  relevent  leur  tete  languissante. 
II  y  a  toujours  des  vents  brulants,  qui  passent  sur  Fame  de 
l'homme,  et  la  dessechent.  La  priere  est  la  rosee  qui  la 
rafraichit. — Lamennais. 

37.     T>e  I'Utilite  de  I'Histoire. 

L'histoire,  quaud  elle  est  bien  enseignee,  devient  une 
ecole  de  morale  pour  tons  les  hommes.  Elle  decrie  les 
vices,  elle  demasque  les  fausses  vertus,  elle  detrompe  des 
erreurs  et  des  prejuges  populaires,  elle  dissipe  le  prestige 
enchanteur  des  richesses  et  de  tout  ce  vain  eclat  qui  eblouit 
les  hommes,  et  demontre  par  mille  exemples  plus  persuasif s 


126  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

que  tons  les  raisonnements,  qii'il  n'y  a  de*  grand  et  de 
louable  que  riionneur  et  la  j^robite.  De*  Festime  et  de 
radmiration  que  les  plus  corrompus  ne  peuvent  refuser  aux 
grandes  et  belles  actions  qu'elle  leur  presente,  elle  fait  con- 
clure  que  le  veritable  bien  de  rhomme  consiste  dans  la  vertu, 
qui  seule  pent  le  rendre  veritablement  grand  et  estimable. 
Elle  apprend*  a  respecter  cette  vertu,  et  a  en*  demeler  la 
beaute  et  I'eclat  a  travers  les  voiles  de  la  pauvrete,  de 
I'adversitej  de  I'obscurite,  et  meme  quelquefois  du  decri  de 
rinfamio  :  comme  an  contraire  elle  n'inspire  que  du  mepris 
et  de  Fhorreur  pour  le  crime,  fut-il*  revetu  de  pourpre,  tout 
brillant  de  lumiere,  et  place  sur  le  trone 

Mais  pour  me  borner  a  ce  qui  est  de  mon  dessein,  je 
regarde  I'histoire  comme  le  premier  maitre  qu'il  faut  don- 
ner  aux  enfants,  egalement  propre  a  les  amuser  et  a  les 
instruire.  a  leur  former  I'esprit  et  le  coeur,  a  leur  enrichir 
la  memoire  d'une  infinite  de  faits  aussi  agreables  qu'utiles. 
Elle  pent  meme  beaucoup  servir,  par  I'attrait  du  plaisir  qui 
en  est  inseparable,  a  piquer  la  curiosite  de  cet  age  avide 
d'apprendre,  et  a  lui  donner  du  gout  pour  Fetude.  Aussi, 
en  matiere  d'education,  c'est  un  principe  fondamental,  et 
observe  dans  tons  les  temps,  que  Fetude  de  I'histoire  doit 
preceder  toutes  les  autres,  et  lenr  preparer  la  voie. 
Plutarque  nous  apprend  que  le  vieux  Caton,  ce  celebre 
censeur,  dont  le  nom  et  la  vertu  ont  taut  fait  d'honneur 
a  la  republique  romaine,  et  qui  prit  un  soin  particulier 
d'elever  par  lui-meme  son  fils,  sans  vouloir  s'en  reposer  sur 
le  travail  des  maitres,  composa  expres  pour  lui,  et  ecrivit 
de  sa  i^ropre  main,  en  gros  caracteres,  de  belles  liistoires  ; 
afin,  disait-il,  que  cet  enfant,  des  le  plus  bas  age,  fut*  en 
etat,  sans  sortir  de  la  maison  paternelle,  de  faire  connais- 
sance  avec  les  grands  hommes  de  son  pays,  et  de  se  former 
sur  ces  anciens  modeles  de  probite  et  de  vertu. — Rollin. 


38.     I^a  Graule  et  les  Gaxilois. 

Ce  qu'on  appelait  autrefois  la  Gaule  est  le  vaste  territoire 
compris  entre  le  Rliin,  FOcean,  la  Mediterranee,  les  Alpes 
et  les  Pyrenees,  dont  la  plus  grande  partie  forme  an  jour- 


PAKT  SECOKD.  127 

d'hui  la  republique  fran^aise.  Les  habitants  de  la  Gaule, 
qu'on  nommait  Gaulois,  etaient  a  I'epoque  de  rinvasion 
romaine,  dans  un  etat  presque  barbare.  Les  historiens 
nous  les  ont  peints  vaillants,  tiers,  impetueux,  avides  de 
perils  et  d'adversaires.  Des  serments,  des  voeux  solennels 
les  liaient  au  culte  de  la  victoire,  et  leur  devise  etait  vamcre 
ou  mourir.  lis  trouvaient  leurs  plaisirs  et  lenrs  jenx  dans 
le  choc  des  batailles,  et,  quittant  lenrs  casques  au  moment 
du  combat,  ils  se  couronnaient  de  fleurs. 

Eesister  et  braver  etait  pour  eux  une  si  forte  loi,  qu'ils 
ne  cedaient  j^as  meme  a  la  fureur  des  elements.  lis 
luttaient  avec  les  courants  rapides  et  les  tourbillons  de  la 
tempete  ;  s'ils  s'etaient  couches  sur  le  rivage  de  la  mer 
lorsque  le  grand  flot  approchait,  ils  dedaignaient  de  se  lever 
pour  I'eviter  ;  et  ils  sortaient  plutot  qu'ils  ne  fuyaient  d'un 
edifice  embrase.  Cette  temerite,  que  les  etrangers  ont  ap- 
pele  demence  et  f orfanterie,  avait  pourtant  une  cause  noble 
et  sublime  ;  car  ce  n'etait  pas  seulement  pour  paraitre 
exempts  d'eflroi  qu'ils  agissaient  ainsi,  mais  surtout  afin  de 
prouver  qu'ils  croyaient  a  I'immortalite  de  I'ame.  Les 
Gaulois  avaient  une  haute  stature,  que  plus  d'une  fois  a 
mesuree*  notre  oeil  etonne  sur  les  ossements  retrouves  dans 
de  vieux  tombeaux,  ecroules  sous  les  pas  du  voyageur  et 
sous  la  charrue  du  colon.  Ces  hommes  belliqueux  etaient 
toujours  amies  pour  la  guerre  et  la  chasse  ;  ils  fuyaient  la 
vie  sedentaire,  et  abandonnaient  a  des  esclaves  le  soin  des 
humbles  moissons,  qu'on  remarquait  a  peine  dans  les  vastes 
deserts  de  la  Gaule,  dont  les  eaux  et  les  bois  couvraient 
presque  la  surface. — Ma rclia ngy . 


39.     Les  Francs. 

La  peinture  que  les  ecrivains  du  temps  tracent  des 
guerriers  francs  a  l'ej)oque  qu'ils  envahirent  la  Gaule  (^76), 
et  jusque  dans  le  sixieme  siecle,  a  quelque  chose  de*  sin- 
gulierement  sauvage.  lis  relevaient  et  rattachaient  sur  le 
sommet  du  front  leurs  cheveux  d'un  blond*-roux,  qui  for- 
maient  une  espece  d'aigrette*  et  retombaient  par  derriere 
en  queue  de  cheval.     Leur  visage  etait  entierement  rase,  a 


128  ANALYTICAL   FREKCH   EEADEK. 

I'exception  de  deux  longues  moustaches  qui  leur*  tombaient 
de  chaque  cote  de  la  bouche.  lis  portaient  des  habits  de 
toile,  serres  au  corps  et  sur  les  membres  avec  un  large  cein- 
turoii  auquel  pendait  I'epee.  Leur  arme  favorite  etait  une 
hache  a  un  ou  a  deux  tranchants,  dont  le  fer  etait  ejDais  et 
acere  et  le  manche  tres-court.  lis  commen9aient  le  com- 
bat en  lan9ant  de  loin  cette  hache,  soit  au  visage,  soit 
centre  le  bouclier  de  Tennemi,  et  rarement  ils  manquaient 
d'atteindre  I'endroit  jorecis  ou  ils  voulaient  frapper. 

Outre  la  hache,  qui  de  leur  nom  s'appelait  francisqiie, 
ils  avaient  une  arme  de  trait  qui  leur  etait  particuliere,  et 
que,  dans  leur  langue,  ils  nommaient  liang,  c'est-a-dire 
hame9on.  C'etait  une  pique  de  mediocre  longueur  et  ca- 
pable de  servir  egalement  de  pres*  et  de  loin.  La  pointe, 
longue  et  forte,  etait  armee  de  plusieurs  barbes  ou  crochets 
tranchants  et  recourbes.  Le  bois  etait  convert  de  lames  de 
fer  dans  presque  toute  sa  longueur,  de  maniere  a  ne  pou- 
voir  etre  brise  ni  entame  a  coups  d'epee.  Lorsque  le  hang 
s'etait  fiche  au  travers  d'un  bouclier,  les  crocs  dont  il  etait 
garni,  en  rendaient  I'extraction  impossible  ;  il  restait  sus- 
pendu,  balayant  la  terre  par  son  extremite  ;  alors  le  Franc 
qui  I'avait  jete  s'elan9ait,  et  posant  un  jned  sur  le  javelot, 
appuyait  de  tout  le  poids  de  son  corps,  et  for9ait  I'adver- 
saire  a  baisser  le  bras  et  a  se  degarnir  ainsi  la  tete  et  la 
poitrine.  Quelquefois  le  hang  attache  au  bout  d'une  corde 
servait  en  guise  de  harpoh  a  amener  tout  ce  qu'il  atteignait. 
Pendant  qu'un  Franc  lan9ait  le  trait,  son  compagnon  tenait 
la  corde,  puis  tons  deux  joignaient  leurs  efforts,  soit  pour 
desarmer  leur  ennemi,  soit  pour  I'attirer  lui-meme  par  son 
vetement  ou  son  armure.  .  . — Augustin  Thierry. 


3<).     CoriA^ersion   <ie   Clovls   aix    Clxx-istia- 
nlsme  (4r06). 

II  etait  necessaire  a  Clovis  d'etre  chretien  pour  gardcr 
les  Gaules,  et  aux  chretiens  des  Gaules,  que  Clovis  le 
devint,*  pour  les  preserver. 

Clotilde  y  travaillait  avec  zele  ;  elle  en  avait  eu  I'espe- 
rance  avant  de  quitter  la  Bourgogne  ;  maia  le  succes  ne  re- 


PART   SECOND.  129 

pondait  qu'imparfaitement  a  cette  esperance.  Clovis  flottait 
indecis  entre  sa  conviction  encore  incomplete,  et  le  danger 
d'offenser  les  vieilles  idolatries  des  Francs.  Les  verites  du 
Christ  se  manifestaient  a  lui  confusement  et  avec  lenteur. 
Deja  incredule  aux  idoles,  il  tardait  a  devenir  crayant  au 
seal  Dieu.  La  politique  lui  persuadait  a  la  fois  le  cliristia- 
nisme,  et  I'en  dissuadait. 

D'autres  evenements  survinrent.  Sur  le  territoire  en- 
ferme  entre  le  Danube,  le  Rliin  et  le  Mein,  deux  peuples 
etaient  etablis,  les  Sueves  et  les  Allemands.  L'exemple 
donne  par  les  Francs,  les  A^isigoths  et  les  Bourguignons,  les 
excitait  a  chercher  a  leur  tour  un  meilleur  etablissenient 
dans  de  plus  lieureuses  contrees.  Ayant  uni  leurs  forces, 
ils  marchent,  et,  rencontrant  au  passage  les  Ripuaires, 
allies  des  Francs,  et  enfants,  comme  eux,  des  anciens  Si- 
cambres,  ils  font  effort  pour  les  surmonter.  Ceux-ci  ap- 
pellent  les  Francs,  et  Clovis  accourt.  II  n'avait  garde*  de 
leur  refuser  une  protection  dont  il  comptait  leur  fairecom- 
j)rendre  et  payer  le  prix. 

On  combattit  a  Tolbiac,  aupres  de  Cologne.  Sigebert 
de  la  race  de  Clovis,  gouvernait  ce  pays  avec  le  titre  de  roi. 
Oe  fut  lui  qui  commen9a  I'attaque,  tombant  sur  les  Alle- 
mands avec  une  grande  resolution  ;  mais  il  succomba. 
Ses  troupes,  rebutees,  reculerent,  et,  renverse  lui-meme  et 
blesse,  son  tils  ne  le  retira  qu'a  grand'peine  de  la  melee. 
Tout  fut  alors  chez  les  Francs  terreur  et  desordre.  Chez 
les  Allemands  I'ardeur  et  racharnement  redoublaient.  En 
un  instant,  Clovis  presse  et  environne  se  vit  dans  un  ex- 
treme peril ;  il  allait  perdre  sa  gloire.  Aurelien  alors 
s'approchant  :  *^^  Clovis,"  dit-il,  "  te  fieras-tu  toujoursates 
dieux  ?"  "  Non,"  reprit  le  roi;  ^^ils  sont  vains  ;  je  le 
reconnais  bien*  a  cette  heure.  Dieu  des  Chretiens  !  sois- 
moi  en  aide;  je  me  voue  a  toi."  Et  disant  ainsi,  il 
s'elance  ;  le  courage  revient  aux  siens,  et  Ton  ne  fuit  plus. 
L'ennemi  s'etonne  :  il  poursuivit  des  troupes  rompues, 
c'est  lui  maintenant  que  Ton  va  rompre  et  poursuivre ;  il 
etait  vainqueur,  le  voila  vaincu. 

Le  carnage  fut  grand  :  le  roi  des  Allemands  fut  tue  ;  la 
nation  passasous  le  joug  et  paya  tribut.  .  , 


130  Aiq^ALYTICAL    FRENCH    READER. 

Clovis  vint  a  "Reims.  La,  ayant  fait  assembler  les 
Francs,  il  se  preparait  a  leiir  expliquer  sa  resolution  ;  mais 
il  fut  prevenu  par  des  acclamations  unanimes  :  ^^  Nous  re- 
non9ons  les  dieux  mortels,"  criait  le  peuple  ;  '^  nous  croi- 
rons  Eemi,  et  n'obeirons  qu'au  Dieu  immortel." 

On  prepara  la  solemnite  du  bapteme  ;  I'eglise  de  Saint- 
Martin  fut  paree  avec  une  grande  somptuosite.  Trois 
mille  catecliumenes  des  Francs  suivirent  le  roi  au  bapteme, 
et  quand  ce  prince  s'avan^a,  Yetu  de  blanc,  pour  le  recevoir, 
Saint- Eemi  lui  dit  :  ^^Sicambre,  humilie-toi  et  abaisse  ta 
tete;  brule  ce  que  tu  as  adore,  et  adore  ce  que  tu  as  brule!" — 
Le  Comte  de  Peyroniiet. 


31.     H^gne  de  Cliai'leinagrnLO  (708—814). 

Charlemagne  songea  a  tenir  le  pouvoir  de  la  noblesse 
dans  ses  limites,  et  a  empeclier  I'oppression  du  clerge  et 
des  liommes  libres.  II  mit  un  tel  temperament  dans  les 
ordres  de  I'Etat,  qu'ils  furent  contre-balances,  et  qu'il  resta 
le  maltre.  Tout  fut  uni  par  la  force  de  son  genie.  II 
mena  continuellement  la  noblesse  d'expedition  en  expedi- 
tion ;  il  ne  lui  laissa  pas  le  temps  de  former  des  desseins,  et 
I'occupa  tout  entiere  a  suivre  les  siens.  L'Empire  se  main- 
tint  par  la  grandeur  du  chef  :  le  prince  etait  grand,  I'homme 
I'etait  davantage.  Les  rois,  ses  enfants,  furent  ses  pre- 
miers sujets,  les  instruments  de  son  pouvoir,  et  les  modeles 
de  I'obeissance.  II  fit  d'admirables  reglements  ;  il  fit  plus, 
il  les  fit  executer.  Son  genie  se  repandit  sur  toutes  les 
parties  de  I'Empire.  On  voit,  dans  les  lois  de  ce  prince, 
un  esprit  de  prevoyance  qui  comprend  tout,  et  une  certaine 
force  qui  entraine  tout.  Les  pretextes  pour  eluder  les  de- 
voirs sont  otes,  les  negligences  corrigees,  les  abus  reformes 
ou  prevenus.  II  savait  punir  ;  il  savait  encore  mieux  par- 
donner.  Vaste  dans  ses  desseins,  simple  dans  I'execution, 
personne  n'eut  a  un  plus  haut  degre  I'art  de  faire  les  plus 
grandes  choses  avec  facilite,  les  difficiles  avec  promptitude. 
II  parcourait  sans  cesse  son  vaste  empire,  portant  la  main 
partout  ou  il  allait  tomber.  Ses  affaires*  renaissaient  de 
toutes  parts,  il  les  finissait  de  toutes  parts.     Jamais  prince 


PART   SECOND.  131 

ne  sut  mieux  braver  les  dangers,  jamais  prince  ne  les  sut 
mieux  eviter.  II  se  joua  de  tons  les  perils,  et  particuliere- 
ment  de  ceux  qu'eprouvent  presque  ton  jours  les  grands 
conquerants,  je  veux  dire  les  conspirations.  Ce  prince  pro- 
digieux  etait  extremement  modere  ;  son  caractere  etait 
donx,  ses  manieres  simjoles  ;  il  aimait  a  yivre  avec  les  gens 
de  sa  cour.  II  mit  une  regie  admirable  dans  sa  depense  : 
il  fit  valoir*  ses  domaines  avec  sagesse,  avec  attention,  avec 
economic  ;  nn  pere  de  famille  pourrait  apprendre  dans  ses 
lois  a  gouverner  sa  maison.  On  voit  dans  ses  Capihdaires 
la  source  pure  et  sacree  d'oii  il  tira  ses  ricliesses.  Je  ne 
dirai  plus  qu'un  mot :  il  ordonnait  qu'on  vendit*  les  oeufs 
des  basses-cours  de  ses  domaines  et  les  lierbes  inu tiles  de 
ses  jardins,  et  il  avait  distribue  a  ses  peuj^les  toutes  les 
richesses  des  Lombards  et  les  immenses  tresors  de  ces  Huns 
qui  avaient  depouille  I'univers. — Montesquieu. 


33.     DSataille  de  Hastingrs  (1066). 

Sur  le  terrain  qui  porta  depuis,  et  qui  aujourd'hui  porte 
encore  le  nom  de  Lieu  de  la  'bataille,  les  lignes  des  Anglo- 
Saxons  occupaient  une  longue  chaine  de  collines  fortifiees 
de  tons  cotes  par  un  rempart  de  j^ieux  et  de  claies  d'osier. 

Dans  la  nuit  du  13  octobre,  Guillaume*  fit  annoncer  aux 
Normands  que  le  lendemain  serait  jour  de  combat.  Des 
pretres  et  des  religieux  qui  avaient  suivi  en  grand  nombre 
I'armee  envahissante,  attires,  comme  les  soldats,  parl'esjDoir 
du  butin,  se  reunirent  pour  faire  des  oraisons  et  chanter 
des  litanies,  pendant  que  les  gens  de  guerre  preparaient 
leurs  armes  et  leurs  chevaux.  Le  temps  qui  resta  aux 
aventuriers  apres  ce  premier  soin,  ils  Temployerent*  a  faire 
la  confession  de  leurs  pecbes,  et  a  recevoir  les  sacrements. 
Dans  I'autre  armee,  la  nuit  se  passa*  d'une  maniere  toute 
differente  :  les  Saxons  se  divertissaient*  avec  grand  bruit,  et 
chantaient  leurs  vieux  chants  nationaux,  en  vidant,  autour 
de  leurs  feux,  des  cornes  remplies  de  biere  et  de  vin. 

Au  matin,  dans  le  camp  normand,  Feveque  de  Bayeux 
celebra  la  messe  et  benit  les  troupes,  arme  d'un  haubert 
sous  son  rochet ;  puis  il  monta  un  grand  coursier  blanc, 


132  ANALYTICAL    FRENCH    READER. 

prit  une  lance  et  fit  ranger  sa  brigade  de  cavaliers.  Toute 
I'armee  se  divisa  en  trois  colonnes  d'attaque  :  a  la  premiere 
etaient  les  gens  d'armes  venus  du  comte  de  Boulogne  et  du 
Ponthieu,*  avec  la  pliipart  des  liommes  engages  personnel- 
lement  pour  une  solde ;  a  la  seconde  se  trouvaient  les 
auxiliaires  bretons,  manceaux  et  poitevins  ;*  Guillaume,  en 
personne,  commandait  la  troisieme,  formee  des  recrues  de 
Normandie.  En  tete  de  cliaque  corps  de  bataille  mar- 
chaient  plusieurs  rangs  de  fantassins  a  legere  armure,  vetus 
d'une  casaque  matelassee,  et  portant  des  arcs  longs  d'un 
corps  d'liomme  on  des  arbaletes  d'acier.  Le  due  montait 
un  clieval  espagnol  qu'un  riclie  Normand  lui  avait  amene 
d'un  pelerinage  a  Saint-Jacques-de-Galice.  II  tenait  sus- 
pendues*  a  son  cou  les  plus  reverees  d'entre  les  reliques, 
sur  lesquelles  Harold  avait  jure,*  et  I'etendard  benit*  par  le 
Pape  etait  porte  a  cote  de  lui  par  un  jeune  liomme  appele 
Toustain-le-Blanc. 

L'armee  se  trouva  bientot  en  vue  du  camp  saxon,  au 
nord-ouest  de  Hastings.  Les  pretres  et  les  moines  qui 
I'accompagnaient  se  detacherent,  et  monterent  sur  une 
hauteur  voisine,  pour  j^rier  et  regarder  le  combat.  Un 
Normand,  appele  Taillefer,  poussa  son  clieval  en  avant  du 
front  de  bataille,  et  entonna  le  chant  des  exploits,  fameux 
dans  toute  la  Gaule,  de  Charlemagne  et  de  Roland.*  En 
chantant,  il  jouait  de  son  epee,  la  langait  en  I'air  avec 
force,  et  la  recevait  dans  sa  main  droite  ;  les  Normands 
repetaient  ses  refrains  ou  criaient :  Dieu  aide  I*  Dieuaide! 

A  portee  de  trait,*  les  archers  commencerent  a  lancer 
leurs  fleches,  et  les  arbaletriers  leurs  carreaux  ;*  mais  la 
jolupart  des  coups  furent  amortis  par  le  haut  parapet  des 
redoutes  saxonnes.  Les  fantassins,  armes  de  lances,  et  la 
cavalerie,  s'avancerent  jusqu'aux  j^ortes  des  redoutes,  et 
tenterent  de  les  forcer.  Les  Anglo-Saxons,  tons  a  pied 
autour  de  leur  etendard  plante  en  terre,  et  formant  derriere 
leurs  redoutes  une  masse  compacte  et  solide,  re9urent  les 
assaillants  a  grands  coups  de  hache,  qui,  d'un  revers, 
brisaient  les  lances  et  coupaient  les  armures  de  maille.  Les 
Normands,  ne  pouvant  penetrer  dans  les  redoutes,  ni  en 
arracher  les  palissades,  se  repliei'ent,  fatigues  d'une  attaque 


PART   SECOND.  133 

inutile,  vers  la  division  que  commandait  Guillaume.  Le 
due  alors  fit  avancer  de  nouveau  tons  ses  archers,  et  leur 
ordonna  de  ne  plus  tirer  droit  devant  eux,  mais  de  lancer 
leurs  traits  en  liaut,  pour  qu'ils  descendissent*  par  dessus 
le  rempart  du  camp  ennemi.  Beaucoup  d'Anglais  furent 
blesses,  la  plupart  au  visage,  par  suite  de  cette  manoeuvre  ; 
Harold  lui-meme  eut  I'ceil  creve  d'une  fleclie,  et  il  n'en* 
continua  pas  moins  de  commander  et  de  combattre. 
L'attaque  des  gens  de  j^ied  et  de  clieval  recommen9a  de 
pres,  aux  cris  de  :  Xotre  Dame  I  Dieu  aide  I  Dieu  aide  ! 

Mais  les  Normands  furent  re|)ousses  a  Tune  des  portes 
du  cam}:*,  jusqu'a  un  grand  ravin  reconvert  de  broussailles 
et  d'herbes,  ou  leurs  chevaux  trebucberent  et  oii  ils  tom- 
berent  j^ele-mele,  et  perirent  en  grand  nombre.  II  y  eut 
un  moment  de  peur  panique  dans  I'armee  d'outre-mer  ;  le 
bruit  courut  que  le  due  avait  ete  tue,  et,  a  cette  nouvelle, 
la  fuite  commen(;a.  Guillaume  se  jeta  lui-meme  au-devant 
des  fuyards  et  leur  barra  le  passage,  les  menagant  et  les 
frappant  de  sa  lance  ;  puis,  se  decouvrant  la  tete  :  "  Me 
voila,"  leur  cria-t-il  ;  ''  regardez-moi ;  je  vis  encore,  et  je 
vaincrai  avec  I'aide  de  Dieu." 

Les  cavaliers  retournerent  aux  redoutes ;  mais  ils  ne 
purent  davantage  en  forcer  les  portes,  ni  faire  breche. 
Alors  le  due  s'avisa  d'un  stratageme  pour  faire  quitter  aux 
Anglais  leur  position  et  leurs  rangs  ;*  il  donna  I'ordre  a 
mille  cavaliers  de  s'avancer,  et  de  fuir  aussitot.  La  vue  de 
cette  deroute  simulee  fit  perdre  aux  Saxons  leur  sang- 
froid ;  ils  coururent  tons  a  lapoursuite,  la  haclie  suspendue 
au  cou.  A  une  certaine  distance,  un  corps  j^oste  a 
dessein  joignit  les  fuyards  qui  tournerent  bride  ;  et  les 
Anglais,  surpris  dans  leur  desordre,  furent  assaillis  de  tons 
cotes  a  coups  de  lances  et  d'epees  dont  ils  ne  pouvaient  se 
garantir,  ayant  les  deux  mains  occupees  a  manier  leurs 
grandes  baches.  Quand  ils  eurent  perdu  leurs  rangs,  les 
clotures  des  redoutes  furent  enfoncees,  cavaliers  et  fantas- 
sins  y  penetrerent ;  mais  le  combat  fut  encore  vif,  et  corps 
a  corps.  Guillaume  eut  son  cheval  tue  sous  lui  ;  le  roi 
Harold  et  ses  deux  freres  tomberent  morts  au  pied  de  leur 
eteiidard,  qui  fut  ^rrache  et  remplace  par  le  drapeau  en^ 


134  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

voye  de  Rome.  Les  debris  de  rarmee  anglaise,  sans  chef 
et  sans  drapeau,  prolongerent  la  lutte  jusqu'a  la  fin  du 
Jour,  tellement  que  les  combattants  des  deux  partis  ne  se 
reconuaissaient  plus  qu'au  langage. — Augustin  Thierry. 


3  3.     Covironiienaent   die   Onillaixme 
le  Conqxiora/iit:. 

Guillaume  n'alla  point  jusqu'a  Londres  ;  mais  s'arretant 
a  la  distance  de  quelques  milles,  il  fit  partir  un  fort  deta- 
chement  de  soldats,  charges  de  lui  construire,  an  sein  de 
la  ville,  une  forteresse  pour  sa  residence.  Pendant  qu'on 
hatait  ces  travaux,  le  conseil  de  guerre  des  Normands  dis- 
cutait,  dans  le  camp  pres  de  Londres,  les  moyens  d'achever 
promptement  la  conquete  commencee  avec  tant  de  bonheur. 
Les  amis  familiers  de  Guillaume  disaient  que,  pour  rendre 
moins  apres  a  la  resistance  les  habitants  des  provinces  en- 
core libres,  il  fallait  que,  prealablement  a  toute  invasion 
ulterieure,  le  chef  de  la  conquete  prit*  le  titre  de  roi 
des  Anglais.  Cette  proposition  etait  sans  doute  la  plus 
agreable  au  due  de  Normandie  ;  mais  toujours  circonspect, 
il  feignit  d'y  etre  indifferent.  Quoique  la  possession  de  la 
royaute  fut*  I'objet  de  son  entreprise,  il  parait  que  de 
graves  motifs  I'engagerent  a  se  montrer  moins  ambitieux 
qu'il  ne*  Tetait  d'une  dignite  qui,  en  relevant  au-dessus  des 
vaincus,  devait  en  meme  temps  separer  sa  fortune  de  celle 
de  tons  ses  compagnons  d'armes.  Guillaume  s'excusa  mo- 
destement  et  demanda  au  moins  quelques  delais,  disant 
qu'il  n'etait  pas  venu  en  Angleterre  pour  son  interet  seul, 
mais  pour  celui  de  toute  la  nation  normande  ;  que  d'ail- 
leurs,  si  Dieu  voulait  qu'il  devint*  roi,  le  temps  de  prendre 
ce  titre  n'etait  pas  arrive  pour  lui,  parce  que  trop  de  pro- 
vinces et  trop  d'hommes  restaient  encore  a  soumettre. 

La  majorite  des  chefs  normands  inclinait  a  prendre  a  la 
lettre  ces  scrupules  hypocrites  et  a  decider  qu'en  effet  il 
n'etait  pas  temps  de  faire  un  roi,  lorsqu'un  capitaine  de 
bandes  auxiliaires,  Aimery  de  Thouars,  a  qui  la  royaute  de 
Guillaume  devait  porter  moins  d'ombrage  qu'aux  natifs  de 
Normandie,  prit  vivement  la  parole,  et  dans  le  style  d'un 


PART   SECON'D.  135 

flatteur  et  d'un  soldat  a  gages,*  s'ecria  :  "  C'est  trop  de 
modestie  que  de  demander  a  des  gens  de  guerre  s'ils 
veulent  que  leur  seigneur  soit*  roi  ;  on  n'appelle  point  les 
soldats  a  des  discussions  de  cette  nature,  et  d'ailleurs  nos 
debats  ne  servent  qu'a  retarder  ce  que  nous  souhaitons  tous 
de  voir  s'accomplir  sans  delai."  Ceux  d'entre  les  Nor- 
mands  qui,  apres  les  feintes  excuses  de  Guillaume,  auraient 
ose  opiner  dans  le  meme  sens  que  leur  due,  furent  d'un 
avis  tout  contraire  lorsque  le  Poitevin  eut  parle,  de  crainte 
de  paraitre  moins  fideles  et  moins  devoues  que  lui  au  chef 
commun.  lis  deciderent  done  unanimement  qu'avant  de 
pousser  plus  loin  la  conquete,  le  due  Guillaume  se  ferait 
couronner  roi  d'Angleterre  par  le  petit  nombre  de  Saxons 
qu'il  avait  reussi  a  elirayer  ou  a  corrompre. 

Le  jour  de  la  ceremonie  fut  fixe  a  la  fete  de  Noel,  alors 
prochaine.  L'archeveque  de  Canterbury,  Stigand,  qui 
avait  prete  le  serment  de  paix  au  vainqueur,  dans  son  camp 
de  Berkhomsbed,  fut  invite  a  venir  lui  imj^oser  les  mains 
et  a  le  couronner,  suivant  I'ancien  usage,  dans  I'eglise  du 
monastere  de  I'Ouest,  en  anglais  West-mynster,  pres  de 
Londres.  Stigand  refusa  d'aller  benir  un  homme  convert 
du  sang  des  hommes,  et  envahisseur  des  droits  d'autrui. 
Mais  Eldred,  I'arclieveque  d'York,  plus  circonspect  et 
mieux  avise,  disent  certains  vieux  historiens,  comprenant 
qu'il  fallait  s'accommoder  au  temps  et  ne  point  aller  contre 
I'ordre  de  Dieu,  par  qui  s'elevent  les  puissances,  consentit 
a  remplir  ce  ministere. 

L'eglise  de  I'Ouest  fut  jirepai'ee  et  ornee  comme  aux  an- 
ciens  jours  oii  d'apres  le  vote  libre  des  meilleurs  hommes 
de  I'Angleterre,  le  roi  de  leur  choix  venait  s'y  presenter 
pour  recevoir  I'investiture  du  pouvoir  qu'ils  lui  avaient 
remis.  Mais  cette  election  prealable,  sans  laquelle  le  titre 
de  roi  ne  pouvait  etre  qu'une  vaine  moquerie  et  une  insulte 
amere  du  plus  fort,  n'eut  point  lieu  pour  le  due  de  Nor- 
mandie.  II  sortit  de  son  camp,  et  marcha  entre  deux  haies 
de  soldats  jusqu'au  monastere,  oii  I'attendaient  quelques 
Saxons  craintifs  ou  bien  affectant  une  contenance  ferme  et 
un  air  de  liberte,  dans  leur  lache  et  servile  office.  Au  loin, 
toutes  les  avenues  de  l'eglise,  les  places,  les  rues  du  faubourg, 


136  AN'ALYTICAL    FRE:N'CH    READER. 

etaient  garnis  cle  cavaliers  en  amies  qui  devaient,  selon 
d'anciens  recits,  contenir  les  rebelles,  et  veiller  a  la  surete 
de  ceiix  que  leur  minis tere  ajDpellerait  dans  I'interieur  du 
temple.  Les  comtes,  les  barons,  et  les  antres  chefs  de 
guerre,  au  nombre  de  deux  cent-soixante,  y  entrerent  avec 
leur  due. 

Quand  s'ouvrit  la  ceremonie,  Geoffroy,  eveque  de  Cou- 
tances,  demanda,  en  langue  frangaise,  aux  Normands,  s'ils 
etaient  tons  d'avis  que  leur  seigneur  prit  le  titre  de  roi  des 
Anglais,  et,  en  meme  temps,  Tarcheveque  d'York  demanda 
aux  Anglais,  en  langue  saxonne,  s'ils  voulaient  pour  roi  le 
due  de  Normandie.  Alors  il  s'eleva  dans  I'eglise  des  accla- 
mations si  bruyantes,  qu'elles  retentirent  hors  des  portes 
jusqu'a  I'oreille  des  cavaliers  qui  remj^lissaient  les  rues  voi- 
sines.  lis  prirent  ce  bruit  confus  pour  un  cri  d'alarme, 
et,  selon  leurs  ordres  secrets,  mirent  aussitot  le  feu  aux 
maisons.  Plusieurs  s'elancerent  vers  I'eglise,  et,  a  la  vue 
de  leurs  epees  nu.es  et  des  flammes  de  I'incendie,  tous  les 
assistants  se  disperserent,  les  Normands  aussi  bien  que  les 
Saxons.  Ceux-ci  couraient  au  feu  pour  I'eteindre,  ceux-la 
pour  faire  du  butin  dans  le  trouble  et  dans  le  desordre. 
La  ceremonie  fut  suspendue  par  ce  tumulte  imprevu,  et  il 
ne  resta  pour  I'achever  en  toute  hate  que  le  due,  I'arche- 
veque  Eldred,  et  quelques  pretres  des  deux  nations.  Tout 
tremblants,  ils  re9urent  de  celui  qu'ils  appelaient  roi,  et 
qui,  selon  un  ancien  recit,  tremblait  lui-meme  comme  eux, 
le  serment  de  traiter  le  peuple  Anglo-Saxon  aussi  bien  que 
le  meilleur  des  rois  que  ce  peuple  avait  jadis  elu. 

Des  le  jour  meme,  la  ville  de  Londres  eut  lieu  d'ap- 
prendre*  ce  que  valait  un  tel  serment  dans  la  bouche  d'un 
etranger  vainqueur.  On  imposa  aux  citoyens  un  enorme 
tribut  de  guerre,  et  Ton  emprisonna  leurs  otages.  Guil- 
laume  lui-meme,  qui  ne  pouvait  croire  au  fond  que  la  bene- 
diction d'Eldred  et  les  acclamations  de  quelques  laches 
eussent*  fait  de  lui  un  roi  d'Angleterre  dans  le  sens  legal 
de  ce  mot,  embarrasses  pour  motiver  le  style  de  ses  mani- 
festes,  tantot  se  qualifiait  faussement  de  roi  par  succession 
hereditaire,  et  tantot,  avec  toute  franchise,  de  roi  par  le 
tranchant  de  Tepee.     Mais  s'il  hesitait  dans?  ses  formules, 


PART  seco:n"d.  137 

il  n'hesitait  pas  dans  ses  actes,  et  se  rangeait  a  sa  vraie 
place  par  Fattitude  d'hostilite  et  de  defiance  qu'il  gardait 
vis-a-vis  du  peiiple  ;  il  n'osa  point  encore  s'etablir  dans 
Londres  ni  liabiter  le  chateau  crenele  qu'on  lui  avait  cons- 
truit  a  la  hate. 

II  sortit  done,  pour  attendre  dans  la  campagne  voisine, 
que  ses  ingenieurs  eussent*  donne  plus  de  solidite  a  ces  ou- 
vrages,  et  jete  les  fondements  de  deux  autres  forteresses, 
pour  reprimer,  dit  un  auteur  Normand,  I'esprit  mobile  d'une 
populace  trop  nombreuse  et  trop  fiere. — Augustin  Tliierry. 


34=.     I>^i>art  cles  Ci'ois^s  (lOOG). 

Des  que  le  printemps  parut,  rien  ne  put  contenir  I'impa- 
tience  des  croises  ;  ils  se  mirent  en  niarche  pour  se  rendre 
dans  les  lieux  ou  ils  devaient  se  rassembler.  Le  pins 
grand  nombre  allait  a  pied  ;  quelques  cavaliers  j^araissaient 
au  milieu  de  la  multitude  ;  j^lusieurs  voyageaient  montes 
sur  des  chars  traines  par  des  boeufs  ferres ;  d'autres 
cotoyaient  la  mer,  descendaient  les  fleuves  dans  des 
barques  ;  ils  etaient  vetus  diversement,  armes  de  lances, 
d'epees,  de  javelots  et  de  massues  de  fer.  La  foule  des 
croises  off  rait  un  melange  bizarre  et  confus  de  toutes  les 
conditions  et  de  tons  les  rangs  ;  des  femmes  paraissaient 
en  armes  an  milieu  des  guerriers  ;  on  voyait  la  vieillesse  a 
cote  de  I'enfance,  I'opulence  pres  de  la  misere ;  le  casque 
etait  confondu  avec  le  froc,  la  mitre  avec  I'epee,  le  seigneur 
avec  le  serf,  le  maitre  avec  le  serviteur.  Pres  des  villes, 
pres  des  forteresses,  dans  les  plaines,  sur  les  montagnes, 
s'elevaient  des  tentes,  des  pavilions  pour  les  chevaliers,  et 
des  autels  dresses  a  la  hate  pour  I'office  divin  ;  j^artout  se 
deployait  un  appareil  de  guerre  et  de  fete  solennelle.  D'un 
cote,  un  chef  militaire  exer9ait  ses  soldats  a  la  discipline  ; 
de  I'autre,  un  predicateur  rappelait  a  ses  auditeurs  les 
verites  de  TEvangile.  Ici,  on  entendait  le  bruit  des 
clairons  et  des  trompettes ;  })lus  loin,  on  chantait  des 
psaumes  et  des  cantiques.  Depuis  le  Tibre  jusqn'a  I'Ocean, 
et  depuis  le  Rhin  jusqu'au-deld  des  Pyrenees,  on  ne  ren- 


138  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

contrait  que  des  troupes  d'liommes  revetus  de  la  croix, 
jurant  d'exterminer  les  Sarrasins,  et  d'avance  celebrant 
leurs  conquetes ;  de  toutes  parts  retentissait  le  cri  des 
croises  :  Dieu  le  veut !  Dieu  le  vent ! 

Les  peres  conduisaient  eux-mimies  leurs  enfants,  et  leur 
faisaient  jurer  de  vaincre  ou  de  mourir  pour  Jesus-Christ. 
Les  guerriers  s'arrachaient  des  bras  de  leurs  families  et  pro- 
mettaient  de  revenir  victorieux.  Les  femmes,  les  vieillards, 
dont  la  faiblesse  restait  sans  appui,  accompagnaient  leurs 
fils  ou  leurs  epoux  dans  la  ville  la  i^lus  voisine  ;  et,  ne  pou- 
vant  se  separer  des  objets  de  leur  affection,  prenaient  le 
parti  de  les  suivre  jusqu'a  Jerusalem.  Ceux  qui  restaient 
en  Europe  enviaient  le  sort  des  croises  et  ne  pouvaient 
retenir  leurs  larmes  ;  ceux  qui  allaient  chercher  la  mort  en 
Asie  etaient  pleins  d'esperance  et  de  joie. 

Parmi  les  pelerins  partis  des  cotes  de  la  mer,  on  remar- 
quait  une  foule  d'liommes  qui  avaient  quitte  les  iles  de 
I'Ocean.  Leurs  yetements  et  leurs  amies,  qu'on  n'avait 
jamais  vus,  excitaient  la  curiosite  et  la  surprise.  lis  par- 
laient  une  langue  qu'on  n'entendait  point ;  et  pour  montrer 
qu'ils  etaient  cliretiens,  ils  elevaient  deux  doigts  de  leur 
main  I'un  sur  I'autre  en  forme  de  croix.  Entraines  par 
leur  exemple  et  par  I'esprit  d'entliousiasme  repandu  par- 
tout,  des  families,  des  villages  entiers  partaient  pour  la 
Palestine  ;  ils  etaient  suivis  de  leurs  humbles  penates  ;  ils 
emportaient  leurs  provisions,  leurs  ustensiles,  leurs  nieu- 
bles.  Les  plus  pauvres  marchaient  sans  prevoyance,  et  ne 
pouvaient  croire  que  celui  qui  nourrit  les  petits  des 
oiseaux  laissat*  perir  de  niisere  des  pelerins  revetus  de  sa 
croix.  Leur  ignorance  ajoutait  a  leur  illusion,  et  pretait 
a  tout  ce  qu'ils  voyaient  un  air  d'enchantement  et  de  pro- 
dige  ;  ils  croyaient  sans  cesse  toucher  au  terme  de  l6ur 
pelerinage.  Les  enfants  des  villageois,  lorsqu'une  ville  ou 
un  chateau  se  presentait  a  leurs  yeux,  demandaient  si 
detail  la  Jerusalem.  Beaucoup  de  grands  seigneurs  qui 
avaient  passe  leur  vie  dans  leurs  donjons  rustiques,  n'en 
savaient  guere  plus  que  leurs  vassaux  ;  ils  conduisaient 
avec  eux  leurs  equipages  de  peche  et  de  chasse,  et  mar- 
chaient precedes  d'une  meute,  portant  leur  faucon  sur  le 


PART   SECOJS'D.  139 

poing.  lis  esperaient  atteindre  Jerusalem  en  faisant  bonne 
chere,  et  montrer  a  I'Asie  le  luxe  grossier  de  leurs  chti- 
teaux. 

Au  milieu  du  delire  universel,  personne  ne  s'etonnait  de 
ce  qui  fait  aujourd'hui  notre  surprise.  Ces  scenes  si 
etranges,  dans  lesquelles  tout  le  monde  etait  acteur,  ne 
devaient  etre  un  spectacle  que  pour  la  posterite. — Michaud. 


35.    jracqvies  3J[olay,*  Grrand-maitre  d.es  Tem- 
X>liei^s»  a  ses  JvLges  (1314=). 

N'attendez  pas,  messieurs,  que,  gentilhomme  et  chevalier, 
j'aille*  noircir,  par  une  atroce  calomnie,  la  reputation  de 
tant  de  gens  de  bien,  a  qui  j'ai  si  sou  vent  vu  faire  des  actions 
d'honneur.  lis  ne  sont  coupables  ni  de  lachete,  ni  de 
trahison  ;  et,  si  vous  en  voyez  ici  deux  qui  perdent  leur 
honneur  et  leur  ame  pour  sauver  une  miserable  vie,  vous 
en  avez  vu  mille  perir  constamment  dans  les  genes,*  et 
confirmer  par  leur  mort  Finnocence  de  leur  vie.  Je  vous 
demande  done  pardon,  victimes  illustres  et  genereuses,  si, 
par  une  lache  complaisance,  je  vous  ai  faussement  accusees* 
de  quelques  crimes  devant  le  roi  a  Poitiers  ;  j'ai  ete  un 
calomniateur  ;  tout  ce  que  j'ai  dit  est  faux  et  controuve  ; 
j'ai  ete  un  sacrilege  moi-meme  et  un  impie,  de  proferer  de 
si  execrables  mensonges  contre  un  ordre  si  saint,  si  pieux 
et  si  catholique.  Je  le  reconnais  pour  tel,  et  innocent  de 
tons  les  crimes  dont  la  malice  des  hommes  a  ose  le  charger, 
et  parce  que  je  ne  saurais  jamais  assez  reparer  de  parole  le 
crime  que  j'ai  commis  en  le  calomniant,  il  est  juste  que  je 
meure  ;*  et  je  m'offre  de  bon  coeur  a  tons  les  tourments 
qu'on  me  voudra  faire  souffrir.  Sus*  done  !  {en  se  tour?icmt 
vers  les  cardinaux),  inventez-en*  de  nouveaux  pour  moi,  qui 
suis  le  seul  coupable  ;  achevez  sur  ce  miserable  corps,  ache- 
vez  les  cruautes  que  vous  avez  exercees  sur  tant  d'innocents. 
Allumez  vos  buchers ;  faites-y  conduire  le  dernier  des 
Templiers,  et  rassasiez  eufin  votre  cupidite  des  richesses 
qui  font*  tout  leur  crime,  et  qui  ne  sont  que  le  prix  glorieux 
de  leurs  travaux  pour  la  protection  de  la  foi  et  la  defense 
des  saints  lieux. — Mezerai, 


140  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 


36.     JTeanne  d'Arc  eondxiit  Charles  VXI 
h  Reims  (14.30). 

Apres  la  bataille  de  Patay,  le  moment  etait  venu,  oa 
jamais,  de  risquer  I'expedition  de  Reims.  Les  politiques 
voulaient  qu'on  restat*  encore  sur  la  Loire,  qu'on  s'assurat* 
de  Cosne  et  de  la  Charite.  lis  eurent  beau  dire*  cette  fois, 
les  voix  timides  ne  pouvaient  i[)\us  etre  ecoutees.  Chaque 
jour  affluaient  des  gens  de  toutes  les  provinces,  qui  venaient 
au  bruit  des  miracles  de  la  Pucelle,  ne  croyaient  qu'en  elle, 
et,  comme  elle,  avaient  hate  de  mener  le  roi  a  Reims. 
C'etait  un  irresistible  elan  de  pelerinage  et  de  croisade. 
L'indolent  jeune  roi  lui-meme  Unit*  par  se  laisser  soulever 
a  cette  vogue  populaire,  a  cette  grande  maree  qui  montait 
et  poussait  au  nord.  Roi,*  courtisans,  politiques,  enthou- 
siastes,  tous  ensemble,  de  gre  ou  de  force,  les  fous,  les 
sages,  ils  partirent.  Au  depart,  ils  etaient  douze  mille ; 
d'autres  venaient,  et  toujours  d'autres  ;  ceux  qui  n'avaient 
pas  d'armures  suivaient  la  sainte  expedition  en  simple 
jaques,  tout  gentilshommes  qu'ils  pouvaient  etre,  comme 
archers,  comme  couteliers. 

L'armee  partit  de  Gien  le  28  juin,  passa  devant  Auxerre, 
sans  essayer  d'y  entrer  ;  cette  ville  etait  entre  les  mains  du 
due  de  Bourgogne,  que  Ton  menageait.  Troyes  avait  une 
garnison  melee  de  Bourguignons  et  d' Anglais  ;  a  la  pre- 
miere apparition  de  l'armee  royale,  ils  osaient  faire  une 
sortie.  II  y  avait  peu  d'apparence  de  forcer  une  grande 
ville  si  bien  gardee,  et  cela  sans  artillerie.  Mais  comment 
s'arreter  a  en  faire  le  siege  ?.  Comment,  d'autre  part, 
avancer  en  laissant  une  telle  place  derriere  soi  ?  L'armee 
souffrait  deja  de  la  faim.  Ne  valait-il  pas  mieux  s'en  re- 
tourner  ?     Les  politiques  triomphaient. 

II  n'y  eut  qu'un  vieux  conseiller  armagiiac,  le  president 
MaQon,  qui  fut  d'avis  contraire,  qui  comprit  que  dans  une 
telle  entreprise  la  sagesse  etait  du  cote  de  I'enthousiasme  ; 
que  dans  une  croisade  populaire  il  ne  fallait  pas  raisonner. 
*'  Quand  le  roi  entreprit  ce  voyage,"  dit-il,  ''  il  ne  Fa  pas 
fait  pour  la  grande  puissance  des  gens  d'armes,  ni  pour  le 
grand  argent  qu'il  eut,  ni  parce  que  le  voyage  lui  semblait 


PART   SECOIs^D.  141 

possible,  il  I'a  entrepris  parce  que  Jeanne  lui  disait  d'aller 
en  avant  et  de  se  faire  couronner  a  Reims,  qu'il  y  trouverait 
pen  de  resistance,  tel  etant  le  bon  plaisir  de  Dieu." 

La  Pucelle,  venant  alors  a  frapper  a  la  porte  du  conseil, 
assura  que  dans  trois  jours  on  pourrait  entrer  dans  la  ville. 
"  Nous  en  attendrions  bien  six,"  dit  le  chancelier,  "  si  nous 
etions  surs  que  vous  dites  vrai."  "Six!  yous  y  entrerez 
demain." 

Elle  prend  son  etendard,  tout  le  monde  la  suit  aux 
fosses  ;  elle  y  jette  tout  ce  qu'on  trouve,  fagots,  portes, 
tables,  solives  ;  et  cola  allait  si  yite  que  les  gens  de  la  ville 
crurent  qu'en  un  moment  il  n'y  aurait  ^^lus  de  fosses.  Les 
Anglais  commencerent  a  s'eblouir,  comme  a  Orleans  ;  ils 
croyaient  voir  une  nuee  de  papillons  blancs  qui  voltigeaient 
autour  du  magique  etendard.  Les  bourgeois,  de  leur  cote, 
avaient  grand'peur,*  se  souvenant  que  c'etait  a  Troyes  que 
s'etait  conclu  le  traite  qui  desheritait  Charles  YII ;  ils 
craignaient  qu'on  ne  fit*  un  exemple  de  leur  ville  ;  ils  se 
refugiaient  deja  aux  eglises  ;  ils  criaient  qu'il  f allait  se 
rendre.  Les  gens  de  guerre  ne  demandaient  pas  mieux. 
Ils  parlementerent,  et  obtinrent  de  s'en  aller  avec  tout  ce 
qu'ils  avaient. 

Ce  qu'ils  avaient,  c'etaient  surtout  des  prisonniers,  des 
rran9ais.  Les  conseillers  de  Charles  VII  qui  dresserent 
la  ca^^iitulation  n'avaient  rien  stipule  pour  ces  malheu- 
reux.  La  Pucelle  y  songea  seule.  Quand  les  Anglais 
sortirent  avec  leurs  prisonniers  garrottes,  elle  se  mit  aux 
portes,  et  s'ecria  :  "^0  mon  Dieu,  ils  ne  les  emmeneront 
pas  !"     Elle  les  retint  en  effet,  et  le  roi  paya  leur  ran9on. 

Maitre  de  Troyes  le  9  juillet,  il  fit  le  15  son  entree  a 
Reims,  et  le  17  il  fut  sacre.  Le  matin  meme,  la  Pucelle, 
selon  le  precepte  de  I'l^vangile,  la  reconciliation  avant  le 
sacrifice,  dicta  une  belle  lettrc  pour  le  due  de  Bourgogne  ; 
sans  rien  rappeler,  sans  irriter,  sans  humilier  personne,  elle 
lui  disait  avec  beaucoup  de  tact  et  de  noblesse:  "Par- 
donnez  I'un  a  I'autre  de  bon  coeur,  comme  doivent  faire 
loyaux  Chretiens." 

Charles  VII  fut  oint*  par  Tarcheveque  de  riniilc  de  la 
sainte  ampoule,  qu'on  apporta  de  Saint-Remi.     II  fut,  con- 


142  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

formement  au  rituel  antique,  souleve  sur  son  siege  par  les 
pairs  ecclesiastiques,  servi  des  pairs  iaiques  et  au  sacre  et 
au  repas.  Puis  il  alia  a  Saint-Marcou  toucher  les  ecrouelles. 
Toutes  les  ceremonies  furent  accomplies  sans  qu'il  y  man- 
quat*  rien.  II  se  trouva  le  vrai  roi,  et  le  seul  dans  les 
croyances  du  temps.  Les  Anglais  pouvaient  desormais 
faire  sacrer  Henri ;  ce  nouveau  sacre  ne  pouvait  etre,  dans 
la  pen  see  des  peuples,  qu'une  parodie  de  I'autre. 

Au  moment  que  le  roi  fut  sacre,  la  Pucelle  se  jeta  a 
genoux,  lui  embrassant  les  jambes,  et  pleurant  a  chaudes 
larmes.     Tout  le  monde  pleurait  aussi. 

On  assure  qu'elle  lui  dit :  '^0  gentil  roi,  maintenant  est 
fait  le  plaisir  de  Dieu,  qui  voulait  que  je  fisse*  lever  le 
siege  d'Orleans  et  que  je  vous  amenasse*  en  votre  cite  de 
Eeims  recevoir  Yotre  saint  sacre,  montrant  que  vous  etes 
vrai  roi,  et  qu'a  vous  doit  appartenir  le  royaume  de 
France." 

La  Pucelle  avait  raison ;  elle  avait  fait  et  fini  ce  qu'elle 
avait  a  faire.  Aussi,  dans  la  joie  meme  de  cette  triom- 
phante  solemnite,  elle  eut  I'idee,  le  prossentiment  peut- 
etre  de  sa  fin  procliaine.  Lorsqu'elle  entrait  a  Reims  avec 
le  roi,  et  que  tout  le  peuple  venait  au-devant  en  chan- 
tant  des  hymnes  :  '^0  le  bon  et  devot  peuple  !"  dit-elle. 
"^  Si  je  dois  mourir,  je  serais  bien  heureuse  que  I'on  m'en- 
terrat*  ici."  ''Jeanne,"  lui  dit  Farclieveque,  ''ou  croyez- 
vous  done  mourir?"  ''Je  n'en  sais  rien.  Ou  il  plaira  a 
Dieu.  Je  voudrais  bien  qu'il  lui  plut*  que  je  m'en  allasse* 
garder  les  moutons  avec  ma  soeur  et  mes  freres.  .  .  lis 
seraient  si  joyeux  de  me  revoir  !  J'ai  fait  du  moins  ce  que 
Notre  Seigneur  m'avait  recommande  de  faire."  Et  elle 
rendit  grace  en  levant  les  yeux  au  ciel.  Tons  ceux  qui 
la  virent  en  ce  moment,  dit  la  vieille  chronique,  crurent 
mieux  que  jamais  que  c'etait  chose  venue  de  la  part  de 
Dieu. — Miclielet. 

37.     Execution  de  Charles  I*"^  (104=0). 

Apres  quatre  heures  d'un  sommeil  profond,  Charles  sor- 
tit  de  son  lit :  "J'ai  une  grande  affaire  a  terminer,"  dit-il 
a  Herbert;  "il  faut  que  je  me  leve*  promptement  ;"  et  il 


PART   SECOND.  143 

se  mit  a  sa  toilette.  Herbert  trouble,  le  peignait  avec 
moms  de  soin  :  '^  Prenez,  je  vous  prie,"  lui  dit  le  roi,  "  la 
meme  peine  qu'a  Tordinaire  ;  quoique  ma  tete  ne  doive* 
pas  rester  longtemps  sur  mes  epaules,  je  veux  etre  pare  au- 
joiird'hui  comme  mi  marie."  En  s'liabillant,  il  demanda 
une  chemise  de  plus.  "  La  saison  est  si  froide/'  dit-il, 
**que  je  pourrais  trembler;  quelques  personnes  I'attribue- 
raient  peut-etre  a  la  peur  ;  je  ne  veux  pas  qu^me  telle  sup- 
position soit*  possible."  Le  jour  a  peine  leve,*  I'eveque 
arriva  et  commen9a  les  exercices  .  religieux.  Comme  il 
lisait,  dans  le  XXVII^  chajoitre  de  I'Evangile  selon  Saint- 
Mathieu,  le  recit  de  la  passion  de  Jesus-Christ,  '^  Mjlord," 
lui  demanda  le  roi,  '^avez-vous  choisicechapitre  comme  le 
plus  applicable  a  ma  situation  ?"  "  Je  prie  Votre  Majeste 
de  remarquer,"  repondit  I'eveque,  "que  c'est  I'evangile  du 
jour,  comme  le  prouve  le  calendrier."  Le  roi  parut  pro- 
fondement  touch e,  et  continua  ses  prieres  avec  un  redou- 
blement  de  ferveur.  Vers  dix  heures,  on  fraj^pa  doucement 
a  la  porte  de  la  chambre.  Herbert  demeurait  immobile  ; 
un  second  coup  se  fit  entendre  un  peu  plus  fort,  quoique 
leger  encore.  "Allez  voir  qui  est  la,"  dit  le  roi.  C'etait  le 
colonel  Hacker.  ''Faites-le  entrer,"  dit-il.  "Sire,"  dit 
le  colonel  a  voix  basse  et  a  demi  tremblant,  "  voici  le 
moment  d'aller  a  Whitehall ;  Votre  Majeste  aura  encore 
plus  d'une  heure  pour  s'y  reposer."  "Je  pars  dans 
Finstant,"  repondit  Charles  ;  "  laissez-moi."  Hacker  sortit ; 
le  roi  se  recueillit  encore  quelques  minutes  ;  puis,  prenant 
I'eveque  par  la  main:  "  Venez,"  dit-il,  "partons.  Herbert, 
ouvrez  la  porte  ;  Hacker  m'avertit  pour  la  seconde  fois." 
Et  il  descendit  dans  le  pare  qu'il  devait  traverser  pour  se 
rendre  a  Whitehall. 

Plusieurs  compagnies  d'infanterie  I'y  attendaient,  for- 
mant  une  double  haie  sur  son  passage  ;  un  detachement  de 
hallebardiers  marchait  en  avant,  enseignes  deployees  ;*  les 
tambours  battaient ;  le  bruit  couvrait  toutes  les  voix.  A 
la  droite  du  roi  etait  I'eveque  ;  a  la  gauche,  tete  nue,  le 
colonel  Tomlinson,  commandant  de  la  garde,  et  a  qui 
Charles,  touche  de  ses  egards,  avait  demande  de  ne  le  point 
quitter  jusqu'au  dernier  moment.     II  s'entretint  avec  lui 


144  AI^ALYTICAL   FRENCH   READER. 

pendant  la  route,  lui  parla  de  son  enterrement,  des  per- 
sonnes  a  qui  il  desirait  que  le  soin  en  fut  contie,  Fair 
serein,  le  regard  brillant,  le  pas  ferme,  marcliant  meme 
plus  vite  que  la  troupe,  et  s'etonnant  de  sa  lenteur.  Un 
des  officiers  de  service,  se  flattant  sans  doute  de  le  troubler, 
lui  demanda  s'il  n'avait  pas  concouru  avec  le  feu  due  de 
Buckingham  a  la  mort  du  roi,  son  pere.  *'Mon  ami,'" 
lui  repondit  Charles  avec  mepris  et  douceur,  ^^si  je  n'avais 
d'autre  peche  que  celui-la,  j'en  prends  Dieu  a  temoin,  je 
t'assure  que  je  n'aurais  pas  besoin  de  lui  demander  pardon." 
Arrive  a  Whitehall,  il  monta  legerement  I'escalier,  traversa 
la  grande  galerie  et  gagna  sa  chambre  a  coucher,  oii  on  le 
laissa  seul  avec  I'eveque,  qui  s'appretait  a  lui  donner  la 
communion.  Quelques  ministres  independants,*  Nye  et 
GoodAvin  entre  autres,  vinrent  f rapper  a  la  porte,  disant 
qu'ils  voulaient  offrir  au  roi  leurs  services.  **Le  roi  est  en 
prieres,"  leur  repondit  Juxon ;  ils  insisterent.  "Eh 
bien,"  dit  Charles  a  I'eveque,  '^remerciez-les  en  mon  nom 
de  leur  offre  ;  mais  dites-leur  franchement  qu'apres  avoir 
si  souvent  prie  contre  moi,  et  sans  aucun  sujet,  ils  ne 
prieront  jamais  avec  moi  pendant  mon  agonie.  lis  peuvent, 
s'ils  veulent,  prior  joour  moi,  j'en  serai  reconnaissant." 
Ils  se  retirerent  :  le  roi  s'agenouilla,  re9ut  la  communion 
des  mains  de  I'eveque,  et,  se  relevant  avec  vivacite  : 
"Maintenant,"  dit-il,  "  que  ces  droles-la  viennent ;  je  leur 
ai  pardonne  du  fond  du  coeur;  'je  suis  pret  a  tout  ce  qui  va 
m'arriver."  On  avait  prepare  son  diner  ;  il  n'en  voulait 
rien  prendre.  "'  Sire,"  lui  dit  Juxon,  "  Votre  Majeste  est  a 
jeun  depuis  longtemps  ;  il  fait  froid  ;  peut-etre,  sur  I'eclui- 
faud,  quelque  faiblesse.  .  ."  "  Vous  avez  raison,"  dit  le  roi ; 
et  il  mangea  un  morceau  de  pain  et  but  un  verre  de  vin.  II 
etait  une  heure  ;  Hacker  frappa  a  la  porte.  Juxon  et  Her- 
bert tomberent  a  genoux.  ''lielevez-vous,  mon  vieil  ami," 
dit  le  roi  a  I'eveque  en  lui  tendant  la  main.  Hacker  frappa 
de  nouveau  ;  Charles  fit  ouvrir  la  porte.  "  Marchez,"  dit-il 
au  colonel ;  "  je  vous  suis."  II  s'avan9a  le  long  de  la  salle  des 
banquets,  toujours  entre  deux  haies  de  troupes.  Une  foule 
d'hommes  et  de  fenimes  s'y  etaient  precipites  au  peril  de 
leur  vie,  immobiles  derriere  la  garde,  et  priant  pour  le  roi, 


PART  seco:n^d.  145 

a  mesure  qu'il  passait  ;  les  soldats  silencieux  eux-memes, 
ne  les  rudoyaient  point.  A  Fextremitc  de  la  salle,  uiie  ou- 
verture,  pratiquee  la  veille  dans  le  miu%  conduisait  de 
plain-pied  a  I'echafaud  tendu  de  noir,  oii  se  tenaient  deux 
hommes  debout  aupres  de  la  liache,  tons  deux  en  habits  de 
matelots  et  masques.  Le  roi  arriva,  la  tete  haute,  prom^niant 
de  tons  cotes  ses  regards,  et  cherchant  le  peuple  pour  lui 
parler  ;  mais  les  troupes  couvraient  seules  la  place  ;  nul  ne 
pouvait  approcher.  II  se  tourna  vers  Juxon  et  Tomlinson  : 
"  Je  ne  puis  guere  etre  entendu  que  de  vous/''  lear  dit-il ; 
**cesera  done  a  vous  que  j'adresserai  quelques  paroles." 
Et  11  leur  adressa  en  effet  un  petit  discours  qu'il  avait  pre- 
pare, grave  et  calme  jusqu'a  la  froideur,  uniquement  ap- 
plique a  soutenir  qu'il  avait  eu  raison  ;  que  le  mepris  des 
droits  du  souverain  etait  la  vraie  cause  des  malheurs  du 
peuple  ;  que  le  peuple  ne  devait  avoir  aucune  part  dans  le 
gouvernement ;  qu'a  cette  seule  condition  le  royaume  re- 
trouverait  la  paix  et  ses  libertes.  Pendant  qu'il  parlait, 
quelqu'un  toucha  a  la  hache  ;  il  se  retourna  precipi- 
tamment,  disant  :  '^Ne  gatez  pas  la  hache,  elle  me  ferait 
plus  de  mal  ;"  et,  son  discours  termine,  quelqu'un  s'en  aj)- 
prochant  encore  :  '•  Prenez  garde  a  la  hache  !  Prenez 
garde  a  la  hache  !"  repeta-t-il  d'un  ton  d'effroi.  .  .  Le 
plus  profond  silence  regnait ;  il  mit  sur  sa  tete  un  bonnet 
de  sole,  et,  s'adressant  a  I'executeur  :  "  Mes  cheveux  vous 
genent-ils  ?"  ^^Je  prie  Votre  Majeste  de  les  ranger  sous 
son  bonnet,"  repondit  Fhomme  en  s'inclinant.  Le  roi  les 
rangea  avec  I'aide  de  I'eveque.  .  .  ^^  J'ai  i:>our  moi,"  lui 
dit-il,  en  prenant  ce  soin,  ^'^une  bonne  cause  et  un  Dieu 
clement."  Juxon:  ^^Oui,  sire,  il  n'y  a  plus  qu'un  pas  a 
franchir  ;  il  est  plein  de  trouble  et  d'angoisse,  mais  de  pen 
de  duree  ;  et  songez  qu'il  vous  fait  faire  un  grand  trajet  :  il 
vous  transporte  de  la  terre  au  ciel."  Le  Koi  :  '^  Je  passe 
d'une  couronne  corruptible  a  une  couronne  incorruptible, 
ou  je  n'aurai  a  craindre  aucun  trouble,  aucune  espece 
de  trouble."  Et  se  tournant  vers  I'executeur:  ^^  Mes 
cheveux  sont-ils  bien  ? "  II  ota  son  manteau  et  son 
Saint-George,  donna  le  Saint-George  a  I'eveque,  en  lui 
disant :    "  Souvenez-vous,"  ota  son  habit,  remit  son  man- 


146  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

teau,  et  regardant  le  billot :  *'  Placez-le  de  maniere  qu'il 
soit*  bien  ferme,"  dit-il  a  rexecuteur.  '"  II  est  ferme, 
sire."  Le  Roi  :  "Je  ferai  une  courte  priere,  et,  qiiand 
j'etendrai  les  mains,  alors.  .  ."  II  se  reciieillit,  se  dit  a 
lui-meme  quelques  mots  a  voix  basse,  leva  les  yeux  au 
ciel,  s'agenouilla,  230sa  sa  tete  sur  le  billot ;  Fexecuteur 
toucha  ses  cheveux  pour  les  ranger  encore  sous  son  bon- 
net ;  le  roi  crut  qu'il  allait  f rapper.  '^Attendez  le  signe," 
lui  dit-il.  *^Je  I'attendrai,  sire,  avec  le  bon  plaisir  de 
Votre  Majeste."  Au  bout  d'un  instant  le  roi  etendit  les 
mains  ;  Fexecuteur  frappa,  la  tete  tomba  au  premier  coup. 
"Voila  la  tete  d'un  traitre!"  dit-il  en  la  montrant  au 
peuple  :  un  long  et  sourd  gemissement  s'eleva  autour  de 
Whitehall.  Beaucoup  de  gens  se  precij)itaient  au  pied  de 
I'echafaud  pour  tremper  leur  mouchoir  dans  le  sang  du  roi. 
Deux  corps  de  cavalerie,  s'avan9ant  dans  deux  directions 
difCerentes,  disperserent  lentement  la  foule. 

L'echafaud  demeure  solitaire,  on  enleva  le  corps:  il  etait 
deja  enferme  dans  le  cercueil  ;  Cromwell  voulut  le  voir,  le 
considera  attentivement,  et,  soulevant  de  ses  mains  la  tete, 
comme  pour  s'assurer  qu'elle  etait  bien  separee  du  tronc  : 
"  C'etait  la  un  corps  bien  constitue,"  dit-il,  ^^et  qui  promet- 
tait  une  lo.ngue  vie." — Guizot. 


38.     I'ortrait  de  OroraTrell. 

Olivier  Cromwell  est  du  nombre  de  ces  personntiges  de 
I'histoire  qui  sont  tout  ensemble  tres-celebres  et  tres-peu 
connus.  La  pluparl  de  ses  biographes,  et  dans  le  nombre 
il  en  est  qui  sont  historiens,  ont  laisse  incomj^lete  cette 
grande  figure.  II  semble  qu'ils  n'aient*  pas  ose  reunir  tons 
les  traits  de  ce  bizarre  et  colossal  prototype  de  la  reforme 
religieuse,  et  de  la  revolution  politique  d'Angleterre ; 
presque  tons  se  sont  bornes  a  reproduire  sur  des  dimensions 
plus  etendues,  le  simple  et  sinistre  profil  qu'en  a  trace 
Bossuet,  de  son  point  de  vue  monarchique  et  catholique, 
de  sa  chaire  d'eveque  appuyee  au  trone  de  Louis  XIV. 

Comme  tout  le  monde,  I'auteur  de  ce  livre  s'en  tenait  la  ;* 
le  nom  d'Olivier  Cromwell  ne  reveillait  en  lui  que  I'idee 


PART  seco:n'd.  147 

sommaire  cl'un  fanatique  regicide,  grand  capitaine  ;  c'est  en 
furetant  la  chronique,  en  fouillant  au  hasard  les  memoires 
anglais  du  dix-septieme  siecle,  qu'il  fut  frappe  de  voir  se 
derouler  pen  a  peu  devant  ses  yeux  un  Cromwell  tout  nou- 
veau.  Ce  n'etait  j^lus  sciilement  le  Cromwell  militaire,  le 
Cromwell  politique  de  Bossuet ;  c'etait  un  etre  complexe, 
heterogene,  multiple,  compose  de  tons  les  contraires,  mele 
de  beaucoup  de  mal  et  de  Leaucoup  de  bien,  plein  de  genie 
et  de  petitesses  ;  une  sorte  de  Tibere-Dandin,*  tyran  de 
I'Europe  et  jouet  de  sa  famille  ;  vieux  regicide  humiliant 
les  ambassadeurs  de  tons  les  rois,  torture  par  une  jeune 
fille  royaliste  ;  austere  et  sombre  dans  ses  moeurs,  et  en- 
tretenant  quatre  f ous  de  cour  autour  de  lui ;  f aisant  de  me- 
diants vers,  sobre,  simple,  frugal  et  guinde  sur  I'etiquette  ; 
soldat  grossier  et  j^olitique  delie  ;  romjou  aux  arguties 
theologiques  et  s'y  plaisant ;  orateur  lourd,  diffus,  obscur, 
mais  habile  a  parler  le  langage  de  tous  ceux  qu'il  voulait 
seduire  ;  hypocrite  et  fanatique  ;  visionnaire  domine  par 
les  fantomes  de  son  enfance,  croyant  aux  astrologues  et  les 
proscrivant ;  defiant  a  Texces,  toujours  menagant,  rare- 
ment  sanguinaire  ;  rigide  observateur  des  presentations 
puritaines,  perdant  gravement  plusieurs  lieurcs  par  jour  a 
des  bouffonneries ;  brusque  et  dedaigneux  avec  ses  familiers, 
caressant  avec  les  sectaires  qu'il  redoutait ;  tromjiant  ses 
renlords  avec  des  subtilites,  rusant  avec  sa  conscieuce;  inta- 
rissable  en  adresse,  en  pieges,  en  ressources  ;  maitrisant  son 
imagination  par  son  intelligence  grotesque  ct  sublime;  eniin 
un  de  ces  hommes  carves  iKvr  la  hase,  comme  les  appelait 
Napoleon,  le  type  et  le  chef  de  tons  ces  hommes  complets  ; 
dans  sa  langue  exacte  comme  I'algebre,  coloree  comme  la 
poesie. — Hugo. 

39.     Portrait  de  niclielien  (1583-164=3). 

Montez  les  degres  du  vieux  Archeveche,  et  entrons  dans 
la  premiere  et  la  plus  grande  de  ces  salles.  Elle  etait  fort 
longue,  mais  eclairee  par  une  suite  de  hautes  fenetres  en 
ogives,  dont  la  partie  superieure  avait  conserve  des  vitraux 
bleus,  jaunes  et  rouges,  qui  repandaient  une  lueur  myste- 
rieuse  daus  Tappartement.  Une  table  ronde,  enorme,  la  rem- 


148  ANALYTICAL   FRENCH   liEADER. 

plissait  dans  toute  sa  largeiir,  dii  cote  de  la  gran de  cheminee; 
autour  de  cette  table,  couverte  d'lin  tapis  bariole,  et  chargee 
de  papiers  et  de  2:)ortefeuilles,  etaient  assis  et  courbes  sur 
lenrs  plumes,  Imit  secretaires  occnpes  a  copier  des  lettres 
qn'on  leur  passait  d'une  table  plus  petite.  D'autres  hommes 
debout  rangeaient  les  papiers  dans  les  rayons  d'one  biblio- 
theque,  que  des  livres  relies  en  noir  ne  remplissaient  pas 
tout  entiere,  et  ils  marcliaient  avec  precaution  sur  le  tajiis 
epais  dont  la  salle  etait  garnie. 

Malgre  cette  quantite  de  personnes  reanies,  on  eut*  en- 
tendu  les  ailes  d'une  niouche.  Le  seul  bruit  qui  s'elevat* 
etait  celui  des  plumes  qui  couraient  rapidement  sur  le 
papier,  et  d'une  voix  grele  q^ui  dictait  en  s'interrompant 
pour  tousser.  Elle  sortait  d'un  immense  fauteuil  a  grands 
bras,  place  an  coin  du  feu,  allume.en  depit  des  clialeurs  de 
la  saison  et  du  pays.  C'etait  un  de  ces  fauteuils  qu'on  voit 
encore  dans  quelques  vieux  chateaux,  et  qui  semblent  faits 
pour  s'endormir  en  lisant,  sur  eux,  quelque  livre  que  ce  soit,* 
tant  chaque  compartiment  en  est  soigne  ;  un  croissant*  de 
plume  y  soutient  les  reins;  si  la  tete  se  penche,  elle  y  trouve 
ses  joues  re9ues  par  des  orcillers  converts  de  sole,  et  le 
coussin  du  siege  deborde  tellement  les  coudes,  qu'il  est  per- 
mis  de  ci'oire  que  les  prevoyants  ta23issiers  de  nos  peres 
avaient  pour  but  d'eviter  que  le  livre  ne  fit*  du  bruit  et  ne 
les  reveillat*  en  tombant. 

Mais  quittons  cette  digression  pour  parler  de  Fhomme 
qui  s'y  trouvait,  et  qui  n'y  dormait  pas.  II  avait  le  front 
large  et  quelques  clieveux  fort  blancs,  les  yeux  grands  et 
doux,  une  figure  pale  et  effilee,  a  laquelle  une  petite  barbe 
blanche  et  pointue  donnait  cet  air  de  finesse  que  Ton  re- 
marque  dans  tons  les  portraits  du  siecle  de  Louis  XIII ; 
une  bouche  presque  sans  levres,  et  nous  sommes  forces 
d'avouer  que  le  docteur  Lavater  regarde  ce  signe  com  me 
indiquant  la  mechancete  a  n'en  ])ouYoir  douter;  une 
bouche  pincee,  disons-nous,  etait  encadree  par  deux  petites 
moustaches  grises  et  une  royale,*  ornement  que  nos 
officiers  de  hussards  pe  laissonfc  croitre  entre  la  levre  infe- 
rieure  et  le  men  ton,  et  qui  ressemblc  assez  -X  une  virgule. 
Ce  vieillard,  qui  avait  snr  la  tete   nne  calotte  rouge,  et 


PART   SECOIs^D.  149 

qui  etait  enveloppe  dans  une  vaste  robe  de  chambre,  portait 
des  bas  de  sole  pourpree,  et  n'etait  rien  moius  qu'Armand 
Duplessis,  cardinal  de  Kichelieii. — De  Vigny. 


40.     :viazoriia     (1003— IGGl). 

Mazarin  etait  ne  en  1602,  d'line  ancienne  famille  de 
Sicile,  etablie  a  Rome.  Envoye  comme  nonce  en  France 
(1634),  il  s'etait  fait  reraarquer  de  Richelien,  qui  Tavait  at- 
tache a  sa  fortune  et  avait  ol:)tenu  pour  lui  la  j^ourpre  ro- 
maine.  La  reine  se  confia  a  ce  depositaire  des  desseins  du 
grand  cardinal,  a  cet  etranger  qui  ne  pouvait  avoir  en 
France  d'autre  interet  que  celui  du  roi,  et  elle  lui  laissa 
prendre  sur  son  esprit  un  empire  absolu.  .  . 

II  avait  I'esprit  grand,  prevoyant,  inventif,  le  sens  simple 
et  droit,  le  caractere  plus  souple  que  faible,  et  moins  ferme 
que  perseverant.  Sa  devise  etait :  Le  temps  ed  a  moi.  II  se 
conduisait,  non  d'apres  ses  affections  ou  ses  repugnances, 
mais  d'apres  ses  calculs.  L'ambition  Tavait  mis  au-dessus 
de  I'amour-propre,  et  il  etait  d'avis  de  laisser  dire,  pourvu 
qu'on  le  laissat*  faire  ;  aussi  etait-il  insensible  aux  injures 
et  n'evitait-il  que  les  ecliecs.  .  .  II  jugeait  les  liommes  avec 
une  rare  penetration,  mais  il  aidait  son  propre  jugement  du 
jugement  que  la  vie  avait  deja  prononce  sur  eux.  Avant 
d'accorder  sa  confiance  a  quelqu'un,  il  demandait  :  "^^Est- 
il  lieureux  ?''  Ce  n'etait  pas  de  sa  part  une  aveugle  sou- 
mission  aux  chances  du  sort  ;  pour  lui,  etre  lieureux  signi- 
fiait  avoir  Tesprit  qui  prepare  la  fortune,  et  le  caractere  qui 
la  maitrise.  II  etait  incapable  d'abattement,  et  il  avait  une 
Constance  inoui'e,  malgre  ses  variations  apparentes.  .  . 
Un  de  ses  plus  spirituels  antagonistes.  La  Rochefoucauld, 
a  dit  de  lui,  qu'il  avait  plus  de  hardiesse  dans  le  coeur 
que  dans  I'esprit ;  au  contraire,  du  cardinal  Richelieu,  qu'il 
avait  I'esprit  hardi  et  le  coeur  timide.  Si  Richelieu,  qui 
etait  sujet  a  des  acces  de  decouragement,  etait  tombe  du 
pouvoir,  il  n'y  serait  pas  remonte  ;  tandis  que  Mazarin, 
deux  fois  fugitif,  ne  se  laissa  jamais  abattre,  gouverna  du 
lieu  de  son  exil,  et  vint  mourir  dans  le  souverain  commande- 
ment  et  dans  I'extreme  grandeur, — Mignet. 


150  A:^^ALYTICAL   FRENCH    READER. 


4=1.     Hegne  de  3L.ouis  XIV  (1643-1715). 

Veuillez  done,  messieurs,  embrasser  par  la  pensee  cette 
periode  historique,  qui  s'etend  depuis  la  mort  de  Mazariii 
jusqu'a  celle  de  Louis  XIV.  Eeunissez,  dans  cet  es^mce, 
taut  d'actions  giorieuses,  tant  de  succes  memorables,  des 
fitats  envaliis,  des  provinces  conquises  et  gardees,  des 
flottes  victorieuses,  de  grands  monuments  fondes,  et,  mal- 
gre  de  funestes  revers,  un  descendant  de  Louis  XIV  place 
sur  un  trone  etranger.  Voyez  cette  foule  de  generaux 
habiles,  d'hommes  d'Etat,  d'hommes  de  genie,  qui  se  suc- 
cedent  sans  interruption,  pendant  un  demi-siecle,  pour  ne 
manquer  jamais  au  clioix  du  souverain.  Conde  avait  de- 
fendu  Tenfance  de  Louis  XIV  ;  Villars  et  Vendome  sou- 
tiennent  sa  vieillesse.  Bossuet  et  Fenelon  elevent  ses  fils 
et  les  enfants  de  ses  fils.  Pendant  une  longue  prosperite, 
il  est  grand  de  la  gloire  de  ses  sujets  ;  et,  quand  la  fortune 
I'abandonne,  quand  ses  appuis  se  brisent,  quand  sa  race  est 
pres  de  s'eteindre,  il  montre  une  ame  heroique,  porte  avec 
fermete  le  poids  de  Tempire  et  des  revers,  et  meurt  le  der- 
nier des  liommes  illustres  de  son  regne,  comme  pour  an- 
noncer  que  le  grand  siecle  etait  aclieve. 

Oertes,  messieurs,  ce  tableau  n'est  pas  sans  ombres  ;  cette 
gloire  ne  fut  pas  sans  melange  et  sans  erreurs.  Louis  XIA^ 
a  recueilli  plus  qu'il  n'a  fait  peut-etre.  Le  genie  de  notre 
nation  fermentait  depuis  plusieurs  siecles,  au  milieu  des 
restes  de  la  barbaric,  et  du  chaos  de  la  guerre  civile.  II 
etait  mur  pour  enfanter  de  grandes  clioses  ;  et  toutes  les 
forces  du  courage,  de  rintelligence  et  du  talent  semblaient, 
par  un  mysterieux  accord,  eclater  a  la  fois.  Mais  cette 
active  fecondite  de  la  nature  fut  reglee,  ix)ur  ainsi  dire, 
par  la  fortune  et  les  regards  d'un  liomme.  L'ordre  et  la 
majeste  se  montrerent  en  meme  temps  que  la  vigueur  et 
la  richesse  ;  et  le  souverain  parut  avoir  cree  toutes  les 
grandeurs  qu'il  mettait  a  leur  place.  L'enthousiasme 
s'accrut  par  cette  illusion  ;  et  IMdolatrie  des  cours  devint, 
pour  la  premiere  fois,  I'inspiration  du  genie. 

Qu'elles  sont  brillantes,*  en  effet,  ces  vingt  premieres 
annees  du  gouvernement  de   Louis  XIV  !    Un  roi  plein 


PART   SECOND.  151 

d'ardeur  et  d'esperance  saisit  lui-meme  ce  sceptre  qui,  de- 
puis  Henri-le-Grand,  n'avait  ete  soutenu  que  par  des 
favoris  et  des  ministres.  Son  ame,  que  I'on  croyait  sub- 
juguee  par  la  mollesse  et  les  plaisirs,  se  deploie,  s'aflermit 
et  s'eclaire,  a  mesure  qii'il  a  besoin  de  regner.  II  se 
montre  vaillant,  laborieux,  ami  dc  la  justice  et  de  la  gloire: 
quelque  chose  de  genereux  se  mele  aux  premiers  calculs  de 
sa  politique.  II  envoie  des  Frangais  defendre  la  chretiente 
coiitre  les  Turcs,  en  Allemagne  et  dans  I'ile  de  Crete  ;  il 
est  protecteur  avant  d'etre  conquerant ;  et^  lorsque  I'ambi- 
tion  I'entraine  a  la  guerre,  ses  amies  lieureuses  et  rapides 
paraissent  justes  a  la  France  eblouie.  La  pompe  des  fetes 
se  mele  aux  travaux  de  la  guerre  ;  les  jeux  du  carrousel, 
aux  assauts  de  Valenciennes  et  de  Lille.  Cette  altiere 
noblesse,  qui  fournissait  des  chefs  aux  factions,  et  que 
Eichelieu  ne  savait  dompter  que  i)ar  les  echafauds,  est  se- 
duite  par  les  paroles  de  Louis,  et  recompensee  par  les  perils 
qu'il  lui  accorde  a  ses  cotes.  La  Flandre  est  conquise ; 
rOcean  et  la  Mediterranee  sont  reunis  ;  de  Tastes  ports  sont 
creuses  ;  une  enceinte  de  forteresses  environne  la  France  ; 
les  colonnades  du  Louvre  s'elevent  ;  les  jardins  de  Ver- 
sailles se  dessinent ;  I'industrie  des  Pays-Bas  et  de  la 
Hollande  se  voit  surpassce  par  les  ateliers  nouveaux  de  la 
France;  une  emulation  de  travail,  d'eclat,  de  grandeur, 
est  partout  repandue  ;  un  langage  sublime  et  nouveau  ce- 
lebre  toutes  ces  merveilles,  et  les  agrandit  pour  I'avenir. 
Les  epitres  de  Boileau  sont  datees  des  conquetes  de 
Louis  XIV  ;  Racine  porte  sur  la  scene  les  faiblesses  et 
Felegance  de  la  cour  ;  Moliere  doit  a  la  puissance  du  trone 
la  liberte  de  son  genie ;  La  Fontaine  lui-meme  s'aper^oit 
des  grandes  actions  du  jeune  roi,  et  devient  flatteur  pour 
le  louer.  —  Villeinaui. 


43.     I»rise  de  la  I3astille  (1-i  jixillet  1789). 

Le  peuple,  des  la  nuit  du  13  (juillet  1789),  s'etait  porte 
vers  la  Bastille  ;  quelques  coups  de  fusil  avaient  ete  tires, 
et  il  parait  que  des  instigateurs  avaient  profere  plusieurs 
fois  le  cri  :  "A  la  Bastille  T,  .   .     On  demandait  toujours 


152  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

des  armes.  Le  bruit  s'etait  repandu  que  THotel  des 
Iiivalides  en  contenait  un  depot  considerable.  On  s'y 
rend  aussitot.  Le  commandant,  M.  de  Sombreuil,  en  fait 
defendre  I'entree,  disant  qu'il  doit  demander  des  ordres  a 
Versailles.  Le  peuple  ne  vent  rien  entendre,  se  precipite 
dans  FHotel,  enleve  les  canons  et  une  grande  quantite  de 
fusils.  Deja  dans  ce  moment  une  foule  considerable  as- 
siegeait  la  Bastille.  Les  assiegeants  disaient  que  le  canon 
de  la  place  etait  dirige  sur  la  ville,  et  qu'il  fallait  empecher 
qu'on  ne  tirat*  sur  elle.  Le  depute  d'un  district  demande 
a  etre  introduit  dans  la  forteresse,  et  I'obtient  du  comman- 
dant. En  faisant  la  visite,  il  trouve  trente-deux  suisses  et 
quatre-vingt-deux  invalides,  et  revolt  la  parole  de  la  gar- 
nison  de  ne  pas  faire  feu  si  elle  n'est  pas  attaquee.  Pen- 
dant ces  pourparlers,  le  peuple,  ne  voyant  pas  paraitre  son 
depute,  commence  a  s'irriter,  et  celui-ci  est  oblige  de  se 
montrer  pour  apaiser  la  multitude.  II  se  retire  enfin  vers 
onze  heures  du  matin.  Une  demi-heure  s'etait  a  peine 
ecoulee,  qu'une  nouvelle  troupe  arrive  en  armes,  en  criant: 
"  Nous  voulons  la  Bastille  !"  La  garnison  somme  les  as- 
saillants  de  se  retirer,  mais  ils  s'obstinent.  Deux  hommes 
montent  avec  intrepidite  sur  le  toit  du  corps-de-garde,  et 
brisent  a  coups  de  haclie  les  chaines  du  pont,  qui  retombe. 
La  foule  s'y  precipite,  et  court  a  un  second  pont  pour  le 
francliir  de  meme.  En  ce  moment  une  decbarge  de  mous- 
queterie  I'arrete  :  elle  recule,  mais  en  faisant  feu.  Le 
combat  dure  quelques  instants.  Les  electeurs  reunis  a 
I'Hotel-de-Ville,  entendant  le  bruit  de  la  mousqueterie, 
s'alarment  toujours  davantage,  et  envoient  deux  dcquti- 
tions.  Tune  sur  i'autre,  pour  sommer  le  commandant  de 
laisser  introduire  dans  la  place  un  detacliement  de  milice 
parisienne,  sur  le  motif  que  toute  force  militaire  dans 
Paris  doit  etre  sous  la  main  de  la  ville.  Ces  deux  deputa- 
tions arrivent  successivement.  An  milieu  de  ce  siege  po- 
pulaire,  il  etait  tres-difficile  de  se  faire  entendre.  Le  bruit 
du  tambour,  la  vue  d'un  drapeau  suspendent  quelque 
temps  le  feu.  Les  deputes  s'avancent  ;  la  garnison  les  at- 
tend, mais  il  est  impossible  de  s'expliquer.  Des  coups  de 
fusil  sent  tires,  on  ne  sait  d'oii.     Le  peuple,  persuade  qu'il 


PART   SECOND.  153 

est  tralii,  se  precipite  pour  mettre  le  feu  a  la  place  ;  la  gar- 
nison  tire  alors  a  mitniillGa  Les  gardes-fraiiQaises  arrivent 
avec  du  canon  et  commencent  une  attaqne  en  forme. 

Sur  ces  entrefaites,  im  billet  adresse  par  le  baron  de 
Besenval  a  Delannay,  commandant  de  la  Bastille,  est  inter- 
cepte  et  In  a  rilotel-de-Yille;  Besenval  engageait  Delaunay 
a  resister,  Ini  assnrant  qn'il  serait  bientot  secouru.  C'etait 
en  effet  dans  la  soiree  de  ce  jour  que  devaient  s'executer  les 
projets  de  la  cour.  Cependant,  Delaunay,  n'etant  point  se- 
couru, voyanfc  racharnement  du  peuple,  se  saisit  d'une 
meche  allumee  et  veut  faire  sauter  la  place.  La  garnison 
s'y  oppose,  et  I'oblige  a  se  rendre :  les  signaux  sont  donnes, 
un  pout  est  baisse.  Les  assiegeants  s'ajoproclient  en  pro- 
mettant  de  ne  commettre  aucun  mal  ;  mais  la  foule  se  pre- 
cipite et  envaliit  les  cours.  Les  suisses  parviennent  a  se 
sauver.  Les  invalides  assaillis  ne  sont  arraches  a  la  fureur 
du  peuple  que  par  le  devoument  des  gardes-fran9aises. 
En  ce  moment,  une  fille,  belle,  jeune  et  tremblante,  se  pre- 
sente  ;  on  la  suppose  fille  de  Delauney  ;  on  la  saisit,  et  elle 
allait  etre  brulee,  lorsqu'un  brave  soldat  se  precij^ite,  I'ar- 
raclie  aux  furieux,  court  la  mettre  en  siirete,  et  retourne  a 
la  melee. 

II  etait  cinq  lieures  et  demie.  Les  electeurs  etaient  dans 
la  plus  cruelle  anxiete,  lorsqu'ils  entendent  un  murmure 
sourd  et  prolonge.  L^ne  foule  se  precijoite  en  criant  vic- 
toire  !  La  salle  est  envahie,  un  garde-fran^aise,*  convert  de 
blessures,  couronne  de  lauriers,  est  porte  en  triomphe  par 
le  people.  Le  reglement  et  les  clefs  de  la  Bastille  sont  au 
bout  d'une  bai'onnette  ;  une  main  sanglante,  s'elevant  au- 
dessus  de  la  foule,  montre  une  boucle  de  col ;  c'etait  celle 
du  gouverneur  Delaunay  qui  venait  d'etre  decapite. 
Deux  gardes-frangaises,  Elie  et  Hullin,  I'avaient  defendu 
jusqu'a  la  derniere  extremite.  D'autres  victimes  avaient 
succombe,  qiioique  defendues  avec  heroi'sme  contre  la  fero- 
cite  de  la  populace.  L^ne  espece  de  fureur  commengait  a 
eclater  contre  Flesselles,  le  prevot  des  marchands,  qu'on 
accusait  de  trahison.  On  pretendait  qu'il  avait  trompe  le 
peuple  en  liii  promottant  plusieurs  fois  des  amies  qii'il  ne 
Toulait  pas  lui  donner.     La  salle  etait  pleine   d'hommes 


154  AN"ALYTICAL   FRENCH    READER. 

tout  bonillants  d'un  long  combat,  et  presses  par  cent  mille 
aiitres  qui,  restes  au  dehors,  voulaient  entrer  a  leur  tour. 
Les  electeurs  s'eft'or9aient  de  justifier  Flesselles  aux  yeux 
de  la  multitude.  II  commen^ait  a  perdre  son  assurance,  et 
deja  tout  pale,  il  s'ecrie  :  "  Puisque  je  suis  suspect,  je  me 
retirerai."  "Non,"  lui  dit-on,  ^^venez  au  Palais-Royal, 
pour  y  etre  juge."  II  descend  alors  pour  s'y  rendre. 
La  multitude  s'ebranle,  I'entoure,  le  presse.  Arrive  au 
quai  Pelletier,  un  inconnu  le  renverse  d'un  coup  de  j^istolet. 
On  pretend  qu'on  avait  saisi  une  lettre  sur  Delaunay, 
dans  laquelle  Flesselles  lui  disait  :  *'  Tenez  bon,  tandis  que 
j'amuse  les  Parisiens  avec  des  cocardes." — Thiers. 


4=3.     Passage  des  Alpes  par  Uonaparte 
(IG  mai   1800). 

Pour  frapper  les  grands  coups  qu'il  prepare.  Napoleon 
a  les  Hautes-Alpes  a  francbir  ;  et  le  grand  Saint-Bernard, 
qui  de  tons  les  points  de  la  vaste  chaine  lui  livrerait  de  plus 
l^res  le  coeur  de  Tltalie,  est  aussi  celui  oil  la  nature  a  semble 
reunir  le  plus  de  difficultes  insurmontables  pour  defendre 
ses  forteresses  centre  les  conquerants.  II  est  inaccessible  a 
une  armee.  .  .  On  I'a  cru  jusqu'a  ce  jour ;  les  soldats 
fran9ais  le  croient  encore.  Les  tetes  de  eolonne,  en  se 
rencontrant  a  Martigny,  s'arretent,  etonnees,  aux  pieds  de 
ces  gigantesques  boulevards.  Comment  pousser  plus  avant 
dans  ces  gorges,  qui  semblent  murees  par  ces  abimes  sans 
fond  !  II  faudrait  longer  les  precipices  effroyables,  gravir 
les  glaciers  immenses,  surmonter  les  neiges  eternelles, 
vaincre  Feblouissement,  le  froid,  la  lassitude  ;  vivre  dans 
cet  autre  desert,  plus  aride,  plus  sauvage,  plus  desolant  que 
celui  de  I'Arabie,  et  trouver  des  passages  au  travers  de  ces 
rocs  entasses  jusqu'a  dix  mille  pieds  au-dessus  du  niveau 
des  mers.  II  y  a  bien,*  entre  les  escarpements  et  les  abimes, 
suspendu  sur  les  torrents,  domine  par  les  cretes  d'oii 
roulent*  a  flots  les  neiges  homicides,  et  taille  dans  les  an- 
fractuosites  de  la  roche  vive,  un  sentier  qui  monte  pendant 
plusieurs  lieues,  raide^   inegal,  etroit  jus(^u'^  n'avoir  par- 


PART  SECOl^D.  155 

fois  que  deux  pieds  k  peine,  tournant  a  angles  si  aigus, 
qu'on  marche  droit  au  gouffre,  et  glissant,  charge  de 
frimas,  perdu,*  d'intervalle  en  intervalle,  sous  les  avalan- 
ches. Chemin  si  terrible,  qu'il  a  fallu  preposer  de  chari- 
tahles  cenobites  a  la  garde  de  cette  rampe  meurtriere,  afin 
d'enhardir  le  voyageur  isole  par  la  j^romesse  de  lui  donner 
un  chien  pour  guide,  un  fanal  pour  secours,  un  hospice 
pour  repos,  et  une  priere  pour  aide  ou  pour  funerailles. 
La  i^assera  aussi  une  armee  :  Bonajiarte  I'a  dit ;  il  a  mar- 
que du  doigt  la  route.  Martigny  et  Saint-Pierre  sont  en- 
combres  d'aj^prets  qui  attestent  aux  soldats  que  leur  chef  a 
pense  a  tout.  Aux  mulcts  rassembles  de  toute  la  Suisse 
ont  etc  ajoutes  les  traineaux,  les  brancards,  tons  les 
moyens  de  transport  que  le  genie,  I'administration 
fran9aise,  ou  les  habitudes  de  la  contree  ont  pu  fournir. 
Pendant  trois  jours  rarmee  demonte  ses  canons,  ses  forges 
de  campagne,  ses  caissons.  Marmont  et  Gassendi  placent 
leurs  bouches  a  feu  dans  les  troncs  d'arbres  creuses,  les 
cartouches  dans  des  caisses  legeres,  les  affuts,  les  pro- 
visions, les  magasins  sur  des  traineaux  faits  a  la  hate  ou 
sur  ceux  du  pays ;  puis,  le  17  mai,  tout  s'elance ;  les 
soldats  montent,  au  cri  de  "Vive  le  premier  consul  !"  a 
I'assaut  des  Alpes  ;  la  musique  des  corps  marche  en  tete  de 
chaque  regiment.  Quand  le  glacier  est  trop  escarpe,  le 
pas  trop  perilleux,  le  labeur  trop  rude,  meme  pour  ces 
fanatiques  de  gloire  et  de  patrie,  les  tambours  battent  la 
charge,  et  les  retranchements  de  I'ltalie  sont  emj^ortes. 
C'est  ainsi  que  la  colonne  s'etend,  monte,  s'attache*  aux 
cretes  des  Alpes,  les  etreint*  de  ses  anneaux  mouvants. 
C'est  un  corps  qui  n'a  qu'une  pensee,  qu'une  ame  ;  une 
meme  ardeur,  une  meme  joie  court  dans  les  rangs ;  les 
memes  chants  apprennent  aux  echos  de  ces  monts  la  pre- 
sence, la  gaite,  la  victoire  de  nos  soldats  :  la  victoire  !  car 
voila  le  sommet  atteint,  le  drapeau  tricolore  arbore,  le  grand 
Saint-Bernard  vaincu  I  .  .  .  Le  premier  consul  a  promis 
par  piece  mille  francs  aux  soldats  qui  se  sont  devoues  a 
cette  tache :  tons  ref usent :  ils  n'acceptent  pour  recompense 
que  les  perils  et  I'Ttalie. — Salvandy. 


156    *  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

4=4.*     IVa/poleon  et  Lxicien. 

Si  vous  Youlez  me  suivre  maintenant  dans  les  rues  tor- 
tueuses  de  Milan,  nous  nous  arreterons  un  instant  en  face 
de  son  dome  miraculeux  ;  mais  comme  nous  le  leverrons 
23lus  tard,  et  en  detail,  je  vous  inviterai  a  prendre  prompte- 
ment  a  gauche  ;  car  une  de  ces  scenes  qui  se  passent  dans 
une  cliambre  et  qui  retentissent  dans  un  monde,  est  prete  a 
s'accomplir. 

Entrons  done  an  Palais-Eoyal,  montons  le  grand  escalier, 
traversons  quelques-uns  de  ces  api^artements  qui  viennent 
d'etre  si  splendidement  decores  par  le  pinceau  d'Appiani  : 
plus  tard  nous  nous  arreterons  devant  ces  fresques  qui  re- 
presentent  les  quatre  parties  du  monde,  et  devant  le 
plafond  oil  s'accomplit  le  triomphe  d'Auguste  ;  mais,  a 
cette  heure,  ce  sont  des  tableaux  vivants  qui  nous  at- 
tendent,  c'est  de  I'histoire  moderne  que  nous  allons  ecrire. 

Entre-baillons  doucement  la  porte*  de  ce  cabinet,  afin  de 
voir  sans  etre  vus.  C'est  bien  :  vous  apercevez  un  liomme, 
n'est-ce  pas  ?  et  vous  le  reconnaissez  a  la  simplicite  de  son 
uniforme  vert,  a  son  pantalon  collant*  de  cachemire  blanc, 
a  ses  bottes  assouplies*  et  montant  jusqu'au  genou.  Voyez 
sa  tete  modelee  comme  un  marbre  antique  ;  cette  etroite 
meclie  de  cheveux  noirs  qui  va  s'amincissant  sur  son  large 
front ;  ces  yeux  bleus  dont  le  regard  s'use  a  percer  I'a- 
venir ;  ces  levres  pressees.  .  .  Quel  calme  !  .  .  .  C'est  la 
conscience  de  la  force,  c'est  la  serenite  du  lion.  Quand 
cette  bouclie  s'ouvre,  les  peuples  ecoutent ;  quand  cet  ceil 
s'allume,  les  plaines  d'Austerlitz  jettent  des  flammes  comme 
un  volcan  ;  quand  ce  sourcil  se  fronce,  les  rois  tremblent. 
A  cette  heure,  cet  bomme  commande  tl  cent-vingt  millions 
d'hommes  ;  dix  peuples  chantent  en  clioeur  I'hosanna  de  sa 
gloire  en  dix  langues  differentes  ;  car  cet  homme,  c'est 
plus  que  Cesar  ;  c'est  autant  que  Charlemagne  ; — c'est 
Napoleon-le-Grand,  le  Jupiter  tonnant  de  la  France. 

Apres  un  instant  d'attente  calme,  il  fixe  ses  yeux  sur  une 
porte  qui  s'ouvre  ;  elle  donne  entree  a  un  homme  vetu 
d'un  habit  bleu,  d'un  pantalon  gris  collant,  au-dessous  du 
genou  duquel  montent,  en  s'ecliancrant  en  coeur,  des  bottes 


PART  SECOND.  137 

a  la  hussarde.*     En  jetant  les  yeux  snr  lui,  nous  lui  trou- 
verons  une  ressemblance  primitive  avec  celui  qui   parait 
I'attendre.     Cependant  il  est  plus  grand,  plus  maigre,  plus 
brun : — celui-la,  c'est  Lucien,  le  vrai  Romain,  le  republi-*^ 
cain  des  jours  antiques,  la  barre  de  fer  de  la  famille.* 

Ces  deux  hommes,  qui  ne  s'etaient  pas  revus  depuis 
Austerlitz,  jeterent  Fun  sur  Fautre  un  de  ces  regards  qui 
vont  fouiller  les  ames  ;*  car  Lucien  etait  le  seul  qui  eut* 
dans  les  yeux  la  meme  puissance  que  Napoleon. 

II  s'arreta  apres  avoir  fait  trois  pas  dans  la  cliambre. 
Napoleon  marcha  vers  lui  et  lui  tendit  la  main.  ^^Mon 
frere,"  s'ecria  Lucien  en  jetant  les  bras  autour  du  cou  de 
son  aine ;  '^  mon  frere !  que  je  suis  heureux  de  vous  revoir !" 

"  Laissez-nous  seuls,  messieurs,"  dit  Fempereur,  faisant 
signe  de  la  main  a  un  groupe.  Les  trois  hom.mes  qui  le 
formaient  s'inclinerent  et  sortirent  sans  murmurer  une 
parole,  sans  repoudre  un  mot.  Cependant,  ces  trois 
hommes  qui  obeissaient  ainsi  a  un  geste,  c'etaient  Duroc, 
Eugene,  et  Murat :  un  marechal,  uu  prince,  et  un  roi. 

*^Je  vous  ai  fait  mander,  Lucien,"  dit  Napoleon,  lors- 
qu'il  se  vit  seul  avec  son  frere. 

"  Et  vous  voyez  que  je  me  suis  empresse  de  vous  obeir 
comme  a  mon  aine,"  repondit  Lucien. 

Napoleon  fronc^a  imperceptiblement  le  sourcil. 

"N'importe  !  vous  etes  venu,  et  c'est  ce  que  je  desirais, 
car  j'ai  besoin  de  vous  parler. " 

"  J'ecoute,"  repondit  Lucien  en  s'inclinant. 

Napoleon  prit  avec  Findex  et  le  pouce  un  des  boutons  de 
Fhabit  de  Lucien,  et  le  regardant  lixement  :  "  Quels  sont 
vos  projets  ?"  dit-il. 

"  Mes  projets,  a  moi  ?"  reprit  Lucien  etonne  :  "les 
projets  d'un  homme  qui  vit  retire,  loin  du  bruit,  dans  la 
solitude  ;  mes  projets  sont  d'achever  tranquillement,  si  je  le 
puis,  un  poeme  que  j'ai  commence." 

"  Oui,  oui,  "  dit  ironiquement  Napoleon  ;  "  vous  etes  le 
poete  de  la  famille,  vous  faites  des  vers  tandis  que  je  gagne 
des  batailles  :  quand  je  serai  mort  vous  me  cbanterez  ; 
j'aurai  cet  avantage  sur  Alexandre,  d'avoir  mon  Homere." 

■'Quel  est  le  plus  heureux  de  nous  deux  ?" 


158  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

'^Vous,  certes,  vous,"  dit  Napoleon  en  lachant  avec  un 
geste  (I'humeur  le  bouton  qu'il  tenait  "car  voiis  n'avez  pas 
le  chagrin  de  voir  dans  votre  famille  des  indifferents,  et 
peut-etre  des  rebelles." 

Lucien  laissa  tomber  ses  bras,  et  regarda  I'empereur  avec 
tristesse. 

^'  Des  indifferents  ! .  .  .  Rappelez-vous  le  18  brumaire.  .  . ; 
des  rebelles  !  .  .  .  et  oii  jamais  m'avez-vous  vu  evoquer  la 
rebellion  ?" 

"  C'est  une  rebellion  que  de  ne  point  me  servir  :  celui 
qui  n'est  point  avec  moi  est  contre  moi.  Voyons,  Lucien  ; 
tu  sais  que  tu  es  parmi  tons  mes  freres  celui  que  j'aime  le 
mieux  !" — il  lui  prit  la  main, — "le  seul  qui  puisse*  con- 
tinuer  mon  oeuvre  :  veux-tu  renoncer  a  I'opposition  tacite 
que  tu  fais  ?  .  .  .  Quand  tons  les  rois  de  I'Europe  sont  a 
genoux,  te  croirais-tu  humilie  de  baisser  la  tete  au  milieu 
du  cortege  de  iiatteurs  qui  accompagnent  mon  char  de 
triomphe  ?  Sera-ce  done  toujoiirs  la  voix  de  mon  frere  qui 
me  criera :  '  Cesar,  n'oublie  pas  que  tu  dois  mourir !' 
Voyons,  Lucien,  veux-tu  marcher  dans  ma  route  ?" 

"Comment  Votre  Majeste  I'entend-elle  ?"  repondit 
Lucien,  en  jetant  sur  Napoleon  un  regard  de  defiance. 

L'empereur  marcha  en  silence  vers  une  table  ronde  qui 
masquait  le  milieu  de  la  chambre,  et  posant  ses  deux  doigts 
sur  le  coin  d'une  grande  carte  roulee,  il  se  retourna  vers 
Lucien,  et  lui  dit  : 

"  Je  suis  au  faite  de  ma  fortune,*  Lucien  ;  j'ai  conquis 
I'Europe,  il  me  reste  a  la  tailler  a  ma  fantaisie  ;  je  suis 
aussi  victorieux  qu' Alexandre,  aussi  puissant  qu'Auguste, 
aussi  grand  que  Charlemagne  ;  je  veux  et  je  puis.  .  .  Eh 
bien  !  .  .  ."  II  prit  le  coin  de  la  carte  et  la  deroula  sur  la 
table  avec  un  geste  gracieux  et  nonchalant.  Choisissez  le 
royaume  qui  vous  plaira  le  mieux,  mon  frere,  et  je  vous 
engage  ma  parole  d'empereur  que,  du  moment  oii  vous 
me  I'aurez  montre  du  bout  du  doigt,  ce  royaume  est  a 
vous." 

"Et  pourquoi  cette  proposition  a  moi,  plutot  qu'a  tout 
autre  de  mes  freres  ?" 

"Parce  que  toi  seul  es  selon  mon  esprit^*  Lucien," 


PART   SECON'D.  159 

"Comment  cela  se  peut-il,  puisque  je  ne  suis  pas  selon 
vos  principes  ?" 

"  J'esperais  que  tu  avals  change  depuis  quatre  ans  que  je 
ne  t'ai  vu."* 

"  Et  vous  vous  etes  trompe,  mon  frere  ;  je  suis  toujours 
le  meme  qu'en  1799  ;  je  ne  troquerai  pas  ma  chaise  curule 
centre  un  trone." 

'^  Niais  et  insense !"  dit  Napoleon,  en  se  mettant  a  marcher 
et  en  se  parlant  a  lui-meme;  "insense  et  aveugle,  qui  ne  voit 
pas  que  je  suis  envoye  par  le  destin  pour  enrayer  ce  tom- 
bereau  de  la  guillotine*  qu'ils  ont  pris  pour  un  char  republi- 
cain  I"  Puis,  s'arretant  tout  a  coup  et  marchant  a  son 
frere  :  "  Mais  laisse-moi  done  t'enlever  sur  la  montagne  et 
te  montrer  les  royaumes  de  la  terre  :  lequel  est  mur  pour 
ton  reve  sublime  ?*  Voyons,  est-ce  le  corps  germanique, 
oil  il  n'y  a  de  vivant  que  ces  universites,  espece  de  pouls 
republicain  qui  bat  dans  un  corps  monarchique  ?  Est-ce 
I'Espagne,  catholique  depuis  le  treizieme  siecle  seulement, 
et  chez  laquelle  la  veritable  interpretation  de  la  parole  divine 
germe  a  peine  ?  Est-ce  la  Russie,  dont  la  tete  pense  peut- 
etre,  mais  dont  le  corps,  galvanise  un  instant  par  le  czar 
Pierre,  est  retombe  dans  sa  paralysie  polaire  ?  Non,  Lucien, 
non  ;  les  temps  ne  sont  pas  venus ;  renonce  a  tes  folles 
utopies ;  donne-moi  la  main  comme  frere  et  comme  allie, 
et  demain  je  te  fais  le  chef  d'un  grand  peuple  ;  je  reconnais 
ta  femme  pour  ma  soeur,  et  je  te  rends  toute  mon  amitie." 

"  C'est  cela,"  dit  Lucien,  "  vous  desesperez  de  me  con- 
vaincre,  et  vous  voulez  m'acheter." 

L'empereur  fit  un  mouvement.  "Laissez-moi  dire  a  mon 
tour,  car  ce  moment  est  solennel,  et  n'aura  pas  son  pared 
dans  le  cours  de  notre  vie  :  je  ne  vous  en  veux*  pas  de 
m'avoir  mal  juge;  vous  avez  rendu  tant  d'hommes  muets  et 
sourds  en  leur  coulant  de  For  dans  la  bouche  et  dans  les 
oreilles,  que  vous  avez  cru  qu'il  en  serait*  de  moi  ainsi  que 
des  autres.  Vous  voulez  me  faire  roi,  dites-vous  ?  eh 
bien  !  j'accepte,  si  vous  me  promettez  que  mon  royaume  ne 
sera  point  une  prefecture.  Vous  me  donnez  un  peuple  : 
je  le  prends,  pen  m'importe  lequel,  mais  a  la  condition  que 
je  le  gouvernerai  selon  ses  idees  et  selon  ses  besoius ;  je 


160  a:n^alytical  French  reader. 

veux  etre  son  pere  et  non  son  tyran  ;  je  venx  qu'il  m'aime, 
et  non  qu'il  me  craigne  :  du  jour  on  j'aurai  mis  la  couronnc 
d'Espagne,  de  Suede,  de  Wurtemberg  ou  de  Hollande  sur 
ma  tete,  ^"e  ne  serai  plus  Fran^ais,  mais  Espagnol,  Alle- 
mand,  ou  Hollandais  :  mon  noiiveau  peuple  sera  ma  seule 
famille.  Songez-y  bien  ;  alors  nous  ne  serous  plus  freres 
selon  le  sang,  mais  selon  le  rang  ;  vos  volontes  seront  con- 
signees a  mes  frontieres  ;*  si  vous  march ez  contre  moi,  je 
vous  attendrai  debout ;  vous  me  vaincrez,  sans  doute  ;  car 
vous  etes  un  grand  capitaine,  et  le  dieu  des  armees  n'esfc 
pas  toujours  celui  de  la  justice  ;  alors  je  serai  un  roi  de- 
trone,  mon  peuple  sera  un  peuple  conquis ;  et  libre  a  vous* 
de  donner  ma  couronne  et  mon  peuple  a  quelqu'autre  plus 
soumis  ou  plus  reconnaissant.     J'ai  dit." 

'^'  Toujours  le  meme,  toujours  le  meme !"  murmura 
Napoleon  ;  puis  tout  a  coup,  frappant  du  pied  :  ^'Lucien, 
vous  oubliez  que  vous  devez  m'obeir,  comme  a  votre  pere, 
comme  a  votre  roi." 

^'  Tu  es  mon  aine,  non  mon  pere  ;  tu  es  mon  frere,  non 
mon  roi  :  jamais  je  ne  courberai  la  tete  sous  ton  joug  de 
fer,  jamais  !  jamais  !" 

IsTaj^oleon  devint  affreusement  pale,  ses  yeux  prirent  une 
expression  terrible,  ses  levres  tremblerent. 

''Reflecliissez  a  ce  que  je  vous  ai  dit,  Lucien." 

^^Reflecliis  a  ce  que  je  vais  te  dire,  Napoleon  :  tu  as  mal 
tue  la  republi(iue,  car  tu  I'as  fra2:)pee  sans  oser  la  regarder 
en  face  ;  I'esprit  de  liberte,  que  tu  crois  etouffe  sous  ton  des- 
potisme,  grandit,  se  repand,  se  propage  ;  tu  crois  le  pousser 
devant  toi,  il  te  suit  par  derriere  ;  taut  que  tu  seras  vic- 
torieux,  il  sera  muet;  mais  vienne*  le  jonr  des  revers,  et  tu 
verras  si  tu  peux  t'aj^puyer  sur  cette  France  que  tu  auras 
faite  grande,  mais  esclave.  Tout  empire  eleve  par  la  force 
doit  tomber  par  la  violence  et  la  force.  Et  toi,  toi.  Napo- 
leon, qui  tomberas  du  faite  de  cet  empire,  tu  seras  brise," — 
prenantsa  montre  et  I'ecrasant  contre  terre, — "brise,  vois- 
tu,  comme  je  orise  cette  montre,  tandis  que  nous,  mor- 
ceaux  et  debris  de  ta  fortune,  nous  serous  disperses  sur  la 
surface  de  la  terre,  parce  que  nous  serous  de  ta  famille,  et 
maudits,  parce  que  nous  porterons  ton  nom.    Adieu,  sire  I" 


PART   SECOND.  161 

Lucien  sortit.  Napoleon  resta  immobile  et  les  yeux 
fixes  ;  au  bout  de  cinq  minutes,  on  entendit  le  roulement 
d'une  voiture  qui  sortait  des  cours  du  palais  ;  Napoleon 
sonna, 

"  Quel  est  ce  bruit  ?"  dit-il  a  I'huissier  qui  entr'ouvrit  la 
porte.  ^^C'est  celui  de  la  voiture  du  frere  de  Votre 
Majeste  qui  repart  pour  Kome."  ^'C'est  bien,"  dit  Napo- 
leon ;  et  sa  figure  reprit  ce  calme  impassible  et  glacial  sous 
lequel  il  cachait,  comme  sous  un  masque,  les  emotions  les 
plus  vives. 

Dix  ans  etaient  a  peine  ecoules  que  cette  prediction  de 
Lucien  s'etait  accomplie.  L'emjiire,  eleve  par  la  force,  avait 
ete  renverse  par  la  force  ;  Napoleon  etait  brise,  et  cette 
famille  d'aigles,  dont  I'aire  etait  aux  Tuileries^  s'etait  epar- 
pillee,  fugitive,  proscrite  et  battant  des  ailes  sur  le  monde.* 
Madame  Bonaparte  mere,  cette  Niobe  imperiale,  qui  avait 
donne  le  jour  a  un  empereur,  a  trois  rois,  a  deux  arclii- 
duchesses,  s'etait  retiree  a  Rome  ;  Lucien  dans^  sa  princi- 
paute  de  Canino,  Louis  a  Florence,  Joseph  aux  Etats-L^nis, 
Jerome  en  Wurtemberg,  la  princesse  Elisa  a  Baden,  ma- 
dame  Borghese  a  Piombino,  et  la  reine  de  Hollande  au 
chateau  d' Arenemberg.  — D umas. 


4z5.     TLiG  Salon  de  3-Eaclarrie  Recamier. 

Au  mois  de  mai  dernier  (1849)  a  disparu  une  figure  uni- 
que entre  les  femmes  qui  ont  regne  par  leur  beaute  et  par 
leur  grace  ;  un  salon  s'est  ferme,  qui  avait  reuni  longtemps, 
sous  une  influence  charmante,  les  personnages  les  plus  il- 
lustres  et  les  plus  divers,  oii  les  plus  obscurs  meme,  un 
jour  ou  I'autre,  avaient  eu  chance  de  passer.  .  . 

M.  de  Chateaubriand  y  regnait,  et,  quand  il  etait  pre- 
sent, tout  se  rapportait*  a  lui  :  mais  il  n'y  etait  pas  toujours, 
et  meme  alors  il  y  avait  des  places,  des  degres,  des  apartes 
pour  chacun.*  On  y  causait  de  toutes  choses,  mais  comme 
en  confidence  et  un  pen  moins  haut  qu'ailleurs.  Tout  le 
monde,  ou  du  moins  bien  du  monde  allait  dans  ce  salon,  et 
il  n'avait  rien  de  banal  ;*  on  y  respirait,  en  entrant,  un  air 
de  discretion  et  de  mystere.     La  bienveillance,  mais  une 


162  ANALYTICAL    FRENCH    READER. 

bienveillance  sentie  et  nuancee,*  je  ne  sais  quoi  de  particu- 
lier  qui  s'adressait  a  chacun,  mettait  aussitot  a  I'aise  et 
temperait  le  premier  effet  de  I'initiation  dans  ce  qui  sem- 
blait  tant  soit  peu  un  sanctuaire.*  On  y  trouvait  de  la  dis- 
tinction et  de  la  familiarite,  ou  du  moins  du  naturel,  nne 
grande  facilite  dans  le  choix  des  sujets,  ce  qui  est  tres-im- 
portant  pour  le  jeu  de  I'entretien;  une  promptitude  a  entrer 
dans  ce  qu'on  disait,  qui  n'etait  pas  seulement  de  complai- 
sance et  de  bonne  grace,  mais  qui  temoignait  d'un  interet 
plus  vrai.*  Le  regard  rencon trait  d'abord  un  sourire  qui 
disait  si  bien  :  Je  com.prends,  et  qui  eclairait  tout  avec 
douceur.  On  n'en  sortait  pas,  meme  une  premiere  fois, 
sans  avoir  ete  touclie  a  un  endroit  singulier  de  Fesprit*  et 
du  coeur,  qui  faisait  qu'on  etait  flatte  et  surtout  reconnais- 
sant.  II  y  eut  bien  des  salons  distingues  au  XVIIP  siecle; 
ceux  de  madame  Geoff rin,  de  madame  d'Houdetot,  de  ma- 
dame  Suard.  Madame  Recamier  les  connaissait  tons  et  en 
parlait  tres-bien  ;  celui  qui  aurait  voulu  en  ecrire  avec 
gout  aurait  du  en  causer  auparavant  avec  elle  ;  mais  aucun 
ne  devait  ressembler  au  sien. 

C'est  aussi  qu'elle  ne  ressemblait  a  personne.  M.  de 
Chateaubriand  etait  I'orgueil  de  ce  salon,  mais  elle  en  etait 
Fame.  .  .  Dans  son  petit  salon  de  FAbbaye,  elle  pensait  a 
tout ;  elle  etendait  au  loin  son  reseau  de  sym2:»athie.  *  Pas 
un  talent,  pas  une  vertu,  pas  une  distinction  qu'elle 
n'aimat*  a  connaitre,  a  convier,  a  obliger,  a  mettre  en  lu- 
miere,  a  mettre  surtout  en  raj)port  et  en  harmonie  autour 
d'elle,  a  marquer  au  coeur  d'un  petit  signe  qui  etait  sien.* 
II  y  a  la  de  I'ambition,  sans  doute  ;  mais  quelle  ambition 
adorable,  surtout  quand,  s'adressant  aux  plus  celebres,  elle 
ne  neglige  pas  meme  les  plus  obscurs,  et  quand  elle  est  a 
la  recherche  des  j^lus  souffrants  !  C'etait  le  caractere  de 
cette  ame  si  multij^liee  de  madame  Recamier,  d'etre  a  la 
fois  universelle  et  tres-particuliere,  de  ne  rien  exclure,  que 
dis-je  ?  de  tout  attirer  et  d'avoir  pourtant  le  choix. 

Ce  choix  pouvait  meme  sembler  unique.  M.  de  Cha- 
teaubriand, dans  les  vingt  dernieres  annees,  fut  le  grand 
centre  de  son  monde,  le  grand  interet  de  sa  vie,  celiii 
auquel,  je  ne  dirai  pas  qu'elle  sacrifiait  tous  les  autres  (elle 


PART   SECOXD.  163 

ne  sacrifiait  personne  qu'elle-meme),  mais  auquel  elle  su- 
bordonnait  tout.  II  avait  ses  antipathies,  ses  aversions  et 
meme  ses  amertumes,  que  les  Meniovres  d'outre-toiitibe  au- 
jourd'hui  declarent  assez.  Elle  temperait  et  corrigeait 
tout  cela.  Comme  elle  etait  ingenieuse  a  le  faire  parler 
quand  il  se  taisait,  a  supposer  de  lui  des  j)aroles  aimables, 
bienveillantes  pour  les  autres,  qu'il  lui  avait  dites  sans 
doute  tout  a  I'heure  dans  Fintimite,  mais  qu'il  ne  repetait 
pas  toujours  devant  des  temoins  !  Comme  elle  etait  co- 
quette jDOur  sa  gloire  !  Comme  elle  reussissait  parfois  a 
le  rendre  reellement  gai,  aimable,  tout  a  fait  content,  elo- 
quent, toutes  clioses  qu'il  etait  si  aisement*  des  qu'il  le  vou- 
lait  !  .  .  . 

Une  personne  d'un  esjorit  aussi  delicat  que  juste,  et  qui 
I'a  bien  connue,  disait  de  madame  Recamier  :  ^'  Elle  a  dans 
le  caractere  ce  que  Shakspeare  appelle  milh  of  liuman 
Icindness  (le  lait  de  la  bonte  humaine),  une  douceur  tendre 
et  compatissante.  Elle  voit  les  defauts  de  ses  amis,  mais 
elle  les  soigne  en  eux  comme  elle  soignerait  leurs  infirmites 
physiques."  Elle  etait  done  la  soeur  de  charite  de  leurs 
peines,  de  leurs  faiblesses,  et  un  peu  de  leurs  defauts. — 
Sainte-Beuve. 


4r6.     ILies  Forets  dix  Non^veaix-MioiKie. 

Un  soir,  en  Sicile,  il  nous  arriva  de  nous  perdre  dans  un 
vaste  marais  qui  occupe  maintenant  la  place  oii  etait  batie 
jadis  la  ville  d'Himere.  L'impression  que  fit  naitre  en 
nous  la  vue  de  cette  fameuse  cite  devenue  un  desert  sau- 
vage  fut  grande  et  profonde.  Jamais  nous  n'avions  ren- 
contre sur  nos  pas  un  plus  magnifique  temoignage  de  I'ins- 
tabilite  des  choses  humaines  et  des  miseres  de  notre  nature. 
Ici^  c'etait  bien  encore  une  solitude,  mais  I'imagination,  au 
lieu  d'aller  en  arriere  et  de  chercher  a  remonter  vers  le 
passe,  s'elan9ait  au  contraire  en  avant,  et  se  perdait  dans 
un  immense  avenir.  Nous  nous  demandions  par  quelle 
singuliere  loi  de  la  destinee,  nous,  qui  avions  ^w  contempler 
les  mines  d'empires  qui  n'existent  plus,  et  marcher  dans 
des  deserts  de  fabrique  humaine,  nous,  enfants  d'un  vieux 


164  ANALYTICAL   FREITCH   READER. 

peii23le,  nous  etions  conduits  a  assister  a  I'une  des  scenes 
du  monde  primitif,  et  a  voir  le  berceau  encore  vide  d'une 
grande  nation.  Ce  ne  sont  point  la  les  previsions  plus  ou 
moins  liasardees  de  la  sagesse  ;  ce  sont  des  faits  aussi  cer- 
tains que  s'ils  etaient  accomplis  :  dans  pen  d'annees^  ces 
forets  impenetrables  seront  tombees,  le  bruit  de  la  civilisa- 
tion et  de  I'industrie  rompra  le  silence  de  la  Saginaw. 
Son  echo  se  taira  ;  des  quais  emprisonneront  ses  rives  ;  ses 
eaux  qui  coulent  aujourdliui  ignorees  et  tranquilles  au 
milieu  d'un  desert  sans  nom^  seront  refoulees  dans  leurs 
cours  par  la  proue  des  vaisseaux.  Cinquante  lieues  se- 
parent  encore  cette  solitude  des  grands  etablissements  eu- 
ropeens,  et  nous  sommes  peut-etre  les  derniers  voyageurs 
auxquels  il  ait*  ete  donne  de  la  contempler  dans  sa  primi- 
tive splendour,  tant  est  grande  I'impiQsion  qui  entraine  la 
race  blanche  vers  la  conquete  entiere  du  Nouveau-Monde  ! 
C'est  cette  idee  de  destruction,  cette  arriere-pensee*  d'un 
changement  procliain  et  inevitable  qui  donne,  suivant 
nous,  aux  solitudes  de  I'Amerique  un  caractere  si  original 
et  une  si  touchante  beaute.  On  les  voit  avec  un  plaisir 
melancolique.  On  se  liate  en  quelque  sorte  de  les  admirer. 
L'idee  de  cette  grandeur  naturelle  et  sauvage,  qui  va  finir, 
se  mele  aux  magnifiques  images  que  la  marche  de  la  civili- 
sation fait  naitre.  On  se  sent  tier  d'etre  homme,  et  Ton 
eprouve  en  memo  temps  je  ne  sais  quel  amer  regret  du 
pouvoir  que  Dieu  nous  a  accorde  sur  la  nature.  L'ame  est 
agitee  par  des  idees,  des  sentiments  contraires  ;  mais  toutes 
les  impressions  qu'elle  re9oit  sont  gran  des,  et  laissent  une 
trace  profonde. — Alexis  de  Tocqueville. 


4=7".     I^es  Premieres  I^ectures. 

Je  suis  de  ceux  pour  qui  la  connaissance  d'un  livre  pent 
devenir  un  veritable  evenement  moral.  Le  pen  de  bons 
ouvrages  dont  je  me  suis  penetre  depuis  que  j'existe,  a  de- 
veloppe  le  pen  de  bonnes  qualites  que  j'ai.  Je  ne  sais  ce 
qu'auraient  produit  de  mauvaises  lectures  ;  je  n'en  ai  point 
fait,  ayant  eu  le  bonheur  d'etre  bien  dirige  des  mon 
enfance.     11  ne  me  reste  done  a  cet  ogard  que  les  plus 


PART  SECOND.  -      165 

doiix  et  les  i^liis  cliers  souvenirs.  Un  livre  a  toujoiirs  ete 
pour  moi  un  ami^  un  conseil,  un  consolateur  eloquent  et 
calme,  dont  je  ne  voulais  pas  epuiser  vite  les  ressources,  et 
que  je  gardais  pour  les  occasions  favorables.  Oh  !  quel  est 
celui  de  nous  qui  ne  se  rappelle  avec  amour  les  premiers 
ouvrages  qu'il  a  devores  ou  savoures  !  La  couverture  d'un 
bouquin  poudreux,  que  vous  retrouvez  sur  les  rayons  d'une 
armoire  oubliee,  ne  vous  a-t-elle  jamais  retrace  les  gracieux 
tableaux  de  vos  jeunes  annees  ?  N'avez-vous  pas  cru  voir 
surgir  devant  vous  la  grande  prairie  baignee  des  rouges 
clartes  du  soir,  lorsque  vous  le  lutes  pour  la  premiere  fois  ? 
le  vieil  ormeau  et  la  haie  qui  vous  abriterent,  et  le  fosse 
dont  le  revers  vous  servit  de  lit  de  repos  et  de  table  de  tra- 
vail, tandis  que  la  grive  chantait  la  retraite  a  ses  com- 
pagnes,  etque  le  pipeau  du  vaclier  se  perdait  dans  I'eloigne- 
ment  ?  Oh  !  que  la  nuit  tombait  vite  sur  ces  pages  divines  ! 
Que  le  crepuscule  faisait  cruellement  Hotter  les  caracteres 
sur  la  feuille  palissante  !  C'en  est  fait,  les  agneaux  belent, 
les  brebis  sont  arrivees  a  I'etable,  le  grillon  prend  jDOSsession 
des  chaumes  de  la  plaine.  Les  formes  des  arbres  s'effacent* 
dans  le  vague  de  Pair,  comme  tout  a  Fheure  les  caracteres 
sur  le  livre.  II  faut  partir  ;  le  chemin  est  pierreux,  Fecluse 
est  etroite  et  glissante  ;  la  cote  est  rude  ;  vous  etes  convert 
de  sueur  ;  mais  vous  aurez  beau  faire,  vous  arriverez  trop 
tard  ;  le  souper  sera  commence.*  C'est  en  vain  que  le  vieux 
domestique  qui  vous  aime  aura  retarde  le  coup  de  cloche 
autant  que  possible  ;  vous  aurez  F humiliation  d'entrer  le 
dernier,  et  la  grand'mere.  inexorable  sur  I'etiquette,  meme 
au  fond  de  ses  terres,  vous  fera,  d'une  voix  douce  et  triste, 
un  reproche  bien  leger,  bien  tendre,  qui  vous  sera  plus 
sensible  qu'un  chatiment  severe.  Mais  quand  elle  vous 
demandera  le  soir  la  confession  de  votre  journee,  et  que 
vous  aurez  avoue  en  rougissant,  que  vous  vous  etes  oublie 
a  lire  dans  un  pre,  et  que  vous  aurez  ete  somme  de  montrer 
le  livre,  apres  quelque  hesitation  et  une  grande  crainte  de 
le  voir  confisque  sans  I'avoir  fini,  vous  tirerez  en  tremblant 
de  votre  poche,  quoi  ?  Estelle  et  Kemorin  ou  Robinson 
Crusoe.  Oh  !  alors  la  grand'mere  sourit.  Rassurez-vous, 
votre  tresor  vous  sera  rendu  ;  mais  il  ne  faudra  pas  desor- 


166  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

mais  oublier  I'lieure  du  sonper.  Heiireux  temps  !  6  ma 
vallee  noire  !  6  Corinne  !  6  Bernardin  de  Saint-Pierre  !  6 
I'lliade  !  6  Millevoye  !  6  Atala  !  6  les  saules  de  la  riviere  ! 
6  ma  jeunesse  ecoulee  !  6  mon  vieux  chien  qui  n'oubliait 
pas  I'heure  du  souper,  et  qui  repondait,  au  son  lointain  de 
la  cloche,  par  un  douloureux  hurlement  de  regret  et  de 
gourmandise  ! — George  Sand. 


48.     3Li'XJs\irier. 

Saisirez-vous  bien  sa  figure  pale  et  blafarde  a  laquelle  je 
voudrais  que  I'Academie  me  permit  de  donner  le  nom  de 
face  limaire,*  et  qui  ressemblait  a  du  vermeil  dedore  ? 
Les  cheveux  de  mon  usurier  etaient  plats,  soigneusement 
peignes,  et  d'un  gris-cendre.*  Les  traits  de  son  visage,  im- 
passible autant  que  celui  de  M.  de  Talleyrand,  paraissaient 
avoir  ete  coules  en  bronze.  Jaunes  comme  ceux  d'une 
fouine,  ses  petits  yeux  n'avaient  presque  point  de  cils,  et 
craignaient  la  lumiere,  dont  ils  etaient  garantis  par  I'abat- 
jour  d'une  vieille  casquette  verte.  Son  nez  pointu  etait  si 
grele  dans  le  bout  que  vous  I'eussiez  compare  a  une  vrille. 
II  avait  les  levres  minces  de  ces  alchimistes  et  de  ces  petits 
vieillards  peints  par  Rembrandt  ou  par  Metzu.  Get 
homme  parlait  bas,  d'un  ton  doux,  et  ne  s'emjoortait  jamais. 
Son  age  etait  un  probleme  :  on  ne  pouvait  pas  savoir  s'il 
etait  vieux  avant  le  temps,  ou  s'il  avait  menage  sa  jeunesse 
afin  qu'elle  lui  servit  toujours.  Tout  etait  propre  et  rape 
dans  sa  chambre,  pareille,  depuis  le  drap  vert  du  bureau 
jusqu'au  tapis  du  lit,  au  froid  sanctuaire  de  ces  vieilles 
filles  qui  passent  la  journee  il  frotter  leurs  meubles.  En 
hiver,  les  tisons  de  son  foyer  toujours  enterres  dans  un 
talus  de  cendres,  y  fumaient  sans  flamber.  Ses  actions, 
depuis  I'heure  de  son  lever  jusqu'a  ses  acces  de  toux  le  soir, 
etaient  soumises  a  la  regularity  d'une  pendule.  C'etait,  en 
quelque  sorte,  un  lioimne  modele  que  le  sommeil  remontait. 
Si  vous  touchez  un  cloporte  cheminant  sur  un  papier,  il 
s'arrete  et  fait  le  mort ;  de  meme,  cet  homme  s'interrom- 
pait  au  milieu  de  son  discours  et  se  taisait  au  passage  d'une 


PART   SECOND.  167 

voiture,  afin  de  ne  pas  forcer  sa  voix.  A  I'imitation  de 
Fontenelle,  il  economisait  le  mouvement  vital,  et  concen- 
trait  tons  les  sentiments  huniains  dans  le  Dioi.  Aussi  sa 
vie  s-ecoulait-elle  sans  faire  plus  de  bruit  que  le  sable  d'une 
horloge  antique.  Vers  le  soir,  riiomme-billet*  se  changeait 
en  un  liomme  ordinaire,  et  ses  metaux  se  metamorphosaient 
en  coeur  humain.  S'il  etait  content  de  sa  journee,  il  se 
frottait  les  mains  en  laissant  echapper  par  les  rides  cre- 
vassees  de  son  visage  une  fumee  de  gaite,*  car  il  est  im^^os- 
sible  d'exprimer  autrement  le  jeu  muet  de  ses  muscles. 
Enfin,  dans  ses  plus  grands  acces  de  joie,  sa  conversation 
restait  monosyllabique,  et  sa  contenance  etait  toujours 
negative  ;  voila  le  voisin  dont  le  liasard  m'avait  gratitie 
dans  la  maison  que  j'habitais,  rue  des  Gres.  Cette  maison, 
qui  n'a  pas  de  cour,  est  humide  et  sombre ;  les  appar- 
tements  ne  tirent  leur  jour  que  de  la  rue.  A  ce  triste 
aspect,  la  gaite  d'un  fils  de  famille  expirait  avant  qu'il 
entrat  chez  mon  voisin.  Le  seul  etre  avec  lequel  il  com- 
muniquait,  socialement  parlant,  etait  moi.  II  venait  me 
demander  du  feu,  m'empruntait  un  livre,  un  journal,  et 
me  permettait  le  soir  d'entrer  dans  sa  cellule  oii  nous  cau- 
sions  quand  il  etait  de  bonne  liumeur.  Ces  marques  de 
confiance  etaient  le  fruit  d'un  voisinage  de  quatre  annees 
et  de  ma  sage  conduite  qui,  faute  d'argent,  ressemblait 
beaucoup  a  la  sienne.  Avait-il  des  parents,  des  amis  ? 
Etait-il  riche  ou  j^auvre  ?  Personne  n'aurait  pu  repondre  a 
ces  questions.  Je  ne  voyais  jamais  d'argent  chez  lui.  Sa 
fortune  se  trouvait  sans  doute  dans  les  caves  de  la  banque. 
II  recevait  lui-meme  ses  billets,  en  courant  dans  Paris 
d'une  jambe  seche*  comme  celle  d'un  cerf.  II  etait  d'ail- 
leurs  martyr  de  sa  prudence.  Un  jour,  par  liasard,  il  por- 
tait  de  I'or  ;  un  double  napoleon  se  fit  jour,  on  ne  salt  com- 
ment, a  travers  son  gousset ;  un  locataire  qui  le  suivait 
dans  Fescalier,  le  ramassa  et  le  lui  presenta.  '^  Cela  ne  m'ap- 
partient  pas,"  repondit-il  avec  un  geste  de  surprise.  '^  A 
moi  de  I'or  !  vivrais-je  comme  je  vis,  si  j'etais  riche  ?"  Le 
matin,  il  appretait  lui-meme  son  cafe  sur  un  rechaud  de 
tole  qui  restait  toujours  dans  Tangle  noir  de  sa  cheminee. 
Un  rotisseur  lui  apportait  son  diner.    Notre  vieille  portiere 


168  AN"ALYTICAL   FRENCH   READER. 

montait  a  ime  heure  fixe  pour  approprier  sa  chambre. 
En  fin,  par  une  singularite  que  Sterne  appellerait  une  pre- 
destination, cet  liomme  s'appelait  Gohseck. — Balzac, 


Je  reviens  de  me  promener  seal  sur  les  pentes  embaumees 
du  Carmel.  J'etais  assis  sous  un  arbousier,  nn  peu  au- 
dessus  du  sentier  a  pic  qui  monte  au  sommet  de  ia  mon- 
tagne  et  aboutit  au  convent,  regardant  la  mer  qui  nie 
separe  de  tant  de  choses  et  de  tant  d'etres  que  j'ai  connus 
et  aimes,  mais  qui  ne  me  separe  pas  de  leur  souvenir.  Je 
repassais  ma  vie  ecoulee,  je  me  rappelais  des  heures 
pareilles  passees  sur  tant  de  rivages  divers  et  avec  des  pen- 
sees  si  differentes  ;  je  me  demandais  si  c'etait  bien  moi  qui 
etait  la  au  sommet  isole  du  Mont  Carmel,  a  quelques  lieues 
de  I'Arabie  et  du  desert,  etpourquoi  j'y  etais,  et  ou  j'allais  ; 
et  ou  je  reviendrais  ;  et  quelle  main  me  conduisait ;  et 
qu'est-ce  que  je  chei'chais  sciemment,  ou  a  mon  insu,  dans 
ces  courses  eternelles  a  travers  le  monde.  J'avais  peine  a 
recomposer  un  seul  etre  de  moi-meme  avec  les  phases  si 
oj^posees  et  si  imprevues  de  ma  courte  existence  ;  mais  les 
impressions  si  vives,  si  lucides,  si  j^resentes,  de  tons  les 
etres  que  j'ai  aimes  et  perdus,  retentissaient  toutes  avec 
une  profonde  angoisse  dans  le  meme  coeur  et  me  prouvaient 
trop,  que  cette  unite  que  je  ne  retrouvais  pas  dans  ma  vie, 
se  retrouvait  tout  entiere  dans  mon  cceur  !  Et  je  sentais 
mes  yeux  se  mouiller  en  regardant  le  passe  oii  je  n'aperce- 
vais  que  cinq  ou  six  tombeaux,  ou  mon  bonheur  s'etait 
deja  cinq  ou  six  fois  englouti.  Puis,  selon  mon  instinct, 
quand  mes  impressions  deviennent  trop  fortes  et  sont 
pres  d'ecraser  ma  pensee,  je  les  soulevais  d'un  elan  re- 
ligieux  vers  Dieu,  vers  cet  infini  qui  re9oit  tout,  qui 
absorbe  tout,  qui  rend  tout  ;  je  le  priais,  je  me  soumettais 
a  sa  volonte  toujours  bonne ;  je  lui  disais  :  tout  est  bien, 
puisque  vous  I'avez  voulu  ;  me  voici  encore  ;  continuez  a 
me  conduire  par  vos  voies  et  non  par  les  miennes  ;  menez- 
moi  ou  vous  voudrez  et  comme  vous  voudrez,  pourvu  que  je 
me  sente*  conduit  par  vous;  pourvu  que  vous  vous  reveliez* 


PART   SECOND.  169 

de  temps  en  temps  a  mes  tenebres,  par  un  de  ces  rayons  de 
Tame  qui  nous  montrent,  conime  I'eclair,  un  horizon  d'un 
moment  au  milieu  de  notre  nuit  profonde  ;  pourvu  que  je 
me  sente  soutenu  par  cette  esperance  immortelle  que  vous 
avez  laissee  sur  la  terre  comme  une  voix  de  ceux  qui  n'y 
sont  plus  ;  pourvu  que  je  les  retrouve*  en  vous,  et  qu'ils  me 
reconnaissent,*  et  que  nous  nous  aimions*  dans  cette  inef- 
fable unite  que  nous  formerions,  vous,  eux,  et  nous  !  Cela 
me  suffit  pour  avancer  encore,  pour  marcher  jusqu'au  bout 
dans  ce  chemin  qui  semble  sans  but.  Mais  faites  que  le 
chemin  ne  soit*  pas  trop  rude  a  des  pieds  deja  blesses  ! — 
De  Lamartine. 

50.    IL<e  Oal>iiiet  de  Tra^vail  de  1'A.cadeiixicien.. 

M.  Lormier  occupait,  sur  le  qua!  Saint-Michel,  un 
troisieme  etage  pour  lequel  il  avait  fait  un  bail*  de  dix- 
neuf  ans,  afin  de  profiter  des  amenagements*  perfectionnes 
qu'il  y  avait  etablis.  Tout  son  domestique  se  composait 
d'une  vieille  gouvernante  qui  passait  sa  vie  a  essayer  des 
marmites  economiques  ou  des  rotissoires  a  reflecteurs*  de 
I'invention  de  M.  Lormier,  et  d'un  vieux  serviteurqui  rem- 
plissait  tour  a  tour,  pres  de  lui,  les  fonctions  de  valet  de 
chambre  et  de  secretaire.  Ce  fut  celui-ci  qui  ro^ut  Rosalie, 
et  qui  I'introduisit  dans  une  grande  piece  ou  il  la  pria 
d'attendre. 

Cette  piece  servait  de  cabinet  de  travail  a  M.  Lormier, 
et  etait  rangee  avec  une  methode  qui  eut*  fait  honneur  a 
un  comptoir  hollandais.  On  voyait,  au  fond,  un  immense 
cartonnier  dont  chaque  cote  portait  une  etiquette.*  II  y 
avait  des  cartons  pour  les  traits  de  vertus,*  pour  les  po- 
tages  economiques,  pour  la  moralisation  des  classes  infe- 
rieures  et  pour  les  distributions  d'eau  a  domicile  ;*  le  tout 
avec  des  lettres  d'ordre  et  des  chiffres  de  renvoi,*  prouvant 
que  M.  Lormier  avait  su  ramener  ses  sympathies  humani- 
taires*  a  I'etat  de  comptabilite. 

Tout  le  reste  repondait  a  cet  arrangement  systematique. 
Point  de  vide  dans  la  bibliotheque  (preuve  evidente  que  le 
maitre  se  contentait  de  donner  ses  idees  sans  preter  ses 
livres);  point  de  papiers  epars  sur  le  bureau,  rien  enfin  de 


170  a:n"alytical  French  reader. 

ce  qui  annonce  I'agitation  d'un  travail  passionne.  II  etait 
clair  que  la  pliilanthropie  de  M.  Lormier  n'avait  rien 
d'exalte  ;  le  digne  academicien  n'etait  point  I'amant  de 
riiumanite,  il  I'avait  seulement  epousee  ! 

Mais  en  revanche,  il  semblait  epris  d'une  veritable  pas- 
sion pour  les  mille  petites  inventions  dont  le  but  est  d'in- 
troduire  la  mecanique  dans  le  menage.  Tout  dans  son 
cabinet  etait  soumis  a  cette  loi.  II  y  avait  un  fauteuil 
rationnel  (c'etait  sa  maniere  de  designer  les  improuvements'^ 
modernes),  un  encrier  rationjiel  et  une  table  rationnelle  ; 
le  tout  singulierement  laid  et  baroque,*  mais  incontestable- 
ment  perfectionne  ;  car  on  ne  pouvait  s'en  servir  sans  un 
apprentissage. 

Le  seul  ornement  de  ce  cabinet  etait  une  demi-douzaiiie 
de  thermometres  destines  a  faire  conuaitre  au  vieil  acade- 
micien le  degre  de  chaleur  dont  il  avait  besoin,  mais  qui, 
mallieureusement,  ne  s'accordaient  jamais  entre  eux. — - 
Emile  Souvestre. 

51.     I^a,  Regf^n^ratiori  Hvinialiie. 

On  a  tort  de  croire  que  pour  les  enfants  du  peuple  la 
misere  soit*  la  seule  cause  de  corruption.  Ce  qui  a  perdu 
Rosalie,  Tous,  et  tant  d'autres,  ce  n'est  point  la  faim  du 
corps,  mais  celle  de  Tame  ;  c'est  ce  besoin  de  connaitre  et 
de  jouir,  qu'aucun  principe  ne  combattait  ;  c'est  cet  en- 
tourage de  vices  provocateurs,  cette  absence  de  toute 
croyance  morale  !  .  .  .  Voila  ce  qu'on  ne  saurait  trop  re- 
peter.  Les  amis  du  peuple  out  droit,  sans  doute,  de  de- 
mander  pour  lui  un  partage  plus  egal  des  biens  ;  mais  il 
faut  surtout  qu'ils  reclament  une  culture  plus  delicate  de 
ses  sentiments.  Qu'importerait  de  le  rendre  plus  riche 
en  jouissances,  s'il  demeurait  aussi  pauvre  en  raison  et  en 
vertus  ?  Non  !  la  plus  grande  accusation  contre  la  societe 
n'est  point  dans  la  misere  du  pauvre,  mais  dans  ses  fautes  ; 
et  la  question  de  I'avenir  est  bien  moins  une  question  de 
salaire  que  d'education.  Ce  qu'il  faut  surtout,  et  a  tout 
prix,  c'est  I'arracher  aux  hasards  de  la  tentation  ;  c'est  le 
defendre  contre  les  vices  des  classes  privilegiees  ;  c'est  lui 
diev  I'avidite  brutale  des  jouissances,  en  lui  ense^'gnant  le 


PART   SECOND.  171 

culte  des  affections;  c'est  le  guerir,  a  la  fois,  de  la  servilite, 
de  la  haine  et  de  I'envie,  par  la  conscience  de  sa  dignite. 
La,  est  notre  veritable  tache  a  tons,  et  I'esperance  d'un 
avenir  meilleur.  La  regeneration  hnmaine  ne  releve  point 
de  I'economie  politique,  mais  de  la  morale  ;  car  derriere  le 
mon.de  apparent  des  interets  est  le  monde  invisible  des 
sentiments,  qui  le  domine  et  le  gouverne,  et  c'est  de  lui 
que  nous  dependons. — Emile  Souvestre. 


53.     Les  Salles  <i»A.sile. 

Ne  sentez-vous  pas  le  vent  qui  souffle  ?  La  bise  est  rude 
aux  pauvres  gens,  le  froid  jette  partout  son  manteau  de 
glace  ;  j'ai  done  pense,  enfants,  qu'il  serait  bien  a  moi  de 
laisser  de  cote  les  histoires  glorieuses  que  je  vous  raconte, 
pour  vous  entretenir  de  la  misere  de  tant  de  pauvres  petits 
enfants  comme  vous,  qui  ont  froid  et  qui  out  faim. 

Helas  !  vous  si  heureux ;  vous,  entoures  de  tant  de  soins 
et  de  tant  d'amour  ;  vous  qui,  en  vous  couchant  le  soir, 
trouvez  un  lit  bien  doux  ;  qui,  en  vous  reveillant  le  matin, 
trouvez  votre  rej^as  tout  j^i'epure  ;  vous  ne  vous  doutez  pas 
que,  tout  pres  de  vous,  la-haut  peut-etre,  au  dernier  etage 
de  la  maison  que  vous  habitez,  une  famille  indigente  manque 
de  pain  et  de  feu  ;  la-haut  peut-etre  une  pauvre  mere, 
forcee  de  sortir  de  chez  elle  tout  le  jour,  pour  gagner,  du 
travail  de  ses  mains,  le  pain  de  sa  famille,  se  trouve  em- 
barrassee  de  ses  enfants.  Qu'en  fera-t-elle  tout  le  long  du 
jour  ?  Qui  en  j)rendra  soin  si  elle  les  abandonne  ?  Elle 
n'a  personne  au  logis  pour  garder  sa  famille,  pas  de  vieille 
grand'mere  a  qui  elle  confie  ses  enfants,  pas  une  bonne  voi- 
sine  qui  les  surveille  ;  car  le  pauvre  logo  avec  le  pauvre,  et, 
dans  ces  tristes  maisons  de  I'indigence,  chaque  locataire  est 
oblige  de  gagner  sa  vie  jour  par  jour;,  heure  par  heure. 
Oh  I  que  de  pauvres  meres,  ainsi  chassees  de  chez  elle  par 
le  travail,  et  retenues  en  memo  temps  par  leurs  enfants,  se 
sont  vues  dans  la  cruelle  necessite,  ou  de  mourir  de  faim, 
ou  d'abandonner  leur  petite  famille  :  cruelle  et  dure  alter- 
native ! 


172  ANALYTICAL  FEENCH   READER. 

Et  puis,  Penfant  ne  pent  pas  rester  seul.  C'est  un  petit 
etre  sans  prevoyance  et  sans  force  qu'on  ne  saurait  aban- 
donner  a  lui-meme.  II  a  besoin  de  Toeil  maternel  qui 
veille  sur  lui ;  il  a  besoin  d'un  sourire  attentif  qui  I'encou- 
rage  quand  il  fait  bien,  ou  d'un  regard  severe  qui  I'arrete 
quand  il  fait  mal.  Laisser  un  enfant  tout  seul  c'est  le 
perdre.  Tout  seul,  I'enfant  apprend  a  ne  pas  aimer  ses 
semblables  ;  il  devient  triste  et  morose,  il  est  plus  triste 
qu'un  orplielin,  car  il  dort  quand  sa  mere  va  au  travail,  et 
le  lendemain,  quand  sa  mere  revient  du  travail,  il  dort 
encore.  D'ailleurs,  ceci  est  ecrit  dans  I'Evangile  :  II  n''est 
pas  Ion  que  Vhomme  soit*  seul ;  et  a  plus  forte  raison  un 
enfant. 

Mais  comment  venir  au  secours  de  cette  pauvre  mere 
qui  ne  pent  pas  rester  chez  elle,  et  qui  ne  pent  pas  emme- 
ner  avec  elle  ou  son  fils  ou  sa  fille  ?  Comment  venir  au 
secours  des  enfants  du  pauvre,  qui  chez  eux  n'ont  ni  feu, 
ni  pain,  ni  personne  pour  les  aimer,  les  instruire  et  les  se- 
courir  tant  que  dure  le  jour  ?  Rassurez-vous,  enfants,  la 
charite  est  ingenieuse,  la  bienfaisance  est  une  bonne  gar- 
dienne  du  pauvre.  C'est  la  bienfaisance,  c'est  la  charite 
qui  out  invente,  pour  les  enfants  des  pauvres,  les  salles 
d'asile.  Je  vais  vous  dire  ce  que  c'est  qu'une  salle  d'asile, 
pour  vous  rassurer  sur  vos  petits  freres  qui  sont  mal- 
heureux. 

Dans  chaque  arrondissement  de  grandes  villes,  dans 
chaque  ville,  dans  chaque  village,  les  bienfaiteurs  de  Ten- 
fance  ont  imagine  d'assigner  aux  petits  enfants  qui  n'ont 
pas  de  maisons  a  eux,  une  maison  sinon  riche,  du  moins 
bien  fermee  et  bien  chaude  en  hiver,  bien  eclairee  en  ete, 
bien  saine  dans  tous  les  temps.  Cette  maison  est  un  veri- 
table elysee  pour  des  pauvres  enfants  habitues  a  toutes  les 
obscurites  de  ces  tristes  prisons  du  cinquieme  etage,  dans 
ces  rues  etroites  et  malsaines.  Voila  ce  qu'on  appelle  des 
salles  d'asile.  Chacune  de  ces  maisons  est  gouvernee,  soit 
par  un  vieil  invalide,  bonhomme  qui  aime  les  enfants  par 
instinct,  comme  il  aime  son  chien  canicbe,  soit  par  quelque 
bonne  femme  agile,  alerte,  douce  et  vive,  qui  devient  ainsi 
la  mere  de  tous  les  petits  pauvres  de  son  hameau.     Tous 


PART   SECOND.  173 

les  matins,  le  pere  qui  va  travailler  aux  champs  tout  le 
jour,  la  mere  qui  suit  son  mari  dans  la  campagne,  eon- 
duisent  leur  enfant  a  la  salle  d'asile.  La,  le  petit  enfant 
dit  adieu  a  sa  mere  pour  tout  le  jour  ;  en  merne  temps  il 
entre  dans  sa  maison,  dans  son  palais.  La  maison  est 
toute  prete  a  recevoir  son  petit  seigneur  et  maitre.  II 
entre  ;  il  se  voit  au  milieu  de  petits  enfants  comme  lui. 
Deja  la  societe  commence  pour  ces  enfants  qui  etaient  des- 
tines a  vivre  seuls.  lis  se  regardent,  ils  s'entendent  I'un 
Fautre  ;  bientot  ils  sont  amis,  ils  mettent  en  commun  leur 
pauvre  misere,  ils  partagent*  I'un  avec  I'autre  leur  dejeuner 
frugal,  ilsrealisent  cette  charmante  parole  de  Charlet  :  *'Je 
te  donne  de  ce  que  j'ai,  tu  me  donneras  de  ce  que  tu  auras  !'' 

Et,  dans  cette  salle  d'asile,  ces  enfants,  si  pauvres  le 
matin,  riches  a  present,  n'ont  plus  qu'a  se  laisser  etre  heu- 
reux.  lis  jouent,  ils  chantent,  ils  font  des  niclies  de  tout 
genre,  ils  entourent  la  bonne  femme  qui  leur  sert  de  mere 
et  qui  leur  raconte  les  belles  histoires  qu'elle  a  apprises  ; 
pendant  ce  temps-la,  le  pere  et  la  mere,  tranquilles  sur  le 
sort  de  leur  enfant,  travaillent  de  toutes  leurs  forces,  heu- 
reux  de  penser  que  leur  enfant  s'amuse,  qu'il  grandit  en- 
toure  de  soins  bienveillants  ;  qu'il  a  chaud,  et  qu'il  n'a 
pas  faim.  Oh  !  le  coeur  d'une  mere  est  un  tresor  !  pauvre 
ou  riche,  elle  est  toujours  mere,  elle  a  pour  son  enfant  le 
meme  amour. 

Voila  ce  que  c'est  qu'une  salle  d'asile.  C'est  de  la  cha- 
leur  en  hiver,  c'est  de  I'ombre  en  etc.  Grace  a  ces  tou- 
chantes  institutions,  I'enfant  du  pauvre,  lui  aussi,  connait 
le  printemps  en  fleurs  ;  il  respire,  il  chante,  il  grandit,  il 
s'anime  comme  tons  les  autres  enfants ;  il  ne  sait  pas  ce  que 
c'est  que  la  misere,  il  est  aussi  heureux  que  pent  I'etre  un 
enfant ;  il  a  de  Fair,  des  fleurs,  du  soleil,  et  des  amis  de 
son  age. — Janin. 

53.     I*a,ris. 

Paris  me  parait  etre  le  lieu  du  monde  qui  off  re  le  plus 
de  ressources  a  I'esprit  et  le  moins  a  I'ame.  Mon  esprit  y 
est  joyeux  et  mon  ame  est  triste.  II  est  impossible  de 
sentir  plus  vivement  que  je  ne  fais*  ici  que   Tesprit  et  ses 


174  AKALYTICAL  FRENCH  READER. 

plaisirs  les  plus  eleves  ne  sont  pas  tout  pour  une  creature 
humaine.  Si  je  garde  quel  que  empire  sur  ma  destinee,  je 
ne  serai  jamais  si  Paris  qu'uii  oiseau  de  passage.  Oette  vie 
tumultueuse,  cette  distraction  sans  treve,  ces  gens  toujours 
debout,  toujours  en  Fair,  toujours  gais,  toujours  fous,  me 
font  entendre  aux  oreilles  un  bruit  de  grelots  qui  m'etourdit 
et  me  gene.  Je  clierclie  mon  pauvre  moi,  et  je  ne  le  trouve 
plus.  Quand  je  suis  arrive,  j'ai  cru  tomber  dans  un  car- 
naval  dont  j'attendais  toujours  la  fin,  mais  inutilement,  car 
il  ne  finit  point,  et  c'est  ici  le  fond  meme  de  sa  vie.  Tons 
ces  gens  vont,  viennent,  s'agitent,  s'empressent,  se  moquent 
et  meurent  tout  a  coup.  La  mort  a  Paris  m'etonne  tou- 
jours ;  elle  ne  m'y  parait  pas  naturelle.  Tout  est  si  factice 
a  I'entour  que  ce  detail  y  cheque  comme  un  accident  dans 
une  fete.  C'est  la  seule  loi  reelle  de  la  vie  qu'on  n'y  puisse 
oublier,  parce  qu'elle  s'impose.  II  me  semble  qu'on  y 
meconnait  toutes  les  autres.  L'accessoire,  le  luxe,  I'orne- 
ment,  la  broderie,  sont  le  principal  et  le  tout.  On  vit  de 
gateaux,  et  non  de  jmin.  .  .  All !  le  bon  pain  quotidien  ; 
Seigneur,  donnez-le-moi  !  .  .  .  et  donnez-moi  aussi  quel- 
qu'un  qui  veuille*  le  manger  avec  moi,  lentement,  miette  a 
miette,  devant  mon  vieux  foyer  de  famille,  et  pres,  tout 
pres  du  fauteuil  de  mon  clier  grand-pere  ! — Feuillet. 


S4=.     JPai'is  on.  j\.m<3riqvie— Zam'bo. 

Quand  je  revins  a  moi,  il  faisait  jour.  Mon  fils  clian- 
tait  a  pleine  voix  le  Miserere  du  Trovatore  ;  ma  fille,  eleve 
de  Thalberg,  jouait  avec  un  ~brio  incomparable  les  varia- 
tions de  Sturm  sur  un  air  varie  de  Donner.  Dans  le  loin- 
tain,  ma  femme  querellait  la  bonne,  qui  lui  repondait  en 
criant.  Kien  n'etait  change  dans  ma  paisible  demeure  ; 
les  angoisses  de  la  nuit  n'etaient  qu'un  vain  songe  ;  delivre 
de  ces  cliimeriques  terreurs,  je  pouvais,  suivant  une  douce 
habitude,  rever  les  yeux  ouverts,  en  attendant  le  dejeuner. 

A  sept  heures,  selon  I'usage,  le  domestique  entra  dans 
ma  chambre  et  m'apporta  le  journal.  II  ouvrit  la  fenetre, 
ecarta  les  persiennes  ;  I'eclat  du  soleil  et  la  vivacite  de  Fair 
me  firent  Feffet  le  plus  agreable.     Je  tournai  la  tete  vers  le 


PART   SECOI^D.  175 

jour ;  horreur  !  mes  cheveux  se  herisserent ;  je  n'eus  meme 
pas  la  force  de  crier. 

En  face  de  moi,  souriant  et  dansant,  etait  un  negre  avec 
des  dents  comme  des  touches  de  piano,  et  deux  enormes 
levres  rouges  qui  lui  cachaient  le  nez  et  le  menton.  Tout 
habille  de  blanc,  comme  s'il  cut  craint  de  ne  pas  paraitre 
assez  noir ;  Fanimal  s'approchait  de  moi,  en  remnant  sa 
tete  crepue,  en  roulant  de  gros  yenx. 

Massa*  bien  dormi,  chantait-il ;  Zambo  bien  content. 

Pour  chasser  ce  cauchemar,  je  fermai  les  yeux ;  le  cceur 
me  battait  a  me  rompre  la  poitrine  ;  quand  j'osai  regarder, 
j'etais  seul.  Sauter  a  bas  du  lit,  courir  a  la  fenetre,  me 
toucher  les  bras  et  la  tete,  ce  fut  I'aifaire  d'un  instant. 
En  face  de  'moi,  une  suite  de  petites  maisons,  rangees 
comme  des  capucins  de  cartes,*  trois  imprimeries,  six  jour- 
naux,  des  aflQches  partout,  I'eau  gaspillee  debordant  dans 
les  ruisseaux.  Dans  la  rue,  des-  gens  affaires,  silencieux, 
courant  les  mains  dans  leurs  poclies,  sans  doute  pour  y 
cacher  des  revolvers  ;  point  de  bruit,  point  de  cris,  point 
de  flaneurs,  point  de  cigares,  point  de  cafes,  et,  aussi  loin 
que  portait  ma  vue,  pas  un  sergent  de  ville,  pas  un  gen- 
darme !  C'en  etait  fait ;  j'etais  en  Amerique,  inconnu, 
seul,  dans  un  pays  sans  gouvernement,  sans  lois,  sans 
armee,  sans  police,  au  milieu  d'un  ]3euple  sauvage,  violent 
et  cupide.     J'etais  perdu  ! 

'  Plus  abandonne,  plus  desole  que  Robinson  apres  son 
naufrage,  je  me  laissai  tomber  sur  un  fautenil,  qui  aussitot 
se  mit  a  danser  sous  moi.  Je  me  levai  tout  tremblant,  je 
mechcrchai  dans  la  glace;  helas  !  je  ne  me  retrouvai  meme 
plus.  En  face  de  mod  il  y  avait  un  homme  maigre,  au 
front  chauve,  parseme  de  quelques  cheveux  rouges,  a  la 
face  bleme,  encadree  de  favoris  flamboyants  qui  voltigeaient 
jusqu'aux  epaules.  Voila  ce  que  la  malice  du  sort  faisait 
d'un  Parisien  de  la  Chaussee  d'Antin  !  J'etais  pale,  mes 
dents  claquaient,  le  froid  me  gagnait  la  moelle  des  os. 
^^Soyons  homme,"  m'ecriai-je;  *^j'ai  une  famille,  et  le  nom 
frauQais  a  soutenir.  II  faut  reprendre  sur  mes  sens  I'em- 
pire  qui  m'echappe.     C'est  I'adversite  qui  fait  les  heros  !" 

Je  voulais  appeler  ;  pasde  sonnette  ;  j'aper^as  un  bouton 


176  AN'ALYTICAL   FREN'CH   READER. 

de  cuiyre  que  je  poussai  a  tout  hasard.  Soudain  parut 
Zambo,  comme  un  de  ces  diables  qui  sortent  d'une  boite, 
et  tirent  la  langue  en  saluant. 

**  Du  feu  !"  m'ecriai-je,  "  apportez-moi  du  feu  ;  je  veux 
un  grand  feu  dans  la  cheminee." 

^'Massa  n'a  done  pas  d'ailumettes,"  dit  Zambo  en  me 
montrant  un  briquet  place  sur  la  cheminee.  ^'Massa  ne 
peat  done  pas  se  baisser  ?"  ajouta-t-il  d'un  ton  ironique. 
Puis,  tournant  une  vis  au  bas  de  la  cheminee,  et  passant 
une  allumette  sur  la  buche  de  fonte,  il  en  fit  jaillir  mille 
langues  de  flamme. 

^^  Est-il,  bon  Dieu  !  permis,"  s'ecria-t-il  en  sortant,  ^^de 
deranger  pauvre  negre  qui  prend  le  soleil  ?" 

"  Peuple  sauvage,"  m'ecriai-je  en  approchant  du  feu  et 
en  me  ranimant  a  cette  chaleur  douce  et  egale  ;  "peuple 
sauvage,  qui  n'a  ni  pelles,  ni  pincettes,  ni  soufflets,  ni  char- 
bon,  ni  f iimee  ;  j^euple  barbare,  qui  ne  connait  meme  pas 
le  plaisir  de  tisonner  !  Tourner  un  robinet  pour  allumer, 
eteindre  ou  regler  son  feu,  c'est  bien  I'oeuvre  d'une  race 
sans  poesie,  qui  ne  donne  rien  il  I'imprevu,  et  qui  a  peur  de 
perdre  une  minute,  parce  que  le  temps,  c'est  de  I'argent." 

Une  fois  rechauffe,  je  songeai  a  ma  toilette.  J'avais 
devant  moi  une  table  d'acajou  surchargee  de  tetes  de  cygne 
en  cuivre  et  d'autres  ornements  de  mauvais  gout,  mais 
garnie  de  ces  faiences  anglaises  qui  rejouissent  les  yeux  par 
la  richesse  de  la  couleur  et  du  dessin.  II  y  avait  sur  cette 
table  et  a  profusion,  brosses,  eponges,  savons,  vinaigres, 
pommades,  etc.,  mais  pas  une  goutte  d'eau.  Je  repoussai 
le  bouton,  Zamxbo  rentra,  plus  maussade  qu'au  depart. 

"  De  I'eau  chaude  et  de  I'eau  froide  pour  ma  toilette;  vite, 
je  suis  presse." 

"C'est  trop  fort !"  s'ecria  Zambo  ;  ^'Massa  ne  pent  pas 
tourner  le  robinet  d'eau  froide  et  le  robinet  d'eau  chaude 
qui  sont  la  dans  le  coin  ?  Parole  d'honneur,  c'est  a  donner 
conge ;  je  ne  peux  pas  continuer  a  servir  un  maitre  qui  n'y 
voit  pas  clair."*    Et  il  sortit  en  me  jetant  la  porte  au  nez.* 

"  De  I'eau  chaude  a  toute  heure,  et  partout,  c'est  com- 
mode," pensai-je;  "  mais  c'est  I'invention  d'un  peuple  qui  ne 
songe  qu'a  son  co7ifort ;  Dieu  merci,  nous  n'en  sommes  pas 


PART   SECOND.  177 

la.  H  se  passera  un  siecle  ou  deux  avant  que  la  noble 
France  descende*  a  cette  recherche  de  moUesse,  a  cette  pro- 
prete  effeminee. 

Rien  ne  rafraichit  les  idees  comme  de  se  faire  la  barbe. 
Apres  m'etre  rase,  je  me  trouvai  un  tout  autre  liomme  ;  je 
commensals  meme  a  me  reconcilier  avec  ma  longue  figure 
et  mes  dents  de  devant.  ^'  Si  je  prenais  un  bain,"  pensai-je, 
*^  j'acheverais  de  me  calmer  ;  jepourrais  affronter  avec  plus 
de  courage  la  vue  de  ma  femme  et  de  mes  enfants.  Peut- 
etre,  helas  !  ne  sont-ils  pas  moins  changes  que  moi." 

Je  sonnai  ;  Zambo  reparut,  la  figure  renversee. 

"Mon  ami,  ou  y  a-t-il  un  etablissement  de  bains  dans  la 
ville  ?    Montrez-moi  le  chemin." 

"  Un  etablissement  de  bains,  Massa;  pour  quoi  faire  ?" 

Je  haussai  les  epaules.  ^^  Imbecile,  pour  so  baigner,  ap- 
paremment. " 

^^ Massa  veut  prendre  un  bain,"  dit  Zambo,  en  me  regar- 
dant avec  une  surprise  melee  d'eflfroi.  ^'  O'est  pour  cela 
que  Massa  me  fait  venir  du  fond  du  jardin  ?" 

*^  Sans  doute." 

*^  C'est  trop  fort!"  cria  le  negre,  en  se  tirant  une  poignee 
de  cheveux.  *^  Comment !  il  y  a  une  salle  de  bain  a  cote 
de  chaque  chambre  a  couclier,  et  Massa  fait  monter  Zambo 
pour  lui  dire  :  '  Mon  ami,  oil  pcut-on  se  baigner  ?'  On 
ne  se  moque  pas  ainsi  d'un  Americain." 

Et  poussant  une  petite  porte  cachee  sous  la  tenture,  le 
negre  me  fit  entrer  dans  un  elegant  cabinet,  ou  etait  une 
baignoire  de  marbre  blanc. 

**Allons,  Zambo,"  chantait-il  d'un  ton  furieux  et  co- 
mique,  "  tourne  le  robinet  pour  Massa ;  robinet  d'eau 
froide,  robinet  d'eau  chaude  ;  brasse  le  bain  ;  mets  le  linge 
chauffer  dans  la  case  ;  fais  la  nourrice,  Zambo ;  Massa  ne 
sait  pas  se  servir  de  ses  mains." 

Je  n'avais  qu'a  me  taire ;  je  laissai  Zambo  exhaler  sa 
furie,  et  ne  voulus  pas  voir  qu'il  me  tirait  la  langue  ;  mais 
je  maudis  tout  bas  ces  horribles  maisons  americaines,  de- 
meures  insociables,  vraies  prisons  dont  on  ne  pent  sortir, 
puisqu'on  y  trouve  sous  la  main  tout  ce  qu'a  Paris  nous 
avons  le  plaisir  d'aller  chercher  hors  de  chez  nous,  chere- 
ment^  il  est  vrai,  mais  fort  loin. — Laioulaye, 


178  AN"ALYTICAL   FREIS'CH   READER. 


55.     Les  ]*I!arclia/n<is  die  Pfoixveaixtes. 

Je  dis  que  Tinterieur  du  marchand  de  nouveautes  est  la 
premiere  et  la  plus  eclatante  representation  de  notre  esprit 
social.*  Tout  en  montre,*  et  rien  on  joresque  rien  en  bou- 
tique. En  effet,  si  je  remonte  le  boulevard,  et  que  j'examine 
ces  magasins  drapes  de  cachemires,  de  foulards,  de  saca- 
rillas,  de  chalis,  de  satins,  de  merinos  fantastiques,  oii  se 
trouvent  meles  des  cliales,  des  ridicules,  des  ecliarpes,  des 
bas  de  soie,  des  mou choirs  de  poche,  des  bonnets,  il  me 
semble  voir  I'embleme  vivant  de  nos  liommes  d'Etat,  par- 
lant  avec  eclat  de  tout,  beaux-arts,  politique,  commerce, 
finances,  drames,  chemins  de  fer,  guerre  et  garde  nationale. 
Attire  par  le  pimpant*  de  taut  de  belles  marchandises,  vous 
entrez  au  magasin  dont  je  parle,  esperant,  derriere  cette 
parade  etincelante  d'etoffes,  un  magnifique  assortiment  de 
toute  chose.  Vaine  croyance  !  si  quelque  chose  vous  a 
plu  il  faut  le  decrocher  de  la  montre  :*  tout  est  la ;  les 
rayons  ne  gardent  que  le  vieux.  Fuse,  le  commun.  De 
meme  si,  epris  de  la  faconde*  universelle  d'un  tribun 
ministeriel,  vous  courez  a  lui  pour  sonder  quelque  idee 
qu'il  vous  a  paru  avoir  ;  peine  inutile  !  Vous  avez  tout  vn, 
tout  entendu  ;  il  devient  marchand  de  nouveautes ;  il  de- 
croche  quelque  phrase  de  son  dernier  discours  aux  deux 
chambres,  et  vous  I'offro  dans  son  cabinet :  apres  la  surface, 
le  vide  ;  tout  est  aux  carreaux.* 

N'importe !  voyons  ton  jours.  Avec  un  public  aussi 
exigeant  qu'une  femme  de  commissaire-priseur,  qui  pour 
acheter  une  robe  de  trente-six  francs  se  fait  deployer*  pour 
dix  mille  francs  d'etoffes  ;  adojitons  la  patience  de  ces  pau- 
vres  et  admirables  commis,  qui  usent  une  vigueur  per- 
sonelle  fort  honorable  a  tirer  les  etoffes  de  leurs  rayons  et  a 
en  developper  les  coupons,*  et  un  talent  de  paroles  pas- 
sablement  academique  a  persuader  que  toutce  qu'ils  etalent 
est  du  dernier  gout,*  superieurement  porte,*  bon  teint  et 
du  meilleur  usage  (si  j'ai  dit  academique,  c'est  parce  qu'ils 
repetent  toujours  la  meme  chose).  Faisons  passer  sous  les 
yeux  du  lecteur  toutes  les  richesses  du  marchand  de  nou- 
yeautes.     Mais  afin  de  ne  le  point  fatiguer  par  des  courses 


PART  seco:n'd.  179 

inutiles,  en  le  promenant  du  Gagne-Pefcit*  de  la  porte 
Sainte-Antoine  jusqu'aux  Trois-Quartiers  de  la  Madeleine, 
posons-nous  an  centre,  et  arretons-nons  rue  de  Choiseul  et 
rne  de  Richelieu,  chez  Delille  et  cliez  Gagelin.* 

Le  marchand  de  nonveantes  y  est  resume  sons  tons  ses 
rapports,  disperses  ailleurs  dans  les  mille  magasins  de  la 
capitale,  pins,  la  couleur  artistiqne*  du  niagasin  de  Gagelin 
et  la  pompe  supreme  des  galeries  de  Delille.    * 


56.     I^a  M^aison  II>elille. 

Nons  voici  chez  Delille ;  nons  sommes  dans  I'hotel 
Choiseul,  dans  I'hotel  oii  vecut  le  hantain  ministre  de  Louis 
XV,  oil  monrut  la  tontine  Lafarge,  et  oii  vegeta  la  Societe 
royale  des  bonnes  lettres. 

Imaginez-vous  iin  parallelogramme  dont  trois  cotes  sont 
fermes,  le  plus  long  par  line  suite  de  salons  ouverts  sur  un 
jardin,  les  deux  autres  par  deux  galeries  splendides.  Le 
quatrieme  cote  est  iine  grille  en  fer  qui  longe  la  rue  de 
Choiseul,  et  qui  doniie  viie  sur  un  jardin  et  les  magasins  qui 
I'entourent.  Nons  entrons  par  la  galerie  du  Nord.  C'est 
ici  comme  dans  toutes  choses  grandement  et  seriensement 
arrangees,  comme  dans  un  spectacle  bien  ordonne  ;  le  fretm 
d'abord,  la  petite  piece*  en  premier.  Puis  ce  sera  comme  chez 
Nicolet,  de  plus  fort  en  plus  fort.  La  petite  piece,  ce  sont 
les  toiles  imprimees,  les  indiennes,  qui  a  deux  pas  vous  font* 
d outer  si  c'est  la  sole  on  le  coton  qui  resplenclit  ii  vos  yeux 
des  couleurs  les  plus  tranchees  ;*  apres  les  indiennes,  ton- 
jours  dans  la  meme  galerie,  voici  venir  les  toiles  blanches, 
les  calicots,  la  moiisseline,  les  batistes  ;  dans  ce  rayon, 
Tarare  a  vaincu  la  Suisse  ;*  plus  loin  Saint-Quentin  lutte 
avec  Manchester.* 

Cette  honnete  galerie  finit  a  cet  endroit :  jetons-lui  un 
regard  de  regret.  Nous  aliens  mettre  iin  pas  dans  le  vice, 
un  pied  dans  la  seduction  :*  Robes  d'indienne  et  d'organdi, 
toile  a  draps  et  a  chemises,*  simple  mousselines,  gracieuses 
et  economiques  parnres,  adieu  !  Ma  bourse  se  serre 
d'effroi  ;*  voici  ma  femme  qui  entre  dans  une  enfilade  de 
vastes  salons,  oil  une  multitude  de  messieurs  aunent  eu 


180  AN"ALYTrCAL   FRENCH    READER. 

trois  coups  de  main  :  il  celui-ci,  ses  appointments  d'un 
mois  ;  a  cet  autre,  un  terme  de  sa  location ;  a  ce  joufflu, 
sa  prime  fin  du  mois  ;*  a  ce  maigre,  ses  honoraires  d'un 
testament. 

Madame.    Cher  ami,  que  dis-tu  de  ce  manteau  ? 

MoNS.    Pull,  chere  amie,  puli ! 

CoMMis.  Pardon,  monsieur,  ceci  est  du  merinos  croise 
imprime  ;  c'est  une  disposition  nouvelle,*  qui  n'appartient 
qu'a  la  maison  de  M.  Delille. 

Mad.    Au  fait,  clier  ami,  c'est  joli. 

MoNS.    Puh,  cliere  amie,  puh  ! 

Com.  Nous  avons  beaucoup  mieux,  monsieur.  Voici, 
madame,  quelque  chose  d'excellent,  satin  de  Segovie  sans  en- 
vers.  Approchez,  monsieur ;  d'un  cote,  un  seme  de  fleurs  ;* 
de  I'autre,  des  colonnes  en  rayures  ;*  cela  ne  se  double  pas* 
et  tient  tres-chaud.*  Ceci  est  Finvention  de  M.  Delille  ; 
vous  n'en  trouverez  ailleurs  que  mauvaises  imitations. 

Mad.    Ah  !  cher  ami,  ceci  est  ravissant ;  n'est-ce  pas  ? 

MoNS.    Puh  !  chere  amie,  puhuhu  ! 

Com.  Nous  pouvons  montrer  a  Madame  les  pouls  de 
soie*  brodes,  broches  et  satines ;  et  jiar  dessus,  tons  les 
tissus  foulards  de  I'lnde,  imprimes  pour  manteau  ;  c'est  la 
fureur  cette  annee.*  Voyez,  madame,  en  ceci  commc  en 
tout,  les  dessins  sont  la  propriete  de  la  maison  Delille,  et 
nulle  part  vous  ne  verrez  ces  dispositions  ravissantes. 

Mad.    Ah  !  pour  cette  fois,  cher  ami,  je  pense.  .  . 

MoKS.    Puhuhu  !  puhuhu  !  chore  amie. 

Mad.    Ne  trouves-tu  pas  celui-1^  adorable  ? 

MoNS.    Ouh,  ouh,  ouh.  .  .     Je  n'aime  pas  les  manteaux. 

Com.  II  ne  faut  pas  autre  chose  a  Monsieur  ?  Une  robe 
de  chambre  pour  Madame,  ou  quelque  chose  du  matin, 
tres-simple  ?  Nous  avons  ici  dans  ce  second  salon  des  ca- 
chemiriennes,  des  bombasines,  tissus  de  Pondicherry,  de 
Sumatra,  et  de  Mysore,  tout  ce  qu'il  y  a  de  plus  nouveau.* 

Et  le  bourreau  pousse  doucement  ma  femme,  qui  entre  ; 
il  lui  offre  une  chaise,  il  s'empresse,  il  appelle  ses  collegues; 
il  est  tres-poli,  I'insolent  !  Du  reste,  c'est  M.  Rey,  de 
Paris,  qui  fait  ces  superbes  tissue  4e  Mysore  et  ^e  Sumatra, 
C'est  line  indignite, 


PART  SECOISTD.  181 

S'il  arrive  par  adresse  que  vous  echappiez*  a  ce  magasin, 
voici  les  serres*  d'un  autre  qui  s'ouvrent  a  deux  battants;  et 
cette  fois  le  puhuhu  marital  ne  vous  servira  de  rieu.*  Que 
diable  !*  I'hiver  approche  ;  il  faut  bien  a  votre  femme  une 
robe  de  soie  uuie,  satin  ou  gros  de  Naples,  armure  ou  flo- 
rence,*  levantine  ou  gros  des  Indes  ;  que  preferez-vous  ? 
Tout  s'y  trouve.  Je  vous  defie  d'inventer  une  etoffe  qu'on 
ne  vous  jette  a  I'instant  sur  le  comptoir,  et  qu'on  ne 
vous  deploie  en  brillantes  et  souples  ondulations.  Pour  le 
coup,  la  partie  est  desesperee  :*  le  commis  tient  I'etoffe  a  la 
hauteur  de  I'aune  mouvante,  suspendue  au  plancher  par 
des  tringles  d'acier  et  de  cuivre ;  gare,*  vous  allez  etre 
aune.  Allons,  un  effort  d'esprit ;  une  chose  impossible. 
Bien,  voila.  .  . 


Ah  !  madame  Gagelin  !  Connaissez-vous  madame  Gage- 
lin  ?  Madame  Gagelin  c'est  le  commerce  fait*  art.  Toutes 
les  seductions  de  la  maison  Delille*  ne  sont  rien  pres  des 
siennes.  Chez  elle  nouc  rctrouvons  toutes  ces  etoffes  que 
je  viens  de  nommer,  moins  multipliees,  moins  splendides 
sans  doute,  mais  bien  autrement  attrayantes,  depuis  la  robe 
d'indienne  jusqu'au  cachemire.  II  faut  une  sorte  de  puis- 
sance creatrice  pour  se  representer  I'etoffe  qu'on  vous  etale 
chez  Delille,  drapee  en  nianteau,  ou  plissee  en  robe  ;  chez 
madame  Gagelin,  on  voit  cela  d'un  regard.  Ici  le  manteau 
se  deploie  tout  confectionne*  sur  les  epaules  d'une  j^oupee 
modele  ;  la  robe  sort  d'un  carton,  eblouissante  de  grjice  et 
de  fraicheur,  paree  de  guirlandes,  couronnee  de  roses,  qui 
iront  meler  leur  pale  incarnat  a  la  blanch eur  d'un  sein 
discretement  devoile.  Chez  Delille  vous  aviez  I'embar- 
ras  des  noms  des  tissus  ;  ici  c'est  en  meme  temps  I'em- 
barras  des  noms  des  formes.  Ceci  est  une  cravate,  cela  est 
un  collier  :  voici  un  sac,  voila  une  chatelaine  ;*  ce  man- 
teau ^  manches  garnies  de  fourrures  est  un  boyard,  cette 
echarpe  de  blonde  un  mantelet,  ce  fichu  menteur  une  che- 
misette. Voila  qui  part  pour  Londres,  voici  ce  qu'il  faut 
laire   douaner*  pour   I'Allemagne ;    ces  blanches  parures 


182  AKALYTICAL  FRENCH  READER. 

pour  une  noce  ;  ces  blondes  noires  pour  un  deuil.  Et  puis 
madame  Gagelin  vous  montre  tout  cela  elle-meme.  Le 
dessin  de  cette  etoffe  lui  a  coute  liuit  jours  de  reclierches 
patientes  parmi  les  debris  du  grand  siecle.*  Cette  coupe* 
I'a  occupee  deux  nuits  sans  sommeil  avant  de  se  produire 
aussi  gracieuse,  aussi  elegante,  aussi  pure.  Le  magasin  de 
madame  Gagelin,  c'est*  le  cerveau  de  Jupiter.  La  mode  en 
sort  tout  armee,  comme  le  Pallas  antique  jaillit  de  la  tete 
du  maitre  des  dieux.  Si  Delille  a  un  palais,  madame 
Gagelin  a  presque  un  salon.  *  Le  caprice  f eminin  y  perce 
bien  plus  intimement.*  Entendre  discuter  la  fagon  d'une 
robe,  c'est*  lire  dans  le  coeur  d'une  femme.  Et  puis  une 
chose  suave  a  mon  gout,  une  chose  qui  n'est  que  chez  ma- 
dame Gagelin,  c'est  la  lingerie,  ce  sont  ces  canezous*  blanc 
de  neige,  ces  batistes  brodees  oii  I'art  surpasse  la  matiere  ;* 
ces  freles  fichus  qui  valent  cent  ecus  ;  des  mouchoirs  qu'on 
ne  craint  pas  do  payer  deux  cents  francs.  Cachez,  cacliez- 
moi  tons  ces  objets  ;  la  poche  me  demange  ;  je  Yais  faire 
passer  toutes  mes  pieces  de  cent  sous  a  travers  cette 
bague,*  oil  glisse  aisement  cet  immense  voile  de  blonde. 

Finissons. 

Vous  souvenez-vous  de  ce  baron  allemand  qui,  se  trou- 
vant  chez  la  reine  Marie  Antoinette,  y  discutait  gravement 
sur  le  merite  de  deux  juments  qu'il  possedait,  I'une  grise, 
I'autre  noire  ?  Interroge  par  le  due  de  Lauzun  sur  la  pre- 
ference que  meritait  I'une  de  oes  merveilles  :  "  Ma  foi," 
repondit-il,  en  branlant  la  tetef  "  si  chetais  un  chour  de 
pataille  zur  mon  chument  grisse,  che  n'en  tescentrais  pas 
pour  monter  zur  mon  chument  noire  ;  et  si  chetais  sur 
mon  chument  noire,  che  n'en  tescentrais  pas  pour  monter 
zur  mon  chument  grisse."  Je  ne  vous  repeterai  pas  la  drole 
d'application*  que  le  due  de  Louzun  fit,  dans  la  soiree,  de 
la  reponse  du  brave  Allemand  ;  mais  je  vous  dirai  que  si 
j'etais  chez  Delille,  je  n'en  sortirais  pas  pour  aller  chez 
madame  Gagelin  ;  et  que  si  j'etais  chez  madame  Gagelin, 
J6  n'en  sortirais  pas  pour  aller  chez  M.  Delille. 

Concluons. 

Si  M.  Delille  est  le  roi  de  la  mode,  madame  Gagelin  en 
est  la  fee. — Frederic  Soiilie. 


PART   SECOJS^D.  183 

Le  poete  forgeron  6tait  un  grand  garQon  de  vingt-quatre 
ans  environ,  alerte  et  robuste,  an  teint  hale,  aux  chevenx 
et  anx  yeux  noirs,  an  nez  aqnilin,  a  la  pliysionomie 
bardie,  expressive  et  onverte  ;  sa  ressemblance  avec  Dago- 
bert  etait  d'antant  pins  frappante  qn'il  portait,  selon  la 
mode  d'alors,  nne  epaisse  monstacbe  brnne,  et  que  sa 
barbe,  taillee  en  pointe,  Ini  convrait  seulement  le  menton  ; 
ses  Jones  etaient  d'aillenrs  rasees  depuis  Tangle  de  la  ma- 
choire  jnsqn'anx  tempes  ;  nn  pantalon  de  velours  olive,  nne 
blouse  blene,  bronzee  a  la  fnmee  de  la  forge,  nne  cravate 
noire  negligemment  nonee  autoiir  de  son  con  nerveux,  nne 
casqnette  de  drap  ^  courte  visiere,  tel  etait  le  costume 
d'Agricole  ;  la  senle  chose  qui  contrastat*  singulierement 
avec  ses  habits  de  travail,  etait  nne  magnifique  et  large 
fleur  d'un  pourpre  fonce,*  a  pistils  d'nn  blanc  d'argent, 
que  le  forgeron  tenait  a  la  main. 

'^  Bonsoir,  bonne  mere.  .  ."  dit-il^  en  entrant  et  en  allant 
embrasser  Fran9oise  ;  puis,  faisant  un  signe  de  tete  araical 
a  la  jenne  fille,  il  ajonta  :  *^  Bonsoir,  ma  jietite  Mayenx." 

^'11  me  semble  que  tn  es  bien  en  retard,  mon  enfant," 
dit  FranQoise,  en  se  dirigeant  vers  le  petit  poele  ou  etait 
le  modeste  repas  de  son  fils ;  "  je  commen9ais  a  m'in- 
quieter.  .  ." 

^^  A  t'inquieter  pour  moi.  .  .  ou  pour  mon  souper,  chere 
mere  ?"  dit  gaiement  Agricole.  ^^Diable.  . .  c'est  que  tu  ne 
me  pardonnerais  pas  de  faire  attendre  le  bon  petit  repas 
que  tu  me  prepares,  et  cela  dans  la  crainte  qn'il  soit*  moins 
boUo  .  .  gourmande.  .  .   va  !"* 

Et  ce  disant,  le  forgeron  voiilut  encore  embrasser  sa 
mere. 

"  Mais  finis  done.  .  .  vilain  enfant.  .  .  tu  vas  me  faire 
renverser  le  poelon." 

"  Ca  serait  dommage,  bonne  mere,  car  9a  embanme*.  .  . 
Laissez-moi  voir  ce  que  c'est.  .  ." 

"Mais  non.  .  .   attends  done.  .  ." 

"Je  parie  qn'il  s'agit  de  certaines  pommes  de  terre  an 
lard,*  que  j'adore." 


184  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

"Un  samedi,*  n'est-ce  pas  ?"  dit  Fran9oise  d'un  ton  de 
doux  reproche. 

^'  C'est  vrai,"  dit  Agricole,  en  echangeant  avec  la  Mayeux 
un  sourire  d'innocente  malice;  ^^mais  a  propos  de  samedi," 
ajouta-t-il,  'Henez,  ma  mere,  voila  ma  paye." 

'^  Merci,  mon  enfant ;  mets-la  dans  I'armoire." 

"Oui,  ma  mere." 

"Ah  !  mon  Dieu  !"  dit  tout  a  coup  la  jeune  ouvriere  au 
moment  on  Agricole  allait  mettre  son  argent  dans  I'armoire, 
"quelle  belle  fleur  tu  as  a  la  main,  Agricole  ! .  .  .  Je  n'en  ai 
jamais  vu  de  pareille.  .  .  et  en  plein  hiver  encore.  .  . 
Regardez  done,  madame  Fran9oise." 

"  Hein,  ma  mere  ?"  dit  Agricole,  en  s'approchant  de  sa 
mere  pour  lui  montrer  la  fleur  de  plus  pres.  "Regardez, 
admirez,  et  surtout  sentez.  .  .  car  il  est  impossible  de  trou- 
\er  une  odeur  plus  douce,  plus  agreable.  .  .  c'est  un  me- 
lange de  vanille  et  de  fleur  d'oranger." 

"  C'est  vrai,  mon  enfant ;  9a  embaume.  Mon  Dieu  !  que 
c'est  done  beau  !"  dit  Fran9oise,  en  joignant  les  mains  avec 
admiration.     "  Oii  as-tu  trouve  cela  ?" 

"  Trouve  ?  ma  bonne  mere  !"  dit  Agricole,  en  riant. 
"  Vous  croyez  que  Ton  fait  de  ces  trouvailles-la*  en  venant 
de  la  barriere  du  Maine  a  la  rue  Brise-Miclie  ?" 

"  Et  comment  done  I'as-tu  alors  ?"  dit  la  Mayeux,  qui 
partageait  la  curiosite  de  Fran9oise. 

"Ah  !  voila.  .  .  vous  voudriez  bien  le  savoir.  .  .  eh  bien  ! 
je  vais  vous  satisfaire.  .  .  cela  t'expliquera  pourquoi  je 
rentre  si  tard,  ma  bonne  mere.  .  .  car  autre  chose  encore 
m'a  attarde  :  c'est  vraiment  la  soiree  aux  aventures*.  .  . 
Je  m'en  revenais  done  d'un  bon  pas  ;*  j'etais  deja  au  coin 
de  la  rue  de  Babylone,  lorsque  j'entends  un  petit  jappement* 
doux  et  plaintif  ;  il  faisait  encore  un  pen  jour*.  .  .  Je 
regarde.  .  .  c'etait  la  plus  jolie  petite  chienne  qu'on  puisse* 
voir,  grosse  comme  le  poing,*  noire  et  feu,*  avec  des  soies 
et  des  oreilles  trainantes*  jusque  sur  ses  pattes." 
"  C'etait  un  chien  perdu,  bien  sur,''  dit  Fran9oise. 
"  Justement.  Je  prends  done  la  pauvre  petite  bete  qui 
se  met  a  me  lecher  les  mains  ;  elle  avait  autour  du  cou 
un  large  rub^^n  cle  satin    rouge,   none   avec  une  grosse 


PART   SECOND.  185 

bouffette  ;*  9a  ne  me  disait  pas  le  nom  de  son  maitre  ;  je 
regarde  sous  le  ruban,  et  je  vols  un  petit  collier  fait  de 
chainettes  d'or  ou  de  vermeil,  avec  une  petite  plaque.  .  . 
Je  prends  une  allumette  chimique  dans  ma  boite  a  tabac  ; 
je  frotte,  j'ai  assez  de  clarte  pour  lire,  et  je  lis  :  Lutiin^e 
appartieyit  a  mademoiselle  Adrienne  de  Cardoville,  rue  de 
Bahylone,  No.  7." 

*'  Heureusement  que  tu  te  trouvais  dans  la  rue,"  dit  la 
Mayeux. 

"  Comme  tu  dis ;  je  prends  la  petite  bete  sous  mon  bras  ; 
je  m'oriente  ;*  j'arrive  le  long  d'un  grand  mur  de  jardin 
qui  n'en  fmissait  pas,  et  je  trouve  enfin  la  porte  d'un  petit 
pavilion  qui  depend  sans  doute  d'un  grand  hotel  situe  a 
I'autre  bout  du  mur  du  pare  ;  car  ce  jardin  a  Fair  d'un 
pare.  .  .  je  regarde  en  Fair  et  je  vois  le  No.  7,  fraicliement 
peint  au-dessus  d'une  petite  porte  a  guichet.*  Je  sonne  ; 
au  bout  de  quelques  instants,  passes  sans  doute  il  m'exami- 
ner,  car  il  me  semble  avoir  vu  deux  yeux  a  travers  le  gril- 
lage du  guichet,  on  m'ouvre.  .  .  A  partir  de  mainte- 
nant.  .  .  vous  n'allez  pas  me  croire.  .  ." 

"  Pourquoi  done,  mon  enfant  ?" 

**  Parce  que  j'aurai  Fair  de  vous  faire  un  conte  de  fees." 

"  Un  conte  de  fees  ?"  dit  la  Mayeux. 

"  Absolument,  car  je  suis  encore  tout  ebloui,  tout  emer- 
veille  de  ce  que  j'ai  vu.  .  .  c'est  comme  le  vague  souvenir 
d'un  reve." 

"  Voyons  done,  voyons  done,"  dit  la  bonne  mere,  si  in- 
teressee  qu'elle  ne  s'apercevait  pas  que  le  souper  de  son 
fils  commencait  a  epandre  une  legere  odeur  de  brule. 

"  D'abord,"  reprit  le  forgeron  en  souriant  de  I'impatiente 
curiosite  qu'il  inspirait,  ''c'est  une  jeune  demoiselle  qui 
m'ouvre,  mais  si  jolie,  mais  si  coquettement  et  si  gracieuse- 
ment  habillee,  qu'on  eut  dit  un  charmant  portrait  des 
temps  passes  ;  je  n'avais  pas  dit  un  mot  qu'elle  s'ecrie  : 
*Ah!  mon  Dieu,  monsieur,  c'est  Lutine;  vous  I'avez  trouvee, 
vous  la  rapportez  ;  combien  mademoiselle  Adrienne  va  etre 
heureuse  !  Venez  tout  de  suite,  venez  ;  elle  regretterait 
trop  de  n'avoir  pas  eu  le  plaisir  de  vous  remercier  elle- 
meme.' 


186  A2^ALYTICAL   FRENCH    READER. 

*'  Et  sans  me  laisser  le  temps  de  repondre,  cette  jeune  fille 
me  fait  signe  de  la  suivre.  .  .  Dame,  ma  bonne  mere,  vous 
raconter  ce  que  j'ai  pu  voir  de  magnificence  en  traversant 
un  salon  a  demi  eclaire,  qui  embaumait,  9a  me  serait  im- 
possible ;  la  jeune  fille  marcliait  trop  vite  ;  une  porte 
s'ouvre  :  Ah  !  c'etait  bien  autre  chose  !  C'est  alors  que 
j'ai  eu  un  tel  eblouissement  que  je  ne  me  rappelle  rien 
qu'une  csj^ece  de  miroitement  d'or,  de  lumiere,  de  cristal 
et  de  fleurs,  et  au  milieu  de  ce  scintillement,  une  jeuiie 
demoiselle  d'une  beaute,  oh  !  d'une  beaute  ideale.  .  .  mais 
elle  avait  les  cheveux  roux  ou  plutot  brillants  comme  de 
Tor.  .  .  c'etait  charmant ;  je  n'ai  de  ma  vie  vu  de  cheveux 
pareils  !  Avec  9a  des  yeux  noirs,  des  levres  rouges  et  des 
dents  d'une  blancheur  eclatante  ;  c'est  tout  ce  que  je  me 
rappelle.  .  .  car  je  vous  le  repete,  j'etais  si  surpris,  si 
ebloui,  que  je  vojais  comme  a  travers  un  voile.  .  .  *  Ma- 
demoiselle,' dit  la  jeune  fille  que  je  ii'aurais  jamais  prise 
pour  une  femme  de  chambre,  tant  elle  etait  elegamment 
vetue,  ^voila  Lutine;  monsieur  I'a  trouvee;  il  la  rapporte.' 
^Ah!  monsieur,' me  dit  d'une  voix  douce  et  argentine  la 
demoiselle  aux  cheveux  dores,  ^  que  de  remerciments  j'ai  a 
vous  faire  !  Je  suis  follement  attachee  a  Lutine.'  Puis 
jugeant  sans  doute  a  mon  costume  qu'elle  pouvait  ou  qu'elle 
devait  peut-etre  me  remercier  autrement  que  par  des  paroles, 
elle  prit  une  petite  bourse  de  sole  a  cote  d'elle  et  me  dit,  je 
dois  Tavouer,  avec  hesitation  :  ^  Sans  doute,  m^onsieur,  cela 
vous  a  beaucoup  derange,  de  me  rapporter  Lutine  ;  peut- 
etre  avez-vous  perdu  un  temps  precieux  pour  vous.  .  . 
permettez-moi.  .  .'  et  elle  avan9a  la  bourse." 

^^Ah  !  Agricole,"  dit  tristement  la  Mayeux,  *^ comme 
elle  se  meprenait." 

"  Attends  la  fim  .  .  et  tu  lui  pardonneras,  a  cette  demoi- 
selle. Voyant  sans  doute  d'un  cliu  d'oeil  a  nla  mine  que 
I'offre  de  la  bourse  m'avait  vivement  blesse,  elle  prend  dans 
un  magnifique  vase  de  porcelaine,  place  a  cote  d'elle,  cette 
superbe  fleur,  et  s'adressant  a  moi  avec  un  accent  rempli 
de  grace  et  de  bonte,  qui  laissait  deviner  qu'elle  regrettait 
de  m'avoir  cheque,  elle  me  dit  : 

"  *Au  moins,  monsieur,  vous  acccpterez  cette  fleur. 


V 1 . 


PART   SECOND.  187 

^' Til  as  raison,  Agricole/'  dit  la  Mayenx,  en  sonriant 
avec  melancolie  ;  ^^  il  est  impossible  de  mieux  reparer  une 
erreur  involontaire." 

"  Cette  digne  demoiselle,"  dit  Fran9oise,  en  essiiyant  ses 
yeux,  ^^comme  elle  devinait  bien  mon  Agricole  !" 

^'  N'est-ce  pas  ma  mere  ?  Mais  au  moment  oil  jeprenais 
la  fleur,  sans  oser  lever  les  yeux,  car  qiioique  je  ne  sois  pas 
timide,  il  y  avait  dans  cette  demoiselle,  malgre  sa  bonte, 
quelque  chose  qni  m'imposait ;  une  porte  s'ouvre,  et  une 
autre  jeune,  belle  fille,  grande  et  brune,  mise*  d'une  fa9on 
bizarre  et  elegante,  dit  a  la  demoiselle  rousse  :  '^  Mademoi- 
selle, il  est  la.  .  .'  Aussitot  elle  se  leve,  et  me  dit  :  *Mille 
pardons,  monsieur  ;  je  n'oublierai  jamais  que  je  vous  ai  du 
un  moment  de  vif  plaisir.  .  .  Yeuillez,  je  vous  en  prie,  en 
toute  circonstance,  vous  rappeler  mon  adresse  et  mon  nom, 
Adrienne  de  Cardoville.'  La-dessus,  elle  disparait.  Je  ne 
trouve  pas  un  mot  a  repondre  ;  la  jeune  fille  me  reconduit, 
me  fait  une  jolie  petite  reverence  a  la  porte,  et  me  voila 
dans  la  rue  de  Babylone,  aussi  ebloui,  aussi  etonne,  je  vous 
le  repete,  que  si  je  sortais  d'un  j^alais  enchante.  .  ." — 
Eugene  Sue.  

59.     Bataille  <i©  "Dames. 

ACTE   PREMIER. 
Scene  IX. — De  Origiion  {seul). 

Quel  est  le  mauvais  genie  qui  m'a  mis  au  coeur  une  pas- 
sion insensee  pour  cette  femme  ?  .  .  .  une  femme  qui  a  ete 
heroique  en  Vendee,  une  femme  qui  adore  le  courage  ! 
Aussi,  pour  lui  plaire,  il  n'est  pas  d'action  intrepide  que  je 
ne  reve*.  .  .  pas  de  peril  auquel  je  ne  m'expose*.  .  .  en  ima- 
gination !  .  .  ,  des  que  je  pense  a  elle,  rien  ne  m'effraye.  .  . 
je  me  crois  un  lieros.  .  .  moi  !  moi  !  un  maitre  des  re- 
quetes,  qui  par  etat  n'y  suis  pas  oblige  ;  .  .  .  et  quand  je 
dis  un  heros.  .  .  c'est  que  je  le  suis.  .  .  en  theorie  I  Par 
malheur,  il  n'en  est  jias  tout  a  fait  de  meme  dans  la  pra- 
tique. .  .  C'est  inconcevable  !  c'est  inoui  !  II  y  a  la  un 
mystere  qui  ne  pent  s'expliquer  que  par  des  raisons  de 
naissance  !  .  .  .  C'est  dans  le  sang  !  Je  tiens*  a  la  fois  de 
ma  mere,  qui  etait  le  courage  en  personne,  et  de  mon  pere, 


188  ANALYTICAL  FKEKCH   READER. 

qui  etait  la  prudence  meme  !  .  .  .  Les  imbeciles  me  diront 
a  cela.  .  .  Eh  bien!  monsieur,  restez  toujours  le  fils  de  votre 
pere  ;  n'approchez  pas  du  danger.  .  .  (Avec  colere.)  Mais, 
est-ce  que  je  le  peux,  monsieur  ?  Est-ce  que  ma  mere  me 
le  permet,  monsieur  ?  Est-ce  que,  s'ii  pointe  a  I'horizon 
quelque  occasion  d'heroi'sme,  le  maudit  demon  maternel 
qui  s'agite  en  moi  ne  precipite  pas  ma  langue  a  des  paroles 
compromettantes  ?  Est-ce  que  ma  moitie  heroique  ne 
s'offre  pas,  ne  s'engage  pas  ?  .  .  .  Comme  tout  a  I'heure,  a 
la  vue  de  ce  beau  cheval  fougueux  et  ecumant,  que  je 
brulais  d'enfourcher.  .  .  parce  qu'un  autre  etait  dessus ; . . . 
et  si  Ton  m'avait  dit,  montez-le  !  .  .  .  alors  mon  autre 
moitie,  ma  moitie  paternelle,  I'aurait  emporte,  et  adieu  ma 
reputation  !  .  .  .  Ah  !  c'est  affreux  !  c'est  affreux  !  etre 
brave.  .  .  et  nerveux  !  .  .  .  et  penser  que  pour  comble  de 
maux,  me  voila  amoureux  fou  d'une  femme  dont  la  vue 
m'anime.  .  .  m'exalte  !  .  .  .  Elle  me  fera  faire  quelque 
exploit,  quelque  sottise,  j'on  suis  sur.  .  .  Jusqu'a  present 
je  m'en  suis  assez  bien  tire.  .  .  Je  n'ai  eu  a  depenser  que 
des  paroles.  .  .  mais  cela  ne  durera  peut-etre  pas.  .  .  ec 
alors.  .  .  repousse,  meprise  par  elle.  .  .  (Avec  resolutio7i.) 
II  n'y  a  qu'un  moyen  d'en  sortir  !  .  .  .  c'est  de  I'epouser. .  . 
Une  fois  marie,  je  suis  pere  ;  une  fois  pere,  j'ai  le  droit 
d'etre  prudent  avec  honneur  !  .  .  .  Que  dis-je  ?  .  .  .  le 
droit !  .  .  .  c'est  un  devoir.  .  .  un  pere  de  famille  se  doit  a 
sa  femme  et  a  ses  enfants.  Un  bonapartiste  insulte  le  roi 
devant  moi.  .  .  je  ne  peux  pas  le  provoquer.  .  .  je  suis 
pere  de  famille  !  Qu'il  arrive  une  inondation,  un  incendie, 
une  peste,  je  me  sauve.  .  .  Je  suis  pere  de  famille  !  II  faut 
done  se  hater  d'etre  pere  de  famille  le  plus  tot  possible  ! 
(Se  mettant  a  la  table  a  gauche  et  ecriva7it.)  Et  pour  cela 
risquons  ma  declaration  bien  chaude,  bien  brulante.  .  . 
comme  je  la  sens.  .  .  Pla9ons-la  ici.  .  .  sous  ce  miroir ;  .  .  . 
elle  la  verra.  .  .  elle  la  lira.  .  .  et  esperons  ! 

Scene  X. — De  Orignon,  La  Comtesse,  Leonie  Csoutenue  par 
la  Comtesse). 

La  Comt.  (dans  la  coulisse).     Louis  ! .  .  .    Joseph  ! .  .  . 
De  Grign"oi^.    Elle  appelle.  .  .  (II  va  au  fond  et  aide*  a 
la  Comtesse  a  soutenir  Leonie. ) 


PART  SECOKD.  189 

De  Grigkon".    Qu'y  a-t-il  done  ? 

La  Comt.  Un  accident;  mais  elle  commence  a  reprendre 
ses  sens. 

De  Grign"on.    Elle  n'est  pas  blessee  ? 

La  Comt.  Non,  grace  au  ciel,  mais  je  crains  que  la 
secousse,  I'emotion.  .  .  Sonnez  done,  mon  ami,  je  vous 
prie.  .  . 

De  Grignon.    Que  desirez-vous  ? 

La  Comt.  Qu'on  aille  a  I'instant  a  Saint- Andeol  cher- 
cher  le  medecin. 

De  Grignon.    J'y  vais  moi-meme  et  je  le  ramene. 

La  Comt.    J'accepte  ;  yous  etes  bon  ! 

De  Grig^stok  (a  part).  J'aime  autant  ne  pas  etre  la 
quand  elle  lira  mon  billet.  .  .  (Haut.)  Je  pars  et  jereviens. 
(II  ^ort.) 

ScfcNE  XI. — La  Comtesse,  Leonie  (assise). 

Leoi^ie.  Ma  tante  !  ma  tante  !  ...  si  vous  saviez.  .  .  je 
n'y  puis  croire  encore.  .  .  J'etais  si  en  colere.  .  .  c'est-a-dire 
si  ingrate  ! .  . .  ce  pauvre  jeune  homme  a  qui  je  dois  la  vie  ! 

La  Comt.    Qu'est-ce  que  cela  signifie  ? 

Leonie.  C'est  une  aventure  si  etonnante.  .  .  ou  plu- 
tot.  .  .  si  heureuse !  Imaginez-vous,  ma  tante,  que 
Charles.  .  .  (Se  reprenant.)  Non,  monsieur  Henri.  .  . 
non.  .  .  je  disais  bien  !  .  .  .  Charles.  .  .  ce  pauvre 
Charles.  .  . 

La  Comt.  {vivement).    Tu  sais  tout ! 

Leonie  (avecjoic).    Eh  oui,  sans  doute  ! 

La  Comt.  (avec  effroi).    0  ciel ! 

Leonie  [vivement  et  se  levant  du  canape).  Je  me  tairai, 
ma  tante,  je  vous  le  jure.  .  .  Je  vous  aiderai  a  le  proteger, 
a  le  defendre.  .  .  j'y  suis  bien  forcee  maintenant.  .  .  ne 
fut-ce  que  par  reconnaissance.  .  . 

La  Comt.    Mais  tout  cela  ne  m'explique  pas.  .  . 

Leonie.  C'est  juste.  .  .  il  me  semble  que  tout  le  monde 
doit  savoir.  .  .  et  il  n'y  a  que  m^oi.  .  .  c'est-a-dire,  nous 
deux.  .  .  Voila  done  que*  nous  galopions  dans  le  pare  avec 
mon  oncle,  quand  tout  a  coup  son  cheval  prend  peur,  la 
ponette  en  fait  autant  et  m'emporte  du  cote  du  bois.    Dej^ 


190  ANALYTICAL   FREN'CH   READER. 

ma  jupe  s'etait  accrochee  a  une  braiiche  ;  j'allais  etre  ar- 
racliee  de  ma  selle>  et  trainee  peut-etre  sur  la  route,  qiiand 
Charles.  .  .  monsieur  Charles  se  precipite  a  terre,  se  jette 
hardiment  au-devant  de  la  ponette,  I'arr^te  d'une  main,  nie 
retient  de  i'autre,  et  me  depose  a  moitie  evanouie  sur  le 
gazon. 

La  Comt.    Brave  gar9on  ! 

Leonie.    Et  malgre  cela  j'etais  d'une  colere.  .  .  -  ' 

La  Comt.    Tu  lui  en  voulais  de  te  sauver  ?• 

Leokie.  Non  pas  de  me  sauver,  mais  de  nie  sauver  avec 
si  pen  de  respect  !  Imaginez-vous,  ma  tante,  qu'il  me  pi-e- 
nait  les  mains  pour  me  les  rechauffer.  .  .  qu'il  me  faisait 
respirer  un  flacon.  .  .  je  vous  demande  si  un  domestique 
doit  avoir  un  flacon.  .  .  et  qu'il  repetait  sans  cesse  comme 
il  aurait  fait  pour  son  egale.  .  .  Pauvre  enfant  !  pauvre 
enfant !  .  .  .  Je  ne  pouvais  pas  repondre,  parce  que  j'etais 
evanouie.  .  .  mais  j'etais  tres  en  colere  en  dedans.  Et 
lorsqu'en  ouvrant  les  yeux,  je  le  trouvai  a  mes  genoux.  .  . 
presque  aussi  pale  que  moi,  et  .qu'il  me  tendit  la  main  en 
me  disant :  /^Eh  bien,  chere  demoiselle,  comment  vous 
trouvez-vous  ?  .  .  ."  mon  indignation  fut  telle  que  je  r6- 
pondis  par  un  coup  de  cravache  dont  je  frappai  la  main 
qu'il  osait  me  tendre.  .  .  puis  je  fondis  en  larmes.  .  .  sans 
saA^oir  pourquoi.  .  . 

La  Comt.    Eh  bien,  apres  ? 

LEOi^iE.  Apres  ?  .  .  .  Jugez  de  ma  surprise,  de  ma  joie, 
quand  je  le  vis  se  relever  en  souriant.  .  .  decouvrir  sa  tete 
avec  une  grace  charmante,  et  me  dire  apres  m'avoir  saluee  : 
^'  Que  votre  legitime  orgueil  ne  s'alarme  pas  de  ma  temerite, 
mademoiselle  ;  celui  qui  a  ose  tendre  la  main  a  mademoi- 
selle de  Villegontier,  ce  n'est  pas  Charles,  le  valet  de 
chambre,  c'est  M.  Henri  de  Flavigneul,  le  proscrit." 

La  Comt.    A]i  !  le  malheureux  !  il  se  perdra  ! 

Leonie.    Se  perdre,  parce  qu'il  m'a  confie  son  secret  ! 

La  Comt.    Qui  me  dit  que  tu  sauras  le  garder  ? 

Leonie.    Vous  croyez  mon  coeur  capable  de  le  trahir  ! . . . 

La  Comt.  Le  trahir  !  .  .  .  Dieu  me  garde  d'un  tel 
soupgon!*.  .  .  mais  c'est  ta  bonte  meme,  ce  sont  tes  craintes 
qui  le  trahiront ! 


PART   SECOND.  191 

« 

Leonie.  Ah  !  ne  redoutez  rien.  .  .  je  serai  forte.  .  .  il 
s'agit  de  lui  ! 

La  Comt.    De  lui ! 

Leonie.  Pardonnez-moi  !  .  .  .  Je  ne  puis  vous  cacher  ce 
qui  se  passe  dans  mon  ame.  .  .  Mais  pourquoi  vous  le 
cacber,  a  vous  ?  Eh  bien,  ou; ;  une  force,  une  joie 
ineffable  remplissent  mon  coeur  tout  entier.  .  .  J'etais  si 
malheureuse  depuis  quinze  jours  ;  je  ne  pouvais  m'expli- 
quer  a  moi-meme  ce  que  je  ressentais.  .  .  ou  plutot  je  ne 
I'osais ;  c'etait  de  la  honte,  de  la  colere.  .  .  je  me  sentais 
en  trainee  vers  un  abime,  et  cependant  j'y  tombais  avec 
joie. 

La  Comt.    Que  veux-tu  dire  ?  .  .  , 

Leonie.  Je  comprends  tout  maintenant.  .  .  Si  j'etais 
aussi  indignee  contre  lui.  .  .  et  centre  moi,  ma  tante,  c'est 
que  je  I'aimais  !  .  .  . 

La  Comt.   Vous  I'aimez  !  .  .  . 

Leonie.    Qu'avez-vous  done  ?  .  .  . 

La  Comt.    Rien  !  rien  !  .  .  .     Vous  I'aimez  !  .  .  . 

Leonie.  Vous  semblez  irritee  contre  moi,  chere 
tante.  .  . 

La  Comt.  Irritee  !  .  .  .  moi.  .  .  non  !  .  .  .  je  ne  suis  pas 
irritee.  .  .     Pourquoi  serais-je  irritee  ? 

Leonie.  Je  I'ignore  !  .  .  .  peut-etre.  .  .  est-ce  de  ma 
confiance  trop  tardive.  .  .  Je  vous  aurais  dit  plus  tot  mon 
secret,  si  je  Tavais  su  plus  tot ! 

La  Comt.  Qui  vous  reproche  votre  manque  de  con- 
fiance  ?  .  .  .     Laissez-moi.  .  .  j'ai  besoin  d'etre  seule  !  .  ... 

Leonie.    Oh  !  mais.  .  .  vous  m'en  voulez  ?  .  .  . 

La  Comt.    Mais  non,  vous  dis-je.  .  . 

Leonie.  Vous  ne  m'avez  jamais  parle  ainsi  !  vous  ne 
me  dites  plus.  .  .  toi  ! 

La  Comt.  {avec  emotioyi).  Tu  pleures  ?  .  .  .  Pardon, 
chere  enfant,  pardon  !  Si  je  t'ai  affligee,  c'est  que  moi- 
meme.  .  .  je  souffrais.  .  .  oh  !  cruellement !  .  .  .  je  sOuffre 
encore.  .  .  Laisse-moi  seule  un  moment.  .  .  je  t'en 
prie  !  ..  .  .  {Elle  regarde  Leonie,  puis  Vemhrasse  vivement.) 
Va-t'en  !  va-t'en  !  .  .  . 

Leonie.    a  la  bonne  heure,*  au  moins.     {Blh  sort.) 


192  ANALYTICAL   FRENCH   READER. 

Scene  XII. — La  Comtesse  (seule). 

Elle  I'aime  !  Pourquoi  ne  Faimerait-elle  pas  ?  .  .  . 
N'est-elle  pas  jeune  comme  lui  ?  riche  et  noble  comme 
lui  ?  .  .  .  Pourquoi  done  souffrais-je  tant  de  cette  pensee  ? 
Pourquoi,  pendant  qu'elle  me  parlait.  .  .  ressentais-je 
contre  elle  un  sentiment  de  colere.  .  .  d'aversion,  de.  .  . 
Non,  ce  n'est  pas  possible  !  depuis  quinze  jours  ne  veillais- 
je  pas  sur  lui  comme  une  amie.  .  .  ne  lui  parlais-je  pas 
comme  une  mere  ?  .  .  .  ce  matin,  ne  I'ai-je  pas  remercie  de 
ce  qu'il  m'appelait  sa  soeur  ?  .  .  .  Ah  !  malgre  moi,  le  voile 
tombe  !  ce  langage  maternel  n'etait  qu'une  ruse  de  mon 
coeur  pour  se  tromper  lui-meme.  .  .  je  ne  cherchais  dans 
ces  titres  menteurs  de  soeur  ou  de  mere  qu'un  pretexte, 
que  le  droit  de  ne  lui  rien  cacher  de  ma  tendresse.  .  .  Ce 
n'est  pas  de  I'interet.  .  .  de  I'amitie.  .  .  du  devouement.  .  . 
c'est  de  I'amour  !  .  .  .  J'aime  !  J'aime  !  moi  !  et  ma 
rivale,  c'est  I'enfant  de  mon  coeur,  c'est  un  ange  de  grace, 
de  bonte.  .  .  All  !  tu  n'as  qu'une  resolution  a  prendre  ! 
renferme,  renferme  ta  folle  passion  dans  ton  coeur  comme 
une  honte,  cache-la,  etouffe-la  !  .  .  .  Je  ne  peux  pas  ! 
Depuis  que  ce  feu  convert  a  eclate  a  mes  propres  yeux, 
depuis  que  je  me  suis  avouee  mon  amour  a  moi-meme.  .  . 
il  croit*  ji  chaque  pensee,  a  chaque  parole  !  .  .  .  je  le  sens 
qui  m'envahit  comme  un  flot  qui  monte  !  .  .  .  Eh  bien  ! 
pourquoi  le  combattre  ?  Leonie  aime  Henri,  c'est  vrai.  .  . 
mais  kii,  il  ne  I'aime  pas  encore.  .  .  il  aurait  parle,  s'il 
I'aimait.  .  .  elle  me  I'aurait  dit  s'il  avait  parle.  .  .  II  est 
libre  !  eh  bien,  qu'il  choisisse  !*.  .  .  Elle  est  bien  belle 
deja.  . .  on  dit  que  je  le  suis  encore.  .  .  Qu'il  prononce!*. . . 
Pauvre  enfant !  .  .  .  elle  I'aime  tant !  .  .  .  Ah  Dieu  !  je 
I'aime  mille  fois  davantage  !  Elle  aime,  elle,  comme  on 
aime  a  seize  ans,  quand  on  a  I'avenir  devant  soi  et  que  le 
coeur  est  assez  riche  pour  guerir,  se  consoler,  oublier  et  re- 
naitre  !  .  .  .  mais  a  trente  ans  notre  amour  est  notre  vie 
tout  entiere.  .  .  Allons  !*  il  faut  hitter  avec  elle  ! .  .  . 
luttons*.  .  .  non  pas  de  ruse  ou  de  perfidie  feminine.  .  . 
non  !  mais  de  devouement,  d'aiiection,  de  cliarme.  .  .  On 
dit  que  j'ai  de  I'esprit,  servons-nous-en*.  .  .    Leonie  a  ses 


PART   SECOKD.  193 

seize  ans,  qu'elle  se  clefende  !  .  .  .  et  si  je  triomphe  aujour- 
d'hui.  .  .  ah  !  je  reponds  de  ravenir.  .  .  je  rendrai  Henri 
si  lieureux  que  son  bonheur  m'absoudra  du  mien  !  Mais 
triomplierai-je  ?  sais-je  seulement  s'il  m'est  permis  de 
lutter  ?  .  .  .  qui  me  I'apprendra  ?  Quand  on  a  un  grand 
nom,  du  credit,  de  la  fortune.  .  .  ceux  qui  nous  entourent 
nous  disent-ils  la  verite  ?  .  .  .  {Prenant  un  miroir.)  Ma 
main  tremble  en  prenant  ce  miroir.  .  .  ce  n'est  pas  le  trouble 
de  la  coquetterie.  .  .  non  !  c'est  mon  coeur  qui  fait  trembler 
ma  main.  .  .  je  ne  me  trouverai  jamais  telle  que  je  voudrais 
etre.  .  .  ne  regardons  pas  !  .  .  .  [Ajjres  un  moment  cVhesita- 
fion,  elle  reganle,  fait  un  sour  ire  et  dit  ensuite.)  Oui.  .  . 
mais  il  en  a  trompe  tant  d'autres  !  [Elle  remet  le  miroir 
sur  la  table  et  aper^oit  la  lettre  que  de  Grignon  avait  mise 
dessous.)  Quelle  est  cette  lettre  ?  .  .  .  A  madame  Ja  com- 
tesse  d'Autreval.  .  .  {Regardant  la  signature.)  De  M.  de 
Grignon  !  Eh  bien.  .  .  lisons  !  .  .  .  [Au  moment  oil  elle 
ouvre  la  lettre,  de  Grignon parait  au  fond.) 

Scene  XIII. — La  Comtesse,  De  Grignon. 

De  Grigi^'O^  (ciu  fond).  Elle  tient  ma  lettre  ! 

La  Comt.    Qu'ai-je  lu  ? 

De  Grigi^on".    Elle  ne  semble  pas  trop  irritee  ! 

La  Comt.  Oui.  .  .  oui.  .  .  c'est  bien  le  lanofas^e  d'un 
amour  vrai.  .  .  I'accent  de  la  passion.  ,  .  le  cri  du  coeur  ! 

De  Grigxon  {a  part).  Elle  se  parle  a  elle-meme.  .  . 

La  Comt.  II  m'aime  !  .  .  .  on  pent  done  ni'aimer  en- 
core !  .  .  .  il  demande  ma  main  !  .  .  .  on  pent  done  songer 
a  m'epouser  encore  ! 

De  Grig:n'OX  [s'avani^ant).    Ma  foi.  .  .  je  me  risque  ! 

La  Comt.  {Vapercevant).  Est-ce  vous  qui  avez  ecrit  cette 
lettre  ? 

De  Grignon.  Cette  lettre.  .  .  celle  que  tout  a  I'heure.  .  . 
[A  part).  Ah  !  mon  Dieu  !  .  .  . 

La  Comt.    Repondez.  .  .  est-ce  tous  ? 

De  Grignon.    Eh  bien  !  oui,  madame. 

La  Comt.  Et  ce  qu'elle  contient  est  bien  Texpression  de 
votre  pensee  ? 

De  Grignon.    Certainement. 


194  ANALYTICAL  PREKCH  KEADER. 

La  Comt.    Vous  m'aimez !  Vous  me  demaudez  ma  main? 

De  Grignok.    Et  pourquoi  pas  ? 

La  Comt.    Vous,  a  vmgt-cinq  ans  ! 

De  Grigkon.  Eh !  qu'importe  I'age !  tout  ce  que  je 
sais,  tout  ce  que  je  peux  vous  dire.  .  .  c'est  que  vous  etes 
jeune  et  belle.  .  .  ce  que  je  sais,  c'est  que  je  vous  aime. 

La  Comt.    Vous  m'aimez  ? 

De  Grignon".  Et  dussiez-vous  ne  pas  me  le  pardon- 
ner.  .  .  dussiez-vous  m'en  \ouloir  ! 

La  Comt.  Vous  en  vouloir  !  mon  ami,  mon  veritable 
ami.  .  .  ainsi,  c'est  bien  certain,  vous  m'aimez  ?  vous  me 
trouvez  belle  ?  .  .  .  All  !  jamais  paroles  ne  m'ont  ete  si 
donees.  .  .  et  si  vous  saviez.  .  .  si  je  pouvais  vous  dire.  .  . 

De  Grigjs'OK.  Ah  !  je  n'en  demande  pas  tant.  .  .  I'emo- 
tion.  .  .  le  trouble  oii  je  vous  vols,  suffiraient  a  me  faire 
perdre  la  raison. 

( On  enteiid  en  dehors  a  droite  le  hruit  dhm  orchestre. ) 

La  Comt.    Qu'est-ce  que  cela  ? 

De  Grignon".  Ah  !  mon  Dieu  !  j'oubliais.  .  .  une  sur- 
prise. .  .  une  fete.  .  .  la  votre. 

La  Comt.    Ma  fete  !  .  .  .  je  n'y  pensais  plus. 

De  Grignoi^.  Mais  nous  y  pensions,  nous  et  votre 
niece.  .  .  et  la,  dans  le  grand  salon,  vos  amis,  les  habi- 
tants du  village.  .  .  tons  vos  gens.  .  . 

La  Comt.    Mes  gens  ! 

De  Grignon.    Bal  champetre  et  concert. 

La  Comt.  Un  bal!  un  concert! .  .  .  {A pari.)  II  sera  la.  .  . 
(Haut.)  Oh  !  merci,  mon  ami ;  venez,  nous  danserons.  .  . 

De  Grignon.    Oui,  madame. 

La  Comt.    Nous  chanterons.  .  . 

De  Grignon.    Oui,  madame. 

La  Comt.    Pour  eux  !  .  .  .  avec  eux  !  .  .  . 

De  Grignon.    Oui,  madame. 

La  Comt.  {a  part).  II  sera  la  !  .  .  .  il  nous  entendra.  .  . 
il  nous  jugera.  .  .  {A  de  Grignon.)  Venez,  mon  ami,  je 
suis  si  heureuse. 

De  Grigkon.    Et  moi  done  ! 

La  Comt.    Venez,  venez  !  {lis  sortent. ) 

— Scribe  et  LegoiivL 


PART   SECOND.  195 


60.     IVos   Bons  Villageois. 

MoRissoN.    Mais  tout  cela,  c'est  mon  droit. 

Le  Baron.  Raison  de  plus  !  .  .  .  Vous  etes  encore  au 
berger  d'opera-comique,  cher  voisin.  .  .  L'evenement 
vous  prouvera  que,  n'eussiez-vous*  rien  fait  a  ce  villageois 
trop  realiste  qui  sort  d'ici,  il  ne  vous  en  aimerait  pas  da- 
vantage,  par  la  seule  raison  qu'il  est  un  paysan,  et  que  vous 
^tes  un  Parisien,  c'est-a-dire  un  usurpateur. 

MoRissoN".    Un  usurpateur  ? 

Le  Baroi^".  Parfaitement !  Quelle  est  I'idee  mere  d'oii 
derivent  toutes  les  pensees  du  villageois  ?  .  .  .  Celle-ci  : 
"La  terre  est  au  paysan  !"  Ceci  (//  frcqjj^e  du  idled  le  sol) 
est  son  heritage  naturel,  cree  par  Dieu  dans  le  seul  but  de 
lui  produire  une  grande  quantite  de  legumes,  a  seule  fin 
qu'il  nous  les  vende*  trop  cher.  .  .  Mon  pare,  mes  pe- 
louses :  terrain  qui  serait  tres-propre  a  la  culture  des 
pommes  de  terre  et  qu'on  lui  gaspille  !  .  .  .  Vienne*  main- 
tenant  le  vent  de  Fignorance  qui,  sur  cette  premiere  couche 
d'instincts  malfaisants,  seme  toute  sa  mauvaise  graine,  et 
faites-vous*  une  idee  de  la  jolie  moisson  d'orties  et  de 
cigues  que  le  cerveau  d'un  Grinchu  pent  fleurir  a  mon 
adresse  !*.  .  . 

MoRissoN.  Mais  voyons,  ils  ne  sont  pas  tons  tallies  sur 
le  patron  de  ce  Grinchu-la  !  .  .  . 

Le  Baron.  Parbleu  !  non,  il  y  a  des  varietes  dans 
I'espece  ;  ainsi,  a  dix  lieues,  c'est  le  vigneron.  Le  vigneron 
est  une  nuance.  .  .  Ici,  nous  sommes  en  pleins  ma- 
raichers ;  .  .  .  le  maraicher  est  un  sous-ordre  des  plus  in- 
teressants  a  etudier.  .  .  Ce  legumier  va  toutes  les  nuits 
porter  ses  denrees  a  Paris,  et,  par  ce  c6te-hi,  il  est  presque 
citadin,  .  .  .  niais  citadin  nocturne.  La  civilisation  ne  lui 
apparait  que  sous  I'aspect  brumeux  des  lialles,  a  deux 
heures  du  matin,  eclairees  d'une  foule  de  petites  lanterues 
douteuses,  qui  sont  comrne  le  rayonnement  affaibli  des 
idees  modernes.  De  ce  frottement  imparfait  avec  Paris, 
il  ne  resulte  en  somme  qu'un  villageois  ignorant,  double 
d'un  Parisien  corromjou.  Les  defauts  naturels  de  Fun 
se  fortifient  des  vices  artificiels  de  I'autre  ;    et  ce  paysan 


196  ANALYTICAL  FKENCH  READER. 

qui,  de  la  verte  senteur  des  champs  n'apporte  a  la  ville 
que  Fodeur  infecte  de  ses  choux,  ne  rapporte  de  Paris, 
a  I'heure  oil  les  oiseaux  salueiit  I'aurore,  que  I'ivresse  de 
I'absinthe  et  la  chanson  du  Scqjeiir  /*.  .  . 

MoRissoN".    Et  c'est  ici  tons  maraichers  ? 

Le  Barok  {cissis  sur  un  tronc  cVarlre).  Tous  marai- 
chers ! 

MoRissoN".    Et  tous  mediants  ? 

Le  Baron.  Ah  !  permettez  !  il  y  a  de  bonnes  gens  par- 
tout  ;  et  puis  je  n'ai  pas  dit  que  Fespece  fiit*  mechante  : 
mais  elle  est  malicieuse.  .  .  Grinchu  ne  vous  donnerait 
pas  line  chiqiienaude,  mais  il  eternue  pour  vous  empecher 
de  prendre  du  poisson.     Voila  mon  villageois  ! 

MoRissoN.  Et,  avec  cette  opinion  de  vos  administres, 
vous  restez  maire  ! 

Le  Baron.  Je  leur  ferais  bien  trop  de  plaisir  en  quittant 
la  partie.  * 

MoRissoN.    Ah  !  vous  avez  centre  vous  ?  .  .  . 

Le  Baron.  Comment,  j'ai  centre  moi  ?  mais  j'ai  toute 
la  commune  centre  moi ! 

MoRissoN  [effraye).   Toute  la  commune  ! 

Le  Baron.  Representee  par  ses  trois  gros  bonnets  : 
Grinchu  deja  nomme,  Floupin  et  Tetillard. 

MoRissoN.  Monsieur  le  maire,  qu'avez-vous  fait  a  tous 
ces  gens-la  ? 

Le  Baron.    Je  suis  venu. 

MoRissoN.    Voihi  tout  ? 

Le  Baron.  O'est  trop.  .  .  Floupin  ne  me.  Fa  pas  par- 
donne.     Connaissez-vous  Floiqoin  ? 

MoRissoN.    Non. 

Le  Baron.  Vous  le  connaitrez.  .  .  Floupin  est  le  grand 
homme  de  Fendroit.  .  .  c'est  le  pharmacien  ! 

MoRissoN.    Ah  ! 

Le  Baron.  II  est  du  cru  !*  Mais  il  a  fait  ses  etudes  a 
Paris,  d'oii  il  est  revenu  grand  docteur  pour  ses  compa- 
triotes.  Le  villageois  ne  fait  qu'admirer  ce  pharmacien,  .  .  . 
il  Fadore.  .  .  car  Floupin  lui  donne  dans  son  arriere-bou- 
tique  des  consultations  gratuites,  au  mepris  de  la  loi, 
pour  faire  piece*  au  medecin,  qu'il  traite  volontiers  d'ane 


PART  seco:n-d.  197 

bate  !*  Et  Floiipin  n'estpas  senlementmedecin.  .  .  Floupin 
est  beau  diseiir,  Floupin  est  philosophe,  Floupin  est  poli- 
tique, Floupin  est  orateur.  .  .  Floupin  fait  des  conferences!* 

MoRissoN.    Diable  I 

Le  Barox.  Avec  cela,  adroit,  souriant,  et  fin,  .  .  . 
membre  influent  de  la  fal)rique,  conseiller  municipal,  mar- 
guillier,  sergent  des  pompiers,  revant  la  mairie  !  .  .  .  et, 
par  consec[uent,  n'ayant  pas  salue  mon  avenement  par  un 
feu  d'artifice. 

MoRissox.  Je  comprends  Floupin  ;  mais  comment  vous 
etes-vous  aliene  le  ca3ur  de  Tetillard  ? 

Le  Barox.    Tetillard  est  epicier  !  .  .  . 

MoRissox.    II  n'y  a  que  lui  ? 

Le  Barox.  Et  il  en  abuse  pour  nous  vendre  a  prix  ex- 
travagants  des  produits  douteux.  .  .  J'ai  fini  par  me  facber 
et  par  faire  venir  mes  epices  de  Paris.  Sur  quoi,  Tetillard 
de*  se  declarer  persecute  ;  Floupin  d'*insinuer  que  je  mine 
le  commerce  local,  le  commerce  local  de*  vociferer,  et  un 
bon  tiers  de  la  commune  de*  me  montrer  les  dents  !  .  .  . 

MoRissox.    Sapristi  ! 

Le  Barox.  Huit  jours  apres,  j'ai  la  malbeureuse  idee 
de  vouloir  raccommoder  les  cboses  par  un  bienfait.  .  . 
Emu  du  facbeux  etat  de  la  vieille  pompe  a  incendie,  je 
dote  la  commune  d'une  pompe,  nouveau  modele,  que  je 
fais  venir  de  Paris,  et  j'offre  pour  la  serrer  une  de  mes  re- 
mises. Grincliu,  en  sa  qualite  de  lieutenant,  reclame  une 
clef  de  la  remise.  C'est  trop  juste  ;  il  a  sa  clef  ;  mais  voila 
mon  animal  qui,  jour  et  nuit,  lave  sa  pompe,  graisse  sa 
pompe,  manoeuvre  sa  pompe.  .  .  si  bien  qu'il  eventre  une 
de  mes  voitures  et  creve  I'oeil  d'un  cbeval.  Je  retire  la 
clef.  .  .  Demission  en  masse  de  tout  le  corps  des  sapeurs- 
pompiers,  casques  en  tete  !  Je  flanque  a  la  porte  lieutenant, 
sergent,  pompiers,  pompe  I  Et  me  voila  a  dos  la  force 
armee,  comme  j'avais  deja  centre  moi  tout  le  liaut  com- 
merce I  .  .  . 

MoRissox.  Vous  me  faites  dresser  les  cbeveux  sur  la 
tete,  monsieur  le  maire  !     Ou  allons-nous  ? 

Le  Barox.  Ce  n'est  pas  tout.  Floupin,  pour  contre- 
balancer  le  premier  eff'et   de  ma  pompe,   avait  eu  I'idee 


198  AN'ALYTICAL   FRENCH    READER. 

d'offrir  une  nonvelle  cloche  a  la  paroisse.  .  .  par  souscrip- 
tion  !  II  donne  cent  francs  ;  il  quete,  et  ramasse  trois- 
cent  soixante-dix  francs  cinqnante  centimes. 

Mortsson:.    II  n'y  a  pas  de  quoi  avoir  nne  sonnette. 

Le  Baron.  C'est  ce  que  je  fais  remarquer  au  conseil,  en 
Ini  proposant,  au  lieu  de  cloches,  dont  nous  ne  manquons 
pas,  I'achat  d'une  horloge,  qui  remplace  avantageusement 
le  cadran  solaire  de  Feglise.  .  .  Floupin,  qui  est  du  con- 
seil, prend  la  j^arole  et  fait  une  conference  sur  ce  sujet.  .  . 
Floui^in  voit  dans  cette  horloge  un  attentat  du  progres 
moderne,  qui  vent  substituer  la  mecanique  a  Taction  pro- 
videntielle  ;  I'horloge,  qui  re9oit  son  mouvement  de  Fhor- 
loger,  au  cadran  solaire,  qui  ne  re9oit  la  lumiere  que  d'en 
haut  !  .  .  .  Je  replique.  .  .  On  s'echauffe  !  .  .  .  Je 
triomphe  !  .  .  .  II  retire  ses  cent  francs  :  j'en  donne  mille! 
et  j'installe  mon  horloge.  .  .  Mais  le  cure,  qui  preferait 
sa  cloche,  me  boude  ;  le  vicaire  me  boude  ;  le  Suisse,  le 
bedeau  me  boudent  !  Et  me  voila  encore  broniile  avec 
toute  la  fabrique,  qui  ne  me  i^ardonne  pas  de  lui  donner 
I'heure  exacte,  et  de  lui  prouver  que  le  temps  marche  I 

— Sardou. 

€51.     L'A-ncien  K^girae— t*reface. 

En  1849,  ayant  vingt-et-un  ans,  j'etais  electeur  et  fort 
embarrasse ;  car  j'avais  a  nommerquinze  on  vingt  deputes, 
et  de  plus,  selon  Tusage  frangais,  je  devais  non-seulement 
choisir  des  hommes,  mais  opter  entre  des  theories.  On  me 
proposait  d'etre  royaliste  on  republicam,  democrate  on  con- 
servateur,  socialiste  on  bonapartiste  :  je  n'etais  rien  de  tout 
cela,  ni  meme  rien  du  tout ;  et  parfois  j'enviais  tant  de 
gens  convaincus  qui  avaient  le  bonheur  d'etre  quelque  chose. 
Apres  avoir  ecoute  les  diverses  doctrines,  je  reconnus  qu'il 
y  avait  sans  doute  une  lacune  dans  mon  esprit.  Des  motifs 
valables  pour  d'autres  ne  Fetaient  pas  pour  moi ;  je  ne  pou- 
vais  comprendre  qu'en  politique  on  put  se  decider  d'apres 
ses  preferences.  Mes  gens  affirmatifs  construisaient  une 
constitution  comme  une  maison,  d'apres  le  plan  le  plus 
beau,  le  plus  neuf  ou  le  plus  simple,  et  il  y  en  avait  plu- 
gieurs  a  I'etude  ;* hotel  de  marquis,  maison  de  bourgeois. 


PAHT   SECOJ^D.  199 

logement  d'ouvriers,  caserne  de  militaires,  phalanstere  de 
communistes,  et  meme  campement  de  saiivages.  Chacun 
disait  de  sou  modele:  "Voila  la  vraie  demeure  de  rhomme, 
la  seule  qu'un  liomme  de  sens  puisse  habiter."  A  mon  sens, 
Fargument  etait  faible  ;  des  gouts  personnels  ne  me  sem- 
blaieut  pas  des  autorites.  II  me  paraissait  qu'une  maison 
ne  doit  pas  etre  construite  pour  I'arcliitecte,  ni  pour  elle- 
meme,  mais  pour  le  proprietaire  qui  va  s'y  loger.  Deman- 
der  I'avis  du  proprietaire,  soumettre  au  peuj^le  fran9ais  les 
plans  de  sa  future  habitation,  c'etait  trop  visiblement  pa- 
rade ou  duperie  :  en  pareil  cas,  la  question  fait  toujours  la 
reponse,  et  d'ailleurs,  cette  reponse  eut-elle  ete  libre,  la 
France  n'etait  plus  guere  en  etat  que  moi  de  la  donner ; 
dix  millions  d'ignorances  ne  font  pas  un  savoir.  ITn  peuple 
consulte  pent  a  la  rigueur  dire  la  forme  de  gouvernement 
qui  lui  plait,  mais  non  celle  dont  il  a  besoin  ;  il  ne  le  saura 
qu'a  I'usage  ;  il  lui  faut  du  temps  pour  verifier  si  sa  maison 
politique  est  commode,  solide,  capable  de  resister  aux  in- 
temperies,  appropriee  a  ses  moeurs,  a  ses  occupations,  a  son 
caractere,  a  ses  singularites,  a  ses  brusqaeries.  Or,  a  I'e- 
preuve,  nous  n'avons  jamais  ete  contents  de  la  notre;  treize 
fois  en  quatre-vingts  ans,  nous  I'avons  demolie  pour  la 
refaire,  et  nous  avons  eu  beau  la  refaire,  nous  n'avons  pas 
encore  trouve  celle  qui  nous  convient.  Si  d'autres  i:)euples 
out  ete  plus  heureux,  si,  a  I'etranger,  plusieurs  habitations 
politiques  sont  solides  et  subsistent  indefiniment,  c'est 
qu'elles  out  ete  construites  d'une  fa9on  particuliere,  autour 
d'un  noyau  primitif  et  massif,  en  s'appuyant  sur  quelque 
vieil  edifice  central  plusieurs  fois  raccommode,  mais  tou- 
jours conserve,  elargi  par  degres,  approprie  par  tatonne- 
ments  et  rallonges  aux  besoins  des  habitants.  Nulle  d'entre 
elles  n'a  ete  batie  d'un  seul  coup,  sur  un  patron  neuf,  et 
d'apres  les  seules  mesures  de  la  raison.  Peut-etre  faut-il 
admettre  qu'il  n'y  a  pas  d'autre  moyen  de  construire  a  de- 
meure, et  que  I'invention  subite  d'une  constitution  nou- 
velle,  appropriee,  durable,  est  une  entreprise  qui  surpasse 
les  forces  de  I'esprit  humain. 

En  tout  cas,  je  concluais  que,  si  jamais  nous  decouvrons 
celle  qui  nous  faut,  ce  ne  sera  point  par  les  procedes  en 


200  a:n^alytical  French  eeader. 

vogue.  En  effet,  il  s'agit  de  la  cUcouvrir,  si  elle  existe,  ot 
non  de  la  mettre  aux  voix.  A  cct  ogard,  nos  preferences 
seraient  vaines  ;  d'avance  la  nature  et  Thistoire  out  choisi 
pour  nous  ;  c'est  a  nous  de  nous  accommoder  a  elles,  car  il 
est  siir  qu'elles  ne  s'accommoderont  pas  a  nous.  La  forme 
sociale  et  j^olitique  dans  laquelle  un  peuple  pent  entrer  et 
Tester,  n'est  pas  livree  a  son  arbitraire,  mais  determinee  par 
son  caractere  et  son  passe.  II  faut  que,  jusque  dans  ses 
moindres  traits,  elle  se  moule  sur  les  traits  vivants  auxquels 
on  I'applique  ;  sinon,  elle  ere  vera  et  tombera  en  morceaux. 
C'est  pourquoi,  si  nous  parvenons  a  trouver  la  notre,  ce  ne 
sera  qu'en  nous  etudiant  nous-memes,  et  j^lus  nous  saurons 
precisement  ce  que  nous  sommes,  plus  nous  demeleront 
surement  ce  qui  nous  convient.  On  doit  done  renverser  les 
rnethodes  ordinaires  et  se  figurer  la  nation  avant  de  rediger 
la  constitution.  Sans  doate,  la  premiere  operation  est 
beaucoup  plus  longue  et  beaucoup  plus  difficile  que  la  se- 
conde.  Que  de  temps,  que  d'etudes,  que  d'observations 
rectifiees  I'une  par  I'autre,  que  de  recherches  dans  le  pre- 
sent et  dans  le  passe,  sur  tons  les  domaines  de  la  pensee  et 
de  Taction,  quel  travail  multiplie  et  seculaire,  pour  acquerir 
I'idee  exacte  et  complete  d'un  grand  peuple  qui  a  vecu  age 
de  peuple  et  qui  vit  encore  !  Mais  c'est  le  seul  moyen  de 
ne  i^as  constituer  a  faux  apres  avoir  raisonne  a  vide,  et  je 
me  promis  que,  pour  moi  du  moins,  si  j'entreprenais  un 
jour  de  chercher  une  opinion  politique,  ce  ne  serait  qu'apres 
avoir  etudie  la  France. — Taine, 


NOTES  ON  PART  FIRST. 


1.    1^'A.igle  et  ses  A.igloiis,  p.  11. 

S'elevait,  from  s'elever ;  radical :  lever,  v.  a.,  to  raise,  from  which  elever, 
V.  a.,  to  raise  up,  to  bring  up.  These  active  verbs,  being  clianged  into  pronominal 
verbs,  have  the  refli'Ctive  pronoun  for  their  direct  object  and  are  equivalent  to 
intransitive  verbs  in  English  :  se  lever,  to  rise  ;  s'elever,  to  Hse,  to  ascend,  to  go 
vp.—Jusqu'aujc  lilies,  to  the  clouds  ;  the  prep,  jiisqiie,  till,  until,  as  far  as,  is 
generally  used  with  the  prep,  a:  Jusqu'd  quand?  how  long?  Jtisqti'd  de- 
inaiti,  until  to-morroiv  ;  except  before  oii,  ici,  Id:  jnsqu'oii?  how  far :?  Jus- 
qii'ici,  Jiisqiie-ld. — co mine,  as,  like ;  in  exi  lamatory  sentences,  commc  has 
the  meaning  of  hoic. — regarder,  v.  a.,  to  look  at. — dirent,  from  dire,  v.  a.  ijT. — 
suivez,  from  saivre,  v.  a.  ifv. — niniiiticndrez,  from  ninlntenir,  v.  a.  irr. — 
les  _2'*'^cej>fes  et  1e  hon  exeinplc,  precepts  and  good  examples.  The  article 
is  used  because  these  nouns  are  taken  in  a  general  sense;  le  hon  exenij^le, 
in  the  singular,  denotes  in  a  general  way  all  good  examples. — achevent,  from 
achever,v.  a.  The  grave  accent  over  aclievent  is  accounted  for  by  the  following 
nde  of  orthography  :  An  e  before  a  consonant  that  is  followed  by  a  silent  c  takes 
the  grave  accent ;  as,  J 'aclieve,  ils  achevent,  hut  acliever,  nous  achevons, 
etc.    But  e  bef.  ge  has  an  acute  accent :  liiegc,  Je  protege,  etc. 

(b.)  1.  The  Icing  of  birds  (of  the  birds) ;  to  the  sky  (up  to  the  clouds) .  4.  his 
little  ones,  ses  jtetits. 

(c.)  2.  Regarde-t-il.  The  letter  <  between  two  hyphens  is  used  for  the  sake 
of  euphony  before  the  pronouns  it,  elle,  on,  when  the  verb,  in  the  third  person 
singular,  ends  with  a  vowel. 

3.    TLtG  Ileiia/r"cl  et  les  Utiisins,  p.  12. 

3Tourait,  from  rnonrir,  v.  n.  irr. — qui  monrait  presqrie  de  fa'im,  who 

wai  almost  starving.— v it,  from  voir,  v.  a.  irr. — potir  un  renard  qui  a  faint, 
for  a  hungry  fox ;  avoir  faim,  to  be  hungry. — il  cut  fait;  fait,  from  faire, 
V.  a.  irr.;  il  eiit  fait  is  the  pluperfect  tense  of  the  sul)junctive  mode,  used  for 
the  past  tense  of  the  conditional,  called  the  second  form  of  the  conditional  past, 
he  would  have  made. — pouvait,  from  ptouvoir,  v.  a.  irr. — atteindre,  v.  n.  irr,; 
y  atteindre,  get  at  them. — on  rabaisse,  people  depreciate,  or  lower.  The  inde- 
finite prqn.  on  is  used  as  the  subject  of  the  verb  to  designate  some  person  or 
persons  indefinitely  :  one,  some  one,  they,  people ;  sometimes,  in  a  general  way,  some 
known  perfons,  we,  you,  etc.— qu'on  ne  peut,  which  one  cannot.  Pas  is  generally 
suppre.-sed  in  the  negative  conjugation  of  pouvoir,  to  be  able  ;  cesser,  to  cease  ; 
oser,  to  dare;  and  savoir,  to  know. — atteindre,  v.  a.  irr.  It  has  the  same 
meaning  as  the  neuter  verb  used  as  above,  with  this  difference  that  atteindre  d 
implies  difficulties  to  be  overcome,  which  the  active  verb  atteindre  does  not : 
atteindre  d  la  perfection,  to  reach  perfection;  atteindre  sa  vingti^me 
annee,  to  reach  one's  tiventieth  year. 

3.    T^»JE5ve<i\ie  et  I'Eliifa^nt,  p.  V2. 

Fit,  from  faire,  v.  a.  irr.;  faire  une  question,  to  ask  a  question. — dites, 
from  ilire,  v.  a.  irr. 

(b.)  2.  They  are,  ce  sont.  6.  to  answer,  rejtondre,  v.  n.  (d),  the  child's 
question  (the  question  of  the  child). 


203  ANALYTICAL   FRENCH   READER. 

•4r.    I^e  Cliien  et  son  Omlire,  p.  13. 

Son  ombre,  his  shadow.  Otnbre  is  a  feminine  noun  ;  but  the  masculine  forms 
tnon,  ton,  son,  are  used  instead  of  the  feminine  forms  ma,  ta,  sa,  before  a 
vowel  and  before  a  silent  h.—tenait,  from  tettir,  r.  a.  irr. — se  snuvait,  im- 
perfect ten^e  of  se  sauver,  was  runiiiiuj  aivay.—arriver,  p.  def.  of  arriver: 
il  nrriva  stir,  he  came  to.—crut,  from  croire,  v.  a.  irr.—partit,  from  pa- 
raitre,  v.  n.  it^.—vouluf,  from  vouloir,  v.  a.  irr. — trotnpeuses,  from  trom- 
peur.  Adjectives  in  eur  derived  from  verbs  change  ear  in  ease  for  the  fem. — 
hien  fou,  for  eelul-la  est  bien  fou,  he  is  very  foolish. — deviendrez,  from 
devenir,  v.  n.  irr.— doit,  from  devoir,  v.  a.,  io  owe;  before  an  infinitive  it 
means  :  to  be  obliged,  ?nust,  should,  ought.  It  is  often  rendered  in  English  by  the 
verb  to  be ;  as,  je  dots  y  aller,  I  am  to  go  there  ;  Je  devais  recevoir  mon 
argent  ce  Jour-la,  I  was  to  receive  my  money  on-  that  day. 

(b.)  2.  To  run  away,  se  sauver.  4.  another's  share,  la  part  d'tin  autre; 
ahvays,  toujours  ;  our  own,  la  notre.  6.  he,  celul-ld.  7.  let  us  judge,  jugeons, 
ivova.  Juger.  In  verbs  ending  in  gei',  as, fuger,  an  e  is  inserted  after  the  g, 
before  a  and  o,  to  make  the  g  retain  its  soft  sound. 

(c.)  5.  Qu'est-ce  qu'll  crut  que  c'etait?  what  did  he  believe  (think)  that 
it  wasf  qu^est-ce  que,  interrogative  pron.,  the  same  as  que.  8.  qu'arriva- 
t-il?  what  happened?  10.  que  faut-il  faire  pour  devenir  homme  de 
bien  ?  what  must  one  do  to  become  an  honest  man?  faut,  from  falloir,  v.  imp.  irr.; 
to  be  necessary,  il  faut,  it  is  necessary,  one  must,  etc. 

5.    I-i'3Ecrevisse  et  sa  Fille,  p.  14. 

Comme  (see  Notes,  No.  IJ.—tu,  thou,  or  you.  The  second  person  singular  is 
often  used  in  familiar  language  between  intimate  friends,  in  speaking  to  servants 
or  inferiors,  and  generally,  by  parents  in  addressing  their  children.— «aj«rai«, 
from  savoir,  v.  a.  irr.;  ne  saurais-tu?  can  you  not?  The  conditional  present 
of  savoir,  to  Jcnow,  is  used  for  the  indicative  present  of  2>ouvoir,  but  only  nega- 
tively, and  then  j^as  is  omitted. — disait  un  Jour  une  ecrevisse,  a  crab  said 
one  day.  The  subject  is  placed  after  the  verb  in  the  incidental  phrase  which 
accompanies  a  quotation.— to«*e  naturelle,  quite  natural.  The  adverb  tout 
varies  like  an  adjective  when  it  precedes  an  adjective  beginning  with  a  consonant 
and  qualifying  a  feminine  noun.— ^>*/j*,  from  j^ouvoir,  v.  a.  irr. — faites,  from 
faire,  v.  a.  irr.— que  vous  ne  faites,  than  you  do.  The  negative  tie  is  required 
before  the  verb  that  follows  the  conjunction  que,  after  autrement,  and  after  the 
comparative  adverbs  jf>?«.s,  inoins,  etc.  (L.  52  ;  p.  237.  A.  3il— 6.  C.  P.  II,  346.) — 
irrenez,  from  jtrendre,  v.  a.  irr. — chez  vous,  in  you. — il  faut.  See  Notes, 
No.  h(c.). 

(b.)    1.  You  always  walk  (you  walk  always).    2.  why,  potirquoi.    4.  I  see  all 

my  family  walk  ( I  see  tvalk  all  my  family ) .    5.  quite,  tout.    6.  we  cannot,  on  ne 

,  jteut ;   natural  defects  (defects  natural).    In  French,  the  adjective  is  generally 

placed  after  the  noun.    7.  one  should,  II  faut ;  in  himself,  ehez  sol;  what  he, 

ce  qu'on. 

(c.)    5.  Marehat,  should  walk.    The  subjunct.  mode  after  t'o«iat<-e/Ze  q-mc. 

C>.    I^es  I>ei.ix:  r*ots,  p.  15. 

Tin  pot  de  terre,  an  earthen  pot ;  un  jtot  de  fer,  an  iron  pot.  The  name  of 
the  material  out  of  which  any  thing  is  made,  is  placed,  preceded  by  the  prep,  de, 
after  the  name  of  the  object  which  is  ma-lc  of  \\.—enIeves,  p.  p.  of  enlever,  to 
carry  away ;  enleves  is  in  the  plural  to  agree  with  the  compound  siiltject.  j>ot  de 
terre  et  ^ot  de  fer,—9e  tr^fHvmentf  from  »<!  tronver,  toJindQm'^self,  (gbe, 


NOTES    ON   PART   FIRST.  203 

to  happen  to  be. — n'ayez  pas  petir  de  moi;  avoir  penr,  to  be  afraid. — ferai, 
from  faire,  v.  a.  irr. — eloiffncz-votis,  from  s'Hoigner,  v. p.,  to  (jo  away.  When 
the  verb  is  in  the  imperative  mode  and  used  affirmatively,  the  objective  pronouns 
are  placed  after  the  verb.— je  vous  en  prie,  pray.  The  pron.  eti  represents  the 
objective  clause  de  vous  eloigner. — en  niille  tnorceaiix,  into  a  tliousand 
pieces.  The  numeral  adjectives  inille,  a  thousand,  and  cent,  a  hundred,  are  not 
preceded  by  the  numeral  un.  —  la  vraie  amitie  ne  suurait  subsister 
qu'entre  egaux,  true  friendship  can  be  maintained  only  bettveen  equals;  ne  —  que 
is  a  restrictive  adverb  ;  ne  is  placed  bef.  the  verb  and  que  before  the  word  it 
limits;  its  meaning  is  only,  but,  and  someiimes  nothing  but. — doux,  fem.  douce, 
soft ;  sweet  to  the  taste  ;  in  the  latter  sen;:e  it  follows  the  noun. 

(b.)  2.  Fray,  Je  vous  en  prie.  5.  to  throw,  Jeter.  The  t  of  verbs  ending 
in  ter  is  doubled  before  a  silent  e :  jejette,  but  nousjetons.  7.  tvilhout  honesty 
and  virtue,  sans  probite  et  sans  vertu;  the  blessings,  le  plaisir.  8.  ])?^ecious, 
precieux ;  gold  (the  gold),  I' or. 

(c.)  4.  Qu'arriverait-il ?  what  would  hajrpen?  6.  qu'est-ce  que,  or 
qu'est-ce  que  c'est  que'?  what  is? 

7".    lL.es  I>e\ix:  Oreiiouilles,  p.  16. 

JV'e  pouvaient  plus,  could  no  longer.  Plus  with  ne  bef.  the  verb  is  an  adverb 
of  time,  the  negative  responsive  to  encore,  still,  mm^e :  je  n'ai  2)lus  de  pa- 
pier ;  plus  without  ne,  or  with  ne  —pas,  is  a  comparative  adverb  expressing 
quantity:  j'ai  i)lus  de  2)apl€r  que  vous;  je  n'ai  pas  plus  de  papier 
qtie  vous. — convinrent,  from  convenir,v.n.irr.,  requires  de  bef.  the  depend- 
ent inf.:  convinrent  d'aller,  agreed  to  go. — venez,  from  vcnir,  v.  n.  irr. — 
descendons,  let  us  go  down. — sans  chercher,  without  seeking.  All  prepositions, 
except  en,  require  the  dependent  verb  in  the  infinitive  ;  en  is  the  only  one  tliat  is 
followed  by  the  pr.  p.:  en  allant,  in  going;  apviis,  after,  requires  the  past  t  use 
of  the  infinitive.— p7»/«  loin,  farther  ;  plus  is  here  a  comparative  adverb. — bien 
a  voire  aise,  tlioughtlessly  (according  to  your  fancy  J . — venait  a,  nous  inan- 
quer,  should  come  to  fail  us,  or  shonld  gir^e  out.—rien  d'hnportaiit,  not  any 
thing  im}X)rtant.  The  prep,  de  is  required  before  an  adjective  which  limits  one  of 
the  following  words:  rien,  nothing;  quelque  chose,  something ;  que,  tvhat ; 
quoi,  what. — sans  en  considerer  les  suites,  without  considering  its  conse- 
quences (the  consequences  of  it  J . 

(b.)  1.  House,  niaisou,f.  3.  to  agree,  cohvch/ »•,  i'.  n.  ir?-.,  is  conjugated  in 
its  compound  tenses  with  etre:  we  hare  agreed,  nous  sotnmes  convenus. 
5.  this,  cela ;  to  go  out,  sortir,  v.  n.  irr.,  conjugated  with  etre;  to  pay,  payer, 
V.  a.;  any  thing,  in  a  negative  sentence,  is  rendered  by  rlen.  6.  to  do,  faire,  v.  a. 
irr.;  what  would  you  do?  conditional  of  faire.    8.  to  separate,  se  quitter,  v.  p. 

(c.)  2.  De  quoi,  about  what.  The  interrogative  pron.  quoi  is  used  as  the 
object  of  a  preposition  instead  of  que. 

8.    I^'Homiiie  et  la  Vipei'c,  p.  17. 

Tayent  d'ingratitude,  pay  with  ingratitude.— font ,  from  faire.— on  n'en 
a  que  trop  d'exeinples,  we  hare  but  too  many  instances  of  it;  ue  —  que,  but 

(see  Notes.  No.  6  ';  trop,  adv.  of  quantity,  too,  too  inuch,  too  many.  Adverb'?  of 
quantity  require  the  prep,  de  before  the  noun  which  they  limit. — en  void  «/j,  this  Is 
one;  void,  from  vois,  see,  and  id,  here.  The  objecti\e  personal  pronouns  are 
placed  bff ore  it :  e\  void.—allait,  tvas  going,  from  alter,  r.  v.  irr. — c'etait,  it 
was.  The  pronoun  ce  refers  to  the  preceding  sentence. — couchee  and  transie, 
past  participles  of  coucher  and  transir,  refer  to  vipere  with  which  they  agree. 
The  p.  p.  of  an  active  verb.  \\^^^  without  ftuxilary,  agrees  with  the  noun  to  wUicU 


204  AN"ALYTICAL   FREi^CH    READER. 

it  refers,  the  same  as  an  adjective.— fottie  transie  (see  Notes,  No.  A,  for  the  adv. 
tout).—de  sou  haleine,  with  his  breath.  De  is  used  before  the  noun  express- 
ing the  means  by  which  any  thing  is  done  or  accomplished  :  x><*y(">'  d'itigrati- 
ttide,  transie  de  f'roid,  touche  de  cottijxission.—soii  haleine  (see  Notes, 
No.  U,  for  the  use  of  the  masc.  form  son  bef.  the  fem.  n.  haleine). — fut  rani- 
tnee,  was  ?'evived,  passive  form  of  raninier,  v.  a.  The  past  part,  construed  with 
the  auxiliary  verb  etre  agrees  with  the  subject. — il  est  bon  d'etre,  it  is  good  to 
be.  The  impersonal  verb  il  est,  construed  with  an  adjective,  requires  de  bef.  the 
dependent  infinitive.— ii  faut  savoir,  one  should  knoto.  See  Notes,  No.  h  (c.)~ 
envers,  toivards :  envers,  vers,  toioards  ;  envers  is  used  in  a  moral ;  vers,  in 
a  physical,  sense. 

(h.)  1.  To  do  harm,  faire  dti  mal.  2.  the7'e  are,  ily  a;  in,  dans.  3.  lying, 
couche.  5.  life,  vie,/.;  imprudence,  irnjirndence,/.  7.  it  bites ;  it  must  agree 
with  the  noun  which  it  represents,  la  vijtere  ;  who  do  it  good  (who  do  good  to  it  J. 
8.  every  body,  tout  le  nionde. 

(c.)    3.  Eti  quel  etat,  in,  what  condition. 

O,    La  Grenouille  EnA^ieuse  et  le  Bc»\xr,  p.  18. 

A-Ssise,  p.  p.,  for  etant  assise,  from  etre  assis,  to  be  sitting,  from  asseoir, 
v.  a.  irr.,  to  set,  to  seat. — vit  ax>procher  un  hoeuf.  Wlien  two  verbs  having  the 
same  subject  are  joined  in  construction,  the  second  is  put  in  the  infinitive  ;  the 
noun  object  is  generally  placed  after  the  second  yQvh.—tdchons,  let  me  try.  The 
first  person  plural  of  the  imperative  is  also  used  for  the  first  person  singular.- eZie 
coninieuce  a  s'enfler.  Cornniencer  takes  a  or  de  bef.  the  dependent  infi- 
nitive.—e^e  s'etend,  elle  se  travaille.  Commence,  s'etend,  and  se  tra- 
vaille,  are  in  the  present  tense,  but  represent  past  time.  The  present  tense  is 
often  usi  d  in  narrations  for  the  historical  past  (past  definite)  to  render  the  diction 
more  animated  :  she  began  to  swell  herself,  she  stretched  herself,  she  exerted  herself. — 
jiuis  elle  demande  a,  ses  compagnes :  demander  qq.  ch.  a  qqn.,  to  ask 
sotnebody  something,  or  to  ask  something  of  somebody.— qa' en  2>ensez-vous? 
Fenser,  in  this  sentence,  is  an  active  verb  ;  it  has  the  sense  of  to  think,  to  judge. 
In  this  sense,  2>enfier  is  followed  by  de:  qiie  pensez-vous  de  cela?  ivhat  do 
you  think  (judge)  of  that '^  Penser,  to  think,  as  a  neuter  verb,  is  followed  by  d: 
X>ensez-vons  d  celn?  y  pensez-vons'}  do  you  think  of  that?—txi  ii'en  ap- 
proches  itas,  you  don't  come  near  it,  or  it  is  nothing  like  it. 

(h.)  1.  Goat,  chevre,f.;  to  belying,  etre  couche;  horse,  chevul,  m.  2.  to 
quench  their  thirst,  se  desalterer.  3.  beauty,  heaute,f.  5.  to  run,  courir,  v.  n. 
in\;fast,vite;  as  they,  qu'eux:  eux,  disjunctive  personal  pron.,  plural  of  lui. 

lO.    Frecler-ic  II  et  le  I»a,ge  Incliscret,  p.  19. 

Frederic  II  (deux).  The  cardinal  numbers  are  used  in  the  place  of  the 
ordinal  numbers  after  the  names  of  sovereigns,  except  for  the  first  ;  no  article  is 
used  bef.  the  numeral  :  Fran<;ois  x>rent.ier,  Francis  the  First ;  Henri  quatre, 
Henry  the  Fourth.— prenait  from  jtrendre,  v.  a.  irr.  The  verb  is  in  the  imper- 
fect because  it  expresses  customary  actiim. — pour,  before  the  infinitive,  expresses 
a  purpose,  to,  in  order  to.—de  fouiUer.  The  prep,  de  is  used  bef.  the  inf.  which 
limits  the  sense  of  a  noun:  la  2><?**"«  de  fouiller.—il  avait  fait  placer. 
Faire,  bef.  tlie  inf.,  indicates  the  agency  of  the  subject  in  the  action  expressed 
by  the  infinitive  ;  it  may  be  rendered  by  to  have,  to  get,  to  cause,  to  order.— oti  il 
2)uisait,  out  of  ivhich  he  drew. — au  besoin,  in  case  of  need,  ruhen  he  tuanted  it. — 
qui  mettait,  from  mettre,  v.  a.  irr.  The  imperfect  is  used  because  the  verb 
expresses  an  action  which  was  in  progress,  tvas  putting.— appelle,  from  appeler. 
Verbs  ending  in  ler  ilouble  the  I  before  Vi,  silent  c  (nee  Notes,  No.  6,  verbs  in  ter,  as 


N^OTES    OX    PART   FIRST.  205 

Jeter). — se  fait  apporter  la  tahatihre,  ordered  tJie  snuffbox  to  be  brought 
(to  him). — d,  y  prendre,  to  take  from  it.  The  prep,  it  is  required  by  the  verb 
inviter.—Je  la  crois,  I  think  it  is;  crois,  from  croire,  v.  a.  irr. — naquit, 
from  naitre,  v.  n.  i?7'. — mourut,  from  motirir,  v.  n.  irr. — it  regiia  done,  he 
therefore  reigned. 

(h.)  1.  No,  ne — pas  de.  2.  not,  ne — pas  de.  3.  stood  (was).  4.  tjou  may, 
vous  pouvcz,  5.  to  go  for,  alter  chercJier ;  to  send,  eiivoyer,  v.  a.  irr.;  him 
to  you,  vous  le,  bef.  the  verb. 

11.    ILia.  IMontx'e  du.  Gx'enadier  DPmssien,  p.  20. 

Un  guise  de  chnine  de  montre,  by  xvay  of  a  guard. — voulut,  from  vou~ 
loir,  r.  a.  irr. — aux  depens  de,  at  the  expense  of.— q a' d  toute  Jieure,  that  at 
any  time.— J e  dais,  1 7nust  (see  No.  h).—2tret  d  mourir,  ready  to  die.  The  prep. 
d  is  required  by  the  adj.  pret,—se  touchent  de  pres,  are  closely  related. 

(b.)  1.  By,  d.  5.  one  of  the  king  of  Pimssia's  soldiers  (one  of  the  soldiers  of  the 
king  of  Prussia  J ;  soldier,  soldat,  m.  6.  answer,  repouse,f.;  pleased,  2>lut  d; 
his  own  watch,  sa  montre. 

(c.)  1.  Qu'est-ce  que,  for  que,  what;  interrogative  pron.  as  object  of  the 
verb.    2.  qu'est-ce  qui,  what ;  interrogative  pron.  as  subject  of  the  verb. 

13.    I*viissaixce  <ie  la.  Concorde,  p.  21. 

IPlt,  from  faire,  v.  a.  irr.;  les  fit  rassenihler  (see  Note  on  fnire,  No.  10 J. — 
letir  ordouna,  bid  them;  ordonner  requires  de  bef.  the  dependent  inf.:  db 
les  rotnpre. — put,  from  pouvoir,  v.  a.  irr.;  lie  j)ut  y  purvenir,  could  not 
do  it.  The  ne  before  xiut  is  required  by  the  negative  pron.  uucun ;  parvenir, 
v.  n.  irr.,  is  followed  by  d  ;  y  jxtrvenir,  succeed  in  it. — dit,  from  dire,  r.  a.  irr.; 
it  requires  de  bef.  the  inf. :  de  les  separer  et  de  les  ro}npre. — les  rendit  at- 
tentifs,  made  them  attentive,  or  called  their  attention .—ra ppelez-vous,  the  im- 
perative of  .se  rappeler,  to  remember,  to  recollect. — pourrn,  from  pouvoir. — 
I'union  fait  la  force,  in  union  there  is  strength.  The  verb  faire,  followd  by 
a  noun  describing  the  subject  of  the  verb,  is  rendered  in  English  by  to  be. 

(h.)  1.  To  call  together,  rassenibler ;  table,  table,  f.;  a  heavy  box,  une 
caisse  pesante ;  to  contain,  contenir,  v.  a.  irr.  2.  to  jmt,  mettre,  v.  a.  irr. 
3.  to  do  (could  succeed  in  it);  to  succeed,  j>«»'i'e/n'i',  v.  n.  irr.  4.  to  do,  faire, 
V.  a.  irr.;  all  together,  tous  ensemble.  5.  four,  quatre ,•  to  take,  prendre,  v.  a. 
in'.;  coi'ner,  coin,  m. ;  we  thus  (thus  we),  de  cette  maniere  nous;  to  raise, 
soulever,  V.  a.  6.  what,  ce  que-;  alone,  seul ;  united,  tmi,  after  the  noun;  to 
accomplish,  accotnplir,  v.  a.;  with  facility,  aisenient.  7.  it  is  therefore  true,  il 
est  done  vral. 

13.    Le  jWCoineaix  et  ses  I*etits,  p.  22. 

Si  sps  pet  its  eussent  voulu,  if  his  little  ones  had  been  tvilling.  After  si,  the 
pluperfect  of  the  subjunctive  m<de  may  be  used  for  tlie  plup.  of  the  indicative  : 
si  ses  pet  its  avaient  voulu. — I  'ecouter,  to  listen  to  hi/n  ;  ecotiter  qqn.,v.  a., 
to  listen  to  s.  b.—la  cralnte  de  les  voir  tomber  (see  Notes,  No.  10). — de  rester. 
The  prep,  de  is  required  by  the  verb  dire  (disait). — ils  ne  lui  obeissaient 
pas;  obeir,v.  n.  (d). — un  Jour  qu^il,  one  day  u'hen  he  (see  Note  on  when, 
No.  25).—etait  sorti,  had  gone  out ;  sortir  is  conjugated  with  etre.~  ils  de- 
vinrent  la  proie  de,  they  fell  a  prey  to;  devenir,  v.  n.  irr.,  to  become ;  lit., 
they  became  a  prey. 

(b.)  1.  Voice,  voiXff;  ren-oon,  la  raison;  to  tell,  dire,  r.  a.  irr.;  de  bef.  the 
inf.;  toobey,  obfiv,  r.  n.  (d).  3.  were,  furetit ;  by,  par ;  teacher,  tnatfre,  in.; 
for,  de.  4.  would,  imp.  t.  of  vnuloir.  .5.  would  not  have  been  punished.  CQTid. 
past  of  ^tre  puni;  if,  si,  subj.  plup.  (see  Notes  above). 


206  ANALYTICAL   FREKCH    READER. 

14=.    Le  Hoi  JPliilippe,  etc.,  p.  23. 

ie  roi  J^hilippe,  king  Philip.  The  article  is  used  before  proper  names  when 
they  are  preceded  by  an  adjective  or  epithet. — une  i}auvre  fetmue,  a  pom'  (help' 
less]  woman;  une  fetnuie  iniuvve,  a  poor  woman  (without  means).— se  lAai- 
gnait,  from  se  idaindre,  v.  p.  in\,  to  complain  ;  lAaindre,  tointy.—le  temps 
DE  Vecouter  (see  Note  on  de  fouiller,  Ao.  lOJ.—s'ecria  cette  femine  (see 
Notes,  No.  5J.— permit,  from  permettre,  v.  a.  irr.;  de  bef.  the  inf.:  de  s'ex- 
pliquer.—il  se  fit  (from  faire)  eiisulte  une  loi  d'ecouter,  he  afterwards 
made  it  a  law  to  himself  to  listen  to.—tous  cenx  qui,  all  ivho  ;  ceuoc  is  the  object 
of  the  verb  ecouter ;  tous  is  an  adj.  limiting  the  object.— d  ?i«*,  a  disjunctive 
pers.  pron.,  used  to  represent  the  indirect  object  when  the  direct  object  is  either 
se  or  a  pron.  of  the  first  or  second  pers.  (see  C.  P.  II,  122).— et  cette  loi,  il  I'ob- 
serva.  When  the  object  of  the  verb  precedes  the  subject,  it  is  necessary  to  recall 
the  object  by  a  pers.  pron. 

(b.)  1.  Too  much  to  do,  trop  fi  faire  (avoir  d,  faire,  to  have  to  do).  2.  it  is, 
c'est;  conduct,  condnite,  f.;  I  complain  of  ( of  lohich  I  complain).  4.  to  look  at, 
regarder,  v.  a.  5.  henceforth,  dorenavant  (I shall  listen  henceforth);  to  address, 
s'adresser  (see  Note  above  on  (t  lui).  6.  I  have  made  it  a  law  to  mtjself,  je 
ni'en  suis  fait  une  loi;  as  long  as,  taut  que;  J  live  (I  shall  live),  to  live, 
vivre,  v.  n.  irr. 

(c.)    7.  Et  cette  loi,  I'a-t-il  oh.servee?  and  did  he  keep  that  law? 

15.  IDmpire  sxxr  Sol-xneme,  p.  24. 

Soi-nieme,  one''s  self;  empire  sur  soi-nieme,  self-control.  The  disjunctive 
pron.  soi  is  used  only  with  reference  to  an  indefinite  subject.— i'ertM  vint  d, 
inanqiier,  the  water  gave  out.—il  u'en  restait  qu'iine  j^ctite  quantite, 
there  teas  but  a  small  quantity  left.— pr it,  from  prendre,  v.  a.  irr.—offrit,  from 
offrir,  V.  a.  wr. — moi,  Je  boirais  seal!  7,  drink  alone !—i'emplis,  p.p.  of 
remplir  ;  it  agrees  with  soldats  ;  remplis  D'admiration  (see  Notes,  No.  8). — 
d'un  tel  acte,  of  such  an  act. — d'un  si  grand  roi,  of  so  great  a  king,  or  such 
a  great  king  ;  tel,  telle,  such,  is  used  bef.  a  nonn  ;  si,  such,  bef.  an  adjective. 

(b.)  1.  In  Africa,  en  Afrique,  3.  scarcity,  disette,f.;  you  can  have  no  idea 
of  it  (you  can  make  for  yourself  no  idea  of  it) ,  vous  iie  poavez  vous  en  faire 
une  idee.  4.  left ;  translate  by  the  impers.  verb  rester  (consult  the  construction 
in  the  text).  5.  to  break,  casscr,  v.  a.;  by  accident,  jtar  accident.  6.  to  be  very 
thirsty,  avoir  grand'soif.  The  e  of  the  feminine  form  grande  is  elided 
(grand' )  before  certain  nouns  :  grand 'soif,  grand^ faint,  grand'cltose, 
grand 'tnere,  etc.  7.  all  day,  toute  la  Journee ;  witliout  eating  or  d?'inking 
(without  drinking  or  eating) ,  sans  boire  et  sans  tnatiger. 

16.  T^e  Ileiiar<i  et  le  Cor*'l>ca,\i,  p.  25. 

Que  vous  me  semblez  beau  !  hoiv  beautiful  you  seem  to  me!  Tn  exclamatory 
sentences,  que  is  used  for  cotnbien. — pour  tn'obliger  fsee  Note  on  po«r, 
No.  10). — voulut  faire  entendre  sa  voijc,  wished  to  mMke  his  voice  heard. — 
rnit,  from  tnettre.—je  vais,  tu  vas,  from  aller,  v.  n.  in: — et  toi,  for  quant  «. 
toi,  and  as  for  thee. — se  nioque  de  celui  qui  I  'ecoute,  derides  any  one  tvho  listens 
to  him.—et  en  fait  sa  dupe,  and  makes  him  his  dupe  (makes  his  dupe  of  him). 

(b.)  1.  Kind,  bon.  2.  rts  amiable  as  you  are  beautiful,  aussi  ainiable  que 
beau.  3.  must,  doit.  4.  as  are  thefecdhers,  so  is  the  warbling,  tel  jiluniage,  tel 
ratnage ;  they  say,  dit-on,  6.  othertvise,  antrenient.  7.  if  co.'^t  hitfi,  cela  lui 
couta.  8.  there  are  many,  il  y  en  a  Itef^m'oup :  in.  opening  their  mouthSy  en 
puvrqnt  la  boucJie, 


NOTES    OX    PART   FIRST.  207 


17.  L'A-vare  et  la  I»ie,  p.  26. 

Voild,  that  Is,  is  used  to  refer  emphaticallj'  to  what  has  been  said ;  void,  see 
here,  calls  the  attention  to  what  is  going  to  be  said  {see  Notes,  No.  SJ.—c'est,  that  is, 
it  is.  Ce  is  used  as  the  subject  of  the  verb  etre  to  represent  a  preceding  sentence. 
—je  te  jifends  stir  le  fait,  I  catch  you  in  the  deed.—  ti'allez  pas  si  vite, 
don't  be  so  rash.—Je  me  sers  (from  scrvir,  v.  a.  irr.)  de  voire  argent,  I  make 
use  of  your  money,  or  /  use  your  money. —s'il  fatit  que  Je  iterde  la  vie,  if  I 
must  lose  my  life:  i>e»Y?c,  subj.  m.,  governed  by  il  fant  que.  Impers.  verbs 
construed  with  que  require  the  dependent  verb  in  the  subjunctive  mode.— taut 
de  mille,  so  many  thousand.  Mille  is  an  adjective  ;  it  refers  to  en;  lit.,  so  many 
thousand  of  them. 

(b.)  1.  Dame,  datne,f.;  gold  piece,  pi^ce  d'or.  2.  and  hid  it  (to  hide  it). 
4.  to  threaten,  menacer,  v.  a.,  de  bef.  the  inf.  5.  shall  I  have,  faudra-t-il  que 
Je.  .  .;  for  so  little,  jtour  si  2>eu  de  chose.  6.  then,  alors  ;  death,  la  inort ; 
a  thoumnd  times,  mille  fois.  8.  to  try,  tdcher,  v.  a.,  de  bef.  the  inf.;  good  use, 
un  bon  usage;  of  it,  en. 

18.  XJiie  I*a-u.^vre  Satisfaction,  p.  27. 

Henri  VIII,  Francois  I^r  (see  Note  on  Frederic  II,  No.  lOJ.—resolut, 
from  resoudre,  v.  a.  irr.,  de  bef.  the  inf. —agant  fait   observer  a  Henri, 

having  observed  to  Henry  (having  called  his  attention  to  it  J  .—x>our  rait  bien  lui 
coiiter  la  tete,  might  cost  him  his  head :  bien,  in  this  sentence,  may  be  rendered 
by  indeed,  or  may  be  omitted  in  English.— Je  ferai  couper  la  tete  a  tons  les 
Frangais,  I  shall  have  the  heads  cut  off  all  the  French:  la  tete;  the  article  is 
used  before  the  parts  of  the  body  instead  of  a  possessive  adjective,  when  the  con- 
struction clearly  indicates  the  person  to  whom  the  part  belongs  ;  and  the  part  is 
used  in  the  singular,  though  the  reference  is  to  more  than  one  person,  provided 
the  part  is  singular  in  the  individual.— Je  doute  que,  I  doubt  tchefher.—il  s'en 
trouviit  une,  there  ivould  be  one;  subj.  m.  after  douter  que;  the  imp.  t. 
because  a  condition  is  implied.— */«*  alldt,  which  would  Jit ;  subj.  m.  in  a  relative 
clause  expressing  something  uncertain. 

(b.)  1.  King  Henry  (see  Note  on  le  roi  Fhilippe,  No.  lU).  2.  wanted,  imp.  t. 
of  vouloir  ;  an  insulting  message,  un  message  insulfant.  3.  to  choose,  cho i- 
sir,  V.  a.;  to  observe,  fa  ire  observer  ;  it,  eel  a.  4.  to  like,  to  tvish,  desirer,  v.  a.; 
smne  one  else,  un  autre;  to  be  afraid,  avoir  peur  (de);  who  was  not  afraid 
(see  Note  above  on  qui  alldt);  to  deliver,  faire,  v.  a.  irr. 

1 0.    I^eoniclas  axix:  Teriiioi>y les,  p.  28. 

Plus  de  trois  cent  mille  hommes,  moi'e  than  three  hundred  thousand  men: 
plus,  the  adverb  of  quantity,  requires  de  bef.  the  numeral  adj.— jpar  trois  cents 
Spartiates.  The  numeral  adjectives  vingt  and  cent,  when  multiplied  and  not 
immediately  followed  by  another  numeral,  take  the  plural  ending.— iewr  resolu- 
tion de  s'opposer  a  son  passage,  their  resolution  to  oppose  his  jyassage  (on  the 
use  of  de,  see  Notes,  No.  10].— de  hi  Grhce,  of  Greece.  The  article  is  generally 
used  before  the  names  of  countries.— J 'at  we  mieux  mourir,  I  would  rather 
die.— que  de  I'asservir,  than  to  enslave  it.  When  the  second  term  of  a  compa- 
rative sentence  is  a  verb,  qtie  is  accompanied  by  de:  que  de  ;  in  some  cases,  de 
is  omitted.— rewds-wioi,  give  vp. 

(b.)  5.  Conduct,  conduite,f.  6.  commander,  commandant,  m.;  to  reduce 
(0  ashes,  mettre  en  ceudrcs,    8,  sie^e,  sie^e,  m.;  to  surrender,  se  ren<^re, 


208  AIs'ALYTICAL   FREK^CH    READER. 

SO,    luacoiilsme  cle  TIeni'i  IV,  p.  29. 

A.  qui  il  fit  les  questions  siiivantes,  of  whom  he  asTted  the  following  qnes- 
iions  (see  Notes,  No.  3J.~-avant,  before,  is  used  with  reference  to  time  or  order; 
devnut,  before,  with  reference  to  place  or  position  (see  No.  11,  devant  }es 
ranys);  avant  de,  or  avant  que  de,  is  used  bef.  an  inf.  (see  No.  2U,  avant  de 
tnoiirlr). — toiirnez  la  tete  de  inon  cote,  turn  your  heads  this  way  (see  Ajte 
on  la  tete,  No.  18). — on,  rapporte  volontiers  de  lui,  it  is  a  common  thing  to 
relate  of  him,  j)eoi)le  are  apt  to  relate  of  him.  The  active  verb  witli  on  for  subject 
is  often  clianged  in  English  into  a  passive  verb  ;  as,  the  following  tvords  are  often 
related  of  him. 

(b.)  1.  Not  long  ago,  il  n'y  a  x>as  longtemps.  2.  I  took  his  hand  (I  took, 
the  hand  to  him).  3.  Ithen,puis  je.  .  .;  to  which,  auxquelles.  A.  frmn  home, 
de  Chez  moi;  seek  a  situation,  je  cherche  une  j^lace.  5.  in  my  office,  cliez 
tnoi;  goon,  allez. 

31.    XJne  Xieoon  cle  I5ienraisaiice,  p.  30. 

JToninie  fie  tnerite,  a  man  of  merit.  A  noun,  used  in  apposition  with  another 
noun,  performs  the  function  of  an  adjective,  and  is  not  preceded  by  tlie  numeral 
\in. — snr  moi,  abmit  me. — eussent  sufji,  ivould  hate  been  sufficient  (see  Note  on 
the  second  form  of  the  cond.  past,  No.  2). — s'enipresser  requires  de  bef.  the  inf. — 
il  vaiit  niienx,  from  valoir  inienx,  v.  n.  irr.,  to  be  better,  used  impersonally  ; 
r  a  loir  is  used  in  the  sense  of  to  be  more  suitable;  to  be  better,  with  reference  to 
qualit}^  is  expressed  by  etre  tneilleur. 

(h.)  1.  A7i  emperor.  A  predicative  noun,  used  as  an  attribute  of  the  subject, 
performs  the  function  of  an  adjective  ;  but  the  predicative  noun  is  not  used  adjec- 
tively  when  it  is  accompanied  hy  an  adjunct :  a  man  of  merit.  2.  about  him,  sur 
lui.  5.  as  an  emperor,  coinnie  einjierettr ;  that  it  was  better^  imp.  t.  of  the 
impers.  verb  valoir  inieux. 

212,    I^a  Cigtile  et  les  JToixirais,  p.  3i. 

On  le  suit,  that  is  known.  The  pronoun  le  takes  the  place  of  a  preceding  sen- 
tence or  adjective. — coninie peut  I'attester  leur  voisine,  as  their  neighbor  can 
attest.  The  noun  subject  is  generally  placed  aftrr  the  verb  in  subordinate  .'^euteuce 
beginning  with  coinine,  ainsi,  que,  ou,  etc. — la  cigale.  The  article  is  used 
before  the  noun,  though  it  stands  in  apposition  witli  voi.sine,  because  ciyale  is 
used  to  distinguish  one  neighbor  from  ix,\\o\\\CY.—aUa  trouver,weut  to;  aller 
trouver,  to  go  to  {at,  person,  wherever  he  may  be). — qnelqne  grain,  some  little 
grain. — tout  a  fait  di-pourtuie,  ivJiolly  destitute. — lui  dirent  les  four  mis  ^ 
repartirent  les  sa'urs  (see  Notes,  No.  U).—d'un  air  moqneur,  mockingly, 
or  derisively. — de  bonne  heure,  early,  in  early  life.— a,  votts  suffire  a  vous- 
tnenie,  to  do  for  yourself;  lit.,  to  be  sufficient  to  Tjourself. 

(b.)  2.  Is  not  (is  not  so).  ?>.  so,  ainsi  (see  Note  above  on  comtne).  4.  tv/iile, 
pendant  que  ;  toiyrovidefor,  se  preparer  pour.  7.  to  deride,  se  moquer  de. 
8.  to  dismiss  (to  send  o/ie  about  his  business),  e nvoyer  itromener ;  dei'isive  words. 
2>aroles  derisoires. 

33.    lL.»JLnie  ~vetxr  cle  \ix  I?eaxi  clii  Lion,  p.  32. 

La  peau  du  lion,  une  peati  de  lion,,  la  peau  d'un  lion,  la  jteau  de 
lio}i.  In  the  first  expression,  la  peau  du  lion,  the  noun  lion  is  taken  in  a 
general  sense  ;  it  represents  the  race  :  the  skin  of  the  lion.  In  the  three  others, 
lio)i  is  used  in  an  indefinite  sense  to  qualify  2>*^ciif' — if  tnarehuit,  the  imperfect, 
because  it  expresses  an  action  in  progress.— J t'^««t   I'epouruiife   tout  d  la 


I?"OTES   OX    PAKT    FIRST.  209 

ronde,  carrying  terror  all  around. — r'ftait  bien  nmusnnt:  ce  has  reference 
to  what  precedes. — le  tneprlsef  p.  p.  of  tneprlser,  used  as  a  noun. — de  se  voir: 
the  prep,  de  depends  on  aniusant. — qui  valaient  micujCf  who  were  better 
(in  better  standing). — a  Jtaute  voix,  in  a  loud  voice. — se  inirent  d;  se  niettre, 
d  bef.  an  inf.,  to  begin. — bien  de  la  peine,  much  difficult}/:  bien,  used  in  the 
sense  of  beaucoup,  requires  de  and  the  article  before  the  noun. 

(b.)  1.  In  black,  de  nolr ;  to  tvear,  porter,  v.  a.;  vail,  voile,  m.;  to  cover, 
couvrir,  v.  a.  irr.;  froin  head  to  foot,  de  la  tete  aux  2)ieds.  2.  to  walk  into, 
entrer  dans  ;  hall,  salle,/.  3.  it  ivas  ;  it  does  not  refer  to  what  precedes  but  to 
the  predicative  phrase  to  hear  her  sing;  in  such  case,  it  is  expressed  by  il ;  the  verb 
is  impersonal.  4.  than,  que  de.  5.  a  soldier''s  coat,  un  habit  niilitaire;  de 
me  revetir  d'un  habit  niilitaire.    6.  all  the  people,  tout  le  inonde. 

34:.    I^e  Cerf  pres  d.e  la  Fontaine,  p.  33. 

Apr^s  avoir  bti,  after  drinking  (see  Note  on  apr^s,  Xo.  7j.—le  son  du  cor 
annonce.  .  .  In  this  narrative,  the  verbs  are  all  in  the  present  tense,  though 
representing  past  actions  (see  Notes,  No.  9 ) .—avant  de  mourir,  before  dying  (see 
Note  on  avant,  No.  20).— que  J 'etuis  sot!  how  foolish  I  tvasi  "see  Note  on 
que,  No.  16);  sot  requires  de  bef.  the  inf.:  sot  D'etre  fier.—sl  ce  n'eut  ete, 
if  it  had  not  been  (see  Note  on  si,  No.  13). 

(b.)  1.  Nymph,  nymphe,  f.;  to  look  at  one's  self,  se  tnirer,  v.  2^.;  in,  dans  ; 
in  it,  y;  hair,  chevelure,f.  2.  a/i?i,  bras,m.  3.  satyr,  satyre,m.;  she  took 
to,  to  take  (to),  s'enfuir,  v.  p.  irr.  (dans).  4.  7iair,  cheveux,  m.pl.;  caught; 
to  catch,  to  become  entangled,  s'embarrasser  (dans).  5.  to  lose,  i^erdre,  v.  a., 
to  be  lost,  etre  perdu;  to  free,  deyayer,  v.  a. 

35.    I^es  I>eixx:  3i:\ilets,  p.  34. 

Zi'argent  de  la  gabelle,  the  excise-money.— n'eut  voulti  pour  beaucoup 

(see  Note  on  the  second  form  of  the  cond.  past.  No.  2).  Pas  is  omitted  when  some 
restrictive  word,  in  the  sentence,  renders  the  negative  sense  obvious. — d  peine 
s'y  fut-on  engage,  scarcely  had  they  entered  it.  The  pronoun  subject  is  placed 
after  the  verb  when  the  sentence  begins  with  d  j^eine,  au  molns,  etc. — qu'une 
troupe  arniee,  when,  etc.  The  adverb  ti^hen  is  expressed  in  French  by  the  con- 
junction que,  after  a  word  or  phrase  denoting  time,  except  after  au  monient, 
in  connection  with  which  when  is  rendered  by  the  relative  pronoun  ou:  au 
moment  otr,  at  the  moment  wu^Ji.—c'etaient  des  voleurs,  they  were  thieves. 
Ce  is  used  as  the  subject  of  the  verb  etre  to  represent  an  antecedent  noun  when 
etre  is  followed  by  a  noun  or  pronoun  that  represents  the  same  person  or  thing  to 
which  ce  refers  ;  in  this  case,  the  personal  pronouns  are  used  in  English.  lEtre, 
preceded  by  ce,  is  put  in  the  plural  only  when  followed  by  a  plural  noun  or 
pronoun  of  the  third  person:  c'etaient  dcs  voleurs. — qui  en  voulaient  d 
I'argent,  who  were  after  the  money :  en  vouloir  d,  to  hare  a  design  upon  ;  also, 
to  have  a  grudge  against,  or  to  bear  ill-will  towards.— s' abat ,  from  s'abattre, 
V.  p.  irr.  Notice  that  the  verbs  representing  actions  are  in  the  present  tense. — bon 
d'avoir.  Adjectives  construed  with  the  impersonal  verb  il  est  require  de  bef. 
the  inf. 

(b.)  1.  Traveller,  voyageur,  m.;  in  silk,  de  sole;  in  rags,  de  Jiaillons. 
2.  bundle,  paquet,  m.;  free,  libre.  4.  to  enter,  entrer,  v.  n.  (dans)  ;  it,  y : 
entrer  is  conjugated  in  the  compound  tenses  with  etre ;  ivhen  (see  Notes  above). 

5.  the  one  who,  celui  qui;  to  throia  away,  Jeter,  v,a.;  tojlee,  s'enfuir,  v. p.  irr. 

6.  tost7-ip,  depouiller,  v.  a. 


210  ANALYTICAL   FRENCH    HEADER. 

36.  Frederic  II  el:  le  Coiiite  de  ©cJiTf^erin,  p.  35. 

S'amusait  volontiers,  liked  to  amuse  himself. — quelle  ressenihlauce ! 

what  a  good  likeness!  quelle,  in  exclamatory  sentences,  ia  equivalent  to  what  a  in 
English. — le  meilleur  portrait  que  J'aie  tui.  In  a  relative  sentence  limiting 
an  adjective  in  the  superlative  degree  (le  tneilleur),  the  verb  is  put  in  the  sub- 
junctive mode. — se  recria  sur  :  s 'eerier  means  simply  to  exclaim ;  .se  recrier 
stir,  to  exclaim  at  (to  go  into  ecstasy  at  something) . — ne  savait  qii'en  j)enser  : 
jtfts  is  generally  omitted  with  savoir  (see  Notes,  No.  2)  and  always  bef.  que  and 
an  inf.  (for  jjewser  de  and  itenser  d,  see  Notes,  No.  9). — parvint,  from  par- 
venir,  v.  n.  irr. — recoiinut,  from  reeounaitre,  v.  a.  irr. — tie liut  s'einpecJter 
de  rire,  could  not  help  laughing;  \\t.,  could  not  keep  himself  from  laughing: 
s'etnpecher  requires  de  bef.  the  inf. — rire,  v.  n.  in",  (de),  to  laugh  (at). 

(h.)  3.  Ever,  Jamais.  4.  to  laugh  at,  rire  de ;  at  it,  en.  8.  they  had  been 
laughing  (they  had  laughed). 

37.  3L.a  3L,oi  dix  Talion,  p.  36. 

(En  demanda  d,  son  epoujc  UNE  justice  eclatante,  asked  of  her  husband 
signal  justice  (for  it):  the  numeral  une  indicates  that  it  is  not  only  justice  but  a 
particular  kind  of  justice  (see  C.  P.  II,  94).— a  la  calmer :  the  prep,  a  is  required 
by  the  v.  chercher. — de  condamner :  de  is  required  by  the  v.  ohliyer.—d 
etre  expose:  d  is  required  by  the  v.  condamner.— Jouir  de  sa  vemjeance, 
to  enjoy  her  vengence ;  jouir,  v.  n.  (de). — il  ne  sortit.  .  .  qu'un  agneau, 
there  came  forward.  .  .  nothing  but  a  lamb :  the  verb  sortir  is  used  impersonally  ; 
the  subject,  arjnean,  is  placed  at  the  end  before  the  relative  clause  which  relates 
to  it. — outree  de  se  voir  jouee,  incensed  or  provoked  to  see  herself  duped  ;  de 
is  required  by  outree,  p.  p.  of  outrer. — s'en  2>lai(jnit,  complained  of  it 

(h.)  2.  Sight,  spectacle,  m.  3.  they,  on.  5.  to  laugh  (at),  rire  (de)  ;  at  it, 
en;  wretch,  miserable,  m.;  to  expect  (to),  s'attetidre  (d). 

3S.    Ce   que   les  Feiniiaes,  etc.,  p.  37. 

Ce  que  les  femines  ont  de  jilus  itrecieux,  rvhat  ladies  hold  most  precious : 
the  prep,  de  depends  on  the  pron.  que  (see  Note  on  rien,  No.  7). — au  nombre 
des  oiiposants,  among  the  opponents.— il  en  soutint  le  sieye,  he  sustained  the 
siege  (ofitj;  soutint,  from  soutenir,  v.  a.  irr. — avec  une  bravoure  Jiero'ique, 
with  heroic  bravery  {on  the  use  of  ttne,  see  Notes,  No.  27,  une  justice  eclatante). 
^mettre  d  feu  et  d  sanr/,  toput  to  fire  and  sivord. — en  firent  autant,  did  the 
same. —  ne  jmt  tenir  contre,  could  not  resist. — fit  grace,  faire  grace  (a), 
to  jmrdon. 

(b.)  4.  To  g7'ant  2)e7'mission,  accorder  la  jiermission.  5.  take  with  you,  em - 
portez  ;  what,  ce  que.   7.  the  duchess  leading  the  way,  la  duchesse  d  leur  tete. 

30.    S?»agc   Oonseil  cle  Cin^as,  p.  38. 

Avait  coututne  (de),  to  be  accustomed,  to  be  wont  (to) .—decouvert ,  from 
decouvrir,  v.  a.  irr.—  rejtrit,  from  reprendre,  v.  ?i.  irr. —  vaincu,  from 
vaincre,  v.  a.  i7'r.—se  2>i''(>poser  (de),  tojnvpose,  to  intend  (to).—de  s'en  cm- 
parer,  to  seize  upon,  to  take  possession  of  it  (see  Notes,  No.  8,  il  est  hon  de).—qvE 
n'en  jouissez-vous  d^s  d  2)resent,  lohy  do  you  not  enjoy  it  from  this  jnoment : 
que  may  be  used  for  ^>oj<»vyjfo/,  why,  at  the  head  of  an  interrogative  negative 
sentence,  and  then  _2>«*  is  omitted. 

(b.)  4.  To  intend,  avoir  I' intention  (de),  se  projioser  (de).  6.  exploit, 
€X2>loit,  m.;  to  repose,  an  repos.  7.  wise  counsel,  de  sages  cotiseils,  m.  j^l.; 
to  follow,  suivre,  v.  a.  irr.;  the  pron.  it  must  agree  in  gender  and  number  w'th 
th(?  noun  which  it  represents. 


NOTES    ON    PART   FIRST.  211 

30«    A.rleq[ixin  an  Soiiper  €Lvl  Hoi,  p.  39. 

Plaisait  d,  Louis  XIV,  pleased  Louis  XIV.;  itlaisait,  from  plaire,  v.  n. 

irr.  (a). — as-sister,  v.  n.  (cl),  to  be  present  (at). — im^oti  allait  desservir, 
which  was  about  to  be  removed. — etalt  en,  or,  was  of  gold.—valalt  bleu,  was 
worth  about. 

(b.)  1.  The  best  zvaij,  le  niellleur  inoyen  (de)  ;  is,  c'est  de  :  the  prep,  de 
depends  on  wtoj/en,  understood  c'est  le  tnoyen  de.  C'e  is  used  bef.  efre,  in 
Inverted  sentences,  when  etre  is  followed  by  the  logical  subject,  and  preceded  by 
the  attributive  clause  :  to  fulfil  your  duty  well  is  the  bent  way  of.  .  .;  to  fulfil,  retn- 
pllr,  your  duty  well  {ivell  your  duty  J .  2.  whenever,  chaque  fo'is,  or  toutes  les 
fois  que ;  meeting,  seance,  f.  3.  at  his  liouse,  chez  lui ;  painting,  tableau,  m.; 
scarcely,  a  x>eiue  [that  he  listened  to  7ne  scarcely];  actually,  i>ositiveineHt ; 
abrupt,  brusque,  4.  behavior,  conduite,f.  5.  to  become  aware  :'of),  s'aperce- 
voir  (de);  of  it,  en;  is  it  not  f  u'est-ce  pas'^  6.  to  observe,  faire  observer 
qq.  ch.  d  qqu, ;  defect,  defaut  m.;  to  seem,  paraitre,  v.  ii.  irr.;  to  notice, 
retnarquer,  v.  a. 

31.    IL.»A.rret  clu  Cadi,  p.  40. 

Sans  se  faire  grand  inal  a,  Jui-nieme,  ivithout  hurting  himself  very  much. 
The  compound  pronoun  lui-tnetne  is  used  for  emphasis. — d'avoir  tiie;  the 
prep,  de  is  required  by  the  v.  accuser. — de  tout  crime,  of  any  crime. — ajil  pour 
wil,  dent  2>our  dent,  an  eye  for  an  eye  and  a  tooth  for  a  tooth.— oU  se  trouvait 
le  vieillard,  whei'e  the  old  man  was  standing  (see  Note  on  coninie,  etc.,  No.  22). 

(b.)  1.  You  may  fall,  vous  jtourriez  toniber,  or  vous  tomberez  peiit- 
etre.  3.  you  may  be  killed,  vous  serez  peut-etre  tue.  4.  even,  menie ;  very 
much  (consult  the  text).  5.  to  hurt  me,  pour  tne  nuire.  6.  guilty  of,  coupable 
de.    7.  to  alloio,  permettre,  v.  a.  irr.,  de  bef.  the  inf.;  to  silence,  au  silence. 

33.    ^tratageme  cle  I^a  Fontaine,  p.  41. 

Ce  qui  s'etait  passe,  what  had  taken  place. — qu'est  devenue  la  pomrne? 
what  has  become  of  the  apple  ?  devenue  agrees  witli  its  subject  ponime  (on  the  p.p. 
construed  with  etre,  see  Notes,  No.  8). — que  J 'a  i  laissee  ;  laissee  agrees  with  its 
direct  object  que  (la  poninie).  The  p.  p.  of  an  active  verb  agrees  with  its  direct 
object  when  the  direct  object  precedes  the  participle.  This  rule  applies  likewise 
to  pron.  verbs  in  the  conjugation  of  whicli  etre  is  used  for  avoir.  See  example 
in  No.  17,  p.  26,  une  jtie.  .  .  s'etant  €chax)pee  de  sa  cage;  ecliappee  agrees 
with  se  (s'etant),  which  represents  la  pie. — {fraud  Dieu!  bless  me! 

(b.)  1.  In  the  evening,  le  soir.  2.  vp  to,  dans.  3.  to  come  in,  rentrer.  4.  as, 
que.  5.  to  call  up,  faire  venir;  what,  ce  que  (see  construction  in  the  text). 
6.  why  /  rnais!    Put  forgot  and  left  in  the  past  indef.  t.;  oven,  four,  m. 

33.    i.a  ]VIort  et  le  IBtlclxeron,  p.  42. 
S'acheminait,  was  proceeding ;  s'acheminer,  from  d  and  cheminer,  to  be  on 

the  road. — d  pas  lents,  with  slow  steps. — courbe  and  epuise  (see  Note  on  cou- 
chee  et  transie,  No.  8). — an,  m.;  annee,f.,  year.  The  first  is  used  in  a  numeri- 
cal sense,  as  a  unit,  and  in  adverl)ial  expressions  :  2>'"*  ("h  «  ycur ;  tons  les  ans, 
every  year.  The  second  expresses  duration,  and  is  used  with  reference  to  the 
events  which  fill  up  the  time:  une  heureuse  annee,  a  happy  year. — qu'il 
avait  vecii,  which  he  had  lived  ;  vecu,  from  vivre,  v.  n.  irr.,  (an  have  no  direct 
object;  thus  its  p.  p.  i-;  invariable. — les  soujfrances  qu'il  avait  epronvees  : 
the  p.  p.  epronvees  agrees  with  its  dir.  obj.  que,  for  souffrances,  f  pi.  (on  the 
p.  p.  of  an  active  verb,  see  Notes,  No.  23), — dont  il  avait  Joui:  Jouir  is  neuter, 


212  ANALYTICAL    FKENCH    READER. 

its  p.  p.  is  invariable.— ?a  hideuse  catnarde,  the  hideous  Jiat-nose:  catnarde, 
feni.  of  cainardf  agreeing  witli  Iti  tiiort. — se  presctttct,  f<mx,  en  main,  came 
forward,  scythe  in  hand.  The  omission  of  the  article  is  for  the  sake  of  brevity;  the 
full  expression  would  be  la  faux  a  la  inain. 

(b.)  1.  Happy,  he ureux.  2.  during,  i>endant ;  Jive,  cinq ;  to  sjjend,  2><*f^- 
ser,  V.  a.,'  abroad,  a,  I'etranger.  3.  difficulty,  difficulte, /.;  to  overcome,  sur- 
tnonter,v.  a.;  to  fcn'get,  oublier,  v.  a.  4.  advantage,  avantage,  m.;  to  lead, 
eonduire,  v.  a.  irr.;  to  success,  au  sticces.  5.  to  come,  venir,  v.  n.  irr.;  cavie, 
p.  def.  t. ;  to  take,  enlever  ;  froni  him,  lui.  6.  should  come,  venait  d  {see  No.  7, 
si  I'eaii  venait  d  nous  inanquev);  only  son,  fils  unique.  ".  fortune,  la 
fortune;  has  just,  vient  de  ;  venir  de,  to  have  just,  followed  by  the  inf. 

34=.    Les  I>exxx:  ^nes,  p.  43. 

Cheminaient  de  conipagnie,  tvent  along  in  comjiany :  cJieniiner,  s'ache- 

niiner;  the  former  implies  toilsome  tcork,  trudging ;  the  latter  expresses  a 
tendency  towards  a  place.— la  tete  itendante,  tvith  a  drooping  head.—tjue,foi'd; 
traverser  a  gwe,  to  ford. — celui-cl  en  fit  a  sa  tete,  this  one  took  his  own 
way. — le  voild  a  flat,  behold  him  floating  (in  deep  water). — il  se  niit  d  nager, 
he  took  to  swimming.— -si  fort  d  I'aise,  so  very  much  at  his  ease.—prit  exemple 
stir  lui,  followed  his  example. — I'eponge  s'eniplit  d'eau,  the  sponge  filled  up 
■with  water:  eponge,  in  the  singular,  meaning  the  substance  sponge. — ne  put 
gagner  le  hord,  could  not  reach  the  bank. 

(b.)  1.  Workman,  artisan,  m./  bundle,  paqiiet,in.;  tool,  outil,m.;  to  hold 
in  his  hand,  tenir  d  la  inain;  basket,  corbeille,  f.;  jwovisions,  vivres,  m.  2)1- 
2.  cheerful,  gal;  to  sing,  cJtanter;  sang  (was  singing);  thoughtful,  2>e«.s't/; 
cast  down  (consult  the  text).  3.  to  think  of,  penser  d  (use  the  second  person 
singular);  to-morrow,  deniain;  Henry,  Henri;  the  little  fellotv,  le  x>ctit ;  for 
to-day.  pour  ce  jour  ;  and  as  for  to-morrow,  et  quant  d  deniain  ;  the  singing, 
le  chant;  to  rely  on,  se  reposei'  sur;  kindness,  bonte,f. 

35.    I^e  IPoint  cl'Iiatei'rogation,  p.  44. 

Qui  se  tenait  pr^s  du  feu,  xvho  was  standing  near  the  fire. — qu^il  ne 
nianqttait  qtie,  that  nothing  was  tvanting  but. — jyique  d'etre  pris  en  de- 
faut,  piqued  at  being  caught  at  fault. 

(b.)  1.  At  the  house  of ,  eJiez,  2.  to  go  over,  parcourir,  v.  a.  irr.;  collection, 
reeueil,  m.;  jwem,  poenie,  in.  4.  line,  ligne,f.;  and  thus,  jtuis ;  she  explained  ; 
to  explain,  interpreter,  v.  a.;  to  our  enlb'e  satisfaction,  d  notre  entihre  satis- 
faction. 

30.    I^e   I>viel  33qixita.l>le,  p.  45. 

Tire  tin  coitjt  de  pistolet,  ni  degaine  tine  epee,  fired  off  a  jnstol  or  un- 
sheathed a  sivord.  The  conjunction  tii  is  used  to  connect  negative  sentences. — fut 
uppele  en  duel,  tvas  called  out  to  fight  a  duel. — se  hattre,  to  fight,  from 
battre,  v.  a.  irr.,  tobeat.—profiter  de,  to  avail  one's  self  of— veil  illez,  imp.  of 
vouloir,  i^ease,  or  be  so  kind  as  to. 

(b.)  1.  He  tuho,  celui  qui;  waidd  stand  no  chance,  atirait  tnativaise 
chance;  an  experienced  duellist,  tin  duelliste  ex2>eriniente  ;  to  be  right,  avoir 
raison.  2.  he  therefore,  c'est  jwtirqtioi  il ;  to  settle,  d'arranger,  de  after 
proposer  ;  by  means  of ,  au  inoi/en  de.  3.  an  original  one  (original) ;  worthy, 
digne. 

37.    I^'Ep^e  cle   I3ois,  p.  4G. 

D'tine  autre  tretnjte,  of  a  different  stamp. — le  defia  au  combat,  challenged 
him  to  fight.— oblige  (etutit  oblige),  being  obliged.— arrive  (etant  arrive)^ 


NOTES    ON    PART    FIRST.  213 

having  arrived. — se  change  en,  bois,  be  changed  into  wood,  subj.  m.  after  faites 
que. — pour  que  Je  tie  sois  pas  oblige,  subj.  m.  after  pour  que. — de  ce  que 
ma  pridre,  that  my  praijer. 

(b.)  2.  To  light,  toiuber ;  to  become  frightened,  s'ejfrayer;  to  seek,  cher- 
cJier,  v.a.,  a  bef.  the  inf.  3.  came  and  asked  me,  vltit  tue  prlef  (de);  second, 
second.    4.  ground,  terrain,  /n.;  hour,  Iieure,/.-  the  arrival,  I'arrivee. 

38.  Le  DPr'^clicateiii*  ot  le  3Xa,q^i_i.igiaon,  p.  47. 

De  tnettre  dedans,  to  impose  upon,  to  take  in,  to  cheat;  ('ie  is  required  by 
s'effor^ait.—finlt  par  refuser  l'aeluit,jinally  declined  to  purchase  ;  I'achat, 
the  purchase.— pique  au  vif,  stung  to  the  quick. — s'en  ^rrlt  a ;  s'en  prendre 
a,  tolaytheblameon.—j'aimerais  beaucoup  tnieux,  I  would  much  rather. — 
ou  vous  deviez  etre,  whe7'e  you  ought  to  be. 

(b.)  1.  To  be  on  one'^s  guard  against,  se  mefter  de,  etre  sur  ses  gardes 
contre ;  to  cheat,  inettre  dedans,  en  iniposer,  troniper.  3.  one-half  of 
what,  la  inoitie  de  ce  que ;  for  it,  en.  4.  to  trust  (to),  se  jier  (a);  be  sure  of 
it,  soyez-en  sur;  that  he  ivill  in,  the  end,  qu'il  finlra  par ;  to  impose  upon, 
en  itnposer  a.  5.  you  ought  to  have  seen,  vous  aurlez  da  voir;  the  ferodWLS 
looks,  les  regards  feroces ;  to  give,  lancer  a. 

39.  Loixis  XI  et  I'A.sti'ologx.ie,  p.  48. 

Mn  vouloir  a  qqn.,  to  bear  one  malice  or  ill-will ;  en  voulait  a  un  astro- 

logue,  teas  incensed  against  an  astrologer.— resolut  de  s'en  defaire,  resolved 
to  do  away  with  him.— par  la  fenetre,  out  of  the  window.— avoir  soin,  to  have 
or  take  care.—de  si  2>'*'^s,  so  closely. 

(b.)  1.  To  be  on  one''s  guard  against,  etre  sur  ses  gardes  contre.  'H.  cdl  in 
/lis  poiver  fall  that  which  is  in  his  power);  to  ruin,  perdre  (in  order  to  ruin). 
3.  he  is,  c'est  (see  Note  on  ce.  No.  25) ;  dangerous,  dangereux,  after  the  noun  ; 
to  resort  to,  avoir'  recours  a;  any  means,  tons  les  niogens;  to  (in  order  toj ; 
alar-nii/ig,  alarniant.  5.  to  have  put  to  death,  faire  inourir;  impostor,  ini- 
posteur,  m. 

40.  Le  iSansoniiet,  p.  49. 

Avoir  bien  soif,  to  be  very  thirsty.  A  verb  and  a  noun  joined  in  consl'^nction 
are  together  equivalent  to  a  neuter  verb.  In  such  connections,  bien  is  used  for 
very,  and  not  tr^s :  bien  soif  is  equivalent  to  grand 'soif,  see  No.  15  (b),  6. — 
pour'  qu'il  y  jtut  atteindre,  that  he  could  reach  it,  for  him  to  reach  it ;  put, 
subj.  m.  '^SlQX pour  que  ;  see  Note  o/i  atteindre,  No.  SJ. — caillou,  pebblestone, 
is  one  of  the  seven  nouns  in  ou  which  add  x  in  the  Y>^nrix\.—Jusqu'd  ce  que 
I'eau  eiit  atteint,  subj.  m.  after  Jusqu'd  ce  que. 

(b.)  1.  Though,  bieti  que,  quoique,  govern  the  subj.  m.  ;  iced,  glace, 
2.  discreet  enough,  assez  jtrudent ;  for  me  to  (that  I  should;, pour  que  (sul)j.) ; 
to  hear,  to  learn,  apprendre,  v.  a.  irr.  3.  though  (see  above.  No.  1);  to  succeed, 
reussir,  v.  n.;  to  persevere,  perseverer,  v.  n.  (d);  in  them,  y.  4.  you  should, 
cond.  of  devoir.  5.  to  reflect  on,  reflechir  sur,  songer  d;  may,  subj.  pres.  of 
pouvoir  ;  to  lead,  conduire,  v.  a.  irr.;  to  success,  ait  succtts. 

41.  Le  Grland  et  la  Citi'oxiille,  p.  50. 

Grosse  comme  la  tete  d'un  boeuf;  ^>rf.s  plus  gros  que  I'wil  de  I' ani- 
mal:  coninie,  as.  is  used  bef.  the  second  term  of  a  simile  ;  and  que,  as,  after  a 
comi)arativc  adverb  :  grosse  cojimk  ;  pas  plus  gros  quE. —tel  fruit,  tel 
arbre,  as  is  the  fruit,  so  should  be  the  tree. — tout  en  eut  ete  mieux,  every  thing 


214  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

would  have  been,  the  better  for  it ;  etit  ete,  second  form  cond.  in. — venait  de  faire, 
had  just  made;  venir  de,  followed  l)y  the  inf.,  to  have  just.  See  Note  (c)  7,  No.  33. 
— si  c'eut  ete  (see  Notes,  No.  13J.—,)*aurais  eu  le  uez  ecrase,  my  nose  would 
have  been  crushed. — avoir  tort  (de),  to  be  ivrong  (to). 

(h.)  1.  Pumpkins  (the  jnimpkins).  The  article  is  used  before  nouns  that  aro 
taken  in  a  general  sense.  3.  slender,  creeping  stems  (to  stems  creeping  and  slender, ; 
so,  ninsi  (see  Note  on  coinnie,  No.  33J.  4.  as  he  ivished  it,  conitne  il  le  voulait; 
weight,  pesanteurff.  5.  experier.ce,  experience,/.;  to  make  wise  (see  Note  o>i 
rendre,  No.  12) ;  to  confess,  avouer,  v.  a.;  the  works,  les  wuvres. 

4=3.    I^e  Henard.  et  la  Oiijosyne,  p.  51. 

Compare  le  renard,  master  fox  ;  compare  is  used  in  a  jocose  style  in  the 
sense  of  crony,  blade,  fellow,  etc.— se  j^resenta  nu  rendez-voti-s,  made  her  ap- 
j)earance  at  the  place  of  7neeting.—  ll  lui  fit  signe  de,  he  motioned  to  her. — 
I'honneur  mix  dames,  ladu.s  first. — il  ti'y  avait  x>otir  tout  tiiets  qu'un 
bronet  elair,  there  zvas  no  other  food  than  a  thin  broth.— toute  deconcertee, 
wholly  baffled  (se6  Note  on  toute,  No.  U);  chez  elle,  home  ;  I'estoniac  vide, 
with  an  empty  stomach. 

(h.)  3.  Guest,  co}ivie,m.;  with  great  courtesy,  tr^s-gracieusement.  A.  guest, 
invite,  m.  ;  to  have  arrived,  etre  arrive ;  to  order.  .  .  to  be  opened,  faire 
ouvrir,  put  the  noun  object  after  the  second  verb  ;  dining-room,  salle  a  man- 
ger, f;  to  enter  (it),  y  entrer.  5.  hall,  salle,  f;  elega/itly,  elegamment ;  to 
decorate,  decorer;  the  feast  ivas  all  one  could  desire,  le  festin  ne  laissait 
rien  «  desirer. 

4:3.    IL.e  Reiaa-rcl  et  Itt  CJigogne  (suite),  p.  52. 

Qui  n'a  2>as  de  savoir-vivre,  ivho  has  nojnanners. — on  ne  tarda  pas  d 
servir  le  diner,  dinner  was  soon  served;  tarder  (a),  to  delay  ;  on  ne  tarda 
pas  a,  they  were  not  long  in. — iin  vase  a  long  goulot,  a  long-necked  vase. — il 
s'en  retourna  chez  lui  a  jeiin,  he  went  home  hungry  ;  a  J eun,  fasting. 

(h.)  1.  To  sjieak  ill,  dire  da  mal.  2.  they  call  him,  on  I'appelle  ;  liar, 
tnenteur,  m.;  troublesome,  cruel,  bcf.  the  noun  ;  rustic,  I'ustre,  m.;  a  sly  dog, 
im  fin  matois ;  what  else,  quoi  encore.  3.  his  status  in  society,  sa  place 
dans  la  societe;  of  an  elevated  character,  d'un  caractere  eleve.  4.  ought  to  be, 
devrait  etre;  it  may  however  be  said,  on  i>eut  cependant  dire;  below,  aii- 
dessoiis  de.  5.  surely,  assurement ;  there  is  nothing  saintly  about  the  rascal, 
le  coquin  n'a  rien  d'un  saint;  if  he  ever  (if  ever  he);  to  come  near,  s'ap- 
jtrocher  de ;  church,  eglise,f.;  it  is,  c'est;  to  (in  order  to);  rob,  piller,  v.  a.; 
hen-hoime,  poulailler,  m.;  j^arson,  ministre,  m. 

4=4r.    Le  Cliarpeiitiei'  et  le  ^iiige,  p.  53. 

Des  pieces  de  hois  de  cliarpente,  jneces  of  timber.:  pi^ce,f.,  is  an  entire 
piece  considered  as  a  unit ;  morceau,  m.,  represents  a  piece  as  a  fraction  of  some- 
thing.—/'o7>se/*«rtj7,  looked  at  him,  watched  him.  Notice  that  the  verbs  are  in  the 
imperfect  tense,  because  they  express  actions  in  ^vogre&a.—  certfiines  gens; 
gens,  m.  2)1.,  is  subject  to  a  peculiar  rule  :  adjectives  which  precede  it  take  the 
feminine  termination,  while  those  which  follow  it  have  the  masculine  form.— 
qu'ils  s'immisient  volontiers  dans,  that  they  like  to  intermeddle  with.—le 
goujat  de  singe,  the  blackguard  ofamonkey.—trouva  l'occa.sion  belle  potir 
faire  son  appretitissage,  found  this  a  fine  opportunity  for  making  a  trial. ~ 
Vheure  du  berger,  the  propitious  moment. 

(b.)  1.  Wood  is  split,  le  bois  se  fend  (on  the  pronominal  form  of  the  verb,  see 
A.  249—4.    C.  P.  II,  210);  by  means  of ^  d  Vaide  de,  an  nioyen  de.    2.  of  som^ 


NOTES   OX    PAUT   FIRST.  215 

length,  de  quelqtie  longueur  ;  they  use  (thexj  (on)  make  use  of  J ;  rvhich  are  put 
{which  they  (on)  jmtj.  3.  one  is  always  left  (they  (on)  leave  always  the  one);  when 
the  other  is  taken  out  (when  they  (on)  take  out  of  it  the  other j.  The  French  con- 
struction, as  indicated,  shows  that  the  pron.  on  is  to  be  repeated  with  each  suc- 
cessive verb  that  refers  to  the  same  subject.  4.  trunk,  tronc,  in.;  to  watch,  to 
observe  carefully,  observer^,  v.  a.  5.  wanted,  p.  def.  of  couloir;  to  try  his  hand 
at  it,  en  faire  autant,  en  faire  I'essai.  6.  to  be  fond  of  nieddling  (with), 
aimer  d  se  ineler  (de). 

4r5.    I^e  Cliai'jientier  et  le  Singe  (suite),  p.  54. 

l*ar  I'un  des  coins.  The  article  is  used  before  the  pronoun  un  because  it  is 
taken  in  a  definite  sense,  one  of  the  two. — d  cheval,  astiide.—se  j^enchant  en 
avant,  leaning  forward. — des  dents  et  des  pieds  de  devant,  with  his  teeth 
and  forefeet. — Jit  sauter  le  coin  en  I'air,  made  the  wedge  fly  up. — sa  queue 
se  trouvait  prise,  his  tail  was  caught;  jf^rtse,  p.  p.  of  prendre,  agrees  with 
the  fem.  n.  queue. — s'etait  refennee,  had  closed  up:  refertnee  agrees  with 
the  dir.  obj.  se  (fente,f.j  which  precedes  it.  The  p.  p.  of  a  pron.  verb  agrees,  the 
same  as  the  p.  p.  of  an  active  verb,  with  the  dir.  obj.,  when  the  dir.  obj.  precedes 
the  participle  (''.'fee  iV<9fe<r,  xVo.  53/ — passu  un  tnauvais  quart  d*  lieu  re,  passed 
a  bad  momejit .—de  ne  pas  te  nieler  de,  not  to  meddle  with.  When  the  verb  is 
in  the  infinitive,  the  two  negative  words  ne  pas,  ne  jfoint,  etc.,  are  generally 
placed  before  it. 

(b.)  1.  Behold  there  7vas,  voild.  2.  tail,  i^an,  m.;  was  caught,  fenait,  etait 
pris.  3.  in  dixiwing  out,  en  retirujit.  4.  the  little  fellow,  le  petit  garqon; 
been  able,  pu,  p.p.  of  pouvoir  ;  to  extricate  himself ,  se  derjaqer ;  there  he  lay, 
le  voild  eouche ;  crying,  pleurant.  5.  you,  tu  (what  hast  thou  done?); 
m,ischievous  urchin,  tnechant  gamin,  6.  the  jx>or  fellow^  le  pauvre  petit; 
had  nothing  to  say  for  himself,  n'avait  pas  d' excuse  d  offrir  ;  to  setatliberty, 
delivrer,  V.  a.;  in  the  future,  d  I'avenir ;  you  had  better,  tu  feras  bien,  de 
bef.  the  inf. 

46.    Le  I^ovip  et  le  Cliien,  p.  55. 

(Faisait  bonne  chhre ;  faire  bonne  cJiere,  to  live  rvell.—d^ aventurc ,  by 
chance. — il  I'eiit  volontiers  mis  en  quartiers,  he  ivould  gladly  have  toi-n  him 
to  pieces  (see  Note  on  second  form  of  the  cond.  past,  No.  2). — il  fallait  livrer  ba~ 
faille,  it  was  necessary  to  fight. — c'etait  chose,  it  was  a  thing:  chose  is  u.sed 
adjectively  to  represent  the  preceding  sentence. — vous  acez  bonne  mine,  you 
look  well. — signe  qu'on  vit  bien,  a  sign  that  they  live  well ;  signe  (see  remark 
above  on  c/iO«e^. — ou  vous  etes  traite,  ichei'e  you  are  quartered. — il  ne  tien- 
dra  qu'd  vous  de  trouver  2>fii'eille  ( fortune,  f.,,  it  lies  ivith  you  alone  to 
find  the  same  good  fortune.— je  vous  crois  bon  enfant,  I  think  you  ore  a  good 
fellow:  bon  eu/rtx/,  used  adjectively  to  qualify  t'ojfs.—t'oit.v  avez  I'air  ma- 
lingre,  you  look  jworly.—il  faut  changer  de  vie,  you  must  change  your  way  of 
living. — croyez-m'en,  believe  me  on  that  subject. 

(b.)  1.  His  bones  and  his  skin,  les  as  et  la  peau ;  farm-house,  ferme,  f; 
fence,  cloture,  f.  2.  he  saw  'therej  running  about,  il  y  vit  courir.  3.  he  had 
a  great  desire ,  il  cut  grande  envie  (de);  to  get  at  them,  s'en  saisir;  to  scale 
the  enclosure,  2iftsser  jtar  dessus  I'euclos ;  barking,  aboiement,  m.;  he  did 
not  wish  to  meet  (ivhom  he  did  not  care  to  meet  face  to  face),  qu^il  ne  se  souciait 
pas  de  rencontrer  face  d  face.  5.  to  watch  for  an  opportunity,  atxendre 
Voccusion ;  for,pendant;  finally,  d  la  fin;  mastiff,  matin,  m.;  to  stand  a 
chance  of ,  courir  la  chance  d., ,  to  gel  a  good  meal,  faire  un  bon  repas. 


216  AXAL\TICAL   FRENCH    KEADER. 

4=7.    I^e  Lo"u.x>  et  le  Claien  (suite),  p.  56. 

Hon  f/ite  et  ventre  2>l<'iii,  good  lodging  and  plenty  to  eat. — niais  qu'im- 

porte !  but  tvhat  does  it  matter! — ecotite,  listen,  the  second  person  sing.  The 
wo//" has  changed  his  address  from  tlie  sec.  pers.  pi.  to  the  sec.  pers.  sing.,  show- 
ing his  contempt  for  the  dog. — coinnie  tu  voiidras,  as  you  wish. 

(h.)  1.  It  is  true,  II  est  vrai,  or  c'est  vrai.  This  licence  of  U!^ing  either  il 
or  ce  before  etre  when  the  logical  subject  follows,  is  allowed  only  with  the  adj. 
vrai;  with  any  other  adjective,  the  verb  etre  would,  in  this  case,  be  used  imper- 
sonally. 2.  when  I  am  old  f  shall  be  old  J;  to  jjrocure,  me  jft'ocurer,  obteuir; 
food,  de  qtioi  stibsLster.  3.  it  only  depends  on  you.  il  ne  tient  qti'd  toi  (de). 
Use  the  second  jierson  singular  throughout  the  piece,  whei'e  in  English  the  second 
person  plural  is  used. — a  better  destiny,  iin  sort  jAus  doux.  4.  among  men, 
l>avuii  les  Jioimnes.  5.  to  renounce  liberty,  renoiicer  d  la  liberie.  6.  of 
want,  (le  inisere;  a  slave  to,  I'esclave  de.  7.  to  compensate  (for),  dedonuna- 
ger  (de);  loss,  jjerte^f. 

4:8.    L'Ours  et  les  ll>e\i:sc  Coiiipagnons,  p.  57. 

1,'aigtiillon  de  la  faini,  the  sting  of  hunger.— jtas  de  qnoi  se  procurer 
le  tiecessaire,  not  wherewith  to  obtain  the  necessaries. — s'aviserent  de,  took  it 
into  their  heads,  bethought  themselves  of. — le  roi  des  ours,  a  capital  bear,  a  fine 
bear. — il  faut  convenir,  it  must  be  confessed. — j)leins  d'ardeur,  full  of  ardor. 
—vers  le  repaire  de  leur  victime  en  perspective,  towards  the  haunts  of 
their  intended  victim. — qui  ne  se  doutait  pas  de,  who  did  not  suspect.— les 
voilct  frappes  d'epouvante,  behold  them  struck  with  fright. 

(b.)  1.  To  satisfy  it,  y  satisfaire  ;  to  be  glad,  etre  bien  aise  (de);  any  one 
silly  enough,  quelquUm.  qui  soit  assez  sot  (de);  made  the  bargain,  conclii  le 
niarche;  insearch  of,  d  la  recherche  de ;  came  to  meet  them,  vint  a  leur  ren- 
contre. 4.  our  good  people  (see  Note  on  gens.  No.  Uk);  according  to  the  statement, 
d'ajrres  le  dire;  of  eye-witnesses,  de  tetnoius  oculaires.  5.  no  wonder,  ce 
n'est  2*<is  etonnant  ;  who  would  not  be  (so)f 

40.    L'Ovix's  et  les  Oenx:  Conxi>agnoiis  (suite),  p.  58. 

S'attendre  d,  to  expect  to,  to  be  prepared  for  .—un  gaillard  aussl  eveille,  so 
lively  a  fellow.— ne  sait  que  faire,  is  at  a  loss  what  to  do.—ra  ne  fait  2>ns  nion 
affaire,  that  won't  do  for  me.— da  tout,  not  at  all.—qu'on  n'ait  tue  I'ani- 
nial.  The  conjunction  que,  used  for  d  mains  que  or  sans  que,  governs  the 
subjunctive  mode  and  requires  ne  before  the  verb. 

(b.)  1.  Ugly  7narcmders,  de  vilains  maraudeurs  ;  their  avn  ivay  of ,  leur 
maniere  de;  fake  no  account  of,  )ie  tirnnent  aitcun  conipte  de,  or  cotnptent 
jiour  rieu;  the  laws  of  nations,  le  droit  des  gens.  2.  to  climb  up  into,  grini- 
jter  sur;  to  suspect,  se  douter  de;  ability,  hahilete,f.  3.  to  let  one's  self  fall, 
se  laisser  toniber  ;  on  the  ground,  par  terre  ;  to  feign  death,  faire  le  niort ; 
almost  to  imfection ,  j^resqu'd  la  jterfection.  4.  to  C07ne  up,  s'approcher ; 
to  sniff  at,  flairer,  v.  a.  5.  then,  alors  ;  looking  all  around,  regardant  tout 
autour ;  with  disgust  in  Ids  countenance,  avec  un  air  de  dedain;  that  won't 
suit  me,  ^a  ne  me  va  2>ff.v. 

GO.    I^agesse  clii   ^la^ii^darirL  Yemt-se,  p.  .59. 

Cest  toi  qui  es  cause.  A  verb  having  the  relative  pron.  qui  for  subject 
agrees  with  the  antecedent  of  the  rel.  pron.  toi  qui  es.  The  predicative  noun 
cause  is  used  adjectivoly  qualifying  Ihe  subject.— </«'oh  le  laisse  aller,let  Jiim 
go.   The  third  person  of  the  subjunctive  present  is  used  for  the  third  person  of  the 


I 


NOTES   ON    PART    FIRST.  217 

imp  rutive  ;  the  governing  plirase  is  understood.—;/*?  Jui  lyarflonne  son  crime: 
pardonuer  goviivna  tlie  person  indirectly, i>«*v/oi<<<<'rfi(f</u.^  orqq.  ch.  dqqn. 

(h.)  1.  Maid-servant,  servnnte,f.;  she  flew,  ellc  entra;  to  send  for,  faire 
venir ;  the  guilty  one,  la  cowpnble.  2.  you,  tu;  to  grieve,  cltagriner,  v.  a.; 
fault,  faiite,/.  3.  you  let  die  {thou  hast  let  die).  4.  you  are  the  cause  (thou  art 
cause);  of  my  not  having  closed  my  eyes  (that  I  have  not  closed  the  eye);  to  close  my 
eyes,  fernwr  I'oiil;  all  night,  de  totitc  la  tinit.  5.  with  you,  de  tol ;  I  shall 
have,  il  faudra;  to  send  auriy,  renvoyer.  6.  oJi  no,  mamma,  oh  que  uon, 
tnainan;  little  Mary,  la  petite  Marie;  tobed,  coucher;  tvithout  her  supper, 
sans  souper. 

51.    Les  I>eixxi  Sachems,  p.  60. 

Hien  qu'elle  lul  fit  venir  les  lartnes  atix  yeux,  though  it  brought  tears 
to  his  eyes :  hien  que  governs  the  subjunctive  mode  ;  yeujc,  pi.  of  aiil,  m.,  eye. — 
sachant,  pr.  p.  of  saiwir,  v.  a.  irr.—pousse  de  nierne  ptar  la  curiosite, 
induced  likewise  by  curiosity. 

(b.)  1.  One  day  as,  un  Jour  que;  hot  broth,  bouillon  brulant,  m.  2.  to 
confess,  avouer,  v.  a.;  that  that,  que  cela ;  to  run  down,  couler  le  long  de. 

3.  conversation,  conversation,  f.  4.  I  could  not  help,  Je  ne  2>us  tn'enipecher 
(de);  to  laugh  fat),  I'ire  (de);  pungent  reply,  replique  itiquante,  f. 

53.    XJne   Lecon  cle  iSa^^oix'-Vi^v^x'e,  p.  61. 

•  Sans  Jamais  recevoir,  without  ever  receiving.  In  connection  with  sans  or 
any  other  negative,  ete?'  is  expressed  hy  Jamais. — la  moindre  marque,  the 
least  token:  moindre,  irreg.  superl.  form  of  jjeftt;  it  is  used  with  reference  to 
value;  the  reg.  form,  2}lus  jtetit,  with  reference  to  ^ize.—envoie,  from  eni-oyer, 
V.  a.  irr.  The  change  of  y  into  I  takes  place  befoi-e  a  silent  e.—ce  n'est  jj«*  de 
cette  fa^on-ld  qu'il  faut  vous  acquitter  d'un  message,  that  is  not  the 
ivay  to  deliver  a  message;  s'acquittm'  d'un  message,  to  deliver  a  message. — 
nous  clia}igerons  de  roles,  loe  will  change  parts  :  clianger,  v.  n.  (de),  to 
change  (to  swap.  ;  rli anger,  v.  a.,  to  change,  to  make  cdterations.—une  demi- 
couronne.  The  adjective  demi,  placed  before  the  noun,  is  joined  to  it  by  a 
hyphen  and  is  invariable  ;  placed  after  the  noun,  it  agrees  with  it  in  gender  only. — 
de  bon  coeur,  heartily. 

(b.)  2.  On  errands,  faire  des  commissions  ;  any  ^Aing,  in  a  negative  sen- 
tence, is  expressed  by  •>•«>*<,  which  is  placed  bef.  the  inf.    3.  guinea,  guitiee,f. 

4.  you  should,  il  faut;  tobehave,  se  couiporter.  The  reflective  pronoun  must 
be  of  the  same  person  as  the  subject  of  the  verb.  5.  hoxo,  la  maniere  de. 
6.  this  is  the  way,  void  la  maniere  de ;  to  set  about  it,  s'y  irrendre. 

53.    lEconomie  et  Liljeralite,  p.  62. 

On  etait  en  train,  they  ivere  engaged  in:  etre  en  train,  to  be  about  (doing 
it,  accomplishing  something ) .—faire  une  collecte,  to  take  vp  a  collection. — se 
charger  de,  to  take  charge  of,  to  undertake. — entr'ouverte,  half  open,  standing 
ajar. — qui  venait  de  faire  preuve  d'une  economic  si  luinutieuse,  who 
had  but  just  given  2>roof  of  such  close  econo?ny.—Je  tiens  a  I'econoniie,  Ibelieve  in 
economy. — quand  it  s'agit,when  the  question  is. 

(b.)  1.  Stood  half  open,  (was  half  open).  2.  you  anight  have  written,  vans 
auriez  2^'''  ecrire.  3.  is  sufficient,  suffit;  suffire,  v.  7i.  irr.,  to  be  sufficient; 
whole,  entiere,  after  the  noun.  An  e  before  a  consonant,  followed  by  a  silent  e, 
takes  the.  grave  accent.  4.  u'e  like  f we  believe  in) ;  to  lead,  conduire,  v.  n.  irr.; 
enables  us,  uous  2>er}iift. 


218  AKALYTICAL   FRENCH    READER. 

54=.    Le  Rat  d.e  VHie  et  le  Hat  cles  OJaamps,  p.  63. 

Itien  n'y  nianquait,  notliiny  was  wanting;  inanquer,  v.  n.,  to  be  xvanting.— 
s'etait  tnis  en  frais  ;  se  niettre  en  frais,  to  go  to  expense,  to  incur  expenses. 
— fie  comb ien  la  ville  I'eniporte,  hoiv  much  the  city  surpasses:  I'eniporter 
sur,  to  su) pass,  to  outtveigh  ;  de  cotnbien:  the  prep,  de  is  used  bef.  the  adverb 
that  expresses  excess  or  deficiency.— oh  etait  joliment  en  train,  they  ivei'e  in 
fine  spirits.— on  s'en  donnait,  they  indulged.— a  cmur  Joie,  to  their  hearVs 
content.— an  beau  milieu  du  festln,  in  the  very  niidst  of  the  feast. — des 
mot'ceaux  frlands,  dainty  bits.— I' epee  de  Datnocle.s.  The  story  runs  that 
Damocles,  occupying  at  table  the  royal  seat  of  Dionysius,  the  tyrant  of  Syracuse, 
saw  a  sword  hanging  by  a  horse  hair  above  his  head.  It  so  terrified  him  that  he 
begged  Dionysius  to  remove  him  from  a  situation  which  exposed  him  to  such  fear 
and  danger. 

(b.)  1.  Sural  pleasures,  les  2>?«**i»'«  champetres ;  city  2)leasures,  ceux  de 
la  vllle.  2.  in  the  midst,  au  milieu  ;  feast.  fe.stln,m.;  an  accident  happened, 
il  arrlva  un  accident,  3.  trivial,  trivial,  after  the  noun  ;  it  ivas  enough  to 
put  an  end  to,  il  s  uffit  po  ur  inettre  fin  a ;  boisterous  mirth,  bruyan  te  r/a  letCff. 

4.  it  happens  rarely  that  one,  il  est  rare  qu'on,  followed  by  the  subj.  m.  fsee 
Notes,  No.  17  J;  without,  sans  que,  followed  by  the  subj.  m.;  to  suffer  for  it,  s'en 
ressentir,  v.  p.  irr.;  afterguards,  apres. 

5  5.    L'Uxiitre  et  les  riaiclevirs,  p.  64. 

Z,a  trouvaille  etait  minee,  the  godsend  was  inconsiderable. — mais  ils  n'a- 
vaient  mange  depuls  la  tiellle,  they  had  not  eaten,  any  thing  since  the  day 
before :  pas  is  omitted  when  the  negation  is  limited  by  depuls. — reste  a  savolr, 
for  il  reste  a  savolr,  it  remains  to  be  known.— a  qui  en  est  le  droit,  to  whom 
belongs  the  right  fofitj,  who  has  the  right  to  it. — voulalt  I'avolr  vue,  claimed  to 
have  seen  it.  The  p.  p.  vue  agrees  witb  its  direct  object  1%  for  I'Jiuitre,  f.—Je 
I'al  senile  a  un  deml-mllle  d'lcl,  I  smelted  it  half  a  mile  off. — au  fort  de  la 
dlsjjute  arrive  blen  a  propos,  when,  the  dispute  lo as  at  its  height  there  came 
opportunely. — Pierre  Dandln,  a  nickname  applied  in  comedies  and  fables  to  an 
insignificant  judge,  a  nmny.—tenez,  see  here. 

(b.)  1.  While  walking,  en  nous  j^fontenant.  2.  7iad  just  deposited  it, 
venaleut  de  la  deposer.    3.  I  pointed  it  out  with  my  finger  to  (consult  the  text). 

5.  theright  to  it  belongs  to  him,  le  droit  en  est  d  celul.  6.  while,  pendant  que ; 
to  carry  back,  to  carry  off',  emporter,  v.  a. 

5G.    I^a  Laitier'e  et  le  r*ot  an  Lait,  p.  65. 

Pot  ail  lalt.  The  prep.  ^  is  used  bef.  the  limiting  noun  which  expresses  the 
use  or  purpose  of  the  object  it  limits  :  uiie  boutellle  d  vln,  a  tuine  bottle  ;  the 
article  is  used  in  connection  with  the  prep,  a  to  designate  the  vessel  and  its  con- 
tents, or  to  express  the  habitual  or  exclusive  use  or  destination  of  a  place  or 
object :  la  cave  an  vln,  the  wine-cellar  ;  la  boite  auac  lettres,  the  letter-box ; 
le  marche  au  foln,  the  hay-market.  The  prep,  de  is  used  bef.  the  limiting 
noun  which  designates  the  contents  of  the  object  it  limits  :  une  boutellle  de 
vln,  aliottle  of  wine. — fout  vlngt-quafre  sous,  are  twenty-four  sous  (cents  of 
our  money);  /"f/f  jv  is  used  in  adding  and  multiplying — le  rouge  me  convlent 
le  mleuXf  red  suits  me,  or  becomes  me  best.  The  names  of  colors  are  used  as  no\ins  ; 
le  rouge,  with  the  article,  the  general  sense;  couvlent,  from  eouvenlr,  r.  n. 
irr.,  to  suit ;  also,  to  agree.  In  the  sense  of  to  suit,  to  become,  eonvenlr  is  con- 
jugated with  avoir  ;  in  the  sense  of  to  agree,  it  is  conjugated  with  etre :  cela  ne 
m'a pas  convenu,  that  did  not  suit  me;  nous  sommes  convenus  de  cela, 
we  agreed  about  that.— chateau  en  I'^spagne,  castle  in  the  air  ;  lit.,  in  Spain. 


NOTES    OX    PART    FIRST,  219 

(h.)  3.  'Ribbon,  rubaii,  in.;  bonnet,  chapeau,  m.;  bine,  bleu,  after  the  noun  ; 
a  red  one,  un  ruhan  rouge.  5.  you  don't  know,  tn  ne  sals ;  pretty,  joli;  the 
latter,  celle-ci.  6.  taste,  {/out,  m.;  the  former,  celle-la.  7.  this  led  to  a  dispute, 
cela  antena  une  querelle  ;  with  the  elboiv,  du  coude  ;  to  drop,  laisser  torn- 
her.  8.  furious,  furieux,  euse  ;  to  rush  upon,  se Jeter  stir  ;  comjxinion,  coni- 
pagne,f.;  made  her  do  so  also,  lul  fit  f'aire  autatit. 

ST.    Le  Lievre  et  les  Grrenoixilles,  p.  G6. 

Malheur  d  nioi!  s'ecria-t-il,  en  sursaut,  oh!  unhappy  me!  he  exclaimed, 
with  a  start. — a  mes  trousses,  at  my  heels,  in  pi/rsidtofme.—le  seul  aniinnl 
qui  soit  craintlf.    The  subj.  m.  is  used  in  a  relative  clause  limiting  le  seul. 

(h.)  1.  As,  cotnme.  2.  creature,  hete,f.;  afraid,  crnintif,  ive.  4.  notwith- 
standing, mnlyre  cela.  5.  noise,  bruit,  m.;  to  ccnne  from,  sortir  de ;  bmsh- 
'ivood,  broussailleSff.  2)1.  6.  a  jiack  of  Jiounds,  ^lne  meute  de  chiens  ;  in  jmr- 
suit  of  them  (which  ivas  iajiui'suit  of  them). 

58.    IVapoleon  et  le  3Iaire  d.e  Lixcon,  p.  67. 

Xwf OH  is  a  large  borough  in  Vendee. — il  temoigna  nu  niaire,  qui  vint  d, 
sa  rencontre,  he  expressed  to  the  mayor  who  came  to  meet  him.—je  me  serais 
Men  2>«*-ve  de  tout  cela,  I  would  just  as  well  have  done  without  all  that. — tout 
ce  que  nous  devions,  all  we  ought  to  have  done  (our  whole  duty). — nous  de~ 
vons  ce  que  nous  avons  fait,  ive  owe  for  all  tve  did. — napoleon,  the  name 
of  a  gold  coin,  pi.  napoleons. 

(b.)  1.  They,  on;  place,  endroit,  m.  2.  to  stop,  to  alight,  descendre,  v.  a.; 
at  whose  house  he  stopped,  cJiez  qui  il  descendit ;  to  feel,  eprouver,  v.  a.;  on 
account  of  if,  en.  3.  useless  shoio,  vaine  j^fn'ffde,  f.;  expense  (useless  expense), 
depenses  iniitiles ;  inhabitant,  habitant,  m.;  to  suffer  losses,  essuyer  des 
jyertes ;  lately,  derni^rement ;  a  disast?vus  inundation,  une  inondation 
desastreuse. 

50.    Le  Koi  de  Home  et  le  P^titionnaire,  p.  68. 

Comment  I'obtenir?  how  fccis  he  to  obtain  it?  The  infinitive  is  used  for  the 
indicative  mode  in  interrogative  sentences  beginning  with  an  interrogative  adverb 
or  pronoun,  cotmnenf,  ou,  que;  provided  the  meaning  be  ob\ions. — etait 
enfant  au  berceau,  2cas  a  child  in  the  cradle:  enfitnt  is  used  adjectively  quali- 
f)'ing  the  ■^nhiect.— qu 'on  jtorte  la  petition  a  son  adresse,  let  the  petition 
he  carried  to  whom  it  is  addressed.— qui  ne  dit  mot  consent,  who  says  nothing 
consents.    The  article  is  omitted  in  proverbial  expressions. 

(b.)  1.  Many,  bien,  requires  de  and  the  article  bef.  the  noun.  The  sentence 
may  begin  :  il  y  a  bien,  etc.  .  .  qui.  2.  many,  un  grand  nombre ;  to  seek, 
recJiercher,  v.  a.  3.  worthy,  digne.  4.  try,  tuchez  (de),Xixtryiofind,  aviscz- 
vous  (de)  ;  to  get,  obtenir,  v.  a.  i?T. 

GO.    T^ovxis  XII,  le  Bon  Ttoi,  p.  69. 

I*arvenu  au  trone,  for  etant  parvenu,  etc.,  having  come  to  the  throne  : 
venir,  to  come,  and  most  of  the  compounds  of  venir,  as  pari'enir,  etc.,  arc; 
conjugated  with  etre.—c'etait  un  jyrince  d'un  ftcces  facile,  he  ivas  a 
prince  of  easy  access  (see  Note  on  ce,  No.  25).— ami  de  la  Justice,  a  friend  to 
justice. — d'un  acces  facile,  with  the  numeral  un,  because  acces  is  accompanied 
by  an  adjective  ;  but  ami  de  la  J ast ice,  without  the  numeral,  because  anti  is 
used  to  qualify  the  subject  *7,  wliich  is  understood  :  il  etait  ami,  etc.;  to  justice, 
de  la  justice.  The  limiting  noun  is  preceded  by  the  prep,  de :  the  road  to  Paris, 
le  cheniin  de  J'art*,  etc. — que  I'on  faisait,  which  were  made.     The  active 


220  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

voice  with  on  for  subject  in  Frencli,  is  often  turned  in  Englisti  into  the  po.ssive 
voice  ;  que  I' on.  The  I'  bef.  on  is  eupliouic  ;  it  is  generally  used  bef.  on,  after 
et,  si,  oil,  on,  and  may  be  used  after  que. 

(b.)  2.  To  make,  rendre  (see  Notes,  No.  13J.  3.  he  accm'dingly  ( accoi^dingly 
lie) ;  by  them,  en;  never  a  king  (see  construction  in  the  text).  4.  to  hasten,  s'eni- 
presser  (de).  5.  to  cover  with  flowers,  JoncJier  de  fleurs  ;  to  travel,  passer, 
V.  a.;  welfare,  bonheur,  m. 

«1.    I^a  rrol>ite  poxii*  Oa|j:e,  p.  70. 

Solllcita  de  I'aider  a  velever:  sollielter  requires  rfe,  and  aider,  ahef. 
the  mi.^d  peine  est-il  sovti  de  In  ville.  Mieid  peine,  the  pronoun  subject 
is  placed  after  the  verb  ;  if  the  subject  is  a  noun,  it  precedes  the  verb,  and  a  per- 
sonal pronoun  agreeing  with  the  subject  is  placed  after  it. — qn'il  le  reneontre 
(see  Note  on  wuen,  No.  "2o). — qui  peint  si  bien  la  doiileur :  peint,  from 
peindre,  v.  a.  irr.,  to  point,  to  depid  ;  ivhich  so  plainly  shows  grief. 

(b.)  1.  By  fire,  par  an  incendie.  2.  poverty,  la  pauvrete.  6.  he  also 
offered,  it  lui  off'rit  aussi  de.  7.  the  merchant  had  one  thing  left  (there  was 
left,  or  remained  to  the  merchant  one  thing  J;  one  thing,  un  effet. 

63.    .T>aiiion   et  T*ytliias,  p.  71. 

Tout  le  tnonde  attendalt  avee  impatience,  everybody  ivas  looking  foi^ward 
with  impatience.  The  verb  is  in  the  imperfect  tense  because  it  expresses  an  action 
in  progress.  The  same  remark  applies  to  the  verbs  in  the  following  examples. — 
le  Jour  fixe  apptrocliait,  the  appointed  day  luas  approaching.— chacun  bla- 
tnait,  every  one  blamed,  or  loas  blaming. 

(b.)  3.  To  pledge  one'' s  self,  s'emjaffev  (a);  to  undergo,  subir,  v.  a.;  punish- 
ment, punition,  f;  in  case,  au  cas  que,  governs  the  subjunctive  mode  ;  the 
latter,  celui-ci;  to  fail,  nianquer  (de);  to  return,  to  come  back  (to  a  place), 
revenir,  v.  n.  irr.;  to  return,  to  go  buck,  retourner,  v.  n.;  to  return,  to  give  back, 
rendre,  v.  a.;  in,  dans.  4.  on  the  eighth  day,  le  Utiitienie  jour.  On,  used 
as  in  this  phrase,  and  before  the  days  of  the  week  and  the  dates  of  the  month,  is 
not  expressed  in  French.  5.  by  such  fidelity,  d'une  si  grande  fidelite,  or 
d'une  telle  fidelite  (see  Notes,  No.  15).  Such  is  rendered  also  by  pareil,  pa- 
reille:  tine  fidelite  pareille  a  la  sienne,  a  fidelity  such  as  his  f  similar  to  his)  ; 
to  2)Cii'don,  faire  gi'dce  d;  at  his  own.  request,  d  ses  instances. 

63.    Saint  Viiiceiat  cle  Paul,  p.  72. 

Ut  pynrvint  d  faire  observer  d  ces  Itointnes  degrades  tine  conduite 
decente  et  resignee,  and  succeeded  In  making  these  degraded  men  keep  a  decent 
and  submissive  conduct ;  faire  observer  qq.  ch.  d  qqn. :  faire  and  the  follow- 
ing infinitive  are  equivalent  to  one  active  verb  ;  when  accompanied  by  two  objects, 
one  is  the  direct  (generally  a  thing);-  and  the  other,  the  indirect  object,  prep,  d 
(generally  a  person). 

This  Exercise,  No.  63,  contains  twelve  past  participles,  subject  to  agreement, 
under  the  following  rules  :  1.  The  p.  p.  used  without  an  auxiliarj'  verb,  agrees  with 
the  noun  to  which  it  refers  :  des  lualheureux  roudautues  aux  galeres. 
2.  The  p.  p.  construed  with  the  auxiliary  verl)  etre,  agrees  with  the  subject  of  the 
verb;  as,  il  fut  fait  2>i'isouuier  et  conduit.  3.  The  p.  p.  of  an  active  verb 
agrees  with  the  direct  object  when  the  direct  object  precedes  the  p.  p.  (this  rule 
includes  pronominal  verbs  which  have  an  active  sense) ;  as.  la  chaine  qu'il 
avait  portee. 

(b.)  1.  To  present,  offrir,  v.  a.  irr.;  Christian,  cliretieii,  eune,  after  the  noun. 
8.  not  only,  non-seulenient ;  to  practice,  exercer,  v.  a.,  past  indef.  t.;  fervor. 


NOTES   OX    PAKT    i'lRST.  2:^1 

ferveur,  f.;  heroic,  heroxque ;  derotion,  devouement ,  m.  Place  the  adj-  ctives 
after  the  iiouusi,  and  use  the  numeral  an,  une  (see  C.  P.  II,  94).— /o  cause  to  be 
loved  and pracliscd,  /'(lire  aimer  et  2>ratiquer  ;  by  all  (by  all  those).  See  re- 
mark on /'a<i*<'  observer.— to  came  in  contact  with,  se  mettre  en  vajjjwrt  avec. 
3.  whe/i  taken,  pri.s  ;  pifate,  pirate,  m.;  to  touch  with  repentance,  pe net rer  de 
repent'ir ;  toconcert,  couvertir,  v.  a.;  2iiefy,pi^te,f.;  tofree,  affr<inehir,  v.  a.; 
to  send  back,  reuvoyer,  v.  a.  irr.;  to  France,  en  l^ranee.  To  or  in,  before  the 
names  of  countries  of  the  feminine  gender,  is  expressed  by  en  without  the  article  ; 
to  or  in,  before  the  names  of  couutriL-s  of  the  masculine  gender,  is  expressed  by  d, 
and  the  article  :  in  Mexico,  au  Mexique. 

64=.    Les  Ooimiiissioiis  non  Heiiii>lies,  p.  73. 

l*our  2)ayer  les  ohjets  deniandes,  to  pay  for  the  articles  which  loere)  asked 
for.  The  verbs  payer  and  deniander  have  for  their  direct  object  the  thiug ])aid 
or  asked  for.  When  there  is  a  second  complement,  generally  the  name  of  a  person, 
this  is  governed  by  the  prep,  d:  itayer  qq.  eli,  a,  qqn.,  detnunder  qq.  ch.  d 
qqn.  But  when  the  person  is  the  only  complement,  it  is  the  direct  object : 
payer  qqn.,  de}nander  qqn.  Jfayer,  in  the  sense  of  to  compoisate,  is  also 
construed  with  the  prep,  de  and  the  person  as  the  direct  object :  je  vous  paye- 
rai  de  vos  peines,  I  shall  pay  you  for  your  trouble,  and  with  pour  when  it 
means  to  s^i/^er /or ;  il  sera  lui  ye  pour  ses  cr  hnes,  he  will  be  jxddf 07' his  crimes; 
tTesus-Christ  paya  pour  nous  tons. — yruce  d  ce  qu'il  avait  mis, 
thanks  tohis  having  put.  The  English  construction  in  which  a  present  participle  is 
preceded  by  a  possessive  pronoun,  cannot  be  followed  in  French,  it  is  changed  into 
a  conjunctive  clause  ;  and  if  the  possessive  pronoun  is  preceded  by  a  preposition, 
the  preposition  must  have  an  object :  grace  a  ce.  But  the  participial  clause 
referring  to  the  subject  of  the  leading  verb  is  generally  expressed  by  the  intiuitive : 
il  fut  notnnie  consul  avant  de  xiartir  (avant  son  depart),  he  was  ap- 
pointed  consul  previous  to  his  leavihg. 

(b.)  1.  7^0  fill  a  commission,  executer,  or  retnplir  tine  cotnniission,  use 
the  past  indef.  t. ;  which  tvere  given  hitn  (which  they  (on)  had  given  him).  2.  it 
was  because,  c'est  que  (que  for  puree  que).  JEtre,  preceded  by  ce  and  fol- 
lowed by  a  sentence  expressing  the  reason  for  any  thing,  is  put  in  the  present 
tense,  though  the  sentence  refers  to  past  time,  because  the  cause  or  reason  is  con- 
sidered as  true  at  any  time.— wAir/i  ivere  asked  for  (asked  for).  3.  you  were  paid 
(they  (on)  paid  you  J.  4.  I  bought,  i^aat  indcf.  t.;  for,  de.  6.^vith,de.  5.  and  6.  In 
these  sentences,  the  active  verb  with  on  for  subject  is  preferable  to  the  passive  form. 

65.    XJn  Toiix'  d'i^sope,  p.  74. 

U  lui  ordonna  d'acheter  ce  qu'il  yaurait  de  nieilleur  au  luarche, 

he  ordered  him  to  buy  the  best  there  tvas  in  the  market ;  and  below  we  have  in  the 
text:  ach^te-moi  ce  qu'il  y  aui'a  de  ^yire,  bay  me  the  worst  there  is.  In  this 
last  sentence,  the  verb  is  in  the  future  ;  in  the  preceding,  it  is  in  the  conditional 
present.  Future  action  with  reference  to  the  present,  is  expressed  by  a  verb  in  the 
future  tense  ;  future  action  with  reference  to  past  time,  is  expressed  by  a  verb  in 
the  conditional  mode.  We  saj' :  il  in' a  dit  qu'il  viendra  deinain,  he  told 
that  he  ivould  come  to-morrow.  The  action  exi)rt'ssed  is  in  the  future,  with  refer- 
ence to  present  time  ;  and  il  ni'a  dit  qu'il  viendrait,  ntais  il  n'est  ptts 
venu,  he  told  me  thcU  he  xcould  come,  but  he  did  not. — ce  qu'il  ^j  a u rait  de 
nieilleur,  ce  qu'il  y  a  de  plre ;  the  prep,  de  before  the  adjectives  tueilleur 
and 2>ife  is  dependent  on  the  pron.  que  see  Notes,  No.  7,  rien  d'iinjiortant). — 
ils  s'en  deyouthrent,  they  took  a  dislike  to  it. 

(b.)  1.  To  jvocure,  obtenir,  v.  a.  irr.;  sally,  trait,  m.;  to  travel  over,  i^ar- 
courir,  V.  a.  itT.;  Greece,  la  Grece;  Egypt.,  I'JEyypte,  f.    2.  to  stay,  sejour- 


222  AN'ALYTICAL   FRENCH    READER. 

ner,  v.  n.;  court,  ronr,/.;  oracle,  oracle,  m.;  Ilelphi,  DelpJies.  3.  the  Delphian^, 
les  habltatits  tie  Dclphes ;  of  robbing,  d'dvolr  vole;  Apollo,  Apollo}i;  to 
throw  down,  Jeter,  v.  a.;  from  a  rock,  dii  haut  d'lin  rocher. 

6CJ.    X^e  Singe  et  le   Cliat,  p.  75. 

Cominensaujc  d'un  log  Is,  fellow-boarders  in,  the  same  Jiouse. — compares  et 
coinpagnotis  ensemble,  hand  and  glove  together. — soiree, f.;  soir,  ui.,  evening. 
The  iiiasc.  noun  soir  is  a  division  of  rlie  clay  ;  it  is  used  in  adverbial  expressions  ; 
le  soir,  in.  the  evening ;  totts  les  soirs,  eve?')/  evening;  the  fern,  noun  soiree 
means  the  evening  time,  with  reference  to  what  is  going  on  :  uue  soiree  dau- 
sante,  a  dancing  part >/;  Je  passe  nies  soirees  en  societe,  I  spend  my  evenings 
in  company.  The  difference  is  analogous  between  jo****,  m.  and  Jourtiee,f.,  day; 
matin,  m.  and  matinee,  /.,  morning;  an,  m.  and  annee,  f,  year.—jjoar  les 
faire  rotir,  to  road  them.  The  verb  faire.  is  used  before  the  infinitive  of  certain 
verbs  which  express  an  action  that  suppo-es  an  agent  different  from  the  s-ubject : 
faire  rotir  de  la  viande,  to  roast  meat;  faire  honillir  de  I'ean,  to  boil 
water,  etc. — il  fa  at  q  ae  t  a  me  rendes,  yon  must  render  me:  H  fa  at  q  ne  governs 
the  subj.  m.  Impersonal  vor))s  construed  with  que  govern  the  dependent  verb  in 
tlie  subj.  m.  II  faut  is  also  construed  with  the  infinitive  :  qae  faat-il  faire? 
what  must  I  do?  The  personal  subject  is  omitted  ;  the  sense  is  obvious  without 
it ;  it  is  the  same  as  que  me  faat-il  faire?  and  que  faut-il  que  Je  fasse? 
The  construclion  with  the  subjunctive  is  emphatic. — et  ainsi  de  suite,  and  so 
on. — Je  t'en  doiinerai,  I  will  give  it  to  you. —  d'un  air  de  saint,  with  a 
saintly  look. 

(h.)  1.  There  are  man y ,  il  y  en  a  heaucoup ;  to  makevseof,  faire  agir; 
for  their  own,  benefit,  d  lear  profit.  2.  he,  celai-ld;  to  use,  exereer,  v.  a.; 
ability,  talents,  7n.  pi.;  for  the  benefit  of  another,  au  jrrofit  d'autrui.  ;i  he 
who,  eelui  qui;  to  take  advantage  of,  ejcploiter,  v.  a.;  another's  credulity,  la  ere- 
dulite  dUin  autre ;  to  turn  to  one's  oivn  be/ieft,  tirer  parti  (de);  his  friend's 
talents,  les  talents  de  son  ami ;  to  deserve,  meriter,  v.  a.;  to  be  called  a  sharper, 
le  nom  de  chevalier  d' ind ustrie. 

67,    Le   Cliene  et  le  noseau,  p.  76. 

Non  loin  de  Id  croissait  (from  croitre,  v.  n.  irr.),  snr  le  bord  d'un  lac, 
im  chetif  roseau  que  le  plus  leyer  zephyr  faisait  plier,  not  far  off  a 

jiuny  reed  tvas  growing  on  the  border  of  a  lake  ;  the  least  wind  bent  it.  In  the 
French  sentence,  the  noun  subject  is  placed  after  the  verb  because  it  is  limited  by 
a  relative  clause  ;  the  relative  pronoun  should  not  be  separated  from  its  antece- 
dent. If  the  noun  subject  were  placed  before  the  verb,  as  in  the  English  sentence, 
the  relative  clause  would  have  to  be  changed  into  a  co-ordinate  proposition,  as  in 
English,  wliich  would  be  a  less  elegant  construction.— /><<>•«  plier,  to  bend :  il  le 
faisait  itlier ;  il  lul  faisait  2>lier  la  tete  (see  Note  on.  faire  observer, 
No.  63J.—aurait  du,  te  inettre,  ought  to  have  placed  you:  ought,  should,  could, 
might,  followed  by  the  past  tense  of  the  infinitive,  as  ought  to  have,  should,  could, 
might  have  placed,  are  rendered  in  French  by  the  conditional  past  of  devoir  and 
2)ouvoir:  ought  to  have,  or  should  have  placed,  aurait  du  j>?ac('j',*  could  or 
might  have  placed,  aurait  pu  placer.— j>art  d'un  bon  iiaturel,  sp>'ings 
from  a  good  disposition. —dejii  en  ce  moiueut  accourt  (from  accourir,  r.  n. 
irr.)  du  bout  de  I'Jiorizon  le  vent  le  plus  terriltle.  The  noun  subject  is 
placed  after  the  verb  for  the  sake  of  elegance — a  terre,  ]>ar  terre,  to  or  on  the 
ground:  jff'i'  terre  is  said  of  things  that  touch  the  ground;  a  terre,  of  things 
that  fall  to  the  ground  from  an  elevation  above  it. 

(b.)  2.  Their  heads  {the  head).  3.  fate,  le  soi't,  4.  thus,  ainsi.  7.  fall, 
chute,  f. 


NOTES   OJ;r   PART   FIRST.  223 

68,    lL<e  Renard   et  le  Boixc,  p.  77. 

Attire  lyar  le  bruit :  the  p.  p.  of  an  active  verb  thus  used  has  a  passive  sens^e  ; 
etant  is  understood. — tdclie  de  te  tirer  d'aff'aire  eoniine  tti  pourras,  trij  to 
get  out  of  the  scrape  in  the  best  way  you  can  ;  se  tirer  d'affaire,  to  get  out  of  the 
scrape:  itourras  is  in  the  future  because  the  action  it  expresses  is  in  the  future. 

(h.)  1.  To  j>ursue,2)otirsHiL're,  V.  a.  irr.  ^.  he  made  (which  he  7nade).  4.  to 
entice,  to  induce,  induire,  v.  a.  irr.  5.  the  question  is  how,  il  s'agit  de ;  to  get 
out  (of  it),  en  sortir.    6.  to  leap,  saiiter,  v.  n.;  out,  hors  ;  in  it,  dedans^ 

6P .    H^lection  cl'viix    K^oi  cles  A^iiimaixx,  p.  78. 

Qui  de  vans  en  est  le  jtltts  digne,  la  portera,  whosoever  of  you  is  most 
2V0?'thy  of  it,  shall  wear  it.  The  regular  construction  would  be  celui  de  vans 
qui  en  est,  etc.  (C.  P.  II,  176). — si  turbulent  et  si  bell iq ue ujc ,  so  turb^jlent and 
warlike.  The  adverb  si  is  repeated  before  each  adjective. — il  eut  beau,  it  teas  in 
vain  for  him. 

(b.)  1.  To  vanish,  disjiaraitre,  v.  n.  irr.  2.  beyond  the  limits,  au-deld  des 
bornes  ;  beggar,  inendiant,?n.;  to  appear,  coniparattre,  v.  n.  irr.;  to  give  an 
account,  pour  rendre  conipte;  change,  vicissitude,  f.;  rambling,  vagabond, 
after  the  noun.  3.  to  ivield  a  sceptre,  tenir  le  sceptre  ;  a  wallet,  la  besace :  the 
article  is  used  before  these  nouns  because  they  are  taken  in  a  general  sense,  not 
one  sceptre,  one  wallet,  but  the  objects  representing  royalty  and  poverty.— ?«  the 
jyi-esence,  en  presence.    4.  7Voe  to,  inalheur  a, 

TO.    IKlection  cl'iiix  Irtol  cles  ^^niinaixx:  (suite),  p.  79. 

fJe  xtretends  it  la  couronne,  I  claim,  or  lay  claim  to  the  crown.— je  ressenible 
au  lion,  I  resemble  the  lion.  Notice  that  pretendre  and  ressenibler  are  neuter 
verbs  requiring  the  prep.  a. — d'une  voix  de  stentor,  with  a  stentorian  voice.— les 
paroles  les  plus  vaillantes,  the  most  valiant  words.  (Parole, f.;  mot,  m.,  ward: 
2>arole  means  the  sense  which  the  words  convey  ;  engager  sa  parole,  to  engage 
one's  2Vord ;  inanquer  d  sa  parole,  to  break  one's  ward.  (Mot  is  a  word  for 
itself :  ce  mot  a  trois  sijllabes,  that  word  has  three  syllables.  JMot  is  often 
used  in  the  sense  of  i^arole:  tin  placard  uvec  ces  mots  (see  jVo.  69). — la 
beaute  n'y  fait  rien,  beauty  has  nothing  to  do  with  it. — par  des  tours  d'a- 
dresse,  by  feats  of  skill  (tricks,  legerdemain). —  et  par  les  traits  de  mon 
esprit,  and  by  the  sallies  of  my  wit.  The  prep,  par  is  repeated  before  each  noun 
when  the  nouns  express  eacli  something  dlffereut:  par  la  force  et  jtar  I'a- 
dresse ;  hnt  par  la  douceur  et  la  bonte. 

(b.)  1.  Ridiculous  pretension.^,  x>retentions  ridicules  ;  Justly,  avec  raison; 
to  expose,  exposer,  v.  a.;  derision,  derisio}i,f.;  710  effect,  aucun  effet,  with  ne 
bef.  tlie  noun  ;  his  uncouth  figure,  sa  personne  grossiere ;  has  nothing  royal 
in  it,  n'offre  rien  de  royal.  .3.  courtier,  courtisan,  tn.;  yielding,  soumis ; 
acroivn  (the  crown).  4.  diplomatist,  diplomate,  m.;  to  reside,  2>our  resider; 
at  the  court  of  St .  James,  d  la  cour  de  Saint-Jacques  ;  ought  to  be  appoirdea, 
devrait  etre  nonmie ;  a  court-messenger,  messager  tie  la  cour.  6.  for  a  long 
time,  depuis  longtenips  ;  has  been  received  (is  7'eceived).  See  Note  on  depuis, 
No.  76.— with  afooPs  cap  on  (wearing  a  fool's  cap),  ])ortant  le  bonnet  de  fou. 

"71.    Electioix  cl'xxn  T?oi  des  Anlnxaiixi  (suite),  p.  80. 

Tiens,  see  here.  The  second  person  singular  and  plural  of  the  imperative  of 
tenir  is  used  to  attract  attention  in  the  sense  of  hear,  see  here. — pour  mettre  en 
avant  mes  droits,  to  j)Ut  my  claims  forward. — si  tant  d'autres  ii'eussent 
pas  fait  valoir  les  leurs,  if  so  many  others  had  not  boasted  of  thebs.—sans 


224  AJfALYTICAL   rRE:N"CH    READER. 

avoir  ni  la  criiant^.  ,  .  ni  Ja  softs  vniiite.  The  conjunction  iii  is  used 
to  connect  negative  sentences  ;  sans  is  a  negative. 

(b-)  1.  It  ivas  hardly  fair  for,  il  n'etait  y  it  ere  juste  q'we,  follow^ed  by  the 
subjunctive  (see  Notes,  No.  06 J ;  feathery  biped,  bipede  aile ;  to  raise,  elever, 
V.  a.;  quadruped,  txiiadrnpede,  m.  2.  he  sliould  have  confined  himself  (see  Note 
on  SHOULD  HAVE,  No.  67 .  ;  to  confine  one's  self,  se  tenir,  v.  j).  irr.;  legitimate  busi- 
ness, role,  m.  lef/itbue;  to  appoint,  uoimner,  v.  a.;  a  reporter  for,  correspon- 
dant,  m.  de ;  the  court-journal,  le  journal  de  la  cour.  3.  supe7i07',  stipe- 
tleur ;  claimant,  ^j}'efe»c?rt«*,  m.  ;  his  good  breeding,  son  savoir-vivre ; 
modesty,  tnodestie,f.  4.  to  jnvce,  jifouver,  v.  a.;  moved,  niu,  p.p.  of  niou- 
voir,  V.  a.  irr.;  interest,  interet,  m..  Use  the  article  before  great  assemblies  dio.^ 
interest. — to  centre  on,  se  eoncvntrer  sur.    Use  the  article  before  merit. 

TS.    Les  Oi'iiiies  DPixiiis  I'lm  jyniy  l'a/Xit;i*e,  p.  80. 

Voyafjeant,  from  voyttger.  See  Notes,  No.  h  'b)  7.—s'entretenant,  from 
s'entretenir,  v.  p.  irr.  (de).—je  le  serais  hien,  davantaf/e,  I  should  be  far 
more  so:  davanfar/e  is  used  for  plus,  more,  at  the  end  of  a  sentence;  but 
either  davaiittuje  ov  jilus,  may  be  used  after  bien  and  encore. — nous  avions 
bleu  affaire  de  cejeune  homnie  qui  vint  s'assoeier  «  nous!  what  had 
ire  indeed  to  do  >oith  that  young  man  who  came  and  joined  us!  avoir  affaire  de, 
to  have  to  do  ivifh. 

(b.)  1.  Ill-gotten  wealth,  les  richesses  mal  acquises  ;  to  }vorkout,  ojterer, 
2.  curse,  malediction,  f;  lo/iich  it  carries  with  it  (which  is  attached  to  it) ;  to  be 
attached  to  it,  s'y  attachev  ;  to  descend,  se  transniettre,  v.  ]).  irr.;  from  fat  her 
to  son,  de  pere  a  fils.  3.  ?noney  which  we  have  obtained  unjustly,  I'argent  qui 
tious  arrive  injustement ;  either,  on;  to  become,  devenir,  v.  n.  irr.;  in.  our 
hands,  entre  tios  mains;  to  spend  foolishly,  se  yaspiUer ;  is  spent  foolishly, 
s'en  va  en  folies,  or  se  yaspille.  4.  such,  tel,  telle ;  way,  voie,f.;  of  Pro- 
vidence, de  la  Vrovidence;  sin,  peche ;  to  visit,  visiter,  v.  a.;  offspring,  en- 
fants  ;  even,  nienie  ;  to  the  third  and  fourth  generation,  jusqu'd  la  troisieme 
et  la  quatrienie  (jeneration. 

TS.    1^'A.^vexigle  et  son  Tx*esox%  p.  82. 

S'etant  apenju  da  vol,  having  become  aware  of  the  theft:  s'apercevoir  de, 

to  become  aware  of ,  to  perceive,  from  apercevoir,  v.  a.;  to  perceive  by  the  senses. 
The  pronominal  verb  means  to  perceive  internally,  to  become  conscious  of. — de  ne 
2»(is  risquer  (see  Notes,  No.  U5,  de  ne  jtas  te  meler). — qttl  s'atteiidait  a 
cela,  who  was  expecting  that :  s'attendre  d,  to  expect,  to  be  prepared  for,  from 
attendre,  v.  a.;  to  expect,  to  wait  for. 

(b.)  1.  Reflection,  reflexion,  f.;  cdso,  egalement ;  mentally  blind,  aveuyle 
d'esprit ;  to  go  and  bury,  d'aller  enfouir;  to  the  sight,  d  la  vue;  j^erson, 
personne,  f.;  could  not  see  (himself).  2.  astonishing  that,  etonnant  que, 
followed  by  the  subjunctive  (see  Note  on  il  fant  que,  A"o.  GGJ ;  hoard,  tresor,  m.; 
discovei'ed,  decouvert,  p.  p.  of  decouvrir,  v.  a.  irr.  3.  device,  artifice,  in.;  to 
recover,  recoucrer,  v.  a.;  to  I'cdeem,  relever,  v.  a.;  character,  reputation,  f.; 
charge,  reproche,  m.,  accusation,  f.  ;  mental  blindness,  avcut/lement,  7n. 
mental. 

^4b.    X^'Tixcliexx  et  soxx  <JlxeA^a,l,  p.  83. 

T>u  Mexique.  The  article  is  always  used  before  the  names  of  countries  of  the 
masculine  gender,  and  generally  also  before  the  names  of  countries  of  the  feminine 
gender  :  le  Mexique,  la  France.  Ait  Mcrique,  in  Jfexiro;  en  (Frtince,  to  or 
i/i  France.    Mexico,  the  city,  is  in  French  Mexico,  the  same  as  in  English.— 


X0TE3    OX    PAKT    FIRST.  226 

changer  de  cheval,  to  sivap  horses. — agile  a  la  course,  swift-footed. — q^ue  le 
cheval  lui  aiipartenait,  (hat  the  horse  belonged  to  him,  or  luas  his. — que  le 
cheval  est  a  vous,  (hat  the  horse  is  yours :  etre  (a)  is  used  in  the  sense  of  a/>- 
partenir,  to  belong. 

(h.)  1.  Evil-doer,  mechant,  m.;  to  overreach,  surprendre,  v.  a.  i)T.;  trap, 
piege,  m.;  to  set,  dresser  or  tetidre ;  to  (in  order  (o)  ensnare,  pour  attraper, 
V.  a.;  victim,  victinie,f.  2.  to  fail,  manquer  (de);  (o  strike  down,  ahattre, 
V.  a.  irr.;  cHminal,  criniinel,  ?n.  3.  baffled,  confmdu ;  outwitted,  circonvetiu  ; 
stratagem,  stratageine,  m.;  to  compel,  oblige r,  v.  a.  (de);  on  foot,  a,  j}ied ; 
his  own  broken-down  animal,  sa  bete  ereintee;  having  staid  behind,  etant 
res  tee  en  arriere. 

75.    La,  I>ette  cle  1'Hxiinan.ite,  p.  84. 

Gagne-petit  {one  whose  earnings  are  small),  knife-grinder,  pi.  gngne-petit. 
Nouns  and  adjectives  used  as  parts  of  a  compound  noun  take  the  plural  form, 
provided  the  sense  admits  of  plurality.  Other  parts  of  ^^peech  remain  invariable. 
In  gagne-petlt,  gagiie  is  a  verb,  and  i)etit  is  an  adjeciive  used  adverbially, 
hence  both  are  invariable. ^2'^"^'  I'ninour  de  Dleu,  for  the  love  of  God,  for 
nothing. — se  leve  plus  inntin  et  se  couche  jfl'f-^  tard,  rises  earlier  and  retii'es 
later.^pour  gagner  davantage  (see  Note  on  davantage,  No.  72) . — afin  de 
pourvoir  aujc  besoins  du  nialade,  in  order  to  provide  for  the  wants  of  the 
patient. — fournlt  it  toutes  les  depenses  necessaires,  paid  all  the  necessary 
expenses :  four}iir  aux  deptenses  has  the  sense  of  defrayer ;  defrayer  qqn. 
or  fotirnlr  aux  depenses  de  qqn.,  to  pay  one''s  expenses. 

(b.)  1.  To  share,  jmrtager,  v.  a.  fioith  the  painter  his  lodging  and  his  table). 
The  shorte.st  complement  should  stand  nearest  to  the  verb.  2.  taken  sick,  tombe 
tnalade.  5.  do  the  same,  faites-en  autant;  you  may  find,  vous  trouverez ; 
in  distress,  dans  I'infortune. 

70.    Fi'ed^ric  II  et  le    IVoxi^^eaxi  OardLe,  p.  85. 

Avoir  coutume  (de),  to  be  in  (he  habit  (of),  to  be  accustomed  (to),  to  be  wont 
(to). — quel  age  avez-voiis?  how  old  areyoii? — depuis  couibieii  de  temps 
etes-vous  a  inon  service?  coinbien  de  temps  y  a-t-il  que  vous  etes  a 
nion  service?  how  long  hare  you  been  at  my  service?  In  connection  with 
depuis  and  il  y  a,  since,  the  verb  is  put  in  the  present  tense  to  express  an 
action  which  was  begun  in  the  past  and  is  continued  up  to  the  present ;  in  this 
case,  the  perfect  tense  is  used  in  English,  and  the  verb  is  put  in  French  in  the  im- 
perfect tense,  in  connection  with  the  same  words  when  it  is  in  English  in  the  plu- 
perfect ;  as,  il  y  nvait  deux  ans  quej'etais  d  I'aris,  I  had  been  in  Paris  two 
year's. — le  hasard  voulut  qtt'il  commen<;at,  it  so  happened  that  he  began  : 
commeni^at  is  in  the  subjunctive  imperfect  governed  by  voulut  que. — vous  ou 
^noi  avons  perdu  I'esprit,  either  you  or  I  have  lost  our  wits;  perdre  I'esprit, 
to  lose  one's  wits.  A  compound  subject  containing  different  persons  connected  by 
ou,  requires  the  verb  to  be  iii  the  plural,  and  to  agree  Avith  the  first  person  in  pre- 
ference to  the  second,  and  with  the  second  in  preference  to  the  third. 

(b.)  1.  An  eccentric  fellow,  nn  original ;  impertinent,  deplace,  after  the 
noun;    (o  ask  a  quesdon  of,  faire  nne   question  a;  before,  auparavant. 

2.  in(roduced,presente.    5.  suri^rised,  surpris ;  iwlUely,  politnent. 

77",    Freclex-lc   II  et  le  Page  Elnclornii,  p.  86. 

Endortni,  p.p.  (s' etant  end  or  mi  ),  from  s'endormir,  (o  fall  asleep ;  en- 
dorinir,  v.  a.  irr.,  (o  put  to  sleep,  from  dormir,  r.  //.  irr.;  to  sleep,  to  be  mleep.— 
le  prit  et  le  lut,  took  and  read  it.    The  objective  pronoun  is  repeated  with  each 


226  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

xerh.—elle  finissait  par  Itii  dire,  she  ended  by  telling  him. — qu'as-tu  done  7 

what  now  is  the  matter  with  youf-je  ne  sais  ce  que  c'est  que  cet  argent, 
I  doiCt  know  what  that  money  means.  The  reduplication  of  ce  before  est,  with 
que  before  tlie  predicative  noun,  is  very  common  in  colloquial  language. 

(h.)  1.  To  he  adeep,  dortnir,v.  n.  irr.;  sound  (soundly),  lyrofondement ; 
to  fall  asleep,  s'endomiir,  v.  p.  irr.  2.  to  sleep  (to  lie  far  the  night),  coucher, 
V.  n.;  next  to,  a  cote  de,  3.  sleep,  sovimell,  m.  4.  it  was  concerning,  c'etait 
concemant ;  to  relieve,  .soulager,  v.  a.;  distress,  mishre,f.;  a  five-dollar  bill, 
im  billet  de  cinq  dollnr.s ;  to  bless,  benir,  v.  a.  This  verb  has  two  p.  p.,  beni, 
blessed,  and  benit,  consecrated  ;  in  other  respects,  it  is  regular. 

78.  Le  Satiriste  R^ooiiipense,  p.  87. 

A  (d  celui)  qui  lul  en  nonimeralt  I'auteur,  to  hhmvho  shoidd  name  its 
author.  The  pron.  en  and  the  article  take  the  place  of  the  possessive  adjective 
which  refers  to  an  object  (a  thing)  in  a  preceding  sentence  (consult  Gr.  A.  323. 
C.  P.  II,  89).— ?fi  ehetnin  de  la  forteres.se,  the  road  to  the  fortress  (see  Notes., 
No.  60,  ami  de  la  justice). 

(b.)  1.  Family  ties,  les  liens  de  famille;  sacred,  sacre.  2.  faithful,  fiddle, 
after  the  noun;  loving,  affeetionne,  after  the  noun;  denies  himself  every  thing , 
fait  abnegation  de  tout ;  for  the  benefit  of ,  en  faveur  de.  3.  even,  inenie  ; 
to  renounce,  renoncer,  v.  n.  (a J;  if  their  happiness  is  at  stake  (if  it  concerns  their 
happiness),  s'il  s'af/it  de  son  bonheur.  The  possessive  adjective  so7i  refers 
to  the  noun  fainille,  which  is  in  the  singular ;  in  English,  the  plural  pronoun 
their  agrees  with  the  idea  of  plurality  expressed  by  the  noun  of  multitude, /awz%. 
4.  to  have  to  do  with,  avoir  affaire  a;  just  and  generous,  juste  et  genereux, 
after  the  noun.  5.  magnanimous,  niagnanlnie,  after  the  noun ;  to  regain,  se 
7'econcllier  ;  servant,  servlteur,  m. ;  to  restore,  rendre,  v.  a.;  a?ixious,  inqniet, 
after  the  noun;  their  protector,  son  jit'otecteur  ;  tranquillity,  paix,f. 

79.  Ai'i^old  de  ^Viiilteli'iecl,  p.  88. 

Qui  declda  du  sort  de  la  Suisse,  ivhich  decided  the  fate  of  Switzerland  ; 
decider,  v.  n.  (de),  to  decide.— souvenez-vous  de  tnon  nom:  se  souvenir 
Is  an  essential  pronominal  verb  (C.  P.  II,  208).  Essential  pronominal  verbs  have 
for  direct  object  the  reflective  pronoun,  except  s-airoger  (arroger  d  sol);  if 
they  are  accompanied  by  an  indirect  object,  it  is  preceded  by  the  prep,  de:  se 
souvenir  de  qq.  ch.,  to  1'emember  a  thing. 

(b.)  1.  It  7nay  justly  be  said,  on  pent  dire  avec  justice;  to  decide  (to  give 
atnrnto),  decider,  v.  n.  (de).  2.  were  unavailing,  ne  pouvalent  I'len;  hos- 
tile, ennenii,  after  the  noun  ;  to  rush  (vpon),  se  preciplter,  se  lancer,  se 
Jeter  (sur);  to  seize,  saislr,  v.  a.;  as  he  could  hold,  qu'll  en  put  tenlr.  3.  to 
enter  the  gap,enfiler  la  breche;  to  set  furiously,  totnber  avec  furie;  Ans- 
trian,  Autrlchlen,  m.;  disorder,  desordre,  m.;  death,  niort,f.{see  text  for 
construction). 

SO.    Courage  et  ISienfaisance  d'lxn  X»aysan,  p.  89. 

Se  trotivent  dans   toutes  les  classes,  are  7net  with  in  every  class.— la 

Flonie,  Funen,  an  island  in  the  Baltic  Sea  i  see  Notes,  No.  7U).—quelque  chose 

de  plus  precleux  (see  Notes,  No.  1) .—et  hors  d'etat  de  s'aider  lui-tuenie, 

and  not  in  a  condition  to  help  himself— a  moius  qu'il  ue  soit  secouru,  vnles.'^' 
he  be  assisted:  a  moius  que  governs  the  subj.  ni.  and  requires  ue  before  the 
dependent  verb.— 71/ 1  falsa  it  toute  sa  fortuue,  which  was  all  his  fortune 
(see  Note  on  fa  ire.  No-  1^J< 


NOTES   ON"    PART    FIRST.  227 

(b.)  1.  Circumstances  in  which,  des  circonstances  ou;  to  display,  de~ 
player,  v.  a.;  all  of  a  sadden,  tout,  a  coup;  2^ower,  puissance,/.;  will,  vo- 
loiite, /.;  to  border  on,  toucher  a;  heroisjn,  I'hero'isuie,  m.  2.  it  is  note- 
tvorthi/,  it  est  diyne  de  reiuaryue ;  devotion,  devouetnent,  ?n.;  self-sacrijice, 
abnefjation  de  soi-rnenie,f.  3.  danr/er,  lieril,  in.;  we,  on;  to  stej)  forward 
from  the  crowd,  sortir  de  la  foule  ;  some  obscure  individual,  quelqiie  obscur 
iudividu;  who  is  ready  to  risk,  pret  d  risquer  ;  fellow-beinf/,  seinblable,  m.; 
to  relate  in  history,  raconter  dans  I'histoire. 

81.    I»i6t<3  Fillale,  p.  90. 

Vesuve,  Yes^ivius,  the  well-known  volcano  near  "Naples.— JPline  le  jeune, 
Pliny  the  younger,  a  nephew  and  adopted  son  of  Pliny  the  elder. — 3Ilshne, 
3Iiseno,  about  seven  or  eight  miles  from  Naples. — 2*^'^^  ^  tout  entreprendre, 
ready  to  attempt  any  thing. — ahne  tnieux  mourlr  avec  sa  tn^re  que  de 
I'abandonner,  tvould  rather  die  with  his  mother  than,  abandon  her  (see  Note  on 
que  de.  No.  10). 

(b.)  1.  Tobrave,  braver, v.  a.;  any  danger,  tout  danger;  tobe  unable  (to), 
ri'etre  2>««  en  etat  (de),  ne  pouvoir,  3.  to  smile  vpon,  favoriser,  v.  a.;  to 
reward,  reconipenser,  v.  a.;  so  noble,  si  genereux,  after  the  noun. 

S2.    Le  I^^|>:i!sltvtoiir  de  Laceclen^oiie,  p.  91. 

I^ycnryue,  Lycurgus,  king  of  Sparta,  about  nine  centuries  before  the  Christian 
era. — Lacedeinone,  Lacedcemon,  a  city  of  Greece,  the  same  as  Sparta,  now 
known  by  the  name  of  Misatra.— ^oj'.s-*/<e'i?  s'ayissait  du  bien  de  I'Etat, 

when  it  concerned  the  welfare  of  the  State. 

(b.)  2.  For  that  purpose,  a  cet  effet.  3.  to  bind  one's  self,  se  Her  ;  by  an  oa*h, 
par  sertnent,  m.;  to  go  into  exile,  s'exller  ;  to  die  roluntanly,  se  donner  vo- 
lontaircnient  la  mart ;  to  compd,  obllyer,  v.  a.  (d);  for  ever,  pour  tou- 
jour s. 

83.    Beaux:  Jovirs  cl'Atlxeiies,  p.  92. 

The  epoch  referred  to  is  in  tht-  fifth  century  B.  C,  when  the  naval  engagement 
took  phice  near  Salamis,  in  wliich  the  Persian  fleet  was  destroyed,  480  B.  C.  The 
year  after,  the  battle  of  Platiete  was  fought,  in  which  tlie  Persians  were  again 
defeated. — entrer  en  lice,  to  enter  the  lists. — se  disputer  la  palnie,  to  contend 
for  the  palm.— fier  du  suffrage  des  oiseaux,  proud  of  the  hii'ds''  approbation. 

(b.)  1.  To  establish,  creer,  v.  a.  2.  to  make  use  of,  faire  usage  de.  3.  by  a 
ivise  administration  [by  the  wise  adininistrationy ;  the  means  to  carry  on  the  war, 
les  nioyens  de  faire  la  guerre. 

84:.    lieanx:  Joux's  cle  Tlie'bcs,  p.  93. 

Archias,  a  polemarch  of  Thebes;  was  killed  in  the  conspiracy  of  Pelopidas 
in  the  sixth  century  B.  C. — lui  valurent,  procured  her.  — le  tyran  de  Pheres, 
the  tyrant  of  Pherce,  a  town  in  Thessaly  ;  his  name  was  Alexander.— Jrr/nfiuee, 
Mantinea.  a  town  of  Arcadia  in  PtOoponuesus. — Z,euctres,  Leuctra,  a  village  of 
Boetia,  near  which  Epamiuondas  defeated  the  Spartans,  371  B.  C. 

(b.)  1.  To  bestow  on,  dispenser  d,;  freely,  liberal enient ;  wealth,  biens, 
m.  pi.  2.  a  friend  f  the  friend  of);  were  (made) ;  all  his  liM^fre,  tout  I'eclat.  3.  to 
disregard,  tne^riser,  v.  a.;  wealth,  les  ricliessrs,  f  pi.;  and  preferred  to  all 
h 'is  possessions,  to  prefer,  preferer:  possessions,  biens,  m.  pi.;  enjoyment,  plai- 
sir,  m.;  the  company  of  his  friend,  lu  societe  de  f^oti  vnni;  poor  (w/uf  was  poor  J, 


228  ANALYTICAL   FEEI^CH    READER. 


85.  ILtG  Foiaclatevir  de   Home,  p.  94. 

Home  etant  fondee,  il  s'eleva  tine  dispute,  tuheii  Rome  was  founded,  a 
disjmte  arose.  The  names  of  cities  and  towns  are  generally  masculine,  but  Rome 
is  feminine,  from  the  Latin  JRoma.—iusplra  a  ses  sttjets  I'esprit  belli- 
queux :  itisplrer  qq.  cli.  d  qqn.,  to  inspire  somebody  ivith  something.— il 
s'eleva  une  tenipete,  a  tempest  arose.  The  impersonal  form  of  the  verb  is  used 
in  this  and  the  preceding  example  because  the  subject,  in  each  case,  is  followed  by 
a  modifying  phrase.— tt/J-e  sedition  s' etant  elevee,  when  a  sedition  had  broken, 
forth. 

(h.)  \.  Grand-child,  petit-fils,  pi.  petits-fils.  2.  being  thrown.,  to  throw, 
Jeter,  v.  a.;  by  order,  par  I'ordre;  to  iisitrp,  nsnrpev,  v.  a.;  to  save,  sanver, 
V.  a.;  to  bring  tip,  elever,  v.  a.;  shepherd,  bei'f/er,  m.  3.  they  afterwards,  dans 
la  suite  ils  ;  to  restore,  rendre,  v.  a. 

86.  Oortilsat  entre  les  Horaces,  etc.,  p.  95. 

Ties  ILoi'aces  et  les  Ciiriaces.  Proper  names  of  persons  do  not,  as  a  rule, 
take  the  plural  form,  but  the  names  of  families  illustrious  in  history,  make  an 
exceptions  ;  we  say  :  les  Boavhons,  les  Tarqtilns,  etc.,  meaning  the  families. 
—feifjnit  de  fair;  feignit,  from  feindre,  v.  a.  irr.,  to  feign,  to  pretend,  to 
sham.—n'avait  pas  ete  atteint  i)ai-  le  fer,  had  not  been  wounded. 

(h.)  \.  With  less  favor  (less  well) ;  than  he  expected  (than  he  had  expected) ;  to 
expect,  s'attendre  d.  2.  to  reproach  s.  b.  with  s.  th.,  rejirocher  qq.  ch.  d  qqn.; 
the  murder  of  her  lover,  la  niort  de  son  annant.     3.  rebuke,  reproche,  m.; 

so  incensed  him  (put  hiin  into  such  a  passion  J,  passion,  colere,f. 

ST".    .T>e^v^oixement:  ^  la  I*atrie,  p.  96. 

Tnspirerent  auac  )Roniains  tine  haine  irreeonciliable  (see Notes,  No.  S5J . 
—Jtisqu'd  ce  qii'on  eut  coupe :  jusqti'd  ce  ce  que  governs  the  subj.  m. — 
les  Tarquins  (see  Note  on  les  Horaces,  No.  80). 

(b.)  1.  To  defeat,  defaire,  v.  a.  in\;  to  enter,  entrer,  v.  n.  (dans);  and  sus- 
tained (and  if  (et  que)  he  had  not  sustained);  que,  used  for  si,  governs  the  subj. 
m.;  to  sustain,  soutenir,  v.  a.  irr.  2.  to  be  astonished  (at),  etre  etonne  (de); 
still  more,  encore  or  bien  davantaqe  ;  after  killing  (see  Note  on  after.  No.  7) ; 
VI  Rome,  dans  Home  ;  to  swear,  jurer,  v.  n.  (de);  attempt,  tentative,  f, 

88.  Femmes  noraaines  a  l»II-.:i>oq[iie,  etc.,  p.  97. 

Ties  vieillards,  les  feinmes  meme,  the  old  men,  even  the  women:  meme, 
accompanying  two  nouns,  is  an  adverb  meaning  even,  also. — Tyucrece  s'etait 
donne  la  niort.  The  reflective  pron.  se  is  the  indirect  object  of  the  verb  ;  the 
direct  object  is  la  rnort,  following  the  p.  p.;  hence  no  agreement. 

(b.)  1.  To  stir  up,  exciter,  v.  a.;  are  the  cause,  to  cause,  causer,  v.  a.;  j>^"f>- 
diiire,  v.  a.  irr.;  achievement,  exploit,  m.  2.  caused  the  death,  fat  catise  de  la 
niort;  to  bnng  abonf,  aniener,  v.  a.  4.  to  erect,  eriffer,  v.  a.;  an  equestrian 
statue,  line  statue  equestre;  via  sacra,  a  street  of  ancient  Rome. 

89.  Ai^olofrxie   cl'A8:rii>i>a,  p.  !i8. 

Qu'ii.  ne  pourait  seul,  that  they  could  not  alone.  The  pron.  il  refers  to 
petiple,  a  singul  \v  noun ;  in  English,  the  pronoun  referring  to  people  is  in  the 
plural.  See  Notes,  No.  7S  (b)  5.— et  les  inipots  et  le  service  militaire :  et, 
repeated  as  in  this  case,  is  translated  by  both  —  and. 

(b.)  1.  Good  service,  de  bons  services ;  their  fnend  (the  friend  of  the  people), 
I'ffmi  <?'*  peaple;  in  their  behalf  (in  its  behalf),  en  sa  favenr ;  the  office  oj 


I^OTES    OX    PART    FIRST.  229 

Tribunes,  I'office  des  Tribuns.    3.  we7'e  to  look  after,  etaient  charges  de ; 

to  defend,  defendre,  v.  a.  (they  ivei'e  to  defend  them);  in  case  of  need,  au 
besoin.  4.  for,  a  cause  de ;  his  virtue  and  honesty.  The  prep,  de  and  the 
possessive  adjective  are  to  be  repeated  before  honesty,  pvobite,  .  5.  to  bury, 
euterrer,  v.  a. 

OO.    Geiierosit<3  cle  Scipion  I'Africain,  p.  99. 

I*eu  d'Jioinines  out  legtie  a  I'Jiistoire,  few  men  have  left  to  history. — il 
exiffea  que  le  2}rluce  j^rtt  I'or  et  qu'H  le  f/ardat.  Verbs  expressing 
u'ill,  command,  desire,  etc.,  followed  by  que,  govern  the  dependent  verb  in  the 
subj.  m. 

(b.)  1.  To  l)e  empoivered,  etre  autorise;  the  coast  of  Africa,  la  cote  d'A- 
frique.  2.  to  become  alarmed,  s'alarnier  ;  (/ate,  porte,f.;  wall,rernpart,m.; 
to  m£et  face  to  face,  se  trouver  face  a  face.  4.  both  (the  two);  to  display, 
ntontrer,  v.  a.;  great  valor  a?id  intrepidity  (a  great  valor,  a  great  intrepidity) ; 
to  come  off  victorious,  reviporter  la  victoire.  5.  to  annihilate,  aneantir,  v.  a. 
6.  henceforth,  dorenavant;  mistress,  tnattresseff. 

1>1.    ]Moi-'t  de   Oesar,  p.  100. 

lia  tribune  auac  harangues,  rostrum;  pour  lui  faire  la  cour,  to  court 
him,  to  pay  their  respects  to  him. 

(b.)  1.  To  assassinate,  assassiner,  v.  a.  2.  in  every  respect,  sous  tons  les 
rapports ;  as  a  general,  comnie  general.  This  noun  and  the  following  are 
used  adjectively  to  qualify  the  subject.  3.  to  sink,  s'ahaisser ;  abject  servitude, 
une  servitude  abjecte;  to  recover,  se  relever  'from  ichich  she  has  never 
recovered). 


NOTES  ON  PART  SECOND. 


J.,    ReflexLions  snr  X'Uannonie,  etc.,  p.  101.    Fenelox. 

Fran9ois  cle  Salignac  de  Lamot.te  Fenelon  (1651-1715),  archeveque  de  Cambray. 
Ses  principaux  ouvrages  sout:  "Traite  de  I'Education  des  Fille.s,"  "Maximes  des 
Saints,"  "'le  Telemaque,"  "Dialogue  des  Morts,"  ''Dialogue  sur  TEloqueuce," 
"  Traite  sur  FExisteuce  de  Dieu/'  '*  Fables." 

D'ou  nous  vient  la  conduite  de,  whence  comes  the  poioer  that,  guides,  or 
hoio  (O'e  we  to  account  fat'  the  guidance  of. —sans  que  nous  y  pensions,  without 
our  thinking  of  it,  or  though  we  do  not  t/dnk  of  it :  sans  que  governs  the  suhj.  m. 
— le  nioindre  atonie  de  cette  tnachlne  qui  vlendvait  a  se  deranyer, 
denionteralt  toute  la  nature,  if  an//  the  least  2Mfticle  of  thai  machine  should 
get  out  of  order,  it  would  disturb  all  nature,  or  should  the  least  particle  of  that 
machine  get  out  of  order,  it,  etc. — il  fallait  qu'une  main  etjalentent  indus- 
trieuse  et  pulssante  niit  dans  son  ouvrage  un  orilre  egalenient 
simple  et  fecond,  constant  et  utile,  it  needed  an  architect  as  industrious  as 
powe?ful  to  endow  his  work  ivith  an  order  so  simple  and  so  productive,  so  enduHng 
and  so  useful:  mtt,  sub.  m.  governed  by  il  fallait  que.— plus  on  con- 
temple.  .  .  pins  on  y  trouve,  the  more  loe  contemplate.  .  .  the  more  we  find  in 
it:  2)lus,  placed  at  the  head  of  two  succeeding  propositions,  is  equivalent  to  the 
more  —  the  nwre. 

3.    Hia  Verdure,  p.  102.    Duguet. 
Jacques-Joseph  Duguet,  savant  Janseniste  (1649-1733). 

S^il  eat  teint  en  hlanc  on  en  rotige  toutes  les  campagnes,  if  he  had 

made  all  the  fields  either  white  or  red :  teint,  from  teindre,  v.  a.  irr.;  s'il  eut 
teint;  the  subj.  plup.  after  «j  (C.  P.  II, 295).— *'t?  les  eut  obscurcies ;  the  subj. 
plup.  after  si. — qui  atirait  pu  faire  ses  delices  de,  who  would  have  been 
delighted  with. 

3.    I^e  01ol>e  <xvie  nous  Hal>itons,  p.  102.    Butpon. 

Georges-Louis  Leclerc,  Comte  de  Buffon  (1707-1788),  ecrivain  d'un  grand  merite. 

Et  des  mati^res  de  toute  esp^ce,  placees  eomnie  an  Jiasard  et  sans 
aucune  r^gle  apparente,  and  matter  of  all  kinds,  placed  as  if  at  random,  and 
^vitho^tt  any  apparent  metJiod :  the  p.p.  placees  agrees  with  matiet'es,f.  pi. — 
im  sejour  delicieux  oil  rhgnent  le  calme  et  I'Jiamtonief  a  delightful 
abode  where  peace  and  harmony  dwell. 

■4r.    I^O/  Nature  J^aii  vage,  p.  103.    Le  meme. 

27  etahlit  entre  les  etres  vivants  I'ordre,  la  subordination,  I'har- 
monie,  he  establishes  oi'der,  subordination,  and  hai^ionij  among  the  living  creatures. 
Of  two  complements,  the  shortest  is  placed  nearest  to  the  verb.  The  prep,  entre, 
between,  among,  is  used  with  reference  to  several  individuals  when  the  sense  is 
distributive.    Among,  used  not  distributively,  is  rendered  by  parml. 


232  a:n^alytical  frekch  reader. 

5.  JLiSL  IVatiix'es  Cxiltivee,  p.  104.    Le  meme. 

Qu'elle  est  belle  cette  mature  cultivee!  how  beautify  lis  cultivated  nature.' 
que,  in  exclamatory  sentences,  has  the  meaning  of  combieti. — qu'elle  est 
hrillante  et  ponipeusenieut  2uiree!  lioio  brilliant  it  is,  and  how  gorgeously 
adorned !— que  de  tresot-s  ignores!  how  many  uitknaivn  treasures  U  contains! 
—  trnnsjiortees,  pt'opufjees,  uugmeutees  sans  nonibre.  These  past  parti- 
ciples refer  to  the  noun  especes ,  f.  pi. 

6.  1^'IIoiiaiiie,  p.  105.    Le  meme. 

Tels  qu'ils  viennent  de  naitre,  just  the  same  as  they  arise:  tels  refers  to 
les,  which  represents  the  noun  tnouvements,  in.  pi.  * 

7.  Lo   Cliov'til,  p.  106.    Le  meme. 

La  plus  noble  conquete  que  I'Jiornnie  ait  Jamais  faite;  the  subj.  m. 
in  a  relative  clause  limiting  a  superlative  degree. — il  se  fait  au  bruit  des 

amies,  he  becomes  accustomed  to  the  clatter  of  arms. 

S.    Le  Olaieii,  p.  107.    Le  meme. 

C'est  %in  peuple  qui  lui  est  souniis,  they  are  a  people  subject  to  him.  The 
pron.  ce  refers  to  troupeau. 

O.    I^e  <Jli.at,  p.  108.    Le  meme. 
tTusqu'd  ce  qu'on  les  vappelle ;  subj.  m.  governed  \}y  jusqu'd  ce  que. 

10.  Le  I5ccur,  p.  108.    Le  meme. 

II  fait  la  force  principtale  de  I'afjriculture,  he  is  the  mainfmxe  infield- 
labor  (see  Note  on  faire.  No.  W,  P.  1).— autrefois  il  faisalt  toute  Ic  ri~ 
chesse  des  honinies,  formerly  he  represeided  the  whole  of  men'' s  wealth. 

11,  L'^ne,  p.  109.    Le  meme. 

Ht  sur  la  quantite  et  sur  la  qualite  de  la  nourriture,  both  as  to  the 

quantity  and  quality  of  his  food. —par  la  jteur  que  lui  fait,  dit-ou,  I'onibre 
de  ses  oreilles,  out  of  fear,  it  is  said,forthe  shadow  of  his  ears.—.soit  pur  I'age, 
soil  ptar  les  inuuvais  traitetuents,  either  tluvugh  age  or  bad  treatment.  The 
conj.  soit  is  either  repeated  or  the  second  soit  is  replaced  by  ou:  soit  —  soit, 
or  soit  —  ou,  either  —  or. 

13.    Le  Oh£iii:iciixi,  p.  110.    Le  meme. 

ie  lait  des  chanieaudc,  fait  leur  nourriture  (see  Note  on  faire.  No.  10). — 
le  poll  de  ces  anitnaux,  leur  sert  a  faire  des  etoffes  dont  ils  s'Jia- 
billent  et  se  tneublent,  the  hair  of  these  animals  is  used  by  them  to  make  cloth 
for  clothes  and  ornaments.— to^ites  les  arniees  du  inonde  jyeriraient  d  la 
suite  d'une  trotipe  d'Arabes,  the  armies  of  the  whole  woild  would  perish  in 
the  pursuit  of  a  band  of  Araljs.— ils  se  2>fissent  tres-aisenient  de  boire,  they 
easily  get  along  without  drinking.— qui  lui  sert  de  reserroir  pour  eonserrer 
de  I'eau,  which  stands  in  lieu  of  a  reserroir  topreserre  water  in.—j>uissent  .v'// 
tneler  ;  subj.  m.  niiav ^ans  que.—quoique  voutinuellenient  e.ecedes.  The 
subject  and  verb  are  understood  quoiquUls  soienf,  etc.,  though  they  are  con- 
tinually overtasked.— ce  qui  evite  a  I'honinie  la  peine  de,  which  saves  man  the 
trouble  to.  A  relative  pronoun  must  refer  to  a  delinite  antecedent,  a  noun,  or  pro- 
noun ;  when  the  relative  clause  limits  a  sentence,  the  demonstrative  pronoun  ce, 
representing  the  sentence,  is  used  as  the  antecedent  of  the  relative  pronoun.— 
plus  —  2}lus  (see  Note  on  plus.  No.  IJ.—car  dans  les  lont/s  voyages,  ou 
Von  est  oblige  de  I'epargner  (la  nourritu  re),  for  in  long  journeys^  during 
which  it  becomes  necessary  to  use  it  with  cjrtat  economy. 


i^OTES    OX    PART   SECOND.  233 


13.    Xj*Elei>liarit,  p.  111.    Le  meme. 

Et  jamais  il  tie  fait  abus  de  ses  amies  on  de  sa  force,  and  (he)  never 
turns  either  his  iveapo/is  or  his  strength  to  a  bad  purpose.— et  les  tieunent  etn- 
brasses  de  leaf  trotnpe,  and  hold  them  encircled  in  their  trunks  ,'see  Xote  on  la 
tete,  No.  18,  P.  I). — soil  tres-jtesante  ;  subj.  in.  after  quoique. — qa'lls  font 
tnain  basse  suv  les  honinies  :  faite  main  basse  sur,  to  lay  violent  hands 
on.—avant  que  de  la  boire  fsee  Note  on  ava}U,  No.  20,  P.  I). — soit  itour.  .  . 
ou  seulement  pour  (see  Note  on  soit  —  soit,  N'o.  11  J;  on  seulenient  2*our 
se  rafratcliir  le  nez,  or  only  to  cool  their  nostrils:  seulement,  ne  —que, 
only.  The  latter  (ne  —  que)  can  be  u.scd  only  with  a  verl),  and  is  (generally  pre- 
ferred before  words  expressing  number  or  quantity. — on  Ini  apitvend  aise- 
tnent,  he  is  easily  taught.  Notice  that  apprendre  is  used  both  in  the  sense  of 
to  learn  and  to  teach. — il  s'en  sert,  lie,  makes  use  of  it.  Notice  servir  a,  servir 
de,  in  No.  11,  and  se  servir  de. 

14L.    L'Oiseau-jMoviclae,  p.  113.    Le  meme. 

Que  se  trouvent  toutes  les  especes  d'oiseaux-mouehes.  The  subject 
after  the  verb  (see  Notes,  No.  22,  P.  I);  oiseaux-mouehes.  Two  nouns  or  a  noun 
and  an  adjective  forming  a  compound  noun  connected  by  a  hyphen,  talie  both 
the  plural  form. 

X5.     I^e  N"id.  de  I^T^sange,  p.  114.    Madame  de  Tract. 

Madame  (Destutt)  de  Tracy  (1789-1850).  Les  ouvrages  de  cet  auteur  ont  paru  en 
1852,  sous  le  titre  "'  d'Es^sais  Divers,"  "  Lettres  et  Pensees.'" 

Qui  tn'a  confondue  d'ad iniration :  confondue  aa:rees  with  the  direct 
object  wtr,  which  stands  for  the  author,  a  lady.—Je  m'etais  appuyee :  me, 
the  same  object  as  in  the  preceding  sentence.— f"«  y  regardant  de  tres-pres, 
by  looking  at  it  very  closely.— j'APERqus  colle  contre  le  tronc  du  saule: 
the  p.  p.  colle  refers  to  the  masc.  n.  cocon  in  the  line  following  it ;  j'aperqiis, 
past  def.  t.  The  use  of  the  past  definite  or  historical  tense,  as  sembla,  Je 
vouluSfje  vis,,)Utperqiis,  in  a  narrative  referring  to  a  period  of  time  of  which 
the  present  forms  a  part,  as  ce  tnatin,  is  contraiy  to  grammar.  In  such  case, 
the  imperfect  and  pa-t indefinite  would  be  more  correct  gramma ticallj'' :  sonblait 
jaillir,  seemed  to  dart  forth  ;  Je  voulais,  I  scanted,  tvcis  bent  upon;  et  void 
ce  quej'ai  vu,  and  this  is  ivhat  I  saiv  ;  j'apercevais  colle,  etc.,  I  perceived, 
was  perceiving  stuck,  etc.  In  narrations,  the  past  definite  tense  is  preferable  to  the 
past  indefinite' ;  the  double  form  of  the  latter  (J'ai  vu)  renders  the  diction  slow 
and  cumbersome,  whereas  tlie  past  definite  (Je  vis)  enlivens  the  style  and  repre- 
sents the  actions  as  going  on  before  the  mind.  The  historiral  present  would  have 
done  this  however,  even  more  efi'ectively.  The  author,  in  relating  what  had  pro- 
bably happened  some  time  ago,  laid  the  scene  in  the  present :  ce  matin.  It 
would  have  been  as  well  if  she  had  said  hier  au  matin,  and  the  requirements 
of  grammar  would  have  been  satisfied. 

1 1>.  La  Rose  et  le  l^aiJillon,  p.  115.  Bernardin  de  St.  Pierre. 

Jacques-Henri  Bernardin  de  Saint-Pierre  (17.37-1814).  Principaux  ouvrages  : 
''^fitude  de  la  Nature,"'  "Paul  et  Yirginie,"  "La  Chaumiere  Indienne,'"  '" Har- 
monic de  la  Nature,"  etc. 

Voyez  la  reine  des  fleurs.  .  .  teinte  de  la  plus  ricJie  des  couleurs, 
contrastee  par  un  feuillage  du  plus  bean  vert,  behold  the  green  of 
flowers.  . .  dyed  in  the  I'ichest  of  colors,  contracted  by  a  foliage  of  the  most  beautiful 
green. — sont  composees  les  quatre  ailes :  the  p.  p.  composees  agrees  with 


234  ANALYTICAL  FRENCH  READER. 

the  subject  ailes  which  follows  it.— la  troinpe  roulee  dont  il  pompe  sa 
nourriture  aii  sein  des  fleiirs,  Us  rolled  up  proboscis  through  which  it  sucks 
in  its  food  from  the  heart  of  flowers.— au  nouihre  de  itlus  de  douze  ruille,  to 

iq)ivards  of  twelve  thousand  (see  on  plus  de,  No.  19,  P.  I). 

IT.    Lcj  Lezarcl  Gx'is,  p.  116.    Lacepede. 

Bernard-Germaiu-Etieune  de  la  Ville-sur-Illon,  Comte  de  Lacepede  (1756-1825). 
Principaux  ouvrages  :  "Histoire  des  Quadrupedes  Ovipares,"  "  Histuire  des  Rep- 
tiles, des  Poissons  et  des  Cetaces." 

A  la  chute  seule  d'une  feullle,  at  the  mere  fall  of  a  leaf.—jusqu'a  ce 
que  sa  craiute  soit  dissipee ;  the  subj.  m.  'dittv  Jusqu'a  ce  que. 

18.  Le  Sex'peiit,  p.  117.    Chateaubriand. 

Fran^ois-Augu^te,  Vicomte  de  Chateaubriand  (1769-1848).  Principaux  ouvrages  : 
"le  Genie  dii  Christianisme,'"  "les  Martyrs  et  I'ltineraire  de  Paris  a  Jerusalem," 
"Etudes  Historiques." 

Ou  git  le  principe  de  son  deplacetnent ,  in  which  part  resides  his  poxver 
of  motion:  git,  from  gesir,  v.  n.  irr.;  little  used  except  in  ci-git,  here  lies. — 
il  suit  Jeter  d  I'ecart  sa  robe  tachee  de  sang,  it  understands  tJiroicing  off 
its  blood-stained  coat. — co}}i}iie  x>ar  une  suite  de  I' influence  qu'il  eut  sur 
nos  destinees,  as  a  sequel  to  the  influence  it  had  on  our  destiny. 

19.  Les  Olseaux:  et  les  Foissons,  p.  118.    Cuvier. 
Georges  Cuvier  (1769-1832).    Principaux  ouvrages:    "Tableau  Elemeutaire  de 

THistoire  Naturelle  des  Animaux,"  "Recherches  sur  les  Osscments  Fossiles." 

Qui  le  preservat  du  froid;  subj.  m.  in  a  rel.  clause  implying  doubt.— ce« 
etres  a  qui  il  a  ete  menage  si  ^>e*t  de  Jouissances,  those  beings  to  which 
so  fell)  pleasures  have  been  allotted.— il  senible  que  ce  soit  cette  attention  que 
la  nature  ait  eu  le  dessein  d'exciter,  it  seems  to  he  that  very  attention  xvhich 
nature  designed  to  awaken.  The  irapers.  v.  il  senible,  followed  by  que,  governs 
the  dependent  verb  in  the  subj.  m.;  but  il  senible,  accompanied  by  au  indirect 
object,  il  ME  senible  que,  governs  the  indicative,  unless  the  governing  phrase  be 
either  negative  or  interrogative,  in  which  case  the  subj.  m.  is  required. 

20.  La  IVEacliiiie   a,  "Vapeiir,  p.  119.    Le  meme. 

II  n'est  rien  dont  elle  tie  soit  capable;  the  subj.  m.  in  a  relative  clause 
limiting  rien.  The  negative  jyas  is  suppressed  in  a  relative  clause  limiting  a 
negative  proposition  (C.  P.  II,  343). —  une  machine  d  vapeur  sur  nne  voi- 
ture  dont  les  roues  s'engre)ient  dans  nn  chentin prepare,  a  steam-engine 
mounted  on  wheels  which  run  in  the  grooves  of  a  road  adapted  for  the  purpo.se.— on 
les  charge;  on  allutne.  The  pron.  on,  which  is  the  subject  to  both  verbs, 
refers  to  the  same  party:  they  load;  they  light  up.—gagnera  d'honinies,  wilt 
gain  in  men. 

31.    L.e  Oeiiie  de  I'Honxme,  p.  120.    Fayet. 

L'abbe  Antoine  Fayet  (181 5 ).   Principaux  ouvrages  :  "  Les  Beautes  de  la  Poesie 

Anoienne  et  Moderne,''  "Poesie  Allemande,"  "De  TEsprit  National,"  etc.,  etc. 

Que  I'honime  est  grand!  {see  Notes,  No.  5J.—la  tete  jiouvait  lui  tour- 
ner  dans  I'eblouissement  de  sa  gloire,  his  tnind  might  be  upset  by  the 
brilliancy  of  Ids  own  glory.— une  loi  de  dependance  et  d'infirniite  origi- 
nelle,  a  law  entailing  dependence  and  original  infirmity.— qui  ne  soient ;  subj. 
m.  in  a  rel.  clau-e.  (For  the  suppression  of  pas,  see  No.  20,  dont  elle  ne  soit 
capable.) 


NOTES    OX    PART   SECOND.  235 

23.    Le  I*r^sent  et  1'A.venir,  p.  121.    Fexelok.  (See  Xo.  1.) 

Hien  ne  pent  arreter  le  temps  qui  entraine  apres  lui  tout  ce  qui 
parnit  le  plus  inunohile,  nothing  can  delay  the  i)assing  hour  which  along  with 
it  every  tiling  that  appeals  most  itiimovafjle :  npres  lui.  As  a  rule,  the  disjunctive 
personal  pronouns  are  used  only  with  reference  to  persons  ;  they  may  be  used  with 
reference  to  things  after  any  preposition  but  de  and  d  (C.  P.  II,  l'2b). 

23.    IlapiclitcS  cle  l£t  Vie,  p.  122.    Bossuet. 

Jacques-Benigne  Bossuet  (IGST-lTOl),  eveque  de  Meaux.  Principaus  ouvrages  : 
"Exposition  de  Doctrine  Catholique/'  "  Discours  sur  I'llistoire  Uuiverselle," 
"Oraisons  Funebres." 

Zies  Jfwdins  inoius  flruris,  for  sont  inoins  fleuri.s.  The  omission  of 
the  verb  imparts  rapidity  to  the  diction  and  renders  it  more  energetic. 

34:.    L'Oxi'bli  et  l*Al>aii<ioii,  etc.,  p.  12.3.    Bourdaloue. 

Louis  Bourdaloue  (1632-1704). 

Ji^t  I'on  s'en  fevait  avec  raison  des  crimes,  and  people  ivould  justly  con- 
sider themselves  guilty  of  crimes.— quelque  extremes  que  soient  leurs  maux, 
however  excessive  their  evils  are:  quelque  —  que  governs  the  subj.  m.;  quelque 
is  an  adverb  when  it  precedes  an  adjective. — sans  qu'on  se  doiine  ou  qu'on 
veuille  se  donner  la  peine,  without  taking  or  tvishing  to  fake  the  trouble  : 
donne  and  veuille  are  in  tlie  subj.  m.  governed  by  sans  que  and  by  que,  used 
for  sans  que. — combien  de  pauvres  abandonnes,  how  many  poor  fare  j  left 
to  themselves. 

35.     I^'I^ternite,  p.  124.    Bridaine. 

Jacques  Bridaine  (1701-1767). 

Vous  rous  trompez  du  tout  au  tout,  you  are  totally  mistaken. — c'est  la 
inort  qui  a  dejd  vintjt,  trente  ans  d'avance  sur  vous,  it  is  death  which 
has  already  gained  twenty,  thirty  yeai's  on  you. — qui  vous  ont  d'autant  rap- 
proches  du  terme,  xvhich  have  brought  you  so  much  nearer  to  the  term.—prenez- 
y  garde,  I'eternite  marque  dejd  sur  votre  front,  take  notice  of  it,  eternity 
stamps  already  on  your  forehead. 

3€J.    IL.a  Priere,  p.  124.    Lamennais. 

Robert-Felicite,  abbe  de  Lamennais  (1782-18.54).  Principaus  ouvrages:  "Essai 
sur  rindiflference  en  matiere  de  Religion,*'  "  Paroles  d"un  Cro^'ant,"  "Affaires  de 
Rome,"  '"De  TEsclavage  Moderne." 

tie  ne  sais  quoi  de  fortifiant,  something  fortifying  which  cannot  be  defined : 
quoi,  like  que,  qq.  ch.,  and  rien,  requires  de  bef.  the  limiting  adjective. — d 
quoi  bon  i^rier?  what  is  praying  good  for  f  In  this  expression  the  adj.  bon 
does  not  limit  quoi;  d  quoi  is  the  complement  of  bon:  j>rier  est  bon,  d 
quoi?— que  vous  le  lui  demandiez  ;  subj.  m.  after  il  veut  que. — dont  la 
voix  ne  dut  Jamais  monter ;  tlie  subj.  m.  in  a  relative  clause  limiting  le 
seul. 

37.    r>e  I'TJtilite  cle  I'Hlstoire,  p.  125.    Rollin. 

Charles  Rollin  (1661-1741).  Principaux  ouvrages:  "Traite  des  Etudes,"  "His- 
toire  Ancienne,"'  "  Ilistoire  Romaine." 

Qu'il  n'y  a  de  grand,  et  de  louable  que:  de  bef.  grand  and  louable 
depends  on  rien,  which  is  understood:  that  thei'e  is  nothing  great  and  praise- 
warthy  but. — de  I'estime  et  de  I'admiration ;  these  two  nouns  are  indirect 


236  ANALYTICAL   FRENCH    READER. 

complements  to  cUe  fait  eonclure :  by  the  esteem  and  admiratioti  ivhich.  .  .  it 
(history J  leads  to  tlie  conclusion  that.—eUe  apprend  d  respecter  cette  verfii, 
it  teaches  respect  for  that  virtue. — eta  en  deineler  la  beaute  et  I' eclat,  and  to 
discern  its  beauty  and  lustre  (A.  323.  C.  P.  II,  8!)).— /"«f-ti  revet  a:  this  use  of 
the  subj.  m.  is  elliptical :  hien  qu'il  fut,  or  qufind  iiieine  il  serait  revetti, 
though  he  ivei'e  clad. — fut  en  etat ;  subj.  m.  governed  by  afiu  que. 

3S.    Jun  Oaxilc  et  les  Ottulois,  p.  126.    Marchangy. 

Louis- Antoine-Franyois  Marchangy  (1782-182G). 

Que  xtlus  d'lme  fois  antesuree  notre  oiil  etonne,  which  our  astonished 
eye  has  measured  more  than  once:  mesuree  agrees  with  its  direct  object  que, 
standing  for  statue. 

39.    Les  Francs,  p.  127.    Augustin  Thierry. 

Jacques-Nicolas-Augustin  Thierry  (1795-1850).  Principaux  buvrages :  "Lettres 
sur  I'Histoire  de  France,"  "  Recit  des  Temps  Meroviiigiens,"  "  Histoire  de  la  Con- 
qu§te  d'Angluterre  par  les  Normands,"  "  Dix  ans  d'Etudes  Ilistoriques." 

Quelque  cJiose  de  slu(j ulierenient  sauvage  (  see  Notes,  No.  ,  P.  I). — che- 
veux  d'uii  blond -rou.r,  of  a  sandy  color:  two  adjectives,  the  one  modifying 
the  other  forming  a  compound  denoting  a  color,  are  both  invariable. — une  espece 
d'algrette,  a  kind  of  tuft. — qui  letir  tombaient  de  cJiaque  cote  de  la 
bouche,  ivhich  hang  down  on  each  side  of  their  mouths. — de  x>res  et  de  loin,  near 
and  far  off. 

30.  Conversion   cle  do  vis,  etc.,  p.  128.    Peyronnet. 
Cbarles-Ignace,  Comte  de  Peyronnet,  ministre  d"Etat  sous  Charles  X  ;  auteur  de 

"Pensees  d'un  Prisonnier,"  "Histoire  des  Francs." 

Que  Clovis  devint;  the  subj.  m.  after  the  impers.  v.  il  etait  necessaire 
que. — il  n'avait  garde  de  leur  refuser,  he  took  good  care  not  to  refuse 
them,  etc.  :  n'avoir  garde  de,  to  beivare  of.—Je  le  reconnais  bien  a  cette 

Jieure,  I  am  indeed  convinced  of  it  now. 

31.  Hegne  cle   Cliariemagne,  p.  130.    Montesquieu. 
Charles  de  Secondat,  Baron  de  la  Bredeitde  Montesquieu  (1689-1755);  un  des 

plus  grands  ecrivains  de  la  France.  Principaux  ouvrages  :  "Dissertation  sur  la 
Politique  des  Romains  dans  la  Religion,"  "Lettres  Persanes,"  "Considerations 
sur  les  Causes  de  la  Decadence  des  Romains,"  "  Esprit  des  Lois." 

Ses  affaires  renaissaient  de  toutes  parts,  il  les  finissait  de  toufes 
parts,  his  difficulties  arose  on  all  sides,  he  settled  them  on  all  sides.— il  fit  raloir 
ses  domaines,  he  managed  his  domains. —  il  ordonna  qu'on  vendit  les 
aeufs;  the  subj.  m.  governed  by  il  ordonna  que. 

33.  I5ataille  de  Ilasting-s,  p.  1:31.  Augustin  Thierry.  (No.  29.) 
Guillaunie,  due  de  Nortnandie ;  oisuite  Guillaunie  le  Couqueraut, 
roi  d'A.ngleterre.^ils  I'etuplotjerent :  the  pron.  /'recalls  the  noun  object 
tetnjis  which  precedes  the  subject  (C.  P.  II,  114).— ?«  nuit  se  passu  d'une 
nianiere  toute  differoite  (toute,  adv.,  see  No.  5,  P.  I).— les  Sa.vo}is  se 
divertissaient.  This  verb  is  in  the  imp.  t.;  the  preceding,  se  passu,  in  the 
past  def.  t.  The  latter  relates  a  fact  in  connection  with  other  events  ;  the  former 
represents  what  was  going  on  at  the  time  :  the  night  ivas  spent  in  a  different  way  ; 
the  Saxons  (during  the  night)  were  diverting  themselves.— le  JPontliieu  is  the 
name  of  a  small  country  to  tlie  west  of  Picardy  ;  hence  the  use  of  the  article.— 
bretons,    nionceaux,  poitevins :    the    iuluibitauts    of    Brittany,   Maine  and 


.       NOTES   ON   PART   SECOXD.  237 

Poitou,  used  adjective!}'  to  qualifj'  the  noun  nuxlllaires,  m.pl.—il  tenait  sus- 
pendncs  a  son  cou  les  iHus  reverees  d'entre  les  reliqties :  the  past  parti- 
ciples ay:ree  witii  reliqiies,/.  2)1. — sur  lesquelles  Mat-old  ucait  Jure.     The 

relics  on  which  Harold  was  made  to  swear  when  he  was  at  the  court  of  the  duke 
of  Normandy.  —I'etendard  benit ;  beiiir  lias  two  past  participles  :  beni,  in  the 
sense  of  blessed,  and  benit,  in  the  sense  of  consecnittd. — de  Cliurletnagiie 
et  de  Roland.  Roland  is  supposed  to  have  been  a  n^'phew  of  Charlemagne  ;  he 
w^as  prefect  of  the  frontiers  of  Brittany,  and  perished  lieroically  at  the  battle  of 
Roncevaux,  778. — Dieu  aide,  God  is  ivith  t/s. — d  portee  de  trait,  within  an 
ai'i'OW-shot. — carreaux,  arrows  used  with  the  crossbow.— ^jojtr  quails  des- 
cendissent;  the  subj.  m.  governed  hy  ponr  que. —  il  n'en  eontinua  2><ts 
mains  de,  he  nevertheless  continued;  n'en.  .  .  pas  mains,  not  less  on  that 
account. 

33.  CoTxronnement  cle  Gixillaixiiie,  etc.,  p.  134.  Le  meme. 
JPrtt  le  titre  de  roi;  the  subj.  m.  governed  by  il  fullait  (jite.—fut  I'objet; 
the  subj.  m.  governed  by  quoique.— mains  ambitieu.v  qti'il  ne  i^'etait:  ne 
bef.  the  verb  after  mains  que  (L.  p.  237.  A.  321.  C.  P.  II,  346);  I'etait,  I'  for  le, 
the  invariable  pers.  prou.  representing  the  adj.  ambitieux .—qn* il  devint  roi; 
subj.  m.  governed  by  voulait  que. — d'un  soldat  a  {fayes,  of  a  mercenary. — 
soil  roi;  the  subj.  m.  governed  by  s'ils  veulent  que.  — eat  lieu  d'aji- 
prendre  ce  que  valait  nn  tel  sernicnt,  had  occasion  to  find  out  the  value  of 
such  an  oath.— -eus sent  fait ;  the  subj.  m.  governed  by  the  negative  plirase  qui 
ne  jyauvait  croire  que.—eussent  donne ;  subj.  m.  governed  by  que  used 
tor  Jusqu'd  ce  que. 

34t.    X>ei>a,rt  des  Cx'oises,  p.  13T.    Michaud. 
Joseph-Francois  Michaud  (1767-1839).     "  Histoire  des  Croisades." 
Laissat  perir ;   subj.  m.  governed  by  the  negative  phrase  ne  j^ouvaient 

croire  que. 

3.5.    Jac<iTies  IVIolay,  etc.,  p.  139.    Mezerai. 

Fran^ois-Eude  de  Mezerai  (1610-1683). 

Jacques  Molay,  Grand-maitre  des  Templiers,  fat  briile  vif  a  Paris,  le  11  mars 
1314,  sous  Philippe  le  Bel. 

Que  J'aille  noircir  ;  subj.  m.  governed  by  que  for  Jusqu'a  ce  qw.— 
dans  les  tjenes,  on  the  rack.—accusees  agrees  with  rous,  dir.  obj.  representing 
victimes,f.pl.—queje  meure;  subj.  m.  governed  bj'  the  impers.  verb  il  est 
jtiste  que. — sus !  interj.,  goon!  courage. '— iuveutez-en  de  nouveaux,  invent 
new  ones  (torments..— (lui  font  taut  leur  crime,  which  are  their  only  cnme. 

30.    Jeanne  cl'A.rc,  etc.,  p.  140.    Michelet. 

Jules  Michelet  (179S-1877).  Principaux  ouvrages  :  "Precis  de  l"Histoire  Mo- 
derne,"'  "Histoire  de  France,"'  "Histoire  de  la  Revolution  Francaise,"'  "Les 
Femmes  de  la  Revolution,"'  etc. 

Qu'on  rcstat  —  qu*on  s'assuraf  ;  subj.  m.  governed  b\'  rouluroit  que.— 
its  eurent  beau  dire  cette  fois,  they  spoJcc  in  vain  this  time.— finit  jiar  se 
laisser  saulerer  a  cette  voffue  populnire,  ivas  in  the  end  carried  along  by 
that  popular  impidse.—roi,  courtisaus,  politiques.  The  article  is  omitted  in 
the  enumeration  of  nouns  forming  a  compound,  subject,  or  oh^cct. —nraietit 
grand'peur,  were  vei^j  mvch  afraid  {9^ec  on  (jraud'  fw  f/raude,  Xo.  15.  P.  T). 
— qu'on  ne  fit;  subj.  m.  governed  by  i^.s  crnif/tiaieuf  que.  C'raindi'e  and 
other  verbs  and  phrases  expressing  fear  or  apprehen-ion,  require  ne  before  the 


238  A]!^ALYTICAL   FKEKCH   HEADER. 

dependent  verb  in  the  subj.  m.  when  we  fear  that  the  thing  may  happen.— oint, 
p.  p.  of  oiudre,  v.  a.  irr. — sans  qu'il  y  manquat  rien;  subj.  m.  governed 
by  sans  que.— que  J e  fisse.  .  .  que  je  vous  atnenasse;  subj.  m.  governed 
by  qui  voulait  que.—qu'ou  tn'enterrat ;  subj.  m.  governed  by  J«  serais 
bien  heureuse. — qu'il  lui pliit.  .  .  queje  ni'eu  allasse;  subj.  m.  governed 
by  je  voudrais  bien. 

3T.    Execution  de  C^liarles  I*^"^,  p.  142.    Guizot. 

Fran9ois  Guizot  (1787-1874).  Principau.x  ouvrages :  "Dictionnaire  de  Syno- 
nymes  Fran9uis,'"  "  Vie  de  Corneille  et  de  Shakspeare,"  "Essai  sur  THistoire  de 
France,"  "  Histoire  des  Origines  du  Gouveruement  Representatif  en  Europe," 
"Histoirede  la  Civilisation  Europeenne,"  '"  Histoire  de  ia  Civilisation  en  France," 
"Histoire  de  la  Revolution  d'Angleterre."  etc.,  etc.,  etc. 

Que  je  me  leve;  subj.  m.  governed  by  il  faut.—ne  dolve  jyas  rester ; 
subj.  m.  governed  by  quoique.— soil  possible ;  subj.  m.  governed  by  je  ue 
veux  pas  que.—le  jour  a  peine  leve,  scarcely  had  the  day  begun.  The  verbs 
etre  leve  and  se  lever,  etre  coucJie  and  se  coueher,  are  used  to  express  the 
rising  and  setting  of  heavenly  bodies  ;  the  p.  p.  with  etre,  to  express  state  ;  the 
pron.  V.  to  express  action  :  le  solell  est  leve,  the  sioi  is  nj) ;  le  soleil  se 
leve,  the  svn  rises.— enselgnes  deployees,  iv'ith  fiying  colors. — quelques  nii- 
nistres  independants ,  some  non-conformist  ministers. — de  rnaniere  qu'il 
solt ;  the  snbj.  m.  is  used  after  de  rnaniere  que  when  the  action  expressed  by 
the  verb  is  uncertain. 

38.    Poi'trait  de  CroiiiTrell,  p.  146.    Hugo. 

Victor  Hugo,  ne  a  Besan9on  en  1802  ;  auteur  d'un  grand  nombre  d' ouvrages  en 
vers  et  en  prose. 

Qu'ils  n'aient  pas  ose ;  subj.  m.  governed  by  il  sentble. — s'en  tenait  Id, 

stopped  there:  s'en  tenlr  it,  to  abide  by.,  to  adhere  to. — tine  sorte  de  Tibere- 
Uandln,  a  simpleton  of  a  Tiberius. 

30.    Portrait  cle  llielielieix,  p.  147.    De  Vigny. 

Alfred-Frederic,  Comte  de  Vigny  (1799-1863).  Principaux  ouvrages  :  "  Stello," 
" Chatterton,"  "Cinq-Mars,"  " Servitude  et  Grandeur  Militaires,"  etc. 

On  eut  entendu;  subj.  plup.  for  the  conditional  past.— ^j-wi  .s'e?era«;  subj. 
m.  in  rel.  clause  limiting  le  seul. — quelque  llvre  que  ee  soil;  subj.  m.  gov- 
erned by  quelque  —  que. — un  croissant  de  plume,  a  feather  cushion  in  the 
shape  of  a  crescent. — que  le  livre  ne  fit  du  bruit  et  ne  les  reveillat  ;  subj. 
m.  after  eviter  que:  eviter  and  some  other  verbs  (C.  P.  II,  245)  require  ne  bef. 
the  dependent  verb  in  the  subj.  m..—une  royale,  a  tuft  of  hair  below  the  under 
lip  called  a  goatee. 

4=0.    3^r£vzariii,  p.  149.    Mxgnet. 

Fran9oi8-Anguste-Marie  Mignet,  ne  en  1796.  Principaux  ouvrages:  "Histoire  de 
la  Revolution  Fran9aise,"  "Notices  Historiques,"  "Histoire  de  Marie  Stuart," 
"  Histoire  des  Negociations  relatives  a  la  Succession  d'Espagne,"  etc.,  etc. 

Qu'on  le  laissat  faire ;  subj.  m.  governed  by  pourvu  que. 

41.    rSefjfiie  cle   T^oviis  XTV.    Villemain. 

Abel-Fran9ois  Villemain,  ne  en  1791.  Principaux  ouvrages:  "Conrs  de  Littera- 
ture  Fram/aise  an  Moyen  Age,"  "Histoire  de  Cromwell,"  "Etudes  d'Histoiro 
Moderne,"  etc.,  etc.,  etc. 

Qu'elles  sont  brillantes  (see  Notes,  No.  5). 


N'OTES    OX    PART    SECOND.  239 

4r3.    I*rise  de  la  Uastille,  p.  151.    Thiers. 

Louis-Adolphe  Thiers  (1797-1877).  Principaux  ouvrages  :  "Histoire  de  la  Revo- 
lution Franyaise,"  "  Histoire  du  Consulat  et  de  TEmpire." 

Qu'on  ne  tlrut ;  subj.  m.  governed  by  enijtecher,  which  requires  ne  before 
the  verb,  the  same  as  eviter  f see  No.  39). — un  garde- franqaise :  garde  is  a 
fem.  noun,  the  adj.  franqaise  agrees  with  it ;  but  the  numeral  tin,  is  masc:  un 
(soldat  de  la)  garde-fraiiqai.se. 

4=3.    I*assage  <ies  A.lx>es,  etc.,  p.  154.    Salvandt. 

Narcisse-Achille  de  Salvandy  (1796-18.57).  Principaux  ouvrages:  "Histoire  de 
Pologne  avant  et  sous  le  roi  Jean  Sobieski,''  etc. 

II  y  a  bien.  .  .  tin  sentier :  the  participles  suspendu,  donne,  and  taille 
refer  to  the  subject  sentier. — d'oxi  roulent  d  flats  les  tieiges  homicides, 
ivhence  rolls  down  in  waves  the  fatal  snow.— charge  de  frinins,  et  i>erdn  d'in- 
tervalle  en  intervalle,  sous  les  avalanches ;  the  p.  participles  charge  and 
perdu  refer  to  sentier:  cove?-  with  hoar-frost,  and  lost  at  intervals  under  the 
avalanches.— s' attache  aux  cretes  des  Alpes,  keeps  close  to  the  Alpen  ridges. 

44=.    INapoleoii  et  Lxicieii,  p.  156.— Dlmas. 

Alexandre  Dumas  (1803-1870). 

Entre-haillons  doucetnent  la  parte,  let  us  quietly  open  the  door  a  little,  let 
us  leave  it  ajar. — pantalon  callant,  tight  pantaloons. — bottes  assouplies, 
soft  boots.— hattes  d,  la  hussarde,  hussard  boots:  hussarde  is  an  adjective 
agreeing  with  faqon,f.,  nianihre,f.,  or  niode,f.:  a  la  faqon  hussarde ;  d 
I'anglaise,  after  the  English  fashion. — la  barre  de  fer  de  la  fainille,  the 
most  inflexible  of  the  family  .—fauiller  les  antes,  search  the  hearts. — le  seal  qui 
cut  (C.  P.  II,  287,  \).—le  seul  qui  puisse  (C.  P.  II,  287,  \).—Je  suis  au  faite 
de  ma  fortune,  I  have  reached  the  pinnacle  of  fortune. — tai  seul  es  selan  man 
esprit,  you  alone  are  after  my  mind. — que  je  ne  t'ai  vu,  since  I  saw  you :  ne  is 
used  bef.  the  v.  in  the  pa>^t  def.  t.  after  que  used  for  tlepuis,  since,  when  the 
sentence  has  in  reality  a  negative  meaning :  daring  the  four  years  1  did  not  see 
you. — enrayer  ce  tonibereau  de  la  guillotine,  to  stop  the  wheels  of  that 
tumbrel  of  the  guillotine.— lequel  est  niur  pour  ton  reve  sublime,  which  of 
them  is  ready  far  your  sublime  dream  'Utopia).— Je  ne  vans  en  veux  pas  de,  I 
do  not  blame  you  for.—qu'il  en  serait  de  nioi  ainsi  que  des  autres,  that  it 
would  be  with  me  (in  that  respect)  as  with  the  others.— vos  volontes  seront  con- 
signees d  nies  fronti^res,  your  oixlers  will  be  stopped  at  my  frontiers.— libre  d 
votis,  and  you  will  befree.—tnais  vienne  le  jour  des  reiwrs,  but  let  the  day  of 
reverses  come:  vienne  imp.  m. — et  battant  des  ailes  sur  le  tnonde,  and 
flapping  xvith  their  wings    meandering  over  the  earth  in  an  uncertain  condition). 

«  

4=o.    I^e  Halon  cle  IMacl.  n^caxiiier.  p.  161.    Sainte-Beuve. 

Charles-Augustin  Sainte-Beuve  (1804-1869).  Principaux  ouvrage- :  "Portraits 
Litteraires,"  "Histoire  de  la  Poesie  Fran9aise  au  XVIe  Siecle,"  "Histoire  de  Port 
Royal,"  "  Canseries  du  Lundi,''  "  Nouveaux  Lundis." 

Tout  se  rapportfiit  d  lui,  every  thing  was  referred  to  him.—et  menie  alors 
il  y  avail  des  jilaces,  des  degres,  des  apartes  jiour  cJiacun,  and  even 
then  every  one  found  a  place,  a  level,  and  an  opportunity  to  put  in  his  tvord. — il 
n'y  avail  rien  de  banal,  you  met  with  nothing  vulgar.— une  bienveillance 
senile  et  nuancee,  a  sincere  and  discriininating  kindness.— taiit  soit  pen  un 
sanctuaire,  someivhat  of  a  sanctuary . — qici  tenioignait  d'un  inte ret  plus 


240  AN"ALYTICAL   FllEXCH   READER. 

vif,  which  gave  evidence  of  a  real  itiferesf.—sans  avoir  ete  touche  d,  un  en- 
droit  singulier  de  I' esprit  vt  du  cwar,  without fteliiig  one's  mind  and  heart 
affected  in  some  peculiar  way. — elle  etendait  au  loin  son  reseau  de  syuipa- 
thie ,  she  spread  her  sympathetic  atmosphere  afar. — qu'elle  n'ainiat ;  subj.  m. 
in  a  relative  clause  after  iins  an  (C.  P.  II,  287,  2).—d'un  petit  sitjue  qui  etait 
sien,  with  a  little  token  which  was  her  ow?i. — qu'il  etait  si  aisement,  which  he 
could  be  so  easily. 

4rG.    IL<es  Forets,  etc.,  p.  103.    De  Tocqueville. 

Henry-Alexis  Cleret  de  Tocqueville  (1805-1859),  auteur  de  la  "Democratic  en 
Amerique." 

lei  c'etait  bien  encore,  etc.,  here  (in  America).— il  ait  ete  donne ;  subj. 
m.  in  a  rel.  clause  limiting  les  derniers. — cette  arriere-pensee  d'nn  chan- 
ffeinent  prochain,  that  bottom-tliought  of  coming  changes. 

4-7".     T^es  Premieres  I^ectures,  p.  164.    George  Sand. 

Amantine-Lucile-Aurore  Dupin,  Baronne  Dudevant  (1804-1876). 

Les  formes  des  arbres  s'effacent,  the  outlines  of  the  trees  fade.— I  e  souper 
sera  commence,  supper  has  probably  commenced  (C.  P.  II,  267—4,  on  the  idiomatic 
use  of  the  future  anterior). 

4=8.    I^'XJsiirier,  p.  166.    De  Balzac. 

Honore  de  Balzac  (1799-1850). 

Face  lunaire,  moonface. — d'nn  gris-cendre,  of  an  ashy  gray  (C.  P.  II,  66). 
— I'/iotntne-billet,  the  bill-man  fa  uxurer.  a  shaver  of  notes). — nne  fumee  de 
gaite,  a  fume  of  mirth.— d'  une  Jainbc  shche,  with  a  vigorous  limb. 

40.    rtesignatioii^,  p.  168.    De  Lamartine. 

Alphonsede  Lamartine  (1790-1869).  Principaux  ouvrages  :  "Meditations  Poeti- 
ques,"  "  Nouvelles  Meditations  Poetiques,"  "Mort  de  Socrate,"  "  Pelerinage  de 
Childe  Harold,"  "Chant  de  Sacre,"  "Harmonies  Poetiques  et  Religiiuses," 
"Jocelin,"  "  Chute  d'un  Aiige,"  "  Voyage  en  Orient,"  "  Histoiie  des  Girondiiis," 
"Histoire  de  la  Revolution  Fran9aise,  1849,"  etc.,  etc.,  etc. 

Quejeniesente.  .  .  que  vous  vous  reveliez  ;  subj.  m.  after  2>o "J'*'"  que. 
— retrouve,  reconnaissent,  aimions,  are  in  the  subj.  m.  governed  hy  pourvu 
que  and  by  (lue  used  iov x>ourvu  que.—soit;  subj.  m  after  faites  que. 

50.    I^e  Ca-ljinet  de  Tra.-vail,  etc.,  p.  169.    Souvestre. 

^mile  Souvestre  (1806-1854). 

II  avait  fait  tin  bail,  he  had  taken  a  lease. — des  amSnagements  p>erfec- 
tionnes,  of  the  improved  contrivances.— des  rotissoires  a  reflecteurs,  reflecting 
bakers. — qui  eiit  fait  Jionneur  d  un  comptoir  hollatidais,  which  ivould 
havebeenan  honor  to  a  Dutch  counting-house.— un  immense  cartonnier  dont 
chaque  cote  portait  une  etiquette,  an  immense  paste  board-stand  which  was 
labelled  on  all  sides. — des  cartons  jtour  les  traits  de  vertu,  boxes  for  traits  of 
virtue.— pour  les  distributions  d'eau  ct  domicile,  for  the  distribution  of 
water  in  dwelling-houses.— et  des  chiffres  de  renvoi,  references. — avait  su 
ramener  ses  sympathies  htimanitaires  d  I'etat  de  comptabilite,  had 
contrived  to  reduce  his  humanitarian  sympathies  to  a  state  of  accountability.  — itn- 
prouvenients  niodernes.  The  author  has  used  an  English  word  and  changed 
its  orthography  so  as  to  obtain  the  English  pronunciation  of  it.— laid  et  baroque, 
ugly  and  odd. 


KOTES    OX    PART    SECON"D.  241 

51.    'JLiSL  Heg^neration   Hvimaine,  p.  170.    Le  meme. 

Que  la  mis^re  soit ;  subj.  m.  after  the  phrase  on  a  tort  de  croire  que, 
a  denial  equivalent  to  a  negation. 

53.    lues  Salles  cl»A.sile,  p.  171.    Janin. 

Jules  Janin  (1804-1878). 

Que  I'homnie  soit  seul :  subj.  m.  after  an  impers.  verb. — ils  partagent 
I'un  avec  I ' autre :  jtartager  qq.  eh.  avec  qqn.,  to  divide  s.  ih.  with  s.  b.; 
partager  entre,  to  disti'ibute  among;  partager  le  differendf  to  split  the 
difference. 

53.    Paris,  p.  173.    Feuillet. 

Octave  Feuillet  (1812). 

Que  Je  ne  fais  (see  Notes,  Ko.  5,  P.  1).—  quelqu'un  qui  veuille;  subj.  m. 
in  a  relative  clause  limiting  a  noun  having  an  indefinite  meaning. 

54=.    Paris  en  A.meriqiJ.e— Zamljo,  p.  174.    Laboulatb. 

Edouard-Rene  (Lefebvre)  Laboulaye  (1811).  Principaux  ouvrages  :  "Histoire  du 
Droit  de  Propriete  en  Europe,"  "Des  Recherches  sur  la  Condition  Civile  et  Poli- 
tique des  Femmes,"  "Essais  sur  les  Lois  Criminelles  des  Romains,"'  "  Histoire 
Politique  des  Etats-Unis,"  etc.,  etc. 

Massa  for  Mister.— capucins  de  cartes,  rotvs  of  cards  set  on  their  ends  in  a 
file. —  qui  n'y  voit  clair,  or  qui  ne  voit  clair,  who  does  not  understand 
things.— en  me  jetant  la  liorte  au  nez,  slamming  the  door  in  my  face.— des- 
cende  (p.  177);  subj.  m.  after  avant  que. 

55.    I^es  3JIax'cliaii<is  cle  IVoxi^^eautes,  p.  178.    Soulee. 

Frederic  Soulie  (1800-1847). 

ia  premiere  et  la  plus  eclatante  representation  de  notre  esprit 
social,  the  first  and  most  sti^iking  representative  of  the  mental  condition  of  our 
societij.—toiit  en  montre,  exery  thing  on  show.—  le  pimpant,  the  shoiciness. — 
decrocher  de  la  montre,  unhook  it  from  the  show-case. — epris  de  la  faconde 
universelle,  taken  with  the  versatile  glibness. — tout  est  aux  carreaujc,  every 
thing  is  in  the  ivindoivs. — se  fait  deploy er,  tvants  to  look  at  an  amount  of  goods 
worth. — developper  les  coupons,  in  unfolding  the  rem,nants.—du  der}iier 
goiit,  of  the  latest  fashion. — superietirenient  porte,  of  a  superior  style. — 
Gagne-Petit,  Delille,  Gagelin,  names  of  stores.— 2>i«*,  la  couleur  artis- 
tique,  and  besides,  the  artistic  turn. 

5G.     I^a  3I!aisoii  I>elille,  p.  179.    Le  meme. 

ie  fretin  d'abord,  la  petite  pihce  en  xt^'cmi^r,  small  fry  first,  a  little 
piece  to  begin  tvith. — vous  font  douter,  make  you  doubt. — tranchees,  glaring.— 
a  vaincu  la  Suisse,  has  outstripped  Switzerland. — lutte  avec  Manchester, 
competes  with  Manchester. — mettre  un  pas  dans  le  vice,  to  take  a  step  on  the 
road  to  vice.— tin  pied  dans  la  seduction,  to  advance  afoot  in  the  realms  of 
seduction. —  toile  a  draps  et  a  chemises,  cloth  for  sheets  and  shiiis. —  ma 
bourse  se  serre  d'effroi,  my  purse  closes  with  fright. —  sa  prime  fin  du 
mois,  an  expression  of  the  exchange,  /lis  profits  on.  settling  day.—tme  disposi- 
tion nouvelle,  a  new  design. — tin  seme  de  fleurs,  a  spHg.—a  rayures,  with 
stnpes,  ne  se  double  jmis,  does  not  require  to  be  lined.— tient  tr^s-chaud,  keeps 
very  warm. — c'est  la  fureur  cette  an  nee,  that  is  all  the  fashion  this  year. — de 
plus  nouveau,  the  very  latest. — ecliappiez ;  subj^.  m,  after  s'il  arrive  que,-' 


242  AXALYTICAL   FRENCH    KEADER. 

les  serves,  the  clutches. — ne  votis  servira  de  rien,  will  be  of  no  avail. — que 
diable!  the  deuce/  This  expression,  though  vulgar,  does  not  provoke  the  odium 
which  the  English  phrase  does  ;  the  word  diable  is  used  in  many  expressions  and 
with  various  meanings  :  it u  pativre  diable,  a  jwo?' fellow. — armure,  florence, 
levantlne,  f/ros  des  Indes,  are  names  of  silk  cloth  used  for  dresses. — pour 
le  coup,  la  ijartie  est  desesperee,  this  time  matters  have  come  to  a  desperate 
IKiss. — gare,  look  out. 

57'.    Le  IMagasin  d.e  iMiaclame  Oagelin,  p.  181.    Le  meme. 

ie  commerce  fait  art,  cominerce  turned  into  an  art. — J)^'?/?^^,  a  wholesale 
houi^e;  tnadame  GayeliUfmagasindejnodes.—sedejiloietotct  confectioune, 
is  shown  ready-made.— nne  chatelaine,  a  ribbon  worn  crosswise. — fa  ire  doua- 
ner,  to  be  entered  at  the  custom-house.— da  grand  siecle,  the  age  of  Louis  XIV. — 
conpe,  j)atter7i.—c'est  le  cerveau  de  Japiter  (C.  P.  II,  146),  is  Jove's  brain.— 
tin  salon,  an  art-gallery. — le  caprice  feniinin  y  perce  bien  jtl^t^  inti- 
inement,  the  fanciful/iess  of  the  fair  sex  is  much  inore  apparent  there.— c'est  lire 
(C.  P.  II,  146).— ce«  caiiezotis  blanc  de  neige,  goivns  without  sleeves  of  a  snowy 
tvhite.—ou  I' art  surpasse  la  matiere,  embroidered  with  an  art  of  far  more 
consequence  than  the  m.aterial.—cette  bague,  ou  glisse  aisement  cet  immense 
voile  de  blonde,  that  ring  through  which  glides  easily  that  immense  blond  vail.— 
The  German  baron's  speech  reads  in  French  as  follows  :  si  j'etais  un  Jour  de 
bataille  sar  ma  J  anient  grise,  Je  u'en-  descendrais  jyas  2>our  mon- 
ter  stir  ma  Jument  noire ;  et  si  J'etais  sur  ma.  j anient  noire,  je  n'eu 
descendrais  pas  jioar  monter  sur  tna  Jument  grise.— la  drole  d' ap- 
plication, the  queer  application. 

58.    Le  Cliieii  TroxiA^e,  p.  1S3.    Sue. 

Eugene  Sue  (1804-1857). 

D'un  pourjyre  fonce,  of  a  deep  purple.— quHl  soit ;  subj.  m.  after  dans  la 
crainte  que. —  va !  come  now! — qa  embaume,  it  sheds  a  peifume  about.— 
2>ommes  de  terre  ati  lard,  potatoes  and  bacon.— un  samedi,  on  a  Saturday, 
a. fast  day  with  C&fh^olics.-qu'on  fait  ces  trouvailles-la,  that  one  stumbles 
upon  such  godsends.— la  soiree  aux  aventures,  an  eventful  evening .— d' un 
bon  pas,  at  a  good  iiace.—jappement  doux  et  plaintif,  a  low  and  plaintive 
yelping.— il  faisait  encore  un  j^eu  Jour,  it  ivas  still  a  little  daylight.— qu' on 
puisse;  subj.  m.  in  a  relative  clause  fsee  Notes,  No.  26,  P.  l).—grosse  conime  le 
poing,  as  big  as  a  flst.—noir  et  feu,  of  a  black  and  flame  color.— des  soies  et 
des  oreilles  tratnantes,  with  silky  hair  and  long  ears  hanging  down  to  its  paws. 
tine  grosse  boaffette,  a  large  bow-knot.— Je  m'oriente,  I  consider  my  where- 
abouts.—x>orte  a  guichet,  wicket-gate.— mise,  p.  p.  of  mettre,  v.  a.  irr.,  dressed. 

50.    33atallle  de  I>anies,  p.  187.    Scribe  et  Legouve. 

Eugene  Scribe  (1791-1861),  auteur  d'un  tres-grand  nonibre  de  pieces  de  theatre. 

Ernest-Wilfrid  Legouve  (1807),  auteur  d'une  "Histoire  Morale  des  Femmes,'" 
etc.,  etc.,  etc. 

Queje  ne  reve.  .  .  auquel  Je  nem'expose:  _2>«s  is  omitted  in  a  rel.  clause 
limiting  a  negative  proposition.— Je  tiens  a  la  fois  de  ma  mere.  .  .  et  de 
mon  pere,  I  am  both  like  my  mother.  .  .  and  like  my  father.— aide  d  la  coni- 
tesse  a  soutenir :  aider,  v.  n.  (a),  to  help,  to  assist,  to  lend  a  helping  hand; 
aider,  v.  a.  (de),  to  help,  to  assist,  to  succor  (with) .—voild  done  que  nous, 
behold  us  now.—Dieu  me  garde  d'un  tel  soap^on!  may  God  keep  me  from 
such  a  susjncion.'—a  la  bonne  he  are!  well  and  good!  bravo!— il  croit,  from 


KOTES   OX    PART   SECOI^D.  243 

crottre,  tJ.  n.  irr.,  to  grow. — qu'il  choisisse.  .  .  qu'il  pronotice,  imp.  m., 
let  him,  choose.  .  .  let  him iwonounce. — allons  !  come!  well! — luttous,  imp.  m.  first 
pers.  pi.  for  first  pers.  sing.,  let  me  compete,  or  let  me  try. — servotis-7ious-eu, 
let  me  turn  it  to  good  account. 

GO.    IVos  Boils  'Villa-geois,  p.  195.    Sardou. 

Victorien  Sardou  (1831). 

N'eussiez-vous  rien  fait:  plup.  subj.  for  cond.  past :  qnnnd  inenie  vous 
n'aurlez  rien  fait.—qu'il  nous  les  vende;  subj.  m.  after  a  settle  fin 
que.—vienne;  imp.  m.:  que  le  vent  de  I' ignorance  vienne,  let  now,  etc.— 
faites-voas  une  idee  de,  imagine,  or  fancy.— 2>eut  fleurir  a.  nion  adresse, 
may  cultivate  for  my  benefit.,  may  come  home  to  me.— chanson  de  sapeur, 
bacchanial  song. — fCit;  subj.  m.  after  je  ne  dis  pas  que. — il  est  du  cru,  he 
belongs  here,  he  was  brought  up  here. — ^2>ojt»*  faire  piece  a\i  tnedecin,  to  show 
his  malice  towards  the  doctor. — cine  hate,  a  very  ignm^ant  fellow. — fait  des  con- 
ferences, delivers  lectures. — fahrique,  vestry-board. — Tetillard  de  se  declarer 
persecute:  de  bef.  tlie  inf.  with  the  governing  word  understood  ;  either  comi- 
tnencer,  se  hater,  or  s'enipresser :  Tetillard  began  to  declare  hirnself  perse- 
cuted.—Floupin  d'insinuer,  Floupin  to  insinuate. — le  commerce  local  de 
vociferer,  the  tradesmen  of  the  place  to  vociferate.— et  un  hon  tiers  de  la  com- 
mune de  me  tnontrer  les  dents,  and  at  least  one-third  of  the  community  to 
show  me  their  teeth. 

61.    Xi'Ancien  Regime— l?ref"ace,  p.  198.    Taine. 
Hippolyte-Adolphe  Taine  (1828). 
II  y  en  avait  plusieurs  d  I'etude,  there  were  several  ■up  for  study. 


THE  VERB-MODES  AND  TENSES. 


A  Frcncli  verb  has  fit^e  modes  :  the  Indicative,  the  Conditional,  the  Imperative, 
the  Subjunctive,  and  the  Infinitive. 

Ten!?es  are  called  simple  when  they  are  expressed  by  the  verb  alone,  and  com- 
pound  when  they  are  foraud  with  the  aid  of  an  auxiliary  verb. 

The  Indicative  mode  h  is  eight  tenses  :  four  simple  and  four  compound. 

The  Conditional  mode  has  two  tenses  :  one  simple  and  one  compound. 

The  Imperative  mode  has  one  simple  tense. 

The  Subjunctive  mode  has  four  tenses  :  two  simple  and  two  compound. 

The  Infinitive  mode  has  two  tenses  :  one  simple  and  one  compound.  It  com- 
prises also  the  participles  present,  past  and  compound. 

The  following  table  contains  the  names  of  the  different  tenses.  Each  tense  has, 
for  convenience  sake,  a  letter  assigned  to  it ;  the  compound  tenses  have  the  same 
letter  as  the  simple  tenses,  to  which  they  respectively  correspond,  with  the  addition 
of  a  minute  mark  for  distinction.     (Simple  A,  compound  A.'.) 

Modes.  Simple  Tenses.  Compound  Tenses. 

Indicative   . . .     Present.    A  Past  Indefinite.    A^ 

Imperfect.     B  Pluperfect.     H' 

Past  Definite.     C  Past  Anterior.     C 

Future.    Z)  Future  Anterior.    D' 

Conditional    .     Present.    E  Past.    E' 

Imperative  . .  .     Present  and  Future.  F 

Subjunctive  . .     Present.     G  Past.     G^ 

Imperfect.    H  Pluperfect.    JBP 

Infinitive Present.    I  Past.    I' 

Present  Participle.  J"            Compound  Participle.   tT' 
Past  Participle.    K 

Tenses  are  primitive  or  derivative.  The  primitive  or  principal  parts  of  a  verb 
are:  1.  the  Infinitive;  2.  the  Present  Participle ;  3.  the  Past  Participle  ;  4.  the 
first  person  singular  of  the  Indicative  Present ;  and  5.  the  first  person  singular 
of  the  Past  Definite.    From  these  parts  the  others  are  derived. 

Indicative  Present.— From  the  first  person  singular,  the  second  and  third  sin- 
gular.   The  three  persons  plural  from  the  present  participle. 

hnperfect. — From  the  present  participle. 

Past  Definite.— From  the  first  person  singular. 

Future. — From  the  infinitive. 

Conditional  Present.— From  the  infinitive. 

Imperative. — From  the  first  person  singular  of  the  indicative. 

Subjunctive  Present. — From  the  present  participle. 

Imperfect.— Fvowi  the  past  definite. 

The  compound  tenses  are  all  formed  of  the  past  participle  and  an  auxiliary 
verb  (avoir,  to  have;  or  etre,  to  be). 

Consult  the  paradigms  of  the  four  regular  conjugations. 

The  first,  ending  in  the  infinitive  in  er,  as  couper,  to  cut page  249 

The  second,  "  ir,   "  finir,  to  finish    "    'io'2 

The  third,  "  oir,   "   recevoir,  to  receive "    254 

The  fourth,  "  re,  "  vendre,  to  sell "    856 


—ft^^^m^ 


CONJUGATION  OF  VERBS. 


R.EG-ULAI^    AND     IRREG-ULAR. 


AVOIR — to  have.    (^Auxiliary  Verb.) 


INDICATIVE   MODE. 


Present.* 

JL 

Past  Indefinite.*    A.' 

J'ai, 

I  have. 

J'ai  eu, 

/  have  had. 

Tu  as. 

thou  hast. 

Tu  as  eu, 

thou  hast  had. 

H  a, 

he  has. 

11  a  eu, 

he  has  had. 

Nous  avons, 

we  ho,ve. 

Nous  avons  eu. 

we  have  had. 

Vous  avez, 

you  have. 

Vous  avez  eu, 

you  have  had. 

Us  ont, 

they  have. 

lis  ont  eu, 

they  have  had. 

Imperfect. 

B 

Pluperfect.    H' 

J'avais, 

I  had. 

J'avais  eu, 

I  had  had. 

Tu  avals, 

thou  hadst. 

Tu  avais  eu, 

tJiou  hadst  had. 

11  avait, 

he  had. 

11  avait  eu. 

he  had  had. 

Nous  avion 8, 

we  had. 

Nous  avions  eu, 

we  had  had. 

Vous  aviez, 

you  had. 

Vous  aviez  eu, 

you  had  had. 

lis  avaient, 

they  had. 

lis  avaient  eu. 

they  had  had. 

Past  Definite.    C 

Past  Anterior.     C 

J'eus, 

I  had. 

J'eus  eu. 

I  had  had. 

Tu  eus, 

thou  hadst. 

Tu  eus  eu, 

thou  hadst  had. 

11  eut, 

he  had. 

11  eut  eu, 

he  had  had. 

Nous  etimes, 

we  had. 

Nous  eumes  eu. 

we  had  had. 

Vous  eutes. 

you  had. 

Vous  elites  eu, 

you  had  had. 

lis  eurent, 

they  had. 

lis  eurent  eu. 

they  had  had. 

Future. 

D 

Future  Anterior.    D' 

J'aurai, 

I  shall  have. 

J'aurai  eu, 

I  shall  have  had. 

Tn  auras, 

thou  wilt  have. 

Tu  auras  eu, 

thou  xvilt  have  had. 

11  aura, 

he  loill  have. 

11  aura  eu. 

he  will  have  had. 

Nous  aurons, 

we  shall  have. 

Nous  aurons  eu, 

xve  shall  have  had. 

Vous  aurez, 

you  will  have. 

Vous  aurez  eu, 

you  will  have  had. 

lis  auront, 

they  will  have. 

Us  auront  eu, 

they  will  have  had. 

*  A  letter  is  assigned  to  each  tense  as  a  convenient  abbreviation  to  be  used  in 
correcting  exercises. 


246 


ANALYTICAL   FRENCH    READER. 


CONDITIONAL   MODE. 


Present.    E 


J'aurais, 
Tu  aurais, 
II  aurait, 
Nous  aurions, 
V^ous  auriez, 
lis  auraient, 


/  should  have. 

thou  ivouldst  have. 

he  would  have. 

we  shoidd  have. 

you  would  have. 

they  zvould  have. 


Tast.*    ly 


J'aurais  eu, 
Tu  aurais  eu, 
II  aurait  eu, 
Nous  aurions  eu, 
Vous  auriez  eu, 
lis  auraient  eu. 


I  should'] 


thou  woiddst  >* 

he  would  I  ^ 

we  should  i  >" 

you  would  ?. 

they  would} 


IMPERATIVE  MODE.    F 


Aie, 

Ayons. 

Ayez, 


have  (thou), 
let  us  have, 
have  (you). 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


Present.    G 


Que  j'aie,  thai  I  may  hafce. 

Que  tu  ales,  that  thou  inayst  have. 
Qu'il  ait,  that  he  viay  have. 

Que  nous  ayons,  that  we  may  have. 
Que  vous  ayez,  that  you  may  have. 
Qu'ils  aient,  that  they  may  have. 


Past.    G' 


Que  j'aie  eu,  that  I  may^ 

Que  tu  aies  eu,      that  thou  mayst  I 
Qu'il  ait  eu,  that  he  may  [ 

Que  nous  ayons  eu,  that  we  may 
Que  vous  ayez  eu,  that  you  may 
Qu"ils  aient  eu,         that  they  may] 


Imperfect.    S. 


Pluperfect.    H' 


Que  j'eusse, 
Que  tu  eusses, 
Qu"il  eut. 

Que  nous  eussions, 
Que  vous  eussiez, 
QuMls  eussent, 


that  1 

that  thou 

that  he 

that  ive 

that  yo}i 

that  they , 


Que  j'eusse  eu. 
Que  tu  eusses  eu, 
Q,u"i)  eut  eu. 
Que  nous  eussions  eu, 
Que  vous  eussiez  eu, 
Qu'ils  eussent  eu, 


that  71 
that  thou  I      i 
that  he  I  >'; 
that  xce 
that  you 
that  they. 


INFINITIVE  MODE. 


Present.    I 
Avoir,  to  have. 


Past.    J' 
Avoir  eu,  to  have  had. 


PARTICIPLES. 


Present.    J 

Ay  ant,  having. 


Past.    tF 
Ayant  eu,  having  had. 


Past  Passive.    K. 
Eu,  m. ;  eue,  /.,  had. 


*  Second  form  of  the  cond.  past :    j'eusse  eu,  tu  eusses  eu,  il  efit  eu,  nous 
eussions  eu,  vous  eussiez  eu,  ils  eussent  eu. 


conjugatio:n^  of  verbs. 


ETRE— to  be.    (Auxiliary  Verb.) 


INDICATIVE  MODE. 


247 


"t 


Present. 

^  ^ 

Past  Indefinite.    A/    ''' 

Je  suis, 

/  cmi. 

J'ai  ete, 

/  have  been. 

Tu  es, 

thou  art. 

Tu  as  ete, 

thou  hast  been. 

11  est, 

he  is. 

11  a  ete. 

he  has  been. 

Nous  sommes, 

we  are. 

Nous  avons  ete, 

we  have  been. 

Vous  etes, 

you  are. 

Vous  avez  ete, 

you  have  been. 

lis  sout, 

they  are. 

lis  ont  ete, 

tkey  have  been. 

Imperfect. 

B      -^ 

Pluperfect.    W 

J'etais, 

I  ivas. 

J' avals  ete, 

I  had  been. 

Tu  etais, 

thou  toast. 

Tu  avals  ete, 

thou  hadst  been. 

11  etait, 

he  ivas. 

11  avait  ete. 

he  had  been. 

Nous  etions, 

we  were. 

Nous  avions  ete. 

we  had  been. 

Vous  etiez, 

you  were. 

Vous  aviez  ete. 

you  had  been. 

lis  etaient, 

they  were. 

lis  avaient  ete, 

they  had  been. 

Past  Definite.     C 


Past  Anterior.     C 


Je  fus, 
Tu  fus, 
II  fut. 

Nous  fumes, 
Vous  fiites, 
lis  furent. 


I  was. 

tJiou  wast. 

he  loas. 

we  were. 

you  were. 

they  toere. 


J'eus  ete, 
Tu  eus  ete, 
II  eut  ete. 
Nous  eumes  ete, 
Vous  eutes  ete, 
lis  eurent  ete. 


1  had  been. 

thou  hadst  been. 

he  had  been. 

we  had  been. 

you  had  been. 

they  had  been. 


Future.    D 


Future  Anterior.    JD' 


Je  serai, 
Tu  seras, 
II  sera. 
Nous  serous, 
Vous  serez, 
lis  seront, 


I  shall  be. 

thou  wilt  be. 

he  will  be. 

we  shall  be. 

you  tvill  be. 

they  will  be. 


J'aurai  ete, 
Tu  auras  ete, 
II  aura  ete, 
Nous  aurons  ete, 
Vous  aurez  ete, 
lis  auront  ete. 


I  shall} 

thou  wilt  I  ^ 

7ie  ivill  \  S 

we  shall  [  §* 

you  will    § 

they  will} 


CONDITIONAL   MODE. 


Present.    E 


Je  serais, 
Tu  serais, 
n  serait, 
Nous  serious, 
Vous  seriez, 
lis  seralent. 


/  should  be. 

thou  icouldst  be. 

he  would  be. 

we  should  be. 

you  tvould  be. 

they  would  be. 


Past.*    E' 


J'aurais  ete, 
Tu  aurais  ete, 
II  auralt  ete, 
Nous  aurions  ete, 
Vous  auriez  ete, 
lis  auraient  ete. 


I  should} 
thou  wouldst 
he  would 
tm  should 
you  would    .=s 
they  icould] 


\ 


*  Second  form  of  the  cond.  past :  j'eusse  ete,  tu  eusses  ete,  il  eut  ete,  nous 
eussions  ete,  vous  eussiez  ete,  ils  eurent  ete. 


248 


ANALYTICAL   FRENCH    READER. 


IMPERATIVE  MODE.    F 


Sois, 

Soyons, 

Soyez, 


be  (thou), 
let  us  be. 
be  (you). 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


Present.    G 


Que  je  sois, 
Que  tu  sois, 
Qu'il  soit. 
Que  nous  soyons. 
Que  vous  soyez, 
Qu'ils  soient, 


that  I  mmj  be. 

that  thou  may-st  be. 

that  he  may  be. 

that  ive  may  be. 

that  you  may  be. 

that  they  may  be. 


Past.    G' 


that  I  may] 
that  thou  7nayst  \  >■ 


Que  j'aie  ete, 

Que  tu  aies  ete, 

Qu'il  ait  ete,  that  he  may  I  ^ 

Que  nous  ayons  ete,    that  we  may 

Que  vous  ayez  ete,    that  you  may 

Qu'ils  aient  ete,        that  they  may , 


Imperfect.     I£ 


Que  je  fusse, 
Que  tu  fu!?ses, 
Qa'il  fut. 

Que  nous  fussions, 
Que  vous  fussiez, 
Qu'ils  fusscnt. 


tJiat  71 

that  thou  I  § 

that  he  j  "-§] 

that  we  {  ^ 

that  you     ^ 

that  they] 


Pluperfect.    H' 

Que  j'eusse  ete,  that  I'\ 

Que  tu  eusses  ete,  that  thou 

Qu'il  eut  ete,  that  he 

Que  nous  eussions  ete,  that  we 
Que  vous  eussiez  ete,  that  you 
Qu'ils  eussent  ete,  that  they} 


1-5 


INFINITIVE  MODE. 
Present.    I  Past.    1' 

Etre,  to  be.  Avoir  ete,         to  have  been. 

PARTICIPLES. 
Present,    if  Past.    J' 

;fitant,  being.  Ayant  ete,        having  been. 

Past  Passive.    JK 
^t^,  been. 


^ 


COI^JUGATIOJSr    OF   VERBS. 


249 


KEGULAR  VERBS. 


~i 


First  Conjugation  in  ER— OOUPER,  to  cut.    (Model  Verb.) 


Couper,  to  cut.  Coupant,  cutting.  Coupe,  cut. 


\ 


Present. 


INDICATIVE  MODE. 

Past  Indefinite.    A.' 


Je  coup  e,* 

Tu   coup  es, 
II     coup  e, 

(coup  ant.)  * 

N.    coup  ons, 
V.    coup  ez, 
lis    coup  ent, 


/  cut. 

thou  cuttest. 

he  cuts. 

we  cut. 
you  cut. 
they  cut. 


\r 


Imperfect.    JB 


(coup  ant.) 

Je  coup  ais, 
Tu  coup  ais, 
II  coup  ait, 
N.  coup  ions, 
V.  coup  iez, 
lis  coup  aieut, 


/  was  cutting. 

thou  wast  cutting. 

he  was  cutting. 

we  were  cutting. 

you  ivere  cutting. 

they  were  cutting. 


J'ai  coupe, 
Tu  as  coupe, 
II  a  coupe, 

Nous  avons  coupe, 
Vous  avez  coupe. 
Us  out  coupe. 


/  have  cut. 

thou  hast  cut. 

he  has  cut. 

we  have  cut. 
you  have  cut. 
they  have  cut. 


Pluperfect.    B' 


J'avais  coupe, 
Tu  avals  coupe, 
U  avait  coupe. 
Nous  avions  coupe, 
Vous  avlez  coupe, 
Us  avalent  coupe, 


/  had  cut. 

thou  hadst  cut. 

lie  had  cut. 

2ve  had  cut. 

you  had  cut. 

they  had  cut. 


Past  Definite,     C 


Past  Anterior.    C 


iTe  coup  ai, 

Tu   coup  as, 
coup  a, 
coup  ames, 
coup  ates, 
coup  erent, 


II 

N. 
V. 
lis 


I  cut. 

thou  cuttedst. 

he  cut. 

we  cut. 

you  cut. 

they  cut. 


4 


Future. 
(coup  er.) 

Je   coup  erai, 
Tu  coup  eras, 
U     coup  era, 
N.   coup  erons, 
V.   coup  erez. 
Us  coup  eront. 


2> 


/  shall  cut. 

thou  wilt  cut. 

he  will  cut. 

we  shall  cut. 

you  ivill  cut. 

they  will  cut. 


J'eus  coupe, 
Tu  eus  coupe, 
U  eut  cuupe, 
Nous  eumes  coupe, 
Vous  eutes  coupe. 
Us  eurent  coupe. 


/  had  cut. 

thou  hadst  cut. 

he  had  cut. 

we  had  cut. 

you  had  cut. 

they  had  cut. 


Future  Anterior.    D' 


J'aurai  coupe, 
Tu  auras  coupe, 
U  aura  coupe, 
Nous  aurons  coupe, 
Vous  aarez  coupe, 
Us  auront  coupe, 


/  shall'] 

thou  ivilt  I  ?j« 

he  will  « 

we  shall  g 

you  will  I  ^ 

they  will) 


♦Throughout    he  four  model  verbs  of  the  regular  conjugations,  every  simple 
tense  lias  its  primitive  part  thus  marked  in  bold  type. 


250 


AKALYTICAL   FKEi^CH   READER. 


CONDITIONAL  MODE. 


Present 

E 

Past.* 

Ef 

(coup  er.) 

Je   coup  erais, 

I  should  cut. 

J'aurais  coupe, 

I  should ' 

Tu  coup  erais, 

thou  wouldst  cut. 

Tu  aurais  coupe, 

thou  wouldst 

> 

11     coup  erait, 

he  tvould  cut. 

11  aurait  coupe, 

he  ivould 

Ob 

N.    coup  erions, 

ive  should  cut. 

Nous  aurions  coupe, 

we  should 

i 

V.   coup  eriez, 

you  loould  cut. 

Vous  auriez  coupe. 

you  would 

.^ 

lis  coup  eraieut, 

they  would  cut. 

lis  auraient  coupe, 

they  would. 

IMPERATIVE  MODE.    F 


(je  coxij)  e.)         Coup  e, 
(coup  ant.)    Coup  ons, 
Coup  ez, 


Present.    G 
(coup  ant.) 

Que  je  coup  e,  that  I  may  cut. 

Q,ue  tu  coup  es,  that  thou  mayst  cut. 
Qu'il      coup  e,  that  he  may  cut. 

Que  11.  coup  ions,  that  we  may  cut. 
Que  V.  coup  iez,  that  you  m.ay  cut. 
Qu'ils    coup  eut,       that  they  may  cut. 


cut  (thou), 
let  us  cut. 

cut  (you). 

E  MODE. 

Past.     G^ 

Que  j'aie  coupe. 
Que  tu  aies  coupe, 
Qu'il  ait  coupe. 

that  r 

that  thou 

that  he 

Que  nous  ayoiis  coupe. 

that  we 

Que  vous  ayez  coupe, 
Qu'ils  aient  coupe, 

that  you 
that  they  _ 

2 

Imperfect.    H 


(je  coup  at.) 

Que  je  coup  asse, 
Que  tu  coup  asses, 
Qu'il      coup  at. 
Que  11.  coup  assions. 
Que  V.  coup  assiez, 
Qu'ils    coup  assent, 


that  I] 

that  thou  I  S 

that  he^% 

that  ice  I  ^ 

that  you  |  S. 

that  they  ] 


Pluperfect.    M' 

Que  j'eusse  coupe,  that  i^  § 

Que  tu  eusses  coupe,        that  thou  I  '"§, 
Qu'il  eut  coupe,  that  ^e  j^  ^ 

Que  nous  eussions  coupe,  that  we 
Que  vous  eussiez  coupe,  that  you 
Qu'ils  eussent  coupe,         that  they } 


INFINITIVE  MODE. 


Present.    I 
Coup  er,  to  cut. 


Past,    r 

^votr  coupe,     to  have  cut. 


PARTICIPLES. 


Present.    J 
Coup  ant,  cutting. 


Past.    J' 
Ayant  coupe,      having  cut. 


Past  Passive.    K 
Coup  e,  ?n.;  coup  ee,  /., 


cut. 


♦Second  form  of  the  cond.  past :  j'eusse  coupe,  tu  eusses  coupe,  il  (fit  coupe, 
nous  cussious  coupe,  vous  eussiez  coupe,  ils  eu^seut  coupe. 


COXJUGATIOX    OP   YEKJ3S.  251 


OETIIOGEAPHIO    IREEGULARITIES 
~In  the  First  CoNJUGATioisr. 


Some  classes  of  verbs  in  the  first  conjugation,  though  reguhirly  varied  through- 
out, undergo,  in  certain  persons  and  tenses,  slight  changes  to  make  their  orthog- 
raphy conformable  to  tlie  pronunciation. 

1.  In  verbs  ending  in  cer,  as  cotmnencrr,  to  commence,  the  letter  c,  to  retain 
the  sound  of  s,  takes  the  cedilla  before  a  and  o ;  as,  eotmnen^antf  nous  coin- 
tnetiqons. 

2.  In  verbs  ending  in  f/ci',  as  matujer,  to  eat,  an  e  is  inserted  after  g,  before  a 
and  o,  to  make  the  tj  retain  its  soft  sound  ;  as  tnangcant,  iious  niamjeous. 

3.  In  verbs  ending  in  fffv,  as  nettot/cr,  to  cledii,  the  y  is  chan'_'ed  into  I  before 
e  mute;  as,  Je  iiettoir,  tit  iiettoies,  il  iiettoie,  ils  in'ttoieut ;  but  nous 
nettoyons,  vous   nettoyez. 

Rem. — Verbs  having  an  a  before  the  ending  yer,  as  payer^  topai/,  may  either 
retain  the  y  before  e  mute  or  change  it  into  i:  Je  pftye,  or  Je  ^>rt<t'. 

4.  In  verbs  having  e  (acute)  or  e  (mute)  before  the  consonant  that  precedes  the 
ending  er,  as  esperef,  to  hope,  and  mener,  to  lead,  the  e  or  e  is  changed  into 
e  (grave)  before  a  mute  syllable  ;  as,  J'espere,  I  hope  ;  Je  meue,  Head,  etc. 

Rem. — From  this  rule  are  excepted  the  verbs  in  eijev,  as  proteyer,  to  protect, 
which  always  retain  the  e  (acute)  before  the  y ;  as,  Je  proteye,  I  protect,  etc. 
See  also  verbs  in  eler  and  eter,  No.  h. 

5.  Verbs  ending  in  eler,  as  nppelev,  to  call,  double  the  I;  and  those  in  eter, 
as  Jeter,  to  tit  row,  double  the  t  before  e  mute  ;  ^•i,J^ap2>eUe,  tu  (ii>peUes,  11 
appelle,  Us  appellent ;  aud,  Je  Jette,  tu  Jettes,  il  Jette,  ils  Jettent.  But 
lions  appelons,    vons  npjwlez ;    nous  Jetons,   cons  Jetez,  etc. 

Rem.— The  verbs  aelieter,  to  buy;  honrreler,  to  torment  ;  deceler,  to  disclose; 
yeler,  to  freeze  ;  hnrceler,  to  harass;  pelvr,  to  peel,  are  exceptions  to  this 
last  rule  •  they  come  under  Rule  Xo.  4. 


252 


Ai^ALYTICAL   FREKCH   KEADEK. 


Second  Conjugation  m  IR— FINIR,  to  finish.    (Model  Verb.  J 


Finir,  to  finish. 


Finissant,  finishing.  Fini,  finished. 


INDICATIVE  MODE. 
Present.    j£  Past  Indefinite.    A.^ 


Je  fin  is, 

I  finish. 

J'ai  fini, 

/  have  finished. 

Tu   finis, 

thou  flnishest. 

Tu  as  fini, 

thou  hast  finished. 

11      fin  it, 

he  finishes. 

II  a  fini, 

he  has  finished. 

(tin  issant.) 

N.     fin  issons, 

we  finish. 

Nous  avons  fini. 

we  have  finished. 

v.    fin  issez, 

you  finish. 

Voiis  avez  fini, 

you  have  finished. 

lis    fin  issent, 

they  fi7iish. 

Us  out  fini, 

they  have  finished. 

Imperfect.    JB 

Pluperfect.    B^ 

(fin  issant.) 

Je   fin  issais, 

I  was  finishing. 

J'avais  fini. 

I  had  finished. 

Tu  fin  issais. 

thou  ivast  finishing. 

Tu  avais  fini, 

thou  hadst  finished. 

11    fin  issait. 

he  was  finishing. 

U  avait  fini, 

he  had  finished. 

N.   fin  issions, 

we  were  finishing. 

Nous  avions  fini. 

■we  had  finished. 

V.  fin  issiez. 

you  wer"  finishing. 

Vous  aviez  fini. 

you  had  finished. 

Us  fin  issaient, 

they  were  finishing. 

Us  avaient  fini. 

they  had  finished. 

Past  Definite.     C 

Past  Anterior.     C 

tfe  fin  is. 

I  finished. 

J'eus  fini, 

I  had  finished. 

Tu    finis, 

thou  finishedst. 

Tu  eus  fini. 

thou  hadst  finished. 

U      fin  it. 

he  finished. 

U  eut  fini, 

he  had  finished. 

N.     fin  imes, 

'we  finished. 

Nous  t'umes  fini, 

■we  had  finished. 

V.    fin  ites. 

you  finished. 

Vous  eutes  fini, 

you  had  finished. 

Us    fin  irent, 

they  finished. 

Us  eurcnt  fiui, 

they  had  finished. 

FUTU 

RE.     D 

Future  Anterior.    J>' 

(fin  ir.) 

Je   fin  irai, 

I  shall  finish. 

J'aurai  fini, 

I  shall' 

Sx 

Tu  fin  iras, 

thou  wilt  finish. 

Tu  auras  fini. 

thou  ivilt 

1 

U     fin  ira, 

he  will  finish. 

U  aura  fini. 

he  will 

N.   fin  irons, 

we  shall  finish. 

Nous  aurons  fini. 

we  shall 

V.   fin  irez, 

you  will  finish. 

Vous  aurez  fini, 

%jou  trill 

Us  fin  iront, 

(hey  Hill  finish. 

Us  auront  fini, 

they  ivill , 

?< 

COl^JUGATIOJq^    OF   VERBS. 


253 


CONDITIONAL  MODE. 


Present.    E 


(fin  ir.) 

Je  fin  irais, 
Tu  fin  irais, 
II  fin  irait, 
N.  fin  irions, 
V.  fin  iriez, 
lis  fin  iraient, 


/  should'] 
thou  wouldd  I 


he  would    ? 


?* 


we  should 
you  would 
they  ivould) 


^1 


Past.*    :E' 


J'aurais  fini, 
Tu  aurais  fini, 
II  aiirait  fini, 
Nous  aurions  fini, 
Vous  auiiez  fini, 
lis  auraieut  fini. 


I  should']  ^ 

thou  ivouldst  I  S 

he  ivould  I  -^ 

we  should    s. 

you  would    ^ 

they  xvouldj  ^ 


IMPERATIVE  MODE.    F 


(je  fin  is.) 

(fin  issant.)  < 


Fin  is, 
Fin  issons, 
Fin  issez, 


finish  (thou), 
let  us  finish, 
finish  (y&u). 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


Present.    G 

Past.     G' 

(fin  issant 

■; 

Que  je  fin  isse, 

that  I  tnay' 

Que  j'aie  fini. 

that  I 

Que  tu  fin  isses. 

that  thou  mayst 

Que  tu  aies  fini, 

that  tlwu 

'^•i 

Qu'il      fin  isse. 

that  he  may 

'^ 

Qu'il  iiit  fini, 

that  he 

|.^ 

Que  n.  fin  issions. 

that  we  may 

>■ 

Que  nous  ayons  fini, 

that  we 

Que  V.  fin  issiez. 

that  you  may 

Que  vous  ayez  lini, 

that  7J0U 

Qu'ils    fin  issent, 

that  they  may  _ 

Qu"ils  aient  fini, 

that  they  _ 

Imperfect.    H 

Pluperfect 

M' 

(je  fin  is.) 

Que  je  fin  isse, 

that  r 

^ 

Que  j'eusse  fini, 

that  r 

Que  tu  fin  isses, 

that  thou 

iC>' 

Que  tu  eusses  fini, 

that  tlwu 

'5*1- 

Qu'il      fin  it. 

that  he 

$. 

Quil  eut  fini, 

that  he 

?.■§. 

Que  n.  fill  issions. 

that  we 

'■gs 

Que  nous  eussions  fini 

that  we 

Que  V.  fin  issiez, 

that  you 

?■ 

Que  vous  eussiez  fini. 

that  you 

a,a 

Qu'ils    fin  issent, 

that  they  _ 

Qu'ils  eussent  fini, 

that  they , 

INFINITIVE  MODE. 
Present.    I  Past.    I' 

Fin  ir,  to  finish.  A.voir  fini,  to  have  finished. 


PARTICIPLES. 


Present.    «7 
Fin  issant,  finishinn. 


Past.    eJ' 
Ayant  fini,     having  finished. 


Past  Passive.    -K 
Fin  i,  finished. 


♦Second  form  of  the  cond.  past:  j'eusse  fini,  tu  eusses  fini,  il  elit  fini,  nou^ 
eussions  fini.  vous  eussiez  fiui,  ils  eussent  fini. 


254 


ANALYTICAL   FREI^CH    READER. 


Third  Conjugation  in  OIR*— REOEVOIR,  to  receive. 


Meeevoir,  to  receive. 


Mecevatit,  receiving. 


Regu,  received. 


Present.    A 


Je  re^  ois, 

Tu   re9  ois, 
II     re9  oit, 

(rec  ev  nut. J 
N.    rec  ev  ons, 
V.    rec  ev  ez. 
lis    re^  otveiit,t 


INDICATIVE  MODE. 

Past  Indefinite.    A.' 


I  receive. 

tlwu  receivest. 

he  receives. 

we  7'eceive. 
you  receive. 
they  receive. 


J'ai  1-6911, 
Tu  as  re9U, 
II  a  re9U, 

Nous  avons  16911, 
Vous  avez  re9u, 
lis  ont  re9ii, 


/  have  received. 

thou  hast  received. 

he  has  received. 

tve  have  received, 
you  have  received. 
they  have  received. 


Imperfect.  U 


Pluperfect.  M' 


(rec  ev  ant.) 

Je  rec  ev  ais, 

Tu  rec  ev  ais, 

11  rec  ev  ait, 

N.  rec  ev  ions, 

v.  rec  ev  iez, 

lis  rec  ev  aieiit, 


/  ivas  receiving. 

thou  wast  r'eceiciiig. 

he  tvas  receiving. 

we  ivere  receiving. 

you  ivere  receiving. 

they  ivere  receiving. 


J'avais  re9u, 
Tu  avais  vv(}n, 
11  avait  re9u, 
Nous  avions  rc9U, 
Vous  aviez  re9U, 
lis  avaieut  re9U, 


I  heed  received. 

thou  hadst  received. 

he  had  received. 

we  had  received. 

you  had  received. 

they  had  received. 


Past  Definite.     C 


Past  Anterior.     C 


«Je  re^  us, 

Tu   rc9  us, 
II     re9  ut, 
N.    re9  umes, 
V.    re9  utes, 
lis   re9  urent, 


/  received. 

thau  receivedst. 

he  received. 

we  received. 

you  received. 

they  received. 


J'eus  re9U, 
Tu  eus  re9n, 
II  cut  re9u. 
Nous  eumes  re9u, 
Vous  eutes  re9u, 
lis  eui'ent  ru9n. 


/  had  received. 

thou  hadst  received. 

he  had  received. 

we  had  received. 

you  had  received. 

they  had  received. 


Future.    X> 


Future  Anterior.    JD' 


(rec  ev  oir.) 

Je  rec  ev  rai, 

Tu  rec  ev  ras, 

II  rec  ev  ra, 

N.  rec  ev  rons, 

V.  rec  ev  rez, 

lis  rec  ev  ront, 


/  shall  receive, 
thou  tvilt  receive. 

he  ivill  receive, 
we  shall  receive. 
you  will  receive, 
they  will  receive. 


J'aurai  recu, 
Tu  auras  rc9U, 
II  aura  r69u. 
Nous  aurons  re9n, 
Vous  aurez  re9ii, 
lis  auront  re9u, 


1  shccll  have'] 
thou  ivilt  have 

he  will  have  [ 
tve  shall  have 
you  will  have 
they  will  have. 


*  Verbs  in  o/r— about  thirty  in  number— are  all  more  or  less  irregular.  Six  only, 
ending  in  evoir,  follow  recevoir  in  all  the  tenses  (see  Note  ou  next  page).  The 
others  will  be  found  in  the  list  of  irregular  verbs. 

tHere,  as  in  the  iires.  snbj.,  oi  tukes  the  place  of  e,  for  euphony.  Observe 
ftlso  5  (cedilla)  before  o  and  **. 


cokjugatio:n^  of  verbs. 


255 


CONDITIONAL    MODE. 


Present 
(rec  ev  oir.) 

Je  rec  ev  rais, 
Ta  rec  ev  rais, 
II  rec  ev  rait, 
N.  rec  ev  rions, 
V.  rec  ev  riez, 
lis   rec  ev  raient, 


JE 


I  should  receive. 

thou  wouldd  receive. 

he  would  receive. 

ive  should  receive. 

you  would  receive. 

they  would  receive. 


Past.*    17 


J'aurais  re9u, 
Til  aurais  re(;u, 
II  aurait  re^u, 
Nous  aurions  re9u, 
Voiis  auriez  re9u, 
lis  auraient  re^u, 


I  should^  > 

thou  wouldst  I  i 

lie  tvould    ^ 

we  should    g 

you  would 

they  would  ^ 


a, 


IMPERATIVE  MODE.    F 

(je  re<^  ois.)      Re^  ois,  receive  (thou). 

,  \  Rec  ev  ons,  let  us  receive. 
(rec  ev  ant.)  i 


Rec  ev  ez, 


receive  (you). 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


Present. 

G 

(rec  ev  ant.) 

Que  je  re9  oive, 

that  r 

^ 

Que  tu  rec  oives, 

that  thou 

^ 

a 

Qu'il      re9  oJve, 

that  he 

Que  11.  rec  ev  ions. 

that  we 

Que  V.  rec  ev  iez, 

that  you 

2. 

Qulls    re9  oiveut, 

that  they  _ 

Past.     G^ 


Que  j'aie  re9u, 
Que  tu  aies  re9u, 
Qu'il  ait  1-6911, 
Que  nous  ayons  re9u, 
Que  vous  ayez  1x911, 
Qii'ils  aient  re9u. 


that  r\ 
that  thon  I  -.5  § 
that  he  I  i<§ 
that  we 
that  you 
that  they] 


Imperfect.    JI 


Pluperfect.     H' 


(je  req  us.) 
Que  je  re9  usse, 
Que  tu  re9  usses, 
Qu"il      re9  ut, 
Que  n.  re9  ussions. 
Que  V.  re9  ussiez, 
Quils    re9  ussent, 


that  /I 
that  thou 
that  he  j 
that  we 
that  you 
that  they  ] 


Que  j'eusse  re9u, 
Que  tu  eusses  re9u, 
Qu'il  eiit  re9u. 


that  1\ 
that  thou 


1  ^  "^ 
that  he\  ^■^ 

Que  nous  eussions  re9u,  that  we  \  §  >. 

Que  vous  eussiez  re9U,   that  you     ^^i 

Qu'ils  eussent  re9u,        that  they) 


Present. 
Mec  ev  oir, 

Present. 
Jtec  ev  ant, 


INFINITIVE  MODE 

to  receive.   "" 


Past.    F 
A.voir  re9U,     to  have  received. 


PARTICIPLES. 
T  Past.    tT' 

receiving.  Ayant  re9u,       having  received. 

Past  Passht;.    K 
Beg  u,  m.;  reg  iie,  /.,    received. 

Note.— Like  i-ecevoi?',  conjugate  npercevoir,  to  perceive  ;  concevoir,  to  con- 
ceive;  decevoir,  to  deceive ;  devoir  (p.  p.,  du,  due),  to  owe  ;  liercevolr,  to  col- 
lect (rents  or  taxes);  redevoir  (p.  p.,  redu,  redue),  to  owe  again. 


*  Secoud  form  of  the  cond.  past :  j'eusse  re9u,  tu  ewsses  re9u,  il  <  ut  re9u,  etc. 


256 


ANALYTICAL  FRENCH  READER. 


Fourth  Conjugation  in  RE— VENDRE,  to  sell.   (Model  Verb.) 


Vendre,  to  sell. 


Vendant,  selling. 


Vendu,  sold. 


INDICATIVE   MODE. 
Present.    ^  Past  Indefinite.    -4.' 


tTe  vend  s, 

/  sell. 

J'ai  vendu, 

/  have  sold. 

Tu    vend  s, 

thou  sellest. 

Tu  as  vendu, 

thou  hast  sold. 

11      vend,             ^ 

he  sells. 

11  a  vendu. 

he  has  sold. 

(vend  ant.) 

N.    vend  ons, 

we  sell. 

Nous  avons  vendu, 

we  have  sold. 

V.    vend  ez, 

you  sell. 

Vous  avez  vendu. 

you  have  sold. 

lis    vend  ent, 

they  sell. 

lis  ont  vendu. 

they  have  sold. 

Imperfect.    -B 

Pluperfect.    B' 

(vend  ant.) 

Je  vend  ais, 

I  ivas  selling. 

J'avais  vendu, 

I  had  sold. 

Tu  vend  ais, 

thou  wast  selling. 

Tu  avais  vendu. 

thou  hadst  sold. 

11    vend  ait, 

he  was  selling. 

11  avait  vendu, 

he  had  sold. 

N.  vend  ions, 

we  were  selling. 

Nous  avions  vendu. 

we  had  sold. 

V.   vend  iez, 

you  ivere  selling. 

Vous  aviez  vendu, 

you  had  sold. 

lis  vend  aieut. 

they  were  selling. 

lis  avaicnt  vendu, 

they  had  sold. 

Past  Definite.    C 


Past  Anterior.    C 


tTe  vend  is, 

/  sold. 

Tu   vend  is. 

thou  soldest. 

11      vend  it, 

he  sold. 

N.     vend  imes. 

tve  sold. 

V.     vend  ites. 

you  sold. 

lis    vend  irent, 

they  sold. 

Future. 

D 

(vend  re.) 

Je  vend  rai, 

I  shall  sell. 

Tu  vend  ras. 

thou  wilt  sell. 

11    vend  ra, 

he  fvill  sell. 

N.   vend  rons, 

we  shall  sell. 

V.    vend  rez. 

you  will  ,^ell. 

Us  vend  ront, 

they  will  sell. 

J'eus  vendu, 
Tu  eus  vendu, 
II  eut  vendu, 
Nous  eiimes  vendu, 
Vous  eutes  vendu, 
lis  eurent  vendu, 


I  had  sold. 

thou  hadst  sold. 

he  had  sold. 

we  had  sold. 

you  had  sold. 

they  had  sold. 


Future  Anterior.    D' 


J'aurai  vendu, 
Tu  auras  vendu, 
11  aura  vendu, 
Nous  aurons  vendu, 
Vous  aiirez  vendu, 
lis  aurout  vendu, 


I  shall ) 
thou  ivilt  I 

he  will ! 
^ve  shall  i 
you  will  I 
they  will} 


COXJUGATIOX    OF    VERBS. 


257 


CONDITIONAL  MODE. 


Present 
(vend  re.) 
Je  vend  rais, 
Tu  vend  rais, 
II  vend  rait, 
N.  vend  rions, 
V.  vend  riez, 
lis  vend  raieut, 


E 


I  should  sell. 

thou  wouldst  sell. 

he  would  sell. 

we  should  sell. 

you  would  sell. 


Past.*    E' 


J'aurais  vendu, 
Tu  aurais  vendu, 
II  aurait  vendu, 
Nous  aurions  vendu, 
Vous  auriez  vendu, 


/  should  ^ 

thou  xcouUM  I  > 

he  ivould  \  'g 

we  should  {  § 

you  would    .S 


they  would  sell.       lis  auraient  vendu,         they  would ^ 


IMPERATIVE   MODE.    jF 


(je  vend  s.)         Vend  s, 


sell  (thou), 
let  us  sell, 
sell  (you). 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


Present 
(vend  ant.) 

Que  je  vend  e, 
Que  tu  vend  es, 
Qu'il      vend  e, 
Que  n.  vend  ions 
Que  V.  vend  iez, 
Qu'ils    vend  ent, 


G 


that  I  may  sell. 

that  thou  mayst  sell. 

that  he  may  sell. 

that  toe  may  sell. 

that  you  may  sell. 

that  they  may  sell. 


Past.     G' 


Que  j'aie  vendu,  that  F] 

Que  tu  aies  vendu,  that  thou  I 

Qu'il  ait  vendu,  that  he  \ 

Que  nous  ayons  vendu,  that  we  { 

Que  vous  ayez  vendu,  that  you 

Quils  aient  vendu,  that  they ] 


Imperfect.    II 


(vend  re.) 
Que  je  vend  isse, 
Que  tu  vend  isses, 
Qu'il      vend  it, 
Que  n.  vend  issions, 
Que  v.  vend  issiez, 
Qu'ils    vend  isscnt, 


that  r\ 

that  thou  I  S 

that  he  \ '%, 

that  we  s']^ 

that  you    p: 

that  they] 


Pluperfect.  H' 

Que  j'eusse  vendu,  that  1\ 

Que  tu  eusses  vendu,  that  thou  I  |. 
Qu"il  eut  vendu,  that  he\  %% 

Que  n.  eussioiis  vendu,  that  we  ?i.>. 
Que  V.  eussiez  vendu,  that  you  % 
Qu'ils  eussent  vendu,     that  they] 


INFINITIVE  MODE. 
Present.    I  Past.    I' 


Tend  re, 


to  sell.  Avoir  vendu,     to  have  sold, 

PARTICIPLES. 


Present,    «7 
Vend  ant,  selling. 


Past.    J' 
Ayant  vendu,      having  sold. 


Past  Passive.    K 
Vend  u,  sold. 


*  Second  form  of  the  cond.  pa«t :  j'eusse  vendu.  tu  eusses  vendu,  il  eiit  vendu, 
nous  eussions  vendu,  vous  eussiez  vendu,  ils  eussent  vendu. 


258 


ANALYTICAL  FREXCH  KEADER. 


CONJUGATION    OF    PASSIVE    VERBS. 


The  passive  verb  is  formed  bj^  joining  tlie  past  participle  of  the  active  verb 
to  the  various  forms'of  the  auxiliary  verb  etre,  to  be ;  as  aimer,  to  love:  etre 
ainie,  to  be  loved. 

The  past  participle  agrees,  in  gender  and  number,  with  the  subject  of  the  verb. 


ETRE   AIME— to  be  loved.     f^Iodel  VerbJ 


INDICATIVE    MODE. 


Pbesent. 

^ 

Past  Indefinite.    ^1' 

Je  suis 
Til  es 

)     aime 

>-        0)' 

■-> 

J'ai  ete 
Tu  as  ete 

)     aime 
>•      or 

s2 

11  or  elle  est 
Nous  sommes 

)   aimee, 
)    amies 

11  or  elle  a  ete 
Nous  avons  ete 

)  aimee, 

1    amies 
V      or 

Vous  etes 

[      or 

?5i 

Vous  avez  ete 

lis  or  elles  sont 

)  amiees, . 

lis  or  elles  ont  ete 

)  aimees,  . 

Impekfect. 

B 

Pluperfect 

.     B' 

J'etais 

)     aime 

J'avais  ete 

)     aime 

Tu  etais 

t      or 

Tu  avals  ete 

V      or 

11  or  elle  etait 
Nous  etious 

)   aimee, 
)    aimes 

11  or  elle  avait  ete 
Nous  avions  ete 

)   aimee, 
)    aimes 

Vous  etiez 

V      or 

^s- 

Vous  aviez  ete 

>•      or 

(S      <^ 

lis  or  elles  etaient 

)  aimees,  , 

■^ 

lis  or  elles  avaient  ete 

)  aimees,  _, 

Past  Definite.     C 


Past  Anteeior.     C^ 


Je  fus 

)     aime 

Tu  fus 

f      ^^, 

11  or  elle  fut 

)  aimee, 

Nous  fumes 

)    aimes 

Vous  futes 

[   .  or 
)  amiees,  , 

lis  or  elles  furent 

Future. 

D 

Je  serai 

)     aime    ^ 

Tu  seras 

[        O)' 

11  or  elle  sera 

)  aimee, 

Nous  serons 

)    aimes 

Vous  serez 

\      or 

lis  or  files  seront 

)  aimees,  . 

f. 


aime 

or 
aimee. 


J'eus  ete 

Tu  ens  ete 

II  or  elle  eut  ete 

Nous  eiinies  ete 

Vous  eutes  ete 

lis  or  elles  eurent  ete    '  aimees, 


aimes 
or 


Future  Anterior.    JD' 


J'aurai  ete 

)     aime 

Tu  auras  ete 

[    .or. 

11  or  die  aura  ete 

)  aimee. 

Nous  aurons  ete 

)    aimes 

Vous  aurez  ete 

V      or 

lis  or  elles  aurout 

ete 

)  aimees, 

COKJUGATION"   OF   VERBS. 


259 


CONDITIONAL    MODE. 


Present. 

JE 

Past.*    J^' 

Je  serais 

)    aime 

J'aurais  ete                      \ 

Tu  serais 

>•      or 

^^ 

Tu  aurais  ete                  I 

11  or  elle  serait 

)  aimee, 

5  o 

11  or  elle  aurait  ete        ' 

Nous  serious 

)    aimes 

Nous  aurions  ete             \ 

Vous  seriez 

[  .  or 

^^ 

Yous  auriez  ete               V 
Ils  or  elles  auraient  ete  ' 

lis  or  elles  seraient 

)  amiees,  J 

aime 

or^ 

aimee, 


1  ^^ 


amies 
or       I 
aimees,  J 


IMPERATIVE    MODE.    F 


Sois  aime  or  aimee, 

Soyons 

Soyez 


■aimes  or  aimee 


'•\ 


be  fthouj  loved, 
let  tis  be  loved, 
be  (you)  loved. 


SUBJUNCTIVE    MODE. 
Pbesent.    G  Past.    G' 

Que  j'aie  ete 
Que  tu  aies  ete 
Qu'il  or  elle  ait  ete 
Que  Hous  ayons  ete 
Que  vous  ayez  ete 


Que  je  sois 
Que  tu  sois 
Qu"il  or  elle  soit 

1     aime 
y     or 
)   aimee, 

Que  nous  soyons 

j    aimes 

^l^s 

Que  vous  soyez 
Qu'ils  or  elles  soient 

\   .  or 
)  aimees,  J 

aime 

or 
aimee, 

aimes 


-  ss  "N 


Qu"ils  or  elles  aient  ete  '  aimees,  J 


Imperfect.    II 


Pluperfect.    S' 


Que  je  fusse 
Que  tu  fusses 
Qu'il  or  elle  fiit 
Q,ue  nous  fussions 
Que  \ous  fussipz 
Qu'ils  or  elles  fussent 


aime 
aimee, 

1    aimes 

r  .  or 
)  aimees,  J 


f. 


Que  j'eusse  ete 

Que  tu  eusses  ete 

Qu"ii  or  elle  eiit  ete 

Que  nous  eussions  ete 

Que  vous  eussiez  ete 

Quilsorelleseussentete  ^  aimees  J  |.^ 


aime 

or 
aimee, 

aimes 
or 


£tre 


aime  or  aimee, 
aimes  or  aimees 


INFINITIVE   MODE. 


Present.    I 


Past,    r 


A 


to  be  loved. 


Avoir  ete  aime  or  aimee,     j  to  have  been 
aimes  or  aimees,  f      loDed. 


PARTICIPLES. 


Present.    J" 
Etant  aime  or  aimee 


Past.    J^ 


1  Ayant  ete  aime  or  aimee,    i     having 

aimes  or  aimees,  j    ^  '  aimes  or  aimees,  (  been  loved 


Past  Passive.    K 
lEte  aime  or  aimee,  aimes  or  aimees,  been  loved. 


*  Second  form  of  the  cond.  past :  j'eusse  ete  aime,  tu  eusses  ete  aime,  il  eiit  ete 
aime,  nous  eussions  ete  aimes.  vous  eussiez  ete  aimes,  ils  eussent  etc  uim^s. 


260 


AlfALYTICAL  FKEl^CH   READER. 


CONJUGATION  OF  A  NEUTER  VERB  WITH  I^TRE. 


Certain  neuter  verbs  are  conjugated  in  the  compound  tenses  with  the  auxiliary 
verb  etre,  to  be ;  their  past  participle  agrees  with  the  subject  of  the  verb.  The 
verb  arriver,  to  arrive,  is  given  as  the  model  verb  of  this  class. 


ARRIVER— to  arrive.    (Model  Verb.) 


INDICATIVE  MODE. 


Present, 

JL 

Past  Indepinii 

rE.    A.^ 

J' arrive, 

I  atrive. 

Je  suis                         1 

arrive 

j^ 

Tu  arrives, 

thou  arrivest. 

Tu  es                             [• 

or 

11  arrive, 

he  arrives. 

11  or  elle  est                ' 

arrivee, 

Nous  arrivons, 

we  arrive. 

Nous  sommes               \ 

arrives 

'^i 

Vous  arrivez. 

you  arrive. 

Vous  etes                     >- 

or 

lis  arrrivent. 

they  arrive. 

lis  or  elles  sont           ' 

arrivees, 

Imperfect. 

B 

Pluperfect 

.    B' 

J' arrivals. 

/  was  arriving. 

J'etais                          \ 

arrive 

J^ 

Tu  arrivals. 

thou  wast  arriving. 

Tu  etais                        V 

or 

3 

11  arrivait, 

hi 

was  arriving. 

11  or  elle  etait              ' 

arrivee, 

a- 

Nous  arrivions, 

ive 

were  arriving. 

Nous  etions                   \ 

arrives 

Vous  arriviez, 

you 

tvere  arriving. 

Vous  etiez                     >• 

or 

C5> 

lis  arrivaient. 

they 

were  anTving. 

lis  or  elles  etaient      ' 

arrivees. 

Past  Definite.    C 


Past  Anterior.    C 


J'arrivai, 

/  arrived. 

Je  fus 

)     arrive 

Q 

Tu  arrivas. 

thou  arrivedst. 

Tu  fus 

>-        or 

:|^ 

11  arriva, 

he  arrived. 

11  or  elle  fut 

)    arrivee. 

Nous  arrivames. 

ive  a7'rived. 

Nous  fflmes 

1     arrives 

Vous  arrivates, 

you  arrived. 

Vous  futes 

V        0?' 

lis  arriverent. 

they  arrived. 

lis  or  elles  furent 

)  arrivees. 

• 

Future.  D 


Future  Anterior.  Z)' 


J'arriverai, 

/  shall  arrive. 

Je  serai 

)     arrive 

Tu  arriveras. 

thou  wilt  arrive. 

Tu  seras 

V        or 

11  arrivera. 

he  will  arrive. 

11  or  elle  sera 

)    arrivee. 

Nous  arriverons, 

we  shall  arrive. 

Nous  serons 

1     arrives 

Vous  arriverez, 

you  will  arrive. 

Vous  serez 

V        or 

lis  arriveront, 

they  will  arrive. 

lis  or  elles  seront 

S  arrivees,  , 

-  > 
S  a 


CONJUGATION   OP   VERBS. 


261 


CONDITIONAL  MODE. 


Present 

E 

Past.* 

JE^ 

J'arriverais, 
Tu  arriveiais, 

I  should' 

thorn  wouldst 

Je  serais 
Tu  serais 

]     arrive     " 

|-        or 

2  2= 

11  arrive  rait, 

he  would 

11  oj'  elie  serait 

)    arrivee, 

Nous  arriverions, 
Vous  arriveriez, 

ive  should 
you  would 

Nous  serious 
Vous  seriez 

)     arrives 
V        or 

a,  a 

lis  arriveraient, 

they  would  ^ 

lis  or  elles  seraient 

)  arrivees, 

IMPERATIVE  MODE.    jF 


Arrive, 

Arrivons, 

Arrivez, 


arrive  (thou), 
let  us  arrive, 
arrive  (you J. 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


Present.    G 

Que  j"arrive, 
Que  tu  arrives, 
Quil  arrive, 
Que  nous  arrivions, 
Que  vous  arriviez, 
Qu'ils  arrivent, 

Imperfect. 

Que  j"arrivasse. 
Que  tu  arrivasses, 
Qu'il  arrivat, 
Que  nous  arrivassions, 
Que  vous  arrivassiez, 
Qu"ils  arrivassent, 


' 

Past.    G' 

that  r 

Que  je  sois                  j 

arrive 

that  thou 

a 

Que  tu  sois                   v 

or 

that  he 

^ 

Qu"il  or  elle  soit         ) 

arrivee. 

«s  a 

that  we 

•a 

Que  nous  soyons         j 

arrives 

that  you 

§' 
«> 

Que  vous  soyez            l 

or 

2  » 

that  they  _ 

Quils  or  elles  soient ' 

arrivees. 

.«- 

T 

Plxtperfect 

S' 

that  T 

§ 

Que  je  fusse                \ 

arrive 

i'si 

that  thou 

^5 

Que  tu  fusses               >- 

or 

that  he 

Qu'il  or  elle  fut           ' 

arrivee. 

.  a  ^ 

that  we 

Que  nous  fussions       \ 

arrives 

that  you 

Que  vous  fussicz         V 

or 

i't 

that  they  _ 

?" 

Qu"ils  or  elles  fussent ' 

arrivees,  , 

a,?;. 

INFINITIVE  MODE. 


Present.  I 

Arriver,  to  arrive. 

Present.  J" 

Arrivant,  arriving. 


Past.    I' 


Etre  arrive  or  arrivee,      i  to  have 
arrives  or  arrivees,  j  arrived. 


PARTICIPLES. 


Past.    J' 


Etant  arrive  or  arrivee,     (  having 
arrives  or  arrivees,  'i  arnved. 


Past.    K 
Arrive  or  arrivee,  arrives  w  arrivees,  arrived. 


*  Second  form  of  the  cond.  past :  je  fusse  anive,  tu  fusses  arrive,  il  fut  arrive, 
nous  fussions  arrives,  vous  fussiez  arrives,  ils  furent  arrives. 


262 


AJ^ALYTICAL   FRENCH    READER. 


CONJUGATION  OF  A  PKONOMINAL  VEEB. 


Pronominal  verbs  are  conjugated  with  two  pronouns  of  the  same  person,  the  one 
is  the  subject,  the  other  the  direct,  or  indirect,  object  of  the  verb. 

In  tlie  compound  tenses  of  pronominal  verbs  the  auxiliary  verb  etre  is  used  for 
the  auxiliary  verb  avoir.  The  past  participle  is  subject  to  the  same  rule  of  agree- 
ment as  the  past  participle  of  transitive  verbs;  that  is,  it  agrees  with  its  direct 
object,  when  the  direct  object  precedes  the  participle. 


SB   COUPER— to  cut  one's  self.    (Model  Verb.) 


Je  me  coupe, 
Tu  te  coupes, 
II  se  coupe. 
Nous  nous  coupons, 
Vous  vous  coupez, 
lis  se  coupent. 


INDICATIVE    MODE. 
Present.    A.  Past  Indefinite.    A.' 

I  cut  myself^  etc.       Je  me  suis  coupe,     /  have  cut  imjself, 
Tu  t'es  coupe,  \etc. 

II  s"est  coupe, 
Nous  nous  sommes  coupes, 
Vous  vous  etes  coupes, 
lis  se  sont  coupes. 


Imperfect.    ^ 


Je  me  coupais, 
Tu  te  coupais, 
II  se  coupait, 
Nous  nous  coupions 
Vous  vous  coupiez, 
lis  se  coupaient. 


/  was  cutting  myself, 
[etc. 


Pluperfect.  B' 


Je  m'etais  coupe, 

Tu  t'etais  coupe, 

II  s'etait  coupe. 

Nous  nous  etions  coupes, 

Vous  vous  etiez  coupes, 

Ds  s'etaieut  coupes. 


/  had  cut  myself, 
[etc. 


Past  Definite.     C 


Je  me  coupai, 

Tu  te  coupas, 

II  se  coupa. 

Nous  nous  coupSmes, 

Vous  vous  coupates, 

lis  se  couperent. 


I  cut  myself,  etc. 


-'  Past  Anterior.     C 


Je  me  fus  coupe, 

Tu  te  fus  coupe, 

II  se  fut  coupe, 

Nous  nous  fumes  coupes, 

Vous  vous  fiites  coupes, 

lis  se  furent  coupes. 


/  had  cut  myself, 
[etc. 


Future.    Z> 


Je  me  couperai, 
Tu  te  couperas, 
II  se  coupi'ra. 
Nous  nous  couperon«, 
Vous  vous  couperez, ' 
lis  se  conperont, 


/  shall  cut  myself, 
[etc. 


Future  Anterior.    D' 


Je  me  serai  coupe 

Tu  te  seras  coupe, 

II  se  sera  coupe, 

Nous  nous  serous  coupes 

Vous  vous  serez  coupes, 

lis  se  seront  coupes. 


I  shall  hare  cut 
[myself,  etc. 


CONJUGATION    OF   VERBS. 


2G3 


CONDITIONAL    MODE. 


Present.    E 


Je  me  couperais,    /  should  cut  myself, 

Tu  te  couperais,  [etc. 

II  se  couperait, 

Nous  nous  couperions, 

Vous  vous  couperiez, 

lis  se  couperaieut. 


Past.*     E' 


Je  me  serais  coupe,    /  should  have  cut 

Tu  te  serais  coupe,  \_myself,  etc. 

II  se  serait  coupe. 

Nous  nous  serious  coupes, 

Vous  vous  seriez  coupes, 

Us  se  seraient  coupes. 


IMPERATIVE    MODE.    F 


Coupe-toi, 

Coupons-nous, 

Coupez-vous, 


cut  thyself. 

let  Its  cut  ourselves, 

cut  yourselves. 


SUBJUNCTIVE    MODE. 


Present.     6f 


Que  je  me  coupe, 
Que  tu  te  coupes, 
Qu'il  se  coupe. 
Que  nous  nous  coupions 
Que  vous  vous  coupiez, 
Qu'ils  se  coupent. 


that  I  may  cut 
\:)mjself  etc. 


Past.     G' 


Que  je  me  sois  coupe,    that  I  may  hare 
Que  tu  te  sois  coupe,     [cut  myself,  etc. 
Qn'il  se  soit  coupe. 
Que  nous  nous  soyons  coupes, 
Que  vous  vous  soyez  coupes, 
Qu'ils  se  soient  coupes. 


Imperfect.    II 

Que  je  me  coupasse,    that  I  might  cut 

Que  tu  te  coupasses,  [myself,  etc. 

Qu'il  se  coupat, 

Que  nous  nous  coupassions. 

Que  vous  vous  coupassiez, 

Qu'ils  se  coupasseut. 


Pluperfect.    M' 

Que  je  me  f  usse  coupe,  that  Imight  have 
Que  tu  te  fusses  coupe,   [cut  myself,  etc. 
Qu'il  se  flit  coupe. 
Que  nous  nous  fu^sions  coupes, 
Que  vous  vous  fussiez  coupes, 
Qu'ils  se  fussent  coupes. 


INFINITWE   MODE. 
Present.    I  Past.    I' 

Se  couper,         to  cut  one's  self.  S'etre  coupe,  to  have  cut  o.  self. 

PARTICIPLES. 


Present.    J" 
Se  coupant,     cutting  one's  self. 


Past.    J' 

S'etant  coupe,    having  cut  o.  s. 


Past.    K 
Coupe,  cut. 


*  Second  form  of  the  cond.  past :  je  me  fusse  coupe,  tu  te  fusses  coupe,  il  se  fut 
(.oupe,  noiTS  nous  fussions  coupes,  vous  vous  fussiez  coupes,  ils  se  fussent  coupes. 


264 


AITALYTICAL   FRENCH    READER. 


CONJUGATION   OF  IMPERSONAL  VEEBS. 

TONNER— to  thunder,    f  Model  Verb  J 

INDICATIVE  MODE. 
A    II  tonne,  it  thunders.        A'   II  a  tonne,  it  has  thundered. 

li    II  tonnait,  it  was  thundenng.        W   II  avajt  tonne,     it  had  thundered. 

C     II  tonna,  it  thundered.        C    II  eut  tonne,       it  had  thundered. 

D    II  tonnera,  it  will  thunder.       D'  I\aMra,tonne,  it  will  have  thutidered. 


E    II  tonnerait, 


CONDITIONAL  MODE. 

it  would  thunder.        E'   II  auralt  tonne,    it  would  have,  etc. 


SUBJUNCTIVE  MODE. 

Cr     Qu'il  tonne,     that  it  may  thunder.        G'   Q^n'i]  fiit  tonne,  thatitmay hare. etc. 


II    Qu'il  tonnat,  that  it  might  thunder. 


H'  Qu'il  eut  tonne,  that  it  might  have 
[thundered. 


INFINITIVE. 
I     Tonner,         to  thunder. 

PARTICIPLES. 
J"    Tonuant,  thundering.  K    Tonne, 


thundered. 


Irregular  Impersonal  Verbs 

Y  AVOIR— to  be  there.     FALLOIR— to  be  necessary. 

PLEUVOIR— to  rain. 


H  TPres.  a 
^  I  Imperp.  H 
g  1  P.  Def.  C 
^  [FuT.  -D 
CoND.  Pres.  E 
<4  (Pres.  O 
jg  (  Imperf.  II 
Infinitive.  I 
Pres.  Part.  »J 
Past  Part.  K 


U  y  a  ftJiere  is,  there  are  J.  U  faut. 

U  y  avait.  U  fallait. 

U  y  eut.  U  fallut. 

U  y  aura.  11  faudra. 

U  y  aurait.  U  faudrait. 

Qu'il  y  ait.  Qu'il  faille. 

Qu'il  y  eut.  Qu'il  fallut. 

Y  avoir.  Falloir. 

Y  ayant.  f wanting.' 
Eu.  Fallu. 


U  pleut. 
U  pleuvait. 
U  plut. 
U  pleuvra. 
U  pleuvrait. 
Qu'il  pleuve. 
Qu'il  plflt. 
Pleuvoir. 
Pleuvant. 


Remarks  o^  the  Different  Texses  of  Verbs. 


Indicative  Present.— The  first  person  singular  of  this  tense  ends  in  e,  s,  or  a?. 
The  verb  avoir,  to  have,  is  the  only  exception  (J'ai). 

The  ending  e  belongs  to  the  verbs  of  tlie  first  conjugation  (alter  and  s'en 
aller  excepted),  and  to  some  irregular  verbs  of  the  second  conjugation.  (See 
List,  Nos.  6  and  10.) 

The  ending  s  is  common  to  all  other  verbs,  except  the  few  verbs  which  end 
In  X. 

The  ending  a  belongs  to  ^jo«vo »»•,  to  he  able ;  voicloir,  to  be  ivilling  ;  valoir, 
to  be  worth  ;  and  the  compounds  of  valoir.     (See  List,  Nos.  18,  20,  22.) 

The  second  and  third  person  singular  are  derived  from  the  first  person.  When  the 
first  person  ends  in  e,  an  s  is  added  for  the  second,  and  the  thirtl  is  lilce  the  first. 

When  the  first  person  ends  in  s  or  oc,  the  second  is  like  the  first,  and  the  s  or  x 
is  changed  into  t  for  the  third.  But  verbs  ending  in  the  first  person  in  cs,  ds, 
or  tSf  only  drop  the  s  in  the  third  person.  (See  List,  Nos.  16,  23,  29,  36,  37.  40,  46.) 
The  verbs  efi-e,  allcr,   and  s'eti  aller  are  exceptions. 

The  three  persons  plural  are  derived  from  the  present  participle  by  changing 
ant  into  o}is,  ez,  cut.  The  exceptions  are  avoir,  etre,  alter,  faire,  dire, 
savoir. 

The  following  irregularity  also  occurs  in  the  third  person  plural.  When  the  first 
person  singular  has  a  radical  vowel  diff'erent  from  the  radical  vowel  of  the  present 
participle,  the  third  person  plural  has  the  radical  of  the  singular  ;  but  the  first  and 
second  persons  plural  have  the  radical  of  the  present  participle.  This  anomaly 
occurs  in  the  regular  verbs  of  the  tLiird  conjugation  ( recevoir),  and  in  some 
irregular  verbs  of  the  third  and  fourth  conjugations.  (See  List,  Nos.  3,  9,  13,  14, 
17,  18,  22,  24.) 

I.NDicATivE  Imperfect. — Tliis  tense  is  formed  from  the  present  participle  by 
changing  atit  into  ais,  ais,  ait,  ions,  iez,  aient.  The  only  exceptions  are 
avoir  (see  Paradigm)  and  savoir.     (See  List,  No.  19.) 

Past  Definite. — This  is  a  primitive  tense  ;  its  person-endings  are  :  ai,  as,  a, 
ciines,  ates,  erent  (1st  conjugation)  ; — is,  is,  if,  inies,  ites,  irent  (2d  and 
4th  conjugations)  ]—as,  -ns,  iit,  unies,  lites,  -urent  (3d  conjugation).  The 
verbs  tenir,  venir,  and  their  compounds,  have  the  endings  ins,  ins,  int, 
tnnies,  intes,  inrent. 

Future. — The  person-endings  of  this  tense  are  :  ai,  as,  a,  ons,  ez,  ont. 
They  are  added  to  the  infinitive  form  of  the  verb.  In  the  fourth  conjugation,  the 
final  e  of  the  infinitive  is  dropped  (see  model  vendre),  and  in  the  third,  the  oi  of 
the  termination  is  cut  out  (see  model  recevoir).  There  are  seventeen  irregular 
future  forms.  (See  avoir,  etre,  and  List,  Nos.  1,  2,  3,  5,  6,  9,  13,  14,  16,  18,  19,  20, 
21,  22,  34.) 

Conditional  Present. — This  tense  has  the  person-endings  of  the  imperfect: 
ais,  ais,  ait,  ions,  iez,  aient,  and  the  verb  stem  the  same  as  the  future. 

Imperative.- — The  second  person  singular  of  the  imperative  is  the  same  as  the 
first  person  singular  of  the  present  indicative  (exceptions  :  avoir,  etre,  aller, 
savoir)  ;  the  first  and  second  persons  plural  are  the  same  as  the  first  and  second 
plural  of  the  indicative  present  (exceptions  :  avoir,  etre,  savoir). 

SUB.JUNCTIVE  Present.— The  person-endings  are :  e,  es,  e,  ions,  iez,  ent. 
They  are  added  to  the  present  participle  after  removing  the  ending  ant.  There  are 
thirteen  irregular  forms:  avoir,  etre,  and  List,  Nos.  1,  3,  9, 13,  17,  18,  19,  20,  22, 
24,  34.  But,  if  we  take  the  third  person  plural  of  the  indicative  present  and 
drop  the  final  nt  of  the  termination,  we  have  the  first  i)erson  singular  of  the  sub- 
junctive present  of  ail  verbs  with  the  exception  of  nine,  viz.  :  avoir,  etre,  and 
List,  Nos.  1,  18,  19,  20,  22,  34,  and  p.  264. 

Sub.iunctive  Imperfect, — This  tense  is  formed  from  the  past  definite  in 
changing  the  final  letter  of  the  first  person  singular  into  sse,  sses,  t,  ssions, 
ssiez,  ssent.  The  vowel  preceding  the  t  in  the  third  person  singular  takes  the 
circumflex  accent.    There  is  no  exception  to  this  rule. 


2GG 


AI^ALYTICAL    FKEKCH    READER. 


CONJUGATIO]^   OF 


INFINITIVE 
Forms. 


1.  Aller, 

to  go. 
allant. 
alle. 

etre  alle. 
etant  alle. 

2.  Envoyer, 

to  send. 
envoyant. 
envoye. 
avoir  envoye. 
ay  ant  envoye. 

3.  AcqueriVf 

to  acquire. 
acquerant. 
acquis, 
avoir  acquis, 
ayant  acquis. 

4.  JBouillir, 

to  boil. 
bouillant. 
bouiili. 
avoir  bouiili. 
ayant  bouiili. 

5.  Cottfir, 

to  run.. 
couraur. 
couru 

avoir  couru. 
ayant  couru. 

6.  Ctieillir, 

to  gather. 
cueillant. 
cueilli. 
avoir  cueilli. 
ayant  cueilli. 

y.  Dorniir, 

to  fiteep. 
dormant, 
dormi. 
avoir  dormi. 
ayant  dormi. 

S.  li'uii', 

to  flee. 
fuyaut. 
fui. 

avoir  ful. 
ayant  fui. 


INDICATIVE  MODE. 


Pressnt.    a       Imperfect.  U       Past  Dep.     C        Future.    2> 


je  vais, 
tu  vas, 
il  va. 

nous  allons, 
vous  allez, 
ils  vont. 


j'allais, 
tu  aliais, 
il  allait, 
nous  allions, 
vous  alliez, 
ils  allaient. 


j'envoie  (p.  2.51). ;  j'envoyais, 


tu  envoies, 
11  envoie, 
nous  envoyons, 
vous  envoyez, 
ils  envoient. 

j'acquiers, 
tu  acquiers, 
il  acquiert^ 
nous  acquerons, 
vous  acquerez, 
ils  acquierent. 

je  bous, 

tu  bous, 

il  bout, 

nous  bouillons, 

vous  bouillez, 

ils  bouillent. 

je  cours, 
tu  cours, 
il  court, 
nous  courons, 
vous  courez, 
ils  courent. 

je  cueille, 
tu  cueilles, 
il  cueille, 
nous  cueillons, 
vous  cueillez, 
ils  cueillent. 

je  dors, 

tu  dors, 

il  dort, 

nous  dormons, 

vous  dormez, 

ils  dorment. 

jo  fuis, 
tu  fuis, 
il  fuit, 
nous  fuyons, 
vous  fuyez, 
ils  fuient. 


tu  envoyais, 
il  envoyait, 
nousenvoyions, 
vous  envoyiez, 
ils  envoyaient. 

j'acquerais. 
tu  acquerais, 
il  acquerait, 
nous  acquerions. 
vous  acqueriez, 
ils  acqueraient. 

je  bouillais, 
tu  bouillais, 
il  bouillait, 
nous  bouiilions, 
vous  bouilliez, 
ils  bouillaieut. 

je  courais, 
tu  courais, 
il  courait, 
nous  courions, 
vous  couriez, 
ils  couraient. 

je  cueillais, 
tu  cueillais, 
il  cueillait. 
nous  cueillions, 
vous  cueilliez, 
ils  cueillaient. 

je  dormais, 
tu  dormais, 
il  dormait, 
nous  dormions, 
vous  dormiez, 
ils  dormaient. 

je  fuyais, 
tu  fuyais, 
il  fuyait, 
nous  fuyions, 
vous  fuyiez, 
ils  fuyaient. 


j'allai, 
tu  alias, 
il  alia, 

nous  allames, 
vous  allates, 
ils  allerent. 

j'envoyai, 
tu  envoyas, 
il  envoj^a. 
n.  envoyames, 
V.  envoyates, 
ils  envoyerent. 

j 'acquis, 
tu  acquis, 
il  acquit, 
nous  acquimes, 
vous  acquites, 
ils  acquirent. 

je  bouillis, 
tu  bouillis, 
il  bouillit, 
nous  bouillimes, 
vous  bouillites, 
ils  bouillirent. 

je  courus, 
tu  courus, 
il  courut, 
nous  courumes, 
vous  courutes, 
ils  coururent. 

je  cueillis, 
tu  cueillis, 
il  cueillit, 
nous  cueiilimes. 
vous  cueiliites, 
ils  cueillirent. 

je  dormis, 
tu  dormis, 
il  dormit, 
nous  dorminies, 
vous  dormites, 
ils  dormirent. 

je  fuis, 
tu  fuis, 
il  fuit, 
nous  fuimes, 
vous  fuites, 
ils  fuirent. 


J  irai, 
tu  iras, 
11  ira, 

nous  irons, 
vous  irez, 
ils  irout. 

j'enverrai, 
tu  enverras, 
il  envcrra, 
nous  enverrons, 
vous  en\errez, 
lis  enverront. 

j'acquerrai, 
tu  acquerras, 
il  acquerra, 
nous  acquerrons 
vous  acquerrez, 
ils  acquerrunt. 

je  bouillirai, 
tu  bouilliras, 
il  bouillira, 
nous  bouiliirons 
vous  bouillirez, 
ils  bouillirout.  „ 

je  courrai, 
tu  courras, 
il  courra, 
nous  courrons, 
vous  courn-z, 
ils  courront. 

je  cucillerai, 
tu  cueilieias, 
il  cueillera, 
nouscueillerons 
vous  cueillerez, 
ils  cueilleront. 

je  dorm  irai, 
tu  dormiras, 
il  dorm  ira, 
nous  dormirons 
vous  dormirez, 
ils  dormiront. 

je  fuirai, 
tu  fuiras, 
il  fuira, 
nous  fuirons, 
vous  fuirez, 
ils  fuiront. 


*ln  the  compound  tenses  of  pronominal  verbs,  the  auxiliary  verb  etre  is  used  for  th< 
iS'en  alter  follows  the  model.    The  reflective  pronoun  and  the  adverb  e?i  precede  th« 
used  affinnati\  ely  :  va-Veit  ;  allo/iti-nous-en.. 

X  Asmillir  and   tressaillir  difiEer  from   the  model  in  the   future   and  in  the  conditioua 


CONJUGATION    OF   VERBS. 


267 


IRREGULAR  MODEL  VERBS. 


CONDITIONAL 
Present.  E 


rirais, 
;u  irais, 
.1  irait. 
lous  irions, 
/ous  iriez, 
Is  iraieut, 

j'enverrais, 
,u  eu\errais, 
1  envenait, 
lous  euvenions, 
iTOUs  euveniez, 
Is  enverraieiit. 

i'acquerrais, 
u  acquerrais, 
1  acquerrait. 
jouti  acquenions 
.'Oils  acquuniez, 
Is  acquerraicut. 

ie  bouillirais, 
u  bouilliiais, 
1  bouillirait, 
lous  bou;llirions, 
/oils  bouilliriez, 
Is  bouillii'aient. 

e  couiTais, 
u  coiirrais, 

I  courrait, 
lous  courrions, 
,uiis  counicz, 
Is  courraient. 

le  cueillerais, 

II  cueillerais, 
1  cueillerait, 
lous  cueillerions, 
■  oils  ciieilleriez, 
Is  cueilleraieut. 

ie  dormirais, 
;u  dormirais, 
1  dormirait, 
lOus  dormirioiT^, 
/ous  dormiriez, 
Is  dormiraient. 

;e  f  11  irais, 
u  fuirais, 
1  fuirait, 
lous  fiiirions, 
*'oiis  fuiriez. 
Is  fiiiiaient. 


Imperative. 
F 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


va, 

aliens, 
allez. 


envoie, 


envoj'ons, 
tnvoyez. 


acquiers, 

acquerons, 
acquerez. 


boiis, 

bouillons, 
boiiillez. 


cours, 


courons, 
courez. 


cueille, 

cueillons, 
cueillez. 


dors, 

dormons, 
dormez. 


fuis, 

fuyons, 
fuyez. 


Present.     G 


Imperfect.    H 


que  j'aille, 
que  tu  allies, 
qu"il  aille, 
que  nous  alliens, 
que  vous  alliez, 
qu'ils  aillent. 

que  j'envdle, 
que  tu  euvoies, 
qu'il  envoie, 
que  nous  envoyions, 
que  vous  envoyiez, 
qu'ils  euvoieut. 

que  j'acquiere, 
que  tu  acquieres, 
qu"il  acciuiere, 
que  n.  acquerions, 
que  V.  acqueriez, 
qu"ils  acquierent. 

que  je  bouille, 
que  tu  bouilles, 
qu"il  bouille, 
que  nous  bouillions, 
que  vous  bouilliez, 
qu'ils  bouilleut. 

que  je  con re, 
que  tu  coures, 
qu'il  coure, 
que  nous  courions, 
que  vous  couriez, 
qu"ils  coureut. 

que  je  cueille, 
que  tu  cucilles, 
qii'il  cueille, 
que  nous  cneillions, 
que  vous  cueilliez, 
quils  cueillent. 

que  je  dorme, 
que  tu  dormes, 
qu'il  dorme, 
que  nous  dormions, 
que  vous  dormiez, 
quils  dorment. 

que  je  fuie, 
que  tu  fuies, 
qu'il  fuie, 
que  nous  fuyions, 
que  vous  fuyiez, 
qu'ils  fuient. 


que  j'allasse, 
que  tu  allasses, 
qiril  allat, 
que  nous  allassions, 
que  vous  allassiez, 
qu'ils  allassent. 

que  j'envoyasse, 
que  tu  envoyasses, 
qu"il  envoyat, 
que  n.  envoy assions, 
que  V.  euvoyassiez, 
qu'iis  envoyassent. 

que  j'acquisse, 
que  tu  acquisses, 
qu'il  acquit, 
que  n.  acquissions, 
que  V.  acquissiez, 
qu"ils  acquisseut. 

que  je  bouilHsse, 
que  tu  bouillisses, 
qu"il  bouillit, 
que  n.  bouillissions, 
que  V.  bouiilissiez, 
qu"ils  bouiili-sent. 

que  je  courusse, 
cue  tu  comusses, 
qu"il  courut, 
que  n.  courussions, 
que  V.  courussiez, 
qu'iis  courussent. 

que  je  cueillisse, 
que  tu  cucillisses, 
qu"il  cueillit, 
que  n.  cueillissious, 
que  V.  cueillissiez, 
qu'iis  ciieiliissent. 

que  je  dormisse, 
que  tu  dormisses, 
qu'il  doimit, 
que  n.  dormissions, 
que  V.  dormissiez, 
quMls  dormisseut. 

que  je  fuisse, 
que  tu  fuisses, 
qu"il  fuit, 

que  nous  fuissions, 
que  vous  fuissiez, 
qu'iis  fuissent. 


Verbs 

conjugated  like 

the 

Model  Verb. 


s'eu  aller.*  t 


renvoyer. 


conquerir. 

s"enquerir.* 

recouquerir. 


accounr. 

toncourir. 

discourir. 

parcourir. 

secourir. 


accueillir. 
recueillir. 
assaillir.t 
tressaillir.$ 


endormir. 
s"eiulormir.* 
rcndormir. 
se  rendormii'.* 


s'enfuir.* 


luxiliary  verb  avoir. 

t^erb:  je  vi'en  vais ;  je  in' en  suis  alle ;  fen  vas-tii?  except  in  the  imperative  mode  when 

present :  passaillirai,  j''a$saillirais ;  je  tressuillirai,  je  tressaillirais. 


268 


AN"ALYTICAL   FREKCH   READER. 


CONJUGATION 

OF 

INFINITIVE 

INDICATIVE  MODE. 

Forms. 

Present.    A 

Imperfect.  ^ 

Past  Dep.     C 

Future.    D 

9.  3Iourir, 

to  die. 
mourant. 
mort. 
gtre  mort. 
etant  mort. 

je  meurs, 
tu  meurs, 
il  meurt, 
nous  mourons, 
vons  mourez, 
ils  meurent. 

je  mourais, 
tu  mourais, 
il  mourait, 
nous  mourions, 
vous  mouriez, 
ils  mouraient. 

je  mourns, 
tu  mourns, 
il  mourut, 
nous  mouriimes, 
vous  mourutes, 
ils  moururent. 

je  mourrai, 
tu  niourras, 
il  mourra, 
nous  mourions 
vous  mourrez, 
ils  mourrout. 

10.  Ouvrir, 

to  open. 
ouvrant. 
ouvert. 
avoir  o  avert, 
ayant  ouvert. 

j'oiivre. 
tu  ouvres, 
il  ouvie, 
nous  ouvrons, 
vous  ouvrez, 
ils  ouvreut. 

j"ouvrais, 
tu  ouvrais, 
il  ouvrait, 
nous  ouvrions, 
vous  ouvriez, 
ils  ouvraient. 

j'ouvris, 
tu  ouvris, 
il  ouvrit, 
nous  ouvrimes, 
vous  ouvrites, 
ils  ouvrireut. 

j'ouvrirai, 
tu  ouvriras, 
il  ouvrira, 
nous  ouvrironi 
vous  ouvrirez, 
ils  ouvrirout. 

11.  Pnrtir, 

to  start. 
partant, 
parti, 
etre  parti, 
etant  parti. 

je  pars, 
tu  pars, 
il  part, 
nous  partons, 
vous  partez, 
ils  pai'tent. 

je  partais, 
tu  partais, 
il  partait, 
nous  partions, 
vous  partiez, 
ils  partaient. 

je  partis, 
tu  partis, 
il  partit, 
nous  partimes, 
vous  partites, 
ils  partirent. 

je  partirai, 
tu  partiras, 
il  partira, 
nous  partirons 
vous  partirez, 
ils  partiront. 

12.  Sentir, 

to  feel. 
sentant. 
senti. 

avoir  senti. 
ayant  senti. 

je  sens, 
tu  sens, 
il  sent, 
nous  sentons, 
vous  sentez, 
ils  senteut. 

je  sentais, 
tu  sentais, 
il  sentait, 
nous  sentions, 
vous  sentiez, 
ils  sentaient. 

je  sentis, 
tu  sentis, 
il  sentit, 
nous  sentimes, 
vous  !<entites, 
ils  sentirent. 

je  sentirai, 
tu  sentiras, 
il  sentira, 
nous  sentironi 
vous  sentirez, 
ils  sentiront. 

13.  Tenir, 

to  hold;  to  keep. 
tenant, 
tenu. 

avoir  tenu. 
ayant  tenu. 

je  tiens, 
tu  tiens, 
il  lient, 
nous  tenons, 
vous  tenez, 
ils  tieuneut. 

je  tenais, 
tu  tenais, 
il  tenait, 
nous  tenions, 
vous  teniez, 
ils  tenaient. 

je  tins, 
tu  tins, 
il  tint, 
nous  tinmes, 
vous  tintes, 
ils  tinrent. 

je  tiendrai,     | 
tu  tiendras,     ^ 
il  tiendra,        \ 
nous  tiendron^ 
vous  tiendreZji 
ils  tiendront.  ', 

14:.  Venir, 

to  come. 
venant. 
venu.              ^ 
etre  venu. 
etant  venu. 

je  viens, 
tu  viens, 
il  vient, 
nous  venons, 
vous  venez, 
ils  viennent. 

je  venais, 
tu  venais, 
il  venait, 
nous  venions, 
vous  veniez, 
ils  venaient. 

je  vins, 
tu  vins, 
il  vint, 
nous  vinmes, 
vous  vintes, 
ils  vinrent. 

je  viendrai,     \ 
tu  viendras,    \ 
il  viendra,       \ 
nous  viendrori 
vous  viendrezf 
ils  vieudront.  \ 

r 

\ 
\ 

15.  Vetir, 

to  clothe. 
vetant. 
vetu. 

avoir  vetu. 
ayant  vetu. 

je  vets, 
tu  vets, 
il  vet, 

nous  vetons, 
vous  v6tez, 
ils  vetent. 

je  vetais, 
tu  vetais, 
il  vetait, 
nous  vetions, 
vous  vetiez, 
ils  vetaient. 

je  vetis, 
tu  vetis, 
il  vetit, 
nous  vetimes, 
vous  vetites, 
ils  verireut. 

je  vetirai, 
tu  vetiras, 
il  vetira, 
nous  vetirons 
vous  vetirez, 
ils  vetiront. 

\ 

■■ 

16.  Asseolr(.'i'), 

to  sit  down. 
s'asseyant. 
assis. 

s'etre  assi*. 
s'etant  assis. 

je  m^assieds,:]: 
tu  t'assieds, 
il  s'assied, 
nousn.  assej'ons. 
vous  V.  asseyez, 
ils  s'asseyent. 

je  m'asseyais, 
tu  t'asseyais, 
il  s'assej'ait, 
n.  n.  asseyions, 
V.  V.  asseyiez, 
ils  s'asseyaient. 

je  m'assis, 
tu  t'assis, 
il  s'assit, 
nous  n.  asstraes, 
vous  V.  assites, 
ils  s'as.sirent. 

je  m'assierai, 
tu  t'assieras, 
il  s'assiera, 
n.  n.  assieroni 
v.  V.  assierez, 
ils  s'assieront 

*  In  the  compound  tenses  of  pronominal  verbs,  the  auxiliary  verb  etre  is  u  t 
t  The  comi)ounds  of  tenir  are  conjujiated  with  the  auxiliary  verb  ^rv,  exc 
$Also  :  je  'm'assois,  tu  fassois,  il  s'assoit ;  f((s,soyais  ;  fatysoirai,  etc.    This  fc 
§  iSeoir  and  7nesseoir  are  defective  verbs.     (See  p.  278.) 


J 


COJS'^JUGATIOis^    OF 

VERBS. 

269 

- 

lEREGULAK  MODEL  VERBS. 

SUBJUNCTIVE  MODE. 

Verbs 

::0NDITIONAL 

Imperative. 

conjugated  like 

Present.   E 

F 

Present.     G 

Imperfect.    H 

the 
Model  Verb. 

3  mourrais, 

que  je  meure, 

que  je  mourusse. 

i  mourrais, 

meurs, 

que  tu  ineures, 

que  tu  mourusses, 

mounait, 

qu'il  nieure. 

qu'il  mouifit. 

ous  laourrions, 

mourons, 

que  nous  mourions, 

que  n.  mourussions, 

ous  mourriez, 

mourez. 

que  vous  mouriez, 

que  V.  mourus^iez. 

,s  mourraieut. 

qu'ils  nieurent. 

qu'ils  mourussent. 

'ouvrirais. 

que  j' ouvre, 

que  j'ouvrisi^e, 

couvrir. 

a  ouvrirais, 

ouvre. 

que  tu  ouvres. 

que  tu  ouvrisses. 

decouvrir. 

1  ouvrirait, 

qu"il  ouvre, 

qu'il  ouvrit, 

offrir. 

ous  ouvririons, 

ouvrons, 

que  nous  ouvrions, 

que  n.  ouvrisi<ions. 

souffrir,  etc. 

ous  ouvririez, 

ouvrez. 

que  vous  ouvriez. 

que  V.  ouvris^-ioz. 

See  List,  p.  280. 

Is  ouvriraieut. 

quils  ouvreiit. 

qu'ils  ouvrisseut. 

e  partirais, 

que  je  parte. 

que  je  partisse. 

repartir. 

u  partirais, 

pars. 

que  tu  partes. 

que  tu  pai  tisses. 

sortir. 

1  partirait, 

qu'il  parte, 

qu'il  partit. 

ressortir. 

lous  partirious, 

partons. 

que  nous  partions, 

que  n.  partissions. 

'OUS  partiriez, 

partez. 

que  vous  partiez, 

que  v.  partissiez, 

Is  partiraient. 

qu'ils  parteut. 

qu'ils  partissent. 

e  sentirais, 

que  je  sente. 

que  je  sentisse. 

asseutir. 

u  sentirais, 

sens. 

que  tu  sentes. 

que  tti  sentisses, 

consentir. 

1  sentirait, 

qu"il  sente, 

qu'il  seutit, 

pressentir. 

lous  sentirions. 

sentons. 

que  nous  sent  ions, 

que  n.  sentissions, 

res^entir. 

/ous  sentiriez. 

seutez. 

que  vous  sentiez. 

que  V.  sentissiez, 

nientir,  etc. 

Is  sentiraient. 

qu'ils  sentent. 

qu'ils  sentissent. 

See  List,  p.  280. 

ie  tiendrais. 

que  je  tienne, 

que  je  tinsse, 

The    com- 

/a tiendrais, 

tiens. 

que  tu  tiennes, 

que  tu  tiusses. 

pounds  of  tenir 

.1  tiendrait. 

qu'il  tienne, 

qu'il  tint, 

^vith  prefixes. 

ious  tiendrions, 

tenons, 

que  nous  teuions, 

que  nous  tinssions. 

See  List,  p.  280. 

?ous  tiendriez, 

tenez. 

que  vous  teniez. 

que  vous  tinssiez, 

lis  tiendraient. 

qu'ils  tiennent. 

qu'ils  tinssent. 

je  viendrais, 

que  je  vienne, 

que  je  vinsse. 

The    com- 

tu viendrais. 

viens, 

que  tu  viennes. 

que  tu  vinsses, 

pounds  of   re- 

il  viendrait. 

qu'il  vienne, 

qu'il  vint, 

nirA 

aous  viendrions, 

venons. 

que  nous  venions, 

que  nous  vinssions. 

See  List,  p.  280. 

vous  viendriez, 

venez. 

que  vous  veniez, 

que  vous  vinssiez. 

Us  vieudraient. 

qu'ils  viennent. 

qu'ils  vinssent. 

je  vetirais, 

que  je  vete. 

que  je  vetisse. 

revetir. 

tu  vetirais, 

vets, 

que  tu  vetes. 

que  tu  vetisses. 

se  vetir.* 

il  vetirait, 

qu'il  vete, 

qu'il  vetit, 

se  revetii'.* 

nous  vetirions, 

vetcms, 

que  nous  vetions, 

que  nous  vetissions. 

vous  vetiriez, 

vetez. 

que  vous  vetiez, 

que  vous  vetissiez. 

ils  vetiraient. 

qu'ils  vetent. 

qu'ils  vetissent. 

je  m'assierais. 

que  je  m'asseye. 

que  je  m'assisse. 

asseoir. 

tu  t'assierais, 

assieds-toi, 

que  tu  t'asseyes. 

que  tu  t'assisses. 

rasseoir. 

il  s'assierait, 

qu'il  s'asseye. 

qu'il  s'assit. 

se  rasseoir.* 

n.  n.  assierions, 

assejons-n., 

que  n.  n.  asseyions. 

que  n.  n.  assissions. 

seoir.§ 

v.  V.  assieriez, 

a«seyfz-vous 

que  V.  V.  asseyiez. 

que  V.  V.  assissiez. 

messeoir.§ 

ils  s'assieraient. 

qu'ils  s'asseyent. 

qu'ils  s'assissent. 

for  the  auxiliary 

verb  avoir. 

conveitir,  \vhicli  tt 

ikes  avoir  in 

the  sense  of  to  suit,  an 

i  etre  m  the  sense  of  i 

0  agree. 

is  little  used. 

270 


ANALYTICAL    FRENCH    READER. 


CONJUGATION   OF 


INFINITIVE 

Forms. 


17.  Mouvoir, 

to  move. 
mouvaut. 
mu. 

avoir  mu. 
ayant  mu. 

IS.  I*oiivoii', 

to  be  able. 
pouvaut. 
pu. 

avoir  pu. 
ayant  pu. 

19.  Savoir, 

to  know. 
sachaut. 
su. 

avoir  su. 
ayant  su. 

fiO.  Valoir, 

to  he  worth. 
valant. 
vain. 

avoir  valu. 
ayant  valu. 

21.  Voir, 

to  see. 
voyant. 
vu. 

avoir  vu. 
ayant  vu. 

ii'-i.  Voulolr, 

to  be  luilling. 
voulant. 
voiilu. 
avoir  voulu. 
ayant  voulu. 

23.  Battre, 

to  beat. 
bat  t  ant. 
battu. 

avoir  battu. 
ayant  battu. 

24.  Bo  Ire, 

to  drink. 
buvant. 
bu. 

avoir  bu. 
ayaut  bu. 


INDICATIVE  MODE. 


Present.    A.       Imperfect.  B       Past  Dep.     C        Future.    B 


je  mens, 

tu  mens, 

il  ment, 

nous  mouvons, 

vous  mouvez, 

ils  meuvent. 

je  peux,  or  puis, 

tu  penx, 

il  pent, 

nous  pouvons, 

vous  pouvez, 

ils  peuvent. 

je  sais, 
tu  sais, 
il  sait, 
nous  Savons, 
vous  savez, 
ils  savent. 

je  vaux, 
tu  vaux, 
il  vaut, 
nous  valons, 
vous  valez, 
ils  valent. 

je  vols, 
tu  vols, 
il  voit, 
nous  voyons, 
vous  voyez, 
ils  voieut. 

je  veux, 
"tu  veux, 
il  vent, 
nous  voulons, 
vous  voulez, 
ils  veulent. 

je  bats, 
tu  bats, 
il  bat, 

nous  battons, 
vous  battez, 
ils  battent. 

je  bois, 
tu  bois, 
il  boit, 
nous  buvons, 
vous  buvez, 
ils  boivent. 


je  mouvais, 
tu  mouvais, 
il  mouvait, 
nous  mouvions, 
vous  mouviez, 
ils  mouvaient. 

je  pouvais, 
tu  pouvais, 
il  pouvait, 
nous  pouvions, 
vous  pouviez, 
ils  pouvaient. 

je  savais, 
tu  savais, 
il  savait, 
nous  savions, 
vous  saviez, 
ils  savaient. 

je  valais, 
tu  valais, 
il  valait, 
nous  valions, 
vous  valiez, 
ils  valaient. 

je  yoyais, 
tu  voyais, 
il  voyait, 
nous  voyions, 
vous  vojaez, 
ils  voyaieut. 

je  vonlais, 
tu  vonlais, 
il  voulait, 
nous  voulions, 
vous  vouliez, 
ils  voulaient. 

je  battais, 
tu  battais, 
il  battait, 
nous  battions, 
vous  battiez, 
ils  battaieut. 

je  buvais, 
tu  buvais, 
il  buvait, 
nous  buvions, 
vous  buviez, 
ils  buvaient. 


je  mus, 
tu  mus, 
il  nml, 
nous  miimes, 
vous  mutes, 
ils  murent. 

je  pus, 
tu  pus, 
il  put, 

nous  piimes, 
vous  piites, 
ils  purent. 

je  sus, 
tu  sus, 
il  sut, 

nous"  sumes, 
vous  siitos, 
ils  surent. 

je  valus, 
tu  valus, 
il  valut, 
nous  valumes, 
vous  valutes, 
ils  valurent. 

je  vis, 
tu  vis, 
il  vit, 

nous  vimes, 
vous  vites, 
ils  vircnt. 

je  voulus, 
"tu  voulus, 
il  voulut, 
nous  voulumes, 
vous  voulutes, 
ils  voulurcnt. 

je  battis, 
tu  battis, 
il  battit, 
nous  battinies, 
vous  battites, 
ils  battirent. 

je  bus, 
tu  bus, 
il  but, 

nous  biimes, 
vous  butes, 
ils  burent. 


je  mouvrai, 
tu  mouvras, 
il  mouvra, 
nous  mouvrons, 
vous  niouvrez, 
ils  mouvront. 

je  pourrai, 
"tu  pourras, 
il  pourra, 
nous  pourrons, 
vous  pourrez, 
ils  pourront. 

je  saurai, 
tu  sauras, 
il  saura, 
nous  saurons, 
vous  sanrez, 
ils  sauront. 

je  vaudrai, 
tu  vaudras, 
il  vaudra, 
nous  vaudrons, 
vous  vaudrez, 
lis  vaudront. 

je  veirai, 
tu  verras, 
il  verra, 
nous  verrons, 
vous  verrez, 
ils  verront. 

je  voudrai, 
tu  voudras, 
il  voudra, 
nous  voudrons, 
vous  voudrez, 
ils  voudront. 

je  battrai, 
tu  battras, 
il  battra. 
nous  battrons. 
vous  battrcz, 
ils  battront. 

je  boirai, 
tu  boiras, 
il  boira. 
nous  boirons, 
vous  boirez, 
ils  boiront. 


*  In  the  compound  tenses  of  pronominal  verbs,  the 
+  Tliesn  verbs  sli^iitly  deviate  from  the  model. 
$The   imper.itive  form  veuillez  is  used  only  in  the 


CONJUGATION    OF    VEKBS. 


271 


IRREGULAR  MODEL  VERBS. 


CONDITIONAL 
Present.   E 


le  mouvrais, 
;u  mouvrais, 
J  inouvrait, 
nous  mouvrions, 
vous  niouvriez, 
ils  mouvraii-'nt. 

je  pourrais, 
tu  pourrais, 
il  pour  rait, 
nous  pourrions, 
vous  pourriez, 
ils  pourraieut. 

je  saurais, 
tu  saurais, 
11  saurait, 
nous  saurions, 
vous  sauriez, 
ils  sauraient. 

je  vaudrais, 
tu  vaudrais, 
il  vaudrait, 
nous  vaudrions, 
vous  vaudriez, 
lis  vaudraient. 

je  verrais, 
tu  verrais, 
il  verrait, 
nous  verrions, 
vous  verrioz, 
ils  verraient. 

je  voudrais, 
tu  voudrais, 
il  voudrait, 
nous  voudiions, 
vous  voudriez, 
ils  voudraient. 

je  l)attrais, 
tu  battrais, 
il  battrait, 
nous  battrions, 
vous  battriez, 
ils  battraient. 

je  boirais, 
tu  boirais, 
il  boirait, 
nous  boirinns, 
yous  boiriez, 
ils  boiraient. 


Imperative. 


meus. 


mouvons, 
mouvez. 


peux, 

pouvons, 
pouvez. 


sache, 

sachons, 
sachez. 


vaux, 

valons, 
valez. 


voyons, 
voyez. 


voulons, 
voulez  and 
veuillfz.i 


bats, 

battons, 
battez. 


bois, 

buvons, 
buvez. 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


Present.     G 


que  je  meuve, 
que  tu  meuves, 
qu"il  meuve, 
que  nous  mouvions, 
que  vous  mouviez, 
quils  meuvent. 

que  je  puisse, 
que  tu  puisses, 
qu"il  puisse, 
que  nous  puissions, 
que  vous  puissiez, 
qu'ils  puissent. 

que  je  sache, 
que  tu  saches, 
qu"il  sache, 
que  nous  sachions, 
que  vous  sachiez, 
qu"ils  sachent. 

que  je  vaille, 
que  tu  vailles, 
qu'il  vaille, 
que  nous  valions, 
que  vous  valiez, 
qu'ils  vaillent. 

que  je  voie, 
que  tu  voles, 
qu'il  voie, 
que  nous  voyions, 
que  vous  voyiez, 
quils  voient. 

que  je  veuille, 
que  tu  veuilles, 
qu'il  veuille, 
que  nous  voulions, 
que  vous  vouliez, 
qu"ils  veuillont. 

que  je  batte, 
que  tu  battes, 
qu"il  batte, 
que  nous  battions, 
que  vous  battiez, 
qu'ils  battent. 

que  je  boive, 
que  tu  boives, 
qu'il  boive. 
que  nous  buvions, 
que  vous  buviez, 
qu'ils  boivent. 


Imperfect.    M 


que  je  musse, 
que  tu  musses, 
qu'il  milt, 
que  nous  niussions, 
que  vous  mussiez, 
qu'ils  musseut. 

que  je  pusse, 
que  tu  pusses, 
qu'il  put. 

que  nous  passions, 
que  vous  pussiez, 
qu'ils  pussent. 

que  je  susse, 
que  tu  susses, 
qu'il  sUt, 

que  nous  sussions, 
que  vous  sussiez, 
qu'ils  sussent. 

que  je  valusse, 
que  tu  valusses, 
qu'il  valiit, 
que  nous  vtilussions, 
que  vous  valussiez, 
qu'ils  valussent. 

que  je  visse, 
que  tu  visse s, 
qu'il  vit, 

que  nous  vissions, 
que  vous  vissiez, 
qu'ils  vissent. 

que  je  voulusse, 
que  tu  voulusses, 
qu'il  vouliit, 
que  n.  voulussions, 
que  v.  voulussiez, 
qu'ils  voulussent. 

que  je  battisse, 
que  tu  battisses, 
qu'il  bat  I  it, 
que  n.  battis.sions, 
que  V.  battissiez, 
qu'ils  battissent. 

que  je  busse, 
que  tu  busses, 
qu'il  biit, 

que  nous  bussions, 
que  vous  bussiez, 
qu'ils  bussent. 


Verbs 

conjugated  like 

the 

Model  Verb. 


demouvoir. 
emouvoir. 
s'emouvoir.* 
promouvolr. 


valoir  mieux. 
equivaloir. 
prevaloir. 
revaloir. 


revoir. 

entrevoir. 

dechoir.t 

echoir.t 

pourvoir.t 

prevoir.t 


abaitre. 

combattre. 

debattre. 

s'ebattre.* 

rabattre. 

rebattre. 

emboire. 

s'eniboire.* 

reboire. 


auxiliary  verb  etre  is  used  fur  the  auxiliary  verb  avoir, 

(See  p.  278.") 

eense  of  pltase  or  be  so  kind  as, 


^72 


AI^ALYTICAL   PKEKCH    KEADER. 


CONJUGATION   OF 


INDICATIVE  MODE. 

INFINITIVE 

Forms. 

Present.    A 

Imperfect.  JB 

Past  Dep.     C 

Future.    D 

25.  Coiiclure, 

je  conclus, 

je  concluais, 

je  conclus, 

je  conclurai. 

to  conclude. 

tu  conclus, 

tu  concluais. 

tu  conclus. 

tu  concliiras,       J 

coiicluaut. 

il  conclut, 

il  concluait. 

il  conclut, 

il  conclura,          ; 

cone  111. 

nous  concluons, 

nous  concluions. 

nous  concliimes, 

nous  concluronSji 

avoir  conclu. 

vous  concluez, 

vous  concluiez, 

vous  concliites. 

vous  concUirez,  / 

ayant  conclu. 

ils  concluent. 

ils  concluaient. 

ils  conclurent. 

ils  concluront. 

26.  Conduire, 

je  conduis, 

je  conduisais. 

je  conduisis, 

je  conduirai,       ! 

to  conduct. 

tu  conduis, 

tu  conduisais. 

tu  conduisis, 

tu  conduiras,       ■ 

conduisant. 

il  conduit, 

il  conduisait, 

il  conduisit. 

il  conduira. 

conduit. 

n.  conduisons, 

n.  conduisions. 

n.  conduisimes, 

n.  conduirons,     '•- 

avoir  conduit. 

v.  conduisez, 

v.  conduisiez. 

V.  conduisites. 

V.  conduirez,       ; 

ayant  conduit. 

ils  conduisent. 

ils  conduisaient. 

ils  conduisirent. 

ils  conduiront. 

27.  Co)iuaitre, 

je  connais, 

je  connaissais. 

je  connus. 

je  connaitrai, 

to  knoiv. 

tu  connais, 

tu  connaissais. 

tu  connus, 

tu  conn  ait  ras, 

connaissant. 

il  connait, 

il  connaissait, 

il  connut. 

il  connaitr;!. 

connu. 

u.  connaissons, 

n.  connaissions, 

nous  connumes, 

n.  connaitrons, 

avoir  connu. 

V.  connaissez, 

V.  connaissiez. 

vous  connutes, 

V.  coniuiitrez, 
ils  connaitront. 

ayant  connu. 

ils  connaissant. 

ils  connaissaient. 

ils  connurent. 

28.  Coudre, 

je  couds. 

je  cousais, 

je  cousis. 

je  coudrai. 

to  sew. 

tu  couds. 

tu  cousais. 

tu  cousis. 

tu  coudras, 

cousant. 

il  coud, 

il  cousait. 

il  cousit. 

il  coudra. 

cousu. 

nous  cousons. 

nous  cousions. 

nous  couslmes. 

nous  coiidrons, 

avoir  coiisu. 

vous  cousez, 

vous  cousiez, 

vous  cousit es. 

vous  coudrez. 

ayant  cousu. 

ils  consent. 

ils  cousaient. 

ils  cousirent. 

ils  coudront.        ! 

2if.  Craindre, 

je  crains. 

je  craignais. 

je  craignis, 

je  craindrai. 

to  fear. 

tu  crains, 

tu  craiujnais, 

tu  craignis. 

tu  craindras, 

craighant. 

il  craint, 

il  craignait, 

il  craignit, 

il  craindra. 

craint. 

nous  crai^nons, 

nou.s  craignions, 

nous  craignimes, 

nous  craiudrons, 

avoir  craint. 

vous  craiiinez, 

vous  craigniez. 

vous  craignites. 

vous  craindrez, 

ayant  craint. 

ils  craignent. 

ils  craignaient. 

ils  craignirent. 

ils  craindront. 

SO.  Croire, 

je  crois, 

je  croyais, 

je  crus, 

je  croirai. 

to  believe. 

tu  crois, 

tu  croyais. 

tu  crus, 

tu  croiras, 

croyant. 

il  croit, 

il  croyait. 

il  crut. 

il  croira, 

cru. 

nous  croyons. 

nous  croyions, 

nous  crumes. 

nous  croirons, 

avoir  cru. 

vous  croyez. 

vous  croyiez, 

vous  crutes. 

vous  croirez, 

ayant  cru. 

ils  croient. 

ils  croyaient. 

ils  ci'urent. 

ils  croiront. 

31.  Croitre, 

je  crois, 

je  croissais. 

je  crus. 

je  croitrai, 

to  grow. 

tu  crois, 

tu  croissais, 

tu  crus. 

tu  croitras. 

croii^sant. 

il  croit. 

il  croissait. 

il  criit, 

il  cruitra. 

cru, ./'.  crue. 

nous  crois!«on3. 

nous  croissions. 

nous  criames. 

nous  croitrons, 

avoir  cru. 

vous  croissez, 

vous  croissiez, 

vous  triitos, 

vons  croitrez. 

ayant  cru. 

ils  croissent. 

ils  croissaieut. 

ils  crurcnt. 

ils  croitront. 

32.  Dire, 

je  dis. 

je  disais. 

je  dis. 

je  dirai. 

to  my ;  to  tell. 

tu  dis, 

tu  disais. 

tu  dis. 

tu  diras, 

disant. 

il  dit, 

il  disait, 

il  dit, 

il  dira. 

dit. 

nous  disons. 

nous  disions, 

nous  dimes, 

nous  dirons, 

avoir  dit. 

vous  dites. 

vous  disioz. 

vous  dites. 

vous  direz. 

ayant  dit. 

ils  disent. 

ils  disaient. 

ils  dirent. 

ils  diront. 

*  Luire,  to  shine ;  rcJxive,  to  qlitter ;  and  nulre,  to  hu?'t,  to  injure,  deviate  from  the 
tThe  compounds  of  din:  and  also  confire  deviate  from  the  model  in  the  second  person 
maudi?e,  the  s  is  doubled:  inaudiastz  (see  84j. 


COi^JUGATIOis'   OP   A'EEBS. 


273 


IKREGULAR  MODEL  VERBS. 


CONDITIONAL 
Present.  E 


je  conclurais, 
tu  concluraii?, 
il  conclurait, 
nous  couclurions, 
vous  concluriez, 
ils  concluraieiit. 

je  conduirais, 
tu  conduiiais, 
il  conduirait, 
nous  coiiduirions, 
vous  conduiriez, 
ils  conduiraieut. 

je  connaitrais, 
tu  connaitrais, 
il  coun.iilrait, 
n.  connai  rimis, 
V.  connainiez, 
ils  counaitraient. 

je  coudrais, 
tu  coudrais, 
il  coudraii, 
nous  coudrions, 
vous  coudriez, 
ils  coudraient. 

je  craindrais, 
tu  craindrais, 
il  craindrait, 
nous  craindrions, 
vous  craii.driez, 
ils  craindraient. 

je  croirais, 
tu  croirais, 
il  croirait, 
nous  croirions, 
vous  croiriez, 
ils  croiraient. 

je  croitrais, 
tu  croitrais, 
il  croitrait, 
nous  croitrious, 
A'ous  croitriez, 
ils  croitraieut. 

je  dirais, 
tu  dirais, 
il  dirait, 
nous  dirions, 
vous  diriez, 
ils  diraient. 


ISIPEKATIVE. 

F 


conclus, 

concluons, 
concluez. 


conduis, 

conduisons, 
conduisez. 


connais, 


connaissons 
comiaissez. 


couds, 

cousons, 
cousez. 


crams. 


crai: 
crai: 


;nons, 
'uez. 


crois, 

croyons, 
croyez. 


crois, 


croissons, 
croissez. 


dis, 

disons, 
dites. 


SUBJUNCTIVE  MODE. 


Present.     G 


que  je  conclue, 
que  tu  conclues, 
qu'ij  conclue, 
que  n.  concluions, 
que  V.  concluiez, 
qu'ils  coucluent. 

que  je  conduise, 
que  tu  couduises, 
qu'il  conduise, 
que  n.  conduisions, 
que  V.  conduisiez, 
qu'ils  couduiseut. 

que  je  coiinaisse, 
que  tu  connaisses, 
qu'il  connaisse, 
que  n.  connaissions, 
que  V.  conuais^ie/., 
quils  connaissent. 

que  je  couse, 
que  tu  couses, 
qu'il  couse, 
que  nous  cousions, 
que  vous  coiisiez, 
qu'ils  cousent. 

que  je  craigne, 
que  tu  craignes, 
qu'il  craigne, 
que  nous  craignions, 
que  vous  craiguiez, 
qu'ils  craigueut. 

que  je  croie, 
que  tu  croies, 
qu'il  croie, 
que  nous  croyions, 
que  vous  croyiez, 
qu'ils  croient. 

que  je  croisse, 
que  tu  croisses, 
qu'il  croisse, 
que  nous  cioissions, 
que  vous  croissiez, 
qu'ils  croissent. 

que  je  dise, 
que  tu  discs, 
qu'il  dise, 
que  nous  disions, 
que  vous  disiez, 
qu'ils  diseut. 


Imperfect.    II 


que  je  conclusse, 
que  tu  couclusses, 
qu'il  conclut, 
que  n.  conclussions, 
que  V.  conclussiez, 
qu'ils  conclussent. 

que  je  conduisisse, 
que  tu  ct)nduisisses, 
qu'il  conduisit, 
q.  u.  conduisi-sions, 
que  V.  condui>issiez, 
qu'ils  couduisisseut. 

que  je  connusse, 
que  tu  connusses, 
qu'il  coniiiit, 
que  n.  cunnussions, 
que  V.  connussiez, 
qu'ils  conuussent. 

que  je  cousisse, 
que  tu  cousisses, 
qu'il  cousit, 
que  n.  cousissions, 
que  V.  cousissiez, 
qu'ils  cousissent. 

que  je  craignisse, 
que  tu  craijfuit^ses, 
qu'il  craigiiit, 
que  n.  craiguissions, 
que  V.  craignistiez, 
qu'ils  craiguisseut. 

que  je  crusse, 
que  tu  crusses, 
qu'il  crut, 
que  nous  crussions, 
que  vous  crussiez, 
qu'ils  crusseut. 

que  je  crusse, 
que  tu  crusses, 
qu'il  crut, 
que  nous  crussions, 
que  vous  crussii  z, 
qu'ils  crusseut. 

que  je  disse, 
que  tu  disses, 
qu'il  dit, 

que  nous  dissions, 
que  vous  dissiez, 
qu'ils  dissent. 


Verbs 

conjugated  like 

the 

Model  Verb. 


exclure. 
reclure. 


All  verbs  end- 
ing in  uire.* 
See  List,  p.  280. 


All  verbs  end- 
ing  in  aindre, 
eiiidre-  and  oin- 
dre. 
See  List,  p.  280. 


The  com- 
pounds of  divt\ 
and  coiiJire.\ 


model  in  the  past  participle,  which  ends  in  i  instead  of  it;  as:  liii,  relui,  nui. 

plural  (f  the  present  indicative  aud  of  the  imperative,  which  is  dUez,  conjisez  (.see  78;;  i:i 


274 


ANALYTICAL  FKEXCH  KEADER. 


CONJUGATION   OF 


INDICATIVE  MODE. 

INFINITIVE 

Forms. 

Present.     A 

Imperfect.  J5 

Past  Dep.     C 

Future.    J> 

33.  Ecrlre, 

j'ecris. 

j'ecrivais. 

jY^crivls, 

j'ecrirai. 

to  write. 

tu  ecris. 

tu  ecrivais. 

tu  ecrivis. 

tu  ecriras, 

ecrivaut. 

il  ecrit, 

il  ecrivait. 

il  ecrivit. 

il  ecrira. 

ecrit. 

nous  ecrivons. 

nous  ecrivions. 

nous  ecrivimes, 

nous  ecrirons, 

avoir  ecrit. 

vous  ecrivez, 

vous  ecriviez, 

vous  ecrivites. 

vous  ecrirez, 

aj^aut  ccrit. 

lis  ecriveut. 

ils  ecrivaient. 

ils  ecrivirent. 

ils  ecriront. 

34.  Falve, 

je  fais, 

je  faisais. 

je  fis. 

je  ferai. 

to  clo;  to  make. 

tu  fais, 

tu  faisais. 

tu  fis, 

tu  feras. 

faisant. 

il  fait, 

11  faisait, 

il  fit. 

il  fera, 

fait. 

nous  faisons, 

nous  faisions. 

nous  finies. 

nous  feroiis, 

avoir  fait. 

vous  faites, 

vous  faisiez, 

vous  fites. 

vous  ferez, 

ay  ant  fait. 

il  font. 

ils  faisaient. 

ils  firent. 

ils  fei'ont. 

35.  Lire, 

je  lis. 

je  lisais. 

je  lus. 

je  Ural, 

to  read. 

tu  lis. 

tu  lisais. 

tu  lus, 

tu  liras, 

lisant. 

il  lit, 

il  lisait, 

il  lut, 

il  lira. 

lu. 

nous  lisons, 

nous  lisions, 

nous  lumes, 

nous  lirons, 

avoir  lii. 

vous  lisez, 

vous  lisiez, 

vous  lutes. 

vous  lirez, 

ayaut  lu. 

ils  lisent. 

ils  lisaient. 

lis  lurent. 

ils  liront. 

36.  Mettre, 

je  niets. 

je  mettals, 

je  mis, 

je  mettrai. 

to  put. 

lu  mt'ts, 

tu  mettals. 

tu  mis. 

tu  mettras. 

mettaut. 

il  met, 

il  mettait. 

il  mit, 

il  niettra, 

inis. 

nous  niettons, 

nous  mettions, 

nous  mimes. 

nous  mettrons, 

avoir  mis. 

vous  niettez, 

vous  mettiez. 

vous  mites. 

vous  mettrez, 

ayunt  mis. 

ils  mettent. 

ils  mettaient. 

ils  mi  rent. 

ils  mettront. 

37.  Moiidre, 

je  inoucls, 

je  moulais. 

je  moulus, 

je  moudrai. 

to  grind. 

tu  niouds, 

tu  moulais. 

tu  moulus. 

tu  moudras, 

moulant. 

il  nioud, 

il  moulait. 

il  moulut, 

il  nioudra, 

moulu. 

nous  moulons, 

nous  moulions. 

nous  mouliimes. 

nous  moudrons. 

avoir  moulu. 

vous  moulez, 

vous  mouliez, 

vous  mouluies, 

vous  moudrez. 

ayant  moulu. 

ils  moulent. 

ils  moulaient. 

ils  mouluient. 

ils  moudrout. 

38.  Naitre, 

je  nais. 

je  naissais. 

je  naquis. 

je  naitrai. 

to  be  born. 

tu  nais, 

tu  naissais. 

tu  naquis. 

tu  naiiras, 

naissant. 

il  nait, 

il  iiaissait, 

il  iiaquit, 

il  luiitra. 

lie. 

nous  naissons, 

nous  naissions. 

nous  naquinies. 

nous  naitrons, 

etre  ne.^ 

vous  naissez. 

vous  naissiez. 

vous  naquites. 

vous  naitrez. 

etant  ne. 

ils  naisseut. 

ils  naissaient. 

ils  luiqiiirent. 

ils  naitront. 

39.  IHaire, 

je  plais. 

je  plaisais. 

je  plus, 

je  plairai. 

to  -please. 

tu  i)lais, 

tu  plaisais, 

tu  plus. 

tu  plairas. 

plaisant. 

il  plait, 

il  plaisait. 

il  plut. 

il  plaira, 

plu. 

nous  plaisons, 

nous  plaisions. 

nous  pliimes, 

nous  plairons, 

avoir  plu. 

vous  plaisez, 

vous  i)laisiez, 

vous  plutes. 

vous  plairez, 

ayant  plu. 

ils  plaisent: 

ils  plaisaient. 

ils  plurent. 

ils  plairoiit. 

40.  l*rendre, 

je  prends, 

je  prenais. 

je  pris. 

je  prcndrai. 

to  take. 

tu  prends. 

tu  prenais. 

tu  piis. 

tu  preiidras. 

prenant. 

il  prend, 

il  prenait. 

il  prit, 

11  prendra. 

l)!i(^. 

nous  prenons. 

nous  prenions, 

nous  primes, 

nous  preudrons, 

avoir  pris. 

vous  prenez. 

vous  preniez. 

vous  prites. 

vous  prendrez, 

ayaut  pris. 

ils  preniient. 

ils  prenaieut. 

ils  prirent. 

ils  prendront. 

*  In  the  compound  tenses  of  pronominal  verbs,  the 


COXJUGATIOX    OF    VERBS. 


275 


lEEEGULAR  MODEL  VERBS. 


SUBJUNCTIVE  MODE.                  1 

Verbs 

CONDITIONAL 

Imperatiye. 

conjugated  like 

Present.   E 

F 

Present.     G 

Imperfect.    H 

the 
Model  Verb. 

j'ecrirais, 

que  j'ecrive, 

que  j'ecrivisse. 

The    com- 

tu ecrirais, 

ecris, 

que  tu  ecrives. 

que  tu  ecrivisses, 

pounds     of 

il  ecrirait, 

qu'il  ecrive, 

qu'il  ecrivit, 

ecrire. 

nous  ecririons, 

ccrivons. 

que  nous  ecrivions. 

que  n.  ecrivissions, 

See  LL-t,  p.  280. 

vous  ecriiiez, 

ecrivez. 

que  vous  ecriviez. 

que  V.  ecrivissiez, 

ils  ecriraieiit. 

qu'ils  ecriveut. 

qu'ils  eciivlsseut. 

je  ferais, 

que  je  fasse, 

que  je  fisse, 

The    com- 

tu ferais, 

fais. 

que  tu  fasses, 

que  tu  tisses, 

pounds     of 

il  ferait, 

qu"il  fasse, 

qu'il  fit. 

/aire. 

nous  ferions, 

faisons. 

que  nous  fassions. 

que  nous  fissions, 

See  List,  p.  280. 

vous  feriez, 

faites. 

que  vous  fassiez. 

que  vous  fis^^iez, 

ils  feraient. 

qu"ils  fassent. 

qu'ils  fissent. 

je  lirais, 

que  je  lise, 

que  je  lusse, 

elire. 

tu  lirais, 

lis, 

que  tu  lises, 

que  lu  lubse-, 

reelire. 

il  lirait. 

qu'il  lise. 

qu'il  lilt, 

rellre. 

nous  lirions, 

lisons, 

que  nous  lisions. 

que  nous  lussions. 

vous  liriez, 

lisez. 

que  vous  lisiez, 

que  vous  lussiez. 

ils  liraient. 

qu'ils  liseut. 

qu'ils  lustent. 

je  mettrais, 

que  je  mette. 

que  je  misse, 

The    com- 

tu mettrais, 

mats. 

que  tu  mettes. 

que  tu  misses, 

pounds     of 

il  mettrait, 

quMl  mette, 

qu'il  mit. 

mettre. 

nous  mettrions. 

mettons, 

que  nous  mettions. 

que  nous  missions, 

See  List,  p.  280. 

vous  incttriez, 

mettez. 

que  vous  mettiez. 

que  vous  missiez. 

lis  mettraieut. 

qu'ils  mettent. 

qu'ils  missent. 

je  moudrais. 

que  je  moule. 

que  je  moulusse. 

emoudre. 

tu  moudrais. 

mouds. 

que  tu  monies, 

que  tu  moulusses. 

remoudre. 

il  moudrait, 

qu'il  moule, 

qu'il  moulut, 

nous  moudrions. 

moulons. 

que  nous  moulions. 

que  n.  moulussions, 

vous  moudriez, 

moulez. 

que  vous  mouliez. 

que  V.  moulussiez, 

ils  moudraient. 

qu'ils  mouleiit. 

qu'ils  moulusseut. 

je  naitrais. 

que  je  naisse. 

que  je  naquisse. 

renaitre. 

tu  naitrais. 

nais, 

que  tu  naisses. 

que  tu  naquisses, 

11  naitrait, 

qu'il  naisse, 

qu'il  naquit. 

nous  naitrious. 

naissons, 

que  nous  naissions. 

que  u.  naquissions, 

vous  naitriez, 

naissez. 

que  vous  naissiez. 

que  V.  naquissiez, 

ils  naitraient. 

qu'ils  naisseut. 

qu'ils  uaquissent. 

je  plairais, 

que  je  plaise, 

que  je  plusse, 

The    com- 

tu plairais. 

plais. 

que  tu  plaises. 

que  tu  plusses. 

pounds     of 

il  plairait, 

qu'il  plaise, 

qu'il   pliit. 

plaire. 

nous  plairions. 

plaisons. 

que  nous  plaisions, 

que  nous  plussions. 

See  List,  p.  280. 

vous  plairifz, 

plaisez. 

que  vous  plaisiez, 

que  vous  plussiez. 

talre. 

ils  plairaient. 

qu"ils  plaisent. 

qu'ils  plusseut. 

se  talre.* 

je  prendrais, 

que  je  prenne, 

que  je  prisse, 

The     com- 

tu prendrais. 

prends. 

que  tu  premies. 

que  tu  prisses, 

pounds     of 

il  prendrait. 

qu"il  prenne, 

qu'il    piit, 

prendre. 

nous  prendrions. 

prenons. 

que  nous  prenions. 

que  nous  prissions, 

See  List,  p.  280. 

vous  prendriez. 

prenez. 

que  vous  preiiiez, 

que  vous  prissiez. 

ils  prendraieut. 

qu"ils  prenneut. 

qu'ils  prlssent. 

auxiliary  verb  etre  Is  tised  for  the  auxiliary  verb  avoir, 


276 


AIN'ALYTICAL   PKENCH    READER. 


CONJUGATION^  OF 


INPIXITIVE 
Forms. 


,41.  Resoiidre, 

to  i^esolve. 
resolvant. 
resolu. ^ 
avoir  resolu. 
ayant  resolu. 

42.  Hire, 

to  laugh. 
riant, 
ri. 

avoir  ri. 
ayaut  ri. 

43.  Suffire, 

to  be  sufficient. 
suffisaut. 
suffi. 

avoir  suffi. 
ayant  suffi. 

44.  Suivre, 

to  follow. 
suivant. 
suivi. 

avoir  suivi. 
ayant  suivi. 

45.  Traire, 

to  milk. 
trayant. 
trait. 

avoir  trait, 
ayant  trait. 

46.  Vaincre, 

to  vanquish. 
vainquant. 
vaincu. 
avoir  vaincu. 
ayant  vaincu. 

47.  Vivre, 

to  live. 
vivant. 
vecu. 

avoir  vecn. 
ayaut  vecu. 


INDICATIVE  MODE. 


Present.    A       Imperfect,  JS       Past  Dep.     C 


je  resous, 
tu  resous, 
il  rcsout, 
nous  resolvons, 
voLis  resolvez, 
ils  resolvent. 

je  ris, 
tu  ris, 
il  rit, 

nou-i  rions, 
vous  riez, 
ils  rieut. 

je  suffis, 
tu  suffis, 
il  suffit, 
nous  suffisons, 
vous  suffisez, 
ils  suffisent. 

je  suis, 
tu  suis, 
11  suit, 

nous  suivons, 
vous  suivez, 
ils  suivent. 

je  trais, 
tu  trais, 
il  trait, 
nous  t rayons, 
vous  trayez, 
ils  traient. 

je  values, 
tu  values, 
il  vainc, 
nous  vainquons, 
vous  vainquez, 
ils  vainquent. 

je  vis, 
tu  vis, 
il  vit, 

nous  vivons, 
vous  vivez, 
ils  vivent. 


je  resolvais, 
tu  resolvais, 
il  resolvait, 
nous  resolvions. 
vous  resolviez, 
ils  resolvaient. 

je  rials, 
tu  rials, 
il  riait, 
nous  riions, 
vous  riiez, 
ils  riaient. 

je  suffisais, 
"tu  suffisais, 
il  suffisait, 
nous  suffisions, 
vous  s.uffisicz, 
ils  suffisaient. 

je  suivais, 
ta  suivais, 
il  suivait, 
nous  suivions, 
vous  suiviez, 
ils  suivaieut. 

je  trayais, 
tu  trayais, 
il  trayait, 
nous  trayions, 
vous  trayiez, 
ils  trayaient. 

je  vainquais, 
tu  vainquais, 
11  vainquait, 
nous  vainquions, 
vous  vainquiez, 
ils  vainquaient. 

je  vivais, 
tu  vivais, 
il  vivait, 
nous  vivions, 
vous  viviez, 
ils  vivaient. 


je  resolus, 
tu  resolus, 
il  resolur, 
nous  resolumes, 
vous  resolutes, 
ils  resolurent. 

je  ris, 
tu  ris, 
il  rit, 

nous  rimes, 
vous  rites, 
ils  rirent. 

je  suffis, 
tu  suffis, 
il  suffit, 
nous  suffimes, 
vous  suliites, 
ils  suffirent. 

je  suivis, 
tu  suivis, 
il  suivit, 
nous  suiviines, 
vous  suivites, 
ils  suivirent. 


je  vaiiiquis, 
tu  vainquis, 
il  vainquit, 
n.  vaiiiquimes, 
V.  vainquites, 
ils  vainquirent. 

je  vecus, 
tu  vrcus, 
il  vecut, 
nous  vecumes, 
vous  vi'cutes, 
ils  veeurent. 


Future.    Z» 


je  resoudrai, 
tu  resoudras, 
il  rL'soudra, 
nous  resoudrons, 
vous  resoudrez, 
ils  resoudront. 

je  rirai, 
tu  riras, 
il  rira, 
nous  rirons, 
vous  rirez, 
ils  riront. 

je  suffi rai, 
tu  suffiras, 
il  suffira, 
nous  siiffirons, 
vous  suffiruz, 
ils  suffiront. 

je  suivrai, 
tu  suivras, 
il  suivra, 
nous  suivrons, 
vous  suivrez, 
ils  suivront. 

je  trairai, 
tu  trairas, 
il  traira, 
nous  trairons, 
vous  trairez, 
ils  trairont. 

je  vaincrai, 
tu  vaincras, 
il  vaincra, 
nous  vainerons, 
vous  vaincrez, 
ils  vaiucront. 

je  vivrai, 
tu  vivras, 
il  vivra, 
nous  vivrons, 
vous  vivrez, 
ils  vivront. 


*  In  the  compound  tenses  of  pronominal  verbs 
i  Absoud/'e   deviates   from  tin?  niodel   in   the 


,  the 
past 


CON^JUGATION   OF   VERBS. 


277 


lEEEGULAK  MODEL  VERBS. 


SUBJUNCTIVE  MODE. 

Verbs 

CONDITIONAL 

Imperative. 

conjugated  like 

the 

Model  Verb. 

Pkesent.   -E 

F 

Present.     6f 

Imperfect.    JEL 

je  resoudrais, 

que  je  resolve, 

que  je  resolusse. 

absoudre.t 

tu  resoudrais, 

rescue. 

que  tu  resolves. 

que  tu  resolusses. 

il  resoudrait. 

qu'il  resolve, 

qu'il  resolut. 

nous  resoudrions, 

resolvons, 

que  nous  resolvions, 

que  n.  resolussions. 

vous  resoudriez, 

resolvez. 

que  vous  re&olviez. 

que  V.  resolussiez, 

ils  resoudraient. 

qu'ils  resolvent. 

qu'ils  resolussent. 

je  rirais, 

que  je  rie, 

que  je  risse. 

sourire. 

tu  rirais, 

ris. 

que  tu  ries. 

que  tu  risses, 

il  rirait, 

qu'il  rie, 

qu'il  rit. 

nous  ririons, 

rions, 

que  nous  riions. 

que  nous  rissions. 

vous  ririez, 

riez. 

que  vous  riiez. 

que  vous  rissiez. 

ils  riraient. 

qu"ils  rient. 

qu'ils  rissent. 

je  suffirais, 

que  je  suffise, 

que  je  suffisse. 

tu  suffirais, 

suffis, 

que  tu  suffises, 

que  tu  suffisses. 

il  suffirait, 

qu"il  suffise, 

qu'il  suffit. 

nous  suffirions, 

suffisons, 

que  nous  suffisions. 

que  nous  suffissions, 

vous  suffiriez, 

suffisez. 

que  vous  suffisiez, 

que  vous  suffissiez. 

ile  suffiiaient. 

qu'ils  suffisent. 

qu'ils  suffissent. 

je  suivrais, 

que  je  suive, 

que  je  suivisse. 

s'ensuivre.* 

tu  suivrais, 

suis, 

que  tu  suives, 

que  tu  suivisses. 

poursuivre. 

il  suivrait, 

qu'il  suive, 

qu'il  suivit, 

nous  suivrions, 

suivons, 

que  nous  suivions. 

que  n.  :^uivissions, 

vous  suivriez, 

suivez. 

que  vous  suiviez, 

que  V.  suivissiez. 

ils  suivraient. 

qu'ils  suivent. 

qu'ils  suivisseut. 

je  trairais, 
tu  trairais, 
il  trairait, 
nous  trairions. 

que  je  traie, 
que  tu  traies, 
quMl  traie, 
que  nous  trayions. 

extraire. 

trais, 

soustraire. 

trayons. 

vous  trairiez. 

trayez. 

que  vous  trayiez. 

ils  trairaient. 
je  vaincrais, 

qu'ils  traient. 
que  je  vainque, 

que  je  vainquisse, 

convaincre. 

tu  vaincrais. 

vaincs. 

que  tu  vainques, 

que  tu  vainc|uisses. 

11  vaincrait, 

qu'il  vainque, 

qu'il  vaiiiquit. 

nous  vaincrions. 

vainquons, 

que  n.  vainquions, 

que  n.  vainquissions. 

vous  vaincriez. 

vainquez. 

que  V.  vainquiez. 

que  v.  vaiuquissiez. 

ils  vaincraient. 

qu'ils  vainquent. 

qu'ils  vainquisseut. 

je  vivrais. 

que  je  vive, 

que  J3  vecusse. 

survivre. 

tu  vivrais. 

vis. 

que  tu  vives. 

que  iu  vecusses, 

il  vivrait, 

qu'il  vive. 

qu'il  veciit. 

nous  vivrions, 

vivons. 

que  nous  vivions. 

que  n.  vecussions. 

vous  vivriez, 

vivez. 

que  vous  viviez. 

que  V.  vecussiez. 

ils  vivraient. 

qu'ils  vivent. 

qu'ils  vecussent. 

auxiliary  verb  etre  is  used  for  the  auxiliary  verb  avoir. 
participle,  which  is  absous,  fern,  absoute. 


Defective  and  Slightly  Irregular  Yerbs. 


FIRST   CONJUGATION. 

See  Orthoofrapliic  Irregularities  in  the  first  conjugation,  page  251. 

SECOND   CONJUGATION. 

48.  Benlr,  to  dless  ;  to  consecrate,  has  two  past  participles:  heni,  in  the  sense 
of  blessed,  and  benit,  in  the  sense  of  consecrated ;  otherwise  it  is  regular. 

49.  DefnlJliv,  to  fail,  is  used  onlj^  in  the  plural  of  the  indicative  present: 
noit.s  defalUons ;  in  the  imoerfect  :  je  defaillals ;  in  the  past  definite:  je 
tlefalllls  ;  and  in  the  infinitive. 

50.  FaiUir,  to  fail,  has  faiUnnt,  failli;  present  :  je  faux,  tu  faux,  il 
faut,  nous  fnillons,  vous  fnillez,  Us  falllent ;  imperfect:  je  faillais ; 
past  definite  :  je  faillts.  It  is  used  principally  in  the  infinitive,  the  past  definite, 
and  the  compound  lenses. 

51.  Terir,  to  strike,  is  used  only  in  sans  couj)  fevlr,  ivithout  striking  a  blow, 
and  in  the  past  participle  :  feru. 

52.  Fleurir,  to  blossom;  to  flourish.  In  the  sense  of  to  blosso7n,  fleurlr  is 
regular  ;  in  the  sense  of  to  flourish,  it  has  the  present  participle  florlssaut,  and 
the  imperfect  tense  je  florissais,  etc. 

53.  Gesir,  to  lie  ,  ill  or  dead,',  has  only  :  il  git,  nous  gisons,  votis  gisez, 
Us  gisent  ;  imperfect:  Je  gisals  ;  present  participle  :  gisant. 

54.  Hair,  to  hate,  has  no  diseresis  on  the  I  in  the  singular  of  the  present  indi- 
cative and  of  the  imperative :  Je  lia'is,  tu  Jiais,   il  halt;  hais. 

55.  Issir,  to  issue,  is  used  only  in  the  past  participle  :  issu. 

5(i.  Ou'ir,  to  hear.  Of  this  verb  only  the  infinitive  and  the  past  participle, 
ou'i,  are  used. 

57.  (Juerir,  to  fetch,  is  used  only  in  the  infinitive. 

58.  Saillir,  to  project,  to  jut  out,  is  conjugated  like  cueillir;  the  third  per- 
son and  the  present  participle  only  are  used. 

59.  JSurgii-f  to  arrive  at,  to  start  up,  is  used  only  in  the  infinitive. 

THIRD   CONJUGATION. 

GO.  Aj-tparoir.  to  be  evident,  is  used  only  in  the  infinitive  and  in  the  third 
person  singular  of  tiie  indicative  preseift:  il  appert. 

01.  Choir,  to  fall,  is  uted  only  in  the  infinitive  and  past  jiaiticiple:  chu. 

02.  Conijiaroir,  to  appear  in  justice,  is  used  only  in  the  infinitive. 

03.  Dechoir,  to  fall  away,  follows  the  model  voir,  except  in  the  past  definite: 
je  (lechus.    The  present  participle,  imperfect,  and  imperative  are  wanting. 

04.  JEchoir,  to  chance  to  be  ;  to  become  due,  is  used  only  in  the  third  person  ;  it 
has  the  same  forms  as  deehoir,  and  also  the  present  participle  :  evlieaut. 


DEFECTIVE    AND    SLIGHTLY    IRREGULAR   VERBS.       279 

65.  Messeoir,  to  be  vnbecoming,  is  conjugated  as  asseoir :  Je  messieds,  etc. 
It  is  uot  used  in  the  past  detiuite,  tlie  compound  tenses,  and  the  present  participle. 

66.  Pourvoir,  to  provide,  follows  voir,  except  the  past  definite:  Je  pour- 
vus,  aud  the  future  :  je  pourvoirai, 

67.  I've  voir,  to  foresee,  follows  voir,  except  the  future  :  je  prevoirai. 

68.  JRavoir,  to  get  again,  follows  avoir,  but  is  used  only  in  the  future,  the 
conditional  present,  and  the  infinitive. 

69.  Seoir,  to  become,  is  used  only  in  the  third  person  of  the  present:  il  sied, 
ils  sieent  ;   of  the  imperfect  :  il  seyait,  aud  of  the  future  :  il  siera. 

70.  Seoir,  to  be  seated,  has  only  the  present  participle  :  seant,  and  the  past 
participle :  sis. 

71.  Souloir,  to  be  accustomed,  is  used  only  in  the  imperfect:  je  soulais. 

72.  Surseoir,  to  snsijend ;  present  participle  :  snrsoy<tiit;   past  participle: 
sursis  ;  future:  je  siirsoirui.    In  other  respects  it  follows  the  model  voir. 


FOURTH   CONJUGATION. 

73.  JLccroire  is  used  only  in  the  infinitive :  faire  accroire,  to  make  believe. 

74.  JBraire,  to  bray ;  present:  il  bruit.  Us  hraient ;  future:  il  hrttira, 

75.  Sru  ire ,  to  roar  ;  present  participle:  hvuyaiit ;  present  :  il  bruit;  in - 
perfect :  il  brtiyait. 

76.  Cii'concire,  to  circumcise,  follows  dire,  except  the  second  person  of  the 
present:  vous  circoncisez ;  and  the  past  participle :  circoncis. 

77.  Clore,  to  close  ;  present:  je  clos,  tu  clos,  il  clot ;  future  :  je  clorai; 
past  participle :  clos. 

78.  Contredire,  to  contradict,  and  the  following  compounds  of  dire,  viz. : 
dedire,  to  unsay;   interdire,  to  forbid  ;    inedire,  to  slander;    predire,  to 

foretell,  follow  the  model  dire,  except  in  the  second  person  plural  of  the  present 
indicative  and  of  the  imperative,  which  is  discs  instead  of  dites. 

79.  Courre,  to  hunt,  is  used  only  in  the  infinitive. 

80.  Decon  fire,  to  discomfit ;  past  participle  :  deconfit. 

81.  Eclore,  to  be  hatched,  follows  clore  (77)  ;  it  is  used  only  in  the  third 
person. 

82.  Frire,  to  fry  ;  present  :  je  fris,  tic  fris,  il  frit ;  future  :  je  frirai  ; 
past  participle  :  frit. 

83.  Mul faire,  to  do  wrong,  is  used  only  in  the  infinitive,  the  compound  tenses, 
and  the  past  participle  :  nialfait. 

84.  3Iaudire,  to  curse;  present  participle  :  inundissuut.  The  double  .v  is 
retained  in  the  parts  derived  from  the  pi  e^ent  participle  ;  in  other  respects  it  fol- 
lows dire. 

85.  Honipre,  tobreak,  is  regular,  except  in  the  third  person  singular  of  the 
indicative  present :  il  rotnpt. 

86.  Soudre,  to  solve,  is  \ised  only  in  the  infinitive. 

87.  Sourdre,  to  spring  forth,  is  used  only  in  the  third  person  singular  and 
plural:  il  sourd,  ils  sourdent.    It  has  no  present  participle. 

88.  Tistre,  to  weave  ;  past  participle  :  tiss%i. 


LIST  OF  IRREGULAR  VERBS. 


Tlie    IMocIel     Verbs    are    in    Bold.    IT'aced.    Type. 


Abattre  (23),  to  fell. 

Absoudre  (41  ,  to  absolve. 

Absteiiir  (,s')  (13),  to  abstain. 

Abstrairo  (45),  to  abstract. 

Accourir  (5),  to  run  to. 

Accroire  (73),  to  believe. 

Accioitre  (31),  to  increase. 

Accueillir  (6),  to  receive. 

Acquerir  (3),  to  acqrdre. 

Adinettrc  (36),  to  admit. 

Advenir  (14),  to  happen. 

Aller  (1),  to  go. 

Apparaitre  (28),  to  appear. 

Apparoir  (60),  to  be  evident. 

Apparteuir  (13),  to  belong. 

Api)reiidre  (40),  to  learn. 

As^saillir  (6),  to  assail. 

Assentir  (12),  to  assent. 

Aseeoir  (16),  to  set. 

Asseoir  (s' )  (16),  to  sit  down. 

Astreindre  (29),  to  force. 

Atteindre  (29),  to  attain. 

Attraire  (45),  to  attract. 

Aveiiidre  (29),  to  fetch  out. 

Avenir  (14),  to  happen. 

Avoir  (p.  245),  to  have. 

Bitttrv  (23),  to  beat. 

Benir  (48),  to  bless. 

Ho  ire  (24),  to  drink. 

Jiouillir  (4),  to  boil. 

Bfaire  (74),  to  bray. 

Bruire  (75),  to  make  a  noise. 

Ceiiidre  (29),  to  gird. 

Choir  (61),  to  fall. 

Circoncire  (76),  to  circumcise. 

Circonscrire  (33),  to  circumscribe. 

Circoiivenir  (14),  to  circumvent. 

Clore  (77),  to  close. 

Combattre  (23),  to  fight. 

Commettre  (86),  to  commit. 

Coniparaitre  (27),  to  appear,      [justice. 

Comparoir  (62),  to  appear  in  a  court  of 

Complaire  (39),  to  comply  with. 

Compreiidre  (40),  to  understand. 

ComprorQettre  (36),  to  co7npromise. 


Conclure  (25),  to  conclude. 
Concourir  (5),  to  concur. 
C and u  ire  (26),  to  conduct. 
Confire  (32),  to  preserve. 
Conjomdre  (29),  to  unite. 
Conuftitre  (27),  to  know. 
Conquerir  (3),  to  conquer. 
Conseiitir  (12),  to  consent. 
Coiistruire  (26),  to  construct. 
Contenir  (13),  to  contain. 
Contraindre  (29),  to  compel. 
Contredire  (32,  78),  to  contradict. 
Contrefaire  (34),  to  counterfeit. 
Contrevenir  (14),  to  transgress. 
Convaincre  (46),  to  convince. 
Conveiiir  (14),  to  agree. 
Corrompre  (85),  to  corrupt. 
Coudre  (28),  to  seiv. 
Courir  (5),  to  run. 
Courre  (79),  to  hunt. 
Couvrir  (10),  to  cover. 
Craindre  (29),  to  fear. 
Croire  (30),  to  believe. 
Croitre  (31),  to  grow. 
Cueillir  (6),  to  pluck. 
Ciiire  (26),  to  cook. 
Debattre  (23),  to  debate. 
Dechoir  (63),  to  fall  off. 
Duclore  (77),  to  unclose. 
Deconfire  (80),  to  rout. 
Decoudrc  (29),  to  utisew. 
Deconvrir  (10),  to  discover. 
Decrire  (33),  to  describe. 
Decroire  (30),  to  disbelieve. 
Decroitre  (31),  to  decrease. 
Dedire  (32,  '^S),  to  disown. 
Dedire  (se)  (32,  78),  to  retract. 
Dediiire  (26),  to  deduct. 
Delaillir  (58),  to  fail. 
Defaire  (34),  to  undo. 
Dc'joindre  (29),  to  disjoin. 
Dumeiitir  (12),  to  contradict. 
Demettre  (36),  to  dislocate. 
Demettre  (se)  (36),  to  resign. 
Pemouvoir  (17),  to  make  one  desist. 


LIST   OF    IRREGULAR    VERBS. 


281 


Departir  (11),  to  distribute. 
Depart! r  (se)  (11),  to  desist. 
Depeindre  (29),  to  describe. 
Deplaire  (39),  to  displease. 
Depourvoir  (21,  66),  to  deprive. 
Desapprendre  (40),  to  unlearn. 
Desservir  (7),  to  disoblige. 
Deteindru  (29),  to  discolor. 
Detenir  (13),  to  detain. 
Detriiire  (26),  to  destroy. 
Devenir  (14),  to  become. 
Devetir  (15),  to  strip. 
Devetir  (se)  (15),  to  undress  one's  self. 
Dire  (32),  to  say. 
Discouveiiir  (14),  to  disagree. 
Discourir  (5),  to  discourse. 
Disparaitre  (27),  to  disappear. 
Dist^oudre  (41,  86),  to  dissolve. 
Ditrtraire  (45),  to  divert  from. 
Distraire  (se)  (45),  to  divert  one''s  mind. 
Dormir  (7),  to  sleep. 
Diiire  (26),  to  suit. 
Etjattre  (s')  (23).  to  be  merry. 
Ebouillir  (4),  tQ  boil  down. 
Echoir  (64),  to  expire. 
Eclore  (81),  to  be  hatched. 
Econduire  (26),  to  put  off. 
JJcrire  (33),  to  write. 
Elire  (35),  to  elect. 
Embolre  (24),  to  itnbibe. 
Emeltre  (36),  to  emit. 
Emoiidre  (37),  to  grind. 
Emouvoir  (17),  to  move. 
Eiupreindre  (29),  to  i??ip}'int. 
Enceindre  (29),  to  surround. 
Enclore  (77),  to  inclose. 
Encourir  (5),  to  incur. 
Endormir  (7),  to  make  sleep. 
Enduire  (26),  to  do  over  with. 
Enfreiudre  (29),  to  infringe. 
Enfuir  (s')  (8),  to  run  away. 
Eujoindre  (29),  to  enjoin. 
Enqiierir  (s')  (3),  to  inquire. 
Ensuivre  (s')  (44),  to  result. 
Entremettre  (s')  (36),  to  intermeddle. 
Entr'ouvrir  (10),  to  open  a  little. 
Entreprendre  (40),  to  undertake. 
Entretenir  (13),  to  keep  up. 
Entrevoir  (21),  to  have  a  glimpjse  of. 
Etivoyer  (2),  to  send. 
Epreiudre  (29),  to  squeeze  out. 
Eprendre  (s')  (40),  to  be  smitten. 
Equivaloir  (20),  to  be  equivalent. 
Eteiudre  (29),  to  extinguish. 
fitre  (p.  247),  to  be. 
Etrelndre  (29),  to  tivist. 
Excluro  (25),  to  exclude. 
Extrairc  (45),  to  extract. 
Faillir  (cO),  to  fail. 


Faire  (34),  to  do. 
Falloir  (p.  264),  to  be  necessary. 
Feindre  (29),  to  feign. 
Ferir  (51),  to  strike. 
Fleurii-  (52),  to  bloom. 
Forfaire  (34),  to  forfeit. 
Frire  (82),  to  fry. 
Ftiir  (8),  to  fly. 
Geindre  (29),  to  tvhine. 
Gesir  (53),  to  lay. 
Hair  (54),  to  hate. 
Induire  (26),  to  induce. 
Inscrire  (33),  to  inscribe. 
lustruire  (26),  to  instruct. 
Interciii-e  (32),  to  forbid. 
InteiTompre  (85),  to  interrupt. 
Intervenir  (14),  to  meddle. 
Introduire  (26),  to  introduce. 
Issir  (55),  to  come  out. 
Joindre  (29),  to  join. 
Lire  (35),  to  read. 
Luire  (26),  to  shine. 
Maiutenir  (13),  to  maintain. 
Malfaire  (34,  83),  to  do  hai^n. 
Maudire  (32,  84),  to  curse. 
Meconnaitre  (27),  to  disown. 
Medire  (32),  to  slander. 
Mefaire  (34),  to  do  wrong. 
Mentir  (12),  to  lie. 
Mepreudre  (se)  (40),  to  mistake. 
Messeoir  (65),  to  be  unbecoming. 
Mettre  (36),  to  put. 
Moudre  (37),  to  grind. 
Mourir  (9),  to  die. 
Monro ir  (17),  to  remxme. 
Kaitre  (38),  to  be  bo?m. 
Nuire  (26),  to  harm. 
Obteiiir  (13),  to  obtain. 
Oflfrir  (10).  to  offer. 
Oiudre  (29),  to  anoint. 
Omettre  (36),  to  omit. 
Oiiir  (56),  to  hear. 
Ouvrir  (10),  to  ojnn. 
Paitre  (27),  to  graze. 
Paraitre  (27),  to  appear. 
Parcourir  (5),  to  run  over. 
Parfiiii-e  (34),  to  complete. 
Fartir  (11),  to  start. 
Parvenir  (14),  to  reach. 
Peindre  (29),  to  paint. 
Permettre  (36),  to  allow. 
Plaiiidre  (29),  tointy. 
Flaire  (39),  to  jylease. 
Fie  avoir  (p.  264),  to  rain. 
Poiudre  (29),  to  dawn. 
Poursuivre  (44),  to  pursue. 
Pourvoir  (21,  66),  to  jyrovide. 
Foiivoir  (18),  to  be  able. 
Predire  (32,  78),  to  foretell. 


282 


ANALYTICAL    FREI^'CH    READER. 


Prendre  (40),  to  take. 
Prescrire  (33),  to  jyrescribe. 
Presseiitir  (12),  to  forebode. 
Prevaloir  (20),  to  prevail. 
Prevenir  (14),  to  pi'event. 
Prevoir  (21,  67),  to  foresee. 
Produire  (26),  to  produce. 
Promettre  (36),  to  promise, 
Promouvoir  (17),  to  promote. 
Proscrire  (33),  to  proscribe. 
Proveiiir  (14),  to  proceed. 
Rubattre  (23),  to  pull  doion. 
Rapprendre  (40),  to  learn  again. 
Rasseoir  (16),  to  replace. 
Rasseoir  (se)  (16),  to  sit  down  again. 
Ratteindre  (29),  to  catch  again. 
Ravoir  (68),  to  get  again. 
Rebattre  (23),  to  beat  again. 
Reboire  (24),  to  drink  again. 
Rebouillir  (4),  to  boil  again. 
Reclure  (25),  to  shut  up. 
Reconduire  (26),  to  reconduct. 
Recouuaitre  (27),  to  recognize. 
Reconquerir  (3),  to  reconquer. 
Reconstrnire  (26),  to  reconstruct. 
Recoudre  (28),  to  sew  again. 
Recourir  (5),  to  have  recourse  to. 
Recouvrir  (10),  to  cover. 
Recrire  (33),  to  ^vrite  again. 
Recroitre  (31),  to  grow  again. 
Recneillir  (6),  to  gather. 
Reciiire  (26).  to  cook  again. 
Redefaire  (34),  to  undo  again. 
Redevenir  (14),  to  become  again. 
Redire  (32,  78),  to  say  again. 
Redoniiir  (7),  to  sleep  again. 
Reduire  (26),  to  reduce. 
Reelire  (25),  to  reelect. 
Refaire  (34),  to  do  again. 
Refleurir  (52),  to  bloom  again. 
Rejoiiidre  (29),  to  overtake. 
Relire  (35),  to  read  again. 
Reluire  (26),  to  glitter. 
Remettre  (36),  to  pid  again. 
Remoudre  (37),  to  grind  again. 
Renaitre  (38),  to  revive. 
Rendonnir  (7),  to  lull  to  sleep  again. 
Reiitraii-e  (45),  to  fine-draw  ;  to  join  on. 
Repaitre  ^27),  to  feed. 
Reparaitre  (27),  to  reappear. 
Repartir  (11),  to  start  again. 
Repeindre  (29),  to  paint  again. 
Repentir  (se)  (12),  to  repent. 
Reprendre  (40),  to  take  again. 
Reproduire  (26),  to  reproduce. 
Requerir  (3),  to  request. 
Mesoiidre  (41),  to  resolve. 
Ressentir  (12),  to  resent. 
Ressorlir  (11),  to  go  out  again. 


Ressoiivenir  (se)  (14).  to  remember. 

Restreindre  (29),  to  restrain. 

Reteindre  (29),  to  dye  again. 

Retenir  (13),  to  retain. 

Retrairc  (45),  to  milk  again. 

Revaloir  (20),  to  give  an  equivalent. 

Revc'iiii-  (14),  to  come  back. 

Revetir  (15),  to  clothe. 

Revivre  (47),  to  revive. 

Revoir  (21),  to  see  again. 

Hire  (42),  to  laugh. 

Rompre  (85),  to  break. 

Rouvrir  (10).  to  open  again. 

Saillir  (58),  to  jut  out. 

Satisfaire  (34),  to  satisfy. 

Sfivoir  (19),  to  know. 

Secourir  (5),  to  hdp. 

Seduire  (26),  to  seduce. 

Sentir  (12),  to  feel. 

Seoir  (69),  to  become. 

Seoir  (70),  to  be  seated. 

Servii-  (7),  to  serve. 

Sortir  (11),  to  go  out. 

Soudie  (86),  to  solve. 

Soufi'nr  (10),  to  suffer. 

Souloir  (71).  to  be  accustomed. 

Soumettre  (36),  to  submit. 

Sourire  (42),  to  smile. 

Soui  dre  (87),  to  spring. 

Souscrire  (33).  to  subscribe. 

Soustraire  (45),  to  subtract. 

Soutenir  (13),  to  sustain. 

Souvenir  (se)  (14),  to  remember. 

Subvenir  (14),  to  assist. 

S II  fix  re  (43),  to  suffice. 

Snivfe  (44).  to  follow. 

Surgir  (59),  to  land. 

Surf  aire  (34),  to  overdo. 

Surprendre  (40),  to  surprise. 

Surseoir  (72),  to  put  of. 

Survenir  (14),  to  survene. 

Survivre  (47),  to  survive. 

Taire  (39),  to  conceal. 

Taire  (^^i)  (39),  to  keep  silent. 

Teindre  (29),  to  dye. 

Tenir  (13).  to  hold. 

Tistre  (88),  to  iveave. 

Traduire  (26),  to  translate. 

Traire  (45).  to  milk. 

Transcrire  (33),  to  copy. 

Transinettre  (36),  to  transmit. 

Tressiailiir  (6),  to  start. 

Valncre  (46),  to  vanquish. 

Valoir  (20),  to  be  tvorth. 

Veuir  (14),  to  come. 

Vetlr  (15),  to  dress. 

Virre  (47),  to  live. 

Voir  (21),  to  see. 

Vouloir  (22),  to  will. 


VOCABULARY 

TO    ANALYTICAL    FKENCH    EEADEE. 


it,  ??re/).,  to,  at,  in. 

ahaisseineiit,  s.  m.,  abasement,  hum- 
iliation. 

ahaisser,  v.  a.,  to  lower,  to  pull  down. 
s'lihaisseVf  V. p.,  to  sink;  to  lower 
one's  self. 

abandon,  s.m.,  forsaking,  desertion. 

aba)idonne,  p.  p.,  deserted. 

abandonnenient,    s.    in.,    abandon- 
ment, desertion. 

abandonner,  V.   a.,   to   ab  mdon,   to 
forsake,  to  give  up. 

abat-jour,  s.  m.,  sky-ligh"-,  shade. 

abattre,  v.  a.  irr.,  to  beat  down  ;  to 
dishearten. 
s 'abattre,  v.  j)-i  to    fall    down,   to 
break  down  ;  to  be  cast  down. 

abbe,  s.  m.,  abbot,  priest. 

abinie,s.  m.,  abyss,  gulf,  depth. 

abnegation,  ■«./.,  self-denial. 

abo lenient,  s.  m.,  barking. 

abord,  access. 
d'abord,  at  first. 

abontir,  v.  n.,  to  lead  to,  to  end  in. 

abrl,  s.  m.,  shelter. 

abvlter,  v.  a.,  to  shelter. 
s'abriter,  v.  p.,  to  shelter  one's  self. 

absence,  s.f.,  absence. 

absinthe,  s  /.,  bitters  (liquor). 

absolii,  -e,  adj.,  absolute,  positive. 

absoliiment,  adv.,  absolutely. 

absorber,  v.  a.,  to  absorbe;  to  engross. 

absoudre,  v.  a.  irr.,   to    absolve,  to 
acquit. 

abstenir  (s'J,  v.  p.  ^?7'.,  to  abstain, 
to  forbear,  to  refrain. 

abiis,  s.  m.,  abuse,  misuse;  mistake. 

abuser,  v.  a.,  to  deceive. 

abuser,  v.  n.,  to  misuse,  to  abuse. 
s'abuscr,  v. p.,  to  deceive  one's  self. 

academicietif  s.  m..,  fellow  of  an  aca- 
demy. 


academic,  s.f.,  academy. 
acajou,  s.  m.,  mahogany. 
accabler,  ?;.«.,  to  crush,  to  overwhelm. 
acceder,  v.  n.,  to  acceed,  to  agree,  to 

consent. 
accelerer,  v.a.,  to  accelerate,  to  hasten. 
accent,  s.   m..   accent,     tone ;     song, 

strains. 
accepter,  v.  a.,  to  accept. 
acc^s,  s.  m.,  access,    admittance  ;    fit, 

burst,  attack.  [able. 

accessible,  adj.,  accessible,  approach- 
accessoire,  adj.,  accessory,  additional. 
accident,  s.  m.,  accident,  chance. 
acclamation,  s.f.,  acclamation. 
accommoder,  v.  a.,  to  fit  ;   to  recon- 
cile ;  to  prepare,  to  cook,  to  dress. 
acconipagner ,  v.  a.,  to  accompany, 

to  escort,  to  attend,  to  follow. 
accomplir,  v.  a.,  to  accomplish. 

s'accomplir,  v.  p.,   to   be  accom- 
plished, to  happen,  to  pass. 
accord,  s.  m.,  agreement,  harmony. 

etre  d' accord  avec,  to  agree  with. 
accorder,  v.  a.,  to  grant. 

s'accorder,  v.p.,  to  agree. 
accourir,  v.  n.  i?r.,  to  run  up  hastily. 
accoutumer,  v.  a.,  to  accustom. 

s'accoutumer,  v.  p.,  to  accustom 
one's  self. 
accrediter,  v,  a.,  to  accredit,  to  give 

credit  to. 
accrocher,  v.  a.,  to  h'  ok,  to  hang  up. 

s'accrocJier,  v.p.,  to  stick  to,  to  be 
fastened  to. 
accroitre,v.  n.  irr.,  to  increase. 

s'accroitre,  v.  p.,   to  increase,   to 
grow. 
accroupir  (s'),  v.p.,  to  squat  down. 
accueil,  s.  in.,  reception,  welcome. 
accueillir,  v.  a.  irr.,  to  receive,  to 

greet,  to  welcome. 


284 


ANALYTICAL   rJiE]S"CH    EEADER. 


accumuler,  v.  a.,  to  accumulate. 
s'acciiinuler,  V. p.,  to  heap  up,  to 
increase. 

accusation^  s.f.,  accusation. 

accuse,  -e,  s.  rii.  and  /.,  accused  per- 

accuser,  v.  a.,  to  accuse.  [son. 

acere,  -e,  adj.,  sharp,  keen. 

achame,  -e,  adj.,  savage,  infuriated. 

achartienie lit ,  s.  in.,  rage,  fury. 

acharner,  v.   a.,   to  provoke,   to  in- 
cense. 
s'acharner,  v.  p.,   to  be  excited, 
enraged. 

achat,  s.  m.,  purchase. 

achenihier,  v.  a.,  to  forward. 
s'acJieniiner,  v.  p.,  to  set  out,  to 
proceed  on  a  journey. 

acheter,  v.  a.,  to  buy. 

achever,  v.  a.,  to  finish,  to  complete. 

acier,  s.  in..  steel;  sword. 

acme,  s.  m.,  acme. 

acqtierir,  v.  a.  irr.,  to  acquire,  to  pur- 
chase. 

acquit,  s.  ni.,  receipt. 

acqtiitter,  v.  a.,  to  acquit. 
s ' acqtiitter ,  v.  j).,  to  discharge,  pay 
off  one's  debts;  to  perform,  to  fulfil. 

acte,  s.  m.,  act,  deed,  action. 

acteur,  s.  in.,  actor. 

actif,  -ive,  adj.,  active,  quick. 

action,  s.f .,  action;   deed,  fe:it;  suit, 
case. 

activite,  s.f.,  activity. 

adieu,  s.  ni.,  good-bye,  farewell. 

adniettre,  v.  a.  irr.,  to  admit,  to  re- 
ceive ;  to  allow,  to  grant. 

administration,   s.  /.,    administra- 
tion, management,  direction. 

adtninistre,  s.  in.,  person  under  one's 
administration. 

administrer,  v.   a.,    to    administer, 
to  manage. 

admirable,  adj.,  admirable. 

admiration,  s.f.,  admiration. 

admirer,  v.  a.,  to  admire. 

adonner  (s'),  v.  p.,  to  apply  one's 
self;  to  be  addicted  to. 

adopter,  v.  a.,  to  adopt,  to  choose. 

adorable,  adj.,  adorable. 

adoration,  s.f.,  adoration. 

adorer,  v.  a.,  to  adore. 

adresse,  s.f,  address,  direction;  dex- 
terity; cunuiug. 


adresser,  v.  a.,  to  address  ;  to  say. 

s'adresser,  v.  2>-i  to  be  addressed 
to  ;  to  apply  to. 
adroit,  -e,  adj.,  skilful,  sharp. 
adversaire,  s.  m.,  adversary. 
adversite,  s.f.,  adversity. 
aerien,  -ne,  adj.,  aerial,  of  the  air. 
affaiblir,  v.  a.,  to  weaken. 

s'affaiblir,  v.p.,  to  grow  weak. 
affaire,  s.f,  affair,  business;  dispute, 
difiiculty. 

avoir  affaire  d,   to  have  to  deal 
with. 

avoir  affaire  de,  to  have  need  of. 
affaire,  -e,  adj.,  busy,  full  of  business. 
affaisser,  v.   a.,  to  sink;    to  weigh 
down. 

s' affaisser,  v.  p.,  to    sink    down, 
to  give  way,  to  droop. 
affatne,  -e,  adj.,  hungry,  starving. 
aff^ecter,  v.  a.,  to  aftect,  to  assume,  to 

pretend. 
affection,  s.f,  affection. 
affectionate,  -e,  adj.,  aftectionate. 
affiche,  s.f,  bill,  hand-bill,  placard. 
affermir,  v.  a.,  to  strengthen. 

s'affermir,  v.  p.,  to  become  strong. 
affirmatlf,  -ive,     adj.,    affirmative, 

positive. 
affii'mative,  s.f,  afiirmative. 
affirmer,  v.  a.,  to  affirm,  to  assert. 
affliction,  s.f.,  alfiictiou. 
fjffifft^^'f  V.  a.,  to  afllict,  to  trouble. 

s'uffti(/er,  V.  j)-i  to  grieve,  to  mourn. 
affiuer,  v.  n.,  to  flow,  to  run;  to  resort ; 

to  flow,  or  come  together. 
affranchir,  v.  a.,  to  set  free. 

s'aff'ranchir,  v.  p.,   to  free  one's 
self. 
affreusement,  adv.,  frightfully,  hor- 
ribly. 
affrcux,  -ease,   adj.,  frightful,   hor- 
rible. 
aff'ront,  s.  m.,  afi'ront;  disgrace. 
affronter,  v.  a.,  to  encounter,  to  fJice, 

to  brave. 
affut,  s.  in.,  gun-carriage. 
a  fin  de,  prep.,  in  order  to,  so  as  to. 
afiti  que,  conj.,  that,  in  order  that. 
Af'ricain,  -e,  adj.  and  s.  in.  or   /., 

African. 
Afriqtte,  s.  f,  Africa. 
a(/ef  s.  m.,  age. 


VOCABULARY. 


285 


age,  -e,  adj..,  aged,  old. 
ayenouiller  (s' ),  v. p.,  to  kneel  down. 
agent,  s.  in.,  agent. 
agile,  adj.,  quick,  nimWle,  light-footed. 
agir,  v.  v.,  to  act. 

s'agir,  v.  imp.,  to  be  about,  the  thing 
in  question. 

il  s'agit  de  notre  saint,  it  con- 
cerns our  safety. 
agitation,  s.f.,  agitation,  stir. 
agiter,  v.  a.,  to  agitate,  to  stir. 

s'agiter,  v.  p.,  to  be  agitated. 
agneau,  s.  m.,  lamb. 
agonie,  s.f.,  agony. 
agt'andir,v.n.,  to  enlarge,  to  increase. 

s'agrandir,  v.  p.,  to  grow  larger. 
agreable,  adj.,  agreeable,  pleasant. 
agriculture,  s.f.,  agriculture. 
ah  !  interj.,  oh  !  ah  ! 
aide,  S.  f.,  help. 

venir  en  aide,  to  help,  to  assist. 
aide,  s.  m.,  helper. 
aide-de-camp ,  s.  m.,  aide-de-camp. 
aider,  v.  a.,  to  help. 

s'aider,  v.  p).,  to  help  one's  self. 
aider,  v.  n.  (d),  to  assist,  to  1  nd  a 
aigle,  s.  m.,  eagle.  [hand. 

aiglon,  s.  m.,  young  eagle,  eaglet. 
aigre,  adj.,  sour,  acid. 
aigrette,  s.  f.,  egret  ;  tuft  of  feathers, 

plume. 
aigu,  -e,  adj.,  sharp,  shrill. 
aiguille,  s.f.,  needle. 
aiguillon,  s.  m.,  sting,  gnat;   incen- 
tive, spur. 
aile,  s.f,  wing. 
aillenrs,  adv.,  elsewhere. 

d'ailleurs,  after  all,  besides. 
ainiable,  adj.,  amiable,  kind,  obliging. 
aimer,  v.  a.,  to  love,  to  be  fond  of,  to 

like. 
aimer  tnieux,  to  like  better,  to  prefer. 
atne,  -e,  adj.,  fir.'^t-born,  elder,  eldest. 
ainsi,  adv.,  thus,  so. 
ain.si  que,  conj.,  as,  as  well  as. 
ainsi  de  suite,  and  so  on. 
air,  s.  771.,  air;  look,  appearance. 

avoir  I' air,  to  look  like. 
aire,  s.f.,  eyry. 
aise,  s.  /.,  ease;  satisfaction,  content. 

a  I' aise,  at  ease. 

etre  a  son  aise,  to  be  comfortable  ; 
to  be  well  off. 


aise,  adj.,  glad,  joyful. 

aisement,  adv.,  easily. 

aj outer,  v.  a.  and  n.,  to  add. 

aj  aster,  v.  a.,  to  adjust,  to  arrange,  to 

put  together. 
alarnie,  s.f.,  alarm. 
alarmer,  v.  a.,  to  alarm. 

s'alarmer,  v.  p.,  to  be  alarmed. 
A.lbain,  s.  m.,  Albian. 
alcade,  s.  m.,  alcade  (a  judge  in  Spain). 
alchiniiste,  s.  m.,  alchemist. 
alerte,  adj.,  alert,  quick,  nimble. 
alghbre,  s.f.,  algebra. 
aliened',  v.  a.,  to  alienate. 
aliment,  s.  m.,  lood,  nourishment. 
alleger,  v.  a.,  to  lighten,  to  relieve. 
allegresse,  s.f,  joy. 
alleguer,  v.  a.,  to  allege,  to  plead. 
AUcmagne,  s.f.,  Germany. 
Allcmand,  -e,  adj.  and  s.  ni.  or/., 

German. 
aller,  v.  n.  irr.,  to  go. 

s'eti  aller,  v.  p.,  to  go  away. 
allie,  -e,  adj.  and  s.  m.  or/.,  ally. 
allons  !  interj.,  come  !  well ! 
allutner,  v.  a.,  to  kind'e,  to  light  up. 
allumette,  s.f.,  match. 
alors,  adv.,  then  ;    at  that  time;  in 

that  case. 
Alpes,  s.f.  pi.,  the  Alps. 
altere,  -e,  adj.,  thirsty. 
altier,  -iere,  adj.,  haughty,  proud. 
amant,  s.  m.,  sweetheart,  lover. 
amns,  s.  m.,  heap,  mass. 
amasser,  v.  a.,  to  gather,  to  heap  up. 
ambassade,  s.  /.,  embassy. 
ambassadeur,  s.  in.,  ambassador. 
ambassadrice,  s.f.,  ambassadress. 
ambitieux,  -ieuse,  rt(/J.,  ambitious. 
ambition,  s.f.,  ambition. 
time,  s.  /.,  soul ;  sjtirit ;  mind. 
ameliorer,  v.  a.,  to  improve. 

s'ameliorer,  v.  p.,  to  improve. 
amenagement,  s.m.,  management. 
amener,  v.  a.,  to  bring  ;  to  draw  ;  to 

bring  about. 
amer,  -ere,  a<lj  -  bitter. 
amerement,  adv  ,  bitteily. 
Jimericaiii,  -e,  adj.  and  s.  m.  or  /., 

American. 
Amerique,  s.  /.,  America. 
umertunie,  S.f,  bitterness. 
ami,  -e,  s.  m.  or/.,  friend. 


286 


ANALYTICAL   FKEi^CH    READEE. 


amical,  -e,  adj.,  friendly. 

atnincir,  v.  a.,  to  make  thinner. 
s'amincir,  v.  p.,  to  grow  thinner. 

aniitie,  s./.,  friendsliip. 

amort ir,  v.  a.,  to  soothe  ;  to  deaden  ; 
to  allay. 
s'ainortir,  v.  j)-,  to  be  deadened. 

amour,  s.  m.,  love,  affection. 

amour-prox>ref  conceit,  vanity,  self- 
love;  selfishness. 

a))ioureux,  -eiise,  adj.,  in  love,  amo- 
rous. 

aviphitryon,  s.  m.,  host  (master  of 
the  home),  treater. 

ampoule,  s.f.,  vial  (for  holy  oil). 

amusant,  -e,  adj.,  amusing. 

amuser,  v.  a.,  to  amuse. 
s'aimiser,  v.  }?.,  to  be  amused,  to 
amuse  one's  self. 

an,  s.  m.,  year. 

ancetres,  s.  m.  pL,  ancestors. 

ancien,  -ue,  adj.,  ancient. 

fine,  s.  m.,  ass,  donkey. 

due  bate,  an  ignorant  fellow. 

atieatitir,  v.  a.,  to  annihilate. 

aufractuosite,  s.  /.,  winding,  craggy 
part. 

anffe,  s.  m.,  angel. 

Anglais,  -e,  adj.  and  s.  m.  or/.,  En- 
glish; Eng.ishman;  Englishwoman. 

angle,  s.  m.,  angle  ;  turning,  corner. 

Angleterre,  s.f.,  England. 

angoi.s.se,  s.f.,  anguish,  pang. 

angnleux,  -ease,     adj.,     angulous  ; 
sharp,  harsh. 

anier,  s.  m.,  ass-driver. 

animal,  s.  m.,  animal,  beast,  creature. 

cunimer,  v.  a.,  to  animate,  to  revive,  to 
enliven. 
s'animer,  v.  ^>.,  to  cheer  up;    to 
grow  excited. 

annales,  s.  f.  pL,  annals. 

anneau,  s.  in.,  ring  ;  curl;  coil. 

ann.ee,  s.  f,  year. 

annoncer,  i.  a.,  to  announce. 
s'annoncer,  v.  j)--,  to  aunonnce  its 
coming. 

antagoniste,  s.  m.,  antagonist. 

antichamhre,  s.f.,  antechambre. 

antipathie,  s.f.,  antipathy. 

antique,  adj.,  antique  ;  ancient,  old. 

antiquite,  s.f.,  antiquity. 

antre,  s.f.,  den,  cave,  retreat. 


anaciete,  s.f,  anxiety. 

ajtaiser,  v.  a.,  to  appease  ;  to  mitigate. 
s^apaiser,  v.  p.,  to  grow  calm. 

aparte,  s.  m.,  words  spoken  aside. 

apercevoir,  v.  a.,  to  perceive,  to  see. 
s'aptercevoir,  V.  23.,  to  perceive,  to 
become  aware  of. 

apologue,  s.  m.,  apologue,  fable. 

apostrophe,   s.  /.,  apostrophe  ;    ad- 
dress ;  reproach. 

apothicaire,  s.  m.,  apothecary. 

apparaitre,  v.  n.  irr.,  to  appear. 

appareil,  s.  m.,  apparatus  ;  prepara- 
tion ;  display  ;  show. 

apjiaremment,  adv.,  apparently. 

apparence,  s.f,  appearance. 

apparent,  -e,  adj.,  apparent,  visible. 

apparition,  s.f,  appearance,  appari- 
tion. 

apptartement ,  s.  on.,  apartment,  room. 

appxirtenir,  v.  n.  irr.,  to  belong. 

app)eler,  v.  a.,  to  call. 
en  ap>p)eler  a,  to  appeal  to. 
faire  api^eler,  to  send  for. 
s'appeler,  v.  ]).,  to  be  called,  to  be 
named. 

applaiidir,  v.  a.,  to  applaud,  to  cheer. 

ap)plicable,    adj.,    applicable  ;     rele- 
vant. 

ap>plicfition,  s.f.,  application  ;  atten- 
tion. 

appliquer,  v.  a.,  to  apply,  to  adapt. 
s'api>liqiier,  v.  p.,  to  apply ;  to  put. 
to  lay  ;  to  occupy  o.  self ;  to  study. 

ajipointements,  s.  m.  pi.,  salary, 

apporter,  v.  a.,  to  bring,  to  convey. 

apprrecier,    v.    n.,    to   appreciate,   to 
value. 

upprendre,  v.  a.  irr.,   to  learn;    to 
hear  ;  to  teach ;  to  inform. 

app>renti,  s.  ?)i.,  apprentice. 

appre}itissage , s.iti.,  apprenticeship. 

(tppret,  s.  m.,  preparation. 

apypn'eter,  v.  a.,  to  prepare. 
s'appreter,  v.  j^-,  to  get  ready,  to 
prepare  one's  self. 

€ipproche,  s.f,  approach.  [of. 

d  I'approche  de,  on  the  approach 

ap2>i'ocJier,  v.  a.  imd?i.,  to  approach  ; 
to  bring  near,  to  draw  near,  to  come 
near. 
s'approcJier,  v.  j^-i  to  draw  near, 
to  come  near. 


VOCABULARY. 


287 


appro fondir,  v.  a.,  to  fathom;  to  in- 
vestigate. 

(tppvoprier,  v.  a.,  to  appropriate,  to 
adapt ;  to  fit  up. 
s'approprler,  v. p.,  to  appropriate 
to  one's  self. 

approuver,  v.  a.,  to  approve. 

(ipptil,  s.  m.,   support,  prop  ;  i)rotec- 
tion,  influence,  credit. 

appuyer,  v.  a.,  to  prop,  to   support ; 
to  countenance  ;  to  lean.- 
s' appuyer,  v.  p.,  to  lean  ;   to  rely, 
to  trust. 

(ipre,  adj.,  rough,  harsh;  greedy. 

apv^Sf  prep.,  after;  adv..  afterwards. 
dUipres,  after,  according  to. 

apr^s-demuiii,  adv.  and    s.  tn.,  the 
day  after  to-morrow. 

apres-mldl,  s.f.,  afternoon. 

aqtiatlque,  adj.,  aquatic  ;  marshy. 

aquilon,  s.  m.,  north  wind,  cold  wind. 

A-rahe,  adj.  and  s.  in.  or  /.,   Arab  ; 
Arabian. 

Arable,  s.f.,  Arabia. 

arbalMe,  s.f.,  crossbow. 

arbaletrier,  s.  in.,  crossbowman. 

arbitraire,  adj.,  arbitrary. 

arborer,,  v.  a.,  to  hoist,  to  raise. 

arboiisier,  s.  in..,  arbute,  strawberry- 
tree. 

arbre,  s.  in.,  tree. 

arbuste,  s.  in.,  shrub,  bush. 

arc,  s.  in.,  bow,  arc;  arch, 

arc  de  triottiphe,  triumphal  arch. 

arc-eii-ciel,  rainbow. 

arche,  s.f,  arch. 

archer,  s.  m.,  archer,  bowman. 

archeveche,  s.  m.,  archbishopric. 

archeveque,  s.  in.,  archbishop. 

archiduc,  s.  in.,  archduke. 

archiduchesse,  s./.,  archduchess. 

ardent,  -e,  adj.,  ardent,  firy;  zealous. 

ardeiir,  s.f,  ardor,  zeal. 

arene,  s.f,  arena. 

argent,  s.  m.,  silver;  money. 

arfjente,  ~e,  adj.,  silvery. 

argentin,  -e,  adj.,  silvery,   ringing  ; 
sonorous  (voice). 

argument,  s.  m.,  argument. 

argutie,  s.f,  cavil,  quibble,  sophistry. 

arlequin,  s.  m.,  harlequin. 

arnie,  s.f,  arm,  weapon. 

armee,  s.f,  army. 


artner,  v.  a.,  to  arm,  to  fit  out. 

s'arrner,  v.p.,  to  take  arms. 
artnoire,  s.f,  cupboard,  closet. 
arniiire,  s.f,  armor. 
arracher,  v.  a.,  to  tear  out ;  to  snatch 
from,  to  take  away  ;  to  pull  out. 

s'arracher,  v.  j).,  to  tear  one's  self 
away. 
arrangement,  s.    in.,    arrangement, 

order. 
arranger,  v.  a.,  to  arrange,  to  put  in 
order. 

s'arranger,  v.]}.,  to  put  one's  self 
in  order  ;   to  come  to  an  arrange- 
ment. 
arret,  s.  in.,  arrest ;   sentence,  judg- 
ment. 
arreter,  v.  a.,  to  stop;   to  fasten;  to 
decide,  to  conclude.  [still. 

s' arreter,  v.  p.,  to  stop,  to  stand 
arriere,  adv.,  behind. 

en    arriere,  behind,  backward  ;  in 
arrears. 
arriere-boutlqtie.  s.f.,  back-shop. 
arriere-pensee,  s.f,  mental  re-erva- 

tion. 
arrivee,  s.f.,  ari-ival. 
arriver,  v.  n.,  to  arrive;  to  happen. 

etre  arrive,  to  have  arrived;  to  have 
happened. 
arrondissement ,  s.  in.,  district,  ward 

(of  a  town. 
arsenic,  s.  in.,  arsenic. 
art,  s.  in.,  art;  skill;  artifice. 
article,  s.in.,  article,  matter,  thing. 
articnler,  v.  a.,  to  articulate,  to  pro- 
nounce. 
artifice,  s.  in.,  artifice,  cunning. 
artificiel,  -elle,  adj.,  artificial. 
artillerie,  s.f,  artillery. 
artisan,  s.  in.,  artisan,  mechanic. 
artiste,  s.  m.,  artist. 
artistique,  adj.,  artistical. 
Asie,  s.f,  Asia. 

asile,  8.  in.,  refuge,  shelter  ;  asylum. 
aspect,  s.  m.,  aspect,  sight. 
asperger,  v.  a.,  to  sprinkle,  to  throw 

about. 
aspirer,  v.  a.,  to  aspire  to;  to  long  for. 
assaiUant,  s.  m.,  assailant,  besieger. 
assaiUir,  v.  a.,  to  assail,  to  assault. 
assaisonnement,  s.  in.,    seasoning, 

relish. 


288 


ANALYTICAL  FREKCH  READER. 


assaisonner,  v.a.,  to  season,  to  dress. 
assassiiierfV.  a.,  to  assassinate. 
assaxit,  s.  m.,  assault,  attack. 
assemblage,  s.  m.,  assemblage. 
assetnblee,  s.f.,  assembly. 
assetnblei',  v.  a.,  to  assemble,  to  call 
together. 

s'assenibler,  v.  j).,  to  assemble,  to 
meet. 
asseoir,  v.  a.  irr.,  to  put  on  a  seat,  to 
seat. 

s'asseoir,  v.  p.,  to  sit  down. 
assei'vir,  v.  a.,  to  reduce  to  servitude, 

to  enslave. 
(issez,  adv.,  enough. 
nssieyeant,  s.  m.,  besieger. 
assieger,  v.  a.,  to  besiege. 
assieges,  s.  m.  pi.,  the  besieged. 
assigner,  v.  a.,  to  assign,  to  appoint. 
assis,  -e,  p.  p.  of  asseoir,  seated. 

etre  assis,  -e,  to  be  sitting. 
assistance,  s.  /.,  assistance,  attend- 
ance. 
assistant,  s.  m.,  bystander,  spectator. 
assisted',  v.  a.,  to  assist,  to  help. 
assister,  v.  n.,  to  be  present. 
associer,  v.  a.,  to  associate. 

s'associer,  v.  p.,  to  enter  into  part- 
nership. 
assortinient,  s.  m.,  assortment,  set. 
assortir,  v.  a.,  to  sort,  to  match. 
assoupli,  -e,  p.  p.  and  adj.,  softened  ; 

soft. 
assouplir,  v.  a.,  to  make  supple. 
asstijettir,  v.  a.,  to  subject,  to  en- 
slave. 

s'assujettir,v.  j).,  to  subject  one's 
self,  to  submit. 
assuratice,  s.f.,  assurance. 
assure,  -e,  adj.,  assured,  positive. 
assurenient,  adv.,  surely,  certainly. 
asstirer,  v.  a.,  to  assure,  to  Insure. 

s'assnrer,  v.  p.,  to  make  sure  of; 
to  ascertain. 
astrologue,  s.  7n.,  astrologer. 
atelier,  s.  m.,  workshop. 
atonie,  s.  m.,  atom. 
atroce,  adj.,  atrocious,  cruel. 
attache,  s.  m..,  attache. 
attacJie  an  service  de,  in  waiting  on. 
attach enient,  s.  m.,  attachment. 
attacher,  v.  a.,  to  attach,  to  tie,  to 

fasten. 


attacher  (s'),  v.  p.,  to  become   ?.t- 
tached  to  ;  to  clmg  to. 

attaque,,  s.f.,  attack  ;  fit. 

attaquer,  v.  a.,  to  attack. 
s'attaquer,  v.  p.,  to  attack. 

attarder  (s'),  v.  p.,  to  be  belated. 

atteindre,  v.  a.  and  ?i.  br.,  to  reach, 
to  attain  to;  to  get  up  with;  to  get  at. 

atteler,  v.  a.,  to  put  horses  or  oxen  to; 
to  yoke. 

attendre,  v.  a.,  to  expect ;  to  wait,  to 
wait  for  ;  to  be  in  store  for. 
s' attendre,  v.  p.,  to  expect,  to  look 
forward  to. 

attendrir,  v.  a.,  to  soften,  to  move. 
s'atteudrir,v.]y.,  to  be  moved,  soft- 
ened, touched. 

attentat,  s.  m.,  criminal  attempt. 

attente,  s.  f,    waiting,    expectation, 
hope. 

attenter,  v.  n.,  to  make  an  attempt. 

attentif,  -ive,  adj.,  attentive. 

attention,  s.f,  attention,  care. 

attentivenient,  adv.,  carefully. 

attester,  v.  a.,  to  attest,  to  bear  wit- 
ness to,  to  prove. 

attirer,  v.  a.,  to  draw  forth,  to  attract; 
to  allure. 
s' attirer,  v.  p.,  to  bring  upon  one's 
self,  to  incur  ;  to  attract  each  other. 

attitude,  s.f,  attitude. 

attrait,  s.  m.,  attraction. 

attraper,  v.  a.,  to  catch. 

attrayant,  adj.,  attractive,  engc.ging. 

attribuer,  v.  a.,  to  attribute,  to  im- 
pute. 

an,  aiix  (a  le,  d  les),  to  the. 

auberge,  s.f,  inn. 

auciin,  -e,  adj.  or  pron.,  no,  not  one. 

aucnnetnent,  adv.,  by  no  means. 

and  ace,  s.f,  audacity,  daring. 

an  deqa,  adv.,  on  this  side. 

au  dedans,  adv.,  inside. 

au  deliors,  adv.,  outside. 

an  deld,  adv.,  beyond. 

au-dessous,  adv.,  underneath, 

au-dessous  de,  prep  ,  under. 

au-dessns  de,prep.,  above. 

ati-devant,  adv.,  towards  (to  meet). 
alter  au-devant  de,  to  go  to  meet. 

atidience,  s.f,  audience,  hearing. 

auditeur,  s.  m.,  hearer  ;  auditor. 

augmentation,  s.f.,  increase. 


VOCABULARY. 


289 


augmenter,  v.  a.  and  n.,  to  augment, 

to  increase. 
aiujure,  $.  m.,  augury,  omen. 
(lujourd'hui,  adv.,  to-day;  now,  at 

the  present  time. 
aunione,  s.f.,  alms. 
aumonier,  s.  m.,  chaplain. 
aune,  s.f.,  ell. 
aimer,  v.  a.,  to  measure  (by  the  ell,  or 

yard). 
auparavant,  adv.,  before. 
auxyris,  adv.,  close  by. 
aiipres  de,  'p^^ep..  near,  nigh,  close  to. 
auquelf  d  laquelle.     See  lequel. 
anrore,  s.f.,  dawn,  break  of  day. 
auspice,  s.  m.,  auspice;  patronage. 
aussi,  adv.,  also,  too  ;  likewise,  there- 
fore. 
aussi  .  .  .  que,  as  .  .  .  as. 
attssi  bleu  que,  as  well  as. 
atissitot,  adv.,  immediately. 
atissitot  que,  conj.,  as  soon  as. 
austere,  adj.,  austere. 
autant,  adv.,  as  much,  as  many  ;  so 

much,  so  many. 
autant  que,  conj.,  as  much  as. 

d' autant  plus  que,  so  much  the 
more  as. 
autel,  8.  VI.,  altar. 
auteur,  s.  in.,  author. 
authe}itique,  «(/j., authentic,  genuine. 
autocrate,  s.  m.,  autocrat. 
autotnne,  s.  m.,  aulumn. 
autorisation,    s.    /.,    authorization, 

permission. 
autoriser,  v.  a.,  to  authorize. 
autorite,  s.f.,  authority. 
autour,  adv.,  around. 
autour  de,  jirep.,  around. 
autre,  adj.,  other. 

u}i  autre,  another. 
autrefois,  adv.,  formerly. 
autrenient,  adv.,  otherwise,  else. 
.Autrichien,  -enne,   adj.  and  s.  m. 

or/.,  Austrian. 
autrui,pivn.,  others,  other  people. 
auxiliaire,  adj.  and  s.  m.,  auxiliary, 

aid. 
avalanche,  s.f.,  avalanche. 
avalcr,  v.  a.,  to  swallow. 
avance,  s.  /.,  advance. 

dUivance,  in  advance,  beforehand. 
avancer,v.a.,  to  advance;  to  promote. 


avancer,  v.  n.,  to  go  forward. 

s'avancer,  v.  p.,  to  advance. 
avant,  avant  de  (bef.  the  inf.),  prep,, 

before. 
avant  que,  conj.,  before. 

en  avant,  adv.,  forward. 

plus  avant,  farther  on. 
avantage,  s.  m.,  advantage. 
avantageux  -euse,    adj.,     advanta- 
geous. 
avantageusement,    adv.,    advanta- 
geously. 
avant-garde,  s.  /.,  van^^uard. 
avare,  adj.  and  s.  m.,  miserly  ;  miser. 
avarice,  s.  m.,  avarice. 
avec,  p?'ep.,  with. 
avenement,  s.  m.,  accession,  coming 

to. 
avenir,  s.  ni.,  future. 

a  I'avenir,  in  the  future. 
aventure,  s.f,  adventure. 

d'aventure^hy  chance. 
aventurier,  s.  m.,  adventurer. 
avenue,  s.f.,  avenue. 
aversion,  s.f.,  aversion. 
avertir,  v.  a.,  to  inform,  to  warn. 
avertissement ,  s.  m.,    information, 

notice,  warning. 
aveugle,  adj.  and  s.  m.  or/.,  blind. 
aveuglenient,  s.  m.,  blindness. 
aveugleuient,  adv.,  blindly. 
aveugler,  v.  a  ,  to  blind  ;  to  dazzle. 

s'aveugler,  v.  p.,  to  deceive  one's 
self. 
avide,  adj.,  greedy,  eager. 
avidenient,  adv.,  eagerly. 
avidite,  s.f,  greediness. 
avis,  s.  m.,  advice  ;  opinion. 
avise,  -e,  adj.,  prudent,  wise. 
aviser,  v.  a.,  to  spy  ;  to  advise. 

s'aviser,  v.  ]).,  to  bethink  one's  self, 
to   imagine,   to  take  it  into   one's 
hi  ad. 
avocat,  s.  m.,  barrister. 
avoine,  s.f,  oats. 
avoir,  v.  a.  irr.  and  aiixil.,  to  have. 

y  avoir,  v.  imp.,  there  to  be  : 

il  y  a,  there  is,  there  are. 
avoir,  s.  m.,  property,  fortune. 
avouer,  v.  a.,  to  avow,  to  confess ;  to 

acknowledge,  to  admit. 
avril,  s.  m..  April. 
azur,  s.  m.,  azure,  sky-blue. 


290 


Ais^ALYTICAL   FREKCH    READER. 


B 


bagage,  s.f.,  baggage. 

bagatelle,  s.  f.,  trifle;    interj.,  non- 
sense ! 

bag  lie,  s.f.,  finger-ring. 

baigner,  v.  a.,  to  bathe. 
se  baigner,  v.j).,  to  bathe. 

baignoire,  s.f.,  bathing-tub. 

bail,  s.  m.,  lease. 

bain,  s.  m.,  bath. 

batonnette,  s.f.,  bayonet. 

baisser,  v.  a.,  to  lower,  to  decline. 
se  baisser,  v.  p.,  to  stoop  down. 

bal,  s.  m.,  ball,  dancing-party. 

balai,  s.  m.,  broom. 

balancer,  v.  a.,  to  swing,  to  move  to 
and  fro. 
*e  balancer,  'v.p.,io  swing,  to  be 
balanced. 

balancier,  s.  m.,  pendulum. 

balayer,  v.  a.,  to  sweep. 

balbutier,  v.  a.,  to  lisp,  to  stammer. 

balle,  s.f,  ball,  bullet;  bale,  pack. 

banal,  -e,  adj.,  common,  vulgar. 

banc,  s.  m.,  bench. 

bannlr,  v.  a.,  to  banish,  to  exile. 

banqiie,  s.f,  bank. 

banquet,  s.  in.,  banquet,  feast. 

baptenie,  s.  m.,  baptism. 

barbare,  adj.  and  «.,  barbarous  ;  bar- 
barian. 

barbe,  s.f.,  beard. 

baril,  s.  m.,  barrel. 

bariole,-e,adj.,  variegated,  speckled, 
of  various  colors. 

baron,  s.  in.,  baron. 

baronne,  s.f,  baroness. 

baroque,  adj.,  queer,  odd. 

barque,  s.f.,  boat. 

barre,  s.f,  bar. 

barrihre,  s.f.,  barrier,  fence. 

bas,  basse,  adj.,  low  ;  mean. 

bas,  s.  in.,  stocking. 

bas,  adv.,  low. 
Id-bas,  yonder. 
en  bas,  down,  below. 
a  bas,  off  ;  down. 
parler  bas,  to  speak  in  a  low  voice. 

base,  s.f,  basis,  foundation. 

basse-cour,  s.f,  poultry-yard. 

bataille,  s.f.,  battle. 


bataillon,  s.  m.,  battalion. 
bate,  p.p.,  saddled. 

un  dne  bate,  an  ignorant  fellow. 
btitir,  V.  a.,  to  build. 
batiste,  s.f,  cambric,  lawn. 
baton,  s.  m.,  stick,  staff. 
battant,s.m.,  clapper;  leaf  of  a  door. 

d  denx  battants,  foldluic-doors. 
battre,  v.  a.  irr.,  to  beat,  to  strike,  to 
defeat. 

se  battre,  v.  p.,  to  fight. 
baudet,  s.  m.,  ass,  donkey. 
beau,  bel,  belle,  adj.,  fine,  beautiful, 

handsome. 
bean,  adv.,  finely. 

bel  et  bon,  very  fine. 

avoir  beau,  to  .  .  .  in  vain. 

de  plus   belle,  alresh,   more    than 
ever. 
beaucoup,  adv.,  much,  many,  a  great 
deal. 

de  beaucoup,  by  far. 
beau-2>ere,  s.  m.,  father-in-law. 
beaute,  s.f,  beauty. 
bee,  s.  m.,  beak,  bill. 
bee  de  gaz,  gas-burner. 
becqueter,  v.  a.,  to  peck,  to  pick. 
bedeau,  s.m.,  beadle. 
beler,  v.  n.,  to  bleat. 
belliqucux,  -euse,  adj.,  warlike. 
benediction,  s.  f.,  benediction,  bless- 
ing. 
benefice,  s.  m.,    benefit,   advantage ; 

living  ;  benefice. 
benir,  v.  a.,  to  bless  ;  to  consecrate. 

beni,  blessed  ;  benit,  consecrated. 
berceau,  s.  in.,  cradle. 
berger,  s.  m.,  shepherd. 
besace,  s.f,  wallet. 
besogne, s.f .,vfovk,'bns\ne»s  ;  trouble. 
besoin,  s.  in.,  need,  want. 

au  besoin,  when  needed  or  neces- 
sary. 

avoir'  besoin  de,  to  want,  to  need, 
to  require. 
bete,  s.f,  beast. 
beurre,  s.  m.,  butter. 
biblioth^que,  s.f,  library. 
bien,  s.  m.,  good  ;    property  ;    goods 

and  chattels  ;  good  things. 


VOCABULARY. 


291 


bien,  adv.,  well ;  much,  many. 
bien  que,  co/ij.  fsubj.J,  although. 
eh  bien!  indeed  !  well! 

bieti-etre,  s.  m.,  well-being. 

bienfaisance,     s.   /.,     beneficence  ; 
bounty;  charity. 

bietifaisant,  -c,    adj.,    kind,    bene- 
ficent. 

bienfait,  s.  m.,  benefit ;   good  action. 

blenfaiteur,  s.  m.,  benefactor. 

blentot,  adv.,  soon,  very  soon. 

bienveillance,     s.  /.,     benevolence, 
good- will. 

blenveillant,  -e,    adj.,     benevolent, 
kind,  well-wishing. 

biere,  s.f.,  beer. 

bijou,  s.  m.,  jewel. 

bijoutier,  s.  m.,  jeweller. 

billet,  s.  m.,  note  ;  bill ;  ticket. 

billot,  s.  m.,  block. 

biographe,  s.  ni.,  biographer. 

bip^de,  adj.  and*,  m.  or/.,  biped. 

bise,  s.f.,  north  wind. 

bitunie,  s.  m.,  bitumen. 

bizarre,  adj.,  strange,  odd,  queer. 

blafnrd,  -e,  adj.,  pale,  wan,  bleak. 

blamable,  adj.,  blamable. 

blanier,  v.  a.,  to  blame. 

blanc,  blanche,  adj.,  white. 

blancheur,  s.f.,  whiteness. 

blafiph^nie,  s.  m.,  blasphemy. 

ble,  s.  m.,  wheat,  corn. 

blenie,  adj.,  wan,  pale,  livid. 

blesser,  v.  a.,  to  wound;  to  off"end. 
se   blesser,  v.  p.,  to    wound    one's 
self ;  to  be  offended. 

blesstire,  s.f.,  wound. 

bleu,  -e,  adj.,  blue. 

blond,  -e,  adj.,  fair. 

blonde,  s.f.,  blond. 

blouse,  s.f.,  blouse,  smock-frock. 

bceuf,  s.  m.,  ox. 

boire,  v.  a.  irr.,  to  drink. 

bo  is,  s.  m.,  wood  ;  horns,  antlers. 

boite,  s.f,  box. 

botnbasin,  s.  m.,  bombasin. 

bon,  bonne,  adj.,  good. 
d  quoi  bon?  what  is  the  use  of  it  ? 

bond,  s.  m.,  bound,  leap. 

bonheur,  s.  m.,  happiness,  luck. 

bonhonmie,  s.  m.,  good  man  ;  credu- 
lous old  man.  [day. 

bonjour,  s.  m.,  good  morning,  good 


bonne,  s.f,  nursemaid. 

bonnet,  s.  m.,  cap. 
gros    bonnet,    big  wig    (important 
personage). 

bonte,  s.f.,  kindne^.«,  goodness. 

bord,  s.  m.,  bank,  shore  ;  board  ;  edge, 
brim. 

borgne,  adj.,  blind  of  one  eye. 

borate,  s.f.,  bound,  limit,  boundary. 

borner,  v.  a.,  to  bound,  to  limit. 
se  borner,  v.  p.,  to  confine  o.  self. 

bosquet,  s.  m.,  thicket,  grove. 

bosse,  s.f,  bunch,  hump,  bump,  swell- 
ing. 

botte,  s.f,  boot. 

botic,  s.  m.,  buck. 

bouche,  s.f.,  mouth. 

bouche  a  feu,  cannon,  gun. 

6oMc?e,*./.,  buckle;  ring;  curl-ringlet. 

bouclier,  s.  m.,  shield. 

bouder,  v.  a.  and  n.,  to  pout,  to  be 
sulky. 

botte,  s.f,  mud,  mire. 

bouffette,  s.f.,  bow-knot. 

bouff'onnerie,  s.f.,  buftboncry. 

bouillir,  v.  a.  and  n.  irr.,  to  boil. 

bouillon,  s.  m.,  broth. 

boulevard,  s.m.,  bulwark;  boulevard. 

bouquet,  s.  m.,  nosegay. 

bouquin,  s.  m.,  old  book. 

bourdon,  s.  m.,  drone. 

bourdonner,  v.  n.,  to  buzz. 

bourgeois,  s.  ni.,  citizen,  townsman. 

bourru,  -e,  adj.,  cross,  surly. 

bourse,  s.f,  purse;  stock-exchange. 

bout,  s.  m.,  end. 
en  venir  d  bout,  to  succeed. 

bouteille,  s.f,  bottle. 

boutique,  s.f,  shop. 

bouton,  s.  m.,  button. 

boyard,  s.  m.,  name  of  a  fur-cloak 

bracelet,  s.  vi.,  bracelet. 

braire,  v.  n.  irr.,  to  bray. 

brancard,    s.   m.,    stretcher;    hand- 
barrow. 

branche,  s.f,  branch,  bough. 

branler,   v.   a.  and  n.,   to  swing,  to 
shake. 

bras,  s.  in.,  arm. 
a  bras  le  corps,  round  the  waist. 

brasier,  $.  m.,  furnace,  brazier. 

brftsser,  v.  a.,  to  brew  ;  to  stir  up,  to 
mix. 


292 


ANALYTICAL   FREN-CH   READER; 


brave,  ac0.  and  s.,  brave.  [front. 

braver,   v.  a.,  to  brave,  to  face,  to  al- 

bravoure,  s.f.,  bravery,  valor. 

brebis,  s.f.,  sheep. 

breche,  s.f.,  break,  gap. 

bride,  s.f,  bridal. 

brigade,  s.f.,  brigade. 

brillant,  -e,  adj.,  brilliant. 

briller,  v.  n.,  to  t^parkle. 

briquet,  s.  m.,    steel    for  striking  a 

light ;  tinder-box ;  flint. 
briser,  v.  a.,  to  break,  to  smash. 
brocher,  v.  a.,  to  stitch. 
broder,  v.  a.,  to  embroider. 
broderie,  s.f,  embroidery. 
brojizer,  v.  a.,  to  bronze. 
brosse,  s.f,  brush. 
brouet,  s.  in.,  broth. 
brouiller,  v.  a.,  to  mingle,  to  embroil. 

se  brouiller,  v.  p.,   to  fall  out,  to 
quarrel. 


broussailles,  s.f.  pi.,  brushwood. 

brouter,  v.  a.,  to  browse. 

broijer,  v.  a.,  to  crush,  to  mash. 

bruit,  s.  m.,  noise;  rumor. 

bruler,  v.  a.,  to  burn. 

bruiiiaire,  s.  m.,  brumaire,  second 
month  of  the  calendar  of  tiie  French 
Republic. 

brun,  -e,  adj.,  brown. 

brusque,  adj.,  abrupt,  blunt,  rough. 

brusquerie,  s.f,  bluntness. 

brutal,  -e,  adj.,  brutal. 

bruyatit,  -e,  adj.,  loud,  noisy. 

buclte,  s.f,  log  of  wood. 

bucher,  s.  m.,  stake  ;  wood-house. 

bucheron,  s.  m.,  woodcutter,  wood- 
man. 

bureau,  s.  m.,  writing-table  ;  office. 

but,  s.  m.,  aim,  mark,  object,  end  in 
view. 

butin,  s,  m.,  booty. 


c 


^a,  for  cela,  pron.  dim.,  that. 
^a,  adv.,  here. 
ga  et  Id,  here  and  there. 
cabaret,  s.  m.,  tavern. 
cabinet,  s.  in.,  study  ;  closet. 
cacher,  v.  a.,  to  hide,  to  conceal. 

se  cacher,  v.  p.,  to  hide  one's  self. 
cachet,  s.  in.,  seal,  stamp. 
cacheter,  v.  a.,  to  seal. 
cadavre,  s.  m.,  corpse,  dead  body. 
cadeau,  s.  m.,  gift,  present. 
cad  ran,  s.m.,  dial-plate. 
cadran  solaire,  s.  m.,  sun-dial. 
cadre,  s.m.,  frame. 
caducee,  s.m.,  caduceus,  herald's  staff. 
cafe,  s.  in.,  coffee  ;  coffee-house. 
caf/e,  s.f,  cage. 
caillou,  s.  in.,  fliut,  pebble. 
caisse,  s.f.,  case,  box,  chest. 
caisson,  s.  in.,  ammunition-waggon. 
calcul,  s.  m.,  reckoning,  computation. 
calcnler,  v.  a.  and  n.,  to  compute,  to 

reckon. 
calendrier,  $.  m.,  calendar. 
calicot,  s.  in.,  calico. 
calnie,  adj.,  calm,  quiet,  sti  1. 
calnie,  s.  m.,  calmness,  quietness. 


calmer,  v.  a.,  to  calm,  to  quiet. 

se  calmer,  v.  p.,  to  become  calm,  to 
sul)side. 
calotnniateur,  s.  in.,  calumniator. 
caloninie,  s.  f,  calumny,  slander. 
calonmier,  v.  a.,    to  calumniate,   to 

slander. 
camarade,  s.  in.,  comrade. 
camp,  s.  ni.,  camp. 
ca}np(((jne,  s.f,  country,  fields. 
cainpement,  s.  in.,  eucampement. 
canape,  s.  m.,  sofa. 
canezou,  s.  in.,  robe  without  sleeves. 
caniche,  s.  in.  or  f,  poodle-dog. 
canne,  s.  f,  cane,  walking-stick. 
canon,  s.  in.,  cannon. 
cantique,  s.  in.,  canticle. 
cajtable,  adj.,  capable. 
capacite,  s.  f,  capacity. 
capitaine,  s.  in.,  captain. 
capitate,  s.f ,  capital,  metropolis. 
capitiilaire,  s.  in.,  capitular. 
capitulation,  s.f,  capitulation. 
caprice,  s.  in.,  caprice,  whim,  freak. 
captiver,  v.  a.,  to  caplivato. 
capucin,  s.  m.,  capuchin-friar. 
car,  co/ij.,  for,  because. 


VOCABULARY. 


293 


caract^re,  s.  m.,  character :   disposi- 
tion, temper  ;  style. 
cardinal,  s.  m.,  cardinal. 
caresse,  s.f.,  caiess. 
caressant,  -e,  adj.,  caressing,  fond- 
ling. 
carnage,  s.  m.,  carnage,  slaughter. 
carnassier,  -iere,  adj.,  carnivorous. 
carnnval,  s.  m.,  carnival. 
carre,  -e,  adj.,  square. 
carre,  s.  m.,  square. 
ciirreau,  s.  m.,  tile;  pavement;  pane 

or  glass. 
carrousel,  s.m.,  carousal. 
carte,  s.  /.,  chart,  map  ;  card. 
carton,  s.  m.,  pasteboard  ;  band-box. 
cartonnier,  s.  in.,  pa^^teboard-maker  ; 

band-box  stand. 
cartoiiche,  s.  /.,  cartridge. 
cas,  s.  m.,  case. 
dans  le  cas  ou,  in  case. 
ail  cas  que,  en  cas  que,   corij.,  in 
case. 
casaque,  s.f.,  coat,  cassock. 
case,  s.f.,  compartment,  square. 
caserne,  s.  /.,  barracks. 
casque,  s.  m.,  helmet. 
casquette,  s.f.,  cap  (for  men  or  boys). 
casser,  v.  a.,  to  break. 
se    casser,    v.  jh,    to  break,  to  be 
broken. 
catechuniene,  s.  m.,  catechumen. 
catholic  is  nie,  s.  m.,  Catholicism. 
catholiqae,  adj.  and  s.,  catholic. 
caucheniar,  s.  m.,  nightmare  ;  bore. 
cause,  s.  /.,  cause. 

a  cause  de,  on  account  of. 
causer,  v.  a.,  to  cause,  to  occasion. 
causer,  v.  n.,  to  converse,  to  chat. 
ca valeric,  s.f.,  cavalry. 
cavalier,  s.  m.,  cavalier,  horseman. 
cave,  s.f,  cave,  cellar,  vault. 
caver  ne,  s.f,  c:ive,  cavern. 
ce,  cet,  cette,  pi.  ces,  adj.  dem.,  this, 

that ;  these,  those. 
ce,pfon.  dem.,  this,  that. 

ce  qui,  or  ce  que,  that  which,  what. 
ceci,  pron.  dem.,  this,  this  thing. 
ceder,  v.  a.,  to  give,  to  yield  ;  to  sell. 
ceder,  v.  n.,  to  give  way,  io  give  up,  to 

yield. 
cela,  pron.  dem.,  that,  that  thing. 
d  cela  pr&s,  with  that  exceplion. 


cel^hre,  adj.,  famous,  renowned, 
celebrer,  v.  a.,  to  celebrate. 
celeste,  adj.,  celestial,  divine. 
cellule,  s.f.,  cell. 
Celtiberien,  -enne,  adj.  and  s.  m.,  or 

/.,  Celtiberian. 
celui,    celle ;    ceux,    celles,    jiron. 
dem.,  the  one,  he,  she;    him,    her; 
they,  those. 
celui-ci,  celle-ci  ;  ceux-ci,  celles- 
ci,  pron.  dem.,  this  one,  the  latter  ; 
the^e. 
celui-ld,  celle-la;  ceux-la,  celles- 
la,  pron.  dem.,  that  one,  the  former  ; 
those. 
cendre,  s.f.,  cinders  ;  ashes. 
cenobite,  s.  m.  ceuobitc,  monk. 
censeur,  s.  m.,  censor,  critic. 
cent,  adj.  num.,  hundred. 
centre,  s.  m.,  centre. 
cependant,  adv.,  in  the  meanwhile  ; 

C07\j.,  however,  yet. 
cercle,  s.  m.,  circle,  ring,  hoop. 
cercueil,  s.  m.,  coffin. 
cerenionie,  s.f.,  ceremony. 
cerf,  s.  m.,  stag,  hart. 
certain,  -e,    adj.,    certain,    positive, 

sure. 
certainenient,  adv.,  certainly. 
cerveuu,  s.  m.,  brain. 
cesse,  s.  /.,  ceasing. 

sans  cesse,  without  ceasing. 
cesser,  v.a.  and  n.,  to  cease,  to  leave  off. 
cetace,  s.  wi.,  cetaceous  animal  ;  whale. 
chacun,  2'>Ton.  indef.,  each  one. 
chagrin,  s  7?i.,  sorrow,  grief. 
chagriner,  v.  a.,  to  grieve. 
se  chagriner,  v.  p.,  to   grieve,  to 
fret, 
c/jrti He,  .<!./.,  chain;  fetters. 
chainette,  s.f,  little  chain. 
chair,  s.  f.,  flesh.  -? 

chaire,  s.f,  pulpit;   see;  professor- 
ship. 
chaise,  s.f,  chair,  seat. 
chale,  s.  m.,  shawl. 
chaleur,  s.f.,  heat,  warmth. 
chanihellan,  s.  m..  ch:imbcrlain. 
chanibre,  s.f,  chamber,  room. 
chatneati,  s.  m.,  camel. 
chamj),  s.  m.,  field. 
sur-le-ehamp,  loc.  adv.,  at  once : 
on  the  spot. 


294 


AI^ALYTICAL   FRENCH    READEB. 


chainpetre,  ar7;.,countrj%  rural,  rustic. 
chance,  s.  /.,  chance,  hazard,  hick. 
chancellery  s.  ni.^  chancellor. 
chandelle,  s.  /.,  candle. 
changement,  s.  jn.,  change. 
chaiif/er,  v.  a.,  to  change,  to  alter. 
cJiangei',  v.  n.,  to  change,  to  swap,  to 
exchange. 

se  changer,  v.  p.,  to  change,  to  be- 
come changed. 
chanson,  s.  /.,  song,  story. 
chant,  s.  m.,  singing. 
chanter,  v.  a.  and  ?i.,  to  sing. 
chaos,  s.  m.,  chaos  ;   disorder,  confu- 
chapeau,  s.  m.,  hat.  [sion. 

chapelle,  s.f.,  chapel. 
chapltre,  s.  rn.,  chapter. 
chaqiie,  adj.  indef.,  each. 
char,  s.  rn.,  chariot. 
charhon,  s.  in.,  coal. 
charbon  de  terre,  coals. 
charhon  de  hois,  charcoal. 
chardon,  s.  in.,  thistle. 
charge,  s.  /.,  load  ;  charge  ;  office. 
charger,  v.  a.,  to  load 

se  charger,  v.  j).,  to  take  charge  of, 
to  undertake  ;  to  load  one's  self. 
chariot,  s.  m.,  waggon,  chariot. 
charitable,  adj.,  charitable. 
charite,  s.f.,  charity  ;  kindness. 
charniant,  -e,  adj.,  charming. 
cliamier,  v.  a.,  to  charm,  to  please, 

to  fascinate. 
charpente,  s.f.,  timber-work. 

bois  de  charpente,  timber. 
charpentier,  s.  ?n.,  carpenter. 
charrne,  s.  f,  plough. 
chasse,  s.f,  hunting. 
chasser,  v.  a.,  to  hunt,   to  chase,   to 

drive  away. 
chasseur,  s.  m.,  hunter. 
chftt,  s.  m.,  cat. 
chateau,  s.  m.,  castle. 
chatelaine,    s.  /.,    castellan's    lady 

ribbon  worn  crosswise. 
chatlnient,  s.  m.,  punishment. 
chatid,  -e,  adj.,  warm,  hot. 
chaud,  s.  m.,  warmth,  heat. 

avoir  chand,  to  be  warm. 
chauffer,  v.  a.,  to  warm. 

se  chauffer,  v.  p.,  to  warm  o.  self. 
chaunie,  s.  m.,  stubble,  thatch. 
chaussee,  s.f.,  causeway. 


chanve,  adj.,  bald. 

chef,  V.  rt.,  chief. 

cli ef-d'wuvre,  master-piece. 

cheinin,  s.  m.,  road,  way. 

chemin  faisant,  on  the  way. 

cheminee,  s.  /.,  chimney  ;  mantel- 
piece. 

cheniiner,  v.  n.,  to  walk,  to  travel,  to 
trudge. 

chemise,  s.f.,  shirt. 

chemisette,  s.f.,  chemisette,  tucker. 

chene,  s.  m.,  oak. 

chenille,  s.f.,  caterpillar. 

cher,  chere,  adj.,  dear,  beloved  ;  ex- 
pensive. 

cJier,  adv.,  dearly. 

chercher,  v.  a.,  to  seek,  to  look  for. 

chercher  a,  to  endeavor,  to  try. 

ch^re,  s.  /.,  cheer,  fare. 

cherement,  adv.,  dearly. 

cheri,  -e,  adj.,  beloved. 

chetif,  -ive,  adj.,  poor,  mean. 

cheval,  s.  m.,  horse. 

chevalier,  s.  m.,  knight. 

chevelure,  s.  f,  head  of  hair.  , 

cheveu,  s.  m.,  hair;  pi.,  cheveux,  hair. 

ch^vre,  s.f.,  goat. 

chevreuil,  s.  tn.,  roe,  roe-buck. 

cJiez,  prep.,  at  the  house  of,  among. 

rhien,  s.  m.,  dog. 

chienne,  s.f.,  bitch. 

chiffon,  s.  ni.,  rag,  bit,  scrap. 

chiff're,  s.  ?n.,  figure,  cipher. 

chimeriqne,  adj.,  chimerical. 

chimiqne,  adj.,  chemical. 

chique}iaude ,  s.f.,  fillip. 

choc,  s.  in.,  shock,  collision  ;  dash, 
attack. 

choisir,  v.  a.,  to  choose. 

cJioix,  s.  in.,  choice. 

choquer,  v.  a.,  to  shock,  to  offend. 

chose,  s.f.,  thing. 

choH,  s.  m.,  cabbage. 

Chretien,  -enne,  adj.  and  5., christian. 

chi'etiente,  s.f,  Christendom. 

cJtristiatiistne,  s.  rn.,  Christianity. 

chronique,  s.f.,  chronicle. 

chute,  adj.,  fall. 

ci,  for  ici,  here. 

cidre,  s.  m.,  cider. 

del,  s.  in.,  heaven  ;  sky  ;  pi.,  dels, 
skies ;  bed-testers  ;  pi.,  cieux, 
heavens. 


VOCABULARY. 


295 


cigale,  s.f.,  grasshopper. 

c if/are,  s.  m.,  cigar. 

ciyogne,  s.f.,  stork. 

ciyue,  s.f.,  hemlock. 

eil,  s.  m.,  eyelash. 

chne,  s./.,  top,  summit. 

cinq,  adj.  7iufn.,  five. 

citiqufinte,  adj.  num.,  fifty. 

circotispect,  -e,  adj.,  catiilous. 

circonstance,  s.f.,  circumstance. 

circuit,    s.    /«.,    circuit,    roundabout 

way. 
circtiler,  v.  n.,  to  circulate. 
ciseau,  s.  m.,  chisel. 
ciseaux,  s.  m.  pi.,  scissors. 
citadin,  s.  m.,  citizen;  cit. 
cite,  s.f.,  city. 

citoyen,  -eune,  ddj.  and  s.,  citizen. 
citron f  s.m.,  lemon. 
civil,  -e,  adj.,  civil,  polite. 
civili,sation,  s.f,  civilization. 
civiliser,  v.  a.,  to  civilize. 
claie,  s.f,  hurdle;  flat  screen;  wooden - 

grate. 
clnir,  -e,  adj.,  bright,  clear,  light. 
cinir,  s.  m.,  light. 
clair  de  liine,  moonlight. 
clairon,  s.  m.,  clarion. 
clairvoyant,  -e,  adj.,  clearsighted. 
claquer,  v.  n.,  to  slap,  to  smack  ;  to 

clap  with  the  hands. 
clarte,    s.  f.,    clearness,    brightness, 

light. 
classe,  s.f.,  class,  rank,  order. 
clef,  s.f,  key. 
clemence,  s.f.,  clemency. 
clement,  -e,  adj.,  clement,  merciful. 
clerye,  s.  m.,  clergy. 
client,  8.  m.,  client. 
cliniat,  s.  m.,  climate. 
clin,s.  m.,  wink. 

en  tin  din  d'wil,  in  a  trice. 
cloche,  s.f.,  bell. 
cloture,  s.f,  enclosure,  fence. 
clou,  s.  m.,  nail. 
cocarde,  s.f.,  cockade. 
cocon,  s.  m.,  cocoon. 
coeur,  s.  m.,  heart. 

de  bon  coeur,  heartily. 
coffre,  s.  m.,  coffer,  chest. 
coin,  s.  in.,  wedge;  corner. 
coin  du  feu,  fire-side  ;  home. 
col,  s.  m.,  neck  ;  collar,  stock. 


colore,  s.f,  wrath,  anger,  passion. 

colere,  adj.,  passionate, 

collecte,  s.f,  collection. 

colleye,  s.  m.,  college. 

colleyue,  s.  m.,  colleague. 

colle, p. ]).,  stuck;  sticking. 

coller,  V.  a.,  to  stick,  to  glue,  to  paste. 

collet,  8.  m.,  collar  (of  a  coat). 

collier,  s.  m.,  necklace,  collar. 

colline,  s.f.,  hill. 

colon,  s.  in.,  colonist,  husbandman. 

colonel,  s.  m.,  colonel. 

colonnade,  s.f,  colonnade. 

colonne,s.f.,  column. 
tete  de  colonne,  foremost  body  of 
troops. 

colorer,  v.  a.,  to  color  ;  to  dye. 

colossal,  -e,  adj.,  colossal. 

combat,  s.  in.,  fight,  battle. 

combattant,  s.  in.,  combatant. 

combattre,  v.  a.  and  n.  iir.,  to  fight. 

combien,  adv.,  how  much,  how  many. 

comble,  s.  in,,  top,  summit. 
ati  comble  de,  at  the  height  of. 

combler,  v.  a.,  to  heap  up;  to  over- 
whelm. 

cotnite,  s.  in.,  committee,  board. 

commandant ,  s.  in.,  commander. 

comma ndeine nt ,    s.  rh.,   command  ; 
commandment ;  orders. 

commander,  v.  a.,  to  command. 

cotnme,  adv.,  a?,  like  ;  how. 

cotnmencer,  v.  a.,  to  commence. 

commensal,  -e,  adj.,  messmate. 

comment,  adv..  how. 

commer^ant,  s.  in.,  tradesman. 

commerce,  s.  m.,  commerce,  trade. 

commercer,  v.  a.,  to  do  business  with. 

commere,  s.f.,  god-mother  ;  gossip. 

coniniettre,  v.  a.  iir.,  to  commit. 

commis,  s.  m.,  clerk. 

commissaii'e,  s.  m.,  commissioner. 

commissaire-priseur,    s.  in.,    ap- 
praiser ;  auctioneer. 

commission,  s.  /.,    commission,   er- 
rand. 

commode,  adj.,  easy,  convenient. 

commode,  s.f.,  chest  of  drawers. 

commun,  adj.,  common  ;  low. 

comniun,  s.  m.,  common  people. 

commune,  s.f.,  parish  ;  commune. 

communication,  s.  f.,   communica- 
tion. 


396 


ANALYTICAL   FREKCH    READER. 


communiquer ,  v.  a.,  to  communicate. 

corujnmiiste,  s.  m.,  comiiuinist. 

cotiipayne,  8.  /.,  companion,  partner, 
wife. 

compagnie,  s.f.,  company  ;  friends. 
de  comiiftffnie,  together. 

cotnpaffnon,  s.  m.^  companion. 

cotnpafjiioih  de  voyar/e,  fellow-trav- 
eller. 

comparnitre,  v.  n.  irr.,  to  appear. 

comparer,  v.  a.,  to  compare. 

cotnjjartiinent,  s.  m.,  compartment, 
division. 

compatlssant ,  -c,      adj.,      compas- 
sionate. 

conipatriote,   s.    7n.,  fellow-country- 
man. 

coniii^re,    s.   m.,  god-father;     crony, 
compeer. 

complaisance,    s.  /.,    complacency, 
kindness. 

comjilet,  -ete,  adj.,  complete. 

comiAeaclon,  s.  f.,    constitution    (of 
body)  ;  temper,  disposition. 

coniplime}iter,  v.  a.,  to  compliment. 

comporter,  v.  a.,  to  allow,  to  permit. 
se  comporter,  v.  p.,  to  behave. 

composer,  v.  a.,  to  compose,  to  make 
up. 
se  composer,  v.])-,  to  be  composed. 

compreiidre,  v.  a.  irr.,  to  understand, 
to  comprehend. 

compromettre,  v.a.  irr.,  to  implicate. 

eomptabilite,  s.  /.,    responsibility  ; 
accountability. 

cotnpte,  s.  in.,  account. 
se  rendre  compte  de,  to  account 
for. 

compter,  v.  a.,  to  count. 

compter  sur,  to  rely  upon. 

comptoir,  s.  m.,  counter  ;  counting- 
house. 

conite,  s.  m.,  count. 

comte,  s.  m.,  earldom  ;  county,  shire. 

comtesse,  s.f.,  countess. 

concentrer,  v.  a.,  to  concentrate. 
se  concentrer,  v.  p.,  to  be  concen- 
trated ;  to  centre. 

concert,  s.  m.,  concert. 

eoncerter,  v.  a.,  to  concert. 
se  eoncerter,  v.  p.,  to  deliberate,  to 
consult  together. 

eoncevoir,  v.  a.,  to  conceive. 


concilier,  v.a.,  to  conciliate,  to  gain, 
to  win 
se  concilier,  v.  p.,  to  gain  for  o.  self. 

concitoyen,  s.  in.,  fellow-citizen. 

conclure,  v.  a.  irr.,  to  conclude. 

concourir,  v.  ?i.  irr.,  to  concur. 

condamner,  v.  a.,  to  condemn. 

condition,  s.f.,  condition,  state. 

conductetir,  s.  m.,  conductor. 

conduire,  v.  a.  irr.,  to  conduct. 
se  conduire,  V.J).,  to  conduct  o.  self. 

conduit,  s.  m.,  conduit,  pipe,  tube. 

conduite,  s.f,  conduct. 

confectionne,  p.  p.,  ready-made. 

confectionner,  v.  a.,  to  make  up,  to 
make  ready. 

cotiference,  s.f.,  conference,  lecture. , 
/aire    des   conferences,    to    give 
lectures. 

cotifession,  s.f.,  confession. 

con  fiance,  s.f.,  confidence,  trust. 

confidence,  s.f.,  confidence,  secrecy. 

confier,  v.  a.,  to  trust,  to  confide. 
se  co}ifier,  v.  p.,  to  confide  in,  to 
rely  on. 

confiner,  v.  a.  and  ?*.,  to  limit. 

con  firmer,  v.  a.,  to  confirm. 

cotifisquer,  v.  a.,  to  confiscate,  [fuse. 

confondre,  v.  a.,  to  confound,  to  con- 
se  confondre,  v.p.,  to  mix  together. 

con  fond  u,  p.  p.  and  adj.,  confused, 
dumbfounded. 

conformation,  s.f.,  conformation. 

conformement,  adv.,  agreeably,  ac- 
cording to. 

con  fort,  s.  m.,  comfort. 

confns,  -e,  adj.,  confused. 

confusement,  adv.,  confusedly. 

conge,  s.  m.,  leave,  permission  ;  dis- 
charge. 

conjugal,  -e,  adj.,  conjugal. 

conjure,  s.  ni.,  conspirator. 

conjurer,  v.a.,  to  entreat;  to  conspire. 
se    conjurer,    v.    j).,    to    conspire, 
to  league. 

connaissance,  s.  f.,  knowledge  ;    ac- 
quaintance. 
faire     la    connaissance    de,    to 
become  acquainted  with. 

connaitre,  v.  a.,  irr.,  to  know,  to  be 
acquainted  with. 
se  connaitre  en,  to  understand,  to 
be  a  judge  of. 


VOCABULARY. 


297 


connu, p.p.,  known. 

conquerant,  s.  m.,  conqueror, 

eonquerir,  v.  a.,  irr.,  to  conquer. 

conquete,  s.f.,  conquest. 

conquis,  p.  p.,  conquered. 

connacrer,  v.  a.,  to  cousecrate. 
se  consacrer.  v.  p.,  to  devote  one's 
self  to. 

conscience^  s.  /.,  conscience. 

conseil,  s.  m.,  advice,  counsel. 

conselller,  v.  a.,  to  advise,  to  counsel. 

consent h',  v.  n.  irr.,  to  consent. 

consequence,  s.f.,  consequence. 

consequent  (par),  loc.  adv.,  conse- 
quently. 

conservateur,  s.  m.,  preserver. 

conserver,  v.  a.,  to  keep,  to  i)reserve. 

considerable,  adj.,  considerable. 

consideration,  s.f.,  consideration; 
regard. 

considerer,  v.  a.,  to  consider. 

consif/ne,  s.f.,  orders,  instructions. 

consister,  v.  n.,  to  consist. 

consolateur,  -trice,  adj.,  and  s., 
consolin<jj,  comforting;  consoler,  com- 
forter. 

consoler,  v.  a.,  to  console,  to  comfort. 
se  consoler,  v.  p.,  to  console  o.  self. 

consp  irat  ion,  s.f,  conspirac3^ 

conspirer,  v.  n.,  to  conspire,  to  plot. 

constaninient,  adv.,  constantly. 

Constance,  s.f.,  constancy. 

constant,  -e,  adj.,  constant. 

consternation,  s.f.,  consternation. 

consterne,  -e,  adj.,  struck  with  con- 
sternation. 

consterner,  v.  a.,  to  dismay. 

constituer,  v.  a.,  to  constitute,  to 
frame. 

constitution,  s.f.,  constitution. 

construire,  v.  a.  irr.,  to  construct. 

consul,  s.  m.,  consul. 

consultation,  s.f,  con^ultation. 

consulter,  v.  a.,  to  consult. 
conte,  s.  ?n.,  story,  tale. 
contemplation,  s.f,  contemplation, 

meditation. 
contenipler,  v.  a.,  to  contemplate. 
contenance,  s.f.,  bearing,  air,  look, 

countenance. 
contenant,  pr.  ji.,  containing. 
coittetiir,  v.  a.  irr.,  to  contain, 
content,  -e,  adj.,  content. 


contenter,  v.  a.,  to  satisfy,  to  please. 
se  contenter,  v.  p.,  to  be  satisfied. 
contenu,  s.  m.,  contents. 
conter,  v.  a.,  to  tell,  to  relate. 
contester,  v.  a.,  to  contest,  to  dispute. 
continu,  -e,  adj.,  continuous. 
continuel,  -elle,  adj.,  continual. 
continuer,  v.  a.,  to  continue. 
continatnent,  adv.,  continually. 
contracter,  v.  a.,  to  contract. 
contraction,  s.f.,  contraction. 
contradiction,  s.f,  contradiction. 
contraindre,  v.  a.  irr.,  to  constrain, 

to  compel. 
contra inte,   s.  f.,   compulsion,     con- 
straint. 
contraire,  adj.,  contrary,  adverse. 
contra  ire,  s.  in.,  contrary. 

an  contraire,  on  the  contrary. 
contrarier,  v.  a.,  to  thwart,  to  cross. 
contraste,  s.  in.,  contrast. 
contraster,  v.  n.,  to  contrast. 
contrat,  s.  in.,  contract. 
contre,  prep.,  against. 
contre-balancer,  v.  n.,    to  counter- 
balance. 
contrebande,  s.f.,  smuggling,   con- 
traband. 
contredire,  v.  a.  irr.,  to  contradict. 
se  contredire,  v.  ]).,  to  be   incon- 
sistent. 
contree,  s.f.,  country,  region. 
contre  fa^on,  c<t./., counterfeit,  forgery. 
contribuer,  v.  a.,  to  contribute. 
contribution,  s.f.,  contribution. 
controuve,  -e,  adj.,  invented,  false. 
convaincre,  v.  a.  irr.,  to  convince. 
se  convaincre,  v.  p.,  to  convince 
one's  self;  to  ascertain. 
convenable,  adj.,  suitable,  proper. 
convenir,  v.  n.  irr.,  to  agree  ;  to  suit. 
etre  convenu,  to  have  agreed. 
avoir  convenu ,  to  have  suited. 
convention,  s.f.,  convention. 
conversation,  s.f.,  conversation. 
converscr,  v.  n.,  to  converse. 
conversion,  s.f.,  conversion. 
convertir,  v.  a.,  to  convert. 

se  convertir,  v.  p.,  to  be  converted. 
conviction,  s.f,  conviction. 
convie,  s.  in.,  guest. 
courier,  v.  a.,  to  invite. 
convive f  s.  m.,  guest. 


298 


AN^ALYTICAL    FRENCH    READER. 


copie,  s.f.,  copy. 

copier,  v.  a.,  to  copy. 

coquet,  -cite,  adj.,  coquettish. 

coquettenient,  adv.,  coquettishly. 

coquetterie,  s.f.,  coquetry,  flirtation. 

coquille,  s.f.,  shell. 

coquin,  -e,  adj.,  and  i<f.,  rascal,  rogue, 

knave. 
cor,  s.  in.,   horn,  bugle  ;  corn  (on  the 

foot). 
corbeati,  s.  m.,  raven. 
corbeille,  s.f.,  small  basket. 
corde,  s.f..,  rope,  cord. 
cordon,  s.  m.,  string. 
cordonnler,  s.  m.,  shoemaker. 
come,  s.f.,  horn. 
corporel,  -elle,  adj.,  corporal. 
corjis,  s.  m.,  body. 
ci  corps  perdu,  headlong. 
corps  a  corps,  hand  lo  hand. 
corps-de-garde,  s.  m.,  military  post; 

guard-room. 
correct,  -e,  adj.,  correct,  right. 
correspondance,   s.  f.,     correspond- 
ence. 
correspondant,  s.  m.,  correspondent; 

reporter. 
correspondre,  v.  n.,  to  correspond. 
corridor,  s.  m.,  corridor,  passage. 
corrlger,  v.  a.,  to  correct. 

se  corriger,  v.  p.,  to  reform. 
corrompre,  v.  a.  irr.,  to  corrupt,  to 
spoil. 
se  corrornptre,   v.  ]).,    to    get    cor- 
rupted. 
corrompu,  p.  p.,  corrupt,  dissolute. 
corruptible,  adj.,  corruptible. 
corrttption,  s.  f.,  corruption. 
cors,  s.  m.  pi.,  branches,  antlers. 
corsaire,  s.  m.,  corsair,  pirate. 
cortege,  s.  in.,  cortege,  retenue. 
costume,  s.  m.,  dress,  costume. 
cote,  s.f..,  rib  ;  shore,  coast. 
cote,  s.  7n.,  side. 

a,  cote  de,  by  the  side  of 
coteau,  s.  rn.,  hillock,  slope. 
coton,  s.  m.,  cotton. 
cot  oyer,  v.  a.,  to  go  along,  to  coast. 
con,  s.  m.,  neck. 
couchant,  s.  on.,  the  setting  sun;  the 

west. 
coHcIie,  s.f.,  stratum,  layer. 
coHcher,  v.  a.,  to  lay  flat. 


coucher,  v.  n.,  to  lie  (for  the  night),  to 
sleep. 

se  coucher,  v.  p.,  to  lie  down,  to  go 
to  bed. 
coude,  s.  m.,  elbow. 
coudre,  v.  a.  irr.,  to  sew. 
couler,  V.  a.,  to  strain,  to  purify. 
couler,  V.  n.,  to  flow,  to  run,  to  glide. 
couleur,  s.f.,  color. 
couleuvre,s.f.,  snake. 
coup,  s.  in.,  blow,  stroke. 
coup  de  fusil,  gunshot. 
coup  de  langue,  slander. 
coup  d'onilf  glance. 
coup  de  2>i<'d,  kick. 

pour  le  coup,  this  time. 

tout  d  coup,  suddenly. 

tout  d'un  coup,  all  at  once,  at  one 
stroke. 
coupable,  adj.,  guilty. 
coupe,  s.f,  cutting  ;  shape  (of  a  gar- 
ment). 
coujyer,  v.  a.,  to  cut. 
coujjle,  s.f,  couple,  two. 
couple, s.ni.,  two  persons  well  matched. 
coupon,  s.  tn.,  remnant. 
cour,  s.f,  court-yard  ;  court. 

basse-cour,  poultry-yard. 
courage,  s.  m.,  courage. 
courant,  s.  m.,  stream. 
courber,  v.  a.,  to  bend. 
courir,  v.  a.  irr.,  to  run. 
couronne,  s.f,  crown. 
cotirotDiefnent,  s.in.,  coronation. 
couronner,  v.  a.,  to  crown. 
cours,  s.  rn.,  course  ;  current. 
course,    s.  f.,    running ;   expedition  ; 

errand. 
coursicr,  s.  in.,  courser,  steed. 
court,  -e,  adj.,  short. 
courtier,  s.  m.,  agent,  broker. 
courtlsan,  s.  in.,  courtier. 
cousin,  s.  m.,  cousin. 
cousiue,  s.f.,  cousin  (lady). 
coussin,  s.  in.,  cushion. 
couteau,  s.  in.,  knife. 
coiiter,  v.  n.,  to  cost. 
coutelier,  s.  m.,  cutler. 
coutunie,  s.f,  custom. 

avoir   coutunie   de,   to  be  in  the 
habit  of. 
couvetit,  s.  m.,  convent. 
couvercle,  s.  m.,  lid. 


VOCABULARY 


299 


convert,  s.  tn.,  table-cloth ;  table-ser- 
vice ;  dinuer-service  for  one. 

couvertuve,  s.f.,  blanket. 

couvreur,  s.  /n.,  roofer. 

couvrir,  v.  a.  ir?\,  to  cover. 
se  couvrir,  v.  p.,    to    cover    one's 
self;  to  become  cloudy. 

craindi'e,  v.  a.  irr.,  to  fear. 

crainte,  s.f.,  fear. 

craintif,  -ive,  adj.,  fearful,  timorous. 

cravache,  s.f.,  liding-whip. 
coup  de  cravache,  a  stroke    with 
the  whip. 

cravate,  s.f.,  cravat,  neckcloth. 

crayon,  s.  m.,  pencil. 

Createur,  s.  m..  Creator. 

createur,  -trice,  adj.,  creating. 

creature,  s.f.,  creature. 

creche,  s.f.,  manger,  crib. 

credit,  s.  m.,  credit;  influence. 

credulite,  s.f.,  credulity. 

creer,  v.  a.,  to  create. 

crenie,  s.f,  cream  ;  flower,  best. 

crenele,  -e,   adj.,    embattled,    crenel- 
ated. 

crepu,  -e,  adj.,  woolly,  crisped. 

crepuscule,  s.m.,  twilight  ;  dawn. 

Crete,  s.f,  tuft,  crest. 

creuser,  v.  a.,  to  dig,  to  search. 

creiix,  -ease,  adj.,  hollow^. 

creux,  s.  m.,  hollow. 

crevasse,  s.f.,  crack,  crevice. 

crever,  v.  a  ,  to  burst,   to   break,  to 
split. 

crl,  s.  m.,  cry,  shout. 

crier,  v.  n.,  to  cry  out,  to  shout. 

crime,  s.  ia.,  crime. 

critniiiel,  -elle,  adj.,  criminal. 

criu,  s.  in.,  hair  ;  mane. 

cristal,  s.  in.,  crystal. 

critique,  s.  m.,  critic. 

critique,  s.f,  criticism. 

critiquer,  v.  a.,  to  criticise. 


croc,  s.  m.,  hook. 

crochet,  s.  m.,  hook. 

crochu,  -e,  adj.,  hooked  ;  crooked. 

croire,  v.  a.  irr.,  to  believe. 

croisade,  s.f.,  crusade. 

croise,  s.  m.,  crusader. 

croisee,  s.f.,  window. 

croiser,  v.  a.,  to  cross,  to  thwart. 

croissant,    s.  m.,    crescent;   cushion 

in  the  shape  of  a  crescent. 
croitre,  v.  n.  iiT.,  to  grow. 
croijc,  s.  f.,  cross. 
croquer,  v.  a.,  to  crumb. 
croupissant,  -e,  adj..  stagnant. 
croyatice,  s.f.,  belief,  creed. 
cm,  s.  m.,  growth. 
cruaute,  s.f.,  cruelty. 
cruel,  -elle,  adj.,  cruel  ;  painful. 
crueUeiuent,  adv.,  painfully,   sadly  ; 

cruelly. 
cueillir,  v.  a.  irr.,  to  pick,  to  gather. 
cuiller  or  cuill^re,  s.f,  spoon. 
cuilleree,  s.f.,  spoonful. 
cuir,  s.  in.,  leather. 
ctiire,  V.  a.  irr.,  to  cook. 
cuisine,  s.f.,  kitchen;  cooking;  cheer. 
cuisinier,  s.  in.,  male-cook. 
cuisiuiere,  s.f.,  female-cook. 
cuivre,  s.  in.,  copper. 
culte,  s.  m.,  worship,  creed. 
cultiver,  v.  a.,  to  cultivate. 
culture,  s.f.,  culture. 
cupide,  adj.,  greedy,  covetous, 
cupidite,  s.f..  cupidity. 
cure,  s .m.,  priest,  parson. 
curie u,r,  -ease,  adj.,  rare,  singular; 

curious,  inquisitive. 
curiosite,  s.f.,  curiosity,  inquisitive- 

uess  ;  rarity. 
cuve,  s.f.,  vat. 
cygne,  s.  in.,  swan. 
cylindre,  s.  m.,  cylinder.  [sia. 

Czar,  s.  m.,  the  Czar,  Emperor  of  llus- 


r> 


d'ahord,  adv.,  at  first. 
daiffner,    v.   n.,    to    deign,    to    con- 
descend. 
daiin,  s.  m.,  deer. 
dalle,  s.f,  flagstone,  slab. 


damns,  s.  in.,  damask. 
dame,  s.f.,  lady. 
dame!  inferj.,  well! 
datunation,  s.f,  damnation. 
dauf/er,  s,  in.,  danger,  peril. 


300 


ANALYTICAL   FRENCH    READER. 


danger etix,  -eiise,  adj.,  dangerous. 
dans,  prep.,  in,  iuto. 
danse,  s.f.,  dance. 
danser,  v.  a.  and  ?i.,  to  dance. 
darder,  v.  a.,  to  dart. 
dater,  v.  a.  and  ?;.,  to  date,  to  reckon. 
davaiitage,  adv.,  more;  all  the  more. 
de,  jnep.,  of  ;  by  ;  from  ;  with  ;  out  of. 
debarrus.sev,  v.  a.,  to  free  from,  to 
rid  of. 
se  deharrasser,  v.])-,  to  rid  one's 
self  of. 
debat,  s.  m.,  debate,  strife. 
dehorder,  v.  n.,  to  overflow. 
debout,  adv.,  standing,  upright. 
debris,    s.  m.,     remains,    fragments, 

ruins. 
deqd,  adv.,  on  this  side. 
decamper,  v.  n.,  to  decamp. 
deceder,  v.  n.,io  depart  this  life. 
deceler,  v.  a.,  to  disclose,  to  reveal. 
decent,  -e,  adj.,  decent. 
decerner,  v.  a.,  to  award,  to  bestow. 
decharge,  s.  /.,  discharge  ;  volley. 
decharger,  v.  a.,  to  discharge. 
dechirer,  v.  a.,  to  tear. 
decider,  v.  a.  and  n.,  to  decide. 
declaration,  s.f.,  declaration. 
declarer,  v.  a.,  to  declare. 
deconcerter,  v.  a.,  to  disconcert, 
se  deconcerter,  v.  j).,  to  lose  one's 
presencexif  mind. 
decor er,  v.  a.,  to  decorate. 
deconper,  v.  a.,  to  cut  up,  to  carve. 
decourageinent,  s.  in.,   discourage- 
ment. 
decotirager,  v.  a.,  to  dishearten. 

se  decourager,  V.  p.,  to  despond. 
decouvcrt,  -e,  p.  p.,  of  decouvrir, 

discovered. 
decoiiverte,  s.f.,  discovery. 
decouvrir,  v.  a.  irr.,  to  discover. 
decrepitude,  s.f.,  decrepitude. 
decrier,  v.  a.,  to  cry  down. 
decrire,  v.  a.  irr.,  to  describe. 
decrocher,  v.  a.,  to  unhook,  to  take 

down. 
dedaigner,  v.  a.,  to  disdain. 
dedffigneujTf  -euse,  adj.,  disdainful. 
dedain,  s.  m.,  disdain,  scorn. 
dedans,  adv.  and^»'c/).,  in,  within. 
ail  dedans  de,  inside. 
en  d^dmtSf  within,  inside, 


dedonitnager,  v.  a.,  to  indemnify. 
se  dedonunager,  v.p.,  to  indemnify 
one's  self. 
defaire,  v.   a.  irr.,    to  undo,  to  let 
loose. 
se  defaire,  v.  }).,  to  get  rid  of;  to 
become  untied,  to  loosen. 
defaite,  s.f,  defeat. 
defaut,  s  m.,  fault,  defect. 
en  defaut,  on  the  wrong  scent,  at 

fault. 
a  defaut  de,  instead  (<f. 
au  defaut  de,  for  want  of. 
defendre,  v.  a.,  to  defend  ;  to  forbid. 

se  defendre,  to  defend  one's  self. 
defense,  s.  f,  defence ;  tusk  (of  ele- 
phants). 
deference,  s.  f,    deference,    regard, 

respect. 
defiance,  s.  f,  distrust,  suspicion. 
defiant,  -e,  adj.,  distrustful. 
defter,  v.  a.,  to  dare,  to  defy  ;  to  chal- 
lenge. 
se  defter,  v.  ]).,   to  challenge  each 

other. 
se  defter  de,  to  distrust,  to  suspect. 
deftle,  s.  VI.,  defile,  i)ass,  strait.        [of. 
defrayer,  v.  a.,  to  defray  the  expenses 
degager,  v.  a.,  to  redeem  ;  to  disen- 
gage. 
se  degager,  v.  p.,  to  free  one's  self, 
to  extricate  one's  self. 
degainer,  v.  a.,  to  unsheathe,  to  draw. 
degarnir,  v.  a.,  to  deprive,  to  uncover. 
se  degarnir,  v.  p.,  to  get  empty ;  to 
part  with. 
degeuerer,  v.  n.,  to  degenerate. 
degout,  s.  7)1.,  disgust. 
degouter,  v.  a.,  to  disgust. 
se  degouter,  v.  j)--,  fo  become  dis- 
gusted. 
degrade,  p.  p.,  degraded. 
degrader,  v.a.,  to  degrade,  to  disgrace. 
se  degrader,  v.  p..  to  disgrace  o.self. 
degre,  $.  m.,  degree. 
deguisenient,  s.  m.,  disguise. 
deguise,  -e,p.p.,  disguised. 
deguiser,  v.  a.,  to  disgui^^e. 

se  deguiser,  v.p.,  to  disguise  o.self. 
dehors,  adv.,  outside,  without, 
en  dehors,  turned  out. 
au  dehors,  outside. 
dfjfif  adv.,  already. 


VOCABULARY. 


301 


dejeuner,  v.  h.,  to  breakfast. 

dejouer,  v.  a.,  to  foil,  to  thvvjirt.     [of. 

deld,p?'ep..  beyond,  on  the  other  side 

delni,  s.  m.,  delay. 

delais.ser,  v.  a.,  to  desert,  to  fort?ake. 

delasser,  v.  a.,  to  refresh,  to  relax. 
se  delasser,  v.  p.,  to  rest. 

delayer,  v.  a.,  to  delute,  to  soak. 

deliberer,  v.  n.,  to  deliberate. 

delicat,  -e,  adj.,  delicate. 

delicatesse,  s.f.,  nicety  ;  delicacy. 

delice,  s.  m.  sing,  and  s.f.  pi. ,  delight. 

delicletix,  -euse,  adj.,  delicious  ;  de- 
lightful. 

delie,  -ee,  adj.,  slender,  fine. 

delier,  v.  a.,  to  unbind. 
se  delier,  v.  p.,  to  get  loose. 

delire,  s.  m.,  delirium,  frenzy. 

delivrer,  v.  a  ,  to  deliver. 

demain,  adv.,  to-morrow. 

demande,  s.  f.,    inquiry,    question  ; 
claim  ;  request. 

demander,   v.  a.,  to  ask,   to  beg,  to 
ask  f  .r  ;  to  claim  ;  to  request. 

detnatiffer,  v.  n.,  to  itch. 

demarche,  s.f.,  gait,  walk,  step. 

deniasquer,  v.  a.,  to  unmask. 

detneler,  v.  a.,  to  unravel. 
se  detneler,  v.  p.,  to  extricate  one's 
self;  to  wrangle. 

dernence,  s.  f.,  madness. 

demeure,  s.  /.,  dwelling. 
d  demeure,  resident,  permanently. 

demeurer,  v.  n.,  to  dwell,  to  live,  to 
remain. 

demi,  -e,  adj.,  half. 
une  demi-heure,  half  an  hour. 

demission,  s.f.,  resignation. 

democrat e,  s.  vi.,  democrat. 

democrat iq lie,  adj..  democratic. 

demoiselle,  s.f,  young  lady. 

deniolir,v.  a.,  to  demolish. 

demon,  s.  m.,  demon, 

demonter,  ?'.  a.,  to  take  to  pieces. 
se  demonter,  v.  p.,  to  be  taken  to 
pieces ;  to  become  deranged. 

detnontrer,  v.  a.,  to  show,  to  demon- 
strate. 

denicher,  v.  a.,  to  dislodge,  to  take 
out  of  a  nest. 

denier,  s.  711.,  denier,  farthinir;  mite. 

denoncer,   v,  a.,  to  deuouiice,  to  in- 
form, 


denree,  s.f,  food,  provisions. 

dent,  s.f,  tooth. 

dentelle,  S.f,  lace. 

depart,  s.m.,  departure. 

depasser,  v.  a.,  to  go  beyond. 

depecher,  v.  a.,  to  despatch,  to  liasten. 
se  depeclier,  v.  p.,  to  make  haste. 

depcindre,   v.  a.  irr.,  to  depict,   to 
describe. 

dependre,  v.  a.,  to  unhang. 

dependre,  v.  n.,  to  be  dependent  on  ; 
to  depend  ;  to  follow  ;  to  belong. 

depens,  s.  m.  pi.,  expense. 
aux.  depens  de,  at  the  expense  of. 

depense,  s.f,  expense. 
fairs  de  la  depense,   to  live    ex- 
pensively. 

dejtenser,  v.  a.,  to  spend,  to  expend. 

deperii',  v.  n.,  to  decay,  to  die  away. 

depit,  s.  m.,  spite;  vexation. 
en  depit  de,  in  spite  of. 

deplacement,  s.  m.,   displacing,    re- 
moval. 

deplaire,  v.  n.  irr.,  to  displease. 

deplorable,  adj.,  deplorable. 

deplorer,  v.  a.,  to  deplore. 

deplojfer,  v.  a.,  to  unfold;  to  disi)lay 
se  deployer,  V.  p.,  to  be  unfolded, 
to  stretch  out. 

deposer,  v.  a.,  to  lay  or  put  down. 

depositaire,  adj.,  depositary. 

depot,  s.  m.,  trust  ;  depot;  deposit. 

depouiller,  r.  «.,  to  strip. 

depourvoir,  v.  a.  irr.,  to  deprive. 

depotiri'u,  -e,  adj..  dcs-titute. 
an  depottrvu,  unawares. 

depnis,  prep.,  since. 

depnis  qne,  conj.,  since. 

depute,  s.  m.,  deputy,  delegate. 

deraciner,  v.  a.,  to  uproot. 

deranqer,  v.  a.,  to  derange  ;  to  incon- 
venience ;  to  disturb. 
se  deranger,   v.  p.,   to   get  out  of 
order  ;  to  inconvenience  one's  self. 

derision,  s.f.,  derision,  mocker}'. 

deriver,    v.  n.,  to  spring,    to  be  de- 
rived (from). 

dernier,  -ere,  adj.,  last,  latter. 

dernieremoit,  adj  ,  lately. 

deroher,  v.  a.,  to  steal,  to  rob  ;  to  con- 
ceal. 

deronler,  v.  a.,  to  unroll,  to  unfold, 

deroute,  s.f.,  rout,  defeat. 


302 


ANALYTICAL  FREKCH  READER. 


derri^re,  adv.andprep.,  back, behind. 

jttir  derrierCf  behind,  from  behind. 
des  for  de  and  les),  of  the ;  fiom  the ; 
des,  2))'ep.,  fj'om,  since.  [some. 

des  que,  as  soon  as,  when. 
desagreable,  adj.,  disagreeable,  un- 
pleasant, [of. 
desalterev,  v.  «.,  to  qnench  the  thirst 

se  desdltercr,  v.  j).,  to  quench  one's 
thirst. 
desappoi lite t' f  v.  a.-  to  disappoint. 
desappr Oliver,  v.  a.,  to  disapprove. 
desamier,  v  .  a.,  to  disarm. 
descendre,   v.  n.,  to  descend,  to   go 

down,  to  come  down. 
desert,  s.  m.,  desert,  wilderness. 
desesperer,  v.  ».,  to  despair. 
desespolr,  s.  m.,  despair,  sorrow. 
desheriter,  v.  a.,  to  disinherit. 
desUonorer,  v.  a.,  to  dishonor. 

se  deshonorer,  v.  ]).,  to    disgrace 
one's  self. 
designer,  v. a.,  to  designate,  todenote. 
desintercssenieiit,    s.  m.,    disinter- 
estedness. 
desir,  s.  m.,  desire,  wish. 
desirer,  v.  a.,  to  desire,  to  wish  for. 
desobeissance,  s.f.,  disobedience. 
desole,  -e,  adj.,  desolate. 
desordre,  s.  m.,  disorder. 
desormais,  adv.,  henceforth. 
despotisme,  s.  m.,  despotism. 
dessecJier,  v.  a.,  to  dry  up. 
dessein,  s.  ni.,  design,  intention. 
desservir,  v.  a.  itr.,  to  clear  away,  to 

carry  ofr(from  table). 
dessin,  s.  m.,  drawing;  pattern. 
dessiner,   v.  a.,  to  draw,  to  plan,  to 

sketch. 
dessous,  adv.,  underneath. 

au-dessotis  de,  below. 
dessous,  s.  in.,  lower  part,  under  part. 
dessiis,  adv.,  above,  upon  it. 

au-dessus  de,  above. 
(less  lis,  s.  m.,  upper  part ;  advantage. 
destin,  s.  m.,  destiny. 
destine,  -e,  ac?;.,  intended  for;  doomed. 
destiner,  v.  a.,  to  destine;  to  intend 

for ;  to  doom. 
desnnion,  s.f.,  disunion,  separation. 
detachement,  s.  m.,  detachment. 
detacher,  v.  a.,  to  untie,  to  unfasten. 

to  detach. 


detail,  s.  m.,  detail,  particular. 

determiner,  v.  a.,  to  determine. 
se  determiner,  v.j).,  to  come  to  a 
decision. 

detour,  s.  711.,  roundabont  way,  shift. 

detoiirnei',  v.  a.,  to  turn  away  ;    to 
lead  astray. 
se  detoiirner,  v.  7>.,to  turn  out  of 
the  way. 

detresse,  s.f.,  distress,  misery. 

detrornper ,  v.  a.,  to  undeceive. 

dette,  s.f,  debt. 

deux,  adj.  'num.,  two. 

devant,  prep.,  before. 

devancer,  v.  a.,  to  go  before  ;  to  out- 
strip. 

devaster,  v.  a.,  to  devastate. 

develop  per,  v.  a.,  to  develop. 

devenir,  v.  n.  in'.,  to  become. 

deviner,  v.  a.,  to  guess. 

devise,  s.f,  devise,  motto. 

devoiler,  v.  a.,  to  unvail,  to  reveal. 
se  devoiler,  v.  p.,  to  be  un vailed, 
to  be  revealed. 

devoir,  v.  a.,  to  owe  ;  bef.  an  inf.,  to 
be  obliged,  to  be  necessary. 

devoir,  s.  m.,  duty. 

devorer,  v.  a.,  to  devour. 

devot,  -e,  adj.,  devout. 

devoiie,  -e,  adj.,  devoted. 

devoiienient,  s.  m.,  devotion. 

devoiler,  v.a.,  to  devote,  to  consecrate. 

diable,  s.  in.,  devil. 
tin  pauvre  diable,  a  poor  fellow. 

diadenie,  s.  in.,  diudem. 

dictateiir,  s.  in.,  dictator. 

dieter,  v.  a.,  to  dictate. 

Dieu,  s.  m.,  God. 

difference,  s.f,  difference. 

different, -e,  adj.,  different. 

difficile,  adj.,  difficult. 

di/ficiilte,  s.f,  difficulty. 

diff'us,  -e,  adj.,  diffuse. 

diijerer,  v.  a.,  to  digest. 

digestion,  s.f.,  digestion. 

digne,  adj.,  worthy. 

dignite,  s.f,  dignity. 

digression,  s.f,  digression. 

digue,  s.f.,  dike,  embankment. 

diiiiaiiclie,  s.  in.,  Sunday. 

dimension,  s.f,  dimension. 

dim  inner,  v.  a.,  to  diminish. 

{liner,  v.  n.,  to  dine, 


VOCABULARY. 


303 


i 


diplomat e,  s.  m.,  diplomatist. 
diplomat ie,  s.f.,  diplomac}'. 
dire,  v.  a.  irr.,  to  say  ;  to  tell. 

vouloir  dire,  to  mean. 
dire,  s.  tn.,  saying,  assertion. 

d'ajtres   le  dire,  according  to  the 
statement. 
diriger,  v.  a.,  to  direct. 

se  dir'iyer,  V.  ]).,  to  take  the  direc- 
tion of. 
discerner,  v.  a.,  to  discern,  to    dis- 
tinguish. 
discipline, .«./.,  discipline. 
disco urs,  s.  ?n.,  discourse,  speech. 
discretion,  s.f.,  discretion. 
discussion,  s./.,  discussion. 
disciiter,  v.  a.,  to  discuss. 
disette,  s.f.,  dearth,  scarcity. 
diseur,  s.  m.,  speaker. 
disjfaraitre,  v.  n.  irr.,  to  disappear. 
disperser,  v.  a.,  to  disperse. 
disposer,  v.  a.,  to  dispose,  to  make 
ready. 

se    disposer,  v.  p.,  to    prepare,  to 
make  ready. 
disposition,  s.f.,  disposition. 
disjfute,  s.f.,  quarrel. 
disputer,  v.  a.,  to  contend. 
disputer,  v.  n.,  to  dispute. 

se  disputer,  v.  p.,  to  dispute,    to 
contend  for. 
dissimuler,  v.  a.,  to  dissimulate. 
dissiper,  v.  a.,  to  dissipate,  to  scatter. 

se  dissijter,  v.  ;;.,  to  be  dispelled. 
dissuader,  v.  a.,  to  dissuade. 
distance,  s.f.,  distance. 
distinction,  s.f,  distinction. 
distingue,  -e,    adj.,    distinguished  ; 

genteel. 
distinguer,  v.  a.,  to  distinguish. 
distraction,  s.f.,  distraction,  inatten- 
tion. 
distribner,  v.  a.,  to  distribute. 
distribution,  s.f,  distribution. 
district,  s.  iti.,  district. 
divers,  -e,  adj.,  diverse,  various. 
diversenient,  adv.,  in  various  ways. 
diversifier,  v.  a.,  to  diversify,  to  vary. 
diversite,  s.f,  diversity,  variety. 
divertir,  v.  a.,  to  divert,  to  amuse. 

se  divert ir,  v.  p.,  to  divert  o.  self. 
divin,  -e,  adj.,  divine. 
diviser,  v.  a.,  to  divide. 


division,  s.f.,  diyision. 

dix-neuf,  adj.  num.,  nineteen. 

docile,  adj.,  docile,  obedient. 

docteur,  s.  tn.,  doctor,  physician. 

doctrine,  s.f,  doctrine. 

dogue,  s.m.,  house-dog. 

doigt,  s.  ni.,  finger. 

domaine,  s.  m.,  domain,  estate. 

dome,  s.  m.,  dome. 

domestique,  s.  m.  and/.,  servant. 

domicile,  8.  m.,  domicile. 

domination,  s.f,  domination. 

dominer,  v.  a.,  to  dominate. 

dommage,  s.  m.,  damage. 
c'est  dommage,  it  is  a  pity. 

dompter,  v.  a.,  to  subdue. 

don,  s.  7)1.,  gift,  present. 

done,  conj.,  then,  therefore. 

donjon,  s.  tn.,  donjon. 

donner,  v.  a.,  to  give. 

dont,  pwn.  rel.,  of  whom,  of  which, 
whose. 

dore,  -e,  adj.,  gilt. 

dorenavanf,  adv.,  henceforth. 

dormir,  v.  n.  irr.,  to  sleep. 

dos,  s.  m.,  back. 

dot,  s.f.,  dowry. 

donaner,  v.  a.,  to  enter  at  the  custom- 
house. 

double,  adj.,  double. 

doubler,  v.  a.,  to  line. 

doublure,  s.f,  lining. 

doucement,  adj.,  gently,  softly. 

douceur,  s.  /.,   sweetness  ;    smooth- 
ness ;  mildues& ;  pleasantness. 

done,  -e,p.  p.,  gilted. 

doner,  v.  a.,  to  endow  ;  to  gift. 

douleur,  s.f,  pain  ;  grief. 

douloureujc,  -euse,  adj.,  painful. 

doute,  s.  tn.,  doubt. 
sans  doute,  undoubtedly. 

douter,  v.  n.,  to  doubt. 

douteux,  -euse,  adj.,  doubtful. 

doujn,  douce,  «<//.,  sweet;  pleasant; 
soft,  mild. 

douze,  adj.  num.,  twelve. 

doyen,  s.  in.,  deacon. 

drame,  s.  tn.,  drama. 

drapeati,  s.  m.,  ensign,  colors. 

draj)er,  v.  a.,  to  cover  with  cloth. 

dresser,  v.  a.,  to  erect. 
se  dresser,  v.  p.,  to  stand  up. 

droit,  6,  m.,  right,  claim,  power;  law. 


304 


ANALYTICAL    FREN'CH    READER. 


droit,  -e,  adj.,  straight,  right. 
drole,  s.  m.,  rogue,  kuave.  [some. 

du  (for  de  and  le),  of  the  ;  from  the ; 
dCi,  p.  p.  of  devoir, 
due,  s.  m.,  duke. 
dueat,  s.  m.,  ducate. 
duchesse,  s.  /.,  duchess. 
duel,  s.  in.,  duel. 
duelliste,  s.  in.,  duellist. 


du2>e,  s.f,  dupe. 
duperie,  s.f.,  cheat,  imposition. 
diir,  -e,  adj.,  hard. 
duruble,  adj.,  durable. 
duree,  s.f.,  duration. 
durenient,  adv.,  harshly. 
durer,  v.  n.,  to  last,  to  continue. 
durete,  s.f.,  hardness,  roughness. 
duvet,  s.  in.,  dawn,  wool. 


E 


ean,  s.  f.,  water. 

eblouir,  v.  a.,  to  dazzle. 
s'eblouir,  v.  p.,  to  be  dazzled. 

eblouissant,  -e,  adj.,  dazzling. 

eblouissemeiit,  s.  ni.,  dazzling,  dizzi- 
ness. 

ebrauler,  v.  a.,  to  shake,  to  unsettle. 
s'ebranler,  v.  p.,  to  move,  to  give 
way. 

ecaille,  s.f.,  ecale,  shell. 

ecart,  s.  m.,  digression  ;  fault. 
d  V ecart,  Si^idfi;  in  a  lonely  place. 

ecarte,  -e,  adj.,  remote,  secluded. 

ecarter,  v.  a.,  to  remove,  to  set  aside. 
s'ecarter,  v.  ]>•,  to  deviate  ;    to  go 
astray, 

eccles iastique,  adj.,  ecclesiastical. 

ecelesiastique,  s.  m.,  priest,  clergy- 
man. 

echafaud,  s.  m.,  scaffold. 

echancrer,  v.  a.,  to  hollow  out. 

echauger,  v.  <i.,  to  exchange,  to  barter. 

eclinpper,  v.  7i.,  to  escape. 
s'ecJiapper,  v.j)-,  to  escape,  to  get 
away. 

echarpe,  s.f.,  scarf,  sling. 

echarper,  v.  a.,  to  slash,   to  cut  to 
pieces. 

echec,  s.  m.,  check;  repulse. 

echiue,  s.f.,  spine. 

echo,  s.  in.,  echo. 

eclair,  s.  m.,  lightning,  flash  of  fire. 

eclaire,  -e,    adj.,    enlightened,  well- 
informed. 

eclairer,  v.  a.,  to  light ;  to  inform. 
s'eclairer,  v.  p.,  to  be  lightened  ;  to 
get  information. 

eclat,  s.  m.,  splendor;  pomp;  glory; 
brightness, 


eclatant,  -e,  adj.,  bright,  transcend- 
ent, dazzling. 
eclater,  v.  n.,  to  burst,  to  break  out. 
eel  ore,  v.  n.  in'.,  to  be  hatched  ;    to 
open  ;  to  come  to  light. 

s'eclore,  V.  p.,  to  open  ;  to  blow. 
ecliise,  s.f.,  sluice,  floodgate. 
ecole,  s.f.,  school. 
ecouoinie,  s.f.,  economy. 
econotnique,  adj.,  economical. 
economiser,  v.  a.,  to  economize,   to 

save. 
ecorce,  s.f.,  bark. 
ecouler,  v.  a.,  to  pour  away. 

s'ecouler,  v.j)-,  to  run  or  flow  out. 
eceuter,  v.  a.,  to  listen  to. 
ecraser,  v.  a.,  to  crush,  to  squash. 
ecrevisse,  s.f.,  crawfish  ;  crab. 
eerier  (s' ),  v.p.,  to  exclaim,  to  cry  out. 
ecrire,  v.  a.  iiT.,  to  write. 
ecrivain,  s.  m.,  writer. 
ecrotielles,  s.f.  pi.,  king's  evil. 
ecrouler  (.s'),v.  7;.,  to  fall  down,  to 

fall  into  decay. 
ecuniant,  -e,  adj.,  foaming,  frothy. 
ecurie,  s.f,  stable. 
ectiyer,  s.  m.,  equerry. 
edifice,  s.  m.,  edifice. 
education,  s.f,  education,  training. 
effacer,  v.  a.,  to  eflace,  to  rub  out. 

s'effacer,  v.  p.,  to  become  effaced, 
to  grow  dim. 
effare,  -e,  adj.,  bewildered,  frightened. 
effectuer,  v.  a.,  to  carry  into  efifect,  to 

accomplish. 
effetniue,  -e,  adj.,  effeminate. 
effet,  s.  m.,  effect. 

en  effet,  in  fact. 

d  cet  effet,  for  that  purpose. 


VOCABULARY. 


305 


effile,  -e,  adj.,  slender,  slim. 
efforcer  (s'J,  v.  p.,  to  eudeavor,  to 

exert  one's  self,  to  strive. 
effort,  s.m.,  effort,  endeavor. 
eff'rayant,  -e,  adj.,  fearful,  frightful. 
effrayeVf  v.  a.,  to  frighiten,  to  scare. 

s'eff'rayer,  v.  p.,  to  be  frightened. 
effroif  s.  m.,  fright,  dread. 
effroyahle,  adj.,  dreadful,  awful. 
eyftl,  -e,  adj.,  equal,  like. 
eynlenieiit,  adv.,  equally,  also,  too. 
egaler,  v.  a.,  to  equalize. 
egard,  s.  m.,  regard,  respect. 

d   certains   eyards,  in  some  res- 
pects. 

a  I'eyard  de,  as  for. 
egarer,  v.  a.,  to  mislead  ;  to  lose. 

s'egaver,  v.  p.,  to  go  astray. 
eglise,  s.f.,  church. 
eh  !  inte7j.,  eh  !  ah  ! 
eh  bieti !  well  ! 
elaguer,  to  prune,  to  cut  away. 
elan,  s.  m.,  start ;  impulse  ;  soaring. 
elancer,  v.  a.,  to  dart,  to  shoot. 

s'elaticer,  v.  p.,   to  dash,  to  rush 
upon,  to  spring  forward. 
elargi,  -e,     adj.,      enlarged,     made 

broader. 
electenr,  s.  in.,  elector. 
election,  s.f.,  election. 
elegance,  s.f.,  elegance. 
elegant,  -e,  adj.,  elegant. 
element,  s.  m.,  element. 
elephant,  s.  m.,  elephant. 
elevation,  s.f.,  elevation. 
eleve,  s.  m.  or/.,  pupil. 
eleve,  -e,  adj.,  high,  lofty  ;  brought  up, 

trained. 
Hever,  v.  a.,  to  raise,  to  bring  up. 

s' clever,  v.  p.,  to  rise,  to  ascend,  to 
arise. 
el  ire,  v.  a.  irr.,  to  choose,  to  elect. 
eloge,  s.  m.,  praise. 
eloigne,  -e,  adj.,  remote,  distant. 
eloignemenf,  s.  m.,  removal,  depart- 
ure. 
eloigner,  v.  a.,  to  send  away,  to  send 
off  to  a  distance. 

s'eloigner,  v.  j)-i   to  go  away,    to 
withdraw. 
eloquetice,  s.f.,  eloquence. 
eloquent,  -e^adj.,  eloquent. 
eluderf  v.  a.,  to  elude,  to  evade. 


Ely  see,  s.  m.,  Elysium. 

enibarras,    s.     tn.,    embarrassment, 

confusion. 
enibarrassant,  -e,  adj.,  embarrass- 
ing, av\  kward,  perplexing. 
eniharrasser,  v.  a.,  to  encumber,  to 
embarrass,  to  puzzle. 

s'embarrasser,  v.  p.,    to    get    en- 
tangled, to  become  confused. 
enibaunier,  v.  a.,  to  embalm  ;  to  per- 
fume. 
enibellir,  v.  a.,  to  adorn,  to  beautify. 

s'enibellir,  v.p.,  to  grow  beautiful, 
to  improve. 
eniblenie,  s.  in.,  emblem. 
enibrasernent,  s.  m.,    conflagration, 

eruption  (of  a  volcano). 
embraser,  v.  a.,  to  set  ou  fire. 

s'enibraser,  v  .]).,  to  take  fire, 
etnbrasser,  v.  a.,  to  embrace. 
einbuche,  s.f.,  ambush,  snare. 
einerande,  s.f,  emerald. 
enierveiller,  v.  a.,  to  amaze. 

s'enierveiller,  v.  p.,  to  wonder. 
enieute,  s.f.,  riot,  disturbance. 
eminence,  s.f,  eminence,  height. 
emmener,  v.  a.,  to  take  away,  to  lead 

away. 
emotion,  s.f.,  emotion,  excitement. 
emouvoir,  v.  a.,  to  move,  to  .stir. 

s'emouvoir,    v.    p.,     to     become 
moved. 
emparer  (s' ),  v.p).,  to  lay  hold  of ;  to 

take  possession  of. 
etnpecJier,  v.  a.,  to  hinder,  to  prevent. 

s'em2)ecJier,  v.  p.,  to  keep  from. 
enipeigne,  s.  f.,  upper-leather. 
emjict'cur,  s.  in.,  emperor. 
empire,  s.  m.,  empire. 
emplir,  v.  a.,  to  fill. 

s'emplir,  v.  p.,  to  fill,  to  become 
filled. 
emploi,  s.  in.,  place,  post,  office  ;  use. 
emjfloyer,  v.  a.,  to  employ,  to  make 

use  of. 
empoisonner,  v.  a.,  to  poison. 
emporte-piece,  s.  in.,  puncher. 
emporter,  v.  a.,  to  carry  away. 

l'einx>orter  stir,    to   excel,   to  get 
the  better  of. 

s'emporter,  v.  p.,  to  fly  into  a  pas- 
sion. 
empreinte,  s.f.,  impression,  mark. 


306 


ANALYTICAL   FRENCH    READER. 


enipf'essement,  s.  m.,  eagerness,  ala- 
crity. 

etnpresser  (s' ),  v.  2>-,  to  hasten,  to 
be  eager  ;  to  make  haste. 

enijyrisofiner,  v.  a.,  to  imprison. 

eiiipranterf  v.  a.,  to  borrow. 

emu,  -e,  p.p.  oi etnoavolr. 

eiiiulation,  s.f.,  emulation. 

en,  2Jrep.,  in. 

en,  proii.  j^ers..,  of  it,  of  them,  some. 

encadrer,  v.  a.,  to  frame. 

enceinte,  s.f.,  enclosure. 

encliatner,  v.  a.,  to  chain,  to  fetter. 

enchantement ,  s.  m.,  charm,  spell. 

enchanter,  v.  a.,  to  enchant,  to  fasci- 
nate. 

enchanteur,  s.  m.,  enchanter. 

enco}nbrer,  v.  a.,  to  obstruct. 

encore,  adv.,  still,  yet,  again. 

encrier,  s.  tn.,  inkstand. 

endornii  -e,  adj.,  asleep,  sleeping. 

endorniir,  v.  a.,   to    put    or    lull    to 
sleep. 
s' endorniir,  v  j)-i  to  fall  asleep 

endroit,  s.  m.,  place,  spot  ;  passage. 

endurer,  v.  a.,  to  endure. 

energie,  s.f.,  energj',  strength. 

enfance,  s.f.,  infancy,  childhood. 

enfant,  s.  m.,  child  ;  s.f.,  a  little  girl. 

enfanter,  v.  a.,  to  bring  forth,  to  pro- 
duce. 

enfer,  s.  m.,  hell. 

enfertner,  v.  a.,  to  shut  in  :  to  contain. 

enfilade,  s.f.,  range  ;  suit  of  rooms. 

enftler,  v.  a.,  to  thread ;  to  engage  in  ; 
to  go  through. 

enfin,  adv.,  at  last ;  at  length. 

enfl-ainnier,  v.  a.,  to  inflame,  to  in- 
cense. 

enfler,  v.  a.,  to  inflate,  to  swell. 
s'enfler,  v.  p.,  to  swell  one's  self. 

enfoncei',  v.  a.,  to  drive  in  ;  to  rout. 

enfouir,  v.  a.,  to  bury  ;  to  dig  in. 

enfoiircher,    v.  a.,    to    bestride,    to 
straddle. 

enfuir  (s'),  v.  p.,  to  run  away. 

engager,  v.  a.,  to  pledge  ;  to  induce, 
to  urge. 
s 'engager,  v.  p.,   to  enter  into  an 
engagement ;  to  gel  involved. 

engloutir,  v.  a.,  to  swallow  up. 

rngrener,  v.  a.,  to  catch  ;  to  tooth  ; 
to  indent. 


enhardir,  v.  a.,  to  embolden. 
enlever,  v.  a.,  to  raise;  to  carry  away; 
to  take  off  or  away. 

s'enlever,  v.  p.,  to  be  raised  ;  to  be 
carried  away  or  lifted  up. 
ennetnif  s.  m.,  enemy. 
ennenii,  -e,  adj.,  inimical,  hostile. 
ennohlir,  v.  a.,  to  exalt,  to  ennoble. 

s'ennoblir,  v.  p.,  to  ennoble  o.  self. 
enornie,  adj.,  huge,  enormous. 
enrayer,  v.  a.,  to  put  on  a  drag. 
enrichir,  v.  a.,  to  enrich. 

s'enricJiir,  v.  x>-i  to  grow  rich. 
enseigne,    s.f,  sign,  token;   colors, 

standard,  flag. 
enseigner,  v.  a.,  to  teach,  to  show. 
e}i.senible,  adv.,  together. 
ensemble,  s.  in.,  the  whole. 
ensevelir,  v.  a.,  to  bury,  to  swallow  up. 

s'etisevelir,  V. p.,  to  be  buried. 
en.suite,  adv.,  afterwards. 
entamer,  v.  a.,  to  make  the  first  cut 

in ;  to  break  into. 
entasser,  v.  a.,  to  heap  up. 
entendre,  v.  a.,  to  hear;  to  understand. 

eela  ,s  'entend,  that  is  understood. 
enterrement,  s.  in.,  burial. 
enterrer,  v.  a.,  to  bury. 
enthou.sia.sme,  s.  m.,  enthusiasm. 
enthoa.sia.ste,  s.  m.,  enthusiast. 
entier,  -ere,  adj.,  whole,  total,  entire. 
entierenient,  adv.,  entirely,  wholly. 
entonner,  v.  a.,  to  begin  to  sing. 
entourage,  s.m.,  enclosure;  intimates, 

company. 
entourer,  v.  a.,  to  surround. 

s'entourei',  v.  p.,  to  associate  with. 
entraillfs,  s.  f.  jil.,  bowels,  entrails. 
entrain,  s.  in.,  high  spirits,  animation. 
entrainer,  v.  a.,  to  carry  away,  to  gain 
entre,  prep.,  between.  [over. 

entre-bailler,  v.  a.,  to  half  open. 
entree,  s.f,  entrance  ;  admittance. 
entrefaite.s,  s.f.  pi.,  snr  ces  entre- 

fa  ite.s,  mean  while. 
entreprendre,  v.  a.  irr.,  to  undertake. 
entrepri.se,  s.f.,  undertaking  ;  enter- 
prise ;  attempt. 
entrer,  v.n.,  to  enter,  to  go  or  come  in. 
entretenir,  v.  a.  irr.,  to  keep  up,  to 
entertain. 

s'entretenir,  v.  j).,  to  converse,  to 
talk  together. 


YOCABULARY 


307 


entretien,  s.  m.,  maintenance ;   con- 
versation. 
entrevoir,  v.  a.  irr.,  to  catch  a  glimpse 
of;  to  foresee. 

s'entrevoir,  v.  j)-,  to  see  each  other, 
to  meet ;  to  be  foreseen. 
entr'ouvrir,  v.  a.  irr.,  to  half  open. 

s'etitr'ouvrir,  v.])-,  to  half  open, 
to  be  ajar. 
eiivahir,  v.  n.,  to  invade,  to  overrun. 
envaJiissaut,  -e,  adj.,  invading 
eiivaJiisseur ,  s.  m.,  invader. 
cnvelopper,  v.  a.,  to  wrap  up. 

s'envelopper,  v.  p.,  to  wrap  o.  s.  up. 
envers,  prep.,  towards,  to. 
envers,  s.  in.,  wrong  side. 
eiivie,  s.f.,  envy  ;  spite  ;  wish. 

avoir  envie  de,  to  have  a  wish  for. 
envier,  v.  a.,  to  envy,  to  long  for. 
envietix,  -euse,  adj.,  envious. 
envieux,  s.  rn.,  envious  person. 
environ,  adv.,  about. 
environner,  v.  a.,  to  surround. 
envoyer,  v.  a.  in\,  to  send. 
ejifiis,  -aisse,    adj.,    thick ;    dense ; 

heavy,  dull. 
epandre,  v.  a.,  to  scatter,  to  shed. 
epanouir  (a'),  v. p.,  to  expand    its 

leaves,  to  bloom. 
epargne,  s.f.,  saving. 
epargner,  v.  a.,  to  spare,  to  save. 

s'epargner,  v.  p.,  to  spare  o.  self. 
eparpiller,  v.a.,  to  scatter,  to  disperse. 
epars,  -e,  adj.,  scattered,  dispersed. 
epniile,  s.f.,  shoulder. 
extee,  s.f,  sword. 
epice,  s.f,  spice. 
epicier,  s.  m...  grocer. 
epier,  v.  a.,  to  spy,  to  watch. 
epine,  s.f,  thorn. 
Epire,  s.f,  Epirus. 
epitre,  s.  m.,  epistle,  letter. 
eponge,  s.f,  sponge. 
epoque,  s.f.,  epoch  ;  time  ;  period. 
epoiise,  s.f.,  wife. 
epouser,  v.  a.,  to  marry,  to  wed. 
epouvante,  s.f.,  fright,  panic. 
epouvanter,  v.  a.,  to  frighten,  to  scare. 
Spoux,  s.  m.,  husband. 
epretive,  s.f.,  trial,  test ;  proof. 
epris,  -e,  adj.,  smitten,  in  love. 
eprotiver,  v.a.,  to  feel;  to  experience; 
to  undeijjo. 


epxiiser,  v.  a.,  to  exhaust,  to  wear  out. 
equipage,  s.m.,  equipage;  train;  crew. 
equitable,  adj.,  equitable,  just. 
equivoque,  adj.,  equivocal,  suspicious. 
eriger,  v.  a.,  to  erect,  to  raise,  to  set 

up. 
errer,  v.  n.,  to  be  mistaken;  to  wander, 

to  ramble. 
erreur,  s.f.,  eiror,  mistake. 
escalier,  s.  in.,  staircase. 
escari>e,  -e,  adj.,  steep,  rugged. 
escarpement,  s.?/i.,  escarpment;  steep 

side. 
esclavage,  s.  m.,  slavery,  bondage. 
esclave,  s.  m.  ovf ,  slave  ;  captive. 
espace,  s.  in.,  space,  room  ;  distance. 
Espagne,  s.f.,  Spain. 
espagnol,  -e,  adj.,  Spanish. 
Espagnol,  -e,  s.  m.  and/.,  Spaniard. 
espece,  s.f.,  species  ;  kind  ;  sort. 
esj^erance,  s.f,  hope. 
esperer,  v.  a.,  to  hope,  to  expect. 
esjjoir,  s.  m.,  hope. 
esprit,  s.  in.,  spirit;  mind;  wit;  intel- 
lect ;  sense. 
essai,  s.  m.,  trial ;  attempt. 
essay er,  v.  a.,  to  try,  to  endeavor,  to 

attempt. 
essuyer,  v.  a.,  to  wipe  ;    to  undergo, 

to  suffer,  to  encounter. 
estime,  s.f.,  ei^teem. 
est  inter,  V.  a.,  to  esteem. 
estomac,  s.  in.,  stomach. 
etable,  S.f.,  stable,  cattle-shed. 
etablir,  v.  a.,  to  establish,  to  settle. 

s'etablir,  v.  p.,  to  settle  ;  to  set  up 
in  business. 
etablissenient,  s.  in.,  establishment; 

settlement. 
etage,  s.  m.,  story. 
etaler,  v.  a.,  to  expose  for  sale,  or  for 

show. 
etang,  s.  in.,  pond,  pool. 
etat,  s.  m.,  state  ;  condition. 

etre  en  etat  de,  to  be  able  to 
eteindre,  v.  a.  irr.,  to  extinguish,  to 
put  O't. 

s'eteindre,  v.]).,  to  be  extinguished; 
to  perish,  to  die. 
etendard,  s.m.,  standard,  fla'r. 
etendre,  v.  a.,  to  extend,  to  sprend. 

s'etendre,  v.  p.,  to  extend,  to  t-x- 
pand. 


308 


AIN'ALYTICAL   FRENCH    READER. 


etendu,  -e,  a(^"., extensive;  large,\vide. 

eteriiite,  s.f.,  eternity. 

etemuer,  v.  ?i.,  t)  sneeze.  [ing. 

etiucelniit,  -e,  adj.,  sparkling,  glitter- 

etliiceler,  v.  }i.,  to  sparkle,  to  glitter, 
to  flash. 

etiquette,  s.f.,  label  ;  ceremony,   eti- 
quette. 

etoffe,  s.f.,  stuflf,  cloth. 

etoile,  s.f.,  star. 

etonnaiit,  -e,  adj.,  wonderful,  aston- 
ishing. 

etonnenient,  s.  m.,  astonishment. 

etonner,  v.  a.,  to  astonish. 
s'etonner,  v.  p.,  to  wonder,  to  be 
astonished. 

etoiiffer,  v.  a.,  to  stifle,  to  choke. 

etouffe)',  V.  7K,  to  be  suffocated. 

etourdi,  -e,    adj.,    heedless,    giddy  ; 
thoughtless. 

etratuje,  adj.,  strange,  queer. 

etrauffer,  s.  m.,  stranger  ;  foreigner. 

etrnnger,  -ere,   adj  ,    foreign  ;     un- 
known. 

etre,  v.  n.  irr.,  to  be. 
y  etre,  to  understand;  to  be  at  home. 

etre,  s.m.,  being,  creature. 

etrlller,  v.  a.,  to  curry,  to  comb. 

etroit,  -e,  adj.,  nariow,  close,  strict. 

etude,  s.f.,  study. 

etudier,  v.  a.  and  ti.,  to  study. 

Europeen,  -euue,  adj.  ands.m.ovf, 
European. 

eux,  pron.  pers.  ni.pl.,  they  ;  them. 

evangile,  s.  m.,  the  Gospel. 

evanoulr  (s'),  v.  p.,  to    vanish,    to 
disappear;  to  swoon,  to  faint. 

evasion,  s.f,  escape,  flight. 

eveiller,  v.  a.,  to  awake,  to  arouse. 
s'efeiller,  v. p.,  to  awake. 

evenemeiit,  s.  in.,  occurrence,  event. 

eventer,  v.  a.,  to  fan  ;  to  divulge. 

eventrer,  v.  a.,  to  rip  up,  to  cut  open. 

eveque,  s.  m.,  bishop. 

evident,  -e,  adj.,  evident,  clear. 

eviter,  v.  a.,  to  avoid  ;  to  spare. 
s'eviter,  v.  p.,  to  spare  one's  self. 

evoquer,  v.  a.,  to  evoke,  to  call  up. 

exact,  -e,  adj.,  exact,  punctual. 

exactement,  adv.,  exactly. 

exalter,  v.  a.,  to  exact,  to  excite. 

examiner,  v.  a.,  to  examine.       [ably. 

exaucer,  v.  a.,  to  grant,  to  hear  favor- 


exceder,  v.  a.,  to  exceed;  to  weary,  to 

fatigue, 
excellence,  s.f.,  excellence. 

2i(ir   excellence,  above  all.  in   the 
highest  degree. 
excellent,  -e,  adj.,  excellent. 
excepte,prep.,  except,  save. 
exces,  s.  tn.,  excess. 
exciter,  v.  a.,  to  excite,  to  rouse  up. 

s' exciter,  v.  p.,  to  work  o.  self  up. 
exclure,  v.  a.  vt.,  to  exclude,  to  shut 

out. 
excu.se,  s.f,  excuse,  apology. 
excuser,  v.  a.,  to  excuse. 

s'excuser,  v.]).,  to  apologize,  to  beg 
to  be  excused. 
execrable,  adj.,  execrable. 
executer,  v.  a.,  to  execute,  to  fulfil. 
executeur,  s.  m.,  executioner. 
execution,  s.f.,  execution. 
exemple,  s.  in.,  example. 

liar  exemple,  for  instance. 
exempt,  -e,  adj.,  exempt,  free. 
exerciee,  s.  ?n.,  exercise,  practice. 
exJialer,  v.  a.,  to  exhale,  to  emit. 
exiger,  v.  a.    and  n.,  to  require,   to 

exact. 
exil,  s.  m.,  exile. 
existence,  s.f.,  existence. 
exister,  v.  n.,  to  exist. 
expedition,  s.f,  expedition. 
expei'ience,  s.f,  experience. 
expirer,  v.  7i.,  to  expire,  to  die. 
expliquer,  v.  a.,  to  explain. 

s'expliquer,  v. p.,  to  explain  o.self. 
exploit,  s.  m.,  deed  ;  achievement. 
ex  poser,  v.  a.,  to  expose. 

s  'exjioser,  v.  p.,  to  expose  one's  self. 
expres,  -esse,  adj.,  express,  positive. 
expr^s,  adv.,  on  purpose. 
expressif,  -ive,  adj.,  expressive. 
expression,  s.f.,  expression. 
exprimer,  v.  a.,  to  express. 
expulsion,  s.f.,  expulsion. 
exquis,  -e,  adj.,  exquisite. 
exterieur,  -e,  adj.,  exIeruHl. 
exterieur,  s.  m.,  exterior 
exterminer,  v.  a.,  to  exterminate. 
exfraord inaire,  adj.,  extraordinary. 
extra  fugant,  -e,  adj.,  extravagant. 
extreme,  adj.,  extreme,  utmost. 
extrentement,  adv.,  extremely. 
extreniite,  s.f,  extremity,  end. 


VOCABULARY. 


309 


F 


fabrique,  s.f.,  fabric  ;  vestry-board  ; 
factory. 

face,  s.f.,  face,  front ;  countenance. 
en  face  de,  in  the  pret^ence  of. 

facetieujc,  -euse,  adj.,  facetious,  jo- 
cose, droll. 

fdche,  -e,    adj.,     angry,    displeased ; 
sorry,  grieved. 

fiiclier,  V.  a.,  to  afflict ;  to  anger,  to 
offend. 
se  faclier,  v.p.,  to  get  angry,  to  be 
offended. 

facheux,  -euse,  adj.,  sad,  grievous  ; 
unfortunate. 

facile,  adj.,  easy;  ready,  fluent. 

facileinent,  adv.,  easily. 

facillte,  s.  /.,  facility,   ease  ;   readi- 
ness. 

fa^on,  s.f.,  fashion  ;  way  ;  manner. 

faction,  s.f,  guard,  sentry. 

facnlte,  s.f,  faculty;  mind  ;  ability. 

fagot,  8.  m.,  bundle  of  wood,  fagot. 

faible,  adj.,  weak. 

faiblesse,  s.f.,  weakness. 

fa'ience,  s.f.,  earthenware,  crockery. 

faiui,  s.f.,  hunger. 

fa  ire,  v.  a.  irr.,  to  make  ;  to  do. 
se  faire,  V.  p.,  to  be  duni;  or  made  ; 
to  be,  to  happen. 

faisceau,  s.  m.,  bundle,  sheaf. 

fait,  s.  in.,  fact,  deed. 
snt'  le  fait,  on  the  fact,  in  the  act. 

faite,  s  in.,  top,  pinnacle. 

faijc,  s.  in.,  burden,  load,  weight. 

falloir,  V.  imp.  irr.,  to  be  necessary, 
required,  needed;  must,  should. 

fauieux,  -euse,  adj.,   famous  ;   cele- 
brated. 

fatniliarite,  s.f.,  familiarity;  liberty. 

faniilier,  -ire,    adj.,    familiar,    inti- 
mate. 

faniille,  s.f,  family. 

fatial,  s.  m.,  light,  beacon. 

fanatique,    adj.    and    s.,    fanatical  ; 
fanatic. 

faner,  v.  a.,  to  make  bay,  to  dry  up. 
se  faner,  v.  p.,  to  fade,  to  wither. 

fange,  s.f,  mire,  mud. 

fangeux,  -euse,  adj.,  muddy,  miry. 


fantaisie,  s.f,  fancy,  whim. 
fantassin,  s.  m.,  foot-soldier. 
fantastique,  adj.,  fantastic. 
fantonie,  s.  in.,  phantom,  ghos'. 
faquin,  s.  in.,  mean  rascal,  scoundrel  ; 

poppy. 
fardeau,  s.  in.,  burden. 
fatal,  -e,  adj.,  fatal,  unfortunate. 
fatigue,  adj.,  toil,  fatigue. 
fatigue,  -e,  adj.,  tired,  weary. 
fat ig tier,  v.  a.,  to  fatigue,  to  weary. 

se  fatiguer,  v.j)-,  to  fatigue  one's 
self,  to  get  tired. 
faubourg,  s.  in.,  suburb. 
faucon,  s.  in.,  falcon,  hawk. 
fausseuient,  adj.,  falsely,  wrongly. 
faussete,  s.f,  falseness,  untruth. 
faute,  s.f.,  fault,  mistake. 

faute  de,  for  want  of.  in  default  of. 
faiiteuil,  s.  m.,  arm-chair. 
faux,,  fausse,  adj.,  false,  untrue. 
faveur,  s.f,  favor,  kindness. 

en  faveur  de,  for  or  in  behalf  of. 
favorable,  adj.,  favorable,  propitious. 
favor i,  -ite,  adj.  and  s.,  favorite. 
favoriser,  v.  a.,  to  favor. 
fecond,  -e,  adj.,  fertile,  fruitful. 
fecondite,  s.f.,  fecondity,  fertility. 
fee,  s.f,  fairy,  elf. 
feindre,  v.  a.  and  n.  irr.,  to  feign,  to 

counterfeit ;  to  pretend. 
feinte,  s.f.,  dissimulation,  pretence. 
felicite,  s.f.,  felicity  ;  bliss. 
fetninin,  -e,  adj.,  feminine. 
femine,  s.f,  woman  ;  wife. 
fendre,  v.  a.,  to  cl  ave,  to  split. 

se  fendre,  v.  j)-,  to  split,  to  crack. 
fenetre,  s.f.,  window. 
fente,  s.  f,  chink,  crack,  split. 
fer,  s.  m.,  iron  ;  horse-shoe. 
ferine,  s.f,  farm;  farm-house. 
fernie,  adj.,  steady  ;  adv.,  firmly. 
fernienter,  v.  n.,  to  ferment. 
feriner,  v.  a.,  to  shut,  to  close. 

se  fernier,  v.jt-,  to  close,  to  shut. 
feroce,  adj.,  ferocious,  savage. 
ferre,  -e,  adj.,  iron-shod,  tagged. 
ferveur,  s.f,  fervor. 
festin,  s.  in.,  feast,  banquet. 


310 


ANALYTICAL  FRENCH  READER. 


fete, s.f.,  feast;  festival;  entertainment. 

feu,  s.  m.,  fire  ;  ardor. 
faire  feti,  to  fire. 
coiti  (III  feu,  fireside. 

feu,  adj.,    coulettr   de   feu,  flame- 
colored. 

fetilllage,  s.  m.,  foliage,  leaves. 

feuille,  s.f.,  leaf. 

fetiillet,  s.  m.,  leaf  (of  a  book). 

ficher,  V.  a.,  to  drive  in,  to  stick  in. 
se  ficher,  v.  ])■,  to  be  driven  in. 

fichu,  s.  m.,  a  woman's  neckerchief. 

fictif,  -ive,  adj.,  fictitious. 

fidhle,  adj.,  faithful,  true. 

fidelite,  s.f.,  fidelity,  faithfulness. 

fier  (se),  v.  p.,  to  trust,  to  rely. 

fier,  -ere,  adv.,  proud,  haughty. 

figure,  5./.,  face;  figure;  form;  shape. 

figure,  -e,  adj.,  figurative. 

fiffurer,  v.  a.,  to  figure,  to  represent. 
se  figurer,  v.]).,  to  fancy,  to  imagine, 
to  picture  to  one's  self. 

fil,  s.  m.,  thread;  edge;  wire. 

file,  s.f. J  file,  rank. 

filer,  V.  a.,  to  spin  ;  to  carry  on. 

filial,  -e,  adj..,  filial. 

fille,  s.f.,  girl,  maid  ;  daughter. 

fils,  s.m.,  son. 

fin,  -e,  adj.,  fine,  thin,  slender;  nice; 
acute,  keen,  artful. 

finance,  s.f.,  cash  ;  finances. 

finesse,  s.f.,  fineness  ;  subtlety,  cun- 
ning. 

finir,  V.  a.,  to  end,  to  finish. 

fixe,  -e,  adj.,  fixed,  settled  ;  fastened. 

fixetnent,  adv.,  fixedly,  firmly. 

fixer,  V.  a.,  to  fix,  to  fasten. 

se  fixer,  v.  p.,  to  stick  on,  to  settle. 

flacon,  s.  m.,  flagon,  smelling-bottle. 

flair er,  v.  a.,  to  smell,   to  scent ;   to 
foresee. 

flambeau,  s.  m.,  torch. 

flatnber,  v.  n.,  to  blaze  up. 

fiatnboyant,  -e,  adj.,  blazing. 

flaninie,  s.f.,  flame. 

Flandre,  s.f.,  Flanders. 

flanquer,  v.  a.,  to  flank;  to  cover. 

flatter,  v.  a.,  to  flatter. 

se  flatter,  v.  p.,  to  flatter  one's  self; 
to  hope,  to  expect ;  to  deceive  o.  s. 

flatterie,  s.f.,  flattery. 

flatteur,  -euse,  adj.  and  s.  rn.  or /., 
flattering  ;  flatterer. 


fl^che,  s.  /.,  arrow. 

flechir,  V.  a.,  to  bend,  to  move. 

se  flechir,  v.  p.,  to  bend,   to  give 
way. 

fletrir,  v.  a.,  to  brand,  to  blight. 
se  fletrir,  v.p.,  to  fade,  to  wither. 

fletrissure,  s.f.,  withering;  disgrace. 

fleur,  s.f.,  flower. 

fleurir,  v.  n.,  to  flower  ;  to  flourish. 

fle\ive,  s.  rn.,  river. 

flo7'ence,   s.  in.,   florence,   a    kind  of 
sarcenet. 

florin,  s.  in.,  florin, 

florissant,  -e,  adj.,  blooming ;  flour- 
ishing. 

flot,  s.  m.,  wave,  flood,  tide. 

flottant,  -e,  adj.,  floating. 

flatter,  v.  n.,  to  float,  to  swim;  to  fluc- 
tuate ;  to  waver. 

fluctuation,  s.f.,  fluctuation. 

foi,  s.f.,  faith,  belief. 

foin,  s.  in.,  hay. 

foire,  s.f.,  fair. 

fois,  s.  /.,  time. 

toutes  les  fois,  every  time. 
a  la  fois,  at  the  same  time. 

follement,  adv.,  foolishly. 

fonce,  -e,  adj.,  dark,  deep, 

fonction,  s.f.,  function;  office,  charge; 
duty. 

fonctionnaire,  s.  m.,  functionary. 

fond,  s.  m.,  depth,  bottom. 

fond(ttenr,  s.  in.,  founder. 

fondation,  s.  ./'.,  foundation. 

foiidenient,  s.  in.,  foundation. 

fonder,  v.  a.,  to  found,  to  establish. 

fondre,  v.  a.,  to  cast  ;    to  throw,  to 
se  fondre,  v.  p.,  to  melt.  [melt. 

fonds,  s.  in.,  ground,  lauded  property  ; 
cash,  funds. 

fontaine,  s.f.,  fountain. 

fonte,  s.f.,  melting,  casting ;  cast-iron. 

force,  s.  /.,  force,  strength,  power. 

forcer,   v.  a.,   to    compel;    to  break 
open. 

foret,  s.f.,  forest. 

forfanterle,  s.f.,  boasting,  bragging. 

forge,  s.f.,  forge,  blacksmith's  shop. 

forgeron,  s.  in.,  blacksmith. 

forme,  s.f.,  form,  shape, 

former,  v.  a.,  to  form,  to  shape, 
se  former,  v.  p.,  to  form  one's  self, 
to  grow. 


VOCABULARY. 


311 


formidable,  adj.,  formidable. 
fortnule,  s.f.,  form;  formula. 
fort,  -e,  liiij.,  s-tronjf,  powerful. 
fort,  adv..  very  ;  much. 
forteresse,  s.f..  lortress. 
fortifier,  v.  a.,  to  fortify. 

se  fortifier,  v.p.,  to  grow  stronger. 
fortune,  s.f.,  fortuue;  luck;  wealth. 
fosse,  s.  m.,  ditch. 
foil,  fol;   folic,   adj.,  mad,  insane; 

wild. 
foiiet,  s.  m.,  whip. 
fougere,  s.f.,  fern. 
foxKjueiix,  -etise,  adj.,  fierce,  firy. 
fouiller,  v.  a.  and  n.,  to  excavate  ;  to 

dig ;  to  search. 
fouine,  s.f,  beech-marten,  weasel. 
foulard,  s.  rn.,  silk-handkerchief. 
foule,  s.f.,  crowd. 

fouler,  V.  a.,  to  tread  upon;  to  trample 
on,  to  crush. 
se    fouler,    v.  p.    (un    iierf),    to 
sprain  (a  sinew). 
fournii,  s.f,  ant. 

fournir,  v.  a.,  to  furnish  ;  to  supply. 
fourrea h,s. m., sheath, case;  scabbard. 
fourreur,  s.  m.,  furrier. 
four  are,  s.f.,  fur.  [laud. 

foyer,  s.  m.,  hearth,   fireside  ;  native 
fracas,  s.  m.,  crash  ;  uproar. 
frngile,  adj.,  frail,  fragile. 
fraicheur,  s.f.,  freshness  ;  coolness  ; 

sweetness. 
frais,  s.  m.  pL,  expense,  cost. 
frais,  fraiche,  adj.,  fresh,  cool;  new, 

sw'eet. 
Franc,  s.  m.,  Frank. 
franc,  s.  m.,  franc  (coin). 
franc,  -die,  adj.,  free,  exempt;  frank, 

open-hearted ;  pure. 
fran^ais,  -e,  adj.,  French. 
Frftnqais,  -e,  s.  tn.  or/.,  Frenchman, 

Frenchwoman. 
France,  s.f,  France. 
franrhentent ,  adv.,  frankly,  openly. 
franchir,  v.  a.,  to  leap  over;  to  clear  ; 

to  go  beyond. 
franchise,  s.f.,  frankness,  candor; 

exemption. 
francisque,  s.f.,  battle-axe. 
frappant,-e,  adj.,  striking. 
f rapper,  v.  a.   to  strike. 
f rapper,  v.  n.,  to  knock. 


Frederic,  s.  m.,  Frederick. 
frelv,  adj.,  frail,  weak. 
frequent,  -e,  adj.,  frequent. 
frequenter,  v. a.,  to  frequent;  to  as- 
sociate with. 
fr^re,  s.  in.,  brother. 
fresque,  s.f,  fresco. 
fretin,  s.  m.,  small  fry. 
friable,  adj.,  friable  ;  crisp. 
friand,  -e,  adj.,  dainty. 
friajidise,  s.f.,  dainties. 
friinas,  s.  in.,  hoar-frost ;  cold. 
fripon,   -onne,  s.  in.   or  /.,  knave, 

Ci.eat ;  adj.,  rogusli,  knavish. 
frire,  v.  a.  irr.,  to  fry. 

faire  frire,  to  fry. 
froc,  s.  m.,  frock  ;  monk's  frock. 
froid,  -e,  adj.  and  s.  in.,  cold  ;  cold 

weather.  [s  rve. 

froideur,  s.f,  coldness  ;  coolness,  re- 
froniage,  s.  ni.,  cheese. 
froncer,  v.  a.,  to  frown,  to  wrinkle  np. 
front,  s.in.,  front;  forehead;  boldness, 

impudence. 
frontiere,  s.f.,  frontier,  limit. 
frottetnent,  s.  in.,  rubbing. 
f  rotter,  v.  a.,  to  rub. 

se  f rotter,  v.  p.,  to  rub  one's  self. 
frugal,  -e,  adj.,  frugal. 
fruit,  s.  in.,  fruit  ;  production. 
fugitif,  -ive,  adj.,  fugitive  ;  fleeting, 

transient. 
fuir,  V.  a.,  to  shun  ;  to  fly  from. 
fair,  V.  n.,  to  flee,  to  run  away. 
fuite,  s.f,  flight,  running  away. 
funiee,  s.f.,  smoke. 
f  timer,  v.  a.   and  n.,   to  smoke  ;   to 

steam. 
funeraiUes,  s.f.  pi.,  funeral. 
fnneste,  adj.,  fatal,  baleful. 
f ureter,  t.  a.,  to  ferret;  to  ransack. 
fureur,  s.f.,  fury,  frenzy  ;  rapture. 
furie,  s.f.,  fury,  rage  ;  height. 
furieux,  -euse,  adj.,  furious. 
fuseati,  s.  m.,  spindle,  distaff. 
fusil,  s.  m.,  gun,  musket. 
flit,  s.  m.,  cask  ;  stock  ;  shaft. 
futur,  -e,  adj.,  future,  to  come. 
futur,  s.   m.,     futurity,    future;     in- 
tended, bride<rroom. 
future,  s.f.,  bride. 
fuyard,  -e,  adj.  and  s.  m.  or/.,  fugi- 
tive ;  runaway. 


312 


AKALYTICAL   FREKCH    READER. 


o 


gabelle,  s.f.,  gahe],  salt-tax. 

{/age,  s.  tn.,  pledj^e  ;  gages,  s.  m.  pi., 
wages. 

gagne-j)etit,  s.  in.,  knife-griuder. 

gagner,  v.  a.,  to  gain,  to  win;  to  earn; 
to  reach. 

gai,  -e,  adj.,  gay  ;  merry,  cheerful. 

gaietnetit  or  gainient,  adv.,  gayly  ; 
merrily. 

gaillard,  -e,  adj.,  gallant,  jovial. 

gaillurd,  s.  m.,  jolly  fellow. 

galant,  -e,  adj.,  good,  worthy;  gen- 
teel ;  galant. 

galere,  s.f.,  galley-s,  penal-servitude. 

galevie,  s.f.,  gallery  ;  passage. 

galoper,  v.  a.,  to  gallop. 

gnlvaniser,  v.  a.,  to  galvanize. 

garantir,  V.  a.,  to  guarantee,  to  war- 
rant. 

gnr^on,  s.  m.,   boy,   lad  ;    bachelor  ; 
waiter. 

garde,  s.f,  guard. 
etre  sur  ses  gardes,  to  be  on  the 

watch. 
avoir  garde  de,  to  be  careful  not 
to  ;  to  know  better  than  to. 

garde,  s.  m.,  guardsman. 

garder,  v.  a.,  to  keep  ;  to  look  after. 
se  garder,   v.  2)-i  to  keep,  to  pre- 
serve. 
se  garder  de,  to  beware  from. 

gardien,  s.  m.,  guardian,  keeper. 

gare,  s.f.,  station,  terminus. 

gare  !  interj.,  look  out  !  mind. 

garnir,  v.  a.,  to  furnish,  to  adorn. 

garni  son,  s.f,  garrison. 

garroter,  v.  a.,  to  tie  fast,  to  bend 
with  cords. 

Gascogne,  s.f,  Gascony. 

gaspiller,  v.  a.,  to  squander,  to  waste. 

gateau,  s.  m.,  cake. 

gater,  v.  a.,  to  spoil. 
se    gater,    v.  p.,    to    get    spoiled, 
damaged. 

gaiiclie,  adj.,  left ;  awkward. 

Gaule,  s.f,  Gaul. 

Ganlois,  s.  m.,  Gaul. 

gas,  s.  m.,  gas. 

gazon.,  s.  m.,  grass,  tui-f. 


gemir,  v.  n.,  to  groan;   to  moan,  to 
wail. 

geniissement,   s.   m.,    groan,    moan, 
lamentation. 

gendarme,  s.  m.,  gendarme,  police- 
man. 

gene,  s.f.,  inconvenience,  constraint, 
pain. 

gener,  v.  a.,  to  hinder,  to  disturb. 
se    gener,  v.  p.,    to    inconvenience 
one's  self. 

general,  -e,  adj.,  general. 

general,   s.  m.,  geneial ;  chief,  com- 
mandei'. 

generation,  s.f,  generation. 

genereux,   -etise,     adj.,     generous, 
liberal ;  noble, 

generosite,  s.f,  generosity. 

genie,    s.    m.,    genius,    talent  ;    engi- 
neering ;  engineers. 

genoii,  s.  m.,  knee. 

genre,  s.  m.,  kind  ;  gender  ;  species. 

gens,  s.  7)i.  pd.,  people. 

gentil,  -ille,  adj.,  pretty,  nice. 

gentilJioninie,  s.  in.,  nobleman. 

gentillesse,  s.f.,  prettiness,  graceful- 
ness. 

Geoff roy,  s.  in.,  JeflTny. 

geonietrie,  s.f,  geometry. 

gernianiqtie,  adj.,  Germanic. 

gernie,  s.m.,  germ,  shoot;  cause,  prin- 
ciple. 

gernier,  v.  a.,  to  shoot,  to  sprout,  to 
spring  up. 

gesir,  v.  n.  irr.  and  dcf,  to  lie. 
ci-git,  here  lies. 

geste,  s.  m.,  gesture,  sign. 

giga/ntesque,  adj.,  gigantic. 

gisantfpr.  p.,  lying. 

git,  p.  p.,  of  gesir. 

gite,  s.  f,  lodging,  home ;  covert. 

glace,  s.  / ,  ice  ;  plate-glass  ;  looking- 
glass. 

glacer,  v.  a.,  to  freeze,  to  ice. 

glacial,  ~e,  adj.,  freezng,  icy. 

glacier,  s.  in.,  glacier. 

glaive,  s.  m.,  sword. 

gland,  s.  in.,  acorn. 

glande,  s.f.,  gland,  tumor. 


VOCABULARY 


313 


glisser,  v.  n.,  to  slide,  to  glide. 

se  glisser,  v.  p.,   to  slip,  to  insin- 
uate ;  to  creep  in  ;  to  steal  in. 
globe f  s.  m.,  globe. 
gloire,  s.f.,  glory,  fame. 
glor ieusenient ,  adv.,  gloriously. 
glorieux,  -ewse,  at^.,  glorious;  vain; 

proud. 
gobeff  V.  a.,  to  gulp  down,  to  swallow. 
gognenardf  s.  ni.,  banterer  ;    railer  ; 

jeerer. 
gorge,  s.f.,  throat  ;  pass,  defile. 
gonffre,  s.  m.,  abyss,  gulf. 
goujnt,  s.  m.,  blackguard. 
goulotf  s.  m.,  neck  (of  a  bottle). 
gourmand,  -e,  adj.   and  s.  m.  or  /., 

greedy;  gourmand,  glutton. 
gourmandise,  s.f.,  gluttony ;  greadi- 

ness. 
gousset,  s.  in.,  fob. 
goiit,  s.  m.,  taste,  inclination,  fancy, 

liking. 
gouter,  s.  m.,  luncheon,  lunch. 
goiiter,  v.  a.,  to  taste;  to  relish;  to  like. 
gouter,  v.  n.,  to  try;  to  eat  a  luncheon, 

to  lunch. 
goutte,  s.f,  drop  ;  gout. 
gouvernail,  s.  m.,  helm,  rudder. 
goiivernante,  s.f,  governess. 
gouvernetnetit ,  s.  in.,  government. 
gouverner,  v.  a.,  to  govern. 
gouverneiir,  s.  in.,  governor. 
grace,  s.f,  grace  ;  favor. 
gracieusenient,     adv.,     graciously, 

kindly.  [ful. 

gracieux ,  -euse ,  adj.,  gracious,  grace- 
grain,  s.  m.,  grain  ;  corn. 
graisse?',  v.  a.,  to  grease. 
grand,  -e,  adj.,  great,   large  ;    high, 

tall. 
grand-p^re,  s.  in.,  grandfather. 
grand'tnere,  s.f.,  grandmother. 
grandenient,  adv.,  greatly;  largely; 

nobly. 
grandeur,  s.f,  greatness;  grandeur. 
grandir,  v.  v.,  to  grow  tall, 
gras,  -asse,  adj.,  fat,  fleshy. 
gratifier,  v.  o.,  to  favor,  to  oblige. 
gratuit,-e,  acZj.,  gratuitous  ;  wanton. 
grave,   adj.,    grave,   serious  ;    impor- 
tant. 
gravetnent,  adv.,  seriously;  severely. 
graver,  v.  a.,  to  engrave. 


gravir,  v.  rf.,  to  climb  up,  to  ascend. 
gre,  s.  m.,  will,  pleasure. 

bon  gre,  mnlgre,  willingly  or   un- 
willingly. 
Grec,  Grecqiie,  adj.  and  s.m.OTf., 

Greek. 
Grece,  s.  f,  Greece. 
grele,  s.f,  hail. 
gieler,  v.  imp.,  to  hail. 
grelot,  s.  m.,  little  bell. 
grenadier,  s.  m.,  grenadier. 
grenouille,  s.f,  frog. 
griff e,  s.f,  claw. 

grillage,  s.  in.,  wire-work,  grating. 
grille,  s.f,  grate  ;  railing. 
griller,  v.  a.,   to  grill  ;   to  broil ;  to 

scorch. 
grillon,  s.  in.,  cricket. 
grimace,  s.f.,  grimace,  grin. 
grimjier,  v.   a.  and  n.,  to  climb,  to 

climb  up,  to  creep  up. 
gris,  -e,  adj.,  gray  ;  tipsy. 
grive,  s.f.  thrush. 
gronder,  v.  a.   and  n.,  to  scold  ;   to 

grumble. 
gros,  -osse,  adj.,  big,  large  ;  stout. 
grosseur,  s.  f.,  bigness  ;   stoutness ; 

large  size. 
grossier,  -ere,   adj.,    coarse,   roush; 

rude,  unpolished. 
grotesque,  adj.,  grotesque. 
groupe,  s.  in.,  group,  cluster. 
gue,  s.  m.,  ford. 

gu^re,  adv.,  not  much,  not  very. 
guerir,  v.  a.  and  ??.,  to  cure  ;  to  heal. 

se  guerir,  v.  p.,  to  get  cured. 
guerison,  s.f.,  cure,  recovery. 
guerre,  s.f.,  war. 
gnerrier,  s.  in.,  warrior. 
guetter,  v.  a.,  to  watch  ;  to  be  in  wait 

for. 
Guillaume,  s.  in..  William. 
gueule,  s.f.,  mouth  (of  aninials). 
guicJiet,  s.  m.,  wicket ;  shutter. 
guide,  s.  m.,  guide,  leader. 
guide,  s.f.,  rein. 
guider,  v.  a.,  to  guide,  to  lead. 
guillotine,  s.f,  guillotine. 
guinde,  -e,  adj.,  hoisted;    starched; 

aflected. 
guirlande,  s.f,  garland,  wreath. 
guise,  s.f,  wise  ;  way  ;  manner. 

en  guise  de,  instead  of. 


314 


ANALYTICAL   PRENCH    READER. 


H 


habile,  adj.,  able,  skilful,  clever. 
habileinentf  adv.,  skilfully. 
habllleinentf  s.  m.,  clothes,  clothing. 
hablller,  v.  a.,  to  clothe,  1o  dress. 

s'habiller,  v.  p.,  to  dress  one's  self. 
habitf  s.m.,  dress;  coat ;  pi.,  clothes. 
habitant,  s.  m.,  inhabitant. 
habiter,  v.  a.,  to  inliabit. 
habitude,  s.f.,  habit,  custom. 
habituel,  -elle,  adj.,  habitual. 
habituer,  v.  a.,  to  accustom. 

s'habituer,  v.  p.,  to  get  used  to. 
hacJte,  s.f.,a^e,  hachet. 
hacher,  v.  a.,  to  chop ;  to  hash  ;   to 

mince. 
haie,  s.f.,  hedge,  fence. 
haine,  s.f.,  hatred. 
hallebardier,  s.  m.,  halberdier. 
hale,  -e,  adj.,  sun-burnt. 
haleine,  s.f.,  breath. 
halle,  s.f,  hall  ;  market. 
hameau,  s.  in.,  hamlet. 
Jiame^on,  s.  m.,  fish-hook. 
handle,  s.f,  hip,  haunch. 
Jiarangue,  s.f.,  harangue,  address. 
haranfjaer,  v.  a.,  to  address. 
hardi,  -e,  adj.,  bold,  daring  ;  rash. 
hardiesse,  s.f ,  boldness,  daring. 
hardinient,  adv.,  boldly. 
hartnonie,  s.f.,  harmony. 
Jiarnnis,  s.m.,  harness;  trappings. 
Jtarpon,  s.  m.,  harpoon  ;  spear. 
hasard ,  s.  m.,  hazard,  chance. 

au  hasard,  at  random. 
hasarder',  v.  a.,  to  risk. 
hasardeiix,  -ease,  adj.,  risky. 
hate,  s.f,  haste,  hurry. 

a  la  hate,  in  haste,  in  a  hurry, 
hater,  v.  a.,  to  hasten. 

se  hater,  v.  p.,  to  make  haste. 
haabert,  s.  m.,  coat  of  mail. 
hausser,  v.  a.,  to  raise,  to  lift  up  ;  to 

shrug. 
haut,  -e,  adj.,  high  ;  tall  ;  lofty. 
haut,  adv.,  loud. 
Uaut,  s.  in.,  top,  upper  part. 
hautain,  ~e,  adj.,    haughty,    proud, 

overbearing. 
hautenient,  adv.,  loudly,  openly. 


hauteur,  s.f,  height,  eminence;  arro- 
gance, haughtiness. 

Jiein!  interj.,  hey  ! 

helas  !  interj.,  alas  ! 

IieinispJiere,  s.  in.,  hemisphere. 

Henri,  s.  in.,  Henry. 

Iter  be,  s.f,  grass;  herb. 

lieveditaire,  adj..  hereditary. 

herisse,  -e,  adj.,  bristly,  shaggy. 

herisser,  v.  a.,  to  bristle. 
se  herisser,  v.  p.,  to  bristle  up. 

heritage,  s.  in.,  inheritance. 

heritier,  -^re,  adj.  and  s.  in.  or  /., 
heir  ;  heiress. 

Jiero'ique,  adj.,  heroic. 

hero'isnie,  s.  in.,  heroism. 

heros,  s.  in.,  hero. 

hesitation,  s.f.,  hesitation. 

hesiter,  v.  n.,  to  hesitate,  to  falter. 

heterogene,  adj.,  heterogeneous. 

heure,  s.f.,  hour. 
tout  d,  I'heure,  presently. 

Jieureusement,    adv.,    happily,    suc- 
cessfully. 

heiireux,  -eiise,  adj.,  happy;  lucky, 
fortunate. 

hideux,  -ease,    adj.,    hideous,   hor- 
rible. 

histoire,  s.f,  history  ;  story. 

historien,  s.  in.,  historian. 

hiver,  s.m.,  winter. 

hocher,  v.  a.,  to  shake,  to  toss. 

Hollandais,  s.  m.,  Dutchman. 

homicide,  adj.,  homicidal. 

homicide,  s.  rn.  or./'.,  homicide. 

Jioniniage,  s.  m.,  homage,  respect. 

homme,  s.  in.,  man.  [lite. 

honnete,  adj.,  honest,  virtuous  ;    po- 

Jionneur,  s.  m.,  honor. 

Jionorable,  adj.,  honorable. 

honoraire,  s.  in.,  fee,  salary, 

Jioiite,  s.f,  shame. 

Jiopital,  s.  in.,  hospital. 

horizon,  s.  m.,  horizon. 

horloge,  s.f,  clock 

horreur,  s.f,  horror;  awe,  dread. 

horrible,  adj.,  horrible  ;  dreadful. 

hors,  hors  de,  prep.,  ont  of,  without; 
except,  save. 


VOCABULARY. 


315 


hosx>ice,  s.  ?«.,  hospital     convent. 

hostilite,  s.j.,  hostility,  enmity. 

f4ote,  s.  m.,  host  ;  landlord. 

hotel,  s.  /n.,  hotel,  inn. 

hotel-de-ville,  city-hall. 

hotesse,  s.f.,  hostess. 

Jiousse,  s.f.,  horse-cloth,  saddle-cloth. 

huer,  V.  a.,  to  hoot. 

htiile,  s.f.,  oil. 

htiissier,  s.  m.,  usher  ;  bailiff. 

huitf  adj.  num.,  eight. 

Jitntre,  s.f.,  oyssier. 

hnniain,  -e,  adj.,  human  ;  humane. 

hunianitairef  adj.,  humanitarian. 


hutnaiiite,  s.f ,  humiurity  ;  mankind. 
humble,  adj..  humble  ;  meek  ;  low. 
himibletnent,  adv.,  humbly. 
huniecter,  v.  a.,  to  moisten. 
hiitiieur,  s.f.,  humor,  temper. 
hutnide,  adj.,  humid,  damp. 
htinilliation,  s.f,  humiliation,    [ble. 
htmiilier,  v.a.,  to  humiliate;  to  hum- 
Huns,  s.  m.  pi.,  the  Huns. 
hurleinent,  s.  7n.,  howling,  yell. 
hussard,  s.  m.,  hussar. 
hymne,  s.m.,  song,  hymn  ;  s.f.,  sacred 

hymn,  anthem. 
hypocrite,  s.  m.  or/.,  hypocrite. 


ici,  adv.,  here. 

ideal,  -e,  adj.,  ideal,  imaginary. 

idee,  s.f,  idea;  thought;  notion. 

Ides,  s.f.  pi..  Ides. 

idolatrle,  s.f,  idolatry. 

idole,  s.f,  idole. 

ignorance,  s.f.,  ignorance. 

ignore,  p.  p.  and  adj.,  concealed,  un- 
known. 

ignorer,  v.  a.,   to  ignore,  not  to  be 
aware  of. 

il,2Jl.  lis,  jyron.  pers.,he;  they. 

tie,  s.f.,  island. 

illii.sion,  s.f,  iliUsion  ;  delusion. 

illu.'itre,  adj.,  illustrious. 

image,    s.  /.,    image  ;     resemblance  ; 
emblem. 

imagination,  s.f.,  imagination. 

imbecile,  adj.  and  5.,  imbecile;  silly; 
stupid;  fool. 

imitation,  s.f,  imitation. 

iniiter,  v.  a.,  to  imitate,  to  copy. 

immense,  adj.,  immense. 

immtscer  (s'),  v.  p.,  to  Intermeddle, 
to  interfere. 

immobile,  adj.,  immovable,  motion- 
less ;  firm,  unshaken. 

immonde,  adj.,  unclean,  filthy. 
immortel,  -elle,  adj.,  immortal. 
impai'fait,  -e,  adj.,  imperfect. 
imparfait,  s.  m.,  impfrfect  tense. 
imparfaitenient,  adv.,  imperfectly. 
impassible,    adj.,    impassible,     un- 
moved. 


impatience,  s.f,  impatience. 

impatient,  -e,  adj.,  imi)atient. 

imjjenetrable,     adj.,     impenetrable, 
secret. 

imx>€ratif,  -ive,  adj.,  imperative. 

ini2^eratif,  s.  ?/i.,  imperative  mode. 

imperatrice,  s.f.,  empress. 

impercei^tible,  adj.,  imperceptible. 

i }npercept iblenient ,  adv.,  impercep- 
tibly. 

imperial,  -e,  adj.,  imperial. 

imi>ettieux,  -ease,  adj.,  impetuous, 
fierce. 

inipetuosite,  s.  f.,  impetuosity,  vio- 
lence. 

imjyie,  adj.  and  ,9.  m.  or/.,  impious. 

ini2>lacable,  adj..  implacable. 

important,  -e,  adj.,  important. 

importer,  v.  n.,  to  be  of  importance; 
to  matter. 

impossibilite ,  s.f.,  impossibilit}'. 

inipot,  s.m..  impost,  tax. 

impression,  s.f.,  impression  ;  mark. 

imprevu,  -e,  adj.,  unforeseen. 

imprimer,  v.  a.,  to  imprint ;  to  print. 

imprimerie,  s.f.,  printing-oflice. 

iniXtrudent,  -e,  adj.,  imprudent. 

itnpudence,  s.f.,  impudence. 

imjrnlsion,  s.  /.,  impulsion  ;  impulse. 

impiir,  -e,  adj.,  impure,  unclean. 
inabordable,  adj.,   inaccessible,  un- 
approachable. 
inaccessible,  adj.,  inaccessible, 
inattendu,  -e,  adj.,  unexpected. 


316 


ANALYTICAL  FRENCH  READER. 


incapable,  adj.,  unable,  incompetent. 

incarnat,  -c,  adj.,  incarnate. 

incendie,  s.m.,  fire,  conflagration. 

incliuer,  v.  n.  and  n.,  to  incline  ;  to 
slope. 
«•  ^lucliner,  to  slope ;  to  be  inclined, 
to  feel  dis^posed. 

incotnniotle,  adj.,  inconvenient. 

incomparable,    adj.,    incomparable, 
matchless. 

incomplet,  -ete,  adj.,  incomplete. 

incotti prehens ible,  adj.,    incompre- 
hensible. 

inconcevable,  adj.,  inconceivable. 

inconnu,  -e,  adj.,  unknown  ;  s.  rii.  or 
/.,  unknown  person. 

incontestable,     adj.,    incontestable, 
unquestionable. 

incorporer,  v.  a.,  to  incorporate. 

incredale,    adj.,    incredulous,    nnbe- 
lieviug. 

inculte,  adj.,  waste;  unpolished. 

i:idecl,s,  -e,  adj.,  irresolute, undecided. 

indecision,  s.f.,  indecision,  irresolu- 
tion. 

indefiniment,  adv.,  indefinitely. 

indelebile,  adj.,  indelible. 

independaiiinient,     adv.,     indepen- 
dently. 

independant,  -e,  adj.,  independent. 

index,  s.  VI.,  VAdiQ^;  forefinger. 

indicible,  adj.,  unutterable. 

Indien,  -enne,  adj.,  and  s.,  Indian. 

indienne,  s.f.,  printed  calico. 

indifferent,  -e,  adj.,  indifl:erent,  un- 
concerned. 

indigent,   -e,   adj.   and  s.,   indigent, 
poor,  needy. 

indiff nation,  s.f.,  indignation. 

indigner,  v.  a.,  to  make  indignant. 
s'indigner,  v. p.,  to  grow  indignant. 

ind  ignite,  s.f,  indignity  ;  baseness. 

indiquer,  v.  a.,  to  indicate,  to  point 
out. 

indiscret,  -etc,  adj.,  indiscreet. 

indiscr element,  adv.,  indiscreetly. 

individu,  s.  m.,  individual. 

indocile,  adj.,  indocile. 

indolent,  -e,  adj.,  indolent. 
industrie,  s.f.,  industry. 

industriexix,  -ease,  adj.,    industri- 
ous. 
ineffable,  adj.,  unspeakable. 


inegal,  -e,  adj.,  unequal. 
inepaisable,  adj.,  inexhaustible. 
iiievitable,  adj.,  unavoidable. 
inexorable,  adj.,  unrelenting. 
infaniie,  s.f.,  infamj'. 
infanterie,  s.f,  infaniry. 
ill  feet,  -e,  adj.,  infected,  corrupt. 
infidele,  adj.,  uutrue,  faithless. 
iiifini,  -e,  adj.,  infinite. 
infirtnite,  s.f.,  infirmity. 
influence,  s.f.,  influence 
influent,  -e,  adj.,  influential. 
informer,  v.  a.,  to  inform. 

s' informer,  v.  p..  to  inquire. 
infortune,  s.  f,  misfortune;  misery. 

infortitne,  -e,  adj.  and  s.,  unfortu- 
nate ;  wretched  creature. 

iiigenieur,  s.  rn.,  engineer. 

ingenieux,  -ease,    adj.,    ingenious, 
clever, 

ingeuuinent,  adv.,  ingenuously. 

iiigrat,  -e,  adj.,  ungrateful ;  s.,  an  un- 
grateful person. 

ingratitude,  s.f.,  ingratitude. 

inintelligible,  adj.,  unintelligible. 

initiation,  s.f,  initiation. 

injure,  s.f.,  injury  ;  abuse,  insult. 

iune,-e,  adj.,  innate. 

innocent,  -e,  adj.,  innocent. 

innombrable,  adj.,  numberless. 

iiioff'ensif,  -ive,  adj.,  inoffensive. 

iitondation,  S.f.,  inundation. 

inopineinent,  adv.,  unawares. 

inou'i,  -e,  adj.,  unheard  of. 

inquiet,  -ete,  adj.,  uneasy,  anxious. 

iiiquieter,  v.  a.,  to  alarm,  to  disturb. 
s'inquiefer,   v.  p.,    to  make   O-  e's 
self  uneasy. 

inquietude,  s.f.,  uneasiness. 

insecte,  s.  m.,  insect. 

insense,-e,  adj.,  foolish. 

insensibllite,  s.f,  insensibility. 

insister,  v.  n.,  to  insist,  to  dwell  upon. 

insociahle,  adj.,  insociable. 

insolent,  -e,  adj.,  insolent. 

inspection,  s.f,  inspection,  examina- 
tion. 

inspiration,  s.f,  inspiration. 

inspirvr,  v.  n.,  to  inspire. 

instabilile,  s.f,  instability. 

installer,  v.  a.,  to  install. 

instant,  s.  m.,  instant. 
ct  I'instant,  instantly. 


VOCABULARY 


317 


instigate^tr,  s.  m.,  instigator. 

instigation,  s.f.,  instigation. 

instinct,  s.  m.,  instinct. 

institution,  i<./.,  institution. 

instruction,  s.f.,  instruction. 

instruire,  v.  a.  irr.,  to  instruct ;  to  in- 
form. 
sHnstruire,  x.j)-,  to  improve  onu"s 
self,  to  learn. 

instruit,  -e,  adj.,  well-informed. 

instt'U}ni'nt,  s.m.,  instrument. 

insu  (a  l^ ),  prep.,  \.\n\i\\o\\i\  to. 
d  son  insu,  unknown  to  him. 

insulte,  s.f.,  insult,  aftVont. 

insulter,  v.  a.,  to  insult,  to  affront. 

insurniontable,    adj.,    insurmount- 
able. 

intarissable,  adj.,  inexhaustible. 

intelligence,  s.f,  intelligence  ;   har- 
mony ;  correspondence. 

intelligible,  adj.,  intelligible. 

intcmpevie,  s.  /.,  inclemency  (of  the 
weather). 

intention,  s.f.,  intention. 

intercepter,  v.  a.,  to  intercept. 

interessant,  -e,  adj.,  interesting 

interesser,  v.  a.,  to  interest. 
s'interesser,  v.  p.,  to  take  an  in- 
terest in. 

inter et,  s.  m.,  interest. 

interieur,  -e,  adj.,  interior. 

interieur,    s.  m.,     interior  ;    home  ; 
Home  Department. 

interpi'etation,  s.f.,  interpretation. 

interrogation,  s.f.,  interrogation. 

interroger,  v.  a.,  to  question. 

interrfnnpre,  v.  a.  irr.,  to  interrupt. 

interruxition,  s.f.,  interruption. 


intervalle,  s.  m.,  interval. 
cl'intervttlle  en  intervalle,  at  in- 
tervals. 

intervenir,  v.  n.  irr.,  to  intervene 

intervention,  s.f,  interference. 

intiinenient,  adv.,  intimatelj'. 

intiinite,  s.f,  intimacy. 

intonation,  s.f.,  intonation. 

intrepide,  adj.,  intrepid,  daring. 

introduire,  v.  a.  irr.,  to  introduce;  to 
show  in. 
s' introduire,  V.  p.,  to  get  in,  to  find 
one's  way  in. 

inntileinent,  adv.,  uselessly. 

iiivalide,  adj.  ands.,  invalid. 

invasion,  s.f.,  invasion. 

inventer,  v.  a.,  to  invent. 

inventeur,  s.  m.,  inventor. 

inventif,  -ive,  adj.,  ingenious. 

invention,  s.f.,  invention. 

investiture,  s.f.,  investiture. 

invincible,  adj.,  invincible. 

invisible,  adv.,  invisil)le. 

inviter,  v.  a.,  to  invite. 

involontaire,  adj.,  involontary. 

invoquer,  v.  a.,  to  invoke. 

iris,  s.  m.,  iris,  rainbow. 

ironique,  adj.,  ironical. 

iro}iiquetneut,  adv.,  ironically. 

irreconciliable,  adj.,  irreconciliable. 

irresistible,  adj  ,  irresistible. 

irr  iter,  v.  a.,  to  irritate,  to  provoke. 
s 'irr iter,  v.  i>.,  to  get  angry. 

isoler,  v.  a.,  to  isolate. 

issue,  s.  /.,  issue,  egress. 

Italic,  s.f.,  Italy. 

Italien,  -enne,  adj.  and  s.,  Italian. 

ivresse,  s.  ./'.,  drunkenness. 


tTacqties,  8.  m.,  James. 
Jadis,  adv.,  formerly,  of  yore. 
jaillir,  v.  n.,  to  gush  out,  to  spout. 
jamais,  adv.,  ever  ;  never. 

a  Jamais,  forever. 
jambe,  s.f.,  leg. 
jappetnent,  s.  m.,  yelping. 
jaque,  Jaquette,  s.f,  jacket,  coat. 
jardin,  s.  m.,  garden. 
Jaune,  adj.,  yellow. 


javelot,  s.  m.,  javelin. 
je,  pron.  pers.,  I. 
tleanne,  s.f.,  Joan. 
Jeter,  v.  a.,  to  throw,  to  throw  away. 
se  Jeter,  v.  p.,  to  throw  one's  self  ; 
to  rush. 
Jen,  s.  m.,  play  ;  sport ;  game. 
Jeun  (a),  loc.  adv.,  fasting. 
Jeune,  adj.,  young. 
Jeunesse,  s.f.,  youth. 


318 


ANALYTICAL   FREKCH    READER. 


Joaillier,  s.  m.,  jeweler, 
joie,  s.f.,  joy,  gladness. 
Joindre,  v.  a.  ir?\,  to  join,  to  unite. 
joli,  -e,  adj.,  pretty  ;  nice. 
joluneut,  adv.,  nicely  ;  finely. 
Joncher,  v.  a.,  to  strew,  to  scat